AllezUnion.com, Forum des supporters de l'Union Bordeaux Bègles - Rugby
Un forum est comme un vestiaire, quand on y rentre on dit bonjour. Pensez donc à vous connecter, ça vous assurera également une visibilité parfaite ;o)

Enregistrer et activer un compte prend 3 minutes. Seule une adresse email valide est nécessaire. Ne soyez pas timide, Allez y !

AllezUnion.com

« Fonfon » Miralles, le manager de l'Union, est un personnage atypique. Portrait S.O du 24/01/09

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

« Fonfon » Miralles, le manager de l'Union, est un personnage atypique. Portrait S.O du 24/01/09

Message  Alain le Sam 24 Jan 2009 - 9:00

«Fonfon, il a l'art de compliquer les choses simples et de simplifier les choses compliquées. Il est désintéressé et fait partie des gens qui me font aimer le rugby et ce club. Moi je l'adore ». Laurent Marti, le président de l'Union, connaît le manager de l'UBB depuis un peu moins de deux ans.

D'autres avouent le connaître depuis toujours. Il faut dire que Fonfon, né Alfonso Miralles, en 1947 à Albacete (Espagne), a signé sa première licence au CA Béglais à l'âge de 14 ans. Et que ce soit au CAB, au CABBG ou à l'Union Bordeaux-Bègles, ce fils d'immigré politique arrivé en France à 8 ans, a tout fait dans ce club. Il a d'abord été joueur. « Un bon troisième ligne aile », se souviennent certains. « J'ai même fait une apparition en équipe première, en challenge, je crois, précise-t-il. Bon, ce jour-là, on avait dû faire appel à moi à cause d'une épidémie de scarlatine. Nous avions joué contre le Cognac de Jacques-Fouroux, en Charente.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
En cas de victoire, Alphonse Miralles se transforme en torero dans les vestiaires. (photo thierry david)

Ses seules infidélités à son club de coeur ? Plusieurs saisons entre Villenave-d'Ornon et Léognan. « J'ai arrêté ma carrière à 33 ans, lors d'un match à Biscarrosse, l'épaule en l'air ». Alphonse Miralles a longtemps été ensuite éducateur. « J'avais quelques années de moins que lui mais c'était mon idole, avance Michel Maillet, l'actuel responsable des jeunes au CABBG. Fonfon, il était charmant. Il avait de belles chemises à fleurs et sortait avec de jolies filles ».

Dès la fin des années 70, le CA Béglais restructure profondément ses équipes de jeunes. Après s'être occupé des juniors, de l'école de rugby - où il a eu la fierté d'entraîner son fils Emeric - le manager de l'Union prend en charge les cadets. Et parmi eux, les jeunes Olivier Sourgens, Benjamin Bagate ou Frédéric Garcia. « Fonfon montre au jour le jour toute sa passion pour le club, raconte le coach des avants bordelais. C'est quelqu'un de très précieux, toujours là pour régler au mieux les problèmes de tous les jours ».

Des cadets, Fonfon se souvient « de ces deux essais du bout du monde d'un certain Jimmy Marlu. Massy nous avait éliminés en quart de finale ». Dans les années 90, il a la lourde tâche de dénicher les jeunes talents de demain au sein du Comité de Côte d'Argent et bien au-delà : « J'étais dans la ligne de mire des présidents de club. Ils me voyaient comme celui qui pique leurs joueurs. C'était difficile à vivre. »

« Un écorché vif »

Au début des années 2000, il se rapproche du staff de l'équipe première, en assurant la traduction, l'accueil et l'intégration de la colonie argentine du CABBG. Et devient super intendant de l'équipe. Il s'occupe de l'élaboration de la feuille de match, de trouver les appartements aux joueurs, de gérer les déplacements de A à Z, etc. « Mon rôle est de leur apporter du confort au quotidien. Je me mets à leur totale disposition ». Certains peuvent en abuser. D'autres sont heureux de trouver un confident. « Fonfon est toujours disponible, souligne Alban Moga, le responsable du partenariat. Il se donne à 200 %. Le club est dans ses entrailles. Ce qui peut le rendre malade parfois ». Fonfon ne peut dire de mal de son club. Il y est tellement attaché. « Il est à fleur de peau, c'est un écorché vif. Il fait tout dans l'excès », note Michel Maillet. « C'est vrai qu'il démarre toujours au quart de tour, confirme Laurent Ferrères, l'arrière de l'Union. Mais on l'aime tellement ».

Auteur : laurent bonamy
envoyé spécial
l.bonamy@sudouest.com

_________________
« Patere ut Vinceres !!! » « Souffrir pour Vaincre !!! ». L'esprit champion n'est pas qu'une histoire de talent, mais aussi d'âme et de coeur. Il n'y aurait pas de victoires s'il n'y avait pas, par instants, des chutes, des défaites, des tentations de ployer les genoux.

Alain
J'aime l'Union à la folie
J'aime l'Union à la folie

Nombre de messages : 1364
Localisation : BLAYE à BORDEAUX BEGLES
Date d'inscription : 31/01/2008
Humeur : ça le fait !!!

Voir le profil de l'utilisateur http://www.immobilier-meynard.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: « Fonfon » Miralles, le manager de l'Union, est un personnage atypique. Portrait S.O du 24/01/09

Message  dédé le Sam 24 Jan 2009 - 14:10

Trés belle reconnaissance que cet artilce sur FONFON. Personnellement je ne le connait que depuis un an et c'est vrai qu'il affectionne beaucoup la tauromachie.Je dirai même pour être un aficionado qu'il a un faux air de MAZANARES.Vous pouvez toujours lui rentrer dedans
la réponse sera toujours la même , " Olé ".
Amistades FONFON .
Dédé
.

dédé
J'aime l'Union beaucoup
J'aime l'Union beaucoup

Nombre de messages : 48
Localisation : 64500
Date d'inscription : 29/10/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum