AllezUnion.com, Forum des supporters de l'Union Bordeaux Bègles - Rugby
Un forum est comme un vestiaire, quand on y rentre on dit bonjour. Pensez donc à vous connecter, ça vous assurera également une visibilité parfaite ;o)

Enregistrer et activer un compte prend 3 minutes. Seule une adresse email valide est nécessaire. Ne soyez pas timide, Allez y !

AllezUnion.com

Champions Cup

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Aller en bas

Champions Cup - Page 3 Empty Re: Champions Cup

Message  Scalp le Sam 11 Mai 2019 - 20:02


Un match pour amateur de gros bras de fer, avec des joueurs d’exception, certes, mais un match assez cadenassé, un garcès qui oublie pas mal de fautes Anglaise et des Anglais plus agressifs, qui remportent la mise au final, peu d’émotions à regarder ce match...

Scalp
J'aime l'Union à la folie
J'aime l'Union à la folie

Nombre de messages : 964
Date d'inscription : 11/09/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Champions Cup - Page 3 Empty Re: Champions Cup

Message  patrick le Sam 11 Mai 2019 - 20:24

Les irlandais sont capables de jouer à 150% de leurs moyens (et il leur faut souvent ça) de temps en temps mais pas régulièrement. Je suis sûr que si on les mets une saison complète en Top14, ils finissent entre 10 et 14. Cette fois-ci, face à des anglais beaucoup plus puissants, ils ont été un peu courts.

_________________
Tombé tout jaune dans le rugby.
patrick
patrick
Admin
Admin

Nombre de messages : 18314
Localisation : Gradignan, Talence, Lescure, Musard ... ça dépend.
Date d'inscription : 25/01/2008
Humeur : Pour l'instant, ça va ...
Age : 53

Voir le profil de l'utilisateur http://www.allezunion.com

Revenir en haut Aller en bas

Champions Cup - Page 3 Empty Re: Champions Cup

Message  léopold le Dim 12 Mai 2019 - 7:44

Et encore pas sur que les deux équipes auraient leur place en fédérale 1 rire rire rire rire rire rire rire rire rire rire rire rire
Pour l'arbitrage nos mêmes arbitres qui sortent du jaune et du rouge à tout va,se sont calmés,la charge coude en avant de Itoje sur Sexton chez nous lui aurait valu un rouge d'autant plus qu'il sortait de prendre un jaune.
A part Rattez et Penaud chez nous aucun autre joueur n'aurait pu figurer dans ces deux équipes avec succés ce qui mesure bien tout notre retard au niveau international.
D'ailleurs nos joueurs ne s'exportent plus.
A remarquer aussi l'attitude générale des joueurs vis à vis de l'arbitrage, pas de parlotte ou de contestation.
léopold
léopold
J'aime l'Union à la folie
J'aime l'Union à la folie

Nombre de messages : 7037
Localisation : A Musard derrière les espoirs
Date d'inscription : 29/01/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Champions Cup - Page 3 Empty Re: Champions Cup

Message  Scalp le Dim 12 Mai 2019 - 12:16

léopold a écrit:Et encore pas sur que les deux équipes auraient leur place en fédérale 1 rire rire rire rire rire rire rire rire rire rire rire rire
Pour l'arbitrage nos mêmes arbitres qui sortent du jaune et du rouge à tout va,se sont calmés,la charge coude en avant de Itoje sur Sexton chez nous lui aurait valu un rouge d'autant plus qu'il sortait de prendre un jaune.
A part Rattez et Penaud chez nous aucun autre joueur n'aurait pu figurer dans ces deux équipes avec succés ce qui mesure bien tout notre retard au niveau international.
D'ailleurs nos joueurs ne s'exportent plus.
A remarquer aussi l'attitude générale des joueurs vis à vis de l'arbitrage, pas de parlotte ou de contestation.

D'accord avec toi, deux grandes équipes, le top Européen, avec des joueurs d’exception, mais le match ne m'a pas fait vibrer...
Itoje à fait ce qu'il voulait après son Jaune, les Anglais étaient plus agressifs, pas mal de plongeons dans les rucks, de plaquages sans ballons, des déblayages à l’épaule, tout ça non sanctionné, ça aide un peu pour s'imposer, quand même.
Et oui, on n'a pas beaucoup de joueurs du calibre de ceux sur le pré hier, c'est sûr !
Scalp
Scalp
J'aime l'Union à la folie
J'aime l'Union à la folie

Nombre de messages : 964
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 51

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Champions Cup - Page 3 Empty Re: Champions Cup

Message  DODO974 le Dim 12 Mai 2019 - 12:53

Scalp a écrit:
léopold a écrit:Et encore pas sur que les deux équipes auraient leur place en fédérale 1 rire rire rire rire rire rire rire rire rire rire rire rire
Pour l'arbitrage nos mêmes arbitres qui sortent du jaune et du rouge à tout va,se sont calmés,la charge coude en avant de Itoje sur Sexton chez nous lui aurait valu un rouge d'autant plus qu'il sortait de prendre un jaune.
A part Rattez et Penaud chez nous aucun autre joueur n'aurait pu figurer dans ces deux équipes avec succés ce qui mesure bien tout notre retard au niveau international.
D'ailleurs nos joueurs ne s'exportent plus.
A remarquer aussi l'attitude générale des joueurs vis à vis de l'arbitrage, pas de parlotte ou de contestation.

D'accord avec toi, deux grandes équipes, le top Européen, avec des joueurs d’exception, mais le match ne m'a pas fait vibrer...
Itoje à fait ce qu'il voulait après son Jaune, les Anglais étaient plus agressifs, pas mal de plongeons dans les rucks, de plaquages sans ballons, des déblayages à l’épaule, tout ça non sanctionné, ça aide un peu pour s'imposer, quand même.
Et oui, on n'a pas beaucoup de joueurs du calibre de ceux sur le pré hier, c'est sûr !

SKELTON qui n'est plus sélectionné et notre Jones qui nous lâche en pleine saison pour espérer être sélectionné mad2 mad2
DODO974
DODO974
J'aime l'Union à la folie
J'aime l'Union à la folie

Nombre de messages : 1044
Localisation : andernos
Date d'inscription : 11/11/2012
Humeur : plutot JEEP
Age : 53

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Champions Cup - Page 3 Empty Re: Champions Cup

Message  Scalp le Dim 12 Mai 2019 - 13:00

L'ÉQUIPE : https://www.lequipe.fr/Rugby/Actualites/Coupe-d-europe-les-saracens-detronent-le-leinster/1017766

Coupe d'Europe : les Saracens détrônent le Leinster

Samedi à Newcastle en finale de Coupe d'Europe, les Saracens se sont imposés (20-10), deux essais à un, devant la province irlandaise du Leinster. Après 2016 et 2017, les Anglais inscrivent pour la troisième fois leur nom sur ce trophée.



Le match : 20-10


Favoris à leur propre succession, les Irlandais du Leinster ont été secoués, samedi à Newcastle, à un point qu'ils ne soupçonnaient pas. Il faut dire que les Saracens ont « tout donné » pour dérégler la belle machine irlandaise et ses temps de jeu huilés, dixit leur talonneur Jamie George au micro de beIN Sports dès le coup de sifflet final. Intransigeants en défense, les Anglais ont su accélérer en seconde période pour mener à l'heure de jeu (13-10) et, en force, venir à bout du Leinster par Billy Vunipola (67e, 20-10).

Cela dit, à la pause, bien malin qui aurait pu annoncer le vainqueur. À la domination sans partage du Leinster, les Saracens avaient répliqué par un ultime temps fort pour atteindre la mi-temps sur un score de parité, 10-10. Quant à la 28e minute, les Irlandais se mirent à accélérer collectivement, l'arbitre français, M. Jérôme Garcès, leur refusa un essai (29e, Cian Healy) et sanctionna dans la foulée le flanker anglais Maro Itoje d'un carton jaune (30e) mérité pour fautes répétées.

En infériorité numérique, les Sarries cédèrent devant les coups de boutoir de l'autre pilier irlandais, Tadhg Furlong (32e). Croyant avoir fait le plus dur, les Irlandais se relâchèrent alors un peu et encaissèrent un essai signé Sean Maitland (40+3e), mélange de puissance au ras et de subtilité en bout de ligne. À la reprise, vexé, le Leinster reprit son travail d'usure en percussions mais manqua une occasion de reprendre la tête (48e).

C'est alors que les Saracens passèrent à l'attaque ! Une percée du flanker Jackson Wray (58e) sonna l'heure anglaise. À partir de ce moment-là, les Irlandais subirent la furia des Sarries. Après le carton jaune récolté par Scott Fardy (59e) pour hors-jeu, Owen Farrell inscrivit un but de pénalité (59e, 13-10). Puis les Saracens, énormes d'engagement, scellèrent leur succès grâce à un départ en force de Billy Vunipola, seul face à quatre défenseurs, pour l'essai au pied des poteaux irlandais (67e). Jamais ensuite le Leinster, étouffé et châtié sur chaque impact, ne fut en position de l'emporter.

3
Après 2016 et 2017, le nombre de titres européens récoltés par les Saracens à l'issue de leur quatrième finale.

Le fait : des plaquages anglais à en dégoûter l'Erin


Quatre-cent-huit plaquages ! À eux seuls, les Saracens en ont asséné 224, soit presque autant que le total (291) de la finale de Challenge européen entre Clermont et La Rochelle, c'est dire... La défense a été au coeur de cette finale de Champions Cup. C'est par des « tampons » répétés que les Anglais ont dégoûté le Leinster, brisé son jeu quasi automatique, bloqué ses avancées d'habitude tranchantes. Avec un taux de réussite de 86 % qui tutoie la norme internationale, les Saracens n'ont laissé aucun espace à leur adversaire.
Scalp
Scalp
J'aime l'Union à la folie
J'aime l'Union à la folie

Nombre de messages : 964
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 51

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Champions Cup - Page 3 Empty Re: Champions Cup

Message  Scalp le Dim 12 Mai 2019 - 13:07

https://www.midi-olympique.fr/2019/05/11/les-etoiles-du-midol,8194601.php

Leinster - Saracens : Les étoiles du Midol

Les avants anglais qui, dans le sillage de Kruis, Skelton et Billy Vunipola, ont imposé leur loi. Farrell ou Williams qui ont brillé derrière. Ou encore Healy et Larmour qui tirent leur épingle du jeu côté irlandais. Voici les étoiles du Midol après la finale de Champions Cup...

***
Au cœur d’un pack impressionnant sur le plan physique, George Kruis a rayonné dans les tâches de l’ombre. Exceptionnel défensivement, avec notamment un plaquage marquant sur Sexton dans le premier acte, il a aussi été un poison dans les rucks et a même permis aux siens de récupérer plusieurs ballons. Et que dire de son compère de la deuxième ligne Will Skelton ? Sa puissance a fait des ravages dans la muraille irlandaise. Plus affûté que jamais, le géant australien a souvent été servi par ses partenaires et a constamment offert de l’avancée aux siens. À leurs côtés, Billy Vunipola a de nouveau sorti une partition de niveau international. Comme Kruis et Skelton, il a imposé son extraordinaire force de pénétration pour placer ses adversaires sur le reculoir. Au-delà de son activité défensive et de son flair pour intercepter des ballons chauds, il a su effectuer les bons choix. Comme sur son essai personnel, quand il a emporté quatre joueurs.

**
Toujours devant, le flanker Jackson Wray a fait preuve d’une activité débordante en défense. Mais aussi en attaque, jusqu’à franchir le rideau irlandais à plusieurs reprises. L’ouvreur Owen Farrell a également répondu présent dans ce grand rendez-vous. Avec sa justesse légendaire, il a parfaitement animé le jeu des Saracens. Sans oublier sa réussite au pied et sa passe sublime sur l’essai de Maitland. Autre joueur absolument décisif : Liam Williams. L’ailier gallois a créé des différences sur chacune de ses interventions et a, comme à son habitude, régné dans les airs. Côté Leinster, le pilier gauche Cian Healy a encore prouvé qu’il n’avait que peu d’équivalents au monde à son poste. Valeur sûre des Irlandais, il a été omniprésent dans le jeu et a apporté le danger au près. L’ailier Jordan Larmour a aussi réussi à tirer son épingle du jeu et n’a eu besoin que de quelques centimètres pour à chaque fois trouver des failles.

*
Les avants des Saracens ont clairement dominé leurs adversaires. Il faut donc souligner, même si ce n’est pas une surprise, la performance du talonneur Jamie George et de Maro Itoje, replacé en troisième ligne malgré une certaine indiscipline de sa part. Derrière, la paire de centres composée par Brad Barritt et Alex Lozowski a fait des ravages. Tous deux dans un style différent : en percussion pour le premier, davantage dans l’évitement pour le deuxième. En face, le deuxième ligne James Ryan, percutant et actif au sol, fut un des seuls à rivaliser dans le paquet, comme le flanker Scott Fardy, même si son carton jaune a coûté cher en deuxième mi-temps. Enfin, Rob Kearney a rendu une copie très propre à l’arrière.
Scalp
Scalp
J'aime l'Union à la folie
J'aime l'Union à la folie

Nombre de messages : 964
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 51

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Champions Cup - Page 3 Empty Re: Champions Cup

Message  Scalp le Dim 12 Mai 2019 - 21:56

Champions Cup - Page 3 Captur31
Scalp
Scalp
J'aime l'Union à la folie
J'aime l'Union à la folie

Nombre de messages : 964
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 51

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Champions Cup - Page 3 Empty Re: Champions Cup

Message  Scalp le Mar 14 Mai 2019 - 1:48

SUD-OUEST : RUGBY MAIL


Non, samedi, les Saracens n’étaient pas (que) assommants

par Benjamin Deudon

Alors les Saracens, beaux vainqueurs de la Champions Cup ou pas ? Même Sir Ian McGeechan en a perdu son latin dimanche, dans sa chronique au journal anglais "The Sunday Telegraph". Là, celui qui fut international écossais (32 capes) puis manager des Wasps et des Lions britanniques, entre autres, indiquait d’abord que l’équipe de la Coupe d’Europe était les Sarries. Avant, quelques paragraphes plus loin, d’écrire qu’ils "ont beau avoir gagné, pour moi, Toulouse était l’équipe de la compétition", "la plus excitante". Entre les deux, il délivrait le titre meilleur essai de la saison aux… Saracens, avec la réalisation de Michael Rhodes face au Munster, en demi-finale.

L’ancien ouvreur ou centre synthétisait le débat qui s’est fait jour entre ceux qui ont trouvé que la finale remportée face au Leinster (10–20) était l’une des plus belles et les plus intenses de l’histoire de la compétition, et ceux qui se sont ennuyés devant un rugby scientifique, un "jeu à une passe" ultra-physique et ne laissant aucune part à l’émotion. Un rugby qui voit les enthousiasmants Toulousains rester à quai en demie après une défaite (30–12) face à des Leinstermen que l’on avait sentis dans un fauteuil…

À vrai dire, avant le match, on se serait naturellement placé au côté des seconds, marqué par la demi-finale des Saracens, justement. Il avait en effet fallu attendre la 5e minute pour voir la première passe des hommes de Mark McCall, alors qu’ils menaient déjà 3–0 depuis déjà deux minutes… Mais samedi, à St James’ Park, cela n’avait rien à voir. Confrontés au tenant du titre, qui les avait éliminés l’an passé au stade des quarts de finale et qui était sans doute, cette saison, la seule équipe européenne à même de leur opposer une résistance consistante, les coéquipiers d’Owen Farrell n’avaient pas le choix.

Comme les Irlandais, ils ont dû se donner à fond pour espérer faire la différence. La qualité des deux défenses, loin d’amener un jeu simpliste, a permis aux individualités de ressortir. Entre la percée du Leinsterman Rob Kearney, qui amène l’essai du pilier Tadhg Furlong, et la sautée de Ben Spencer volleyée par Farrell pour Sean Maitland, la qualité technique était à la hauteur de l’intensité imprimée par les deux formations. Chaque (rare) ballon perdu devenait dès lors un bien précieux à faire fructifier autrement qu’en l’enterrant.

En termes d’émotion, la remontée des Anglais, menés de 10 points et réduits à 14 face à Johnny Sexton et consorts, juste avant la pause, valait également son pesant de "peanuts", tout comme les séquences défensives destinées à absorber la révolte des Lions de Dublin une fois que ceux-ci avaient perdu l’avantage au score en seconde période. Et la qualité d’internationaux comme Billy Vunipola, le poison génial Maro Itoje (qui aurait malgré tout dû être expulsé pour une charge au visage sur Sexton) ou encore le 2e ligne irlandais James Ryan, prouve que désormais, le rugby de haut niveau appartient à des athlètes d’une autre dimension. Alors oui, l’intensité physique poussée à son extrême peut être assommante. Mais quand les grands fauves se reniflent, quel spectacle !


Cet article est vraiment intéressant, personnellement ce que j'ai vraiment ressenti sur ce match et que j'ai exprimé à chaud, c'est qu'il ne m'a pas fait vibrer. Si il y a eu débat à ce sujet, c'est qu'il y a plusieurs visions du Rugby, j'ai parlé de match pour amateur de bras de fer, certes le combat et l'intensité font parti du jeu, mais quand il en sont presque l'unique composante, un chiffre : 408 plaquages, je n'y trouve pas mon compte. Ce Rugby qui a gagné n'est certainement pas qu’assommant, mais c'est très loin d'être un Rugby passionnant, il n'y a pas eu beaucoup de place pour la prise de risque, l'instinct, la créativité, le jeu. J'ai peut être une vision du Rugby un peu romantique*, là ou maintenant tout est souvent millimétré, travaillé, cadenassé, presque scientifique, mais les grands fauves, moi je préfère les voir courir...

*et encore, les Blacks allient toutes ces composantes en même temps, Combat, intensité, prise de risque, instinct, créativité, jeu.
Scalp
Scalp
J'aime l'Union à la folie
J'aime l'Union à la folie

Nombre de messages : 964
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 51

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Champions Cup - Page 3 Empty Re: Champions Cup

Message  léopold le Mer 15 Mai 2019 - 7:43

Le combat, la défense font parti de la normalité de ce sport, ce qui n'est pas ,normal c'est de voir des matchs avec un pseudo combat, des alignements stériles, des mêlées éffondrées où pas stable où les sortie de balle propre tiennent du miracle;des plaquages ratés, des groupés à n'en plus finir laissant supposer que les acteurs ne savent pas trop quoi faire du ballon.Généralement cela conduit à des scores bidons qui passionnent plus des amateurs de basket que ce ceux du vrai Rugby.Plus de 40 points n'a pas lieu d'être, sinon ce n'est plus du Rugby c'est du spectacle.
léopold
léopold
J'aime l'Union à la folie
J'aime l'Union à la folie

Nombre de messages : 7037
Localisation : A Musard derrière les espoirs
Date d'inscription : 29/01/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Champions Cup - Page 3 Empty Re: Champions Cup

Message  Scalp le Mer 15 Mai 2019 - 10:55

léopold a écrit:Le combat, la défense font parti de la normalité de ce sport, ce qui n'est pas ,normal c'est de voir des matchs avec un pseudo combat, des alignements stériles, des mêlées éffondrées où pas stable où les sortie de balle propre tiennent du miracle;des plaquages ratés, des groupés à n'en plus finir laissant supposer que les acteurs ne savent pas trop quoi faire du ballon.Généralement cela conduit à des scores bidons qui passionnent plus des amateurs de basket que ce ceux du vrai Rugby.Plus de 40 points n'a pas lieu d'être, sinon ce n'est plus du Rugby c'est du spectacle.

rire Tu ne serais pas en train de décrire un match de top 14 type, le score en moins...
Sur le plan du jeu, oui quand même, le Rugby est un spectacle, mais ce n'est pas incompatible avec de bons fondamentaux, il suffit de regarder un bon match de super Rugby !


Dernière édition par Scalp le Mer 15 Mai 2019 - 12:15, édité 1 fois
Scalp
Scalp
J'aime l'Union à la folie
J'aime l'Union à la folie

Nombre de messages : 964
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 51

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Champions Cup - Page 3 Empty Re: Champions Cup

Message  Switch le Mer 15 Mai 2019 - 11:33

Des des beaux matchs de Super Rugby, il y en a toutes les semaines. Presque tous les matchs, en fait. Par exemple, le Highlanders-Chiefs de la semaine passée :



9 essais, d'innombrables actions de jeu, de la technique, de la vitesse, de l'intelligence...tout ce qu'on a pas ou peu en Europe, et notamment en Top14 :siffle:
De manière général, cà tourne entre 350 et 400pts par journée, soit entre 50 et 58 pts/match de moyenne. Et bien sûr, en grande majorité dus à des essais. En France, si l'on excepte les impasses de "petits" clubs qui amènent à des 80-10 ou 70-15, bien souvent on doit se contenter de 15-12 ou 18-9 avec une majorité de points inscrits au pied...


_________________
Metal rules, motherfu***** ! rock
Switch
Switch
J'aime l'Union à la folie
J'aime l'Union à la folie

Nombre de messages : 4284
Localisation : Lyon / Edinburgh
Date d'inscription : 30/04/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Champions Cup - Page 3 Empty Re: Champions Cup

Message  Scalp le Mer 15 Mai 2019 - 12:14

Switch a écrit:Des des beaux matchs de Super Rugby, il y en a toutes les semaines. Presque tous les matchs, en fait. Par exemple, le Highlanders-Chiefs de la semaine passée :



9 essais, d'innombrables actions de jeu, de la technique, de la vitesse, de l'intelligence...tout ce qu'on a pas ou peu en Europe, et notamment en Top14  :siffle:
De manière général, cà tourne entre 350 et 400pts par journée, soit entre 50 et 58 pts/match de moyenne. Et bien sûr, en grande majorité dus à des essais. En France, si l'on excepte les impasses de "petits" clubs qui amènent à des 80-10 ou 70-15, bien souvent on doit se contenter de 15-12 ou 18-9 avec une majorité de points inscrits au pied...


Je ne peux qu’être d'accord avec ce que tu dis à 2000 %, au passage je m'excuse pour le pléonasme quand j'ai parlé de "bon" match de super Rugby rire
Scalp
Scalp
J'aime l'Union à la folie
J'aime l'Union à la folie

Nombre de messages : 964
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 51

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Champions Cup - Page 3 Empty Re: Champions Cup

Message  Scalp le Jeu 16 Mai 2019 - 14:47

https://www.midi-olympique.fr/2019/05/13/cours-danglais,8196949.php

Cours d’anglais

L'édito d'Emmanuel Massicard... La finale Saracens - Leinster devait être le sommet de la saison européenne. Bonne nouvelle, l’affiche a tenu ses promesses. Elle fut même digne du choc des Titans annoncé. Un bémol ? Oui, d’évidence. Sans vouloir jouer les tristes plumes, nous regretterons longtemps la trop grande -quasi exclusive- utilisation du jeu direct, c’est-à-dire à une seule passe. Disons-le franchement, avec le nombre de talents déployés sur le terrain, l’opportunité était belle pour accoucher d’une finale encore plus grande. Encore plus belle. Géantissime !

Cette tendance à la "monogamie" -dans le jeu s’entend- n’est pas surprenante. Samedi à Newcastle, elle fut portée au plus haut de l’intensité avec ce rugby construit pour concasser l’adversaire en même temps qu’il permet d’assurer la conservation du ballon, jusqu’à nous donner l’impression d’une satiété. L’impression, seulement…

On le sait, les Irlandais brillent dans ce petit jeu qui nous mène de ruck en ruck sur la ligne d’affrontement, capables qu’ils sont de multiplier à vive allure les temps de jeu à une passe pour mieux fissurer l’adversaire. Mais contre les Saracens, le Leinster a finalement trouvé son maître, comme la sélection irlandaise avait été matée dans le dernier Tournoi des 6 Nations par les montées défensives et la précision chirurgicale du XV de la Rose. Muselés, les Irish. Incapables d’avancer et de toucher les extérieurs où s’accélère habituellement leur jeu. Joe Schmidt et sa troupe ne peuvent ignorer cette vérité au risque de déchanter face à des adversaires aussi bien préparés lors du Mondial.

Ce cours d’anglais nous dit combien cette fameuse puissance reste accrochée à l’étendard "british", notre adversaire majeur au Japon. Et il témoigne là encore du chantier qui attend le XV de France cet été lors de sa préparation. Marginalisés à force d’échecs, les Bleus devront se reconstruire dans l’urgence autour d’un triptyque « maîtrise technique, puissance et vitesse » qui revêt encore des airs de triangle des Bermudes.

L’autre leçon majeure de ce week-end glorieux de Coupe d’Europe réside dans la remise en question du modèle irlandais que l’on disait exemplaire et vertueux à tous les niveaux, avec ses quatre provinces posées sur le piédestal fédéral. Dans les faits, elles réservent leurs meilleurs joueurs pour la sélection nationale et la Champions Cup, au détriment du Pro14 où se forme la jeunesse du Trèfle loin de la concurrence des stars étrangères. Chacun ses priorités.

Sexton peut bien jaillir du congélo dix fois par an avec l’équipe d’Irlande et cinq à six fois de plus avec le Leinster sur la scène européenne, il a terminé "rincé" face aux Saracens. Même constat pour ses partenaires, si éclatants face au Stade toulousain. Confrontés à la densité d’un pack de Mammouths, ils ont perdu leurs pouvoirs magiques.

Ici, la fraîcheur a trouvé ses limites face à l’armada des "Sarries". Mais ne nous leurrons pas, au terme d’une compétition aussi exigeante que la Champions Cup c’est toujours le physique qui dessine les champions. Et toujours la profondeur du banc des remplacements qui forge la gloire d’un champion.

Sur les fondements de la puissance (physique et financière), les Saracens l’ont donc emporté. Avec eux, le rugby des clubs renvoie pour un temps les provinces (galloises, écossaises, irlandaises) à leurs chères études. C’est la preuve que le modèle anglais et français, aussi isolé soit-il de par le monde, reste compétitif à l’échelle continentale, malgré la multiplication des rendez-vous imposés aux joueurs.

Ceci dit, rien n’est jamais acquis. Surtout chez nous, en France, où le pouvoir bicéphale qui régit le rugby peine à concrétiser dans les actes les principes d’une cause commune -de la fédération jusqu’aux clubs- autour des Bleus. Pourtant, il faudra que les choses évoluent pour que l’on sorte enfin de l’impasse et que la force du Top 14 se conjugue avec la sélection.

Voilà tout le défi du tandem Galthié-Ibanez. Tout ce que l’on attend d’eux dès les premiers mois de leur futur mandat, en profitant de la lune de miel que devrait leur accorder pour un temps le rugby français. à eux de tisser des liens forts avec les clubs. à eux de défendre encore plus les Jiff. à eux de partager un projet de jeu fort qui trouvera écho dans le quotidien des joueurs et des clubs. Plus que tout, à eux d’affirmer une culture qui s’est étiolée. Là encore, les Anglais nous ont montré une partie du chemin…

Emmanuel Massicard
Scalp
Scalp
J'aime l'Union à la folie
J'aime l'Union à la folie

Nombre de messages : 964
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 51

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Champions Cup - Page 3 Empty Re: Champions Cup

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum