AllezUnion.com, Forum des supporters de l'Union Bordeaux Bègles - Rugby
Un forum est comme un vestiaire, quand on y rentre on dit bonjour. Pensez donc à vous connecter, ça vous assurera également une visibilité parfaite ;o)

Enregistrer et activer un compte prend 3 minutes. Seule une adresse email valide est nécessaire. Ne soyez pas timide, Allez y !

AllezUnion.com

Conférence de presse LM juin 2015

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Conférence de presse LM juin 2015

Message  patrick le Sam 20 Juin 2015 - 9:04

SO :

L’UBB trace sa route
Nicolas le gardien

Le président Laurent Marti a officialisé l’arrivée d’Emile Ntamack et d’un nouvel actionnaire. Et fixe à nouveau les objectifs du club : une exigence de résultats, sans se renier.

Comme attendu, après dix jours de silence à jongler entre différents dossiers, Laurent Marti avait des choses à dire. Le président de l'Union Bordeaux-Bègles les a dites, hier, lors d'une conférence de presse débutée par un discours exhaustif de 30 minutes. À la Laurent Marti : humain et direct, entraînant souvent, agacé parfois. Déterminé et sans fard, il n'aura esquivé que trois questions en presque une heure. Elles tournaient sur des détails de la décision d'écarter la semaine dernière son entraîneur des arrières Vincent Etcheto (lire ci-dessous).

En ouvrant son intervention par ce sujet qui a tourneboulé le club et lui-même, le patron girondin a envoyé ce message : en filigrane, la rupture n'est pas une cassure. L'Union continue de tracer sa route, renforcée par un socle économique en croissance continue (20,5 M€ de budget prévisionnel pour 2015-2016), et forte de sa base de jeu et de joueurs. « Si l'UBB réussit depuis des années, c'est une œuvre collective. On est toujours dans cette intention, de prendre des risques, jouer un rugby vivant […] Quand Marc Delpoux (en 201 3) est parti, le club devait s'écrouler. Trois mois après, tout le monde louait à nouveau le jeu de l'UBB. Ce sera pareil. »

Ntamack, un bail inédit

Avant de réitérer les objectifs, fort d'un recrutement dense, avec une star (Adam Ashley-Cooper), deux des meilleurs piliers du Super 15 (le gaucher Steven Kitshoff et le droitier Sekope Kepu), une valeur sûre néo-zélandaise (Luke Braid) ou le néo-international Loann Goujon : « faire mieux (que 7e) même si on sait que ce sera dur. »

Comme annoncé, l'ancien entraîneur des Bleus Émile Ntamack s'est engagé, pour trois ans : une durée de bail inédite pour un technicien de l'UBB sous l'ère Marti, preuve de la confiance accordée et la volonté d'ouvrir un nouveau cycle.

Le choix s'est dessiné il y a dix jours, alors que la première piste à laquelle il avait « réfléchi quand je me disais que l'issue avec Vincent risquait d'être fatale » s'était fermée. « On a quelques amis en commun. J'ai reçu un texto me faisant comprendre qu'Émile, un peu déçu de ne pas être retenu au Stade Toulousain (comme manager général, NDLR), avait un club qui pouvait l'intéresser et c'était l'UBB. J'ai sauté sur l'occasion. C'est un redoutable compétiteur. Raphaël Ibanez, qui l'a côtoyé en équipe de France, me l'a confirmé. Émile avait même quasiment oublié de me parler d'argent avant de me donner sa décision. »

« À Raphaël de prouver »

Néophyte en club, l'ancien ailier quintuple champion de France pourra « s'appuyer sur Bruce Reihana », en charge du suivi individuel et connaisseur du lieu. « Il aura besoin d'une année d'apprentissage. Mais tous les entraîneurs passés ici ont réussi. »

Sa mission : « faire bien jouer au rugby et gagner ». La même feuille de marche qu'à Raphaël Ibanez, manager dont Laurent Marti a loué l'attitude dans le « feuilleton » équipe de France. Sans blanc-seing non plus alors que l'ancien talonneur et deux autres membres du staff (Régis Sonnes, Joe Worsley) seront en fin de contrat en juin 2016. « Alors qu'il candidatait, je lui ai dit : tu gagneras ta prolongation de contrat la saison prochaine. À lui de prouver qu'il fait bien son travail. » Avec une exigence montée d'un cran ? « On doit vivre sous pression. C'est elle qui crée l'émotion. »

L'autre arrivée annoncée ne concerne pas le terrain. Louis-Vincent Gave, entrepreneur à Hong-Kong, qui prend 10 % du capital, « soit quelques centaines de milliers d'euros, pas des millions » a précisé Laurent Marti. Avec ce Gersois d'origine, gestionnaire de fonds d'investissement à travers le monde et l'appui de Sport Inside Asia, gestionnaire des droits commerciaux de l'UBB en Asie, le club espère augmenter le nombre de ses partenaires, installer sa marque dans la région.

Une ouverture pas neutre, deux ans et demi après l'appel aux investisseurs, au moment où vient de se lancer UBB Aerospace, association regroupant les entreprises du secteur aéronautique ; alors que la nouvelle campagne de partenariat draine « 20 % de chiffre d'affaires en plus ». Et que le club va découvrir l'Europe entre « prudence » et ambition de « jouer les premiers matches à fond. »

Quatre ans après avoir dévoilé l'objectif de toucher un jour au Brennus, la quête continue.


« Les joueurs d’abord »

Contacté hier après la conférence de Laurent Marti et l'officialisation de la venue d'Emile Ntamack, le manager Raphaël Ibanez n'a pas souhaité commenter. « Le staff est maintenant constitué et c'est l'essentiel pour les joueurs. Je m'adresserai d'abord à eux. »


Etcheto, ce « cas douloureux, pénible »
Patrick Favier

Affecté par les commentaires « qui lui donnaient le rôle de méchant », Laurent Marti s'est employé hier à mettre de la pâte humaine dans la rupture du contrat de Vincent Etcheto. Comprenant les regrets de supporters, de joueurs, il a souligné : « Vincent mérite d'être aimé, regretté, oui. Moi, je dois prendre des décisions et, si ça ne se passe pas bien, ce sera ma responsabilité. »

Pâte humaine donc, mixée avec des arguments de patron, sans concession. « À un moment, je lui ai demandé plus, d'aller plus loin. Nous n'avons pas su nous comprendre, il n'était pas convaincu par mes arguments, je ne l'étais pas par les siens. » La séparation, Laurent Marti a cherché à l'éviter, « parce que tu crois que ça va passer, puis non, ça ne passe pas. ça a tendu nos relations alors que c'était un bon copain. »

Dossier clos

Sur les motifs « techniques » de l'éviction, un flou persiste. « Comme dans un couple, parfois tout va bien puis ça s'arrête, et seul le couple connaît les vraies raisons » a reconnu Marti. Son analyse sur la saison de l'UBB (« perdre autant de matches d'un ou deux points, à la dernière seconde, ça ne peut pas être un hasard ») était adressée à tout le staff. »

Là où le président a été le plus clair, et parfois le plus piquant, c'est pour relativiser l'importance du départ d'Etcheto. « La presse a prédit l'effondrement de l'UBB au départ de Delpoux, rappelez-vous. Le jeu offensif de l'UBB, c'est le fruit de plusieurs entraîneurs […] Il y a eu six années très sympathiques. Quand on l'a recruté au Boucau, qui descendait en Fédérale 2, peu d'autres clubs avaient envie de le prendre. […] Le jeu : l'UBB a marqué beaucoup d'essais à 0 passe, en contre, n'est pas dans le top 5 des équipes qui font le plus de passes. »

Sur son bureau, le dossier est clos, y compris dans les formes légales. « Il lui restait un an de contrat, on a fait en sorte qu'il parte avec tous les honneurs sur le plan financier. »

Patrick Favier


Décision après la Coupe du monde pour le deuxième ligne

RECRUTEMENT. Il n'y aura pas de deuxième ligne - ou d'autre joueur -supplémentaire… au moins jusqu'en novembre. Laurent Marti l'a affirmé hier, tout en confirmant avoir approché le deuxième-troisième de Toulon Mamuka Gorgodze, sous contrat jusqu'en 2017 mais « libérable. » « S'il peut jouer les deux postes, il a plus en profil de troisième ligne. On a réfléchi mais on a décidé d'attendre. Il dispute la Coupe du Monde, On verra après. Nous avons quatre joueurs de qualité au poste, plus un jeune qui arrive de Dax (Cyril Cazeaux). Derrière, on sera même un peu plus nombreux que prévu. »

Pas de quatrième match au nouveau stade. Au regard du tirage au sort de la poule de Champions Cup (Clermont, les Gallois des Ospreys et les Anglais d'Exeter), l'UBB ne disputera pas de match européen au Nouveau Stade. « On n'a pas eu la grosse affiche que l'on aurait souhaitée, dit Laurent Marti. On savait qu'on aurait un club français, alors autant avoir Clermont qui est un club prestigieux, Mais c'est la poule piège par excellence avec Ospreys et Exeter qui sont moins connus du grand public mais qui sont redoutables avec un jeu mieux organisé que l'UBB (…) On jouera les premiers matchs à fond mais on se souvient de Perpignan. Si on a mal commencé le championnat, on ne prendra pas de risques. » L'équipe jouera donc trois matchs de Top 14 au Lac, probablement contre Toulon, Toulouse et… Clermont.

espoirs. Outre Gauthier Doubrère (Auch), Cyril Cazeaux (Dax), Alban Requet (Mulhouse), Laurent Marti a annoncé l'arrivée au centre de formation du pilier droit géorgien Tabidze capitaine des U18 de son pays. Deux Fidjiens pourraient suivre « dans un cadre familial. »

le synthétique en route. Le stade Moga, désormais centre de formation et d'entraînement, se transforme. La tribune Peupliers a été démontée tandis que la mise en place d'un terrain synthétique souhaitée depuis plusieurs années s'apprête à être mise en place. La construction d'un bâtiment - centre d'entraînement est lui « entre les mains de la Métropole ».

programme. Le lieu du stage de pré-saison est fixé : ce sera à Saint-Lary, du 20 au 24 juillet. Comme annoncé, la reprise se fera le 6 juillet et l'équipe disputera deux matchs amicaux : à Bayonne (contre l'Aviron ou la franchise basque) le 6 août et à la Rochelle le 13 août.

_________________
Tombé tout jaune dans le rugby.
avatar
patrick
Admin
Admin

Nombre de messages : 15960
Localisation : Gradignan, Talence, Lescure, Musard ... ça dépend.
Date d'inscription : 25/01/2008
Humeur : Pour l'instant, ça va ...
Age : 51

Voir le profil de l'utilisateur http://www.allezunion.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum