AllezUnion.com, Forum des supporters de l'Union Bordeaux Bègles - Rugby
Un forum est comme un vestiaire, quand on y rentre on dit bonjour. Pensez donc à vous connecter, ça vous assurera également une visibilité parfaite ;o)

Enregistrer et activer un compte prend 3 minutes. Seule une adresse email valide est nécessaire. Ne soyez pas timide, Allez y !

AllezUnion.com

La soule en l’année 1535 à Fégréac - Commune de Loire –Atlantique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La soule en l’année 1535 à Fégréac - Commune de Loire –Atlantique

Message  Alain le Ven 29 Aoû 2008 - 17:11

Petit texte que j'ai voulu vous faire partager, bonne lecture Laughing .

Cette année 1535, François 1er étant roi de France, Antoine de Créqui, évêque de Nantes, le
jeune escuyer Jean Le Long, seigneur du Dréneuc et de la Mourauldaye, avait atteint sa dixhuitième
année. Conformément aux droits et aux traditions de ses ancêtres et répondant aux
désirs des jeunes garçons de la paroisse, il voulut lancer la soule le jour de Saint Etienne, après
la grand'messe. La veille, à la sortie de la grand'messe de Noël, maître Guillaume des Landes,
Sénéchal, debout au pied de la Croix du Cimetière, avait fait le ban de la "soule" et les jeunes
hommes de toutes les frairies s'étaient donné rendez-vous à la grand'messe de Saint Etienne
À la sortie de la grand-messe, les jeunes gens, au nombre d'une centaine, se rangent par frairie
et choisissent leur chef. Les frairiens de Saint Sébastien ou du bourg choisissent pour chef Jean
Rosier, les frairiens de Trouhel choisissent Pierre Poulain de la Landelle, ceux des Abbayes,
Julien Héron de la Haute-Abbaye, ceux de Saint Michel, Etienne Guiho de la Vieille Ville,
lesquels forment le premier camp. Les Frairiens de Saint Gaudence nomment pour chef Yves
Bocquel de Coisnauté, ceux de Saint-Armel, Gilles Guiho de Bézy, ceux de la Madeleine
Mathurin Menand de Fonguéra, lesquels forment le deuxième camp. Le premier camp prend
pour capitaine Jean Priou de la Ponnais, surnommé Coupevent, à cause de son agilité : il prend
les lapins et les lièvres à la course. Le deuxième camp choisit pour capitaine Pierre
Rochedreux, de la Rivière, renommé pour sa force : celui-ci, armé de son bâton de chêne, avait
étendu mort un loup qui l'avait attaqué un soir dans la bande de Maurue.
Maître Guillaume des Landes indique les conditions du jeu. Le champ de la soule comprend le
territoire des sept frairies. Tous les joueurs peuvent pousser et lancer la soule avec les pieds.
Les chefs seuls peuvent la lancer avec les mains. Sera vainqueur le camp qui aura fait entrer la
soule dans une des maisons de ses frairies.
Le jeune seigneur du Dréneuc est accompagné de sa mère, noble dame Perrine Le Coustelier, et
de ses soeurs, demoiselles Marguerite et Charlotte. Messire le Prieur recommande la prudence
aux jeunes gens, car maître Pierre Amice, chirurgien, déclare sentencieusement qu'il veut
attendre les vêpres dans le bourg, bien persuadé qu'il aura à remettre bras et jambes à plusieurs
de ces imprudents qui le regardent en souriant.
Aux applaudissements de l'assistance, la soule toute neuve est apportée par les derniers mariés
avant la fête de Noël : Guillaume Eslan, de Trouhel et Michelle Motreuil, de Balac, qui
viennent gracieusement la remettre au seigneur du Dréneuc.
La peau de la soule est une peau de bélier tannée par Vincent Robert, Tanneur de Rasette ; le
son pour la remplir a été donné par Jean Le Vent, meunier du moulin de la Brousse ; elle a été
cousue par Jean Menand, couturier de Barrisset. Jean Coupevent la mesure des yeux et la
trouve plus grosse que sa tête.
Au signal donné par Messire le Prieur, le jeune escuyer, d'un vigoureux coup de poing, lance la
soule dans les airs. Le jeu est commencé
Les cris retentissent et, aussitôt, les joueurs, les yeux attentifs les poings fermés, le corps tendu,
suivent ou attendent la soule. Bientôt les cris cessent, on n'entend plus que les appels des chefs,
les coups secs donnés au ballon et les galopades des joueurs. Par trois fois, le ballon bondit et
passe sur le toit modeste de l'église. Mais les chefs ont leur idée et se multiplient partout. Le
premier camp veut entraîner la soule vers l'Hôtel es Denis ou la Danoterie pour entrer dans ses
frairies, tandis que le deuxième camp veut l'entraîner vers la Préverie.
Sur la place, une mêlée générale se produit ; la soule est immobile entre les pieds des joueurs ;
le jeune Barnabé Quélard, du Gras, se glisse dans le groupe, la dégage et la pousse
vigoureusement vers la Préverie. Le deuxième camp prend immédiatement la tête. Jean
Coupevent a pris les devants et il ramène la soule sur le petit étang de la Préverie qui est tout
glacé. Là, une seconde mêlée se produit, et , au plus fort de la mêlée, un craquement se fait
entendre. Malheur ! Le capitaine du premier camp, Jean Coupevent, est enfoncé dans la glace
jusqu'aux épaules. Un immense éclat de rire retentit, mais Pierre Rochedreux pousse
vigoureusement le ballon qui monte sur la butte de la Préverie et roule rapidement dans le
vallon qui aboutit au ruisseau de Trégonnet. Dans ce vallon les deux équipes se retrouvent au
complet et la lutte recommence plus acharnée que jamais, Jean Priou voulant diriger le ballon à
gauche vers Trenneban ou à droite, vers Villeberthe. Par quatre fois, la soule monte la colline
de Lourmel entre le moulin de la Brousse et les landes des Ecobuts. La sueur coule de tous les
fronts, mais on n'entend aucun blasphème, aucun cri de colère. Julien Allain de la Brousse et
Guillaume Brunel, de la Catée, sont restés au pied de la Croix de Lourmel, attendant le résultat
de la mêlée engagée dans la vallée, lorsque tout à coup la soule, vigoureusement lancée,
apparaît à leur portée. S'en emparer est l'affaire d'un instant et, avec toute la rapidité dont ils
sont capables, ils poussent le ballon qui roule sur la lande du Tertre jusqu'au ruisseau de la
Brousse. Les camps sont de nouveau reformés. Des hauteurs de la Brousse, Messire François
Le Coustellier, seigneur du Broussay, Penhouet et la Brousse, et sa compagne, noble
damoiselle Jeanne de Lymur, regardent avec admiration les jeunes gens descendre le tertre.
Pierre Rochedreux donne l'ordre à son camp de pousser la soule dans l'allée de la Brousse pour
remporter la victoire à la métairie ou à la maison du Seigneur. Jean Priou a déjà tout prévu et
une partie de son camp barre l'allée. La soule passe donc au bas du grand domaine et roule
furieusement vers Nappes. Au chemin de ce village, les chefs du deuxième camp provoquent
subitement une attaque ; la soule est dirigée vers le village, elle entre dans la rue et Guillaume
Dezel, du Thénot, d'un vigoureux coup de pied, lance la soule dans la maison de Jean Routin.
Le ballon passe sur l'hussel, tombe sur la mée bondit sur le lit et redescend tranquillement dans
une gède posée sur le coin du foyer. La mère Matheline Routin, épouvantée, fait son signe de
croix ; elle ouvre son hussel et voit la rue pleine de jeunes gens ; ceux du deuxième camp
chantaient leur victoire en criant : "Noël ! Noël !
Pierre Rochedreux demanda à la mère Routin des habits de son fils Jean pour remplacer les
vêtements de jean Coupevent qui étaient tout fumants, et la bonne mère Routin les donna très
charitablement. Le Seigneur de la Brousse envoya abondamment du pain, du beurre et des
cruches de vin pour le dîner de tous les jeunes gens. Ceux-ci prirent joyeusement leur repas,
logés dans les quatre maisons du village : chez le meunier Jean Le Vent, chez Georges Lorier,
Jean Routin et Jacques Monnier. Après le repas , les jeunes gens reprirent le chemin du bourg
pour assister aux vêpres.
Le dimanche suivant, le seigneur du Dréneuc récompensa les vainqueurs : le camp victorieux
reçut un mouton gras sorti de la bergerie de Mathieu Robinard, métayer de la Porte du
Dréneuc ; les chefs reçurent un arc et le capitaine une lance toute neuve
(Récits de M. l'Abbé Pierre-Marie Guiho, décédé en la Maison du Bon Pasteur de Nantes, le 21 juillet 1933)

_________________
« Patere ut Vinceres !!! » « Souffrir pour Vaincre !!! ». L'esprit champion n'est pas qu'une histoire de talent, mais aussi d'âme et de coeur. Il n'y aurait pas de victoires s'il n'y avait pas, par instants, des chutes, des défaites, des tentations de ployer les genoux.

Alain
J'aime l'Union à la folie
J'aime l'Union à la folie

Nombre de messages : 1364
Localisation : BLAYE à BORDEAUX BEGLES
Date d'inscription : 31/01/2008
Humeur : ça le fait !!!

Voir le profil de l'utilisateur http://www.immobilier-meynard.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: La soule en l’année 1535 à Fégréac - Commune de Loire –Atlantique

Message  Olivier le Lun 22 Déc 2008 - 20:14

A noter que quelques décennies à peine plus tard, le Roi Henri II, himself, et le poête Ronsard (celui qui essayait de débaucher des jeunes filles en les incitant à aller cueillir la rose) aimaient beaucoup s'adonner à la soule.
D'ailleur le goût d'Henri II pour les sports "rudes" lui sera fatal puisqu'il mourra accidentellement dans un tournoi de chevalerie. quichotte
(nan, la chevalerie, c'est pas là où on range les chevaux :P )

Olivier
Admin
Admin

Nombre de messages : 1583
Localisation : Aire sur l'Adour
Date d'inscription : 22/12/2008
Humeur : Ca dépend de mon humeur
Age : 46

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum