AllezUnion.com, Forum des supporters de l'Union Bordeaux Bègles - Rugby
Un forum est comme un vestiaire, quand on y rentre on dit bonjour. Pensez donc à vous connecter, ça vous assurera également une visibilité parfaite ;o)

Enregistrer et activer un compte prend 3 minutes. Seule une adresse email valide est nécessaire. Ne soyez pas timide, Allez y !

AllezUnion.com
Le Deal du moment :
Kingston A400 – SSD interne – ...
Voir le deal
79.90 €

Que deviennent nos anciens joueurs ?

Page 6 sur 13 Précédent  1, 2, 3 ... 5, 6, 7 ... 11, 12, 13  Suivant

Aller en bas

Que deviennent nos anciens joueurs ? - Page 6 Empty Re: Que deviennent nos anciens joueurs ?

Message  krahknardz le Dim 1 Déc 2019 - 18:34

Toulouse qui écrase Bayonne, qui s'est pris deux rouges. S'ils ne leur filent pas au moins 3 essais de plus d'ici la fin du match, c'est pas rassurant pour les toulousains... Rolling Eyes

krahknardz
Team
Team

Nombre de messages : 4298
Date d'inscription : 07/07/2013

Revenir en haut Aller en bas

Que deviennent nos anciens joueurs ? - Page 6 Empty Re: Que deviennent nos anciens joueurs ?

Message  Vince33 le Dim 1 Déc 2019 - 18:36

léopold a écrit:Galarza vaillant et Afatia très en jambes rire rire rire rire
Pour ce dernier sur que lors de son passage à UBB il n'a pas montré grand chose.

En revanche rentrée très tonique de Maxime Lamothe.

Encore un essai accordé à Toulouse avec un en avant de 2 mètres . Et deux rouges pour l'aviron
Vince33
Vince33
J'aime l'Union à la folie
J'aime l'Union à la folie

Nombre de messages : 2874
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 02/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Que deviennent nos anciens joueurs ? - Page 6 Empty Re: Que deviennent nos anciens joueurs ?

Message  krahknardz le Dim 1 Déc 2019 - 18:46

Vince33 a écrit:En revanche rentrée très tonique de Maxime Lamothe.

Après la prestation plutôt en dessous de Pélissié hier, nul doute que Lamothe reviendra à Bègles l'année prochaine, au minimum pour sa dernière année de contrat.
krahknardz
krahknardz
Team
Team

Nombre de messages : 4298
Localisation : Bègles
Date d'inscription : 07/07/2013
Humeur : Un essai de l'UBB et c'est toute la semaine qui prend des couleurs....
Age : 47

Revenir en haut Aller en bas

Que deviennent nos anciens joueurs ? - Page 6 Empty Re: Que deviennent nos anciens joueurs ?

Message  Vince33 le Dim 1 Déc 2019 - 18:51

krahknardz a écrit:
Vince33 a écrit:En revanche rentrée très tonique de Maxime Lamothe.

Après la prestation plutôt en dessous de Pélissié hier, nul doute que Lamothe reviendra à Bègles l'année prochaine, au minimum pour sa dernière année de contrat.

D'après ce qui se dit , il aurait plutot une proposition de contrat pro plus longue durée de la part des deux clubs d'ailleurs
Vince33
Vince33
J'aime l'Union à la folie
J'aime l'Union à la folie

Nombre de messages : 2874
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 02/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Que deviennent nos anciens joueurs ? - Page 6 Empty Re: Que deviennent nos anciens joueurs ?

Message  le radis le Dim 1 Déc 2019 - 19:03

La question que doit se poser M Lamothe est quel sera le 3ème talon à l'UBB ? Car il aspire à pouvoir jouer à armes égales avec ses autres partenaires du poste.
le radis
le radis
Centre de presse
Centre de presse

Nombre de messages : 6747
Localisation : talence
Date d'inscription : 12/10/2012
Humeur : le radis noir ou blanc est d'or

Revenir en haut Aller en bas

Que deviennent nos anciens joueurs ? - Page 6 Empty Re: Que deviennent nos anciens joueurs ?

Message  marchal le Ven 6 Déc 2019 - 14:04

jo edwards, ancien 3iéme ligne des espoirs, trés bon joueur, actuellement capitaine de provence rugby, devrait selon le midol signé à vannes pour les 2 prochaines saisons
marchal
marchal
Centre de presse
Centre de presse

Nombre de messages : 2031
Localisation : bordeaux
Date d'inscription : 12/06/2013

Revenir en haut Aller en bas

Que deviennent nos anciens joueurs ? - Page 6 Empty Re: Que deviennent nos anciens joueurs ?

Message  léopold le Sam 7 Déc 2019 - 20:16

Thomas Lainault est toujours à l'ouvrage, le grand fait pas dans la dentelle, il a pris son petit jaune.J'aime bien ces joueurs dits de "tempérament" rire rire rire
léopold
léopold
J'aime l'Union à la folie
J'aime l'Union à la folie

Nombre de messages : 7526
Localisation : A Musard derrière les espoirs
Date d'inscription : 29/01/2008

Revenir en haut Aller en bas

Que deviennent nos anciens joueurs ? - Page 6 Empty Re: Que deviennent nos anciens joueurs ?

Message  Dr. Gregory Bouse le Dim 8 Déc 2019 - 19:07

A priori, grosse partie de Baptiste avec le RCT.

En espérant que Colazzo laisse un peu de bride à ce joueur d'instinct: Novès l'avait bien compris, lui ! Ce qui fut loin d'être le cas avec J. Brunel qui a voulu en faire un gestionnaire de même que ses british successeurs à l'UBB.

Un vrai gâchis !
Dr. Gregory Bouse
Dr. Gregory Bouse
J'aime l'Union à la folie
J'aime l'Union à la folie

Nombre de messages : 333
Localisation : souvent nulle part...
Date d'inscription : 17/02/2019

Revenir en haut Aller en bas

Que deviennent nos anciens joueurs ? - Page 6 Empty Re: Que deviennent nos anciens joueurs ?

Message  biscouette le Dim 8 Déc 2019 - 19:16

Dr. Gregory Bouse a écrit: A priori, grosse partie de Baptiste avec le RCT.

En espérant que Colazzo laisse un peu de bride à ce joueur d'instinct: Novès l'avait bien compris, lui ! Ce qui fut loin d'être le cas avec J. Brunel qui a voulu en faire un gestionnaire de même que ses british successeurs à l'UBB.

Un vrai gâchis !
Effectivement, il a l'air d'avoir vite trouvé ses marques, en forme, dans le prolongement de sa CdM. Il est complet, joue juste. Et visiblement a vite conquis les supporters toulonnais.

https://www.lequipe.fr/Rugby/Actualites/Challenge-europeen-toulon-ecrase-les-london-irish-brive-s-incline-de-peu-face-au-zebre-le-stade-francais-corrige-par-bristol/1087809

Serin porte Toulon
Ils poursuivent leur sans-faute. Portés par un Baptiste Serin étincelant dans l'animation et auteur d'un doublé (1e, 30e), les Varois ont remporté leur troisième match de Challenge (37-17) et renforcé leur place de leader de la poule 2. À noter que les deux derniers arrivés sur la Rade, le champion du monde sud-africain, Eben Etzebeth, et l'Argentin Ramiro Moyano ont fait leur début sous la tunique toulonnaise. Le second s'est même offert deux réalisations (54e, 80e).

_________________
« You can't kill what you can't see ». The Last Poets
biscouette
biscouette
Centre de presse
Centre de presse

Nombre de messages : 1920
Localisation : Paris (et Bordeaux)
Date d'inscription : 08/01/2016
Humeur :

Revenir en haut Aller en bas

Que deviennent nos anciens joueurs ? - Page 6 Empty Re: Que deviennent nos anciens joueurs ?

Message  jaja69 le Lun 9 Déc 2019 - 9:51

Ronan Chambord aurait signé comme Joker médical à Colomiers ?

_________________
«On prend goût aux douleurs que le rugby provoque. Un match qui ne fait pas mal est un match raté.» (Walter Spanghero)
jaja69
jaja69
J'aime l'Union à la folie
J'aime l'Union à la folie

Nombre de messages : 1630
Localisation : Talence
Date d'inscription : 19/09/2011

http://www.ubbrugby.com/accueil.html

Revenir en haut Aller en bas

Que deviennent nos anciens joueurs ? - Page 6 Empty Re: Que deviennent nos anciens joueurs ?

Message  marchal le Jeu 12 Déc 2019 - 14:41

hugh chalmers (vannes) devrait etre présent sur la feuille de match contre rouen. Ce serait sa 1ere feuille de match de la saison
https://www.ouest-france.fr/sport/rugby/rugby-club-vannes/pro-d2-rouen-rc-vannes-duplenne-et-cramond-reintegrent-le-groupe-chalmers-dans-l-attente-6649204?fbclid=IwAR0A_Vofc-_277gtiqjUbtQKXDn4C_SwqRJqxUAJ394Ld9FPsl_BgI3NZoE

interview de pierre bernard (bo)
https://www.rugbyrama.fr/rugby/pro-d2/2018-2019/pro-d2-pierre-bernard-biarritz-je-me-sens-ultra-libere_sto7570860/story.shtml
marchal
marchal
Centre de presse
Centre de presse

Nombre de messages : 2031
Localisation : bordeaux
Date d'inscription : 12/06/2013

Revenir en haut Aller en bas

Que deviennent nos anciens joueurs ? - Page 6 Empty Re: Que deviennent nos anciens joueurs ?

Message  marchal le Jeu 12 Déc 2019 - 14:45

https://actu.fr/nouvelle-aquitaine/bon-encontre_47032/actu-rugby-retrouve-luc-lafforgue-eleves-me-parlent-chaque-annee-cette-bagarre-generale_30050658.html?fbclid=IwAR04N9jKGtMAcC2h3plVmSMExFnqHbcRwHzsXGHOEHqDQntqHtSasUd-U6g
marchal
marchal
Centre de presse
Centre de presse

Nombre de messages : 2031
Localisation : bordeaux
Date d'inscription : 12/06/2013

Revenir en haut Aller en bas

Que deviennent nos anciens joueurs ? - Page 6 Empty Re: Que deviennent nos anciens joueurs ?

Message  marchal le Mer 18 Déc 2019 - 15:13

peter saili qui joue actuellement à valence romans en prod2 a été victime ce we contre l'usap d'une rupture du tendon rotulien (la meme blessure qu'il avait eu avec l'ubb). Saison terminé. Il a 31 ans
marchal
marchal
Centre de presse
Centre de presse

Nombre de messages : 2031
Localisation : bordeaux
Date d'inscription : 12/06/2013

Revenir en haut Aller en bas

Que deviennent nos anciens joueurs ? - Page 6 Empty Re: Que deviennent nos anciens joueurs ?

Message  marchal le Jeu 19 Déc 2019 - 17:38

interview de l'ancien 2iéme ligne du cabbg et actuellement entraineur des avants à lyon
https://www.rugbyrama.fr/rugby/top-14/2019-2020/top-14-nouvelle-vie-et-enorme-envie-pour-gerard-au-lou_sto7581001/story.shtml
marchal
marchal
Centre de presse
Centre de presse

Nombre de messages : 2031
Localisation : bordeaux
Date d'inscription : 12/06/2013

Revenir en haut Aller en bas

Que deviennent nos anciens joueurs ? - Page 6 Empty Re: Que deviennent nos anciens joueurs ?

Message  biscouette le Jeu 19 Déc 2019 - 22:54

marchal a écrit:peter saili qui joue actuellement à valence romans en prod2 a été victime ce we contre l'usap d'une rupture du tendon rotulien (la meme blessure qu'il avait eu avec l'ubb). Saison terminé. Il a 31 ans
Dur, malheureusement je ne suis pas complètement surpris, relativement à ses genoux, ses appuis en rapport à sa masse musculaire.

Sinon des news de Pierre Bernard, son coup de pied dans ces conditions météo vaut le coup d'œil :
https://rugby-scapulaire.com/breves/88812-maxime-lucu-pour-reussir-une-tentative-comme-ca-je-peux-vous-dire-quil-faut-vraiment-savoir-butter
C'est d'autant plus fort qu'il faut aussi la puissance.

_________________
« You can't kill what you can't see ». The Last Poets
biscouette
biscouette
Centre de presse
Centre de presse

Nombre de messages : 1920
Localisation : Paris (et Bordeaux)
Date d'inscription : 08/01/2016
Humeur :

Revenir en haut Aller en bas

Que deviennent nos anciens joueurs ? - Page 6 Empty Re: Que deviennent nos anciens joueurs ?

Message  Scalp le Jeu 2 Jan 2020 - 9:37

https://www.lequipe.fr/Rugby/Article/Aliki-fakate-une-veritable-culture-de-la-honte-chez-les-joueurs-des-iles-du-pacifique/1094736

Aliki Fakate : «Une véritable culture de la honte» chez les joueurs des îles du Pacifique

Après de gros soucis, le Néo-Calédonien, vice-champion de France avec Montpellier en 2011, s'est retrouvé plusieurs mois sans argent ni logement.

Que deviennent nos anciens joueurs ? - Page 6 Captu664
Aliki Fakate avec l'UBB en 2014. (R. Perrocheau/L'Équipe)

Dominique Issartel

C'est en juin 2019, à Lourdes, après avoir assisté à un atelier animé par Lauren Bolakoro, qu'Aliki Fakate a pour la première fois osé parler de son parcours. Touché par les témoignages de joueurs, où plusieurs évoquaient leurs idées noires et parfois même le suicide, il s'est ouvert en fin de réunion. « Dire ce que j'ai vécu est surtout important pour les jeunes. Nous devons arrêter d'avoir honte de nos faiblesses. »

«Avez-vous connu cette période de solitude dont souffrent les joueurs du Pacifique lors de votre arrivée en métropole, en 2005 ?

Complètement, et pourtant, contrairement aux Fidjiens, Samoans ou Tonguiens, je n'avais pas, en plus, la barrière de la langue. C'est le problème de tous les Polynésiens : on se sent vraiment seuls, même si on joue en Top 14 et qu'on est un peu l'idole des gens. Quand on rentre chez soi, après l'entraînement, on est complètement décalés. Pour remédier à ça, on se rapproche de n'importe qui ; pour être avec quelqu'un, pour ne plus être seul, même si la personne n'est pas bonne pour nous. Je connais énormément de joueurs dans ce cas et c'est ce qui m'est arrivé. J'ai rencontré une fille de chez nous, j'ai vécu avec elle et cela s'est mal terminé.

C'est-à-dire ?

Quand je l'ai quittée, en 2012, nous n'étions pas mariés mais elle avait accès à tous mes comptes en banque et la maison que j'avais achetée à Montpellier était aussi à son nom. J'ai perdu énormément d'argent et, la saison d'après, quand j'ai signé à Bordeaux, je ne pouvais plus payer mes impôts et mon emprunt, j'avais des dettes équivalentes, par mois, à trois fois mon salaire. Les Polynésiens sont comme ça, quand on est avec quelqu'un, on donne tout, on partage tout. Mais je m'en fichais, j'avais retrouvé Patience, mon amour de jeunesse, une chanteuse et, en plus du rugby, j'ai repris la musique (on avait joué ensemble, en Nouvelle-Calédonie, entre 15 ans et 18 ans).

«À l'été 2017, nous avons vécu dans la voiture et sous une tente, avec nos trois filles»

C'est à ce moment-là, en 2014, que vous avez dû arrêter le rugby ?

Oui, à cause d'une faiblesse aux cervicales, le médecin m'a dit que je ne pouvais plus continuer, qu'il n'allait pas signer le certificat médical pour ma licence à cause du risque de blessure grave. Je n'avais pas pu mettre d'argent de côté et, trois ans après, en 2017, quand je n'ai plus touché le chômage, j'avais encore 27 000 euros d'arriérés d'impôts à payer. La vente de ma maison, à Montpellier, ne m'avait laissé que 15 000 euros et j'avais investi dans du matériel pour monter mon groupe avec ma femme, Patience and the Pacific Islanders.



Votre intention était de vivre de la musique ?

Oui et alors que j'ai toujours cherché à faire de la qualité, je sentais bien que les gens me prenaient pour un rigolo, qu'ils se moquaient de moi dans mon dos, « l'autre avec sa guitare et son piano... » C'est vrai que ça a mis du temps à décoller, même si aujourd'hui, je donne trois concerts par semaine. Nous avons passé une période très délicate avec ma famille. De juin à septembre 2017, on n'avait pas de quoi se loger et nous avons vécu dans la voiture et sous une tente, avec nos trois filles. Heureusement, c'était l'été, et pour que les enfants ne se rendent pas trop compte, on cherchait des endroits près de la mer ou au bord d'un lac. Et puis, en octobre, j'ai trouvé un travail de surveillant dans un lycée et un studio où on a vécu à cinq pendant deux ans (*).

Et aujourd'hui, que vous reste-t-il de cette expérience ?

J'ai beaucoup réfléchi à la façon dont on est éduqués chez nous. Il y a une véritable culture de la honte à tel point que, quand on traverse une période d'échec, ou de difficulté, on n'ose pas en parler... à tel point qu'on passe parfois pour des demeurés. Quand j'étais vraiment dans la galère, à me nourrir de pain et de sardines à l'huile, je n'en ai parlé à personne, même pas à ma famille. Il plane sans cesse cette idée oppressante qu'on va salir le nom de notre tribu. »

(*) Aliki Fakate est toujours surveillant dans ce lycée où il travaille trois fois par semaine, consacrant le reste de son temps à sa famille et à la musique.

_________________
« Le rugby c'est ma vie et ma vie c'est le rugby »   Christophe Urios
Scalp
Scalp
Centre de presse
Centre de presse

Nombre de messages : 5305
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 52

Revenir en haut Aller en bas

Que deviennent nos anciens joueurs ? - Page 6 Empty Re: Que deviennent nos anciens joueurs ?

Message  Scalp le Jeu 2 Jan 2020 - 10:08

https://www.lequipe.fr/Rugby/Article/Le-malaise-des-joueurs-venant-des-iles-fidji-tonga-et-samoa/1094729

Top 14 / Pro D2 : le malaise des joueurs des Fidji, Tonga et Samoa et des îles du Pacifique

Bien que les différences culturelles des joueurs du Pacifique soient mieux prises en compte par les clubs européens qui les accueillent, la dimension psychologique du déracinement est encore trop souvent négligée.

Dominique Issartel

La semaine dernière, devant tous ses coéquipiers du club gallois de Cardiff réunis pour le discours de Noël, le troisième-ligne samoan Nick Williams, colosse de 1,91 m pour 130 kg, a fondu en larmes en découvrant son cadeau. Son entraîneur, John Mulvihill, avait fait venir en secret la maman du joueur depuis la Nouvelle-Zélande, son premier voyage en Europe depuis le départ de son fils, en 2008, à 24 ans. « Nick a passé douze Noëls sans sa famille, a raconté le coach, et je sais qu'au début, il a beaucoup souffert pour s'adapter. Cette surprise, c'était la façon du club de le remercier pour tout ce qu'il nous a apporté depuis son arrivée, la générosité, le partage, la solidarité... »

Cet éloignement de leur famille, véritable socle de leur culture, est extrêmement difficile à supporter pour les joueurs des îles Pacifique qui s'exilent en Europe pour pouvoir vivre du rugby ; et leurs nouveaux coéquipiers, aussi accueillants qu'ils soient, ont du mal à mesurer l'étendue de leur solitude. Régulièrement, des épisodes plus ou moins sordides viennent mettre au grand jour cet isolement affectif. Du suicide d'Isireli Temo, un joueur fidjien de Fédérale 1, en 2016, au licenciement récent par le Racing 92 de la star Leone Nakarawa pour des absences répétées ces dernières saisons, en passant par l'agression sexuelle commise par deux joueurs du Stade Français, Raisuqe et Waisea, en 2018, la brutalité des faits met au jour des lacunes dans la prise en charge mentale de certains joueurs.

«Alors que (les îliens) étaient constamment entourés de parents, cousins, enfants, ils se retrouvent absolument seuls et cette solitude les place face à des émotions qu'ils ne savent pas gérer»

Lauren Bolakoro, fondatrice de Game Changer Coaching

En 2018, pour les aider à mettre des mots sur leur mal-être, Lauren Bolakoro, épouse d'un joueur fidjien arrivé en France il y a treize ans, a fondé GCC (Game Changer Coaching), avec Irena Makowska, intervenante chez Airbus et auprès du ministère de la Défense. Leur association propose aux joueurs des entretiens et des séances d'hypnose afin de les pousser à exprimer leurs émotions plutôt que de les enfouir systématiquement. Lauren, Franco-Anglaise qui a rencontré Ilikena Bolakoro quand elle avait 18 ans, a assisté de l'intérieur aux ravages du déracinement. Son mari, une connaissance de Sireli Bobo, alors ailier de Biarritz, repéré au moment où il évoluait avec l'équipe fidjienne des moins de 19 ans, est arrivé en France en 2006.

Si le choc culturel est immense pour la plupart des îliens, il est encore plus marqué pour ceux qui ont été élevés à l'intérieur des terres, dans les régions montagneuses. À 19 ans, « Bola » n'avait jamais été au restaurant, ne savait pas se servir d'une fourchette ou d'un couteau, ne mangeait qu'avec une cuillère... Pendant six mois, il s'est endormi en pleurant tous les soirs. Son seul réconfort, aller regarder la mer, avancer dans les vagues et se laisser bercer par leur bruit, le seul qui lui était familier. « Ce que vivent ces joueurs, surtout ceux qui n'ont pas étudié en Australie ou en Nouvelle-Zélande et qui arrivent directement des îles, est un choc incompréhensible pour nous, affirme Lauren Bolakoro. Ils sont complètement coupés de leur façon de vivre. Alors qu'ils étaient constamment entourés de parents, cousins, enfants, ils se retrouvent absolument seuls et cette solitude les place face à des émotions qu'ils ne savent pas gérer. »

L'éducation qu'ils ont reçue est aussi responsable de cette incapacité à s'ouvrir aux autres. Dès le plus jeune âge, dans la culture du Pacifique, on apprend aux enfants à ne pas répondre aux adultes et, surtout, à ne montrer ni leur peine ni leur douleur. « Un gamin en larmes, parce qu'il s'est fait bousculer ou mordre, s'entend dire : "Arrête de pleurer ! Es-tu un bébé ? Es-tu une fille ?" On intime aux enfants l'ordre de ne plus ressentir et, à l'âge adulte, quand cette émotion revient, ils ne savent pas quoi en faire », explique Lauren Bolakoro. « Chez nous, confirme Ilikena, le châtiment corporel fait partie de la culture. » Pour le punir, entre cinq et quinze ans, son père l'enfermait dans un sac de jute et tapait avec un fouet. « On ne voyait pas les coups arriver et on n'avait pas le droit de crier. » Il raconte cela en rigolant, pas parce que c'est drôle, non, « mais c'est le seul moyen qu'ils ont trouvé pour exprimer cette douleur sans en avoir honte », analyse Irena Makowska, habituée à travailler avec des personnes en situation de stress.

«Depuis quelques années, ils développent des addictions aux médicaments (tramadol, myorelaxants), à l'alcool et aussi au jeu»

Lauren Bolakoro

Quand Lauren le rencontre, après un match, à Biarritz, Ilikena Bolakoro sort et se saoule deux fois par semaine, « un rythme à peu près normal pour tous les joueurs du club, pas seulement les îliens », se souvient-elle. C'est lors d'une période de blessure, où il se met aussi à boire dans la semaine, qu'elle comprend qu'il fuit quelque chose. « Sortir entre îliens, c'est leur manière de souffrir ensemble, sans un mot... »

« Bola » mettra longtemps à accepter de s'ouvrir, et encore, il lui faudra être acculé pour le faire. « Un jour, dans son sac à dos, j'ai découvert des lettres des impôts qui s'étaient accumulées depuis quatre ans. Il n'avait répondu à aucune, il ne m'en avait jamais parlé. » Pour régler les 78 000 euros de pénalité, le couple va s'endetter sur plusieurs années. Ils ne sont malheureusement pas les seuls dans ce cas. « Un des joueurs qui me consulte, raconte Lauren, s'est retrouvé dans une situation très compliquée. Sur les 8 000 euros de son salaire mensuel, il en envoyait 5 000 à sa famille, dont 1 000 pour l'Église. Pour les joueurs des îles du Pacifique, la question ne se pose même pas : ils doivent soutenir les leurs financièrement. Quand tu joues en Top 14 ou en Pro D2, c'est possible. Mais ceux qui touchent 700 euros en Fédérale 1 se retrouvent dans des situations inextricables car ils ne savent pas dire non. »

Pour les Bolakoro, l'incident va agir comme un déclencheur. Le joueur accepte, à reculons, de se rendre à une séance de thérapie avec Irena Makowska. « J'ai dû lui demander de me promettre d'y aller. Le jour du rendez-vous, il était énervé et m'a dit : "ça va durer dix minutes, je ne dirai rien..." Mais il est ressorti de là près de deux heures après, l'air heureux et apaisé. » Depuis, Lauren a suivi une formation d'hypnose et, il y a un an et demi, a décidé de se lancer. À Nevers, où Bolakoro, arrivé comme joker médical en 2017, évolue toujours à 32 ans, elle commence à aider les femmes des joueurs pour des problèmes d'angoisse. « Puis des joueurs sont venus me voir et cela m'a confirmé le besoin de soutien psychologique, pas seulement pour les Îliens d'ailleurs. Depuis quelques années, ils développent des addictions aux médicaments (tramadol, myorelaxants), à l'alcool et aussi au jeu. Quand ils sont blessés ou ne jouent pas souvent, parier leur apporte une dose d'adrénaline... »

Cette saison, le club de Nevers, en Pro D2, a accepté d'embaucher Lauren Bolakoro, qui travaille également avec sept autres joueurs du Championnat français, pour des prestations auprès des volontaires. Une première dans un club français. Et même si de nombreux Fidjiens ont encore du mal à s'ouvrir - « ils acceptent difficilement de se confier à une femme blanche et, souvent, ils n'osent même pas me regarder dans les yeux » -, plusieurs joueurs samoans et tonguiens, moins réservés, bénéficient de ces séances. Sollicitée par PRPW, l'association de l'ex-international samoan Dan Leo, qui oeuvre pour le bien-être des joueurs de rugby du Pacifique, Game Changer Coaching propose régulièrement des ateliers en France et le rêve de Lauren Bolakoro serait d'en animer dans les clubs du Championnat français

_________________
« Le rugby c'est ma vie et ma vie c'est le rugby »   Christophe Urios
Scalp
Scalp
Centre de presse
Centre de presse

Nombre de messages : 5305
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 52

Revenir en haut Aller en bas

Que deviennent nos anciens joueurs ? - Page 6 Empty Re: Que deviennent nos anciens joueurs ?

Message  Vince33 le Jeu 2 Jan 2020 - 11:06

Scalp a écrit:https://www.lequipe.fr/Rugby/Article/Aliki-fakate-une-veritable-culture-de-la-honte-chez-les-joueurs-des-iles-du-pacifique/1094736

Aliki Fakate : «Une véritable culture de la honte» chez les joueurs des îles du Pacifique

Après de gros soucis, le Néo-Calédonien, vice-champion de France avec Montpellier en 2011, s'est retrouvé plusieurs mois sans argent ni logement.

Que deviennent nos anciens joueurs ? - Page 6 Captu664
Aliki Fakate avec l'UBB en 2014. (R. Perrocheau/L'Équipe)

Dominique Issartel

C'est en juin 2019, à Lourdes, après avoir assisté à un atelier animé par Lauren Bolakoro, qu'Aliki Fakate a pour la première fois osé parler de son parcours. Touché par les témoignages de joueurs, où plusieurs évoquaient leurs idées noires et parfois même le suicide, il s'est ouvert en fin de réunion. « Dire ce que j'ai vécu est surtout important pour les jeunes. Nous devons arrêter d'avoir honte de nos faiblesses. »

«Avez-vous connu cette période de solitude dont souffrent les joueurs du Pacifique lors de votre arrivée en métropole, en 2005 ?

Complètement, et pourtant, contrairement aux Fidjiens, Samoans ou Tonguiens, je n'avais pas, en plus, la barrière de la langue. C'est le problème de tous les Polynésiens : on se sent vraiment seuls, même si on joue en Top 14 et qu'on est un peu l'idole des gens. Quand on rentre chez soi, après l'entraînement, on est complètement décalés. Pour remédier à ça, on se rapproche de n'importe qui ; pour être avec quelqu'un, pour ne plus être seul, même si la personne n'est pas bonne pour nous. Je connais énormément de joueurs dans ce cas et c'est ce qui m'est arrivé. J'ai rencontré une fille de chez nous, j'ai vécu avec elle et cela s'est mal terminé.

C'est-à-dire ?

Quand je l'ai quittée, en 2012, nous n'étions pas mariés mais elle avait accès à tous mes comptes en banque et la maison que j'avais achetée à Montpellier était aussi à son nom. J'ai perdu énormément d'argent et, la saison d'après, quand j'ai signé à Bordeaux, je ne pouvais plus payer mes impôts et mon emprunt, j'avais des dettes équivalentes, par mois, à trois fois mon salaire. Les Polynésiens sont comme ça, quand on est avec quelqu'un, on donne tout, on partage tout. Mais je m'en fichais, j'avais retrouvé Patience, mon amour de jeunesse, une chanteuse et, en plus du rugby, j'ai repris la musique (on avait joué ensemble, en Nouvelle-Calédonie, entre 15 ans et 18 ans).

«À l'été 2017, nous avons vécu dans la voiture et sous une tente, avec nos trois filles»

C'est à ce moment-là, en 2014, que vous avez dû arrêter le rugby ?

Oui, à cause d'une faiblesse aux cervicales, le médecin m'a dit que je ne pouvais plus continuer, qu'il n'allait pas signer le certificat médical pour ma licence à cause du risque de blessure grave. Je n'avais pas pu mettre d'argent de côté et, trois ans après, en 2017, quand je n'ai plus touché le chômage, j'avais encore 27 000 euros d'arriérés d'impôts à payer. La vente de ma maison, à Montpellier, ne m'avait laissé que 15 000 euros et j'avais investi dans du matériel pour monter mon groupe avec ma femme, Patience and the Pacific Islanders.



Votre intention était de vivre de la musique ?

Oui et alors que j'ai toujours cherché à faire de la qualité, je sentais bien que les gens me prenaient pour un rigolo, qu'ils se moquaient de moi dans mon dos, « l'autre avec sa guitare et son piano... » C'est vrai que ça a mis du temps à décoller, même si aujourd'hui, je donne trois concerts par semaine. Nous avons passé une période très délicate avec ma famille. De juin à septembre 2017, on n'avait pas de quoi se loger et nous avons vécu dans la voiture et sous une tente, avec nos trois filles. Heureusement, c'était l'été, et pour que les enfants ne se rendent pas trop compte, on cherchait des endroits près de la mer ou au bord d'un lac. Et puis, en octobre, j'ai trouvé un travail de surveillant dans un lycée et un studio où on a vécu à cinq pendant deux ans (*).

Et aujourd'hui, que vous reste-t-il de cette expérience ?

J'ai beaucoup réfléchi à la façon dont on est éduqués chez nous. Il y a une véritable culture de la honte à tel point que, quand on traverse une période d'échec, ou de difficulté, on n'ose pas en parler... à tel point qu'on passe parfois pour des demeurés. Quand j'étais vraiment dans la galère, à me nourrir de pain et de sardines à l'huile, je n'en ai parlé à personne, même pas à ma famille. Il plane sans cesse cette idée oppressante qu'on va salir le nom de notre tribu. »

(*) Aliki Fakate est toujours surveillant dans ce lycée où il travaille trois fois par semaine, consacrant le reste de son temps à sa famille et à la musique.

Fakate a son arrivée avait solidifié notre mélée .
Ses qualités de combattants ont continué de s'exprimer à Gujan Mestras ou il a pu rejouer .

Son histoire montre de façon éclatante , la nécessité pour les rugbymen professionnels de bien préparer l'après rugby .

Vince33
Vince33
J'aime l'Union à la folie
J'aime l'Union à la folie

Nombre de messages : 2874
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 02/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Que deviennent nos anciens joueurs ? - Page 6 Empty Re: Que deviennent nos anciens joueurs ?

Message  le radis le Jeu 2 Jan 2020 - 11:29

Vince33 a écrit:
Son histoire montre de façon éclatante , la nécessité pour les rugbymen professionnels de bien préparer l'après rugby .

Pas mieux.
think
le radis
le radis
Centre de presse
Centre de presse

Nombre de messages : 6747
Localisation : talence
Date d'inscription : 12/10/2012
Humeur : le radis noir ou blanc est d'or

Revenir en haut Aller en bas

Que deviennent nos anciens joueurs ? - Page 6 Empty Re: Que deviennent nos anciens joueurs ?

Message  patrick le Jeu 2 Jan 2020 - 13:46

Très triste pour ces hommes déracinés et très souvent sacrifiés. Par contre, pas pour tout le monde, ni par leurs attaches restées au pays et qui vivent des virements bancires, ni par les agents qui prennent leur part au passage. Le plus stupide est que nos clubs pourraient tout à fait se passer de ce système si tous le décidaient. Par exemple, il est fréquent qu'un centre fidjien soit aligné pour s'opposer à un autre centre fidjien. La fédération (et l'état) pourrait déjà commencer par interdire l'arrivée depuis l'étranger d'un joueur dans un club de division fédérale quand un autre projet professionnel solide n'est pas présenté. Peut-être que ce type d'enquête fera avancer le problème confused

_________________
Tombé tout jaune dans le rugby.
Clear eyes, full hearts, can't lose!
Allez UBB
patrick
patrick
Admin
Admin

Nombre de messages : 19701
Localisation : Gradignan, Talence, Lescure, Musard ... ça dépend.
Date d'inscription : 25/01/2008
Humeur : On verra après les 4 prochains matchs ... :)
Age : 54

https://www.allezunion.com

Revenir en haut Aller en bas

Que deviennent nos anciens joueurs ? - Page 6 Empty Re: Que deviennent nos anciens joueurs ?

Message  le radis le Jeu 2 Jan 2020 - 13:56

En plus concernant Fakaté on est dans le double déracinement : celui de ses parents arrivant dans une terre inconnue et étrangère (la Nlle Calédonie) en provenance de Wallis.
On l'oublie ou on l'omet un peu vite, mais il y a un fort exode de Wallisiens en direction de la banlieue de Nouméa qui n'est pas sans conséquence dans la vie locale.
le radis
le radis
Centre de presse
Centre de presse

Nombre de messages : 6747
Localisation : talence
Date d'inscription : 12/10/2012
Humeur : le radis noir ou blanc est d'or

Revenir en haut Aller en bas

Que deviennent nos anciens joueurs ? - Page 6 Empty Re: Que deviennent nos anciens joueurs ?

Message  krahknardz le Jeu 2 Jan 2020 - 15:13

Je suis effaré par ce qui est arrivé à ce joueur qui avait tant apporté à notre équipe. J'espère que sa situation s'améliorera encore pour lui offrir des perspectives stables
krahknardz
krahknardz
Team
Team

Nombre de messages : 4298
Localisation : Bègles
Date d'inscription : 07/07/2013
Humeur : Un essai de l'UBB et c'est toute la semaine qui prend des couleurs....
Age : 47

Revenir en haut Aller en bas

Que deviennent nos anciens joueurs ? - Page 6 Empty Re: Que deviennent nos anciens joueurs ?

Message  marchal le Jeu 2 Jan 2020 - 16:52

il fait beaucoup de concert dans la région avec son groupe "patience et les pacifics islanders" et continue de jouer à SALLES
marchal
marchal
Centre de presse
Centre de presse

Nombre de messages : 2031
Localisation : bordeaux
Date d'inscription : 12/06/2013

Revenir en haut Aller en bas

Que deviennent nos anciens joueurs ? - Page 6 Empty Re: Que deviennent nos anciens joueurs ?

Message  léopold le Sam 4 Jan 2020 - 16:30

Decron avec Agen fait une bonne 1er mi-temps contre LOU méconnaissable,la meilleure attaque est incapable d'aligner 2 passes, on est pas les seuls à avoir des pb de lancer en touche depuis la retraite de Puricelli le Lou est méconnaissable.
Bref souhaitons qu'Agen fasse un bonne 2içme mi-temps, ils ont une autre dimension que la Section.
léopold
léopold
J'aime l'Union à la folie
J'aime l'Union à la folie

Nombre de messages : 7526
Localisation : A Musard derrière les espoirs
Date d'inscription : 29/01/2008

Revenir en haut Aller en bas

Que deviennent nos anciens joueurs ? - Page 6 Empty Re: Que deviennent nos anciens joueurs ?

Message  marchal le Sam 4 Jan 2020 - 16:32

gerd fraser notre ancien demi d'ouverture, devrait prolonger son contrat de 2 ans avec vannes
marchal
marchal
Centre de presse
Centre de presse

Nombre de messages : 2031
Localisation : bordeaux
Date d'inscription : 12/06/2013

Revenir en haut Aller en bas

Que deviennent nos anciens joueurs ? - Page 6 Empty Re: Que deviennent nos anciens joueurs ?

Message  Dr. Gregory Bouse le Sam 4 Jan 2020 - 16:37

Vince33 a écrit:
Scalp a écrit:https://www.lequipe.fr/Rugby/Article/Aliki-fakate-une-veritable-culture-de-la-honte-chez-les-joueurs-des-iles-du-pacifique/1094736

Aliki Fakate : «Une véritable culture de la honte» chez les joueurs des îles du Pacifique

Après de gros soucis, le Néo-Calédonien, vice-champion de France avec Montpellier en 2011, s'est retrouvé plusieurs mois sans argent ni logement.

Que deviennent nos anciens joueurs ? - Page 6 Captu664
Aliki Fakate avec l'UBB en 2014. (R. Perrocheau/L'Équipe)

Dominique Issartel

C'est en juin 2019, à Lourdes, après avoir assisté à un atelier animé par Lauren Bolakoro, qu'Aliki Fakate a pour la première fois osé parler de son parcours. Touché par les témoignages de joueurs, où plusieurs évoquaient leurs idées noires et parfois même le suicide, il s'est ouvert en fin de réunion. « Dire ce que j'ai vécu est surtout important pour les jeunes. Nous devons arrêter d'avoir honte de nos faiblesses. »

«Avez-vous connu cette période de solitude dont souffrent les joueurs du Pacifique lors de votre arrivée en métropole, en 2005 ?

Complètement, et pourtant, contrairement aux Fidjiens, Samoans ou Tonguiens, je n'avais pas, en plus, la barrière de la langue. C'est le problème de tous les Polynésiens : on se sent vraiment seuls, même si on joue en Top 14 et qu'on est un peu l'idole des gens. Quand on rentre chez soi, après l'entraînement, on est complètement décalés. Pour remédier à ça, on se rapproche de n'importe qui ; pour être avec quelqu'un, pour ne plus être seul, même si la personne n'est pas bonne pour nous. Je connais énormément de joueurs dans ce cas et c'est ce qui m'est arrivé. J'ai rencontré une fille de chez nous, j'ai vécu avec elle et cela s'est mal terminé.

C'est-à-dire ?

Quand je l'ai quittée, en 2012, nous n'étions pas mariés mais elle avait accès à tous mes comptes en banque et la maison que j'avais achetée à Montpellier était aussi à son nom. J'ai perdu énormément d'argent et, la saison d'après, quand j'ai signé à Bordeaux, je ne pouvais plus payer mes impôts et mon emprunt, j'avais des dettes équivalentes, par mois, à trois fois mon salaire. Les Polynésiens sont comme ça, quand on est avec quelqu'un, on donne tout, on partage tout. Mais je m'en fichais, j'avais retrouvé Patience, mon amour de jeunesse, une chanteuse et, en plus du rugby, j'ai repris la musique (on avait joué ensemble, en Nouvelle-Calédonie, entre 15 ans et 18 ans).

«À l'été 2017, nous avons vécu dans la voiture et sous une tente, avec nos trois filles»

C'est à ce moment-là, en 2014, que vous avez dû arrêter le rugby ?

Oui, à cause d'une faiblesse aux cervicales, le médecin m'a dit que je ne pouvais plus continuer, qu'il n'allait pas signer le certificat médical pour ma licence à cause du risque de blessure grave. Je n'avais pas pu mettre d'argent de côté et, trois ans après, en 2017, quand je n'ai plus touché le chômage, j'avais encore 27 000 euros d'arriérés d'impôts à payer. La vente de ma maison, à Montpellier, ne m'avait laissé que 15 000 euros et j'avais investi dans du matériel pour monter mon groupe avec ma femme, Patience and the Pacific Islanders.



Votre intention était de vivre de la musique ?

Oui et alors que j'ai toujours cherché à faire de la qualité, je sentais bien que les gens me prenaient pour un rigolo, qu'ils se moquaient de moi dans mon dos, « l'autre avec sa guitare et son piano... » C'est vrai que ça a mis du temps à décoller, même si aujourd'hui, je donne trois concerts par semaine. Nous avons passé une période très délicate avec ma famille. De juin à septembre 2017, on n'avait pas de quoi se loger et nous avons vécu dans la voiture et sous une tente, avec nos trois filles. Heureusement, c'était l'été, et pour que les enfants ne se rendent pas trop compte, on cherchait des endroits près de la mer ou au bord d'un lac. Et puis, en octobre, j'ai trouvé un travail de surveillant dans un lycée et un studio où on a vécu à cinq pendant deux ans (*).

Et aujourd'hui, que vous reste-t-il de cette expérience ?

J'ai beaucoup réfléchi à la façon dont on est éduqués chez nous. Il y a une véritable culture de la honte à tel point que, quand on traverse une période d'échec, ou de difficulté, on n'ose pas en parler... à tel point qu'on passe parfois pour des demeurés. Quand j'étais vraiment dans la galère, à me nourrir de pain et de sardines à l'huile, je n'en ai parlé à personne, même pas à ma famille. Il plane sans cesse cette idée oppressante qu'on va salir le nom de notre tribu. »

(*) Aliki Fakate est toujours surveillant dans ce lycée où il travaille trois fois par semaine, consacrant le reste de son temps à sa famille et à la musique.

Fakate a son arrivée avait solidifié notre mélée .
Ses qualités de combattants ont continué de s'exprimer à Gujan Mestras ou il a pu rejouer .

Son histoire montre de façon éclatante , la nécessité pour les rugbymen professionnels de bien préparer l'après rugby .


Pour Aliki, c'est sa seconde saison à l'US Salles et c'est un super mec...
Dr. Gregory Bouse
Dr. Gregory Bouse
J'aime l'Union à la folie
J'aime l'Union à la folie

Nombre de messages : 333
Localisation : souvent nulle part...
Date d'inscription : 17/02/2019

Revenir en haut Aller en bas

Que deviennent nos anciens joueurs ? - Page 6 Empty Re: Que deviennent nos anciens joueurs ?

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 6 sur 13 Précédent  1, 2, 3 ... 5, 6, 7 ... 11, 12, 13  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum