AllezUnion.com, Forum des supporters de l'Union Bordeaux Bègles - Rugby
Un forum est comme un vestiaire, quand on y rentre on dit bonjour. Pensez donc à vous connecter, ça vous assurera également une visibilité parfaite ;o)

Enregistrer et activer un compte prend 3 minutes. Seule une adresse email valide est nécessaire. Ne soyez pas timide, Allez y !

AllezUnion.com

Rejoignez le forum, c’est rapide et facile

AllezUnion.com, Forum des supporters de l'Union Bordeaux Bègles - Rugby
Un forum est comme un vestiaire, quand on y rentre on dit bonjour. Pensez donc à vous connecter, ça vous assurera également une visibilité parfaite ;o)

Enregistrer et activer un compte prend 3 minutes. Seule une adresse email valide est nécessaire. Ne soyez pas timide, Allez y !

AllezUnion.com
Derniers sujets
» Rencontres internationales
par Scalp Hier à 17:25

» Rugby et Coronavirus
par Scalp Hier à 13:09

» Préparation de la saison 2021-2022
par le radis Hier à 12:15

» Musique !!!
par Scalp Hier à 7:54

» Audience du rugby (réseaux sociaux...)
par le radis Sam 31 Juil 2021 - 17:17

» Prolongations, Signatures, Départs pour 2021/2022
par le radis Sam 31 Juil 2021 - 17:06

» Romain Buros
par Scalp Sam 31 Juil 2021 - 16:06

» Abonnements Groupés des UBB Fanes 2021-2022
par Scalp Sam 31 Juil 2021 - 14:38

» Adhésion aux UBB Fanes 2021-2022
par patrick Sam 31 Juil 2021 - 13:03

» Vadim Cobilas
par Scalp Ven 30 Juil 2021 - 15:48

» Federico Mori
par Scalp Jeu 29 Juil 2021 - 19:37

» Top 14 - 1ère journée : Biarritz / UBB
par Scalp Jeu 29 Juil 2021 - 16:53

» Naming du stade Chaban Delmas
par Switch Jeu 29 Juil 2021 - 14:05

» Le Pognon et le Rugby
par tire-bouchon Mer 28 Juil 2021 - 16:33

» Le XV de France (partie en cours)
par tire-bouchon Mar 27 Juil 2021 - 20:16

» Que deviennent nos anciens joueurs ?
par marchal Mar 27 Juil 2021 - 12:23

» Bilan de la saison 2020-2021
par Dr. Gregory Bouse Lun 26 Juil 2021 - 22:22

» In Extenso SuperSevens 2021
par MrScots Lun 26 Juil 2021 - 11:07

» Cameron Woki
par Scalp Lun 26 Juil 2021 - 9:38

» Ben Tameifuna
par tire-bouchon Dim 25 Juil 2021 - 9:28

» Crise des Girondins (2021)
par grospaquet31 Ven 23 Juil 2021 - 19:34

» Evolution du Top14 (format, règles...)
par Scalp Ven 23 Juil 2021 - 12:02

» Champions Cup 2021-2022
par Scalp Ven 23 Juil 2021 - 12:01

» Pro D2 : Autres matchs
par Scalp Jeu 22 Juil 2021 - 12:05

» scott higginbotham
par Switch Mar 20 Juil 2021 - 10:44

» Yoram Moefana
par grospaquet31 Lun 19 Juil 2021 - 17:50

» Joseph Dweba
par densnewzealand Sam 17 Juil 2021 - 17:50

» Equipes de France Jeunes
par le radis Ven 16 Juil 2021 - 20:01

» Laurent Delboulbes
par le radis Mer 14 Juil 2021 - 19:52

» Ah c'est beau le foot !
par flavio33 Mar 13 Juil 2021 - 23:04

-31%
Le deal à ne pas rater :
Play-Doh – 36 pots de Pate à Modeler – Couleurs Multiples
17.99 € 25.99 €
Voir le deal

Rugby et Coronavirus

+24
kaze33
Charles_ubb
guillaume ubb
biscouette
flavio33
Yatangaki
PaytaleUBB
Big'Ben
Mam's
marchal
tire-bouchon
patrick
sudiste
densnewzealand
Martin33
krahknardz
tonysoprano
Dr. Gregory Bouse
grospaquet31
léopold
le radis
MrScots
Scalp
Switch
28 participants

Page 19 sur 22 Précédent  1 ... 11 ... 18, 19, 20, 21, 22  Suivant

Aller en bas

Rugby et Coronavirus - Page 19 Empty Re: Rugby et Coronavirus

Message  Scalp Mar 20 Juil 2021 - 14:41

https://www.courrierinternational.com/revue-de-presse/revirement-langleterre-se-dotera-finalement-dun-pass-vaccinal

Revirement. L’Angleterre se dotera finalement d’un pass vaccinal

À partir de septembre, l’entrée en boîte de nuit et dans de nombreux autres lieux rassemblant des foules sera conditionnée à la présentation d’une preuve de vaccination, a annoncé le Premier ministre Boris Johnson, lundi 19 juillet, jour de la levée des dernières restrictions sanitaires. Un virage à 180 degrés, constate la presse, avec les jeunes comme cible.

Boris Johnson “a pris des airs de père de famille déçu par le comportement de son adolescent” au moment de communiquer la nouvelle, lundi 19 juillet au soir. Depuis sa résidence de Chequers, située à l’ouest de Londres, le Premier ministre britannique a annoncé que, “à partir de septembre, seules les personnes doublement vaccinées pourront accéder aux discothèques et autres lieux rassemblant des foules”, relate le Daily Telegraph. En d’autres termes, l’Angleterre va bien adopter une forme de passeport vaccinal, après des mois de tergiversations à ce sujet.

Dans le viseur de l’exécutif conservateur : les jeunes. “D’une certaine manière, c’était inévitable, constate le quotidien de Londres. Sondage après sondage, on voit que les jeunes sont moins enclins à se faire vacciner que les générations les plus âgées. Après des semaines à encourager la vaccination, Boris Johnson a fini par jeter la carotte pour s’emparer du bâton.”

Un œil sur la France


Pour le Guardian, “il s’agit là d’un extraordinaire virage à 180 degrés, quelques heures seulement après que les boîtes de nuit ont rouvert leurs portes sans restrictions pour la première fois depuis seize mois”. De son côté, le Times regrette également “la confusion entretenue par le gouvernement” dans le cadre de la dernière étape du déconfinement, devenue réalité le 19 juillet. “Le Premier ministre imaginait certainement ce ‘jour de liberté’ autrement, raille le journal conservateur. Loin de célébrer l’événement, Boris Johnson se trouve en quarantaine après être entré en contact avec son ministre de la Santé, positif au Covid-19.”

Le ton “était sombre” lors de la conférence à laquelle le locataire du 10 Downing Street a participé de manière virtuelle. Le reflet, analyse le Times, “d’un chaos grandissant à travers l’Angleterre, où des millions de personnes sont, comme le Premier ministre, de facto à nouveau confinées, soit parce qu’elles ont contracté le virus soit parce qu’elles sont cas contacts”.

D’après le Daily Telegraph, l’explosion des contaminations (près de 40 000 nouveaux cas enregistrés lundi) “est certainement ce qui a fait pencher la balance du côté de la mise en place d’un pass vaccinal”.

Lorsque le virus circule beaucoup, l’immunité collective est plus difficile à atteindre, d’où l’importance de convaincre les derniers millions de non-vaccinés de le faire.”


Dans cette optique, Boris Johnson a “certainement suivi avec attention les dernières décisions prises” de l’autre côté de la Manche, en France, “un pays où l’hésitation vaccinale est particulièrement élevée”. Dans les heures suivant les annonces d’Emmanuel Macron liées au pass sanitaire, lundi 12 juillet, “un nombre record de Français ont pris rendez-vous” pour leur première dose de vaccin. “On peut espérer que les jeunes Britanniques en fassent autant.”

Sasha Mitchell

Scalp
Centre de presse
Centre de presse

Nombre de messages : 13140
Date d'inscription : 11/09/2018

Revenir en haut Aller en bas

Rugby et Coronavirus - Page 19 Empty Re: Rugby et Coronavirus

Message  Scalp Mar 20 Juil 2021 - 14:46

Rugby: le sélectionneur géorgien sous assistance respiratoire en Afrique du Sud

https://rmcsport.bfmtv.com/rugby/rugby-le-selectionneur-georgien-sous-assistance-respiratoire-en-afrique-du-sud_AD-202107200008.html

_________________
« Le rugby c'est ma vie et ma vie c'est le rugby »   Christophe Urios
Scalp
Scalp
Centre de presse
Centre de presse

Nombre de messages : 13140
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 53

Revenir en haut Aller en bas

Rugby et Coronavirus - Page 19 Empty Re: Rugby et Coronavirus

Message  Scalp Mar 20 Juil 2021 - 15:04

Cluster au club Hangar FL de Bordeaux : 81 personnes positives, 2.000 cas contacts

https://www.francebleu.fr/infos/societe/cluster-au-club-hangar-fl-de-bordeaux-81-personnes-positives-2-000-cas-contacts-1626785933

_________________
« Le rugby c'est ma vie et ma vie c'est le rugby »   Christophe Urios
Scalp
Scalp
Centre de presse
Centre de presse

Nombre de messages : 13140
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 53

Revenir en haut Aller en bas

Rugby et Coronavirus - Page 19 Empty Re: Rugby et Coronavirus

Message  Scalp Mar 20 Juil 2021 - 17:57

https://www.lemonde.fr/planete/article/2021/07/20/centres-de-vaccination-avant-l-intervention-du-president-il-n-y-avait-personne-maintenant-c-est-de-la-folie_6088829_3244.html

« Avant l’intervention de Macron, il n’y avait personne dans notre centre de vaccination. Maintenant, c’est de la folie »

L’afflux des candidats au vaccin contre le Covid-19 pousse ces organisations éphémères à se réorganiser en plein cœur de l’été, alors que la plupart pensaient réduire la voilure.


Par Stéphane Mandard et Delphine Roucaute

Depuis que le chef de l’Etat a annoncé, le 12 juillet, l’extension du passe sanitaire pour aller au café, au cinéma, au théâtre, au parc de loisirs, au centre commercial ou pour voyager, c’est la ruée sur le vaccin. En une semaine, la plate-forme Doctolib a enregistré près de 3,7 millions de rendez-vous pour une première injection. Une poussée subite qui met la pression sur les centres de vaccination.

C’est le cas de celui installé sur le parvis de l’Hôtel de ville, à Paris. La fréquentation du lieu ouvert fin juin et géré par la Croix-Rouge a quasi doublé depuis l’allocution présidentielle. De 600 à 700 par jour, le nombre de vaccinés a bondi à environ mille. Devant l’immense tente blanche, l’attente est proportionnelle à la longueur de la file : parfois plus de trois heures. Des « médiateurs de lutte anti-Covid » (MLAC) en mission « aller vers » à Paris-Plage viennent prêter main-forte pour gérer les flux et les frustrations. « Avant l’intervention du président, il n’y avait personne. Maintenant, c’est de la folie », dit Fatoumata, dreadlocks, gilet orange et badge des MLAC, en conseillant aux derniers arrivés de revenir tôt le lendemain matin.

« On essaie de ne pas trop déraper et de fermer à l’heure. C’est indispensable pour ménager les équipes, dit Florent Vallée, responsable des opérations à la Croix-Rouge. Tout le monde est très volontaire, mais tout le monde est épuisé en fin de journée. » Le centre est ouvert sept jours sur sept, de 11 heures à 20 heures du lundi au jeudi et jusqu’à 21 heures en fin de semaine. « On est dimensionné pour recevoir 700 personnes par jour. Mille ça passe, mais si on doit encore monter en puissance, il faudra étendre les horaires et donc faire appel à des équipes supplémentaires », prévient M. Vallée.

« Je n’ai pas le choix »


Les installations atteignent aussi leurs limites. Si les dix box ne sont pas encore tous utilisés simultanément, l’espace pour respecter le quart d’heure d’observation post-injection n’est pas extensible. « C’est ce qui va nous bloquer si nous ne prolongeons pas les horaires d’ouverture », anticipe-t-il. Pour les doses, pas de pénurie en vue pour la semaine qui s’annonce. Au-delà, si l’engouement continue, pas d’autre choix que de réajuster les allocations à la hausse.

Depuis la « salle de commandement » du vaccinodrome du Parc des expositions de la porte de Versailles, à Paris, on contrôle en temps réel l’affluence. Et elle ne faiblit pas depuis l’allocution d’Emmanuel Macron. Mais, contrairement au parvis de l’Hôtel de ville, quasi pas d’attente. Il faut dire que l’organisation est au cordeau. Les candidats au vaccin de la dernière heure – comme ceux de la première – sont orientés vers l’une des quatre sous-unités de vaccination. La brigade de sapeurs-pompiers de Paris (BSPP), qui gère le centre de vaccination, le plus grand de la capitale, est une unité militaire.

Assis sur une chaise, Chouikha, 32 ans, met à profit le quart d’heure d’observation postvaccin pour pianoter sur son smartphone : « Franchement, c’est bien organisé. » Chouikha a trouvé un rendez-vous la veille, « un hasard ». Un veinard même, car les prochains créneaux libres pour se faire vacciner porte de Versailles ne sont pas avant le 10 août.

Chouikha, lui, devra revenir pour la deuxième injection. La première, il l’a faite à contrecœur : « Je n’ai pas le choix, je n’ai pas envie de perdre mon travail. » Il est cuisinier dans un restaurant parisien, et tous ses collègues ont pris rendez-vous. Stéphane, 35 ans, informaticien, ne voulait pas non plus se faire vacciner. Mais, comme beaucoup, il a changé d’avis depuis les annonces du président : « Maintenant, c’est obligatoire si on ne vit pas dans les bois comme un ermite. » Moins d’une demi-heure après son arrivée au Parc des expositions, Stéphane ressort déjà. « Je ne pensais pas que ce serait aussi rapide. Ça tourne », commente-t-il, impressionné.

« On ne peut pas faire plus que plus »


Une mécanique bien huilée qui ne se grippe pas malgré des affluences record. « Notre organisation militaire nous a permis de faire face », dit la lieutenante-colonelle Claire Boët, la responsable des opérations. La BSPP a une autre particularité : c’est une unité militaire médicalisée. Elle compte dans ses rangs des médecins, des infirmiers, des pharmaciens et peut donc gérer toute la chaîne logistique. Cent cinquante sapeurs-pompiers sont mobilisés chaque journée porte de Versailles. Et les 8 500 professionnels des soixante-quinze casernes parisiennes sont mis à contribution à tour de rôle.

« Tout le monde y passe, même dans le bureau de l’état-major », mais, prévient la lieutenante-colonelle, « à un moment donné, on ne peut pas faire plus que plus. Initialement, on était dimensionné pour prendre en charge 2 000 personnes par jour. Or, on est déjà à 3 500 ». Le vaccinodrome est installé porte de Versailles jusqu’à fin août. Mais la lieutenante-colonelle Boët sait qu’il faudra poursuivre la « mission » au-delà, sans doute dans un autre lieu, car, « avec la troisième dose qui se profile, on a encore beaucoup de travail devant nous ».

Dans un autre centre parisien, installé dans la magnifique salle des fêtes de la mairie du 18e arrondissement, les annonces présidentielles ont précipité l’organisation de la fin du mois et poussé Koré Mognon, le médecin référent du centre, à prévoir 1 800 injections par jour. « Avant les annonces, il restait 3 000 créneaux pour la fin de semaine, qui ont tous été pris en une demi-heure, explique-t-il. On avait prévu de baisser la voilure en août, et on va maintenir cette décision. » Le centre sera également fermé une semaine pour laisser souffler les équipes, sur le pont depuis des mois. Plusieurs centres ont prévu de ralentir : la question sera de savoir si la demande se maintient à un niveau aussi élevé au cours de l’été et si l’offre sera suffisante.

« On repousse les limites tous les jours »


Autre inconnue, la troisième dose prévue pour les vaccinées de la première heure, en janvier et février. Pour la Haute Autorité de santé, il n’y a « pas lieu pour le moment » de proposer une troisième dose à l’ensemble de la population, « en dehors des plus vulnérables et des plus âgés ». Le docteur Mognon anticipe : « On a prévu 1 000 injections par jour, mais s’il faut revacciner toute la population, on ne pourra pas. Pas sûr que les étudiants et les retraités qui nous aidaient puissent encore être là à la rentrée, et les généralistes devront retourner dans leurs cabinets. » Certains habitants du quartier demandent déjà à prendre rendez-vous pour leur troisième injection.

A Vichy (Allier), le centre de vaccination qui occupe la maison des associations a retrouvé le rythme du pic de début juin (1 500 injections par jour), alors que, depuis des semaines, faute de volontaires à la piqûre, les doses attendaient au frigo.

Un stock aujourd’hui utile pour absorber l’afflux de patients. Le centre va rouvrir ses portes cinq jours par semaine, contre trois depuis début juillet. « On repousse les limites tous les jours », dit Nicolas Rougier, médecin référent, confiant dans la capacité de mobilisation de son équipe. Il regrette toutefois de n’avoir pas pu conserver les injections sans rendez-vous qu’il proposait depuis quelque temps : « Ce système est très apprécié, ça permet d’aller se faire vacciner avec plus de spontanéité sans trop réfléchir en amont. Il ne faut pas qu’on perde ces gens. »

A Montélimar (Drôme), la semaine porte ouverte, prévue par le centre de vaccination il y a quinze jours, s’est transformée en une « semaine avec rendez-vous », constate Philippe Charre, directeur du centre hébergé par le palais des congrès de la ville. Les 3 000 rendez-vous disponibles pour la semaine ont tous été pris dans la nuit suivant les annonces présidentielles et, désormais, plus un créneau n’est disponible avant le 1er août.

La gestion du centre se fait de quarante-huit heures en quarante-huit heures, suivant les à-coups de l’actualité et de la demande, mais « on est réputés pour avoir une assez bonne ambiance dans le centre, donc les vacations sont remplies jusqu’à septembre, je ne suis pas trop inquiet pour l’été », assure le responsable. D’autant plus que l’agence régionale de santé (ARS) assure avoir assez de stocks Pfizer pour monter à 1 500 injections par jour.

Les soignants sont prêts à repartir à la rentrée

Que la troisième dose de vaccin soit étendue à l’ensemble de la population ou réservée aux plus âgées ou aux plus vulnérables, l’équipe du centre restera mobilisée au moins jusqu’à décembre. « Une autre possibilité est que la troisième dose se fasse par le biais de la médecine de ville », suggère le directeur de l’hôpital de Montélimar. Les officines peuvent désormais se fournir auprès de la pharmacie de l’hôpital et approvisionner à leur tour médecins et infirmiers. Des dispositions qui doivent être précisées par le ministère de la santé à la rentrée.

L’association d’infirmières libérales qui gère le centre de Douarnenez (Finistère) n’a pas, elle, la même visibilité sur les doses. Si l’ARS a fourni à la structure de quoi vacciner jusqu’à sept cents personnes par jour cette semaine, cette capacité pourrait tomber à deux cents injections par jour fin juillet. « Apparemment, la priorité, maintenant, c’est de vacciner les soignants, donc il y aura moins de doses pour nous, on se retrouve en queue de wagon », déplore Sylvie Doaré, qui coordonne le centre avec deux collègues. « Si on ne reçoit pas plus de doses dans deux semaines, on va devoir refuser des gens, s’inquiète-t-elle, alors que la période estivale s’annonce à risques. Le département a été peu touché par l’épidémie, donc les habitants du Finistère sont peu immunisés. Le risque de contamination est fort cet été. »

Avec l’afflux de personnes désirant accéder au passe sanitaire, il a fallu réorganiser tous les plannings, malgré la fatigue qui commence à se faire sentir. Mais les soignants sont prêts à repartir à la rentrée. « On se projette avec l’ARS sur une année supplémentaire, jusqu’en avril-mai 2022, explique Mme Doaré. Le problème, c’est que ça change toutes les semaines : à chaque fois, on croit qu’on est bon sur l’organisation, et il faut tout refaire. Le gouvernement fait des annonces, puis se rend compte que ce n’est pas faisable sur le terrain. » Aux centres de vaccination, ensuite, de s’adapter, encore et toujours.

_________________
« Le rugby c'est ma vie et ma vie c'est le rugby »   Christophe Urios
Scalp
Scalp
Centre de presse
Centre de presse

Nombre de messages : 13140
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 53

Revenir en haut Aller en bas

Rugby et Coronavirus - Page 19 Empty Re: Rugby et Coronavirus

Message  Scalp Mer 21 Juil 2021 - 9:26

Passe sanitaire : où sera-t-il exigé à partir du 21 juillet ? Quels tests seront acceptés ? Les réponses à vos questions

https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2021/07/13/passe-sanitaire-ou-sera-t-il-exige-quels-tests-seront-acceptes-les-questions-que-pose-son-extension_6088173_4355770.html

_________________
« Le rugby c'est ma vie et ma vie c'est le rugby »   Christophe Urios
Scalp
Scalp
Centre de presse
Centre de presse

Nombre de messages : 13140
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 53

Revenir en haut Aller en bas

Rugby et Coronavirus - Page 19 Empty Re: Rugby et Coronavirus

Message  Scalp Jeu 22 Juil 2021 - 9:54

https://www.sudouest.fr/sante/au-chu-de-bordeaux-poussee-de-fievre-avec-le-variant-delta-4224865.php

“L’évolution est défavorable” : au CHU de Bordeaux, poussée de fièvre Covid avec le variant Delta

Par Isabelle Castéra

Le Delta est désormais le variant majoritaire, y compris dans les services de réanimation hospitaliers. Reportage au CHU de Bordeaux, au cœur de l’hôpital Saint-André qui fait face à une quatrième vague prématurée

Il y a comme une pointe d’agacement chez les soignants. En plein mitan de l’été, après une décrue ultrarapide à la fin du printemps, se retrouver face à une reprise épidémique, générée par un variant particulièrement retors, qui envoie au tapis des gens non vaccinés et de plus en plus jeunes, semble bien la goutte d’eau qui « met le feu aux poudres ». Comme ironise un infirmier masqué, croisé dans le service réanimation de l’hôpital Saint-André, au CHU de Bordeaux.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

La cellule de crise a rassemblé les troupes du CHU, mardi matin. En capitaine du navire, Yann Bubien, directeur général ne mâche pas ses mots : « Clairement, l’évolution est défavorable, la reprise épidémique on y est, le nombre de contaminations se multiplie. Nous sommes tous inquiets de la rapidité de diffusion de ce variant Delta, en plein été. L’année dernière au 14 juillet, c’était le calme plat à l’hôpital. » En clair, tout le monde est encore une fois sur le pont. Les docteurs Fabrice Camou, infectiologue, et Olivier Guisset, pneumologue et responsable de l’unité de réanimation à l’hôpital Saint-André, attestent de cette nouvelle poussée de fièvre estivale. En même temps que d’une certaine lassitude, vis-à-vis de cette pandémie mondiale qui n’en finit pas.

Derrière la porte fermée d’une chambre Covid-Delta, une patiente sous oxygène, en décubitus ventral. Elle a 50 ans, aucun antécédent, ni comorbidité. Non vaccinée

« Nous avons actuellement dans le service qui d’ailleurs affiche complet, 3 patients Covid sur 8 lits occupés. Ils ont 59, 69 et 52 ans. Mardi, deux personnes de plus ont été hospitalisées en réa à l’hôpital Pellegrin, remarque le docteur Camou. Actuellement, six sont soignées en réanimation au CHU, dont des gens beaucoup plus jeunes et même un adolescent. Ils ont un point commun : pas de vaccin, ou un schéma vaccinal incomplet. Le docteur Camou tique : « Beaucoup auraient pu éviter d’en arriver là, en revanche, nous avons entrepris un traitement innovant de plasmathérapie à des patients qui souffrent d’une pathologie du sang et dont le traitement les empêche de fabriquer des anticorps. On leur injecte du plasma de personnes convalescentes suite à un Covid. »

Portes estampillées Covid-Delta

Ce traitement formidable a été opportunément mis en place durant la pandémie de Covid, mais ne s’adresse qu’à un faible nombre de personnes, 25 depuis le début de l’épidémie. « Ils font partie de cette frange de la population très vulnérable face au Delta. C’est aussi pour protéger ces vies plus exposées que l’on doit tous se faire vacciner. » Les autres, tous les autres patients soignés à l’hôpital et souffrant du Covid Delta, ne sont pas vaccinés. Par conviction, par négligence, par trouille.

Les autres, tous les autres patients soignés à l’hôpital et souffrant du Covid versus Delta, ne sont pas vaccinés. Par conviction, par négligence, par trouille

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Tous les patients Covid au CHU de Bordeaux sont désormais variant Delta. Stéphane Lartigue/”SUD OUEST”

Dans le petit service de réanimation de Saint-André, les portes sont désormais ouvertes. Seules celles estampillées Covid Delta restent fermées. Avant d’y pénétrer, chaque soignant ou agent de service hospitalier, change de blouse, de masque, de gants et se déshabille en sortant. Ici, une patiente est placée sous oxygène, en décubitus ventral. Elle a 50 ans, aucun antécédent, ni comorbidité. Non vaccinée. « Nous n’avons pas changé nos protocoles d’hygiène depuis le début de pandémie, remarque le docteur Guisset. Ils fonctionnent bien, sont parfaitement intégrés par tous. Nous connaissons désormais les trois médicaments de référence, et l’oxygénothérapie à haut débit permet aux patients de rester éveillés. »

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

La haute contagiosité du Delta pose quelques difficultés, y compris au sein du service hospitalier, comme le remarque Catherine Pelladeau, cadre de santé en réanimation. « Chez le personnel, nous déplorons tous les jours des cas contacts, et des cas contacts de cas contacts. Par précaution, ils doivent s’isoler ce qui perturbe pas mal l’organisation du service, puisque nous n’avons plus de renfort Covid désormais. »

Le service marqué par le Covid


Depuis bientôt deux ans, les services de réa du CHU et d’ailleurs ont été littéralement happés par le Covid, bloquant les lits des patients d’ordinaire pris en charge dans ces pôles ultra-spécialisés. « Il serait temps qu’on les retrouve… » plaide le docteur Guisset. En interne, la question vaccinale des soignants est un peu taboue. 70 % d’entre eux sont vaccinés, avec un schéma complet. Yann Bubien préfère avancer le chiffre de 90 % du personnel vacciné à une dose. Question de point de vue. « La campagne a été bien suivie, c’est vrai, avance le docteur Camou. Nous avons fait un boulot pédagogique de dingue. J’ai moi-même assuré 18 présentations des vaccins au personnel depuis le début de la campagne, répondu à toutes les questions, ce qui a permis de lever les doutes. Il reste une frange de résistance face à laquelle, il est compliqué de faire sauter le verrou de la défiance. »

_________________
« Le rugby c'est ma vie et ma vie c'est le rugby »   Christophe Urios
Scalp
Scalp
Centre de presse
Centre de presse

Nombre de messages : 13140
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 53

Revenir en haut Aller en bas

Rugby et Coronavirus - Page 19 Empty Re: Rugby et Coronavirus

Message  Switch Jeu 22 Juil 2021 - 10:05

Les régions ayant les situations les plus préoccupantes actuellement sont donc la Charente-Maritime, la Gironde, les Pyrénées-Orientales, l'Hérault, les Alpes-Maritimes, la Haute-Corse, la Martinique, la Guyane et la Réunion.
Source : https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus/carte-et-donnees#vue_d_ensemble-taux_d_incidence

Bizarre, que des régions touristiques qui vivent depuis quelques semaines un fort brassage de populations Rolling Eyes

_________________
Le rugby c'est comme la dinde : sans les marrons, c'est vulgaire.
Switch
Switch
Centre de presse
Centre de presse

Nombre de messages : 6747
Localisation : Lyon / Edinburgh
Date d'inscription : 30/04/2011
Humeur : Fonction de l'UBB
Age : 31

Revenir en haut Aller en bas

Rugby et Coronavirus - Page 19 Empty Re: Rugby et Coronavirus

Message  Scalp Jeu 22 Juil 2021 - 10:22

https://www.sudouest.fr/sante/circulation-du-delta-toute-la-facade-atlantique-est-en-alerte-rouge-4226454.php

Circulation du Delta : toute la façade Atlantique est en alerte rouge

Par Isabelle Castéra

Rien ne va plus. Santé Publique France expose une réalité épidémique plutôt inquiétante en Nouvelle-Aquitaine. Analyse de Laurent Filleul, directeur de l’antenne régionale


« La situation va devenir d’ici une semaine vraiment très critique. On risque de voir grimper les hospitalisations. Nous n’avons jamais vu un tel phénomène depuis le début de la pandémie. » Laurent Filleul est épidémiologiste et responsable de la cellule régionale, de Santé Publique France, pour la Nouvelle-Aquitaine. Pas le genre d’homme à affoler les troupes.

Sauf en ce moment, où le ton de sa voix indique clairement qu’il y a urgence. Les derniers chiffres attestent de l’évolution défavorable de l’épidémie de Covid. « En Nouvelle-Aquitaine, c’est simple. On est face à une augmentation exponentielle de la circulation du Delta, sur toute la façade Atlantique, le Pays-Basque, les Landes, la Gironde, la Charente-Maritime. »

La circulation en accéléré

Le taux d’incidence du virus est actuellement dans la Charente-Maritime le plus élevé le la région, puisqu’il est aujourd’hui de 186/100 000 habitants, il était de 26/100 000 habitants la semaine dernière. Pour la Gironde, on est actuellement à 137/100 000, la semaine avant, il tournait à 43. En épidémiologie, le taux d’incidence rapporte le nombre de nouveaux cas de Covid, observés pendant une période donnée, à la population dont sont issus les cas pendant cette même période. Il est un des critères les plus importants pour évaluer la fréquence et la vitesse d’apparition d’une épidémie. Dans les Landes, le taux d’incidence est aujourd’hui de 124/100 000 habitants, la semaine passée il était de 40, et pour les Pyrénées-Atlantiques, les chiffres montrent un taux de 115/100 000, au lieu de 64 la précédente. « Dans la région Nouvelle-Aquitaine, le taux global d’incidence est de 97/100 000, il était de 31, la semaine avant, déplore Laurent Filleul. Cela montre que la circulation s’accélère, avec un taux de reproduction de 2,36 % qui correspond à une intensité, jamais connue, dans un temps si court. »

Pourquoi cette accélération ?


« Sans hésiter, la contagiosité du variant Delta est à l’origine de cette flambée, reprend Laurent Filleul. Et face à ce variant très embêtant, la levée des mesures restrictives, les vacances avec le brassage de populations sur la zone côtière et une couverture vaccinale encore insuffisante ont fait le reste. Les chiffres, dont nous disposons aujourd’hui, sont très en deçà de la réalité sur le terrain. Santé Publique France sur le territoire de Nouvelle-Aquitaine ne travaille qu’à partir des seules données des résidents de chaque département et ne tient pas compte des touristes, des visiteurs, qui eux aussi, peuvent être positifs au Covid. “

Selon lui, l’année dernière à la même période, l’augmentation du taux d’incidence n’était pas aussi brutale. « Nous avions quelques clusters localisés et cernés. Désormais, nous faisons face à un variant majoritaire le Delta, sachant que le variant anglais a disparu. Celui-là est non seulement plus contaminant, mais en plus le temps d’incubation est raccourci de 5 à 3 jours. La semaine prochaine, on verra comment cette flambée se traduit dans le milieu hospitalier, qui risque d’être impacté. »

_________________
« Le rugby c'est ma vie et ma vie c'est le rugby »   Christophe Urios
Scalp
Scalp
Centre de presse
Centre de presse

Nombre de messages : 13140
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 53

Revenir en haut Aller en bas

Rugby et Coronavirus - Page 19 Empty Re: Rugby et Coronavirus

Message  Switch Jeu 22 Juil 2021 - 10:39

Diantre, c'était tellement imprévisible que la levée des mesures et les brassages de population liés aux vacances amèneraient peut-être une détérioration de la situation ! Ca alors, c'est vraiment une surprise, dis donc ! :siffle:

Vite, interdisons aux français de partir en vacances, remettons le couvre-feu à 19h et supprimons les déplacements inter-régions ! Rolling Eyes Agissons dans la précipitation sans réfléchir, comme depuis 1 an et demi !

_________________
Le rugby c'est comme la dinde : sans les marrons, c'est vulgaire.
Switch
Switch
Centre de presse
Centre de presse

Nombre de messages : 6747
Localisation : Lyon / Edinburgh
Date d'inscription : 30/04/2011
Humeur : Fonction de l'UBB
Age : 31

Revenir en haut Aller en bas

Rugby et Coronavirus - Page 19 Empty Re: Rugby et Coronavirus

Message  tire-bouchon Jeu 22 Juil 2021 - 11:34

C' est Ibiza de Dunkerque à Hendaye. :chambreur:

Quelle surprise ! Il faut être vacciné pour voyager. Impensable.
Des files interminables dans les centres de vaccination. Surprise !
Mon fils a été vacciné hier au CHU Pellegrin.
RdV à 14H00 (pris il y a 1, 5 mois) vacciné à 15H30.
Je soupçonne certains d' exiger des centres de vaccination dans les Parcs d' attraction, les VVF et les agences de Tourismes.
Ce gouvernement est d' une imprévoyance. :siffle:
tire-bouchon
tire-bouchon
J'aime l'Union à la folie
J'aime l'Union à la folie

Nombre de messages : 429
Localisation : Ehpad St-Emilion
Date d'inscription : 06/06/2011
Humeur : végétative
Age : 70

Revenir en haut Aller en bas

Rugby et Coronavirus - Page 19 Empty Re: Rugby et Coronavirus

Message  Scalp Jeu 22 Juil 2021 - 11:43

Covid-19 : 50 millions de primo-vaccinés fin août, l’objectif est-il réaliste ?

https://www.sudouest.fr/sante/coronavirus/vaccin/covid-19-50-millions-de-primo-vaccines-fin-aout-l-objectif-est-il-realiste-4232377.php

_________________
« Le rugby c'est ma vie et ma vie c'est le rugby »   Christophe Urios
Scalp
Scalp
Centre de presse
Centre de presse

Nombre de messages : 13140
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 53

Revenir en haut Aller en bas

Rugby et Coronavirus - Page 19 Empty Re: Rugby et Coronavirus

Message  Scalp Jeu 22 Juil 2021 - 11:57

https://www.courrierinternational.com/article/italie-rome-les-celebrations-de-leuro-2021-auraient-fait-exploser-les-contaminations

Italie. À Rome, les célébrations de l’Euro 2021 auraient fait exploser les contaminations

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Le défenseur de l’équipe nationale de football italienne Leonardo Bonucci soulève la Coupe d’Europe devant la foule, le 12 juillet 2021, à Rome, en Italie. PHOTO / CLAUDIO VILLA / GETTY IMAGES VIA AFP

La capitale transalpine est actuellement la ville la plus touchée du pays par le Covid-19. Selon de nombreux observateurs, une des causes principales de l’augmentation exponentielle des nouveaux cas résiderait dans les célébrations qui ont suivi la victoire de l’équipe nationale à l’Euro.

Ce mercredi 21 juillet, Il Messaggero, quotidien emblématique de la Ville éternelle, ouvre son édition avec une statistique inquiétante : “Un contaminé sur sept [en Italie] est à Rome.” Suivent les chiffres précis relatifs à la journée du 20 juillet : 3 558 nouveaux cas de personnes positives au coronavirus ont été enregistrés dans la péninsule, et parmi ceux-ci 557 viennent de la capitale. Si l’on considère que Rome ne compte “que” 2,8 millions d’habitants, sur 60 millions de personnes vivant dans la botte, on comprend bien l’ampleur du problème. La Repubblica résume la situation par ces mots : “Rome est devenue un énorme cluster.”

Une affirmation démontrée par ces chiffres que le journal de centre gauche dévoile à ses lecteurs :

En l’espace de trois semaines, le nombre de nouvelles contaminations à Rome a été multiplié par plus de cinq. Quant à la dernière semaine, du 12 au 18 juillet, elle a fait enregistrer une augmentation des nouveaux cas de 450 %.”

Une explosion qui, selon Alessio D’Amato, adjoint à la santé de la région du Latium, a un responsable : l’Euro 2021. Ou plutôt les célébrations qui ont entouré la victoire de l’Italie en finale, le 11 juillet. “Les cas augmenteront encore pendant certains jours à cause du manque de vigilance au moment des célébrations de l’Euro”, renchérit le politique, qui a même forgé une expression pour ce phénomène : l’“effet Gravina”.

Gabriele Gravina est le président de la Fédération italienne de football et, selon les autorités romaines, il aurait organisé le défilé de l’équipe italienne sur un bus découvert dans les rues du centre-ville sans les autorisations nécessaires. Une accusation dont le principal intéressé se défend, mais qui aurait contribué à diffuser le Covid-19 dans la ville, à cause des rassemblements qui se sont formés à cette occasion. En réalité, même avant cette parade en bus (qui s’est tenue au lendemain de la finale, le 12 juillet), d’énormes célébrations (évidemment sans respect des gestes barrières) avaient eu lieu la veille.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

“Football, it’s coming Rome”, chantait les supporteurs transalpins en parodiant le célèbre “hymne” qui a accompagné la chevauchée des Anglais à l’Euro. Leur vœu s’est réalisé, mais le variant Delta est lui aussi arrivé dans la Ville éternelle.

_________________
« Le rugby c'est ma vie et ma vie c'est le rugby »   Christophe Urios
Scalp
Scalp
Centre de presse
Centre de presse

Nombre de messages : 13140
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 53

Revenir en haut Aller en bas

Rugby et Coronavirus - Page 19 Empty Re: Rugby et Coronavirus

Message  Scalp Jeu 22 Juil 2021 - 12:03

Covid-19 : la Chine refuse de poursuivre l’enquête de l’OMS sur son territoire

https://www.lemonde.fr/planete/article/2021/07/22/la-chine-refuse-de-poursuivre-l-enquete-de-l-oms-sur-l-origine-du-covid-19-sur-son-territoire_6089140_3244.html

_________________
« Le rugby c'est ma vie et ma vie c'est le rugby »   Christophe Urios
Scalp
Scalp
Centre de presse
Centre de presse

Nombre de messages : 13140
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 53

Revenir en haut Aller en bas

Rugby et Coronavirus - Page 19 Empty Re: Rugby et Coronavirus

Message  Scalp Jeu 22 Juil 2021 - 12:04

YouTube retire des vidéos de Jair Bolsonaro pour désinformation

https://www.lemonde.fr/pixels/article/2021/07/22/youtube-retire-des-videos-du-president-bresilien-bolsonaro-pour-desinformation_6089167_4408996.html
Scalp
Scalp
Centre de presse
Centre de presse

Nombre de messages : 13140
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 53

Revenir en haut Aller en bas

Rugby et Coronavirus - Page 19 Empty Re: Rugby et Coronavirus

Message  Switch Jeu 22 Juil 2021 - 12:12

La Chine qui refuse à l'OMS d'enquêter sur son territoire, le Brésil qui par la voix de son président entretient la connerie humaine, le France qui est incapable d'être dans l'organisation, la prévision et l'anticipation...tout va bien sur cette planète Rolling Eyes

_________________
Le rugby c'est comme la dinde : sans les marrons, c'est vulgaire.
Switch
Switch
Centre de presse
Centre de presse

Nombre de messages : 6747
Localisation : Lyon / Edinburgh
Date d'inscription : 30/04/2011
Humeur : Fonction de l'UBB
Age : 31

Revenir en haut Aller en bas

Rugby et Coronavirus - Page 19 Empty Re: Rugby et Coronavirus

Message  tire-bouchon Jeu 22 Juil 2021 - 13:28

et évitons de parler du citoyen français ... :chambreur:
tire-bouchon
tire-bouchon
J'aime l'Union à la folie
J'aime l'Union à la folie

Nombre de messages : 429
Localisation : Ehpad St-Emilion
Date d'inscription : 06/06/2011
Humeur : végétative
Age : 70

Revenir en haut Aller en bas

Rugby et Coronavirus - Page 19 Empty Re: Rugby et Coronavirus

Message  Scalp Jeu 22 Juil 2021 - 18:02




_________________
« Le rugby c'est ma vie et ma vie c'est le rugby »   Christophe Urios
Scalp
Scalp
Centre de presse
Centre de presse

Nombre de messages : 13140
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 53

Revenir en haut Aller en bas

Rugby et Coronavirus - Page 19 Empty Re: Rugby et Coronavirus

Message  Scalp Ven 23 Juil 2021 - 6:48

https://www.lemonde.fr/economie/article/2021/07/23/le-virus-sans-fin-l-etat-face-au-spectre-d-une-economie-sous-covid-19-long_6089256_3234.html

« Le virus sans fin » : l’Etat face au spectre d’une économie sous Covid-19 long

Alors que l’épidémie repart sous l’effet du variant Delta, les économistes sont moins nombreux à croire au scénario privilégié jusque-là d’un choc ponctuel suivi d’un retour au monde d’avant.

Par Elsa Conesa

« The forever virus ». Le « virus sans fin » : c’est ainsi que Foreign Affairs a renommé le Covid-19. « [Il] va probablement continuer à faire des allers-retours autour du globe dans les années à venir, plutôt que disparaître », avancent les auteurs de l’article publié dans la prestigieuse revue américaine, posant la question que les autorités évitent pour l’instant de formuler publiquement. « Le virus est là pour durer, la question, c’est comment faire pour nous assurer que nous aussi ? »

Face au variant Delta qui déferle sur l’Europe, les économistes, qui, ces derniers mois, tentaient encore d’évaluer la reprise permise par la vaccination, ont posé les crayons. Et ils commencent à se demander si cet après-Covid-19, cette « Covida » annoncée comme une résurrection des « années folles », est bien une issue réaliste face à un virus à l’inventivité déconcertante. « Le variant Delta constitue une source croissante d’incertitude », a reconnu Christine Lagarde, la présidente de la Banque centrale européenne (BCE), jeudi 22 juillet, alors que les marchés financiers commencent eux aussi à s’inquiéter du spectre d’une économie sous « Covid-19 long ».

« On sent qu’il y a une petite musique qui s’installe, qui dit qu’on ne va jamais s’en sortir », admet un économiste, confessant une réelle « incapacité à prévoir ». A l’image des scientifiques, les économistes sont moins nombreux à croire au scénario, privilégié jusque-là, d’un choc ponctuel suivi d’un retour au monde d’avant. « On est passé d’une épidémie à une endémie, résume Ludovic Subran, économiste en chef d’Allianz. Cela fait moins d’à-coups sur la croissance, mais cela a d’autres effets, sur les inégalités, l’épargne, les entreprises, les ménages… Parce que ça dure. »

Mouvement lent de « démondialisation »

Bien sûr, la messe n’est pas dite. Il n’est pas certain, par exemple, que le variant Delta entraîne un bond des hospitalisations qui oblige à fermer la France – ce n’est pas le cas au Royaume-Uni. La plupart des économistes demeurent relativement optimistes concernant l’Hexagone, où les entreprises ont bien résisté et où, du fait des politiques de soutien, peu de faillites sont attendues. Les confinements sont à chaque fois moins coûteux, rappellent-ils à l’unisson, et l’objectif des autorités est précisément d’en éviter un nouveau.

Il fait en outre peu de doute que l’Etat continuera à soutenir le pays, ou du moins les secteurs affectés, en année électorale. « Il n’y a pas de raison que le “quoi qu’il en coûte” ne s’applique pas à la quatrième vague, poursuit Ludovic Subran. Pourquoi échapperait-elle à l’argent magique ? C’est en tout cas ce qu’anticipent les acteurs économiques. »

Mais tous admettent un changement de sentiment ces dernières semaines. « Il y a un ou deux mois, on pensait encore que le virus serait derrière nous, admet Philippe Martin, président du Conseil d’analyse économique, rattaché à Matignon. Mais on voit un fort rebond de l’épidémie dans les pays émergents, cela aura un impact à la fois sur l’offre et la demande, sur le tourisme aussi. La demande intérieure reprend mais il existe un risque de rechute à l’international. »

Une analyse partagée par l’économiste Jean Pisani-Ferry, qui décrit même un mouvement lent de « démondialisation ». « La mobilité transfrontière, hors Europe, reste bloquée, décrit-il. Cela n’empêche pas de faire du commerce. Mais pour les chefs d’entreprises, cela rend la prospection commerciale plus difficile, la recherche de partenaires, les visites pour installer des usines plus compliquées… A terme, si cela dure, il y a un effet sensible sur l’économie. »

« Le risque d’une gestion d’urgence… en permanence »


Une pandémie qui dure pose plusieurs questions, politiques notamment. D’abord, sur la manière de gouverner. « Le risque, c’est que ça implique une gestion d’urgence en permanence, décrypte Bertrand Sirven, ancien conseiller du ministre de l’économie et des finances Bruno Le Maire. La difficulté consiste à ne pas perdre de vue les enjeux de long terme. On ne peut pas passer son temps à répondre aux urgences. »

Comment, ensuite, s’adapter à un fonctionnement dégradé de l’économie dans la durée ? La pandémie « a réhabilité le rôle de l’Etat, après quarante ans d’interrogations, souligne Martial Foucault, directeur du Cevipof. Mais faut-il pour autant y voir une nouvelle doctrine de la dépense publique et de l’Etat-providence ? »

Surtout, quel niveau de soutien public prévoir ? La France a surcompensé la perte de produit intérieur brut (PIB) liée à la pandémie, notamment avec le plan de relance. « Mais est-ce qu’on peut vivre durablement dans une situation où l’argent public compense les pertes du secteur privé ? », s’interroge Denis Ferrand, économiste chez Rexecode.

De fait, en cas d’épidémie récurrente, la question est moins celle de l’adaptation de l’appareil économique que celle des dispositifs d’aide, juge l’économiste. Autrement dit, « à partir de quand les pouvoirs publics décident-ils d’accepter les faillites et leurs conséquences politiques et sociales ? », questionne-t-il.

L’enjeu de l’explosion des inégalités


Dans une note publiée il y a quelques mois par le think tank progressiste Terra Nova, les économistes Jean Pisani-Ferry et Olivier Blanchard évoquent un tel scénario, décrivant un environnement dans lequel « le gouvernement pourrait être contraint non seulement de protéger les personnes et les entreprises » mais aussi de « soutenir la demande pour maintenir l’économie à son potentiel (réduit) », ce qui aurait évidemment « un coût budgétaire important ».

A Bercy, on n’imagine pas prolonger la perfusion très longtemps – les dispositifs d’urgence doivent s’éteindre à la fin de l’été. « On a toujours considéré qu’on serait amenés à vivre avec le Covid, insiste l’entourage de Bruno Le Maire. Mais iI faut garder la tête froide, nous avons beaucoup de moyens de lutter contre le virus. Et on ne pourra pas aider les entreprises éternellement. C’est pour ça qu’il faut le vaccin et le passe sanitaire. »

L’autre grand enjeu pour les pouvoirs publics est celui des inégalités, que le Covid-19 a renforcées, opérant une sélection darwinienne entre les cols bleus et les cols blancs, les employés et les actionnaires, les précaires et les salariés couverts par le chômage partiel, le télétravail et les emplois non délocalisables… Et qu’un Covid-19 prolongé viendrait aggraver.

« La crise a fait émerger de nouvelles formes de précarité en matière de logement, d’éducation, de santé », résume Ludovic Subran, pour qui le vaccin n’a pas pour l’instant joué son rôle d’égalisateur du fait de l’hésitation vaccinale. Or, comme le dit un haut fonctionnaire de Bercy, « si la puissance publique ne peut pas la maîtriser, cette explosion des inégalités fait courir un grand risque à nos démocraties ».

_________________
« Le rugby c'est ma vie et ma vie c'est le rugby »   Christophe Urios
Scalp
Scalp
Centre de presse
Centre de presse

Nombre de messages : 13140
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 53

Revenir en haut Aller en bas

Rugby et Coronavirus - Page 19 Empty Re: Rugby et Coronavirus

Message  Scalp Ven 23 Juil 2021 - 6:58

https://www.lemonde.fr/idees/article/2021/07/21/vaccination-miser-sur-l-intelligence-collective-des-francais-contre-les-croyances-moyenageuses_6089081_3232.html

Vaccination : « Miser sur l’intelligence collective des Français contre les croyances moyenâgeuses »

Jean Carlet

Ancien réanimateur médical, ancien président de la société européenne de réanimation, président sortant de l’alliance mondiale contre la résistance bactérienne /Waaar

Il est urgent de casser l’envolée des contaminations. Une centaine de médecins, de scientifiques et de citoyens appellent, dans une tribune au « Monde » lancée par Jean Carlet, ancien président de la Société européenne de réanimation, à raisonner et à se vacciner

Tribune. Le chef de l’Etat a très clairement indiqué que la vaccination contre le virus du Covid-19 était la seule solution pour venir à bout de cette épidémie dévastatrice. Il a également insisté sur l’importance du passe sanitaire Covid, en multipliant les endroits et les situations où il sera obligatoire, et décidé d’imposer la vaccination à tous les soignants, en interdisant aux réfractaires de s’occuper des malades, en ville ou à l’hôpital, et en leur imposant un congé sans solde, voire d’autres sanctions.

Voici des décisions très courageuses, il faut bien le reconnaître, quelles que soient les convictions politiques ou sociétales des Français. Dénigrer celles-ci par principe n’a aucun sens, et n’est pas responsable. Les Académies de médecine et de pharmacie, la Fédération des spécialités médicales, plusieurs responsables politiques, et les 100 personnes qui signent cette tribune ont tous plaidé ces derniers jours pour une vaccination imposée à toute la population française et restent sur cette position.

Emmanuel Macron a clairement indiqué qu’il faudrait peut-être en venir à cette solution radicale, mais qu’il préférait, dans un premier temps, faire confiance à l’esprit civique des habitants de notre pays. Cela ne manque pas de panache, mais il n’est pas sûr que le virus y soit sensible ! On saura cependant très vite s’il a eu raison (M. Macron, pas le virus) de ne pas passer à la version « sport », celle qui permettait d’aller encore plus vite vers une immunité collective.

Cesser les querelles stériles, ridicules voire honteuses


L’augmentation rapide des nouveaux cas, plus de 12 500 par jour, très souvent liés au variant Delta, fait vraiment peur, d’autant plus que des patients jeunes sont atteints, avec parfois des formes foudroyantes. Il y a donc pour beaucoup de nos concitoyens une incompréhension et une inquiétude, qui conduisent à une certaine radicalisation d’attitude.

Il va être très important d’analyser les réactions des différents corps de métier en particulier les soignants, les forces politiques, et les citoyens de notre pays aux mesures prises par le gouvernement pour lutter contre ce virus. Voyons si, face à la grave menace pour l’humanité que représente le SARS-CoV-2, les citoyens français et les différentes forces politiques ou scientifiques vont réussir à enfin réunir leurs forces, et à cesser les querelles stériles, ridicules voire honteuses que l’on constate actuellement.

Nous ne souhaitons absolument pas faire de politique, dans cette tribune, mais les toutes premières réactions virulentes de certains partis ne laissent malheureusement rien présager de bon. La manifestation du samedi 17 juillet a regroupé 114 000 personnes partout en France, c’est-à-dire à peu près le nombre de décès, en France, depuis le début de l’épidémie. Certains comportements ou propos totalement inacceptables ont été relatés. Décidément, il est bien difficile d’obtenir un consensus dans notre pays, même quand il a un si grand nombre de décès à déplorer et que la santé publique mondiale est si gravement menacée.

Le signe positif des candidats à la vaccination


Voyons aussi si les antivaccins, les antisciences, vont cesser de prétendre impunément que les vaccins contre le virus du Covid-19 feront plus de morts que la maladie elle-même, et risquent même d’altérer notre génome de façon profonde et irréversible. La très bonne surprise serait que la liberté, l’égalité et la fraternité s’inscrivent pour toujours dans notre génome à l’occasion de cette mutation.

On va voir si les soignants et les citoyens français dont certains ont si peur de cette vaccination, de façon souvent irrationnelle, vont enfin comprendre que les vaccins utilisés sont extrêmement efficaces, et presque toujours très bien tolérés, dans une expérience mondiale de centaines de millions de doses, et que le bénéfice pour eux est très en faveur de la vaccination.

Le nombre très élevé de candidats à la vaccination depuis les messages délivrés par le chef de l’Etat est très encourageant. On va voir si les soignants qui refusaient la vaccination vont eux aussi se précipiter sur le vaccin, sans crainte, et sans amertume. Une telle attitude de leur part ces derniers temps aurait permis d’éviter cette obligation de vaccination, qui nous laisse tous, soignants et décideurs, un sentiment de profond malaise, et de tristesse.

Ne pas éluder les problèmes majeurs des soignants


Il n’est absolument pas question d’éluder les problèmes majeurs qu’ont dû supporter les soignants depuis des années, en particulier concernant leurs conditions de travail et leurs salaires, mais il ne faut surtout pas faire d’amalgames. Ce serait très dangereux, car cela nous ferait perdre un temps précieux dans la lutte acharnée contre ce virus. L’objectif prioritaire actuel, qui impose un total regroupement de nos forces, est de se mettre à l’abri de cette sale bête.

Les récriminations ou les injustices devront être traitées, mais plus tard. Il n’est pas question non plus d’oublier l’attitude exemplaire des soignants depuis dix-huit mois, notamment au moment de la première vague où ils étaient au front avec souvent des manques de masques et d’équipements, comme les pompiers de Tchernobyl.

Dans la catégorie des « injustices », on va bien voir si les pays « riches » vont être capables de coopérer, via des structures comme les Nations unies (quel beau nom) ou l’OMS pour aider logistiquement et financièrement les pays plus en difficulté. Certains pays sont en train de le faire, dont la Chine, tous azimuts, et le Maroc envers la Tunisie. La France et l’Europe ne doivent surtout pas prendre de retard sur ce nouvel aspect de l’aide humanitaire.

Lutter contre la désinformation ambiante, très inquiétante


Voyons également si une lutte sans merci va être enfin mise en place pour agir contre les « fake news » et les propos complotistes qui galopent sur les réseaux sociaux. Il faut également espérer que certains médecins qui délivrent régulièrement et impunément des propos très négatifs et non scientifiques sur les vaccins, alors que certains ont eu, dans le passé, une belle carrière scientifique, vont enfin comprendre le mal qu’ils font à leur réputation, aux malades et à la médecine.

Comment ces médecins parviennent-ils à piétiner les découvertes de Pasteur ou d’autres grands vaccinateurs, qui ont permis de sauver tant de vies humaines ? Manifestement, notre pays n’a pas encore trouvé le moyen de lutter efficacement contre cette désinformation ambiante, très inquiétante. Il n’y parviendra que si l’intelligence collective légendaire des Français, quand ils le décident, l’emporte sur des croyances moyenâgeuses. Quand il le faut, notre pays est capable de soulever des montagnes !

Jean Carlet, initiateur de cette tribune, a reçu le soutien de nombreuses personnalités dont voici les premiers signataires : Jeanne Brugère-Picoux, professeure et chef de service à l’Ecole nationale vétérinaire de Maisons-Alfort ; Claude Carlet, professeur et chercheur, Ecole de mathématiques, université Paris-VIII ; France Cazenave-Roblot, professeure et chef de service d’infectiologie, Poitiers, ancienne présidente de la Société de pathologie infectieuse de langue française (Spilf) ; Alain-Michel Ceretti, créateur et président du Lien, association de défense des patients et des usagers de la santé ; Marie-Françoise Dumay, créatrice et ancienne présidente de la Société française des infirmiers en soins intensifs ; Olivier Goëau-Brissonnière, professeur de chirurgie vasculaire, hôpital Ambroise-Paré (AP-HP) et président de la Fédération des spécialités médicales (FSM) ; Jamila Hedjal, présidente de la France Sepsis Association ; Karine Lacombe, professeure et chef de service en infectiologie, hôpital Saint-Antoine (AP-HP) ; Christine Lawrence, hygiéniste et microbiologiste, hôpital Ambroise-Paré (AP-HP) ; Marc Leone, professeur d’anesthésie-réanimation, Marseille, vice-président de la Société française d’anesthésie et de réanimation (SFAR) ; Gilles Pialoux, professeur d’infectiologie, Sorbonne Université ; Claude Rambaud, ancienne présidente du Lien, membre du bureau de France Assos Santé ; Gérard Reach, professeur d’endocrinologie ; Bernard Régnier, professeur de médecine honoraire, ancien CDS réanimation, CHU Bichat (AP-HP) ; Jean-Paul Stahl, professeur de maladies infectieuses à Grenoble, ancien président de la Spilf

La liste des signataires en cliquant sur ce lien
https://drive.google.com/file/d/18nwkmCG-SJBnvLrJWI1LCFfazsfnl7oJ/view


_________________
« Le rugby c'est ma vie et ma vie c'est le rugby »   Christophe Urios
Scalp
Scalp
Centre de presse
Centre de presse

Nombre de messages : 13140
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 53

Revenir en haut Aller en bas

Rugby et Coronavirus - Page 19 Empty Re: Rugby et Coronavirus

Message  Scalp Ven 23 Juil 2021 - 8:29

Imaginons que nous n'ayons pas développé de vaccin, et particulièrement des vaccins aussi efficaces que ceux de Pfizer ou Moderna, nous serions dans une situation apocalyptique. Si un peu plus de 50% des Européens n'avaient pas reçu au moins une dose de vaccin, nos services de réanimation seraient totalement submergés, nous parlerions de centaines de milliers de morts, d'une économie complètement délabrée, notre horizon serait juste le chaos...

Nous, pays riches, accaparons 99% des vaccins..., et non content de ce privilège indu, nous nous comportons comme des enfants gâtés et le mot est faible, nous nous engluons jusqu'à la lie dans des débats surréalistes sur notre démocratie, allant même jusqu'à nous vautrer dans l'obscurantisme, en faisant plus confiance à la parole de n'importe qui, plutôt qu'a celle de la communauté scientifique mondiale.

Cette crise agit comme un révélateur, la Chine a tombé le masque avec sa Diplomatie du loup guerrier, la Russie de Poutine nous replonge dans la guerre froide, si certains avaient encore des doutes sur qui est une démocratie ou non, il ne faut pas être un grand géopoliticien pour répondre à cette question absurde...

Nous sommes à la lutte contre une pandémie mondiale, mais en parallèle, c'est aussi le combat entre démocratie et totalitarisme. Nos adversaires font tout pour nous déstabiliser, en utilisant la désinformation par les réseaux sociaux et à grands coups de Fake news, pour fracturer nos démocraties en semant la division, la confusion, pour nous faire douter de nous même, de nos valeurs, pour altérer notre raison.

Revenons justement à la raison, faisons confiance à la science, ne nous trompons pas de débat et d'ennemis, ayons confiance en nos valeurs. Même si nous devons faire des sacrifices temporaires car le pragmatisme l'impose, nous traversons cette crise. En attendant, agissons vigoureusement comme nous aurions déjà dû le faire, aidons les pays pauvres à avoir accès aux vaccins et à profiter eux aussi du miracle scientifique que nous avons su créer, c'est comme cela que nous gagnerons nos combats.

_________________
« Le rugby c'est ma vie et ma vie c'est le rugby »   Christophe Urios
Scalp
Scalp
Centre de presse
Centre de presse

Nombre de messages : 13140
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 53

Revenir en haut Aller en bas

Rugby et Coronavirus - Page 19 Empty Re: Rugby et Coronavirus

Message  tire-bouchon Ven 23 Juil 2021 - 10:08

Si je suis d' accord sur l' ensemble de ton message. Deux passages sont à regarder de prés.

Nos adversaires font tout pour nous déstabiliser, en utilisant la désinformation par les réseaux sociaux et à grands coups de Fake news, pour fracturer nos démocraties en semant la division
Les adversaires les plus coriaces s' avèrent être ceux de l' intérieur.
Nous avons ce qu' il faut à la maison.

aidons les pays pauvres à avoir accès aux vaccins et à profiter eux aussi du miracle scientifique que nous avons su créer,

L' aide aux pays démunis risque d' être beaucoup plus complexe qu' on peut se l' imaginer.
Il y a déja les problèmes logistiques.
Acheminement, conservation, centres de dépistage et centres de vaccination, gestion de la vaccination
Les problèmes de personnel.
Soignants et personnel technique. Accueil de tout le personnel étranger intervenant.

En fait, ce genre de logistique dans son ensemble, n' est envisageable qu' avec les grandes organisations non-gouvernementales (croix-rouge, Médecin sans Frontière, etc ... ) ou internationales ( OMS)

Sans compter la résistance des habitudes médicales locales.
Par exemple, en Haïti (pays démuni par excellence) la population fait plus confiance au Vaudou qu' aux Médecins.
tire-bouchon
tire-bouchon
J'aime l'Union à la folie
J'aime l'Union à la folie

Nombre de messages : 429
Localisation : Ehpad St-Emilion
Date d'inscription : 06/06/2011
Humeur : végétative
Age : 70

Revenir en haut Aller en bas

Rugby et Coronavirus - Page 19 Empty Re: Rugby et Coronavirus

Message  Scalp Ven 23 Juil 2021 - 10:45

En ce moment par exemple, nous subissons une attaque informatique très importante de la part de la Chine, nous savons que la Russie commence déjà à interférer dans notre future élection présidentielle. Ces menaces sont plus inquiétantes que nos menaces intérieures, mais tu as raison, il faut les prendre aux sérieux.

En ce qui concerne notre effort pour aider les pays en difficulté, même si comme tu le dis, il n'y a pas de solutions miracles, ils sont largement insuffisants. Il n'y a pas que le pragmatisme à trouver dans l'aide que nous devons donner à ces pays, même si c'est la condition pour que nous sortions de la crise, c'est aussi le moyen de défendre notre modèle démocratique, un élément décisif de notre soft power. Il ne faut pas laisser la Chine et la Russie occuper le terrain, alors que nous avons en plus des vaccins beaucoup plus efficaces.


https://www.lemonde.fr/international/article/2021/07/22/la-chine-dans-le-viseur-de-la-france-dans-le-cadre-d-une-virulente-cyberattaque_6089122_3210.html

https://www.lepoint.fr/societe/les-autorites-craignent-une-radicalisation-des-opposants-au-pass-sanitaire-19-07-2021-2436058_23.php


_________________
« Le rugby c'est ma vie et ma vie c'est le rugby »   Christophe Urios
Scalp
Scalp
Centre de presse
Centre de presse

Nombre de messages : 13140
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 53

Revenir en haut Aller en bas

Rugby et Coronavirus - Page 19 Empty Re: Rugby et Coronavirus

Message  Switch Ven 23 Juil 2021 - 17:11

On est quand même fort pour nous présenter la situation de manière très manichéenne :siffle: Les gentils scientifiques (enfin ceux qui sont "pour" le vaccin) et les gentils vaccinés contre les méchants scientifiques (ceux qui sont "contre" ou même nuancés) et les méchantes non-vaccinés. Comme toujours, comme partout et depuis la nuit des temps, ce n'est ni tout blanc, ni tout noir. Et je trouve qu'encore une fois, ceux qui dénoncent ou critiquent adoptent bien souvent les méthodes et les défauts de leurs opposants. Un peu comme certains militants contre le racisme qui deviennent eux-mêmes des racialistes et créent du racisme, consciemment ou non.

Je suis scientifique de formation, je pense avoir un cerveau normal qui fonctionne à peu près et je me documente beaucoup, en variant d'ailleurs mes sources (par exemple des médias de droite et de gauche, ou des médias mainstream comme alternatifs), ce que peu de gens font car il est plus facile ne le lire ou écouter que des sources de "notre avis" ou "notre bord". Et surtout, je ne suis ni conspirationniste, ni complotiste, ni anti-gouvernement, ni anti-scientifique, ni anti-finance ou anti-pharma, bref, ni anti tout court par définition.

Ce ne m'empêche pas de me poser des questions, de m'interroger, de douter, de remettre en question, de nuancer et d'écouter les avis et positions de chacun, de Macron à Bigard en passant par Delfraissy, C. Hill, Sebbag, Pelloux, Raoult, Mélenchon, Philippot, Zemmour ou le GJ Rodrigues (pour ne citer qu'eux). Et pourtant dans le lot, y en a qui me sont profondément antipathiques !

Ce que j'en tire, c'est que beaucoup de gens ne savent déjà pas de quoi ils parlent (ou très peu), mais aussi que beaucoup parlent de manière orientée, que ce soient pour des raisons politiques (électoralisme français oblige) ou financières/commerciales (par exemple de grands scientifiques subventionnés par...des labos ou des entreprise concernées directement ou indirectement par la covid). Ca impose déjà un premier tri et une première mise en perspective, que beaucoup de gens "normaux" (par oppositions aux personnalités et aux médias) ne font pas.

Bref, on devrait tous prendre la peine et le temps de se faire sa propre opinion plutôt que de gober tout rond celle donnée voire rabâchée par des personnalités ou des médias, et ce des deux côtés ! Trop de gens font et pensent que "la vérité c'est çà parce que *insérer le nom d'un média ou d'une personne* l'a dit ou expliqué". Quand j'entends un pro-vaccin dire que la vaccination est sans risque, qu'il faut s'y soumettre et que c'est bien parce que BFM TV ou le président Macron le dit toute la journée, désolé mais moi je peux pas. Et inversement, quand j'entends un antivax dire que ce vaccin est dangereux et que cette pandémie est le fruit d'un complot d'ordre mondial parce que F. Philippot ou E. Zemmour l'a dit, je peux pas non plus.
Moi je me suis fais ma propre opinion, à la fois de ce vaccin, de ce virus et de cette crise, elle n'engage que moi mais elle est fondée sur mes recherches, mes lectures et mes ressentis, issus de sources diverses, variées et surtout un minimum sérieuses et fondées. Pas de Macron TV (pour les pro) ou de complotmondial.com (pour les anti).

Qu'on soit d'une tendance ou de l'autre (je préfère le mot "tendance" que "camp"), ca n'empêche pas de reconnaître qu'aujourd'hui encore, on n'en connaît encore bien peu de ce virus, on ne maîtrise pas grand chose, et qu'en France notamment c'est géré d'une manière indigne d'un grand pays soi-disant évolué et moderne. Alors oui, comme j'ai dit, on semble n'en connaître que bien peu de ce virus et donc il est difficile d'agir parfaitement, j'en suis conscient, mais tout de même, depuis 1 an et demi on aura enchaîné les conneries, les aberrations, le ridicule, le scandale et les décisions incompréhensibles ou révoltantes de la part de nos dirigeants.

Les exemples sont légions, des masques soi-disant "inutiles" les premières semaines devenus "essentiels" (dès qu'on avait pu refaire les stocks), au Pass Sanitaire concernant désormais toutes les activités du quotidien alors qu'il y a encore quelques semaines O. Véran annonçait le contraire et précisait que jamais nous n'en arriverions à ces extrémités, de le loi Sanitaire discutée à 4h du mat' et en quatrième vitesse à l'Assemblée Nationale (alors qu'on parle d'un texte majeur qui implique des décisions très fortes et va nous impacter puissamment), ce qui a d'ailleurs valu au gouvernement une énorme levée de bouclier de l'ensemble de la classe politique tous bords confondus (c'est assez rare pour le souligner), aux discours mensongers des débuts de la vaccination pour faire croire que la France était la championne du monde en terme d'organisation et d'évolution de celle-ci (ce que le chiffres analysés démontraient comme clairement faux par rapport à d'autres pays dont certains voisins), en passant par le manque total d'anticipation rapport aux périodes de vacances (mouvements de population, relâchement des gestes barrières...), par les décisions totalement incohérentes (du style 1500 personnes max dans des stades à ciel ouverts, qu'il fasse 1.500 ou 50.000 places, pendant qu'on autorise les espaces clos comme les cinémas), ou par les contraintes débiles (du style couvre-feu à 19h puis avancé à 18h "pour éviter les apéros" puis remis à 19h puis à 21h puis à 23h, ou le port du masque obligatoire même si t'es seul en rando au fond de la Lozère)...etc etc etc.
Bref, je ne dis pas que beaucoup de gouvernements ou de décideurs auraient fait parfaitement ou beaucoup mieux, mais en revanche je pense que beaucoup auraient su faire bien moins pire. Aujourd'hui, la situation toujours (voire de plus en plus) délicate qui est la notre est certes en partie due à l'irrespect, à l'hypocrisie et à l'égoïsme de certains français, mais elle l'est aussi à nos dirigeants (politiques, économiques...) qui, s'ils avaient été un minimum au niveau de leurs responsabilités dès le départ, ne nous auraient pas conduit par leurs actes et leurs décisions dans la merde où nous sommes. Et je ne parle pas là que des contaminations et des risques sanitaires mais aussi de la crise économique, de l'état de délabrement moral et mental des gens, des tensions et des divisions que se crées entre français...etc. Ce qui m'inquiète ce n'est pas aujourd'hui, c'est demain et après-demain, surtout pour les jeunes (dont je fais partie).

_________________
Le rugby c'est comme la dinde : sans les marrons, c'est vulgaire.
Switch
Switch
Centre de presse
Centre de presse

Nombre de messages : 6747
Localisation : Lyon / Edinburgh
Date d'inscription : 30/04/2011
Humeur : Fonction de l'UBB
Age : 31

Revenir en haut Aller en bas

Rugby et Coronavirus - Page 19 Empty Re: Rugby et Coronavirus

Message  Scalp Ven 23 Juil 2021 - 19:07

Sur un sujet aussi pointu, quand on ne sait pas, on fait un minimum confiance à la communauté scientifique, elle est suffisamment large, pour ne pas penser qu'elle puisse être corrompue dans son ensemble...

Un bon moyen d'avoir des sources variées, que l'on puisse lire sans problème de traduction, particulièrement dès que c'est technique, c'est courrier International. On peut avoir des articles du "New England Journal of Medicine", du Lancet, de science, du British Medical Journal, pour citer quelques exemples. J'ai posté pas mal d'articles sur le Covid, les vaccins ARN, venant de ces sources et aussi évidement de notre incontournable journal "le Monde", une bonne base pour se faire une opinion il me semble.

_________________
« Le rugby c'est ma vie et ma vie c'est le rugby »   Christophe Urios
Scalp
Scalp
Centre de presse
Centre de presse

Nombre de messages : 13140
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 53

Revenir en haut Aller en bas

Rugby et Coronavirus - Page 19 Empty Re: Rugby et Coronavirus

Message  Scalp Ven 23 Juil 2021 - 23:59

https://www.lemonde.fr/societe/article/2021/07/23/covid-19-a-l-hopital-les-premiers-signaux-de-la-quatrieme-vague_6089366_3224.html

Covid-19 : à l’hôpital, les premiers signaux de la quatrième vague

Les services d’urgence ont vu croître de 79 % les passages pour suspicion de Covid-19 en une semaine, selon Santé publique France.


Par Delphine Roucaute et Camille Stromboni

La quatrième vague se déploie de plus en plus nettement en France. La hausse exponentielle des contaminations au SARS-CoV-2 observée depuis trois semaines se confirme avec une augmentation de 143 % des contaminations sur sept jours, selon le bulletin épidémiologique du 22 juillet de Santé publique France. Le taux d’incidence national est désormais de 108 nouveaux cas pour 100 000 habitants en une semaine, soit plus du double du seuil d’alerte.

Ce rebond, qui a commencé dans les rangs des 20-29 ans, s’étend désormais à toutes les classes d’âge, avec de premières répercussions sur l’hôpital. Pour la première fois depuis quinze semaines, on constate une franche augmentation du taux d’hospitalisation (+ 55 % la semaine du 12 au 18 juillet, par rapport à la précédente) et du nombre de patients admis en services de soins critiques (+ 35 %).

Rythme de progression inquiétant


Si la tension sur les services hospitaliers apparaît encore limitée, loin de l’engorgement des précédentes vagues, le rythme de progression provoque néanmoins l’inquiétude. « Au vu de la contagiosité du variant Delta, les couvertures vaccinales des populations âgées et fragiles sont encore clairement insuffisantes pour qu’on puisse être assuré que l’impact sur le système de santé ne va pas être, dans les semaines à venir, conséquent », a averti Laëtitia Huiart, directrice scientifique de l’agence nationale de santé publique, lors d’une conférence de presse le 23 juillet.



La campagne vaccinale progresse à un rythme soutenu depuis l’annonce de l’extension du passe sanitaire, mais plus de cinq millions de personnes souffrant d’au moins une pathologie ne sont pas encore vaccinées contre le Covid-19, a fait savoir jeudi l’Assurance-maladie. Autant de personnes plus à risque de développer des formes graves de la maladie si elles rencontraient le virus. Encore un million de personnes de plus de 75 ans et un peu plus d’un million de personnes entre 65 et 74 ans n’ont pas eu non plus d’injection.

Dans ce contexte, le « contact tracing » est rendu compliqué par la multiplication des contaminations. Avec un phénomène inquiétant : les données recueillies par Santé publique France suggèrent « qu’une proportion croissante des personnes contacts à risque n’était pas identifiée ». Deux hypothèses sont émises pour l’expliquer : dans les bars, qui sont les lieux parmi les plus cités par les personnes contaminées, se croisent beaucoup d’inconnus dont l’identification est quasi impossible. Par ailleurs, les personnes malades jointes par l’Assurance-maladie sont plus réticentes à communiquer leur liste de contacts.

L’Assurance-maladie a par ailleurs fait savoir que le « rétro-tracing », c’est-à-dire la recherche de cas contacts de manière rétrospective et qui a montré de bons résultats ces derniers mois, serait suspendu dans les territoires où l’incidence dépasse les 200 cas pour 100 000 habitants. C’est déjà le cas dans huit départements de métropole, tous situés sur les côtes atlantique ou méditerranéenne, et deux d’outre-mer.

Dans les Pyrénées-Orientales, où le taux d’incidence explose (449), beaucoup de cas positifs ont été enregistrés en provenance d’Espagne. « Pour l’ensemble des zones littorales, on peut faire l’hypothèse que des personnes ont pu arriver en villégiature et ont commencé à transmettre le virus avec une diffusion qui se produit désormais auprès des populations résidentes locales », explique-t-on à Santé publique France.

« Aucun n’est vacciné »


A l’hôpital, on voit apparaître de premiers signaux d’alerte. « En terme d’hospitalisation, la situation reste encore calme, cela augmente peu, assure François-René Pruvot, à la tête de la conférence des présidents de commission médicale d’établissement (CME) des CHU. Le vrai bruit de fond, il est aujourd’hui sur les urgences, c’est-à-dire le passage dans les services d’urgences et les appels au Samu, pour suspicion de Covid. » Selon Santé publique France, ces passages ont crû de 79 % sur une semaine.

A l’Ouest de l’Occitanie, Vincent Bounes, patron du SAMU 31, l’observe depuis plusieurs jours déjà. « Nous avons beaucoup plus d’appels pour des symptômes Covid, venant de patients plus jeunes, pour beaucoup non-vaccinés, décrit l’urgentiste. On est revenu à peu près au rythme du début de la deuxième vague, sauf que ça monte très vite d’un jour à l’autre. » Et à la différence des précédents rebonds épidémiques, outre la fatigue accumulée des soignants, la période estivale est celle d’un fonctionnement en sous-régime des établissements de santé, avec les congés des personnels.

En réanimation, on voit déjà un « frémissement » dans certains services, comme à l’hôpital Avicenne à Bobigny. « Nous fermons des lits pour que les personnels puissent partir en vacances, rappelle le réanimateur Stéphane Gaudry, chez qui 16 lits de soins critiques sont ouverts, contre 24 en temps normal. Mais depuis quelques jours, nous avons régulièrement des admissions de patients Covid, ils sont cinq dans nos lits désormais, avec un profil plus jeune, entre 35 et 50 ans, et un point commun, aucun n’est vacciné. » En raison du décalage entre contamination, hospitalisation, et entrée en réanimation, le médecin sait bien que « cela va continuer à augmenter ».

Delphine Roucaute et Camille Stromboni

_________________
« Le rugby c'est ma vie et ma vie c'est le rugby »   Christophe Urios
Scalp
Scalp
Centre de presse
Centre de presse

Nombre de messages : 13140
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 53

Revenir en haut Aller en bas

Rugby et Coronavirus - Page 19 Empty Re: Rugby et Coronavirus

Message  Scalp Sam 24 Juil 2021 - 0:05

https://www.lemonde.fr/societe/article/2021/07/23/sur-internet-les-antivax-a-la-recherche-de-faux-passes-sanitaires_6089242_3224.html

Sur Internet, les antivax à la recherche de faux passes sanitaires

De faux certificats sont proposés en ligne entre 200 et 500 euros. Les fraudeurs encourent jusqu’à trois ans de prison et 45 000 euros d’amende pour faux et usage de faux.

Par Pauline Gensel

« Tous ceux qui veulent le passe sanitaire, contactez-moi en privé. » Depuis l’annonce de l’extension du passe sanitaire, lundi 12 juillet, des offres ont éclos sur Internet à destination des réfractaires à la vaccination contre le Covid-19. Pour un prix compris entre 200 et 500 euros, il serait possible d’obtenir un faux passe sanitaire, sans avoir reçu la moindre goutte de vaccin. Des offres illégales qui semblent être, dans de nombreux cas, de simples arnaques.

Sur la messagerie Telegram, un vendeur qui se fait appeler « Généreux » propose diverses options. Pour 100 euros, il réutilise des QR codes de « vrais » passes sanitaires et y ajoute les informations personnelles de la personne qui passe commande. L’acheteur reçoit ensuite son faux certificat par mail, qu’il peut imprimer et présenter à des contrôles. Or, lorsqu’il sera scanné, les données du véritable détenteur du passe s’afficheront à l’écran. En cas de contrôle par les forces de l’ordre, les fraudeurs encourent jusqu’à trois ans de prison et 45 000 euros d’amende pour faux et usage de faux.

La falsification d’un passe sanitaire déjà existant n’est pas la seule stratégie mise en place par les fraudeurs. « Généreux » propose aussi un passe sanitaire d’« une ou deux doses » enregistré, selon ses affirmations, sur le compte Ameli. « J’ai ma voisine qui travaille à la Sécurité sociale et je lui donne tes coordonnées et ton numéro de Sécu, spécifie le vendeur dans son canal de discussion. Elle fait le nécessaire, et ce sera officiel pour la loi française. Mais, comme tu peux t’en douter, cette solution est plus chère : 200 euros. »

C’est le choix fait par Samuel (tous les prénoms ont été modifiés), commercial dans le secteur des banques et des assurances dans la région toulousaine. Il devrait obtenir son faux passe sanitaire dans deux semaines, mais n’a aucune certitude sur la validité du document. « Il y a certainement des arnaques, mais, même si le faux passe ne fonctionne pas, ne pas aller au restaurant, au cinéma, au théâtre… je survivrai. Et, au moins, j’aurai tenté le coup. »

« Pas évident » d’en obtenir un


Pour ne pas se faire arnaquer, Alexis, qui travaille en tant que consultant, a épluché de nombreux sites Web, y compris sur le dark Net, réseau parallèle qui rassemble une multitude d’activités illégales. Il y a trouvé quelques forums français où le sujet est discuté, mais pas de réseau d’achat à proprement parler. « J’ai parcouru les dix plus importantes boutiques en ligne, mais elles ne proposaient rien en lien avec le passe français, uniquement pour l’américain. »

Alexis s’est donc tourné vers les plates-formes légales. « J’ai trouvé des groupes sur Telegram, des graphistes qui truquent des tests PCR… Beaucoup de vendeurs sur Snapchat aussi, mais aucun ne m’a répondu. C’est peut-être lié aux arrestations qui ont eu lieu il y a quelques jours. Contrairement à ce que dit la presse, ce n’est pas évident du tout d’obtenir un faux passe sanitaire, du moins aujourd’hui. » Faute d’y parvenir, Alexis a finalement opté… pour la vaccination. « J’ai pris rendez-vous uniquement pour pouvoir partir en vacances fin août. Mon programme n’est constitué que d’hôtels, de restaurants et d’activités qui nécessitent le passe. »

Louis, consultant en communication et directeur artistique d’un studio graphique, pensait être en mesure de produire de faux passes sanitaires, pour lui et pour son compagnon. Après avoir pris conscience de la difficulté de l’opération et soucieux de ne pas se faire arnaquer sur le Web, il a finalement renoncé à l’idée d’en obtenir un. « Pour l’instant, nous avons pris le parti, mon compagnon et moi, d’assumer le fait de n’être pas vaccinés, donc d’être ostracisés. Mardi, c’était notre dernier jour de piscine. On a fait le deuil et on va remplacer cette activité par des sorties en plein air. »

D’autres types de fraudes ont été signalés ces derniers jours. Au centre de vaccination de Toulouse, par exemple, dès le lendemain des annonces présidentielles du 12 juillet, des personnes, au moment de recevoir l’injection, « ont proposé de l’argent en liquide, de la main à la main, pour que le soignant ne fasse pas l’injection mais déclare qu’elle a été réalisée », a raconté à La Dépêche Alix Cramon, coordinateur au vaccinodrome pour le SAMU-31.

« J’utiliserai le passe d’un proche »

Les membres d’un réseau opérant dans la région de Lyon, les Yvelines et le Val-de-Marne ont été interpellés les 12 et 13 juillet par la police. Les fraudeurs proposaient, moyennant le paiement d’une somme comprise entre 350 et 500 euros, la fourniture de certificats de vaccination parfaitement « authentiques », car réalisés par une agente administrative travaillant dans un centre de vaccination. Au moins 400 acheteurs auraient été identifiés.

Pour l’Assurance-maladie, les attestations frauduleuses de vaccination contre le Covid-19 et le trafic qui en découle sont de véritables « sujets de préoccupation » : « Nos services collaborent activement avec les services de police à l’identification de telles pratiques qui, si elles sont minoritaires, ont néanmoins des conséquences potentiellement graves pour les personnes et la santé publique. »

La sous-direction de la lutte contre la criminalité annonce enquêter sur plusieurs réseaux impliqués dans la fabrication et la commercialisation de faux passes sanitaires.

L’annonce, mercredi 21 juillet, par le premier ministre, Jean Castex, qu’il n’y aurait pas de contrôle des cartes d’identité à l’entrée des restaurants et des cafés pourrait toutefois changer la donne, et faire perdre leur intérêt aux faux passes. Thomas, 33 ans, cherchait depuis plusieurs jours une infirmière qui pourrait lui en délivrer un. Il pense aujourd’hui utiliser le document d’une personne de son entourage. « Je vais me passer d’un certain nombre d’activités, finalement non essentielles. Et, en cas de force majeure, j’utiliserai le passe d’un proche. C’est d’ailleurs ce que plusieurs de mes amis envisagent de faire. »

_________________
« Le rugby c'est ma vie et ma vie c'est le rugby »   Christophe Urios
Scalp
Scalp
Centre de presse
Centre de presse

Nombre de messages : 13140
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 53

Revenir en haut Aller en bas

Rugby et Coronavirus - Page 19 Empty Re: Rugby et Coronavirus

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 19 sur 22 Précédent  1 ... 11 ... 18, 19, 20, 21, 22  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum