AllezUnion.com, Forum des supporters de l'Union Bordeaux Bègles - Rugby
Un forum est comme un vestiaire, quand on y rentre on dit bonjour. Pensez donc à vous connecter, ça vous assurera également une visibilité parfaite ;o)

Enregistrer et activer un compte prend 3 minutes. Seule une adresse email valide est nécessaire. Ne soyez pas timide, Allez y !

AllezUnion.com

Rejoignez le forum, c’est rapide et facile

AllezUnion.com, Forum des supporters de l'Union Bordeaux Bègles - Rugby
Un forum est comme un vestiaire, quand on y rentre on dit bonjour. Pensez donc à vous connecter, ça vous assurera également une visibilité parfaite ;o)

Enregistrer et activer un compte prend 3 minutes. Seule une adresse email valide est nécessaire. Ne soyez pas timide, Allez y !

AllezUnion.com
Derniers sujets
» 17ième journée : Stade Français / UBB
par marchal Aujourd'hui à 1:35

» Christophe Urios
par patrick Aujourd'hui à 0:05

» UBB : Prolongations, Signatures, Départs pour 2023/2024
par Switch Hier à 23:42

» Tournoi des 6 Nations 2023
par Dr. Gregory Bouse Hier à 20:42

» Equipes de France Jeunes
par Scalp Hier à 18:52

» Infirmerie 2022-2023
par marchal Sam 4 Fév 2023 - 14:39

» France Bleu Gironde : La mêlée du lundi
par Scalp Sam 4 Fév 2023 - 11:12

» Lionnes 2022-2023
par léopold Sam 4 Fév 2023 - 9:26

» ARL - Top UBB
par grospaquet31 Ven 3 Fév 2023 - 14:32

» Le Pognon et le Rugby
par Scalp Ven 3 Fév 2023 - 10:50

» Transferts (Autres clubs)
par Switch Ven 3 Fév 2023 - 9:08

» Louis BIELLE-BIARREY
par Dr. Gregory Bouse Jeu 2 Fév 2023 - 12:27

» Autres Clubs
par Dr. Gregory Bouse Jeu 2 Fév 2023 - 11:03

» Vadim Cobilas
par marchal Mer 1 Fév 2023 - 19:33

» Espoirs 2022-2023
par sudiste Mer 1 Fév 2023 - 16:08

» Yoram Moefana
par marchal Mer 1 Fév 2023 - 14:41

» Maxime Lucu
par Scalp Mer 1 Fév 2023 - 9:48

» 18ᵉ journée : UBB / ASM Clermont
par marchal Mar 31 Jan 2023 - 17:04

» Que deviennent nos anciens joueurs ?
par léopold Mar 31 Jan 2023 - 16:09

» XV de France (partie en cours)
par Scalp Mar 31 Jan 2023 - 10:58

» Top Rugby sur TV7
par Scalp Mar 31 Jan 2023 - 9:35

» 16ᵉ journée : Castres / UBB
par Dr. Gregory Bouse Mar 31 Jan 2023 - 9:11

» UBB, où est ton jeu ?
par patrick Mar 31 Jan 2023 - 0:34

» ils font briller la prod2
par Dr. Gregory Bouse Lun 30 Jan 2023 - 17:24

» Top14 : autres matchs
par sudiste Dim 29 Jan 2023 - 23:34

» Pro D2 : Autres matchs
par nadoloubb Sam 28 Jan 2023 - 7:04

» Yann Lesgourgues
par biscouette Ven 27 Jan 2023 - 22:16

» Champions Cup
par grospaquet31 Ven 27 Jan 2023 - 14:58

» Romain Buros
par willoush Ven 27 Jan 2023 - 13:21

» Musique !!!
par Scalp Ven 27 Jan 2023 - 11:16

-45%
Le deal à ne pas rater :
TEFAL – Marmite 36 cm – Inox, Tous feux dont induction
29.49 € 53.27 €
Voir le deal

Rugby et démence sénile

+5
patrick
Roberto Miopalmo
Big'Ben
Switch
krahknardz
9 participants

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Aller en bas

Rugby et démence  sénile  - Page 2 Empty Re: Rugby et démence sénile

Message  marchal Mar 29 Nov 2022 - 16:13

https://actu.fr/sports/rugby/pro/rugby-innovation-clermont-se-lance-dans-la-recherche-sur-les-commotions-cerebrales_55550672.html

marchal
Centre de presse
Centre de presse

Nombre de messages : 3892
Date d'inscription : 12/06/2013

Revenir en haut Aller en bas

Rugby et démence  sénile  - Page 2 Empty Re: Rugby et démence sénile

Message  Scalp Jeu 1 Déc 2022 - 11:24

Commotions cérébrales : le rugby mondial « ne tire pas les leçons », alerte le Gallois Alix Popham

https://www.sudouest.fr/sport/commotions-cerebrales-le-rugby-mondial-ne-tire-pas-les-lecons-alerte-le-gallois-alix-popham-13203092.php

_________________
« Le rugby c'est ma vie et ma vie c'est le rugby »   Christophe Urios
Scalp
Scalp
Team modo
Team modo

Nombre de messages : 28899
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 55

Revenir en haut Aller en bas

Rugby et démence  sénile  - Page 2 Empty Re: Rugby et démence sénile

Message  Scalp Jeu 1 Déc 2022 - 11:31

Commotions cérébrales dans le rugby : «le nombre de plaignants va beaucoup augmenter»

https://www.lefigaro.fr/sports/rugby/commotions-cerebrales-dans-le-rugby-le-nombre-de-plaignants-va-beaucoup-augmenter-20221201

_________________
« Le rugby c'est ma vie et ma vie c'est le rugby »   Christophe Urios
Scalp
Scalp
Team modo
Team modo

Nombre de messages : 28899
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 55

Revenir en haut Aller en bas

Rugby et démence  sénile  - Page 2 Empty Re: Rugby et démence sénile

Message  Scalp Lun 5 Déc 2022 - 16:25

https://www.lequipe.fr/Rugby/Article/Alexandre-lapandry-justifie-son-depot-de-plaintes-contre-clermont-je-suis-oblige-de-parler/1368587

Alexandre Lapandry justifie son dépôt de plaintes contre Clermont : « Je suis obligé de parler »

Joueur discret et fidèle (il a disputé 261 matches avec l'ASM), l'ancien international Alexandre Lapandry, forcé de mettre un terme à sa carrière à 33 ans, explique pourquoi il a décidé de saisir la justice après un AVC sur le terrain, en 2020.

Dominique Issartel, à Clermont-Ferrand

Dans le bureau de son avocat, Alexandre Lapandry déroule le fil de sa vie depuis deux ans et un terrible choc à la tête contre le Stade Français, en octobre 2020, qui se révèlera, plus de deux mois plus tard, être un AVC du cervelet, une affection rare et grave. Il raconte ses symptômes, ses inquiétudes et, surtout, la blessure intime, « l'humiliation profonde » qu'il a ressentie en réalisant que son club, essayait de le pousser vers la sortie alors qu'il était toujours en train de se soigner.

Après de longs mois de silence, il annonce ce lundi la fin de sa carrière et une action en justice puisque quatre plaintes visant le club auvergnat ont été déposées par Me Jean-Hubert Portejoie (lire par ailleurs) jeudi 30 novembre. Joueur discret, fidèle, peu enclin à faire des vagues, le troisième ligne, ex-international (13 sélections), sait que sa démarche va surprendre mais, dit-il, « si je ne parle pas, qui d'autre va le faire ? L'ASM a voulu faire passer le financier avant ma santé ».

« Depuis le 18 octobre 2020 et une commotion contre le Stade Français, on a eu très peu de nouvelles de vous, de votre santé, de votre avenir. Comment allez-vous ?


Pendant ces longs mois, j'ai fait tout ce que j'ai pu pour me soigner et aujourd'hui, je sais que je ne jouerai plus au rugby, que ma carrière est terminée. Cela a été difficile et douloureux mais ma priorité est devenue ma santé. Je peux désormais partager la nature exacte de ma blessure, annoncer publiquement que j'ai été déclaré inapte puis licencié par mon club il y a quinze jours, et que j'ai décidé de porter plainte. Parler de tout ça n'est pas une chose facile pour moi qui suis de nature pudique, mais je tiens à le faire pour qu'il y ait une prise de conscience collective sur le sujet de la santé des joueurs. J'ai eu le sentiment de ne pas avoir été suffisamment suivi après ma blessure, que des personnes au club ont fait passer le financier avant la santé, et je veux le dire pour que les générations futures puissent mieux se protéger. C'est une évidence mais la santé n'a pas de prix.

Que s'est-il passé dans votre cas ?

Après le choc à la tête subi contre le Stade Français, j'ai été arrêté trois semaines, selon le protocole, car c'était ma deuxième commotion en moins de douze mois. Après avoir validé les paliers d'entraînement sans contact, j'espérais être retenu contre Castres mais dès le premier choc, à l'entraînement, j'ai ressenti le même ébranlement qu'un mois plus tôt, une sensation de vertige. Je l'ai immédiatement signalé et j'ai arrêté l'entraînement. À partir de là, tous les symptômes qui avaient disparu sont réapparus : maux de tête, vertiges... Je n'étais vraiment pas bien.

« J'ai passé une IRM en urgence. Les médecins du club ne me l'avaient jamais proposé »


Avez-vous revu le neurologue ?


Non, j'ai repris le protocole de retour au jeu à zéro, et après validation par le staff médical de l'ASM, j'ai pu reprendre les contacts le 14 décembre (malgré un arrêt de travail qui courait jusqu'au lendemain), dans l'optique de jouer contre le Munster le week-end suivant. Le matin du 14, à l'annonce de l'équipe, je devais être capitaine mais l'après-midi, sur un plaquage lambda, comme j'en ai fait beaucoup, j'ai eu la sensation que ma tête heurtait un bloc de béton en touchant la cuisse d'un coéquipier. J'ai eu la tête qui tournait. Une sensation d'ébranlement anormale. J'ai arrêté immédiatement. Je suis allé voir le coach dans son bureau : "Je n'ai jamais triché Franck (Azéma) mais là, il y a quelque chose de pas normal dans ma tête."

Que ressentiez-vous exactement ?

Beaucoup de pression dans le crâne, des maux de tête permanents, des vertiges, une hypersensibilité à la lumière. Et, surtout, un gros mal-être. Je ne maîtrisais plus du tout mon cerveau, ni mon comportement... J'en ai fait part au staff médical de l'ASM à plusieurs reprises mais j'ai eu l'impression qu'on ne me prenait pas au sérieux. Les médecins associaient mes symptômes à une dépression, liée à la récente disparition de mon papa. Cela m'a dévasté car, au contraire, après son décès (en juillet 2020), j'avais repris avec beaucoup d'envie, en pleine forme, heureux d'avoir été désigné capitaine. Aujourd'hui, deux ans après, je le dis : le deuil et les symptômes post-commotionnels, cela n'a rien à voir. Je peux comprendre qu'on cherche des explications mais j'ai quinze ans de club, je ne me suis jamais trop écouté et là, je leur disais : "Il m'arrive quelque chose de très grave."

Vous n'êtes pas allé consulter ailleurs ?

Une dizaine de jours après ce dernier entraînement, le 23 décembre en rentrant chez ma maman pour Noël, j'étais très mal. Désespéré et surtout esseulé. J'ai alors appelé amicalement Jean Chazal, un neurochirurgien retraité (qui a suivi les joueurs de l'ASM il y a quelques années), pour obtenir de l'aide. Je lui ai décrit mon état, le lien qui était fait avec le deuil. Il m'a dit : "Non, c'est grave, et ça n'a rien à voir avec ton papa." J'ai passé une IRM en urgence. Les médecins du club ne me l'avaient jamais proposé. Je leur ai réclamée.

Les résultats de l'IRM ont révélé une dissection de l'artère vertébrale gauche et un AVC cérébelleux (affection rare et grave du cervelet)...

Oui, plus de deux mois après mon dernier match, et avec des entraînements entretemps ! Quand la radiologue m'a dit que j'avais un caillot de sang dans le cerveau, que j'avais fait un AVC, cela ne m'a pas étonné. Pire, je me suis senti soulagé. J'avais enfin un diagnostic précis, en rapport avec le caractère anormal et persistant des troubles que je ressentais. À partir de là, mon problème vasculaire a été très bien pris en charge au CHU de Clermont-Ferrand ; c'était purement traumatique et pas dû à une cause congénitale ou une anomalie quelconque comme certains ont pu le laisser entendre. J'ai passé cinq mois sous anticoagulants, avec des prises de sang toutes les semaines.

Quelle a été la réaction au club ?

Quand ils se sont aperçus de la réalité et de la gravité de ma blessure, ils ont essayé de donner une version qui n'était pas exacte. Début janvier, ils ont voulu diffuser un communiqué que j'estime mensonger (Il montre un extrait, sur son téléphone) : "Bien au-delà du protocole (de prise en charge des commotions cérébrales), les médecins clermontois ont, à l'écoute du ressenti du joueur, cherché à pousser les investigations en pratiquant une IRM [...]. De façon inattendue et sans lien avec le diagnostic initial, les images ont montré une anomalie d'un vaisseau sanguin du cou, dont les conséquences auraient pu être dramatiques si elle n'avait pas été diagnostiquée et prise en charge..." Je me suis opposé à cette publication, j'étais abasourdi. Franchement, j'aurais pu accepter que le staff médical se trompe sur la gravité de ma blessure et je pense que je n'aurais pas porté plainte pour ça. Mais qu'ils essaient de s'en sortir en racontant des choses fausses, c'est inacceptable. La façon dont les dirigeants ont agi par la suite aussi.

C'est-à-dire ?

En janvier et en mars 2021, lors de deux rendez-vous, le président du club Jean-Michel Guillon, quand je lui avais dit que je ne pouvais pas décider d'arrêter ma carrière sans être allé au bout de mes soins, m'avait apporté sa confiance en me disant que le club ne me laisserait jamais tomber. J'étais content, je l'ai cru. En mai, à la fin de mon traitement à base d'anticoagulants, j'avais toujours des symptômes mais j'ai bien vu que les démarches administratives allaient bien trop vite alors que je n'avais eu aucune discussion collégiale avec les médecins du club. J'ai dit au président que je voulais les voir, avec le neurochirurgien de l'ASM, pour faire un point avec eux. Leur dire, aussi, qu'il me restait beaucoup de symptômes.

Vous aviez besoin d'être entendu ?

J'aurais vraiment aimé que l'on se mette tous autour d'une table afin de protéger ma santé, mes intérêts et ceux du club. Un accord aurait vite été trouvé... Le président a donc convenu d'un rendez-vous avec les médecins du club. Leur avis était de ne pas me laisser continuer le rugby. Pour eux, le risque était trop grand. Je l'entends et je comprends aussi qu'ils aient transmis mon dossier à la commission médicale de la FFR pour solliciter un avis supplémentaire, afin que je prenne la bonne décision. Avant de décider l'arrêt de ma carrière, j'avais besoin de mesurer tous les risques. Il me restait deux ans de contrat, il n'y avait aucune urgence. Sauf que le soir-même, j'ai reçu un e-mail de la FFR : "Votre licence est suspendue avec effet immédiat." Sans consultation médicale de la Fédération. Dessous, il y avait un petit mot : "Merci pour ce que vous avez fait pour le rugby français."

« J'ai eu la conviction que l'aspect financier avait pris le dessus sur ma santé alors que j'aurais pu mourir sur un terrain »


Qu'avez-vous ressenti ?

J'étais vexé, humilié. Plus de licence et l'ASM qui n'a pas eu un mot. Aucune nouvelle pendant trois semaines. C'est le moment le plus indigne que j'ai eu à vivre. À la remise officielle des maillots pour les joueurs partants, je n'ai pas été convié. Je n'en faisais donc pas partie ? Je ne sais pas. Le premier contact avec le club fut un appel du directeur financier : "On a vu que ta licence est suspendue, on veut te voir pour un licenciement." Il m'a dit qu'il n'y avait plus de poste pour moi dans le club. Qu'il allait m'envoyer ma simulation de chômage pour le mois de juillet alors qu'il me restait deux ans de contrat et que mon état n'était pas consolidé, loin de là. Tout ça pour des histoires de salary cap j'imagine. Cela m'a semblé incroyable.

À quel moment avez-vous décidé d'entamer une action en justice ?

Ce n'était pas mon intention au départ. Je voulais juste continuer à me soigner et c'est ce que j'ai fait, à ma charge. À côté de ça, j'ai eu le sentiment à plusieurs reprises que l'ASM essayait de me piéger, pour casser mon contrat. En octobre 2021, ils ont mandaté un médecin-contrôleur chez moi pour vérifier que mon arrêt de travail était bien justifié... Ils m'ont aussi proposé un poste d'entraîneur de la touche alors que je n'étais pas capable de travailler ; mon licenciement pour inaptitude à tout poste l'a d'ailleurs confirmé. Le président Guillon a écrit à l'Ordre des médecins du Puy-de-Dôme pour remettre en cause mon arrêt pour accident du travail. J'ai vécu tout ça comme un acharnement et j'ai eu la conviction que l'aspect financier avait pris le dessus sur ma santé, alors que j'aurais pu mourir sur un terrain et que j'aurai des séquelles à vie.

Depuis le début de votre carrière, vous êtes resté fidèle à votre club ; qu'est-ce qui vous pousse à prendre la parole ? Certains pourraient penser que vous voulez surtout de l'argent...


Ceux-là n'ont sûrement jamais eu de graves problèmes de santé... Il y a encore quelque mois, cela aurait été complètement impossible pour moi d'imaginer une telle action. Quand Jamie Cudmore l'a fait (en 2019), je me disais qu'il avait ses raisons mais c'était hors de ma réalité. Je suis un mec discret, je ne veux pas faire de vagues. Parler, j'ai d'abord cru que ça allait contre qui je suis, ces valeurs de groupe, de solidarité, mais non, c'est complètement en accord avec moi. Parler, aujourd'hui, c'est mon devoir de transmission. Si je ne le fais pas, qui va le faire ? Je suis obligé de parler, de dire ce qui m'est arrivé pour que les mecs derrière moi n'en soient pas réduits à justifier leur état de santé alors qu'ils ont pété leur tête pour le club.

C'est une fin étrange...


Oui. Je me suis senti abandonné ; pendant deux ans, j'ai volontairement disparu des radars pour protéger ma santé, mon club, mes coéquipiers. Les supporters, les anciens avec qui je buvais une bière après les matches n'ont plus eu de nouvelles mais je ne les oublie pas. Même si je ne pourrai pas fêter mes adieux avec eux, mettre les crampons et fouler Michelin une dernière fois, je leur serai toujours fidèle. Le rugby est un sport magnifique. »

_________________
« Le rugby c'est ma vie et ma vie c'est le rugby »   Christophe Urios
Scalp
Scalp
Team modo
Team modo

Nombre de messages : 28899
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 55

Revenir en haut Aller en bas

Rugby et démence  sénile  - Page 2 Empty Re: Rugby et démence sénile

Message  Scalp Lun 5 Déc 2022 - 16:40

Scalp a écrit:Ce problème des commotions cérébrales est absolument central dans le Rugby, je ne peux pas me dire que pour notre plaisir, on regarde un spectacle où l'on ne fait pas tout pour préserver la santé des joueurs. Je suis désolé, mais le match France/Bok était de mon point de vue ce que je n'ai pas envie de voir comme Rugby, voir la queue des joueurs au protocole commotion, c'était un signal très alarmant, il n'y avait vraiment pas de quoi s'enthousiasmer après cette hécatombe. Une des solutions qui parait la plus évidente, c'est d'interdire les plaquages en dessous de la poitrine et de sanctionner très sévèrement les gestes comme ceux de Du Toit, 3 semaines, on se fout de la santé des joueurs, c'est inadmissible redcard

Je remonte mon commentaire, ce sujet me parait tellement important !, le Rugby ce n'est pas un combat de gladiateur, on sait tous que les joueurs pro et même ceux qui jouent dans des échelons amateurs, se trainent tous des séquelles physiques, ce sport est dur. Mais en ce qui concerne les commotions cérébrales qui entraînent des séquelles gravissimes, on ne peut pas laisser les choses en l'état, les joueurs ne sont pas des bouts de viande, avec une étiquette et un prix...

_________________
« Le rugby c'est ma vie et ma vie c'est le rugby »   Christophe Urios
Scalp
Scalp
Team modo
Team modo

Nombre de messages : 28899
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 55

Revenir en haut Aller en bas

Rugby et démence  sénile  - Page 2 Empty Re: Rugby et démence sénile

Message  biscouette Mar 6 Déc 2022 - 15:16

Terrible le témoignage d’Alexandre Lapandry. Dingue le fait qu’il ait repris 2 fois en peu de temps alors qu’il y avait des signes inquiétants. Quant à la « gestion » humaine, affligeant. Je lui souhaite de ne pas avoir trop de séquelles et de retrouver le moral. En plus un bon gars visiblement.

À propos de la protection des joueurs ; comme cela a déjà été dit, on ne peut pas attendre d’un joueur qu’il prenne une décision sur le moment : sous l’effets des neurotransmetteurs et autres molécules liées à l’effort, à la douleur, voire à un éventuel énervement, on n’a pas forcément conscience d’un pb. Et je ne parle pas d’un contexte, de pression liée au rugby pro, certes ça peut jouer, mais je dirais que ça joue surtout après, sur la durée de récup, d’éventuels signes dont le joueur ne parlerait pas, etc. Sur le moment, on peut ne pas avoir conscience d'un pb, vraiment (par contre le lendemain au réveil là on peut se rendre compte qu'il y a qqc qui ne va pas).

_________________
« You can't kill what you can't see. » The Last Poets
« Il est plus facile de tromper les gens, que de les convaincre qu’ils ont été trompés. » Mark Twain
biscouette
biscouette
Centre de presse
Centre de presse

Nombre de messages : 2217
Localisation : Paris (et Bordeaux)
Date d'inscription : 08/01/2016
Humeur :

Revenir en haut Aller en bas

Rugby et démence  sénile  - Page 2 Empty Re: Rugby et démence sénile

Message  Scalp Mar 13 Déc 2022 - 9:16

https://www.lamontagne.fr/clermont-ferrand-63000/sports/l-asm-clermont-reagit-aux-plaintes-deposees-par-alexandre-lapandry_14231992/

L'ASM Clermont réagit aux plaintes déposées par Alexandre Lapandry

Lundi, en conférence de presse, Jean-Michel Guillon, président de l'ASM Clermont, a donné la version du club concernant la prise en charge médicale d'Alexandre Lapandry, victime d'une commotion en octobre 2020 et le traitement juridique de son licenciement.


Lundi 12 décembre, lors de sa conférence de presse, Jean-Michel Guillon a lu un long communiqué pour clarifier la position de l’ASM Clermont suite aux plaintes déposées par Alexandre Lapandry concernant le traitement de sa commotion en octobre 2020.

Le président a d’abord tenu à réaffirmer son soutien au joueur. « Nous comprenons que cette fin de carrière subie soit très difficile à vivre pour le sportif engagé et le grand joueur qu’il a été dans notre club... ».

« Un démenti formel »


Le président de l’ASM a ensuite évoqué le fond du dossier. « En revanche, nous avons été profondément blessés et choqués par les accusations (...). Nous défendrons l’intégrité du club avec la plus grande fermeté et la plus grande vigueur (...). L’ASM entend ainsi opposer un démenti formel aux allégations les plus graves selon lesquelles le club aurait négligé le suivi médical d’Alexandre Lapandry. »

Le président a aussi donné la version du club concernant la prise en charge médicale du joueur et le traitement juridique de son licenciement.

_________________
« Le rugby c'est ma vie et ma vie c'est le rugby »   Christophe Urios
Scalp
Scalp
Team modo
Team modo

Nombre de messages : 28899
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 55

Revenir en haut Aller en bas

Rugby et démence  sénile  - Page 2 Empty Re: Rugby et démence sénile

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum