AllezUnion.com, Forum des supporters de l'Union Bordeaux Bègles - Rugby
Un forum est comme un vestiaire, quand on y rentre on dit bonjour. Pensez donc à vous connecter, ça vous assurera également une visibilité parfaite ;o)

Enregistrer et activer un compte prend 3 minutes. Seule une adresse email valide est nécessaire. Ne soyez pas timide, Allez y !

AllezUnion.com
Le deal à ne pas rater :
Nike : 25% de réduction supplémentaire sur les articles soldés
Voir le deal

Le XV de France

Page 34 sur 34 Précédent  1 ... 18 ... 32, 33, 34

Aller en bas

Le XV de France - Page 34 Empty Re: Le XV de France

Message  Scalp le Ven 31 Jan 2020 - 18:23

http://sport24.lefigaro.fr/rugby/xv-de-france/fil-info/la-jeunesse-actuelle-est-une-opportunite-unique-et-fabuleuse-selon-piqueronies-991334

Scalp
Centre de presse
Centre de presse

Nombre de messages : 5305
Date d'inscription : 11/09/2018

Revenir en haut Aller en bas

Le XV de France - Page 34 Empty Re: Le XV de France

Message  willoush le Ven 31 Jan 2020 - 18:28

C'est quand meme un sacré poete ce Galthier.
willoush
willoush
J'aime l'Union à la folie
J'aime l'Union à la folie

Nombre de messages : 375
Localisation : Au sud
Date d'inscription : 26/08/2018

Revenir en haut Aller en bas

Le XV de France - Page 34 Empty Re: Le XV de France

Message  Scalp le Ven 31 Jan 2020 - 19:09

willoush a écrit:C'est quand meme un sacré poete ce Galthier.

Poète je ne sais pas, mais il cite quand même Spinoza, ça te pose un sélectionneur ça :chambreur:

_________________
« Le rugby c'est ma vie et ma vie c'est le rugby »   Christophe Urios
Scalp
Scalp
Centre de presse
Centre de presse

Nombre de messages : 5305
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 52

Revenir en haut Aller en bas

Le XV de France - Page 34 Empty Re: Le XV de France

Message  Big'Ben le Sam 1 Fév 2020 - 15:30

Penaud a été contraint de quitter le terrain pendant l'entraînement ! Une gêne musculaire au niveau du mollet gauche.

Penaud quitte l'entraînement d'aujourd'hui
Big'Ben
Big'Ben
J'aime l'Union à la folie
J'aime l'Union à la folie

Nombre de messages : 508
Localisation : Angoulême
Date d'inscription : 21/11/2018
Age : 28

Revenir en haut Aller en bas

Le XV de France - Page 34 Empty Re: Le XV de France

Message  densnewzealand le Sam 1 Fév 2020 - 16:31

Big'Ben a écrit:Penaud a été contraint de quitter le terrain pendant l'entraînement ! Une gêne musculaire au niveau du mollet gauche.

Penaud quitte l'entraînement d'aujourd'hui

Il y à quand meme encore trop de mecs qui se blessent, on verra demain si on n'à pas joué le match avant....
densnewzealand
densnewzealand
J'aime l'Union à la folie
J'aime l'Union à la folie

Nombre de messages : 574
Localisation : sud langonnais
Date d'inscription : 14/01/2017
Humeur : variable
Age : 57

Revenir en haut Aller en bas

Le XV de France - Page 34 Empty Re: Le XV de France

Message  Big'Ben le Sam 1 Fév 2020 - 16:43

S'il y a trop de blessés comme ça pendant les entraînements, c'est un problème de compétence de staff, ou alors ils doivent au moins se remettre en question... les autres nations n'ont pas autant de blessés avant les matchs.
Big'Ben
Big'Ben
J'aime l'Union à la folie
J'aime l'Union à la folie

Nombre de messages : 508
Localisation : Angoulême
Date d'inscription : 21/11/2018
Age : 28

Revenir en haut Aller en bas

Le XV de France - Page 34 Empty Re: Le XV de France

Message  densnewzealand le Sam 1 Fév 2020 - 16:51

Big'Ben a écrit:S'il y a trop de blessés comme ça pendant les entraînements, c'est un problème de compétence de staff, ou alors ils doivent au moins se remettre en question... les autres nations n'ont pas autant de blessés avant les matchs.

Cà fait 6 blesses, dont trois blessures au mollet... et le tournoi n'est pas démarré....
densnewzealand
densnewzealand
J'aime l'Union à la folie
J'aime l'Union à la folie

Nombre de messages : 574
Localisation : sud langonnais
Date d'inscription : 14/01/2017
Humeur : variable
Age : 57

Revenir en haut Aller en bas

Le XV de France - Page 34 Empty Re: Le XV de France

Message  Scalp le Sam 1 Fév 2020 - 17:26

Ben quoi, on fait du Eddie Jones, au moins à l'entrainement :chambreur:

Pour Rappel : https://www.rugbyrama.fr/rugby/premiership-angleterre/2017-2018/le-torchon-brule-entre-les-clubs-et-eddie-jones_sto6784960/story.shtml

_________________
« Le rugby c'est ma vie et ma vie c'est le rugby »   Christophe Urios
Scalp
Scalp
Centre de presse
Centre de presse

Nombre de messages : 5305
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 52

Revenir en haut Aller en bas

Le XV de France - Page 34 Empty Re: Le XV de France

Message  grospaquet31 le Sam 1 Fév 2020 - 17:33

Penaud forfait, Rattez est titulaire. On ne connaît pas le remplacant de Rattez sur le banc
grospaquet31
grospaquet31
J'aime l'Union à la folie
J'aime l'Union à la folie

Nombre de messages : 3089
Localisation : toulouse
Date d'inscription : 31/08/2015
Age : 46

Revenir en haut Aller en bas

Le XV de France - Page 34 Empty Re: Le XV de France

Message  Scalp le Lun 24 Fév 2020 - 14:04

La France 5ème nation mondiale

http://sport24.lefigaro.fr/rugby/xv-de-france/fil-info/la-france-5eme-nation-mondiale-994208

_________________
« Le rugby c'est ma vie et ma vie c'est le rugby »   Christophe Urios
Scalp
Scalp
Centre de presse
Centre de presse

Nombre de messages : 5305
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 52

Revenir en haut Aller en bas

Le XV de France - Page 34 Empty Re: Le XV de France

Message  Scalp le Lun 24 Fév 2020 - 14:06

Le XV de France - Page 34 Captu931

_________________
« Le rugby c'est ma vie et ma vie c'est le rugby »   Christophe Urios
Scalp
Scalp
Centre de presse
Centre de presse

Nombre de messages : 5305
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 52

Revenir en haut Aller en bas

Le XV de France - Page 34 Empty Re: Le XV de France

Message  Scalp le Lun 2 Mar 2020 - 17:20

https://www.lerugbynistere.fr/news/xv-de-france-mohed-altrad-aurait-eu-son-mot-a-dire-sur-la-nomination-de-fabien-galthie-0203201431.php

XV de France - Mohed Altrad aurait eu son mot à dire sur la nomination de Fabien Galthié

Clément Suman

Le XV de France - Page 34 Captu981

Le président de Montpellier, sponsor principal de la FFR, aurait même eu la possibilité de mettre son veto.

La déclaration surprend, et interroge. Mohed Altrad est-il le (vrai) grand patron du rugby français ? Sponsor principal de la Fédération Français de Rugby, il a explicitement avoué - dans une interview accordée au Midi Olympique - faire partie des décisionnaires au sein de la FFR. Celui qui est également président du club de Montpellier a en tout cas été consulté sur la nomination de Fabien Galthié (son ancien manager au MHR) comme sélectionneur des Bleus.

Avec la possibilité, selon lui, de mettre son veto.

La question m'a été posée. Bernard (Laporte) m'a dit quelque chose comme : "Si tu t'opposes, je ne le prends pas." J'ai répondu que je ne m'opposerai jamais à l'une de ces décisions en tant que président de la Fédération, et que s'il estimait que Fabien Galthié était le meilleur, il devait probablement avoir raison. La nation avant tout, n'est-ce pas ?

Une déclaration qui montre l'énorme influence du sponsor sur les affaires de la Fédération.

   Tu sens toute la satisfaction dans les mots de cet homme qui nous dit en substance "J'ai des énormes couilles, j'ai acheté tout le monde et c'est moi le chef, mais comme je suis sage je ne prends pas toutes les décisions vous voyez" https://t.co/43e3vFNvi6
   — Ovale Masqué (@OvaleMasque) March 2, 2020

Le XV de France - Page 34 Captu979


Dernière édition par Scalp le Lun 2 Mar 2020 - 17:23, édité 1 fois

_________________
« Le rugby c'est ma vie et ma vie c'est le rugby »   Christophe Urios
Scalp
Scalp
Centre de presse
Centre de presse

Nombre de messages : 5305
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 52

Revenir en haut Aller en bas

Le XV de France - Page 34 Empty Re: Le XV de France

Message  Scalp le Lun 2 Mar 2020 - 17:21

:censure: :censure: :censure: :censure: :censure:

_________________
« Le rugby c'est ma vie et ma vie c'est le rugby »   Christophe Urios
Scalp
Scalp
Centre de presse
Centre de presse

Nombre de messages : 5305
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 52

Revenir en haut Aller en bas

Le XV de France - Page 34 Empty Re: Le XV de France

Message  Auré33 le Lun 2 Mar 2020 - 17:37

Cela montre encore une fois le fonctionnement de mafieux de laporte et compagnie pour gérer la Fédé. On se rappelle tous encore de la décision de la commission d'appel de la FFR de dédouaner le MHR de ses manquements vis à vis du Salary Cap alors que la LNR avait attribué une lourde sanction une semaine plus tôt. Personne n'est dupe tant qu'au rôle de Mr Altrad et ses méthodes. Marti était déjà monté au front pour dénoncer cette injustice, il faudrait que les autres clubs le suivent dans cette démarche pour l'avenir de notre sport adoré au niveau national :siffle:

https://www.la-croix.com/Sport/Top-14-Commission-appel-FFR-dedouane-nouveau-Montpellier-2019-11-21-1301061987
Auré33
Auré33
J'aime l'Union à la folie
J'aime l'Union à la folie

Nombre de messages : 1819
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 07/07/2015
Humeur : Tant que l'ubb gagne tout va bien :)

Revenir en haut Aller en bas

Le XV de France - Page 34 Empty Re: Le XV de France

Message  Scalp le Mar 3 Mar 2020 - 11:47

http://sport24.lefigaro.fr/rugby/xv-de-france/actualites/xv-de-france-le-surprenant-droit-de-veto-d-altrad-sur-le-choix-du-selectionneur-995172

XV de France : Le surprenant droit de véto d’Altrad sur le choix du sélectionneur

Par Lucas Michel

Dans les colonnes du Midi Olympique, le président de Montpellier assure avoir été consulté par Bernard Laporte avant la nomination de Fabien Galthié au poste de sélectionneur du XV de France.

La sortie peut surprendre, au même titre que l’influence plus que prégnante de Mohed Altrad au sein de la Fédération Française de Rugby. Partenaire majeur du XV de France, affichant le nom de son entreprise spécialisée dans le bâtiment sur le torse des rugbymen français depuis 2018, Mohed Altrad admet, dans un entretien accordé au Midi Olympique, avoir eu un droit de véto avant la nomination de Fabien Galthié au poste de sélectionneur. «La question m’a été posée. Bernard (Laporte) m’a dit quelque-chose comme : "Si tu t’opposes, je ne le prends pas."», a-t-il assuré dans l’hebdomadaire spécialisé.

Officialisée en avril dernier, l’arrivée de l’ancien entraîneur de Toulon et de Montpellier sur le banc de l’équipe de France aurait pu gêner son ancien président au MHR, en raison de tensions avec un homme qu’il voit comme «un talent technique avec un rapport à l’autre assez douloureux». «J’ai répondu que je ne m’opposerai jamais à l’une de ses décisions en tant que président de la Fédération et que si il estimait que Fabien Galthié était le meilleur, il devait probablement avoir raison.», a-t-il ajouté, justifiant sa décision de ne pas s’opposer à cette décision à la tête de la fédération.

Fabien Galthié avait emmené Mohed Altrad aux prud’hommes


Interrogé par L’Equipe, le président de la fédération Bernard Laporte a confirmé les propos de Mohed Altrad : «C’est la vérité. Il était normal qu’en tant que partenaire officiel et ayant été aux prud’hommes avec Fabien, je lui pose la question.» Le contentieux entre le président du MHR et son ancien entraîneur remonte à décembre 2014, au moment où Fabien Galthié a été mis à pied par le club. Après avoir porté le dossier devant les prud’hommes, l’actuel sélectionneur du XV de France avait obtenu gain de cause avec la décision de la Cour d’appel de Montpellier de lui octroyer 484 500 euros au titre de dommages et intérêts en janvier 2017.

L’affaire, une fois entérinée, n’a cependant pas pu apaiser les tensions entre les deux hommes, qui ne se sont pas parlé depuis. «Il est venu à Montpellier pour faire passer des entretiens à des joueurs. Il n’a pas demandé à me voir. Je n’ai pas demandé à le voir. (…) Pour l’instant, on s’esquive.», a déclaré le candidat aux municipales à Montpellier. Soucieux et certainement satisfait de la bonne réussite de la sélection sous les ordres de son ex-manager, Mohed Altrad rappelle néanmois que Galthié «réussit, l’équipe de France gagne et c’est bien là l’essentiel.» Beau joueur ou fin politicien ?

_________________
« Le rugby c'est ma vie et ma vie c'est le rugby »   Christophe Urios
Scalp
Scalp
Centre de presse
Centre de presse

Nombre de messages : 5305
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 52

Revenir en haut Aller en bas

Le XV de France - Page 34 Empty Re: Le XV de France

Message  Scalp le Mer 4 Mar 2020 - 14:25

https://www.sudouest.fr/2020/03/04/xv-de-france-je-dois-me-conduire-en-patron-clame-romain-ntamack-7276375-4950.php

XV de France : "Je dois me conduire en patron", clame Romain Ntamack

Avant le match en Ecosse dimanche, l’ouvreur des Bleus assume son nouveau statut et se réjouit de l’engouement qui se crée autour du XV de France

Il n’a que 20 ans et 15 sélections mais Romain Ntamack s’est imposé comme un des leaders du XV de France. L’ouvreur assume d’ailleurs son statut : "Je dois me conduire un peu en patron", a confié le Toulousain, avant le match en Ecosse dimanche.

Vous allez affronter l’Ecosse, c’est un bon souvenir pour vous.

"Je me rappelle bien du match de l’année dernière. C’était ma première titularisation à l’ouverture en Bleu, j’avais marqué mon premier essai… C’est un bon souvenir (victoire 27–10, NDLR). On avait fait un bon match. Surtout que, juste avant, on avait chargé contre l’Angleterre (défaite 44–8 ). Il fallait qu’on remette les points sur les i. C’est un très bon souvenir mais, la dernière fois qu’on a joué les Ecossais, on a perdu en préparation (17–14 en août 2019) donc on a encore ce match en tête. On va s’en servir pour travailler et essayer de savoir à quoi s’attendre."

Qu’est-ce qui a changé depuis ce dernier match ?


"Peut-être l’insouciance du résultat. Quand je suis arrivé en équipe de France, la plupart des joueurs étaient dans une période un peu sombre, un peu en manque de confiance… La qualité et les joueurs étaient là, il y avait un potentiel énorme. Mais à force d’avoir de mauvais résultats, de passer tout près de la victoire, il y avait un manque de confiance dans l’équipe.

Vous n’avez que 20 ans mais vous êtes déjà un des patrons des Bleus…

"J’ai 20 ans mais je commence à avoir un peu d’expérience en Bleu : j’ai quinze sélections et je sais que je dois me conduire un peu en patron, parce que le poste le veut et que les joueurs attendent de la charnière, que ce soit Antoine Dupont ou moi, de prendre des décisions et d’être des patrons. On n’a pas vraiment le choix, le poste nous oblige à avoir cette mentalité-là. Les autres s’en fichent qu’on ait 20–23 ans, ils nous demandent juste de jouer comme on sait faire, de les guider pour faire de beaux matches."

Justement, quelle est votre relation avec Antoine Dupont? Vous partagez votre chambre à Marcoussis ?

"Si on partageait la chambre, on finirait par se taper dessus (rires) ! On a une très bonne relation, on s’entend très bien, on est très potes. C’est important d’avoir une bonne relation en dehors du terrain pour s’entendre dessus. On discute beaucoup pour savoir comment on va gérer les choses. On a une bonne entente, une bonne communication. Il faut que ça continue."

Vous ressentez l’engouement qui se crée autour de cette équipe ?

"Evidemment qu’on le sent. On le ressentait déjà avant de commencer le Tournoi. Après ce premier match contre l’Angleterre, de voir un Stade de France plein à craquer, en ayant en plus gagné, on a vraiment senti une vague positive. Au fur et à mesure des résultats, tout le monde commençait à pousser derrière nous et on s’en est vraiment rendu compte au Millennium (à Cardiff) : on s’attendait à un bruit assourdissant et, au final, on a entendu énormément les supporters français, pendant la Marseillaise mais aussi pendant le match. Forcément, on lit tous les journaux, on lit les messages sur les réseaux, on sent les gens derrière nous."

Quelle est l’influence de votre père Emile Ntamack, ancien international (46 sélections) ?

"A chaque match, même les peu médiatisés, il est toujours là à m’écrire un message ou m’appeler quelques minutes pour me souhaiter bon match, pour essayer de me rassurer… Avant le match du pays de Galles, il est venu une dizaine de minutes à l’hôtel pour discuter, voir comment j’allais, comment le groupe allait aussi. J’attends toujours son message, c’est une routine qui s’est installée depuis quelques années."

Il a été deux fois meilleur marqueur du Tournoi (1996, 1999). Vous êtes le meilleur marqueur de l’édition 2020. C’est un objectif ?

"Il me pousse à faire mieux que lui! Il n’a qu’une envie, c’est que je le dépasse partout. Mais c’est pas quelque chose qui m’anime plus que ça."

_________________
« Le rugby c'est ma vie et ma vie c'est le rugby »   Christophe Urios
Scalp
Scalp
Centre de presse
Centre de presse

Nombre de messages : 5305
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 52

Revenir en haut Aller en bas

Le XV de France - Page 34 Empty Re: Le XV de France

Message  Scalp le Jeu 5 Mar 2020 - 23:16

Mourad Boudjellal, au sujet de l'équipe de France : « On va être champion du monde en 2023 »

Le XV de France - Page 34 Captu992
https://www.lequipe.fr/Rugby/Actualites/Mourad-boudjellal-au-sujet-de-l-equipe-de-france-on-va-etre-champion-du-monde-en-2023/1116739

_________________
« Le rugby c'est ma vie et ma vie c'est le rugby »   Christophe Urios
Scalp
Scalp
Centre de presse
Centre de presse

Nombre de messages : 5305
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 52

Revenir en haut Aller en bas

Le XV de France - Page 34 Empty Re: Le XV de France

Message  Scalp le Ven 6 Mar 2020 - 11:39

6 Nations - Le regard avisé de Guy Novès sur les performances du XV de France

Le XV de France - Page 34 Captu993
https://www.lerugbynistere.fr/news/6-nations-le-regard-avise-de-guy-noves-sur-les-performances-du-xv-de-france-0603201046.php

_________________
« Le rugby c'est ma vie et ma vie c'est le rugby »   Christophe Urios
Scalp
Scalp
Centre de presse
Centre de presse

Nombre de messages : 5305
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 52

Revenir en haut Aller en bas

Le XV de France - Page 34 Empty Re: Le XV de France

Message  Scalp le Mar 10 Mar 2020 - 18:46

La conférence de presse du quinze de France avec Fabien Galthié et Raphaël Ibanez en direct vidéo


https://www.lequipe.fr/Rugby/Actualites/La-conf-du-xv-de-france-avec-fabien-galthie-et-raphael-ibanez-en-direct-video/1118362

_________________
« Le rugby c'est ma vie et ma vie c'est le rugby »   Christophe Urios
Scalp
Scalp
Centre de presse
Centre de presse

Nombre de messages : 5305
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 52

Revenir en haut Aller en bas

Le XV de France - Page 34 Empty Re: Le XV de France

Message  Scalp le Mar 10 Mar 2020 - 20:27

XV de France : Fabien Galthié et Raphaël Ibanez font le bilan

Le XV de France - Page 34 Capt1012
https://www.rugby365.fr/xv-de-france-fabien-galthie-raphael-ibanez-bilan-9712958.html

_________________
« Le rugby c'est ma vie et ma vie c'est le rugby »   Christophe Urios
Scalp
Scalp
Centre de presse
Centre de presse

Nombre de messages : 5305
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 52

Revenir en haut Aller en bas

Le XV de France - Page 34 Empty Re: Le XV de France

Message  Scalp le Jeu 12 Mar 2020 - 0:12

https://www.lequipe.fr/Rugby/Article/Fabien-galthie-selectionneur-du-xv-de-france-j-ai-dit-aux-joueurs-n-oubliez-pas/1118827

Fabien Galthié, sélectionneur du XV de France : « J'ai dit aux joueurs : "N'oubliez pas..." »

Après sept semaines qui l'ont enchanté, le sélectionneur des Bleus a demandé à ses joueurs de garder en tête tout le vécu du Tournoi, pour franchir encore un cap.


Alexandre Bardot et Renaud Bourel mis à jour le 11 mars 2020 à 23h54

Mercredi matin, Fabien Galthié a dit au revoir à son staff et au groupe France. On l'a retrouvé en début d'après-midi, dans une brasserie proche du Parc des Princes, pour une heure et demie de débriefing d'un Tournoi commencé dans l'allégresse (victoires face à l'Angleterre, l'Italie et au pays de Galles) et terminé dans la frustration (défaite en Écosse et report du match contre l'Irlande).

Vous aviez beaucoup préparé ces semaines de rassemblement, ont-elles correspondu à ce que vous espériez ?

Ah oui, totalement. On est même au-delà de ce qu'on avait imaginé. Durant la Coupe du monde, j'avais vraiment été surpris par la relation des joueurs avec l'équipe de France, et avec le staff de l'équipe de France. Par les habitudes prises, le style de vie, les postures... Cette atmosphère, ça ne me convenait pas. Durant ce Tournoi, il y a eu de l'enchantement. Et c'est ce que doit être l'équipe de France pour tout le monde, joueurs, staff, supporters. Quand on s'est quittés, Shaun Edwards m'a dit : « Incroyable. Très bon état d'esprit. » C'est bien parce qu'il a quand même douze ans d'expérience avec le pays de Galles. Les mecs y croient.

Pensez-vous qu'un début de culture s'est installé ?

Dès le premier match, on a touché à un truc de dingues. La victoire face aux Anglais, avec l'intensité qu'on a été capables de mettre. Ça, quand tu l'as touché, il ne faut pas le perdre de vue, et y devenir addicts. Globalement, j'espère qu'ils sont addicts à toutes ces sensations vécues pendant sept semaines. L'intensité de l'entraînement. Les moments du quotidien. Les petits meetings. La remise du prix de meilleur homme du match... Ce matin quand on s'est quittés, c'était comme la fin d'une colonie, quand tu promets de t'écrire (sourire). J'espère qu'ils étaient tristes.

Comment faire pour que ce début de culture perdure malgré l'éloignement, le retour en clubs ?

Ça dépendra de beaucoup de choses, mais le plus important, c'est l'envie. J'ai dit aux joueurs en conclusion de la journée de travail de mardi : "N'oubliez pas tout ce que vous avez vécu. N'oubliez pas les accélérations à 2,5 m/s. Ne perdez pas les documents que l'on vous a envoyés : la photo de l'assiette de nutrition, comment on gère la glycémie à la mi-temps..." Ils doivent se développer autour de ça. De toute façon, on va les laisser un mois tranquilles, puis on va retourner les voir dans les clubs pour faire des piqûres de rappel. Il faut qu'ils sachent que quand on va se retrouver pour partir en Argentine, ils doivent être prêts à redémarrer, en ne partant pas de zéro, comme si on était dans la suite de nos sept premières semaines communes.

« Dès le premier match, on a touché à un truc de dingues. La victoire face aux Anglais, avec l'intensité qu'on a été capables de mettre. Ça, quand tu l'as touché, il ne faut pas le perdre de vue, et y devenir addicts »


Même positif, ce rassemblement s'est conclu par une défaite en Écosse...

Vous avez parlé d'acte fondateur après le pays de Galles. Mais je me demande si ce n'est pas l'Écosse, l'acte fondateur. Les victoires valident beaucoup de choses, mais la défaite... Mardi, on a travaillé sur le pourquoi de ce scénario de l'Écosse. Pourquoi on a passé notre temps à parler à l'arbitre. Pourquoi sur le premier ruck, on ne fait pas un contre-ruck alors qu'il y a la possibilité.

Et alors ?


On a trouvé quelques réponses. Déjà, il y a le retard. On devait être au stade une heure vingt avant le match, on est arrivés une heure dix avant. Ç'a beaucoup fait paniquer les joueurs. Ensuite, il y a eu la folie autour de l'équipe. On a réussi à tout anticiper, le Stade de France, Cardiff... Mais Édimbourg, le bus pendant un quart d'heure au milieu de la foule en délire, avec les cornemuses, ça non, on ne leur a pas bien expliqué.

La possibilité du Grand Chelem a-t-elle également pesé ?

Ça fait partie du mélange. On a souvent été des chasseurs, on adorait cette position. Mais de statut, on n'en avait quasiment pas. Sauf que plus on se rapprochait de Murrayfield, plus on avait un statut. Et on voit bien que c'est quelque chose dans lequel on s'est empêtrés. Ça nous a alourdis. On avait parlé de ça, des louanges, des attentes. On voulait tout ça, embarquer les gens derrière nous. Ce souffle nous donnait beaucoup de forces...

« Cette folie (avant le match à Édimbourg, sur la route d'un Grand Chelem rêvé), c'était trop pour qu'on arrive à le gérer »


Mais il a fini par vous faire vaciller. Avez-vous senti à quel moment ?

Quand on est descendus du bus. Shaun Edwards m'a dit : "Je n'ai jamais vécu ça. Il faut vite reparler de la tactique (aux joueurs)." J'ai posé la question à plein de joueurs, ils me disaient : "On est prêts, c'est top !" Finalement, non. Cette folie, ce n'était pas trop, mais c'était trop pour qu'on arrive à le gérer.

Il va falloir l'apprendre ?

On a beau travailler, il faut vivre ces choses. Par rapport à notre objectif de devenir une nation majeure, de gagner des matches et des titres, il va falloir assumer un statut. Il va falloir aussi se protéger de la grosse tête, qui va être un danger. Il faut trouver la bonne posture, et la seule, c'est d'être obsédés par notre flèche du temps : regarder où on va et pourquoi on y va.

Les séances à haute intensité ont généré d'immenses progrès dans le déplacement. L'aviez-vous scientifiquement programmé, ou avez-vous été surpris ?

Les deux. On avait déjà vu de gros progrès pendant la Coupe du monde, mais des joueurs ne voulaient pas travailler comme ça. Là, on a pris que des joueurs qui étaient d'accord. On a pu monter encore les intensités, et on s'est rendu compte au fil des semaines qu'on baissait la volumétrie, de 16 à 13 km parcourus par exemple, mais qu'on augmentait tous les indices majeurs de l'intensité de 100 %. C'est remarquable. Mais c'est vers là qu'on veut aller, et on veut même aller plus loin. Je l'ai dit aux joueurs : ce n'est qu'une base.

Tous les progrès entrevus auraient-ils été possibles sans la présence de 42 joueurs ?

Non. À 42 joueurs, on sent la densité, les joueurs retenus dans le groupe de 28 puis de 23 ne sont pas dans une tour d'ivoire. Et ça nous a permis de nous entraîner comme on voulait. Des joueurs qui étaient dans les 42 sont rentrés dans les 15 : "Momo" Haouas, Arthur Vincent et Anthony Bouthier étaient plutôt en position de numéro 3 à leur poste que de numéro 1. Nos entraînements, qui sont de véritables révélateurs de niveau des joueurs, nous ont amenés à les titulariser.

Quand, avant l'Angleterre, vous avez lancé Haouas et Bouthier, ou même Willemse, aviez-vous la sensation de faire un pari ?

À ce niveau-là, tu n'as pas de certitudes, mais c'était cohérent. Et ils ont réalisé cet exploit. Un joueur à 60 sélections n'est pas sûr de faire un grand match et un joueur à 2 sélections peut faire un grand match. Ça, c'est génial.

Vous ne pouvez pas savoir si un joueur va réussir son match, mais avez-vous la conviction qu'ils ont le potentiel de devenir un joueur international sur la durée ?

Ils ont les bases. Tous. Ensuite, notre conviction est d'avoir retenu les meilleurs du moment avec le potentiel pour se développer sur les quatre années à venir. Là, nous avons convoqué 55 joueurs, et capé 29. J'imagine, même si on souhaite rester cohérent et se tromper le moins possible, que nous allons sélectionner 75 joueurs sur nos quatre ans, soit une baisse importante de 30 % par rapport à nos prédécesseurs. Il nous reste donc 46 joueurs à caper et on en découvrira d'autres.

Vous avez dit que des joueurs qui n'ont pas joué vous ont impressionné à l'entraînement. Vous n'avez donc pas de doutes sur le réservoir ?

Non. Je peux vous en citer : Clément Castets, Teddy Baubigny, Anthony Etrillard, Dorian Aldegheri, Cyril Cazeaux, Kylian Geraci, Selevasio Tolofua, Baptiste Couilloud, Gabriel Ngandebe, jamais sur la feuille de match mais qui nous a fait des entraînements XXL. Et il y en a d'autres à des degrés moindres. Mais eux sont prêts. Ils m'ont fait la même impression qu'Arthur Vincent quand il a commencé à s'entraîner avec nous.

Après ce Tournoi, certains joueurs français semblent avoir le potentiel pour appartenir à un "quinze mondial", ce qui n'était plus arrivé depuis longtemps. Partagez-vous ce sentiment ?

Pour qu'on les affiche parmi les joueurs de classe mondiale, il faut que l'équipe ait ce standing. Quand elle rentrera parmi les 3 ou 4 meilleures nations, alors on pourra dire qu'il y a des joueurs de classe mondiale. C'est lié. Aujourd'hui, on a fait des exploits, des choses qui n'étaient pas envisageables, et on est la 5e nation mondiale, mais rien que pour passer 4e, il faudrait que l'on gagne quasiment tous nos matches jusqu'à la fin de l'année.

Antoine Dupont est l'un des joueurs marquants du Tournoi. Lui avez-vous donné les clés de l'équipe ?

Non. Il est un élément très important de la première passe, la deuxième et la transformation du jeu comme tous les demis de mêlée. Il s'avère qu'il a la possibilité, de par ses qualités naturelles, de finir ou de commencer les coups. Il a l'importance naturelle d'un 9 dans une équipe. En Écosse, il a été en difficulté, l'équipe l'a été aussi. Ça fait partie du vécu.

Vous échangez beaucoup avec lui ?

On échange beaucoup avec tout le monde et notamment les meneurs de jeu. Et en même temps on leur laisse beaucoup de liberté. On veut qu'ils soient des maîtres. On a un rapport basé sur la confiance. On échange aussi beaucoup avec ceux qui ne jouent pas parce qu'ils contribuent beaucoup à l'analyse.

« Teddy (Thomas) est un joueur d'espace et notre défense est une défense de face... Mais c'est l'un des rares joueurs qui va à plus de 37 km/h »

Concernant les joueurs, vous avez pris deux décisions marquantes. La première : écarter Jefferson Poirot pour le pays de Galles. Quelle est l'explication ?

On a choisi de ne pas évoquer ces choses de l'ordre de l'intime concernant les joueurs, mais dans ce cas, on est sur un sujet totalement rugbystique. Comment gère-t-on ces situations ? Par des discussions sincères et des analyses transparentes. Le joueur le sait très tôt. Ç'a toujours été le cas pour tous.

Autre choix fort : sortir Teddy Thomas pour le déplacement en Écosse. Le concernant, après ces trois titularisations, la question est de savoir s'il pourra s'adapter à votre type de défense ?

Je le souhaite fortement. D'ailleurs, je lui souhaite le meilleur ainsi qu'à Jeff. C'est dur pour eux. Teddy, lui, ne s'est jamais réellement imposé, mais il est depuis un moment l'un des meilleurs ailiers français. Et je veux vraiment qu'on l'aide à trouver le déclic.

Comment ?

C'est un joueur d'espace, sauf qu'au niveau international, il n'y en a pas. En attaque, il y a des hommes en face. Et notre défense est une défense de face (où il faut monter sur l'adversaire) et non d'espace. Et puis il faut aussi voir le positif : c'est l'un des rares joueurs qui va à plus de 37 km/h, il commence à dézoner. Au pays de Galles, il est allé gagner en l'air pour l'essai d'Anthony Bouthier, il a intercepté un ballon en défense. Damian (Penaud) sait très bien défendre désormais et j'espère que Teddy va suivre ce chemin. C'est un peu long et difficile pour lui, mais je souhaite qu'il y arrive. Et il fait partie du groupe France. Comme Jeff, pour lequel il n'y a aucun doute qu'il va y arriver, en travaillant notamment avec William (Servat). En tout cas, c'est un excellent joueur de rugby.

Le paradoxe de votre défense est qu'elle vous a beaucoup nourris, mais vous avez concédé beaucoup. À quoi l'attribuez-vous ?

Si on prend les deux essais encaissés en Êcosse, c'est une série d'erreurs individuelles où les gars sont sortis du système de manière inconsciente, dans des très hautes intensités émotionnelles. Là, il n'y a pas d'autre secret que de répéter ce type d'expérience. C'est pour ça que je pense que ce match-là sera davantage fondateur que notre victoire à Cardiff.

Vos ailiers, notamment, ont été en difficulté. Cela vous fait-il hésiter sur votre système ?

Non (catégorique) ! Ce type de défense a quand même le mérite de nous faire avancer tout le temps. À Édimbourg, jusqu'à la 34e minute, on ne fait pas un grand match, mais on mène 7-6 et les Écossais sont venus une fois dans nos 40 mètres pour inscrire deux pénalités. Ensuite, il y a deux moments de contagion individuelle et collective en défense, avec des Écossais qui ont su trouver l'opportunité. Mais ça se gomme.

« Si vous venez voir nos entraînements, vous voyez toujours du rugby, avec un ballon toujours en vie, mais souvent dans un jeu de transition, de déstructuration. »


On sent poindre une frustration par rapport au jeu offensif français : pas assez de volume, trop de pieds. Que répondez-vous ?

Je l'entends, mais le rugby international, ce n'est pas que des données, c'est aussi ce que l'on ressent. Maintenant, les données existent. L'Écosse a tapé plus que nous et a moins possédé le ballon. Pourtant, elle a marqué trois essais (rires). Nous, on a beaucoup produit mais on n'a pas été toujours lucides. Au pays de Galles, nous avons eu 31 jeux de transition et 4 lancements. Ce week-end, nous avons eu 20 jeux de transition et 10 lancements. On a eu beaucoup plus la possession. Mais tenir le ballon ne veut rien dire. Il faut taper avant d'y être contraint. C'est terrible ce que je dis parce que je suis un enfant de la balle, de Colomiers, du mouvement général. Et si vous venez voir nos entraînements, vous voyez toujours du rugby, avec un ballon toujours en vie, mais souvent dans un jeu de transition (passage de la défense à l'attaque), de déstructuration. C'est ça le rugby international.

Avez-vous conçu ce jeu pour gagner très vite, comme vous le répétez depuis le début de votre mandat, et ensuite y ajouter des pièces pour le rendre plus élaboré ?

Ce jeu va nous permettre de développer des compétences. Aujourd'hui, il est globalement en place et les joueurs, à l'intérieur, vont manipuler encore mieux leurs options. Sachant que dans ce rugby, il y a aussi le jeu sans ballon et notre défense avec ses jeux de transition. On a aussi désigné des petits circuits dans lesquels les avants doivent prendre plus de profondeur, jouer à deux ou à trois. Maintenant, il faut que l'on élève encore nos compétences physiologiques, techniques et collectives.

Ne manque-t-il pas dans votre arsenal des joueurs fluides prêts à faire les passes supplémentaires ?

L'analyse du match contre l'Écosse montre que nous n'avons pas choisi les bonnes options, plusieurs fois avec du jeu direct, alors que si nous étions passés dans le dos, ce que nous travaillons à l'entraînement, on aurait trouvé des solutions plus faciles. Mais c'est surtout l'expérience qui va nous amener à maîtriser ces options. Les joueurs que l'on a peuvent assurer et assumer les deux formes de jeu. Après, on a souvent pensé à la possibilité de faire jouer Romain (Ntamack) en 12 en plus des options Arthur, Virimi et Gaël au centre. N'importe où, n'importe quand, n'importe qui ! C'est notre dicton. On doit être capable de dézoner plus facilement.

_________________
« Le rugby c'est ma vie et ma vie c'est le rugby »   Christophe Urios
Scalp
Scalp
Centre de presse
Centre de presse

Nombre de messages : 5305
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 52

Revenir en haut Aller en bas

Le XV de France - Page 34 Empty Re: Le XV de France

Message  nadoloubb le Jeu 12 Mar 2020 - 8:11


"Après, on a souvent pensé à la possibilité de faire jouer Romain (Ntamack) en 12 en plus des options Arthur, Virimi et Gaël au centre. N'importe où, n'importe quand, n'importe qui ! C'est notre dicton. On doit être capable de dézoner plus facilement."

Bon faut que matthieu face un entrainement intensif avec Connor pour apprendre à plaquer au jambe. Et ensuite on devrait avoir en argentine le 10 12 (jalibert ntamack) que je souhaitais depuis pas mal de temps
nadoloubb
nadoloubb
J'aime l'Union passionnément
J'aime l'Union passionnément

Nombre de messages : 137
Localisation : orléans
Date d'inscription : 13/04/2018

Revenir en haut Aller en bas

Le XV de France - Page 34 Empty Re: Le XV de France

Message  Scalp le Jeu 30 Juil 2020 - 9:34

https://www.sudouest.fr/2020/07/28/fabien-galthie-pourquoi-prendre-le-risque-de-mettre-en-difficulte-l-equipe-de-france-7699231-773.php

Fabien Galthié : "Pourquoi prendre le risque de mettre en difficulté l’Equipe de France ?"

Par Recueilli par Arnaud David

Alors que la Ligue et la Fédération s’opposent sur le programme de l’automne, l’entraîneur des Bleus réaffirme dans une interview à Sud Ouest son ambition de ramener vite le Quinze de France en haut de la hiérarchie mondiale

« Sud Ouest » La Ligue et les clubs sont opposés à la tenue de six matches pour l’équipe de France cet automne. Quels arguments pouvez-vous avancer pour plaider votre cause ?

Fabien Galthié. D’abord c’est un calendrier qui est construit par World Rugby pour faire face à un enjeu majeur du point de vue économique. Il n’y a pas eu les tournées d’été. Il n’y aura pas de Four Nations classique ni de tournées d’automne. Depuis le mois de mai, World Rugby travaille sur les projections les plus cohérentes en fonction de l’évolution de la pandémie. C’est donc un réaménagement du calendrier international destiné à faire face aux besoins des fédérations.

En tant qu’ancien entraîneur de club, pouvez-vous comprendre leurs réticences ?

Je comprends les contraintes de World Rugby liées à l’enjeu économique et je comprends aussi la problématique nationale, et notamment ce que la ligue doit gérer par rapport au Top 14 et à la mise à disposition des joueurs internationaux.

Avez-vous peur que le XV de France soit pris en otage ?


Il faut se positionner au dessus. Avec le staff, notre rôle est de construire l’équipe de France la plus compétitive possible en prenant en compte les variations de l’écosystème. On a arrêté le tournoi des Six Nations après quatre journées. On n’a pas fait de tournée en Argentine, c’est-à-dire trois semaines d’entraînement et deux tests. On ne fera pas de rassemblement au mois d’août alors que c’était prévu dans la convention. World Rugby nous propose six matches à jouer. Cela nous amènerait à un total de dix matches. C’est ce qui était prévu sur la feuille de route de l’équipe de France.

S’il n’y a pas de compromis trouvé, les clubs risquent de revenir sur les conditions de mise à disposition des joueurs. Vous n’en auriez plus 42 mais 31…

Pourquoi changer une méthode qui nous a permis de gagner ? Ce rythme d’avoir 42 joueurs jusqu’au jeudi puis 28, est essentiel. Cela permet aussi de laisser trois joueurs de plus le week-end à la disposition des clubs. Pourquoi prendre le risque de mettre en difficulté l’équipe de France alors qu’elle n’a pas encore stabilisé son niveau de compétitivité?
Cet hiver, on a sélectionné 29 joueurs. On a vu 26 autres joueurs aux rassemblements. Parmi ceux-là, on a identifié 10 gros potentiels durant les entraînements. On les a aujourd’hui dans notre réservoir, prêts à rentrer de manière cohérente. Les dix joueurs dont je vous parle, ce sont des joueurs qui ont travaillé pendant sept semaines avec nous, qui connaissent l’organisation, les niveaux d’intensité requis, la dimension psychologique. Ils ne seront pas surpris.

Seriez-vous prêt à faire tourner votre effectif pour que les joueurs disputent un maximum de 5 matches comme le demandent les clubs ?

Comme je l’ai dit lors de ma prise de fonction, moins l’équipe de France procédera à des turn-overs plus l’équipe de France sera performante. On a « capé » 29 joueurs sur quatre matches. Le mot « tourner » ne convient pas à l’équipe nationale. Elle ne joue que dix matches par an. Au début du tournoi, l’équipe de France avait 24 ans et huit sélections de moyenne. Quand on s’est projeté sur notre feuille de route, on devrait avoir une équipe à 28 ans et 40 sélections de moyenne lors de la Coupe du monde 2023. Donc, les joueurs auront joué 30 matches ensemble. Plus tu joues ensemble, plus tu progresses. C’est une conviction que je ne veux pas remettre en question. Avoir de l’émulation à l’entraînement, pouvoir développer deux ou trois profils sur le même poste c’est très important mais la sélection, elle a une valeur. On ne la donne pas à celui qui est numéro 3, numéro 4 au poste parce qu’il faut faire tourner. Quand on prend un joueur, il est numéro 1 au poste à l’instant T.

Six matches, c’est une mini Coupe du monde qui vous attend… Comment vous êtes vous projeté sur ce rendez-vous ?


On n’a pas cessé de travailler. On a accumulé beaucoup de données durant le tournoi. On a pu se projeter sur des évolutions de notre organisation offensive et défensive. Sur des évolutions de notre méthodologie d’entraînement pour aller plus loin. On a planifié. Des membres du staff ont déjà fait leur retour dans les clubs. On a déjà une programmation de visite sur différents sujets. On aura une remise en route avec les académies à Sabres du 24 au 26 août, où on va s’entraîner à entraîner.

Le rendez-vous le plus important de l’automne, c’est celui contre l’Irlande qui peut vous permettre de gagner le tournoi ?

Il est clair que le rendez-vous contre l’Irlande est identifié comme un temps de passage très important pour notre saison 1. Il y aura une attente forte. On aurait dû accueillir l’Afrique du Sud et challenger le champion du monde. Là, l’objectif sera de battre l’Irlande pour gagner le tournoi sachant que les Anglais iront en Italie.

Ensuite, vous affronterez l’Ecosse, le Japon, l’Italie. C’est la poule la moins relevée de cette mini-compétition…

Effectivement. Notre poule est moins difficile que l’autre avec l’Angleterre, le Pays de Galles, l’Irlande et les Fidji. Mais on garde du Japon l’impression laissée pendant la Coupe du monde. En Ecosse, cela fait deux fois qu’on s’y déplace et qu’on perd. L’Italie, c’est vrai, est l’équipe la plus faible.

Remporter cette compétition ou au moins disputer la finale permettrait de prolonger la dynamique impulsée cet hiver?

Clairement. Il n’y a pas de raison qu’on ne s’améliore pas, il n’y a pas de raison qu’on ne soit pas encore plus performant. Les joueurs sont là, la méthode aussi. Nous sommes prêts.

La LNR dit toujours « non »


Ce mardi soir, les représentants de la ligue et des clubs de Top 14 qui participaient à unHier soir, les représentants de la ligue et des clubs de Top 14 qui participaient à une réunion téléphonique avec ceux de la fédération mais aussi avec les entraîneurs des clubs qui fournissent les internationaux – ceux de Toulon, Toulouse, La Rochelle et du Racing 92 étaient présents – ont maintenu leur position. Ils ne veulent pas d’un sixième match de l’équipe de France cet automne. Ils s’opposent notamment à la tenue d’une rencontre contre le Pays de Galles le 24 octobre qui servirait de préparation aux Bleus avant leur match contre l’Irlande le 31 octobre.

Cette position sera exposée ce jeudi soir à l’ensemble des clubs lors d’une nouvelle réunion. La Ligue attend l’officialisation du calendrier de l’automne qui doit être voté jeudi par World Rugby pour reprendre ses négociations avec la fédération.



Dernière édition par Scalp le Jeu 30 Juil 2020 - 9:51, édité 1 fois

_________________
« Le rugby c'est ma vie et ma vie c'est le rugby »   Christophe Urios
Scalp
Scalp
Centre de presse
Centre de presse

Nombre de messages : 5305
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 52

Revenir en haut Aller en bas

Le XV de France - Page 34 Empty Re: Le XV de France

Message  Scalp le Jeu 30 Juil 2020 - 9:35

Marti : "Je comprends Galthié"

Par Jérôme Prevot

XV DE FRANCE - Cinq ou six matchs pour les Bleus à l'automne ? Le président de l'UBB a réagi aux propos du sélectionneur dans « Sud Ouest » en élargissant le débat.

Dans les colonnes de Sud Ouest Fabien Galthié a expliqué qu'il ne comprenait pas pourquoi « mettre en difficulté l'équipe de France ? » Il a remis en cause l'idée d'un turn over au nom de la valeur d'une cape internationale. « On ne la donne pas à celui qui est numéro 3, numéro 4 au poste parce qu’il faut faire tourner. Quand on prend un joueur, il est numéro 1 au poste à l’instant T. » Ceci qui va potentiellement à l'encontre de l'idée de Bernard Laporte de limiter chaque joueur à cinq apparitions pour les test-matchs de cet automne et malgré la programmation envisagée de six matchs.

C'était une façon pour la FFR de faire passer aux clubs la « pilule » du total de six matchs internationaux.

Laurent Marti, président de l'UBB a réagi à ces déclarations : « Je comprends Galthié : son boulot, c'est d'avoir la meilleure équipe de France possible. Mais je trouve que nous, les présidents, nous avons fait beaucoup d'efforts. Accepter cinq matchs internationaux à l'automne, c'est un énorme pas. Et je rappelle que nous sommes tous attachés à l'idée d'avoir une équipe de France performante. »

Apparemment, le président de l'UBB n'en veut pas au sélectionneur de jouer son jeu au maximum. Il ne peut s'empêcher de faire quelques observations plus générales. « Sincèrement, sportivement, cinq ou six matchs à trois ans de la Coupe du Monde, ça ne va pas changer grand-chose. Après, le nombre de matchs a aussi et surtout une importance économique. Je ferais remarquer que multiplier des matchs contre l’Écosse ou l'Italie, ça les banalise quand-même un peu. Et je ne suis pas sûr que ces affiches feront le plein dans les gradins. J'ai envie de dire à la FFR que nous comprenons ses difficultés économiques. Nous aussi nous avons souffert. Comment avons-nous fait ? Nous avons fait des économies au niveau de nos charges . Peut-être pourrait-elle faire de même dans les mois qui viennent. » A priori, les négociations vont continuer entre les clubs et la FFR pour la mise à disposition des joueurs cet automne. Les clubs pourraient n'envoyer que 31 joueurs en début de stage au lieu des 42 voulus par Galthié (liste réduite à 28 après le jeudi).

_________________
« Le rugby c'est ma vie et ma vie c'est le rugby »   Christophe Urios
Scalp
Scalp
Centre de presse
Centre de presse

Nombre de messages : 5305
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 52

Revenir en haut Aller en bas

Le XV de France - Page 34 Empty Re: Le XV de France

Message  léopold le Jeu 30 Juil 2020 - 12:59

Laurent fait preuve de bon sens, qui va remplir les stades pour ces matchs là,on prend des risques en asseyant de relancer un Top14 avec un étiage plus élevé que 5000 et la on espère faire déplacer le mode hexagonal de l'ovalie pour voir quoi, une coupe Mickey.
léopold
léopold
J'aime l'Union à la folie
J'aime l'Union à la folie

Nombre de messages : 7526
Localisation : A Musard derrière les espoirs
Date d'inscription : 29/01/2008

Revenir en haut Aller en bas

Le XV de France - Page 34 Empty Re: Le XV de France

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 34 sur 34 Précédent  1 ... 18 ... 32, 33, 34

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum