AllezUnion.com, Forum des supporters de l'Union Bordeaux Bègles - Rugby
Un forum est comme un vestiaire, quand on y rentre on dit bonjour. Pensez donc à vous connecter, ça vous assurera également une visibilité parfaite ;o)

Enregistrer et activer un compte prend 3 minutes. Seule une adresse email valide est nécessaire. Ne soyez pas timide, Allez y !

AllezUnion.com

L'Union, un an après

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L'Union, un an après

Message  Alain le Ven 4 Fév 2011 - 11:55

Le 6 février 2010, Laurent Marti annonçait sa volonté d'arrêter. État des lieux avec les acteurs, douze mois plus tard.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Marti : « Si nous montons avec nos moyens actuels, ce sera encore un vrai exploit ». photo l. theillet

Pour ceux qui ont vécu les deux scènes, le contraste est saisissant. D'un côté, le silence et le désappointement après l'annonce, le 6 février 2010 par Laurent Marti entouré de ses administrateurs, de son probable départ de l'Union Bordeaux-Bègles, laissant un gros point d'interrogation sur l'avenir du rugby pro à Bordeaux. De l'autre, lundi soir au Casino Barrière lors de la remise de l'Oscar « Midi Olympique » au deuxième ligne Adam Jaulhac, l'enthousiasme et l'optimisme d'une salle comble, partenaires privés et élus répétant leur espoir - et souvent leur désir - de voir le Top 14 dans un futur proche.

Un an après le début de la « crise » qui a secoué le club durant six semaines, la vérité est quelque part entre les deux. L'Union a gagné cinq places au classement, a franchi un palier sportivement, a encaissé 600 000 euros de partenariat supplémentaire lui ayant permis de conserver son patron tout en étant (un peu) moins dépendante de son portefeuilles. Elle a devant elle des perspectives de développement de son stade et suscite un intérêt croissant. Mais paradoxalement, elle reste aussi un outsider à la montée en Top 14 qui n'a pas la certitude, si elle reste au même niveau, de pouvoir augmenter le 7e budget de Pro D2 (5,5 M € annoncés) sans un nouveau chèque de son président.

« Deuxième phase »
« Quand j'avais dit que j'étais seul l'an dernier, ce n'était ni moralement, ni humainement, mais financièrement, pointe Laurent Marti. La crise nous a permis d'élargir le socle et le Conseil d'administration, avec de belles rencontres. Maintenant, il est vrai que je reste autant, voire plus, engagé personnellement. Nous allons lancer une deuxième phase de recherche et nous misons sur les résultats. Il faut prendre la mesure : si nous montons avec nos moyens actuels, ce qui est possible, ce sera un vrai exploit (1) ».

Côte à côte sur la scène lundi, Franck Joandet (adjoint au maire de Bègles), Guy Accoceberry (délégué aux sports à la Ville de Bordeaux), Stéphane Delpeyrat (vice-président du Conseil régional) et Laurent Gaumet (directeur des sports du Conseil général), pesant 17 % du budget environ (2), ont confié respectivement leur souhait que l'Union « devienne le club de l'agglomération et de tous les Girondins » et « dans les 3-4 ans le grand club de rugby que Bordeaux attend » ainsi que leur volonté « d'accompagner son ascension ».

Alain Juppé, maire de Bordeaux dont l'intervention avait été décisive en mars, a lui reçu le président girondin au début du mois. « Il suit les résultats de près et avait demandé à Laurent Marti de le tenir au courant des évolutions, répond Arielle Piazza, son adjointe chargée des sports. Le président souhaite, et il a raison, anticiper dès maintenant une éventuelle montée. Il nous a demandé de rester attentifs si on avait vent de possibles partenariats privés. On le fera, même si on ne pourra pas faire de miracles : le contexte économique est compliqué et les entreprises très sollicitées. Ce qu'il manque aujourd'hui, c'est LE gros partenaire. Mais les difficultés traversées ont permis de faire mûrir le projet et je me réjouis de voir que le public suit ».

Si le débat concernant une compétence sportive à la CUB est au point mort, le Conseil général, plus en retraitque les autres collectivités lors de la mobilisation et dont le contrat d'objectif avec le club arrive à terme fin 2011, ne se « désengagera pas ». « On a maintenu cette saison notre aide à la même hauteur et on n'est pas dans cette démarche, pointe Isabelle Dexpert, vice-présidente. Un nouveau contrat sera mis en place, qui dépendra des actions du club, du centre de formation, de l'opération Jeunes au stade. On sera à leurs côtés mais aussi aux côtés des autres ».

De bons retours du privé
Dans le privé, les lignes semblent bouger. Écouté parfois avec circonspection, le discours de Laurent Marti a gagné en crédibilité. Lundi, les responsables régionaux de grands groupes engagés dans le rugby ont mis leur discours à l'unisson du « Top 14 à Bordeaux ». « Les partenaires fidèles se sont réengagés au-delà de nos espérances », pointe Olivier Brouzet, directeur du développement. Et les échos des « poids lourds » arrivés à la rescousse au printemps sont plutôt positifs. « J'ai répondu à l'appel de Laurent Marti et de l'ensemble de la classe politique dans un devoir d'écocitoyenneté, dit ainsi Patrice Pichet, patron du groupe du même nom engagé à hauteur de 50 000 euros. Mes salariés qui profitent du réceptif sont très contents, il y a un réel retour sur investissement. J'ai l'habitude d'inscrire mes partenariats dans la durée, il peut être réévalué, mais il faut en discuter et que cela entre dans une vision d'entreprise ». Plusieurs autres grands groupes nationaux « sont en observation, dit Laurent Marti. Ils ont fait part d'un intérêt, on garde un contact ».

Nicolas de Tavernost, président du directoire de M6 et administrateur des Girondins, sera lui dans les tribunes dimanche pour la rencontre entre le LOU et l'Union, répondant à l'invitation de son ami Olivier Ginon (patron de GL Events et actionnaire du LOU et de l'OL). S'il s'agit d'une visite uniquement d'ordre privé et que M6 a toujours répondu ne pas être intéressé par une venue dans le rugby, autant laisser une bonne impression. Séduire: c'est l'autre enjeu de l'Union Bordeaux-Bègles pour cette fin de saison.

(1) En comparaison, celui de Lyon est de 8,3 millions d'euros, de Grenoble 7,5 et Albi 6,9. (2) 500 000 euros pour la Ville de Bordeaux, 140 000 pour le Conseil régional, autant pour le Conseil général ; aide au centre de formation, prêt et entretien des infrastructures par la Ville de Bègles.

http://www.sudouest.fr/2011/02/04/l-union-un-an-apres-309363-773.php

_________________
« Patere ut Vinceres !!! » « Souffrir pour Vaincre !!! ». L'esprit champion n'est pas qu'une histoire de talent, mais aussi d'âme et de coeur. Il n'y aurait pas de victoires s'il n'y avait pas, par instants, des chutes, des défaites, des tentations de ployer les genoux.

Alain
J'aime l'Union à la folie
J'aime l'Union à la folie

Nombre de messages : 1364
Localisation : BLAYE à BORDEAUX BEGLES
Date d'inscription : 31/01/2008
Humeur : ça le fait !!!

Voir le profil de l'utilisateur http://www.immobilier-meynard.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Union, un an après

Message  patrick le Ven 4 Fév 2011 - 13:02

Oui en effet, contrairement à beaucoup d'agglomérations en France, la CUB n'aide pas énormément le club de Rugby qui a vocation à la représenter Rolling Eyes

_________________
Tombé tout jaune dans le rugby.

patrick
Admin
Admin

Nombre de messages : 15604
Localisation : Gradignan, Talence, Lescure, Musard ... ça dépend.
Date d'inscription : 25/01/2008
Humeur : Pour l'instant, ça va ...
Age : 51

Voir le profil de l'utilisateur http://www.allezunion.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum