AllezUnion.com, Forum des supporters de l'Union Bordeaux Bègles - Rugby
Un forum est comme un vestiaire, quand on y rentre on dit bonjour. Pensez donc à vous connecter, ça vous assurera également une visibilité parfaite ;o)

Enregistrer et activer un compte prend 3 minutes. Seule une adresse email valide est nécessaire. Ne soyez pas timide, Allez y !

AllezUnion.com

Marc Delpoux et le staff

Page 5 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Marc Delpoux et le staff

Message  Camiste le Jeu 1 Mar 2012 - 20:37

Les hommes grattent pour la tune. La Gloire? parfois. Si on parlait prime?

Camiste
J'aime l'Union à la folie
J'aime l'Union à la folie

Nombre de messages : 1272
Date d'inscription : 22/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Marc Delpoux et le staff

Message  patrick le Ven 9 Mar 2012 - 8:22

En tout cas, en voilà un qui s'engage et restera fidèle au poste.

http://www.sudouest.fr/2012/03/08/rester-a-notre-place-652737-773.php

Par nicolas le gardien

Union Bordeaux-Bègles : "Rester à notre place"

Ludovic Loustau, le préparateur physique girondin, évoque la fin de saison, sa méthode, le club.


Ludovic Loustau, lors du stage d'avant-saison. (photo thierry suire)

Mardi après-midi, dans son bureau au cœur de la salle de musculation du stade Moga. Ludovic Loustau, en charge de la préparation physique de l'Union Bordeaux-Bègles avec Sébastien Danthez, donne ses impressions avant le match au Racing-Métro, demain (20 h 45), qu'il devra suivre dans les tribunes en raison de sa suspension de 30 jours tombée hier (lire page 39). Un regard de membre du staff mais aussi d'ancien demi de mêlée qui évolué 15 ans au plus haut niveau.

« Sud Ouest». Quel est votre regard sur la situation actuelle ?

Ludovic Loustau. On est sur une dernière ligne droite où il ne nous reste pas grand chose pour nous maintenir. Mais c'est le plus compliqué car tout le monde joue sa saison. C'est à la fois proche et très loin. Il faut que tout le monde se remobilise et qu'on arrête de croire que c'est quasiment fait.

C'est cela qui explique selon vous la claque contre Biarritz (13-38) ?

Je ne sais pas... Pour l'instant , ce n'est qu'un match. On espérait mieux, on est passé à travers et on n'a pris aucun point alors qu'on en a besoin. Il faut s'en servir pour rebondir. On a peut-être parfois joué au-dessus de notre niveau et il ne faut pas se laisser griser par ça, par le milieu extérieur qui va nous encenser puis nous enterrer. Il faut se remettre en question toutes les semaines. Je sais que c'est difficile: on est sous pression depuis le 27 août, on a tous des moments de fatigue. Mais on a moins de marge de manœuvre que les autres et dès qu'on lâche un petit peu, on le paie cher.

Biarritz peut être une leçon ?

Peut-être, oui, car on l'a mal appréhendé. On a regardé leurs dernières prestations où ils ne faisaient peur à personne et on s'est dit quelque part que ce ne serait pas très difficile. Il faut rester à notre place: il y a un an, on ne jouait pas les premiers rôles en Pro D2. On a besoin de prouver tous les week-ends au rugby français qu'on existe, et encore plus aujourd'hui où tout le monde est content de nos défaites et de dire : c'est eux vont descendre. Moi, je ne crois pas que ce sera le cas. Notre objectif est de gagner encore deux matches et, si on le fait, ce sont les autres qui auront du souci à se faire.

Vous disiez après la montée qu'il y avait un fossé jusqu'au Top 14. Vous êtes surpris de l'adaptation ?

Forcément. Il faut se souvenir où ce groupe a démarré : certains de Fédérale 1, certains n'avaient plus de propositions en Pro D2, certains étaient des inconnus... Ils ont d'autant plus de mérite, ils ont fait des choses incroyables. Mais si on ne se maintient pas, on va gâcher tous les grands moments qu'on a connus. Il faut relever la tête, rester sereins en ayant l'état d'esprit du début de saison, de ne rien lâcher, de bosser, avec la boule au ventre.

Vous pointiez aussi qu'il fallait monter le niveau d'exigence physique. C'est le cas ?

Oui. On n'a pas dénoté sur le plan du rythme, de l'engagement. Bien sûr, il y a eu des périodes de relâchement: on ne peut pas être à 120 % sur 10 mois, mais il faut essayer d'être le plus linéaire possible. Avec Sébastien (Danthez), on travaille par cycles, on se concerte après chaque match, on essaie d'individualiser et on a trouvé un rythme assez conséquent pour les joueurs et qui leur permet de s'exprimer à ce niveau. Et eux ne se ménagent pas car ils savent qu'il n'y a pas d'autres moyens pour réussir.

Depuis trois matches, vous subissez justement défensivement...

J'ai remarqué un petit manque de percussion samedi. Mais il ne faut pas tirer trop vite des conclusions, c'est un tout. Marc (Delpoux) pointe que l'on a joué à l'envers en relançant de notre camp. Rien que ça, c'est s'épuiser pour rien.

La préparation est différente quand on met autant de volume ?

À l'intersaison, on travaille beaucoup l'aérobie et les capacités lactiques avant de passer à la puissance et à l'explosivité pour répéter les efforts intenses. On fait une base foncière peu utilisée dans d'autres clubs mais je n'ai rien inventé non plus : c'est ce qui se faisait il y a quelques années et que beaucoup ont arrêté au détriment de la préparation musculaire. Et c'est à nouveau en train de s'inverser.

Philippe Saint-André (sélectionneur de l'équipe de France, NDLR) parle de VMA (Vitesse Maximal Aérobie), ici cela fait trois ans qu'on la développe. On doit le faire l'été car ça épuise, on n'est pas toujours copain avec les joueurs car c'est très dur. Mais c'est indispensable et après, ils sont reconnaissants.

Le club a évolué tel que vous l'imaginiez en arrivant en 2009 ?

De façon exponentielle, même ! Ca a été vite et on essaie de suivre, le président en tête, et nous derrière dans nos domaines de compétence.

On peut toujours faire mieux, et on essaiera que ça soit le cas la saison prochaine, mais chacun fait le maximum avec les moyens à disposition. On montre qu'avec 8 M€ de budget, on peut gagner des matchs dans l'élite. Bien sûr, on aspire à plus de confort, on a du retard sur certains domaines mais on est tous ambitieux, dans une logique de progression et ça viendra au fur et à mesure si on reste à ce niveau-là.

Beaucoup à l'extérieur se demandent comment un staff fonctionne avec Marc Delpoux en partance, l'absence de Laurent Armand depuis janvier...

On ne va pas dire que c'est facile. On est sous pression ; depuis que « Reinette » (Laurent Armand) est entré à l'hôpital, il y a des moments plus durs. Marc a anonncé son départ, nous on reste, on a tous envie que le club reste en Top 14. On essaie de faire en sorte que rien ne nous perturbe, on prend sur nous. Même si parfois il y a des moments d'égarement comme après le match contre Montpellier.
Retrouvailles avec Ibañez

Raphaël Ibañez, le prochain manager de l'Union Bordeaux-Bègles, et Ludovic Loustau, qui sera donc son préparateur physique, se connaissent: nés la même année (1973), ils ont été champions de France Reichel ensemble avec l'US Dax où ils ont également effectué trois saisons communes en équipe première. Étudiants dans le même temps à... Bordeaux, ils faisaient la route ensemble. Se recroisant ensuite de temps en temps au gré de leur carrière, ils se retrouveront donc en Gironde.


N'aurait on pas là quelqu'un qui serait en mesure de contribuer efficacement à nous mettre sur le bon chemin. Sérieux, volontaire et visiblement pas con. Rétrospectivement (et on s'en est vite rendu compte) c'était vraiment une bonne pioche que ce retour aux sources de l’échassier landais.

_________________
Tombé tout jaune dans le rugby.

patrick
Admin
Admin

Nombre de messages : 15519
Localisation : Gradignan, Talence, Lescure, Musard ... ça dépend.
Date d'inscription : 25/01/2008
Humeur : Pour l'instant, ça va ...
Age : 51

Voir le profil de l'utilisateur http://www.allezunion.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Marc Delpoux et le staff

Message  patrick le Mer 4 Avr 2012 - 16:03

http://www.20minutes.fr/article/910659/union-bien-resiste-crash-test

l'union a bien résisté au crash-test

Créé le 04/04/2012 à 05h19 -- Mis à jour le 04/04/2012 à 05h19


Peu blessé, l'ailier australien Blair Connor a disputé la quasi-intégralité des rencontres de l'UBB cette saison. s.ortola / 20 minutes
rugby L'UBB réalise une bonne saison en partie grâce à sa faculté à éviter les blessures

Ne parlez surtout pas de chance à Ludovic Loustau. Dans son domaine, le préparateur physique de l'Union Bordeaux-Bègles ne croit guère en l'influence des astres. « Quand je vois que certains clubs du Top 14 ont plus de dix blessés en même temps, je me dis qu'il y a un problème », estime l'ancien demi de mêlée de Perpignan et du Stade Français. L'Union n'a pas eu ces soucis-là. Seuls le pilier Nicolas Descamps et, dans une moindre mesure, l'ouvreur argentin Nicolas Sanchez ont été victimes de blessures conséquentes cette saison. L'important travail de fond de son préparateur physique est sans doute l'une des explications au probable maintien du club en Top 14.
« Ludovic est né dans le rugby avec le professionnalisme en 1995, explique Loïc Arnoul, l'un des kinés du club. Il a fait la synthèse des techniciens qu'il a rencontrés dans sa carrière pour en arriver là. Il n'est pas assis dans ses certitudes et échange énormément avec nous. » L'intéressé avoue avoir énormément travaillé avec le milieu médical pour affiner sa méthode. Avec en règle de base, la sainte horreur du tout musculation, rapidement érigée en règle de base par certains techniciens. « ça ne sert à rien de soulever des montagnes, le rugby est avant tout un sport de déplacement. Plein de préparateurs physiques travaillent la puissance dès le début de saison alors que je pense qu'il faut d'abord attaquer par l'endurance. Il faut aussi éviter les déséquilibres musculaires. Pour prévenir les blessures des avants, il ne faut pas hésiter à renforcer leurs ischio-jambiers parce qu'ils sont déjà très forts sur le haut du corps. »

Glace au programme
Depuis sa montée dans l'élite, l'UBB mise également sur la cryothérapie, les joueurs se plongeant dans des bains de glace à l'issue des rencontres pour favoriser la récupération. « Avec nos petits moyens pour un club de Top 14, je pense que l'on peut être fiers de nous, souligne Loustau. Un club performant dans ce domaine ? Montpellier a réalisé de belles choses. S'ils arrivent en finale la saison dernière, c'est dû à un bon mélange entre préparation physique et rugby. » La même combinaison qui pourrait maintenir l'UBB.
romain baheux

_________________
Tombé tout jaune dans le rugby.

patrick
Admin
Admin

Nombre de messages : 15519
Localisation : Gradignan, Talence, Lescure, Musard ... ça dépend.
Date d'inscription : 25/01/2008
Humeur : Pour l'instant, ça va ...
Age : 51

Voir le profil de l'utilisateur http://www.allezunion.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Marc Delpoux et le staff

Message  patrick le Mer 4 Avr 2012 - 18:39

4 blessés depuis le début de la saison http://www.ubbrugby.com/actualites/cat-4-infirmerie.html , c'est sûr que Ludo est efficace rire rire rire

_________________
Tombé tout jaune dans le rugby.

patrick
Admin
Admin

Nombre de messages : 15519
Localisation : Gradignan, Talence, Lescure, Musard ... ça dépend.
Date d'inscription : 25/01/2008
Humeur : Pour l'instant, ça va ...
Age : 51

Voir le profil de l'utilisateur http://www.allezunion.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Marc Delpoux et le staff

Message  patrick le Ven 13 Avr 2012 - 8:30

http://www.sudouest.fr/2012/04/13/il-joue-les-ambassadeurs-de-la-cite-en-top-14-686782-773.php

Par thierry dumas

Il joue les ambassadeurs de la cité en Top 14
Le Sarladais Loïc Arnoul est le kiné de l'Union Bordeaux-Bègles depuis cinq ans.


Loïc Arnoul portant sa fille Malya, aux côtés de l'arrière néo-zélandais de l'UBB, Bruce Reihana. (photo DR)

La famille Arnoul continue de faire parler d'elle dans le monde du rugby. Quarante ans après les prouesses de son père Bernard, ancien capitaine et entraîneur du Club Athlétique Sarladais (CAS), alors en Division 1, le fiston Loïc, 36 ans, évolue lui aussi au plus haut niveau : en Top 14.

Depuis cinq saisons, en tant que kiné, il participe à la montée en puissance du groupe de l'Union Bordeaux-Bègles (UBB), aujourd'hui en passe de se maintenir dans l'élite. « On vit une aventure merveilleuse. On nous prédisait le pire, mais on prouve qu'on a notre place », explique Loïc, qui n'avait « jamais ambitionné de se retrouver là ».

C'est à cause (ou grâce) à de graves blessures au genou « entre 17 et 20 ans », qu'il s'est découvert cette vocation. « Jean-Louis Laborderie et Anne-Marie Lassignardie, chez qui j'ai exercé une année à La Bouquerie, ont largement influencé mon parcours. Je les en remercie. »
Publicité pour le Périgord

Parti à Bordeaux pour « vivre dans une grande ville », Loïc, enfant de Saint-Joseph où ses parents travaillaient, profite de l'appui d'un autre Sarladais, Rémi Espitalier, pour intégrer le Stade Bordelais. « J'étais en charge des juniors, et lorsque l'Union a été créée en 2007, on m'a proposé ce poste de kiné des pros, alors en Pro D2. »

Amoureux de sa ville natale, Loïc n'hésite pas à en faire la promotion auprès des joueurs de l'effectif, notamment les Australiens et les Néo-Zélandais. « Leur pays n'a pas notre passé. Ici, les châteaux, l'histoire médiévale, ils adorent ça. » La cité a donc aperçu cet hiver la grande carcasse de Justin Pearl et s'apprête à recevoir Dan Leo, qui a préféré commencer sa découverte du Périgord par Bergerac. « Justin avait apprécié, je lui avais dressé un road-trip avec notamment Domme et La Roque-Gageac au menu. »
« Conscient de ma chance »

Avec sa compagne et sa fille, Loïc est descendu à la mi-mars chez ses parents, qui habitent sur le boulevard Nessmann. Pas sûr qu'il y revienne d'ici la fin de la saison. « Je suis à mi-temps au club car j'ai aussi un cabinet en collaboration avec d'autres praticiens. Mais quand j'ai un week-end de repos, j'ai aussi plaisir à rester chez moi à Bruges, car je voyage beaucoup avec le rugby. Même s'il y a des sacrifices à faire, je suis conscient de ma chance. »

La preuve encore demain soir au stade Pierre-Antoine, où l'UBB affrontera le Castres Olympique et un certain Laurent Travers. « Quand il était au CAS, j'étais gosse et je le badais, Toto. Ce sera encore un bon moment. »

_________________
Tombé tout jaune dans le rugby.

patrick
Admin
Admin

Nombre de messages : 15519
Localisation : Gradignan, Talence, Lescure, Musard ... ça dépend.
Date d'inscription : 25/01/2008
Humeur : Pour l'instant, ça va ...
Age : 51

Voir le profil de l'utilisateur http://www.allezunion.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Marc Delpoux et le staff

Message  Black diamond le Jeu 3 Mai 2012 - 20:23

Bien bel article, sympa le focus sur un homme de l'ombre.

Black diamond
J'aime l'Union à la folie
J'aime l'Union à la folie

Nombre de messages : 434
Localisation : Boston
Date d'inscription : 04/11/2008
Humeur : Je veux LBM en EDF!!!

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Marc Delpoux et le staff

Message  léopold le Jeu 3 Mai 2012 - 20:30

Malya est bien belle.
Bravo aux parents. :clap: :clap: :clap: :clap: :clap: :clap: :clap: :clap: :clap:

léopold
J'aime l'Union à la folie
J'aime l'Union à la folie

Nombre de messages : 5828
Localisation : A Musard le lundi, à Musard le mardi, ... , à Musard le dimanche
Date d'inscription : 29/01/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Marc Delpoux et le staff

Message  patrick le Ven 4 Mai 2012 - 21:26

http://www.sudouest.fr/2012/05/04/delpoux-deux-de-der-705453-773.php

Par nicolas le gardien

Union Bordeaux-Bègles : Delpoux, deux de der

Le manager girondin, arrivé en octobre 2009, vit ses derniers jours bordelais marqués par deux matchs cruciaux. Impressions.


Marc Delpoux, ici face à Bayonne lors du premier match au Stade Chaban-Delmas. (photo G ; bonnaud)

Dans neuf jours et deux matchs, Marc Delpoux ne sera plus le manager de l'Union Bordeaux-Bègles. Au surlendemain de la dernière journée contre Perpignan (12 mai), l'ancien troisième ligne fera son dernier retour vers son domicile de Narbonne, presque 31 mois après son premier aller. Ce qu'il en retiendra ? « On est passé de la 14e place de Pro D2 au Top 14. J'ai eu la chance que l'on ait construit, avec peu de moyens. » Avec aussi en tête le verdict final, qui verra l'UBB rester en Top 14 ou connaître un « échec ». Et un pincement au cœur en tournant la page ? « Non. Le club et moi avons décidé que ça serait comme ça. C'est la vie. »

Depuis le 31 décembre - et l'annonce officielle de son départ -, la sienne est affublée d'une double casquette : coach girondin e t futur catalan. La même - ageno-bayonnaise - a entraîné la mise à l'écart du duo lot-et-garonnais Christian Lanta- Christophe Deylaud pour la rencontre entre le SUA et l'Aviron demain.

Lui, après avoir imaginé demander à se retirer si Union - Perpignan était décisif pour le maintien des deux équipes, veut être présent quoiqu'il arrive (notre édition du 22 avril) « parce qu'il ne peut plus y avoir de suspicions : ça ne se jouera aussi à Clermont (qui recevra Brive) et à Castres (Bayonne). Pour moi, c'est une rencontre à gagner, c'est tout. Je veux partir tranquille, que pas un joueur puisse me dire que je les ai plantés. »

Le président Laurent Marti, a lui aussi réaffirmé son désir d'aller « au bout du contrat. » Maintenant au poste celui qui l'avait séduit lors d'une rencontre fortuite au printemps 2009, mais avec qui la communication est coupée depuis fin décembre et une brouille sur laquelle ils ne souhaitent pas disserter. En toile de fond, les surenchères de Perpignan pour des joueurs de l'UBB en fin de contrat d'un côté ; le sentiment que le club, s'il avait voulu le garder, aurait pu lui offrir une proposition avant que le poste à l'USAP se libère mi-novembre, de l'autre.

Un fonctionnement modifié

Comment le manager, qui se retrouve en concurrence pour la préparation de la saison prochaine, vit-il la situation depuis ? « Cela a été très difficile en janvier avec l'AVC de Laurent (Armand, NDLR) avec qui je passais toutes mes journées ici. Mais je me suis recentré sur le travail et l'objectif. »

Depuis le début d'année, la manière de fonctionner du meilleur staff de Pro D2 2010-2011, qui avait fait sa force de sa complémentarité sportive et de caractères, a aussi évolué. « Oui, ça a changé, parce que la situation l'a imposé, répond-il. Je crois qu'on avait tous trouvé notre équilibre. Et, en huit jours, il a fallu repartir sur autre chose: on est passé d'un tripole avec un pole décisionnaire à un bipole avec Vincent (Etcheto). Je me suis plus impliqué dans l'entraînement des avants dans la mesure de mes compétences. David Ortiz (directeur du centre de formation, NDLR) s'occupe depuis trois mois de la mêlée, je fais désormais la touche seul. Je m'occupais auparavant du collectif général en déléguant certains aspects, aujourd'hui je me concentre d'abord sur celui des avants. On réfléchit évidemment à la stratégie en fonction de l'adversaire chaque semaine, mais nous sommes moins dans l'évolution et nous nous appuyons surtout sur les acquis. »

Avec en terme de résultats un seul vrai accroc, à Lyon. « Mais ce n'était pas réaliste d'imaginer que l'on puisse s'en sortir avant les dernières journées. On l'a toujours répété : il faudrait être calme, patient, il y aurait des mauvaises semaines. Le recrutement avait été effectué à deux exceptions avant la montée pour pouvoir dominer la Pro D2. Mais on savait que l'on avait un groupe compétitif en Top 14 sur les gros matchs à l'extérieur, sur les rencontres à domicile mais pas l'effectif pour se battre partout, stratégie à laquelle j'ai tenue même si ce n'est pas fini. On ciblait entre 8 et 10 victoires, on en est à 10 : ce n'est pas suffisant, mais énorme. C'est pour ça je pense que l'UBB va grandir, progresser, en faisant un recrutement ciblé sur les postes où on n'était moins compétitif quand les titulaires n'étaient pas là. »

« Tout le monde évolue »

Surpris de l'engouement suscité autour du club ? « Non : si j'ai resigné ici en 2010, c'est parce que j'étais convaincu que ça pouvait décoller. » Et de l'ascension rapide ? « Je crois que c'est un tout : la volonté et l'argent du président, le recrutement, le travail à l'entraînement, l'état d'esprit du groupe, le projet de jeu. Je pense avoir convaincu Laurent Marti d'évoluer dans le type de recrutement, avoir amené mon projet de jeu avec ses qualités et ses défauts. »

Un succès à Brive, demain, offrirait le maintien et un dernier match à l'UBB sans pression.

« Ce que souhaite de tout cœur, c'est que l'équipe reste en Top 14, cette semaine ou la prochaine. Après, oui, j'ai connu ça avec Narbonne. C'était une belle journée, on avait salué les joueurs et le staff qui partaient. De l'affect, bien sûr qu'il y en a, sinon cela n'aurait pas fonctionné. Ce sont les joueurs qui font avancer. » Et de poursuivre : « Je suis pessimiste de nature, mais on va s'en sortir. »

Lui partira-t-il en manager différent de celui qui est arrivé ? « Je pense. Tout le monde évolue et se nourrit du quotidien. Et ce qui me passionne dans ce métier, c'est le goût de la victoire et justement d'être toujours à rechercher des idées nouvelles pour avoir un coup d'avance. »

_________________
Tombé tout jaune dans le rugby.

patrick
Admin
Admin

Nombre de messages : 15519
Localisation : Gradignan, Talence, Lescure, Musard ... ça dépend.
Date d'inscription : 25/01/2008
Humeur : Pour l'instant, ça va ...
Age : 51

Voir le profil de l'utilisateur http://www.allezunion.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Marc Delpoux et le staff

Message  patrick le Ven 11 Mai 2012 - 0:31

http://www.20minutes.fr/article/932027/top-14-der-vraiment-particuliere-delpoux-bordeaux-begles

BEGLES (Gironde) - Top 14: la der vraiment particulière de Delpoux pour Bordeaux-Bègles

Créé le 10/05/2012 à 16h39 -- Mis à jour le 10/05/2012 à 16h41


L'entraîneur de Bordeaux-Bègles Marc Delpoux lors du match contre Montpellier, le 18 février 2012 à Bègles. Nicolas Tucat afp.com

BEGLES (Gironde) - Marqué par une phase retour compliquée à vivre humainement, le manageur de Bordeaux-Bègles Marc Delpoux va tirer sa révérence sans aucun regret, samedi lors de la dernière journée du Top 14, en accueillant Perpignan, sa future équipe qu'il peaufine à distance depuis des mois.

En ville, un mariage sur deux finit par un divorce. Celui entre l'UBB et Marc Delpoux prendra fin officiellement samedi vers 18h, au terme d'un match heureusement sans enjeu pour les deux équipes.

Mais dans les faits, la rupture remonte au 31 décembre dernier, le jour de l'annonce du départ du technicien de 49 ans vers Perpignan la saison prochaine.

Depuis lors, l'Union n'est plus sacrée entre lui et Laurent Marti, son futur-ex président. A peine +bonjour, bonsoir+ les jours de matches ou de présence présidentielle au club. On se respecte mais on s'évite.

Du coup la dernière à Musard face à l'Usap s'annonce un peu spéciale pour Delpoux. "Ce sera une journée intéressante et émouvante par rapport au public, l'aboutissement de deux ans et demi", déclare-t-il, le moment de partir.

"Vu ce qui se passe depuis six mois, je suis même heureux de partir, à ce point là, confie-t-il. Depuis ce (jeudi) matin que j'ai pris la route pour venir à Bordeaux (en provenance de Narbonne où réside sa famille), j'ai hâte de reprendre la même route. C'est le monde professionnel, tous les deux ans ou trois ans, il faut savoir quand on est un entraîneur que la valise doit être prête. Là, c'est la première fois que la valise me ramène vers chez moi".

Dans le rétroviseur, il pourra se retourner, fier du devoir accompli malgré "ces six derniers mois les plus compliqués de ma carrière". "Mais je fais partie intégrante de ce clash, à 50 %, reconnaît-il. J'aurais pu être moins professionnel que je l'ai été".

Surtout, il ne louera jamais assez l'état d'esprit de son groupe. "Ce que j'ai vécu avec eux, ce qu'ils ont eu la gentillesse de me dire dans le vestiaire à Brive, ça vaut tous les grands discours, explique-t-il. J'ai vraiment apprécié l'heure qui a suivi la fin de ce match. C'est ma récompense et ça on ne me l'enlèvera pas. Ce qu'ils m'ont dit, c'est mon bilan".

Et il est plutôt flatteur pour l'ancien entraîneur de Calvisano (1re div. italienne), qui était au chômage quand Marti était allé le chercher à l'automne 2009: une montée en Top 14 inespérée mais pas imméritée pour un 5e de Pro D2, puis un maintien assuré à une journée de la fin.

"Ce qui est bien, c'est qu'il arrive au bout, souligne l'arrière Laurent Ferrères. Dans d'autres clubs, pas très loin, ils n'ont pas fini la saison".

Ce pedigree, le président de Perpignan Paul Goze le connaît par coeur. "C'est la deuxième fois que je recrute Marc Delpoux. En 1992, lors de ma première présidence, je suis allé chercher le n°8 Marc Delpoux à Narbonne, précise le dirigeant. C'était déjà un meneur d'hommes et de jeu, très fort organisateur et stratège de notre jeu. On retrouve ses qualités aujourd'hui chez l'entraîneur".

A Perpignan, Delpoux est depuis longtemps chez lui mais depuis six mois, son implication est totale du côté des Arlequins, principalement via le téléphone.

"A part pour les recrutements de Taumalolo (pilier tongien) et Charteris (2e ligne gallois), nous avons travaillé de concert pour la saison prochaine confirme Goze. Il possède une grande connaissance du rugby et des hommes et ce n'est pas donné à tout le monde. Il prône un rugby ambitieux. J'espère que ses qualités s'épanouiront à Perpignan".
© 2012 AFP


Dès le lendemain de la défaite contre Agen à Chaban, l'arrivée de Marc aura énormément apporté à notre jeu : vision ambitieuse et organisation. Il aura ensuite grandement participé à la construction du groupe actuel que nous aimons tant. Lors du problème de Laurent, il aura répondu présent ... alors qu'avec l'autre Laurent tout n'allait pas au mieux. Grand Merci Marc pour tout ce que tu as fait pour l'Union et bonne chance pour tes nouvelles fonctions.

_________________
Tombé tout jaune dans le rugby.

patrick
Admin
Admin

Nombre de messages : 15519
Localisation : Gradignan, Talence, Lescure, Musard ... ça dépend.
Date d'inscription : 25/01/2008
Humeur : Pour l'instant, ça va ...
Age : 51

Voir le profil de l'utilisateur http://www.allezunion.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Marc Delpoux et le staff

Message  patrick le Ven 11 Mai 2012 - 18:12

Midol







Embarassed

_________________
Tombé tout jaune dans le rugby.

patrick
Admin
Admin

Nombre de messages : 15519
Localisation : Gradignan, Talence, Lescure, Musard ... ça dépend.
Date d'inscription : 25/01/2008
Humeur : Pour l'instant, ça va ...
Age : 51

Voir le profil de l'utilisateur http://www.allezunion.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Marc Delpoux et le staff

Message  patrick le Sam 12 Mai 2012 - 8:41

http://www.sudouest.fr/2012/05/12/marc-delpoux-l-au-revoir-712875-773.php

Marc Delpoux, l'au-revoir
Le manager de la montée puis du maintien, arrivé en octobre 2009, sera sur la dernière fois sur le banc de l'Union.


Marc Delpoux avec Justin Purll, après le succès à Brive. (photo G. B.)

En cette période de passation de pouvoir, le stade André-Moga en sera le cadre d'une, cet après-midi. Catalane. Marc Delpoux serrera la main de Christophe Manas et Bernard Goutta, à qui il s'apprête, avec un nouveau staff, à succéder. Avant de connaître sa première journée de manager de l'USAP, de retrouver un stade qu'il a fréquenté quatre ans comme joueur « avec un projet excitant », un effectif recomposé et l'ambition « d'approcher les six premières places (qualificatives, NDLR) », Marc Delpoux va connaître sa dernière dans la peau de celui de l'UBB, endossée en Pro D2 en octobre 2009 (« Sud Ouest » du 4 avril). Dernières impressions.

Comment voyez-vous cette dernière rencontre ?

Sans pression et presque sans enjeu. Depuis le début de saison, on a répété qu'on avait un seul objectif qui était le maintien. Maintenant qu'il est acquis, on va avoir un match sympa entre deux équipes décontractées. La huitième place, ce n'est qu'anecdotique.

Et à titre personnel ?

Je vais bien la vivre, parce que je crois que c'est l'aboutissement de deux ans et demi. Vu ce qu'il se passe ses derniers mois (lire ci-contre et nos précédentes éditions), je suis même heureux: c'est le moment de partir. Après, pour ce qui est des joueurs, ce qu'ils m'ont dit dans le vestiaire à Brive, ça vaut tous les grands discours. Ca restera ma récompense, mon bilan.

Vous allez savourer cette dernière journée avec eux ?

Je l'ai surtout apprécié à Brive, l'heure qui a suivi la fin du match. On a fait la vidéo, comme d'habitude, de l'adversaire et de la touche pour être prêt pour le match. Mais humainement, ceux qui avaient des choses à me dire me l'ont déjà dit et ceux à qui j'avais des choses à dire, je l'ai déjà fait. Cette dernière journée sera intéressante et émouvante pour moi par rapport au public, une aventure qui s'achève. Mais très franchement, depuis ce matin que j'ai pris la route de Narbonne (où est son domicile familial, NDLR), j'ai hâte de la reprendre dans l'autre sens. Ça a été compliqué humainement, dans le plaisir. Mais je sais aussi faire la part des choses : je fais partie de ce clash, à 50 %. Après, au point de vue du jeu, les joueurs ont été derrière nous. Tant que c'est le cas, un club avance. Ils ont su faire la part des choses par rapport à l'accident de Laurent (Armand), la polémique sur mon départ. Ça a été notre force.

Le contexte fait que le maintien est plus fort que la montée ?

Ce n'est pas la même joie. La montée, c'est un aboutissement car tu rejoins le Top 14 alors que l'année précédente tu n'étais pas formaté pour cela. Là, c'est une concrétisation. Je crois qu'aujourd'hui, tous les soutiens du monde du rugby que l'on a reçus depuis la victoire à Brive montrent qu'il y a beaucoup d'admiration pour ce que le groupe a réalisé cette année.

Il y aura une sensation de passation de pouvoir ?

Du côté de Perpignan, il n'y aura beaucoup de joueurs que j'entraînerai qui seront présents. Après, c'est le monde professionnel : quand on est entraîneur il faut que tous les deux-trois ans la valise soit prête. C'est la première fois qu'elle me ramène vers chez moi, c'est une bonne nouvelle. J'aurais vraiment aimé que ce ne soit pas l'USAP pour partir plus tranquillement. Mais les résultats communs des deux équipes font que c'est un match amical. je crois qu'eux comme nous sommes heureux que ça soit comme ça.


Au revoir Marc. Le forum a parfois ici et là émis quelques critiques ... mais parce que nous aimons énormément.
Par ailleurs, gageons que l'amertume des 6 derniers mois partira et laissera totalement la place à l'amitié.

MERCI !

_________________
Tombé tout jaune dans le rugby.

patrick
Admin
Admin

Nombre de messages : 15519
Localisation : Gradignan, Talence, Lescure, Musard ... ça dépend.
Date d'inscription : 25/01/2008
Humeur : Pour l'instant, ça va ...
Age : 51

Voir le profil de l'utilisateur http://www.allezunion.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Marc Delpoux et le staff

Message  patrick le Jeu 17 Mai 2012 - 11:37

Vidéo de MD sur boreaux-gazette.com avant le match contre l'USAP



Clap de fin pour Marc Delpoux à l’UBB

par Bernard Lamarque le 11 mai 2012

Marc Delpoux tire sa révérence après ce dernier match de poule face à Perpignan, ville qu’il va rejoindre très rapidement pour prendre les rennes sportives de l’USAP. Ce dernier match de la saison va se dérouler en l’absence de nombreux titulaires de l’Union car malheureusement il y a pas mal de monde à l’infirmerie, la saison ayant laissé des traces. Match sans véritable enjeu si ce n’est celui de la 8ème place, les 2 équipes auront à cœur de faire un match plein pour faire honneur à leur réputation.

Ce sera aussi le dernier match pour Laurent Ferrères car après cinq ans passés au club il va émigrer vers d’autres cieux mais pas très loin de Bordeaux car il ne veut pas hypothéquer le parcours professionnel de son épouse (il se marie dans 15 jours). Il compte bien revenir au club avec une autre fonction que celle de joueur car il veut se spécialiser dans la formation, ce qui n’est pas pour déplaire au Président Marti qui l’a assuré de toute sa bienveillance. Il faut dire pour la compréhension de l’histoire que la volonté du président Marti est de construire un grand club à Bordeaux et il s’y prend comme on s’y est pris au Stade Toulousain en puisant dans le vivier des anciens joueurs qui souhaitent s’impliquer.

On sent bien qu’il y a une vraie camaraderie dans cette équipe, même si certains n’ont pas portée le maillot souvent ne rentrant pas trop dans le schéma de jeu mis en place avec des joueurs extrêmement mobiles et adroit balle en main comme un Patrick Toetu. Il faut dire qu’en première ligne avec Delboulbes et Forbes le club a trouvé des joueurs très performants et Decamps et Labbé vont revenir, ce dernier en compagnie de Rofes rejoignent la sélection espagnole dès Lundi. On a souvent regretté un manque de puissance au niveau des avants, mais sur le vu de la performance face à Agen et à Brive, on a pu s’apercevoir que le collectif pouvait avoir de sérieuses ressources avec un Chalmers dévoreur d’espace et défenseur infatigable. Bien sur, il y a eu l’accident de Laurent Armand au rang des mauvaises nouvelles, mais on se demande si cela n’a pas fourni un supplément d’âme à cette équipe dans les matchs face à Toulouse et Agen. Le départ annoncé de Marc Delpoux depuis le 31 décembre n’aura pas non plus perturbé la marche du club même si cela a généré une tension avec Laurent Marti qui n’a pas trop apprécié la manière dont cela s’est fait. . Il risque d’y avoir un peu d’électricité dans l’air lors de la saison prochaine entre l’UBB et l’USAp, mais en ce qui concerne ce match, il sera sous le signe de l’euphorie avec beaucoup d’absences d’autant que Sanchez et Denêtre qui auraient aimé joué se sont vu refuser ce plaisir par le staff médical n’a pas donné son feu vert, mais ils seront de la fête à Moga samedi.

_________________
Tombé tout jaune dans le rugby.

patrick
Admin
Admin

Nombre de messages : 15519
Localisation : Gradignan, Talence, Lescure, Musard ... ça dépend.
Date d'inscription : 25/01/2008
Humeur : Pour l'instant, ça va ...
Age : 51

Voir le profil de l'utilisateur http://www.allezunion.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Marc Delpoux et le staff

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 13:10


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 5 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum