AllezUnion.com, Forum des supporters de l'Union Bordeaux Bègles - Rugby
Un forum est comme un vestiaire, quand on y rentre on dit bonjour. Pensez donc à vous connecter, ça vous assurera également une visibilité parfaite ;o)

Enregistrer et activer un compte prend 3 minutes. Seule une adresse email valide est nécessaire. Ne soyez pas timide, Allez y !

AllezUnion.com

Jean Prat, ‘’Monsieur Rugby’’

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Jean Prat, ‘’Monsieur Rugby’’

Message  Alain le Ven 4 Déc 2009 - 17:46


Photo : Jean Prat, porté en triomphe par ses adversaires Gallois,
à la fin de son dernier match du Tournoi, le 26 mars 1955, à Colombes

Comme nous sommes de plus en plus nombreux à ne l’avoir jamais vu jouer, ‘’Jeannot’’ Prat c’est d’abord une photo, à l’époque des images d’archives furtives, des extraits de matchs à l’emporte-pièce, comme si les actions n’avaient pas de valeur en soi. Cette photo en noir et blanc le montre porté en triomphe par ses adversaires gallois, au stade de Colombes, pour son dernier match du Tournoi. Ce 26 mars 1955, toute la France du rugby avait envahi Paris, chantant, buvant, ripaillant, pour assister au premier Grand Chelem qui paraissait promis. Ecoutons Jean Prat, dont la voix ne s’était pas encore tue : « Le samedi matin, dès 5 heures, la foule des voyageurs débarquant de la gare d’Austerlitz s’était rassemblée dans le square Louvois, devant l’hôtel, pour scander nos noms. Impossible de fermer l’œil et ensuite de se concentrer… » Henri Domec blessé, les Français à quatorze, les Gallois l’emportaient 16-11.
1955, immense année pour Jean Prat. Le 22 janvier à Dublin, alors que les Français ne mènent que 5-3 dans une fin de match étouffante, il hurle : « Ils vous ont emmerdé pendant cent ans, vous pouvez bien tenir cinq minutes ! » Le 26 février, les Français gagnent à Twickenham (16-9) grâce notamment à deux drops de Jean Prat : « Parlez-moi plutôt des deux bons ballons conquis par le pack et transmis jusqu’à l’ailier Henri Rancoule qui recentra au pied : essai de Michel Celaya, essai de Robert Baulon. Voilà l’œuvre d’une collectivité toute entière. »
Tel était Jean Prat qui vient de mourir au terme d’une longue maladie, dans un affrontement d’homme à homme avec la mort qui a fait l’admiration de tous, et d’abord de Josée, son épouse. André Boniface, le grand trois-quart centre des années 50 et 60, qui ne l’a guère quitté ces dernières années, témoigne : « Jusqu’au bout, Jeannot n’aura eu peur de rien. Jeudi, je lui ai dis : ‘’Je viens demain’’. Il m’a répondu : ‘’Non, Dédé, tu ne viendras pas me voir. Demain, je serais mort’’ ». André Boniface pleure, comme il n’a pas pleuré depuis la mort accidentelle de son frère Guy.
Il est difficile de se faire une idée du style exact de ce joueur au gabarit modeste, 1,76 m pour 85 kilos. Dans le jeu de l’époque, les ‘’flankers’’ avaient pour mission de redoubler les lignes arrières. Nanti d’un souffle inépuisable, Jean Prat s’en chargeait avec assez de maîtrise et de lucidité pour redresser les attaques, conclure en bout de ligne, ramasser les ballons perdus en route et les jouer au pied quand il s’estimait assez près des poteaux pour des drops souvent décisifs. Il détint ainsi longtemps le record mondial de points marqués par un avant (145, 9 essais, 26 transformations, 17 pénalités et 5 drops en 51 matchs). L’Australien John Eales ne le déposséda qu’en 2000.
Cette polyvalence a laissé une impression unique à ses contemporains. On n’avait jamais vu un homme capable de plaquer, de courir, de faire des passes, de jouer au pied à ce niveau en même temps, tout en gardant du recul sur les choix stratégiques. Ce voltigeur devait cette somme de talents à un extraordinaire cadeau du destin. C’est son père, cultivateur, qui avait vendu un champ aux dirigeants du FC Lourdes pour qu’ils y construisent le stade Antoine-Béguère. Jean vécut donc son enfance dans une maison mitoyenne du lieu de ses futurs exploits. Il y passa de longues heures d’entraînement solitaire à peaufiner sa condition physique et à répéter les gestes qui feraient de lui un cador. Même arrivé au sommet, il ne devait jamais se départir de cette exigence qui lui faisait s’imposer des footings plusieurs fois par semaine. On fit d’ailleurs de lui le premier professionnel du rugby français, dans l’esprit bien entendu.
Né en 1923, le rugby lourdais le découvrit à l’âge de 17 ans, le rugby français à 22, en 1945. Il faisait partie de la première équipe de France de l’après-guerre qui affronta l’armée britannique, étape initiale d’une carrière internationale de dix ans jalonnée d’exploits : première victoire française au Pays de Galles (1948), à Twickenham (1951, un drop), premier succès contre les All Blacks (1954, il marque l’essai), première victoire dans le Tournoi (1954). Capitaine à seize reprises, il ne manqua qu’un seul match, pour une grippe et ne quitta le terrain qu’une fois, avec une bonne raison, à Cardiff : il avait la jambe cassée…
C’est à l’issue de la deuxième victoire à Twickenham en 1955 que le journaliste anglais Pat Marshall lui donna son fameux surnom, ‘’Monsieur Rugby’’.
Ces exploits mémorables ne constituaient que la partie immergée de l’iceberg car il exerçait d’abord son talent sous le maillot rouge et bleu du FC Lourdes, au pied des Pyrénées bigourdanes, dont il était le maître à jouer sourcilleux. Il s’était juré de ramener le Bouclier de Brennus à Lourdes, pour la première fois. Et de le remettre à son ancien instituteur, M. Dupierris. Il le fit. Six titres de Champion de France, trois Challenge Du-Manoir et deux Coupes de France, onze titres majeurs en quinze finales jouées…
Passes au cordeau, coups de pied de recentrage, Jean Prat était impitoyable sur chaque geste technique et sur le respect des valeurs collectives. Solitaire, capable de longs discours de quatre phrases sans concessions, Jean Prat n’était pas parfait, râleur, gueulard, d’une folle exigence. Il gifla même en plein match son jeune frère Maurice (lui aussi international) pour avoir été trop personnel. Il lui arrivait de chronométrer à l’entraînement le temps mis par le ballon entre la sortie du pack et les mains de l’ailier, poussant tout le monde au geste juste, inspiré par son modèle avoué, le jeu complet de l’Aviron Bayonnais de Jean Dauger.
Cette faculté à diriger les autres le conduisit à devenir le premier vrai entraîneur du XV de France en 1964 et il ajouta à son palmarès un succès en Afrique du Sud. Mais ce poste était particulièrement ingrat en ce temps-là car il ne choisissait pas ses joueurs. Viré en 1967 par le président Ferrasse, il resta en lisière du rugby français, conscient d’être un monument mais trop pudique pour profiter de ce statut par des déclarations tonitruantes.
En 2002, un magazine français l’invita à revenir dans cette Angleterre qui sut le reconnaître comme un grand de ce jeu. Les responsables de la Fédération anglaise, flattés de sa visite, lui avaient donné les clés de Twickenham : « C’est un honneur de vous avoir parmi nous, monsieur Prat. » Il est entré seul, humant l’air, essayant de retrouver ce qui n’existait plus, les tribunes en bois. D’habitude, il est interdit de marcher sur la pelouse mais, là, personne ne le lui avait défendu. « Vous savez, sourit l’employé, il a joué dessus avant que nous soyons nés… »
Jean Prat était intarissable sur ce jeu : « Le rugby est une discipline sportive. Au-delà du résultat du match, c’est une façon d’être et de se comporter. De ce point de vue, les Anglais ont toujours été ma source d’inspiration. Dès le premier match que j’ai joué contre eux, ici, à Londres. »
C’était à Richmond, à une demi-douzaine de kilomètres de Twickenham, un petit stade bordé de villas cossues où se joua, en février 1945, le deuxième match de la reprise des relations rugbystiques franco-britanniques. Et là aussi, les portes s’ouvrirent à la seule évocation de son nom, tel un mot de passe. Dans un hôtel londonien, les 1000 personnes d’un banquet se levèrent dès qu’ils surent que ‘’Mister Rugby’’ était parmi eux.
Un soir de bordée d’après-match en Irlande, la prison fut le seul endroit trouvé pour finir une nuit agitée. Les gardiens se dressèrent d’un seul élan, comme au garde-à-vous, devant lui, refusant de le mettre en cellule et lui accordant gîte et couvert bien au chaud…
Tel était Jean Prat, ‘’Monsieur Rugby’’, officier de la Légion d’Honneur, entré dans ce grand silence assourdissant qui lui va si bien.
Il mesurait 1 mètre 76 et c’était un géant.

_________________
« Patere ut Vinceres !!! » « Souffrir pour Vaincre !!! ». L'esprit champion n'est pas qu'une histoire de talent, mais aussi d'âme et de coeur. Il n'y aurait pas de victoires s'il n'y avait pas, par instants, des chutes, des défaites, des tentations de ployer les genoux.
avatar
Alain
J'aime l'Union à la folie
J'aime l'Union à la folie

Nombre de messages : 1364
Localisation : BLAYE à BORDEAUX BEGLES
Date d'inscription : 31/01/2008
Humeur : ça le fait !!!

Voir le profil de l'utilisateur http://www.immobilier-meynard.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean Prat, ‘’Monsieur Rugby’’

Message  léopold le Ven 4 Déc 2009 - 18:12

Bel article pour un grand joueur passionné de Rugby.
Il aurait pu être un trés grand dirigeant comme mias d'ailleurs et beaucoup d'autres grands, mais d'avoir brillé de mille feux sur le stade doit conduire ces gens là à rechercher la simplicité et le calme qui vont de pair avec les vies bien remplies et les grands souvenirs.
Bravo Monsieur Prat :clap: :clap: :clap: :clap:
avatar
léopold
J'aime l'Union à la folie
J'aime l'Union à la folie

Nombre de messages : 6034
Localisation : A Musard derrière les espoirs
Date d'inscription : 29/01/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Le FC Lourdes: la religion du jeu de ligne

Message  Alain le Mar 8 Déc 2009 - 17:32

Le Football Club lourdais a dominé le rugby français d’après la Libération.
Rappel d’une hégémonie fille de rigueur et d’un jeu de passes
aujourd’hui encore inégalé.

Photo : Contre Pau en 1958, Jean Prat à la relance, capitaine
de la grande époque du FC Lourdes et du XV de France.

Dix finales, sept titres de Champion de France, plus une Coupe de France et trois Challenge Du-Manoir, tel est le palmarès du Football Club de Lourdes entre 1945 et 1960, avec une décennie glorieuse (48-58) et six Boucliers de Brennus, dont trois consécutifs (56, 57, 58). Une longue domination pour une cité, fût-elle mariale, d’une quinzaine de milliers d’habitants, qui trouve sa source dans l’ambition de quelques hommes relayée par cette volonté collective qui caractérise les grandes équipes. Une trilogie président-entraîneurs-joueurs qui réapparaîtra vingt ans plus tard à Béziers et trente à Toulouse…
Antoine Béguère avant tout: maire de Lourdes et chef d’entreprises florissantes (dont celle qui construisit la basilique souterraine dans les années 50), il avait été un bon troisième ligne avant de devenir un grand président, parce qu’à la fois véritable ‘’patron’’ moral et financier, mais aussi irremplaçable catalyseur d’énergies, son légendaire béret toujours vissé sur le crâne…
Henri Bordes et Henri Laffont ensuite: entraîneurs entraînants, éducateurs compétents, sachant jauger les hommes et juger de leur comportement, ils contribuèrent beaucoup à l’élaboration de ce ‘’fond de jeu’’ qui fit la gloire d’une exceptionnelle génération de joueurs.
Les joueurs, enfin, intelligemment recrutés, soit en Bigorre même (comme Saint-Pastous ou le grand Robert Soro), soit dans les comités voisins, comme le Béarn (Buzy, Bourdeu, Estrade, Labarthète, Taillantou, les frères Lacaze), soit en Pays Basque (Manterola, Martine), soit même en Languedoc (Rancoule et les frères Labazuy).
De véritables ‘’Barbarians’’ de Bigorre auxquels il convient d’ajouter une belle brochette d’authentiques Lourdais, parmi lesquels les frères Prat évidemment (c’est leur père qui avait vendu l’un de ses prés en 1927 pour permettre la construction du stade), mais aussi les Barthe, Domec, Guinle, Laffont, Calvo et compagnie… Comment a pris la ‘’mayonnaise’’ de ce jeu de mouvement, joué à quinze et donnant priorité au jeu de ligne, au surnombre et à l’évitement, sans pour autant négliger l’indispensable combat au niveau des conquêtes ?
Comme toutes les équipes performantes, celle du FC Lourdes possédait des entraîneurs et des joueurs sur la même longueur d’ondes, parce que convaincus que seul le jeu qu’ils ambitionnaient était capable de les faire rois d’Ovalie.
A cet égard, les entraîneurs Bordes et Laffont eurent la chance de pouvoir compter sur des leaders de caractère, aussi efficaces en match que bosseurs impénitents à l’entraînement, en tête desquels il serait injuste de ne pas citer les frères Prat.
‘’Jeannot’’, le polyvalent génial, professionnel avant l’heure (au bon sens du terme), aussi exigeant avec lui-même qu’avec ses partenaires, allant jusqu’à gifler son propre frère Maurice, lors d’un Lourdes-Agen, parce qu’il n’avait pas respecté les consignes…
Car à Lourdes, l’individu s’effaçait toujours devant le collectif. Et Maurice Prat, précisément, qui forma avec Roger Martine l’une de paires les plus célèbres du rugby français, était exemplaire à cet égard, lui qui éleva la passe au niveau d'une ‘’institution’’, comme une offrande faite au partenaire et répétée mille fois à l’entraînement. Collectif récompensé en 1958 par la sélection de sept de ses joueurs en équipe de France, dont l’intégralité de la ligne de trois-quarts (Rancoule, Martine, M. Prat, Tarricq) lancés par Antoine Labazuy à l’ouverture !
Combien d’essais furent marqués sur la célèbre ‘’opération Casquette’’, surnom de François Labazuy, le demi de mêlée qui lançait la combinaison avec un troisième ligne aile, et l’arrière intercalé entre les centres ? Et sur la ‘’Jeanjean’’, la ‘’Cla’’ ou l’un de ces coups de pied de recentrage tirés au cordeau ? Et que de bonheur offert, durant une décennie, à tant et tant d’amateurs de rugby qui, souvent, parcouraient des centaines de kilomètres pour le simple plaisir de voir du ‘’beau jeu’’…

_________________
« Patere ut Vinceres !!! » « Souffrir pour Vaincre !!! ». L'esprit champion n'est pas qu'une histoire de talent, mais aussi d'âme et de coeur. Il n'y aurait pas de victoires s'il n'y avait pas, par instants, des chutes, des défaites, des tentations de ployer les genoux.
avatar
Alain
J'aime l'Union à la folie
J'aime l'Union à la folie

Nombre de messages : 1364
Localisation : BLAYE à BORDEAUX BEGLES
Date d'inscription : 31/01/2008
Humeur : ça le fait !!!

Voir le profil de l'utilisateur http://www.immobilier-meynard.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean Prat, ‘’Monsieur Rugby’’

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum