AllezUnion.com, Forum des supporters de l'Union Bordeaux Bègles - Rugby
Un forum est comme un vestiaire, quand on y rentre on dit bonjour. Pensez donc à vous connecter, ça vous assurera également une visibilité parfaite ;o)

Enregistrer et activer un compte prend 3 minutes. Seule une adresse email valide est nécessaire. Ne soyez pas timide, Allez y !

AllezUnion.com
Récapitulatif des arrivées/Départs/Prolongations/Sous contrat pour 2021-2022

Dim 8 Nov 2020 - 12:10 par patrick

Arrivées :clap:
Groupe Pros

Groupe Espoirs

*infos à confirmer

Départs, Prêts ou Arrêts Sad
Marco Tauleigne (3eL, 2021) -> Montpellier
Seta Tamanivalu (C/Al, 2021) -> Japon
Benjamin Botica (10, 2021) -> Castres



Bruits ou inconnues  confused


Laurent Delboulbes (1, 2021)
Zacaria El Fakir (3, 2021)
Vadim Cobilas (3, 2021)
Ben Tameifuna …

Commentaires: 0

Derniers sujets
» Top14 : autres matchs
par Big'Ben Aujourd'hui à 21:01

» Top14 - 10eme journée : MHR / UBB
par Switch Aujourd'hui à 19:44

» Prolongations, Signatures, Départs pour 2021/2022
par densnewzealand Aujourd'hui à 19:33

» Pro D2 : Autres matchs
par Big'Ben Aujourd'hui à 19:05

» Coupe d'Europe 2020-2021
par Scalp Aujourd'hui à 15:37

» Le XV de France
par Dr. Gregory Bouse Aujourd'hui à 10:38

» Darly Domvo
par le radis Hier à 17:50

» Yoram Moefana
par marchal Hier à 17:12

» Tri-nations 2020
par grospaquet31 Hier à 13:15

» Rugby et Coronavirus
par Dr. Gregory Bouse Hier à 12:54

» christophe dominici
par Scalp Hier à 9:53

» TOP14 - 9ème journée : Castres / UBB
par léopold Hier à 9:33

» Top Rugby sur TV7
par Scalp Mer 25 Nov 2020 - 12:57

» Top14 - 1ère journée : Stade Français / UBB
par Scalp Mar 24 Nov 2020 - 18:55

» Matthieu Jalibert
par Scalp Lun 23 Nov 2020 - 18:59

» Questions pour mes études de journalisme
par Clara De Frutos Lun 23 Nov 2020 - 15:27

» espoirs 2020/2021
par le radis Dim 22 Nov 2020 - 18:27

» Accès à l'espace privé "UBB Fanes"
par patrick Sam 21 Nov 2020 - 17:51

» Que deviennent nos anciens joueurs ?
par Vince33 Sam 21 Nov 2020 - 12:05

» COVID19 et finances du rugby pro
par sudiste Ven 20 Nov 2020 - 22:57

» SAISON 2010/2011 Accession TOP14 L'équipe
par guillaume ubb Ven 20 Nov 2020 - 22:29

» Geoffrey Cros
par latine Ven 20 Nov 2020 - 20:35

» Le Pognon et le Rugby
par Switch Ven 20 Nov 2020 - 12:22

» Bodéga Zoom
par patrick Ven 13 Nov 2020 - 19:25

» Super Rugby
par grospaquet31 Mer 11 Nov 2020 - 10:49

» Top14 - 4ème journée : UBB / CLERMONT
par marchal Mar 10 Nov 2020 - 12:40

» France Bleu Gironde : La mêlée du lundi
par willoush Lun 9 Nov 2020 - 22:36

» Alexandre Flanquart
par marchal Lun 9 Nov 2020 - 15:12

» TOP14 - 8ème journée : UBB / Bayonne
par le radis Lun 9 Nov 2020 - 13:57

» Le XV de France
par Scalp Lun 9 Nov 2020 - 11:56

Le Deal du moment : -35%
WD Elements Disque dur portable externe 5 To USB 3.0
Voir le deal
99.99 €

Laurent Marti : la bio

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Aller en bas

Laurent Marti : la bio - Page 2 Empty Re: Laurent Marti : la bio

Message  Penny33 le Dim 26 Avr 2015 - 13:14

OUh là !!! Tu demandes aux anciens de mettre aux oubliettes le nom d'André Moga ??? Pas sûr que ça passe !

Penny33
J'aime l'Union à la folie
J'aime l'Union à la folie

Nombre de messages : 902
Date d'inscription : 11/11/2012

Revenir en haut Aller en bas

Laurent Marti : la bio - Page 2 Empty Re: Laurent Marti : la bio

Message  krahknardz le Dim 26 Avr 2015 - 12:42

Voire mieux, le nouveau centre d'entraînement ultra-moderne délivré par la mairie de Bègles et Bordeaux métropole: un nouveau lieu qui aura besoin d'un nom...
On lance une pétition (accessoirement ça mettra la pression sur lesdites institutions pour se bouger le popotin pour le faire...)?
krahknardz
krahknardz
Team
Team

Nombre de messages : 4549
Localisation : Bègles
Date d'inscription : 07/07/2013
Humeur : Un essai de l'UBB et c'est toute la semaine qui prend des couleurs....
Age : 47

Revenir en haut Aller en bas

Laurent Marti : la bio - Page 2 Empty Re: Laurent Marti : la bio

Message  Penny33 le Dim 26 Avr 2015 - 12:39

De l'honnêteté, de la droiture, le sens du sacrifice ............des valeurs qui se perdent d'ailleurs......
On a une chance folle d'avoir ce monsieur à la tête de l'UBB.

Je vote pour le stade L Marti  yesbx
Penny33
Penny33
J'aime l'Union à la folie
J'aime l'Union à la folie

Nombre de messages : 902
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/11/2012

Revenir en haut Aller en bas

Laurent Marti : la bio - Page 2 Empty Re: Laurent Marti : la bio

Message  krahknardz le Dim 26 Avr 2015 - 10:51

On peut pas rebaptiser Chaban stade Laurent Marti? Chaban a son pont après tout...
krahknardz
krahknardz
Team
Team

Nombre de messages : 4549
Localisation : Bègles
Date d'inscription : 07/07/2013
Humeur : Un essai de l'UBB et c'est toute la semaine qui prend des couleurs....
Age : 47

Revenir en haut Aller en bas

Laurent Marti : la bio - Page 2 Empty Re: Laurent Marti : la bio

Message  Duracuir le Dim 26 Avr 2015 - 10:47

Black diamond a écrit:
patrick a écrit:SO :

L’Union fait sa force

Le président de l’UBB veut un club de rugby champion. Mariage vibrant entre une ville en attente et un bâtisseur

Christian Seguin

L’entrepreneur

Laurent Marti, 47 ans, est le patron du groupe en expansion Top Tex, qu’il a créé en 1994, spécialisé dans la distribution et l’importation de textile promotionnel (200 personnes, 120 millions de chiffre d’affaires). Une quarantaine de marques sont vendues, dont celle de Laurent Marti, Kariban, en Europe et aux États-Unis. Le propriétaire de l’UBB a été le premier à introduire les produits mode dans le textile publicitaire.

Son jardin possède un seul arbre à deux branches planté en territoire pied- noir. Un cèdre de l'Atlas : les Marti, 100 % d'origine espagnole, et les Bertagnoli, 100 % d'origine italienne, devenus français par l'Algérie. Laurent Marti porte en creux les récits cruels des gens dépossédés que sa curiosité d'enfant buvard a absorbés. La famille déterminée à exister dessine son avenir. Antoine Marti, le père, président de l'Union Sportive Bergeracoise dans les années 1980, lutte pour devenir directeur du Crédit immobilier. Yvanne, la mama solaire, peut faire reculer le pack de Clermont si l'on touche à l'un de ses trois enfants, Laurent, Catherine et Vincent. Il y a dans l'exil de la fierté, de la droiture, du sentiment intense.

L'aîné surprend. À 10 ans, il attend que l'enfance s'achève, à 15 ans, il juge l'adolescence inutile, et à 20 ans, en passant son BTS d'action commerciale, il crée Publitel, sa première entreprise de briquets publicitaires. Un jour, le Stade Toulousain le recrute à l'aile en juniors et la faculté de biologie s'honore de lui donner trois cours. Pourquoi, en 2006, un jeune homme courtois au regard romantique du cinéma muet, qui a compris avant les autres l'avènement du tissu publicitaire, va-t-il se frotter à cette mêlée embourbée où deux clubs racés, le Stade Bordelais et le CABBG, tentent de s'accoupler ? À Bordeaux, Laurent Marti ne vient pas pour le business. Il cède à une obsession bienheureuse : retrouver toutes les sensations de sa jeunesse en offrant au rugby professionnel une maison. Il cogite pendant un an et met 500 000 euros au capital. On l'aime tout de suite. Il est photogénique, sourit, écoute, parle d'éthique, et sans notes. Il dit « nous ». Pas de coup de menton. Comme le fils naturel d'une ville en mutation profonde, qui va bientôt faire passer Toulouse pour un jardin de curé, mais dont l'aspiration ne varie pas.

La communauté lui doit

Bordeaux, aux jouissances tempérées, amarrée à son décor, ni bourgeoise ni charbonnière, rêve toujours de prendre la mer avec un commandant au-dessus du lot. Laurent Marti arrive à l'heure. Il colle à l'image Unesco. Les vieux fusils et les dépendants rugby n'en peuvent plus de manquer, tandis qu'un public nouveau s'enivre de olas en famille à Chaban-Delmas. Ça sent le pop-corn et le plaisir de vivre. L'UBB envoie la balle à l'aile. La télévision adore.

Pas de visées sur la Fédération ou la Ligue nationale, aucune ambition politique, Laurent Marti a le profil idéal du gentleman éduqué, sans ennemis invisibles ni amis tonitruants, que son obstination de maçon rend familier. « Quand on lui serre la main, dit un sponsor, on a le sentiment qu'il éprouve du bonheur. »

Des idées fixes

Une image lisse, fatalement trompeuse. « Derrière cette attitude à l'anglaise, il y a un cocktail détonant, relève le manager Raphaël Ibañez. Sa persévérance à bouger les lignes au niveau local et à imposer son club dans le paysage rugbystique français force l'admiration. Un look de jeune businessman et des idées fixes. C'est ce qui fait sa réussite. » Une belle personne n'aurait pas mieux.

Existe vite à Bordeaux l'idée que la communauté lui doit. Michel Moga, qui a payé plus que de raison, avec ses frères, pour y sauver le rugby professionnel, reconnaît très tôt un patron. « C'est parce que nous n'avons pas maîtrisé le côté sportif que nous nous sommes plantés avec nos petits budgets. C'est un entrepreneur. Il voulait une indépendance totale. Nous avons su effacer nos rancœurs pour lui laisser le champ libre. » Une galère. En 2008-2009 - « la pire année de ma vie » -, Laurent Marti perd plus de 1 million d'euros. Bordeaux l'aime sans sortir de carnet de chèques. Il règle les notes. Jusqu'où va cette passion qui le réveille la nuit ? Ses proches angoissent de connaître la réponse. « Je sens, dit-il, que j'ai peut-être fait une connerie, mais je décide de me battre jusqu'au sang. » L'assemblée admire le sacrifice et le lui dit. L'UBB l'aimante. Quand il craque, le 19 mars 2010, cinq minutes avant d'annoncer son départ, le président du Conseil régional, Alain Rousset, lui promet de l'aide. Trois minutes plus tard, pur hasard, un gros sponsor s'engage. Laurent Marti ne s'échappe jamais. « S'il était parti, tout aurait volé en éclats, explique Philippe Moulia, le directeur général d'Eiffage Nord Aquitaine. Beaucoup de chefs d'entreprise se sont identifiés à lui dans l'approche entrepreneuriale. J'ai rarement vu un homme de cette qualité. »

Dans un Top 14 effrayant

Pourquoi ce concerto pour violon ? Parce qu'il relève d'une curiosité du paysage clanique du rugby. Il n'appartient ni à l'espèce quasi éteinte des présidents cassoulet, ni à celle des puissants capitaines d'industrie qui prennent le manche. Et il n'a rien du chansonnier de la scène toulonnaise. Où trouver une telle singularité ? Il consacre un jour à son entreprise et six à son club, avec une cible obsédante : digérer chaque semaine dix à douze matchs enregistrés de Top 14, Champion Cup, Super Rugby, Pro D2, traquer un champion supposé et ses failles, l'analyser avec son staff. Le dimanche, il suit les espoirs. On ne le voit pas se rendre chez les parents des jeunes joueurs dans les hameaux.

L'effet du rugby sur ses affaires ? Nul. Il ne vend pas aux particuliers. Son groupe aurait même gagné à ce qu'il y travaille plus. Impossible de pressentir qu'il demeure propriétaire à 95 % de l'UBB, qu'il peut vendre jeudi. « Ce n'est pas à moi, mais au patrimoine local. Si un jour je devais partir, je ne ferais pas le choix de l'argent. » Et quand l'objectif annoncé de ramener le Brennus à Bordeaux fait ricaner, il s'exaspère. « Je n'accepte pas que dans ce pays, l'ambitieux devienne un prétentieux. Je trouve bassement ridicule de se moquer de nous si l'on décroche du Top 6. Cela ne change rien à nos objectifs. » Il garde donc son calme dans un Top 14 effrayant où tu es sixième à midi, en lutte pour le maintien à midi et quart, et orphelin de ton staff à midi et demi.

3,8 millions d'euros d'engagement personnel depuis 2007 seraient de l'argent perdu ? « Je m'en fiche. L'émotion partagée, pour moi, c'est la famille et le sport. Je n'ai jamais vu quelqu'un pleurer parce qu'il avait réalisé une affaire. Alain Juppé, en nous laissant Chaban-Delmas, a offert au club un cadeau inégalable. Ce que procure un stade de 30 000 personnes ne se compare pas. Demain, je recommencerai. »

Demain, sur la route de son idéal, il doit trouver 3 millions d'euros pour boucler le budget 2015-2016. Si ce n'est pas le cas, il paiera. Les noces continuent. Le public girondin veut chanter. Et Yvanne Marti commente désormais l'action de la 67e minute côté fermé. Pourquoi l'amoureux guérirait-il ?

« Je décide de me battre jusqu'au sang »


L'homme a surement des côtés sombres ... quoi qu'il en soit c'est un peu de lumière qu'il nous a apporté Yesss
Merci Laurent.

Magnifique, bien écrit, j'ai eu la mi-molle...
...je crois que j'ai choppé l'autre moitié....!
SUPERBE article !!!
ça c'est de la Com...si j'avais 3 millions je les mettrais au pôt illico... Laurent Marti : la bio - Page 2 548764
Duracuir
Duracuir
J'aime l'Union à la folie
J'aime l'Union à la folie

Nombre de messages : 448
Localisation : TALENCE
Date d'inscription : 24/04/2012
Humeur : UNION, quand tu me prends...!!!!

Revenir en haut Aller en bas

Laurent Marti : la bio - Page 2 Empty Re: Laurent Marti : la bio

Message  Black mamba le Dim 26 Avr 2015 - 10:01

patrick a écrit:SO :

L’Union fait sa force

Le président de l’UBB veut un club de rugby champion. Mariage vibrant entre une ville en attente et un bâtisseur

Christian Seguin

L’entrepreneur

Laurent Marti, 47 ans, est le patron du groupe en expansion Top Tex, qu’il a créé en 1994, spécialisé dans la distribution et l’importation de textile promotionnel (200 personnes, 120 millions de chiffre d’affaires). Une quarantaine de marques sont vendues, dont celle de Laurent Marti, Kariban, en Europe et aux États-Unis. Le propriétaire de l’UBB a été le premier à introduire les produits mode dans le textile publicitaire.

Son jardin possède un seul arbre à deux branches planté en territoire pied- noir. Un cèdre de l'Atlas : les Marti, 100 % d'origine espagnole, et les Bertagnoli, 100 % d'origine italienne, devenus français par l'Algérie. Laurent Marti porte en creux les récits cruels des gens dépossédés que sa curiosité d'enfant buvard a absorbés. La famille déterminée à exister dessine son avenir. Antoine Marti, le père, président de l'Union Sportive Bergeracoise dans les années 1980, lutte pour devenir directeur du Crédit immobilier. Yvanne, la mama solaire, peut faire reculer le pack de Clermont si l'on touche à l'un de ses trois enfants, Laurent, Catherine et Vincent. Il y a dans l'exil de la fierté, de la droiture, du sentiment intense.

L'aîné surprend. À 10 ans, il attend que l'enfance s'achève, à 15 ans, il juge l'adolescence inutile, et à 20 ans, en passant son BTS d'action commerciale, il crée Publitel, sa première entreprise de briquets publicitaires. Un jour, le Stade Toulousain le recrute à l'aile en juniors et la faculté de biologie s'honore de lui donner trois cours. Pourquoi, en 2006, un jeune homme courtois au regard romantique du cinéma muet, qui a compris avant les autres l'avènement du tissu publicitaire, va-t-il se frotter à cette mêlée embourbée où deux clubs racés, le Stade Bordelais et le CABBG, tentent de s'accoupler ? À Bordeaux, Laurent Marti ne vient pas pour le business. Il cède à une obsession bienheureuse : retrouver toutes les sensations de sa jeunesse en offrant au rugby professionnel une maison. Il cogite pendant un an et met 500 000 euros au capital. On l'aime tout de suite. Il est photogénique, sourit, écoute, parle d'éthique, et sans notes. Il dit « nous ». Pas de coup de menton. Comme le fils naturel d'une ville en mutation profonde, qui va bientôt faire passer Toulouse pour un jardin de curé, mais dont l'aspiration ne varie pas.

La communauté lui doit

Bordeaux, aux jouissances tempérées, amarrée à son décor, ni bourgeoise ni charbonnière, rêve toujours de prendre la mer avec un commandant au-dessus du lot. Laurent Marti arrive à l'heure. Il colle à l'image Unesco. Les vieux fusils et les dépendants rugby n'en peuvent plus de manquer, tandis qu'un public nouveau s'enivre de olas en famille à Chaban-Delmas. Ça sent le pop-corn et le plaisir de vivre. L'UBB envoie la balle à l'aile. La télévision adore.

Pas de visées sur la Fédération ou la Ligue nationale, aucune ambition politique, Laurent Marti a le profil idéal du gentleman éduqué, sans ennemis invisibles ni amis tonitruants, que son obstination de maçon rend familier. « Quand on lui serre la main, dit un sponsor, on a le sentiment qu'il éprouve du bonheur. »

Des idées fixes

Une image lisse, fatalement trompeuse. « Derrière cette attitude à l'anglaise, il y a un cocktail détonant, relève le manager Raphaël Ibañez. Sa persévérance à bouger les lignes au niveau local et à imposer son club dans le paysage rugbystique français force l'admiration. Un look de jeune businessman et des idées fixes. C'est ce qui fait sa réussite. » Une belle personne n'aurait pas mieux.

Existe vite à Bordeaux l'idée que la communauté lui doit. Michel Moga, qui a payé plus que de raison, avec ses frères, pour y sauver le rugby professionnel, reconnaît très tôt un patron. « C'est parce que nous n'avons pas maîtrisé le côté sportif que nous nous sommes plantés avec nos petits budgets. C'est un entrepreneur. Il voulait une indépendance totale. Nous avons su effacer nos rancœurs pour lui laisser le champ libre. » Une galère. En 2008-2009 - « la pire année de ma vie » -, Laurent Marti perd plus de 1 million d'euros. Bordeaux l'aime sans sortir de carnet de chèques. Il règle les notes. Jusqu'où va cette passion qui le réveille la nuit ? Ses proches angoissent de connaître la réponse. « Je sens, dit-il, que j'ai peut-être fait une connerie, mais je décide de me battre jusqu'au sang. » L'assemblée admire le sacrifice et le lui dit. L'UBB l'aimante. Quand il craque, le 19 mars 2010, cinq minutes avant d'annoncer son départ, le président du Conseil régional, Alain Rousset, lui promet de l'aide. Trois minutes plus tard, pur hasard, un gros sponsor s'engage. Laurent Marti ne s'échappe jamais. « S'il était parti, tout aurait volé en éclats, explique Philippe Moulia, le directeur général d'Eiffage Nord Aquitaine. Beaucoup de chefs d'entreprise se sont identifiés à lui dans l'approche entrepreneuriale. J'ai rarement vu un homme de cette qualité. »

Dans un Top 14 effrayant

Pourquoi ce concerto pour violon ? Parce qu'il relève d'une curiosité du paysage clanique du rugby. Il n'appartient ni à l'espèce quasi éteinte des présidents cassoulet, ni à celle des puissants capitaines d'industrie qui prennent le manche. Et il n'a rien du chansonnier de la scène toulonnaise. Où trouver une telle singularité ? Il consacre un jour à son entreprise et six à son club, avec une cible obsédante : digérer chaque semaine dix à douze matchs enregistrés de Top 14, Champion Cup, Super Rugby, Pro D2, traquer un champion supposé et ses failles, l'analyser avec son staff. Le dimanche, il suit les espoirs. On ne le voit pas se rendre chez les parents des jeunes joueurs dans les hameaux.

L'effet du rugby sur ses affaires ? Nul. Il ne vend pas aux particuliers. Son groupe aurait même gagné à ce qu'il y travaille plus. Impossible de pressentir qu'il demeure propriétaire à 95 % de l'UBB, qu'il peut vendre jeudi. « Ce n'est pas à moi, mais au patrimoine local. Si un jour je devais partir, je ne ferais pas le choix de l'argent. » Et quand l'objectif annoncé de ramener le Brennus à Bordeaux fait ricaner, il s'exaspère. « Je n'accepte pas que dans ce pays, l'ambitieux devienne un prétentieux. Je trouve bassement ridicule de se moquer de nous si l'on décroche du Top 6. Cela ne change rien à nos objectifs. » Il garde donc son calme dans un Top 14 effrayant où tu es sixième à midi, en lutte pour le maintien à midi et quart, et orphelin de ton staff à midi et demi.

3,8 millions d'euros d'engagement personnel depuis 2007 seraient de l'argent perdu ? « Je m'en fiche. L'émotion partagée, pour moi, c'est la famille et le sport. Je n'ai jamais vu quelqu'un pleurer parce qu'il avait réalisé une affaire. Alain Juppé, en nous laissant Chaban-Delmas, a offert au club un cadeau inégalable. Ce que procure un stade de 30 000 personnes ne se compare pas. Demain, je recommencerai. »

Demain, sur la route de son idéal, il doit trouver 3 millions d'euros pour boucler le budget 2015-2016. Si ce n'est pas le cas, il paiera. Les noces continuent. Le public girondin veut chanter. Et Yvanne Marti commente désormais l'action de la 67e minute côté fermé. Pourquoi l'amoureux guérirait-il ?

« Je décide de me battre jusqu'au sang »


L'homme a surement des côtés sombres ... quoi qu'il en soit c'est un peu de lumière qu'il nous a apporté Yesss
Merci Laurent.

Magnifique, bien écrit, j'ai eu la mi-molle...
Black mamba
Black mamba
J'aime l'Union à la folie
J'aime l'Union à la folie

Nombre de messages : 495
Localisation : Boston
Date d'inscription : 04/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Laurent Marti : la bio - Page 2 Empty Re: Laurent Marti : la bio

Message  Pat le Dim 26 Avr 2015 - 9:57

patrick a écrit:
L'homme a surement des côtés sombres ... quoi qu'il en soit c'est un peu de lumière qu'il nous a apporté Yesss
Merci Laurent.

Et la lumière c'est la vie... +1
Pat
Pat
Unioniste de la première heure
Unioniste de la première heure

Nombre de messages : 10405
Localisation : VO
Date d'inscription : 16/11/2008
Humeur : ça dépendait d'un Gascon ... à béret béarnais !

Revenir en haut Aller en bas

Laurent Marti : la bio - Page 2 Empty Laurent Marti : la bio

Message  patrick le Dim 26 Avr 2015 - 9:37

SO :

L’Union fait sa force

Le président de l’UBB veut un club de rugby champion. Mariage vibrant entre une ville en attente et un bâtisseur

Christian Seguin

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Laurent Marti. Une détermination absolue à imposer un club champion à Bordeaux. ©️ Photo Philippe Taris

L’entrepreneur

Laurent Marti, 47 ans, est le patron du groupe en expansion Top Tex, qu’il a créé en 1994, spécialisé dans la distribution et l’importation de textile promotionnel (200 personnes, 120 millions de chiffre d’affaires). Une quarantaine de marques sont vendues, dont celle de Laurent Marti, Kariban, en Europe et aux États-Unis. Le propriétaire de l’UBB a été le premier à introduire les produits mode dans le textile publicitaire.

Son jardin possède un seul arbre à deux branches planté en territoire pied- noir. Un cèdre de l'Atlas : les Marti, 100 % d'origine espagnole, et les Bertagnoli, 100 % d'origine italienne, devenus français par l'Algérie. Laurent Marti porte en creux les récits cruels des gens dépossédés que sa curiosité d'enfant buvard a absorbés. La famille déterminée à exister dessine son avenir. Antoine Marti, le père, président de l'Union Sportive Bergeracoise dans les années 1980, lutte pour devenir directeur du Crédit immobilier. Yvanne, la mama solaire, peut faire reculer le pack de Clermont si l'on touche à l'un de ses trois enfants, Laurent, Catherine et Vincent. Il y a dans l'exil de la fierté, de la droiture, du sentiment intense.

L'aîné surprend. À 10 ans, il attend que l'enfance s'achève, à 15 ans, il juge l'adolescence inutile, et à 20 ans, en passant son BTS d'action commerciale, il crée Publitel, sa première entreprise de briquets publicitaires. Un jour, le Stade Toulousain le recrute à l'aile en juniors et la faculté de biologie s'honore de lui donner trois cours. Pourquoi, en 2006, un jeune homme courtois au regard romantique du cinéma muet, qui a compris avant les autres l'avènement du tissu publicitaire, va-t-il se frotter à cette mêlée embourbée où deux clubs racés, le Stade Bordelais et le CABBG, tentent de s'accoupler ? À Bordeaux, Laurent Marti ne vient pas pour le business. Il cède à une obsession bienheureuse : retrouver toutes les sensations de sa jeunesse en offrant au rugby professionnel une maison. Il cogite pendant un an et met 500 000 euros au capital. On l'aime tout de suite. Il est photogénique, sourit, écoute, parle d'éthique, et sans notes. Il dit « nous ». Pas de coup de menton. Comme le fils naturel d'une ville en mutation profonde, qui va bientôt faire passer Toulouse pour un jardin de curé, mais dont l'aspiration ne varie pas.

La communauté lui doit

Bordeaux, aux jouissances tempérées, amarrée à son décor, ni bourgeoise ni charbonnière, rêve toujours de prendre la mer avec un commandant au-dessus du lot. Laurent Marti arrive à l'heure. Il colle à l'image Unesco. Les vieux fusils et les dépendants rugby n'en peuvent plus de manquer, tandis qu'un public nouveau s'enivre de olas en famille à Chaban-Delmas. Ça sent le pop-corn et le plaisir de vivre. L'UBB envoie la balle à l'aile. La télévision adore.

Pas de visées sur la Fédération ou la Ligue nationale, aucune ambition politique, Laurent Marti a le profil idéal du gentleman éduqué, sans ennemis invisibles ni amis tonitruants, que son obstination de maçon rend familier. « Quand on lui serre la main, dit un sponsor, on a le sentiment qu'il éprouve du bonheur. »

Des idées fixes

Une image lisse, fatalement trompeuse. « Derrière cette attitude à l'anglaise, il y a un cocktail détonant, relève le manager Raphaël Ibañez. Sa persévérance à bouger les lignes au niveau local et à imposer son club dans le paysage rugbystique français force l'admiration. Un look de jeune businessman et des idées fixes. C'est ce qui fait sa réussite. » Une belle personne n'aurait pas mieux.

Existe vite à Bordeaux l'idée que la communauté lui doit. Michel Moga, qui a payé plus que de raison, avec ses frères, pour y sauver le rugby professionnel, reconnaît très tôt un patron. « C'est parce que nous n'avons pas maîtrisé le côté sportif que nous nous sommes plantés avec nos petits budgets. C'est un entrepreneur. Il voulait une indépendance totale. Nous avons su effacer nos rancœurs pour lui laisser le champ libre. » Une galère. En 2008-2009 - « la pire année de ma vie » -, Laurent Marti perd plus de 1 million d'euros. Bordeaux l'aime sans sortir de carnet de chèques. Il règle les notes. Jusqu'où va cette passion qui le réveille la nuit ? Ses proches angoissent de connaître la réponse. « Je sens, dit-il, que j'ai peut-être fait une connerie, mais je décide de me battre jusqu'au sang. » L'assemblée admire le sacrifice et le lui dit. L'UBB l'aimante. Quand il craque, le 19 mars 2010, cinq minutes avant d'annoncer son départ, le président du Conseil régional, Alain Rousset, lui promet de l'aide. Trois minutes plus tard, pur hasard, un gros sponsor s'engage. Laurent Marti ne s'échappe jamais. « S'il était parti, tout aurait volé en éclats, explique Philippe Moulia, le directeur général d'Eiffage Nord Aquitaine. Beaucoup de chefs d'entreprise se sont identifiés à lui dans l'approche entrepreneuriale. J'ai rarement vu un homme de cette qualité. »

Dans un Top 14 effrayant

Pourquoi ce concerto pour violon ? Parce qu'il relève d'une curiosité du paysage clanique du rugby. Il n'appartient ni à l'espèce quasi éteinte des présidents cassoulet, ni à celle des puissants capitaines d'industrie qui prennent le manche. Et il n'a rien du chansonnier de la scène toulonnaise. Où trouver une telle singularité ? Il consacre un jour à son entreprise et six à son club, avec une cible obsédante : digérer chaque semaine dix à douze matchs enregistrés de Top 14, Champion Cup, Super Rugby, Pro D2, traquer un champion supposé et ses failles, l'analyser avec son staff. Le dimanche, il suit les espoirs. On ne le voit pas se rendre chez les parents des jeunes joueurs dans les hameaux.

L'effet du rugby sur ses affaires ? Nul. Il ne vend pas aux particuliers. Son groupe aurait même gagné à ce qu'il y travaille plus. Impossible de pressentir qu'il demeure propriétaire à 95 % de l'UBB, qu'il peut vendre jeudi. « Ce n'est pas à moi, mais au patrimoine local. Si un jour je devais partir, je ne ferais pas le choix de l'argent. » Et quand l'objectif annoncé de ramener le Brennus à Bordeaux fait ricaner, il s'exaspère. « Je n'accepte pas que dans ce pays, l'ambitieux devienne un prétentieux. Je trouve bassement ridicule de se moquer de nous si l'on décroche du Top 6. Cela ne change rien à nos objectifs. » Il garde donc son calme dans un Top 14 effrayant où tu es sixième à midi, en lutte pour le maintien à midi et quart, et orphelin de ton staff à midi et demi.

3,8 millions d'euros d'engagement personnel depuis 2007 seraient de l'argent perdu ? « Je m'en fiche. L'émotion partagée, pour moi, c'est la famille et le sport. Je n'ai jamais vu quelqu'un pleurer parce qu'il avait réalisé une affaire. Alain Juppé, en nous laissant Chaban-Delmas, a offert au club un cadeau inégalable. Ce que procure un stade de 30 000 personnes ne se compare pas. Demain, je recommencerai. »

Demain, sur la route de son idéal, il doit trouver 3 millions d'euros pour boucler le budget 2015-2016. Si ce n'est pas le cas, il paiera. Les noces continuent. Le public girondin veut chanter. Et Yvanne Marti commente désormais l'action de la 67e minute côté fermé. Pourquoi l'amoureux guérirait-il ?

« Je décide de me battre jusqu'au sang »


L'homme a surement des côtés sombres ... quoi qu'il en soit c'est un peu de lumière qu'il nous a apporté Yesss
Merci Laurent.


Dernière édition par patrick le Lun 27 Avr 2015 - 0:55, édité 1 fois

_________________
Tombé tout jaune dans le rugby.
Clear eyes, full hearts, can't lose!
Allez UBB
patrick
patrick
Admin
Admin

Nombre de messages : 20163
Localisation : Gradignan, Talence, Lescure, Musard ... ça dépend.
Date d'inscription : 25/01/2008
Humeur : On verra après les 4 prochains matchs ... :)
Age : 54

https://www.allezunion.com

Revenir en haut Aller en bas

Laurent Marti : la bio - Page 2 Empty Re: Laurent Marti : la bio

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum