AllezUnion.com, Forum des supporters de l'Union Bordeaux Bègles - Rugby
Un forum est comme un vestiaire, quand on y rentre on dit bonjour. Pensez donc à vous connecter, ça vous assurera également une visibilité parfaite ;o)

Enregistrer et activer un compte prend 3 minutes. Seule une adresse email valide est nécessaire. Ne soyez pas timide, Allez y !

AllezUnion.com

Rejoignez le forum, c’est rapide et facile

AllezUnion.com, Forum des supporters de l'Union Bordeaux Bègles - Rugby
Un forum est comme un vestiaire, quand on y rentre on dit bonjour. Pensez donc à vous connecter, ça vous assurera également une visibilité parfaite ;o)

Enregistrer et activer un compte prend 3 minutes. Seule une adresse email valide est nécessaire. Ne soyez pas timide, Allez y !

AllezUnion.com
Derniers sujets
» Mafia Cassoulet
par Dr. Gregory Bouse Hier à 21:34

» Coupe d'Europe - 1/2 de finale : Toulouse / UBB
par Dr. Gregory Bouse Hier à 21:08

» Top 14 - 21ème journée : SUA / UBB
par Scalp Hier à 21:08

» Vous avez dit JIFF?
par Scalp Hier à 20:48

» Top Rugby sur TV7
par Scalp Hier à 20:43

» Ovalie régionale
par Dr. Gregory Bouse Hier à 20:23

» Je ne suis pas une salope, je suis une journaliste
par Switch Hier à 16:15

» Coupe d'Europe - 1/4 de finale : UBB / Racing
par le radis Hier à 15:08

» Rugby et Coronavirus
par Switch Hier à 12:09

» Election LNR 2021
par Switch Hier à 11:41

» Prolongations, Signatures, Départs pour 2021/2022
par le radis Hier à 11:28

» XV de France féminin
par Scalp Lun 12 Avr 2021 - 12:07

» Infirmerie 2020-2021
par Vévé64 Lun 12 Avr 2021 - 11:09

» espoirs 2020/2021
par le radis Lun 12 Avr 2021 - 10:50

» France Bleu Gironde : La mêlée du lundi
par le radis Lun 12 Avr 2021 - 9:23

» Coupe d'Europe 2020-2021
par léopold Lun 12 Avr 2021 - 8:36

» Forum | questions techniques
par Dr. Gregory Bouse Dim 11 Avr 2021 - 15:55

» Que deviennent nos anciens joueurs ?
par Dr. Gregory Bouse Dim 11 Avr 2021 - 15:40

» Coupe du Monde 2023 en France
par Dr. Gregory Bouse Sam 10 Avr 2021 - 19:11

» Aménagement de Chaban-Delmas, stade de l'UBB
par le radis Ven 9 Avr 2021 - 22:40

» Pro D2 : Autres matchs
par nadoloubb Ven 9 Avr 2021 - 20:19

» Coupe d'Europe - 8ème de finale : UBB / Bristol
par Scalp Jeu 8 Avr 2021 - 17:02

» Romain Buros
par marchal Mer 7 Avr 2021 - 22:24

» Geoffrey Cros
par Scalp Mer 7 Avr 2021 - 18:30

» Focus sur L. Marti dans le Midol
par LaRuine33 Mer 7 Avr 2021 - 15:31

» Matthieu Jalibert
par nadoloubb Mer 7 Avr 2021 - 9:46

» Maxime Lucu
par Scalp Mer 7 Avr 2021 - 9:32

» Ah c'est beau le foot !
par Switch Mar 6 Avr 2021 - 14:24

» Le Pognon et le Rugby
par Scalp Lun 5 Avr 2021 - 9:51

» Le rugby et son évolution
par patrick Dim 4 Avr 2021 - 14:33

-37%
Le deal à ne pas rater :
Nike – Débardeur de running pour Femme à 25€
25 € 40 €
Voir le deal

Le XV de France (partie 1)

Page 6 sur 40 Précédent  1 ... 5, 6, 7 ... 23 ... 40  Suivant

Aller en bas

Le XV de France (partie 1) - Page 6 Empty Re: Le XV de France (partie 1)

Message  Scalp Jeu 24 Sep 2020 - 13:26

https://sport24.lefigaro.fr/rugby/top-14/actualites/calendrier-international-la-lnr-saisit-la-justice-contre-la-ffr-1015447

Calendrier international : la LNR saisit la justice contre la FFR

Les clubs professionnels ont mis leur menace à exécution. Face à l’échec de la dernière tentative de conciliation, la Ligue va demander au Conseil d’Etat de statuer sur la validité de la mise à disposition des joueurs internationaux.

La Ligue nationale de rugby a saisi le Conseil d'Etat dans le litige qui l'oppose à la Fédération française de rugby concernant la mise à disposition des internationaux à l'automne, a annoncé jeudi la LNR. «L'ultime tentative de conciliation déclenchée par la LNR et qui s'est tenue ce lundi 21 septembre entre la Ligue et la Fédération sur le calendrier international de l'automne 2020 n'a pas permis de trouver un accord (...) La LNR a donc déposé un recours en référé auprès du juge administratif», explique dans un communiqué l'instance qui gère le rugby professionnel en France.

Les dirigeants du Top 14 et la FFR sont en désaccord sur la durée de mise à disposition du XV de France des internationaux pour la fenêtre internationale automnale prévue du 24 octobre au 6 décembre. La FFR exige de bénéficier des internationaux pour six matches, la LNR et les clubs ne sont d'accord que pour cinq rencontres, alors même que le championnat continuera de se dérouler en parallèle. Une dernière conciliation avait lieu lundi et, selon un document que l'AFP a pu consulter, la FFR a notamment proposé de «plafonner, en accord avec le sélectionneur, la sélection des internationaux français à cinq feuilles de match».

La Ligue passe à l'attaque


«La FFR a décidé de programmer six matches du XV de France, en dehors de tout accord lié à l'adaptation de la convention FFR-LNR, et sans que cela ne corresponde à une obligation découlant de l'extension de la fenêtre internationale votée le 30 juillet dernier par World Rugby», rétorque la Ligue, qui est donc passée à l'attaque.

Le XV de France doit disputer six matches, le premier contre le pays de Galles (24 octobre) en préparation au choc contre l'Irlande la semaine suivante, pour boucler le Tournoi des six nations 2020, interrompu par la pandémie. Les Bleus participeront ensuite à quatre matches comptant pour l'Autumn Nations Cup, une nouvelle compétition lancée cette saison avec huit équipes, celles du Tournoi plus les Fidji et la Géorgie.

Scalp
Centre de presse
Centre de presse

Nombre de messages : 10118
Date d'inscription : 11/09/2018

Revenir en haut Aller en bas

Le XV de France (partie 1) - Page 6 Empty Re: Le XV de France (partie 1)

Message  Scalp Mar 22 Sep 2020 - 11:31

https://www.lequipe.fr/Rugby/Article/Un-calendrier-qui-traine-en-longueur/1174585

Un calendrier qui traîne en longueur

La Ligue nationale de rugby et la Fédération ont longuement négocié lundi après-midi au sujet du calendrier des Bleus. Elles n'ont pas trouvé d'accord et se sont donné rendez-vous ce mardi matin.


Romain Bergogne

D'abord la bonne nouvelle : après des semaines à défendre leurs convictions chacune de leur côté, la Ligue et la Fédération se sont enfin réunies lundi après-midi (en visioconférence) pour discuter de l'épineuse question du calendrier des Bleus pour cet automne. Dans le coin de la FFR, son président Bernard Laporte et son vice-président Serge Simon. En face, le président de la LNR Paul Goze, son vice-président Alain Tingaud, son directeur général Emmanuel Eschalier et son secrétaire général Rémi Pallincourt. Les clubs du Racing 92 et de Toulouse étaient également représentés, comme pour mieux rappeler que les clubs étaient à 100 % au soutien derrière la Ligue.

Maintenant la mauvaise nouvelle : sans surprise, malgré environ quatre heures de discussions, les deux parties n'ont pas réussi à se mettre d'accord. Il faut dire que les positions des deux camps sont, en plus d'être figées, trop éloignées l'une de l'autre. Ainsi la FFR a campé sur sa volonté de jouer six matches pour les Bleus cet automne, comme elle l'a d'ailleurs déjà officialisé le 10 septembre en s'appuyant sur l'extension de la fenêtre internationale approuvée par World Rugby quelques semaines plus tôt. C'est dans ce cadre et seulement dans ce cadre que la FFR accepte de discuter avec la Ligue.

Ce qui ne peut en aucun cas adoucir les choses puisque de leur côté, la LNR et les clubs répètent qu'ils font suffisamment d'efforts en acceptant de libérer les internationaux pour cinq matches, au lieu de trois initialement, mais pas plus. Une position encore affirmée avec fermeté hier après-midi. Vous avez dit impasse ?

Tout ce beau monde s'est pourtant donné rendez-vous ce mardi matin pour de nouvelles discussions. Les positions peuvent-elles encore évoluer de façon radicale pour atteindre un compromis ? Difficile à croire. Il apparaît de plus en plus probable que la Ligue, comme elle en a fait la menace la semaine dernière, se tournera vers le Conseil d'État avec un référé suspension, qui permet à la juridiction de trancher rapidement sur la forme avant de juger le fond.

« Si c'est vraiment notre dernier recours, pas de problème, allons devant la justice. »

Un président de club du Top 14

Pour justifier une telle décision, la Ligue estime notamment que la Fédération a violé la convention qui lie les deux institutions. Elle s'appuie notamment sur l'article 11, qui dit ceci : « En cas d'évolution de la règle 9 de World Rugby pendant la Convention prévoyant des conditions de mise à disposition des joueurs allant au-delà des termes de l'Annexe 1 (en l'occurrence 31 joueurs à disposition pour trois tests en novembre), les parties conviennent d'engager une discussion pour adapter les dispositions de l'Annexe 1, afin de tenir compte des nouvelles dispositions de la règle 9, dans le respect de l'équilibre de ladite Annexe [...] »

Dans cette affaire, la Ligue estime qu'il n'y a pas eu de « discussion » (jusqu'à lundi) et qu'elle a été mise devant le fait accompli avec l'officialisation du calendrier il y a une dizaine de jours. Ni de « respect de l'équilibre » tel qu'écrit noir sur blanc dans la Convention puisque la fenêtre internationale a doublé de volume sans prendre en compte les intérêts de clubs eux aussi durement touchés par la crise sanitaire. En face, la FFR assure qu'elle ne fait que suivre les directives de World Rugby en les transposant dans la convention.

Des nuances juridiques qui devraient donc se régler devant le Conseil d'État, sauf improbable retournement de situation dans les négociations ce matin. « Si c'est vraiment notre dernier recours pour préserver nos intérêts, pas de problème, allons devant la justice », nous assurait encore hier matin un président d'un club de Top 14. À quasiment un mois du premier match des Bleus face au pays de Galles (le 24 octobre au Stade de France), il y a urgence.

_________________
« Le rugby c'est ma vie et ma vie c'est le rugby »   Christophe Urios
Scalp
Scalp
Centre de presse
Centre de presse

Nombre de messages : 10118
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 53

Revenir en haut Aller en bas

Le XV de France (partie 1) - Page 6 Empty Re: Le XV de France (partie 1)

Message  Scalp Lun 21 Sep 2020 - 20:13

https://www.lequipe.fr/Rugby/Actualites/Tests-d-automne-pas-d-accord-entre-la-lnr-et-la-ffr-qui-se-retrouveront-mardi-matin/1174533#xtor=RSS-1

Tests d'automne : pas d'accord entre la LNR et la FFR, qui se retrouveront mardi matin

Les deux institutions ont longuement négocié ce lundi au sujet du calendrier de l'automne. Elles n'ont pas trouvé d'accord mais ont prévu de se retrouver mardi matin.

La Fédération française de rugby, représentée par son président Bernard Laporte et son vice-président Serge Simon, et la Ligue nationale de rugby, incarnée par son président Paul Goze, son vice-président Alain Tingaud, son directeur général Emmanuel Eschallier et son secrétaire général Rémi Pallincourt, se rencontraient ce lundi après-midi en visioconférence pour évoquer la fenêtre internationale de l'automne, portée à 6 matches suite à l'extension de la fenêtre internationale actée par World Rugby le 30 juillet dernier. Les clubs de Toulouse et du Racing 92 étaient également représentés dans ces discussions.

Des positions figées


Après plusieurs heures d'échange, les deux institutions se sont séparées sans trouver d'accord, la FFR campant sur sa volonté de disputer les six matches, tels qu'elle les a officialisés le 10 septembre dernier. La LNR considère, elle, que les clubs ont déjà fait suffisamment d'efforts en acceptant de monter à cinq dates chevauchant octobre et novembre contre les trois traditionnelles rencontres de novembre.

Compte tenu du contexte de crise sanitaire et économique, la Ligue a maintenu elle aussi sa position de fermeté. Les dirigeants des deux instances doivent se revoir une dernière fois mardi matin, mais il apparaît de plus en plus probable que la LNR ira en référé devant le Conseil d'État si la Fédération n'est pas disposée à faire un effort à son tour.

_________________
« Le rugby c'est ma vie et ma vie c'est le rugby »   Christophe Urios
Scalp
Scalp
Centre de presse
Centre de presse

Nombre de messages : 10118
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 53

Revenir en haut Aller en bas

Le XV de France (partie 1) - Page 6 Empty Re: Le XV de France (partie 1)

Message  sudiste Ven 18 Sep 2020 - 12:07

https://actu.fr/sports/rugby/pro/rugby-seisme-en-georgie-un-joueur-blesse-par-balle-par-le-vice-president-de-la-federation_36187818.html?utm_source=Taboola_Recirculation_Feed&utm_medium=referral

Chauds les géorgiens quand même Shocked .... A côté Laporte/Simon sont des enfants de coeur
sudiste
sudiste
Unioniste de la première heure
Unioniste de la première heure

Nombre de messages : 11985
Localisation : partout et nulle part, Sudiste est un concept ...
Date d'inscription : 27/01/2008
Humeur : Comme le dit mon cochon : "dans le gascon tout est bon"

Revenir en haut Aller en bas

Le XV de France (partie 1) - Page 6 Empty Re: Le XV de France (partie 1)

Message  Scalp Jeu 17 Sep 2020 - 18:46

https://www.lequipe.fr/Rugby/Actualites/Tests-d-automne-la-ffr-accepte-la-reunion-de-conciliation-proposee-par-la-lnr/1172847#xtor=RSS-1

Tests d'automne : La FFR accepte la réunion de conciliation proposée par la LNR

Comme l'a indiqué le vice-président de la Fédération Serge Simon à RMC Sports, la FFR va discuter avec la LNR au sujet des tests d'automne. Cette dernière ne devrait donc pas aller jusqu'à saisir la justice.

C'était la conciliation de la dernière chance. Comme nous vous le révélions mercredi, la LNR, via un courrier daté de mardi, signé de son président Paul Goze et adressé à Bernard Laporte, proposait à la FFR de s'asseoir autour d'une table avant lundi matin pour négocier sur les tests internationaux de l'automne. Sans réponse favorable de la Fédération, la Ligue envisageait d'engager une action en justice, devant le Conseil d'État.

Un dialogue devrait bien avoir lieu, comme l'a indiqué le vice-président de la FFR Serge Simon à nos confrères de RMC Sports. « C'est très important, a affirmé le bras droit de Laporte. Nous sommes toujours optimistes sur le fait de trouver une solution. On est optimiste et convaincu qu'on va trouver un accord pour aborder cette fenêtre d'automne très particulière dans des conditions avantageuses à la fois pour le XV de France et les clubs. Depuis le début, on fait des propositions et on va y arriver. [...] C'est un devoir de trouver un accord pour nos deux institutions et d'éviter ce genre de choses (une saisine de la justice par la LNR). »

« Il y a une position de World Rugby qui s'impose et qui, à l'intérieur de cette position, doit nous amener à trouver un accord »
Serge Simon, vice-président de la FFR

Rappelons que le 10 septembre dernier, après que World Rugby a élargi la fenêtre internationale de l'automne, la FFR a annoncé un calendrier de six matches pour le XV de France (du 24 octobre au 5-6 décembre). Alors que la LNR s'y oppose depuis des mois, arguant qu'elle peut accepter cinq rencontres (au lieu de trois) mais pas plus.

À en croire Serge Simon, les deux instances vont donc discuter pour essayer de trouver un compromis. « Il y a une position de World Rugby qui s'impose et qui, à l'intérieur de cette position, doit nous amener à trouver un accord, a précisé Serge Simon. C'est là où il y a une marge de discussion possible. »

Comprendre : les six matches sont incompressibles, voyons comment l'on peut se mettre d'accord sur les modalités de mises à disposition des internationaux pour ces six rencontres. Reste à savoir ce qu'en pensent la LNR et les clubs de Top 14, qui font front contre la Fédération dans cet épineux dossier.

_________________
« Le rugby c'est ma vie et ma vie c'est le rugby »   Christophe Urios
Scalp
Scalp
Centre de presse
Centre de presse

Nombre de messages : 10118
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 53

Revenir en haut Aller en bas

Le XV de France (partie 1) - Page 6 Empty Re: Le XV de France (partie 1)

Message  Scalp Jeu 17 Sep 2020 - 16:08

https://rmcsport.bfmtv.com/rugby/lnr-ffr-une-conciliation-de-la-derniere-chance-1977319.html


LNR-FFR: une conciliation de la dernière chance?


Avant d’engager une procédure devant le conseil d’Etat concernant les tests de cet automne, la LNR a convié la FFR à une réunion de conciliation dans les jours à venir, possibilité prévue dans la convention signée entre les deux instances. Mais l’espoir d’aboutir à un accord ce week-end semble mince.

La réunion de la dernière chance. Comme révélé par RMC Sport mardi, la Ligue Nationale de Rugby est prête à engager une procédure juridique contre la Fédération Française, via un référé devant le Conseil d’Etat, si une éventuelle conciliation avec la FFR n’était pas concluante. Voilà ce qu’ont validé sans surprise les présidents de Top 14 réunis en visioconférence ce mercredi.

Cette hypothèse est prévue dans la convention actuelle signée par les deux instances. L’article 3 est clair sur le sujet. "Tout différend entre la FFR et la LNR est soumis à un préalable de conciliation entre les représentants des deux institutions à l’initiative du Président de la FFR et/ou du Président de la LNR. Ce préalable de conciliation devra prendre la forme d’une réunion physique, dont chaque Partie pourra prendre l’initiative dans le respect d’un préavis de 72 heures. Les Présidents de la FFR et de la LNR désigneront les personnes participant à cette réunion."

Au mieux, la réunion de conciliation ne pourrait donc pas se tenir avant ce week-end. Sauf que la FFR n’a pas encore donné sa réponse… "Ne pouvant accepter de telles décisions, qui sont illégales, et afin de tenter de régler amiablement ce différend, nous mettons en œuvre par la présente la procédure préalable de conciliation prévue par l’article 3 de la convention qui nous lie en vous conviant à une réunion de conciliation, dont nous vous proposons compte-tenu de l’urgence qu’elle ait lieu" entre "le samedi 20 septembre en tout début de matinée", et "le lundi 22 septembre au matin pour un début de réunion entre 9h et 11h." C’est ce qui est indiqué dans le courrier de Paul Goze adressé à son homologue de la FFR, Bernard Laporte, daté du 15 septembre, avec en copie World Rugby. Le timing est serré. Un accord ce week-end tiendrait a priori du miracle. Lundi, la guerre pourrait vraiment débuter.

Jean-François Paturaud

_________________
« Le rugby c'est ma vie et ma vie c'est le rugby »   Christophe Urios
Scalp
Scalp
Centre de presse
Centre de presse

Nombre de messages : 10118
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 53

Revenir en haut Aller en bas

Le XV de France (partie 1) - Page 6 Empty Re: Le XV de France (partie 1)

Message  Scalp Mer 16 Sep 2020 - 21:23

https://www.lequipe.fr/Rugby/Actualites/Jacky-lorenzetti-president-du-racing-92-il-en-va-de-la-survie-des-clubs/1172523#xtor=RSS-1

Jacky Lorenzetti (président du Racing 92) : « Il en va de la survie des clubs »

Jacky Lorenzetti, le président du Racing 92, réagit au vote des clubs pros d'attaquer la FFR devant le Conseil d'Etat si la dernière tentative de conciliation avec la LNR sur la libération des internationaux pour les tests de l'automne n'aboutit pas.

Maxime Raulin 16 septembre 2020 à 20h57

« Quel est votre sentiment suite au vote, à l'unanimité des présidents, de valider la saisine par la LNR du Conseil d'Etat si la FFR campe sur ses positions concernant la libération des internationaux pour les tests de l'automne ?

C'est la cinquième fois que les présidents votent unanimement contre la FFR, contre les programmes qu'ils veulent nous imposer. Nous sommes dans la droite ligne de ce que nous avons décidé ces dernières semaines. Il reste une proposition de conciliation. Plusieurs dates ont été proposées. Si la conciliation est impossible, nous attaquerons en référé. Il en va de la survie des clubs de rugby professionnels. On en revient aux propos initiaux du début de mandataire de l'équipe de Bernard Laporte qui souhaitait vassaliser la LNR et financer par ce biais le rugby amateur. On ne peut pas accepter ça, surtout dans cette période de crise sanitaire où nous avons du mal à joindre les deux bouts, à rester vivant. On ne peut pas accepter d'être spolié en perdant nos internationaux.

Est-ce triste d'en arriver là ?

On a tout fait pour que ça n'arrive pas. On a fait des propositions. À la base, le deal signé jusqu'en 2032 est de trois matches pour la période automnale. On en propose cinq ! Sportivement, on souhaite aider l'équipe de France. Mais la dimension financière qui a été mise aussi en avant ne tient plus avec une jauge bloquée à 5 000 personnes. La FFR ne peut pas nous dire que c'est pour renflouer ses caisses. Mais malgré tout, on est d'accord pour cinq matches. Il faut arrêter de changer les règles sans arrêt (finalement, six matches ont été programmés, ndlr).

La FFR va se cacher derrière World Rugby...

(il coupe) Rappelez-moi qui est le vice-président de World Rugby ? (il sourit). Il faut arrêter de prendre les gens pour des imbéciles. On a déjà fait beaucoup d'efforts. On ne peut plus. On a mal aux figues !

Mais croyez-vous vraiment à une conciliation...

(il coupe) Si on la demande, c'est qu'on y croit. On ne désespère pas qu'ils changent un peu leur position. Six matches, ce n'est pas acceptable. Tout ça a pour effet bénéfique de souder le rugby professionnel. Ça montre qu'on n'est qu'un et que le rugby pro est fort.

_________________
« Le rugby c'est ma vie et ma vie c'est le rugby »   Christophe Urios
Scalp
Scalp
Centre de presse
Centre de presse

Nombre de messages : 10118
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 53

Revenir en haut Aller en bas

Le XV de France (partie 1) - Page 6 Empty Re: Le XV de France (partie 1)

Message  Scalp Mer 16 Sep 2020 - 20:07

https://www.lequipe.fr/Rugby/Actualites/Tests-d-automne-les-clubs-de-top-14-soutiennent-la-lnr-qui-menace-d-attaquer-la-ffr-en-justice/1172482

Tests d'automne : les clubs de Top 14 soutiennent la LNR, qui menace d'attaquer la FFR en justice

Réunis ce mercredi en visioconférence, les présidents des clubs de Top 14 ont voté à l'unanimité en faveur d'une décision prise la veille par le bureau de la LNR : si la FFR ne répond pas aux demandes de conciliation avant le début de la semaine prochaine, la Ligue l'attaquera devant le Conseil d'État au sujet du calendrier international de l'automne.

R.Be.

Les présidents des clubs de Top 14 avaient rendez-vous ce mercredi à 18 heures pour une réunion d'urgence en visioconférence. Au menu, notamment, un vote, avec une question simple : « Êtes-vous d'accord pour que la LNR attaque la FFR devant le Conseil d'État au sujet des matches internationaux de cet automne ? » Sans surprise, les dirigeants ont voté favorablement, à l'unanimité.

Alors que la Ligue répète depuis des semaines voire des mois qu'elle est disposée à libérer les internationaux pour cinq tests (contre trois initialement), la FFR a annoncé le 10 septembre dernier un calendrier à six matches pour les Bleus (pays de Galles le 24 octobre, Irlande le 31, Fidji le 15 novembre, Écosse le 22, Italie le 28 et match de classement de l'Autumn Nations Cup le 5 ou 6 décembre).

La LNR propose une dernière conciliation à la FFR


La Ligue, qui estime être mise devant le fait accompli et y voit une violation de la convention signée en 2018 entre les deux institutions, a donc décidé d'attaquer la FFR en justice. Sauf si la Fédération répond positivement à la demande de conciliation de la LNR. Une demande formalisée par le président de la LNR Paul Goze à Bernard Laporte, son homologue de la FFR, dans un courrier de trois pages daté du 15 septembre (mardi) auquel nous avons eu accès.

Dans les dernières lignes de la missive, il propose même quatre rendez-vous possibles, entre « le samedi 20 septembre en tout début de matinée » et « le lundi 22 septembre au matin ». Passée cette échéance, la Ligue assignera donc la FFR en référé devant le Conseil d'État. Ce qui constituerait une étape de plus dans la dégradation des relations entre les deux institutions du rugby français.

L'article 3 de la convention qui régit les relations entre la LNR et la FFR stipule qu'une procédure de conciliation doit être menée entre les deux institutions en cas de différend. La Ligue estime que cette conciliation, dans le cas de l'élargissement de la fenêtre internationale de l'automne, n'a pas été menée à bien par la FFR et que cette dernière est passée en force pour inscrire les six matches du Quinze de France au calendrier. La FFR rétorque qu'elle se plie au calendrier imposé par World Rugby pour rattraper les tests internationaux qui n'ont pu se disputer depuis mars.

_________________
« Le rugby c'est ma vie et ma vie c'est le rugby »   Christophe Urios
Scalp
Scalp
Centre de presse
Centre de presse

Nombre de messages : 10118
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 53

Revenir en haut Aller en bas

Le XV de France (partie 1) - Page 6 Empty Re: Le XV de France (partie 1)

Message  sudiste Mer 16 Sep 2020 - 10:53

Et de 1 il est loin d'être assuré que ces matchs se joueront (cj le revirement du Japon)
Et de 2 ils risquent de coûter de l'argent à la FFR : déjà tous les billets du France-Irlande sont remboursés ...même si je n'ai encore rien vu venir.
Et dire qu'une partie du coût de ma licence va nourrir cette bande d'incapables de profiteurs et de jouisseurs mad2

A moins, et ça ne m'étonnerait pas de Laporte, que tout cela soit stratégique, politique : prévoir un maximum de matchs pour pouvoir, s'ils ne peuvent se jouer aller faire la manche auprès des autorités....et justifier les comptes désastreux de la fédération pour lesquels le covid a bon dos Twisted Evil
sudiste
sudiste
Unioniste de la première heure
Unioniste de la première heure

Nombre de messages : 11985
Localisation : partout et nulle part, Sudiste est un concept ...
Date d'inscription : 27/01/2008
Humeur : Comme le dit mon cochon : "dans le gascon tout est bon"

Revenir en haut Aller en bas

Le XV de France (partie 1) - Page 6 Empty Re: Le XV de France (partie 1)

Message  Scalp Mer 16 Sep 2020 - 10:43

Le XV de France (partie 1) - Page 6 Capt1182

_________________
« Le rugby c'est ma vie et ma vie c'est le rugby »   Christophe Urios
Scalp
Scalp
Centre de presse
Centre de presse

Nombre de messages : 10118
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 53

Revenir en haut Aller en bas

Le XV de France (partie 1) - Page 6 Empty Re: Le XV de France (partie 1)

Message  krahknardz Mer 16 Sep 2020 - 10:19

Le stade de France avec 1000 personnes ça va faire un bide monumental....
krahknardz
krahknardz
Team
Team

Nombre de messages : 4992
Localisation : Bègles
Date d'inscription : 07/07/2013
Humeur : Un essai de l'UBB et c'est toute la semaine qui prend des couleurs....
Age : 47

Revenir en haut Aller en bas

Le XV de France (partie 1) - Page 6 Empty Re: Le XV de France (partie 1)

Message  Switch Mer 16 Sep 2020 - 10:04

La FFR et Bernie ne pensent qu'à une chose, le pognon. Faire des matchs, faire de la billetterie, faire du bénéfice, c'est leur unique raison de vivre. C'est à gerber, ce mépris, cette indifférence et cet égoïsme.

Les clubs ne doivent pas se laisser faire. Déjà 3 matchs c'était chiant, et les clubs ont été extrêmement généreux d'accepter 5 matchs. Et là la FFR les enfile en organisant non pas 5 mais 6 matchs. J'espère que personne n'ira voir ces matchs, car y en a marre de cette FFR gérée comme une multinationale par la mafia Laporte.

_________________
Le rugby c'est comme la dinde : sans les marrons, c'est vulgaire.
Switch
Switch
Centre de presse
Centre de presse

Nombre de messages : 6227
Localisation : Lyon / Edinburgh
Date d'inscription : 30/04/2011
Humeur : Fonction de l'UBB
Age : 30

Revenir en haut Aller en bas

Le XV de France (partie 1) - Page 6 Empty Re: Le XV de France (partie 1)

Message  Scalp Mer 16 Sep 2020 - 7:06

https://rmcsport.bfmtv.com/rugby/top-14-vers-une-procedure-juridique-contre-la-ffr-1976832.html

Top 14: vers une procédure juridique contre la FFR

INFO RMC SPORT. Après le bureau de la Ligue Nationale de Rugby qui s’est tenu ce mardi à Toulouse, les présidents de Top 14 devraient engager une procédure juridique, via un référé devant le Conseil d’Etat, contre la Fédération Française de Rugby au sujet des matchs internationaux de cet automne.

La semaine a encore été studieuse du côté de la Ligue Nationale de Rugby. Elle a débuté lundi par une réunion en présence de Paul Goze, Emmanuel Eschalier et Alain Tingaud, mais aussi du président toulousain Didier Lacroix et du directeur général du Racing 92 Patrick Serrière, chargé de représenter Jacky Lorenzetti, ainsi que des managers de Toulouse et du Racing, Ugo Mola et Laurent Travers. Leur homologue clermontois Franck Azéma, lui, n’a finalement pas pu y participer.

Dans la foulée, le bureau de la Ligue s’est réuni à Toulouse plusieurs heures ce mardi. Avec, là aussi, au cœur des discussions le calendrier international de cet automne. Six matchs sont programmés avec la fin du Tournoi des VI Nations, contre l’Irlande le 31 octobre, ainsi que la "Autumn Nation Cup", nouvelle compétition organisée pour huit nations dont la France. Sauf que les clubs et la Ligue n’ont pas dit leur dernier mot. Ils sont d’accord, à titre exceptionnel, pour cinq matchs, au lieu des trois initialement prévus, mais pas plus dans ce contexte de crise économique. Le discours est toujours aussi ferme. Et même de plus en plus musclé.

"Passage en force" de la FFR

Après avoir attaqué World Rugby devant la justice européenne, la LNR est sur le point de passer à une offensive juridique contre la Fédération cette fois, selon nos informations. Sur le fond, la Ligue souhaite demander à la justice de faire valoir son bon droit au regard de la convention existante. La décision implique que les joueurs sélectionnés seraient réquisitionnés du lundi 19 octobre au samedi 5 décembre et auraient six matchs à disputer au lieu de trois.

A la LNR, on n’entend pas remettre en question le droit de libération des joueurs internationaux, mais on attaque "le passage en force" de la FFR et l’absence totale de contreparties pour les clubs, qui ont le sentiment que la Fédération "lâche" le rugby professionnel, déjà extrêmement fragilisé. D’autant que, comme le soulignent régulièrement les dirigeants de la LNR et les présidents de Top 14, l’argument économique avancé par la FFR pour justifier ces six matchs ne tiendrait plus avec les restrictions de jauges dans les stades. Voilà pourquoi Paul Goze et le Top 14 vont passer à l’action.

"C’est navrant d’en arriver là mais nous n’avons pas le choix"


Mercredi soir, à moins d’une surprise, les présidents, réunis en visioconférence, devraient donc parler d’une même voix et valider la décision prise par le bureau de la LNR en se tournant vers le Conseil d’État. "C’est navrant d’en arriver là mais nous n’avons pas le choix", nous a indiqué une source proche du dossier.

Et ensuite ? La procédure devrait, en principe, être bouclée rapidement, en quelques semaines, sans doute pas avant les résultats des élections fédérales, le 3 octobre, mais bien avant les tests de l’automne. Le premier est fixé au 24 octobre et un match de préparation contre le pays de Galles, dans un Stade de France qui devrait malheureusement sonner bien creux en raison de la pandémie.

Jean-François Paturaud

_________________
« Le rugby c'est ma vie et ma vie c'est le rugby »   Christophe Urios
Scalp
Scalp
Centre de presse
Centre de presse

Nombre de messages : 10118
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 53

Revenir en haut Aller en bas

Le XV de France (partie 1) - Page 6 Empty Re: Le XV de France (partie 1)

Message  Scalp Mer 16 Sep 2020 - 6:53

https://www.lequipe.fr/Rugby/Actualites/Xv-de-france-la-lnr-envisage-d-attaquer-la-ffr-en-justice/1172226

XV de France : la LNR envisage d'attaquer la FFR en justice

Furieux que la Fédération leur impose de libérer des internationaux pour six matches cet automne, les clubs du Top 14 décideront ce mercredi s'ils engagent une procédure juridique devant le Conseil d'État.

Selon une information révélée mardi par nos confrères de RMC Sport, que nous sommes en mesure de confirmer, les présidents de Top 14 devraient engager une procédure juridique, via un référé devant le Conseil d'État, contre la Fédération Française de rugby au sujet des matches internationaux de cet automne où six matches de l'équipe de France sont programmés.

Mais les clubs ne sont pas d'accord pour laisser piocher dans leurs effectifs sans contrepartie. Ce mercredi soir, à moins d'une surprise, les présidents, réunis en visioconférence, devraient donc s'accorder et valider la décision prise par le bureau de la LNR de se tourner vers le Conseil d'État. La procédure devrait, en principe, aboutir rapidement, sans doute après les résultats des élections fédérales, le 3 octobre, mais bien avant les tests de l'automne (24 octobre et un match de préparation contre le pays de Galles).

_________________
« Le rugby c'est ma vie et ma vie c'est le rugby »   Christophe Urios
Scalp
Scalp
Centre de presse
Centre de presse

Nombre de messages : 10118
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 53

Revenir en haut Aller en bas

Le XV de France (partie 1) - Page 6 Empty Re: Le XV de France (partie 1)

Message  Scalp Lun 14 Sep 2020 - 11:35

Le XV de France (partie 1) - Page 6 Captu703

_________________
« Le rugby c'est ma vie et ma vie c'est le rugby »   Christophe Urios
Scalp
Scalp
Centre de presse
Centre de presse

Nombre de messages : 10118
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 53

Revenir en haut Aller en bas

Le XV de France (partie 1) - Page 6 Empty Re: Le XV de France (partie 1)

Message  Scalp Sam 12 Sep 2020 - 3:10

https://www.lequipe.fr/Rugby/Actualites/La-lnr-a-depose-sa-plainte-contre-la-regle-9-de-world-rugby-aupres-de-la-commission-europeenne/1170685

La LNR a déposé sa plainte contre la règle 9 de World Rugby auprès de la commission européenne

La Ligue nationale de rugby a décidé de contester en justice le principe de mise à disposition des internationaux. Sa plainte a été déposée mercredi.


Comme le révèle le Times ce jeudi, la LNR est passée à l'action : l'instance qui régit le rugby professionnel en France a déposé un recours mercredi devant la Commission européenne pour contester notamment la règle 9 de World Rugby sur la mise à disposition des joueurs internationaux.

Cet article permet aux fédérations de sélectionner des joueurs dans le cadre de fenêtres internationales définies à l'avance. Ce principe, dans un système comme celui de la France où les joueurs sont rémunérés par les clubs et non la Fédération, crispe de plus en plus les clubs professionnels, souvent privés de leurs meilleurs éléments.

La fenêtre de la discorde

Un regain de tension a eu lieu récemment entre la Ligue et la Fédération, dont le président Bernard Laporte est aussi le vice-président de World Rugby, alors que la fenêtre internationale de l'automne a été élargie de trois à sept semaines, sans concertation selon la LNR, pour permettre de rattraper les matches reportés du dernier Tournoi des Six Nations et disputer une autre compétition à huit nations réparties en deux poules de 4.

Selon le Times, la LNR, qui avait déjà mis en demeure World Rugby auprès du tribunal administratif de Paris pour obtenir des éclaircissements sur son fonctionnement, a confié cette fois au cabinet d'avocat Jones Day le soin de déposer le recours devant la commission européenne. Il s'agit d'un cabinet spécialisé dans les questions de concurrence.

_________________
« Le rugby c'est ma vie et ma vie c'est le rugby »   Christophe Urios
Scalp
Scalp
Centre de presse
Centre de presse

Nombre de messages : 10118
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 53

Revenir en haut Aller en bas

Le XV de France (partie 1) - Page 6 Empty Re: Le XV de France (partie 1)

Message  léopold Ven 7 Aoû 2020 - 8:01

Sur que le couple EDF s'est bien trouvé,Bernie les a bien choisi.
léopold
léopold
J'aime l'Union à la folie
J'aime l'Union à la folie

Nombre de messages : 8019
Localisation : A Musard derrière les espoirs
Date d'inscription : 29/01/2008

Revenir en haut Aller en bas

Le XV de France (partie 1) - Page 6 Empty Re: Le XV de France (partie 1)

Message  Switch Mer 5 Aoû 2020 - 19:04

La suite du feuilleton sur les matchs automnaux et l'opposition entre clubs/LNR et XV de France/FFR :
- Episode 2 - la réaction des clubs : https://www.lerugbynistere.fr/news/face-a-linjustice-du-nouveau-calendrier-international-les-clubs-contre-attaquent-3107201040.php

Face à l'injustice du nouveau calendrier international, les clubs contre-attaquent

Dans les colonnes de L'Equipe, plusieurs présidents de clubs de TOP 14 dénoncent le nouveau calendrier de World Rugby.

La bombe est tombée, ce jeudi : pour faire face à la crise, et permettre aux Fédérations de renflouer leurs caisses, World Rugby a élargi la fenêtre internationale de trois à sept semaines, cet automne. En tout, six matchs attendront donc les Bleus. Pour autant de doublons, qui vont forcément impacter les clubs comme le Stade Toulousain. Dans les colonnes de L'Equipe, Didier Lacroix compare ainsi la saison 2020/2021 à une année de Coupe du monde...
Pour Jacky Lorenzetti, il s'agit d'une "injustice. Je crois qu'on a été un peu ignoré, on a l'impression de ne pas être entendu, d'être une entité négligeable. World Rugby et la FFR veulent passer en force." La FFR a besoin d'argent, donc de jouer. Et pour Fabien Galthié, pas question de se passer de ses meilleurs joueurs. Pour lui, impossible de limiter à cinq le nombre de matchs qu'un joueur pourra disputer cet automne.
Les principales victimes seraient donc les clubs. Toujours dans le journal L'Equipe, le président du RCT parle de colère, de déception et d'un "sentiment très mitigé sur l'avenir du rugby professionnel en France. Cette situation aura de toute façon un impact lourd sur le rugby." La LNR va donc partir au combat.



- Episode 3 - l'avertissement d'Azéma : https://www.lerugbynistere.fr/news/top-14-les-clubs-prets-a-laffrontement-azema-repond-a-galthie-0308201007.php

Les clubs prêts à l'affrontement, Azéma répond à Galthié

Dans les colonnes du Midi Olympique, le patron sportif de l'ASM est revenu sur les propos du sélectionneur.
"On va rentrer dans une logique de bras de fer, c'est évident." Les mots sont clairs, et prononcés avec beaucoup de lucidité par Franck Azéma, dans les colonnes du Midi Olympique. Le manager de l'ASM Clermont Auvergne est revenu sur les nouvelles dates du calendrier international pour cet automne : sept semaines (au lieu de trois) et six rencontres prévues pour les internationaux.
Soit autant de dates où les clubs seraient privés de leurs meilleurs joueurs.
C'est pourquoi la Ligue a mis en demeure World Rugby, et c'est pourquoi le "bras de fer" évoqué par Azéma relève de l'évidence : les clubs vont s'opposer aux Fédérations. Car si ces dernières ont besoin de revenus (et donc de disputer des matchs), les formations du TOP 14 ont également besoin de gagner des matchs, d'attirer du public...
Si Azéma cite les joueurs français, les Fidjiens pourraient également manquer à l'appel, la sélection du Pacifique étant pressentie pour disputer le nouveau 8 Nations. Quant au refus de Fabien Galthié de faire des concessions, le Clermontois a également son mot à dire : "A sa prise de fonctions, nous avons beaucoup échangé avec Fabien Galthié. Je crois que les entraîneurs de club ont su entendre son message et faire évoluer la collaboration dans le bon sens, pour l'aider dans sa mission. [...] Il faudrait toutefois que cela fonctionne dans les deux sens. Vous ne pouvez pas toujours prendre : parfois, il faut aussi donner."



- Episode 4 - la médiation d'Ibanez : https://www.lerugbynistere.fr/news/clubs-vs-xv-de-france-au-tour-de-raphael-ibanez-de-sexprimer-sur-les-tensions-0308201455.php

Au tour de Raphaël Ibanez de s'exprimer sur les tensions

Le manager du XV de France s'est à son tour exprimé sur les tensions dans le rugby français...
Les jours passent, et se ressemblent dans le monde du rugby français. Depuis une semaine, les clubs semblent décidés à se battre face à ce qu'ils considèrent comme une injustice. Dans le rôle du méchant ? World Rugby et son nouveau calendrier, mais aussi la FFR et le XV de France.
Et à vrai dire, on a un peu l'impression que l'histoire se répète, année après année... Si l'arrivée de Fabien Galthié comme sélectionneur, le geste des clubs de libérer 42 joueurs à chaque rassemblement ou les récents résultats des Bleus laissaient espérer une belle entente, voire un futur prometteur, la crise du COVID-19 est passée par là.
Le coeur du problème ? Le futur calendrier international, donc. Avec sept semaines (au lieu de trois) et six rencontres (toujours au lieu de trois) prévues cet automne, les clubs montent au créneau. Si les Fédérations ont besoin d'argent, ces derniers doivent gagner des matchs, attirer du public... et remplir leurs caisses en conséquence.
Les déclarations de Fabien Galthié dans Sud Ouest ont achevé de mettre le feu aux poudres, le sélectionneur refusant que les joueurs aient un nombre maximum de test-matchs à jouer, pour rester (un minimum) à disposition de leurs clubs. "Le mot tourner ne convient pas à l’équipe nationale. Elle ne joue que dix matches par an. Plus tu joues ensemble plus tu progresses. C’est une conviction que je ne peux pas remettre en question." Ce à quoi Franck Azéma a répondu...
Dernier épisode en date ? La déclaration de Raphaël Ibanez. Manager du XV de France, l'ancien talonneur s'est inscrit sur Twitter ce week-end. Et n'a pas tardé à faire parler de lui, en appelant à la solidarité... envers l'équipe nationale. Sans nommer les clubs, Ibanez fait passer un message : "Pendant 10 ans le XV de France a sombré jusqu’à descendre au 9e rang du classement mondial. Nous relevons à peine la tête, et la Coupe du Monde en France est dans 3 ans. Discutons et soyons solidaires avec notre équipe nationale, car tout le rugby français y gagnera."
Reste à voir s'il est prêt à faire preuve de solidarité envers les clubs.



La suite au prochain numéro :chambreur:

_________________
Le rugby c'est comme la dinde : sans les marrons, c'est vulgaire.
Switch
Switch
Centre de presse
Centre de presse

Nombre de messages : 6227
Localisation : Lyon / Edinburgh
Date d'inscription : 30/04/2011
Humeur : Fonction de l'UBB
Age : 30

Revenir en haut Aller en bas

Le XV de France (partie 1) - Page 6 Empty Re: Le XV de France (partie 1)

Message  léopold Jeu 30 Juil 2020 - 12:59

Laurent fait preuve de bon sens, qui va remplir les stades pour ces matchs là,on prend des risques en asseyant de relancer un Top14 avec un étiage plus élevé que 5000 et la on espère faire déplacer le mode hexagonal de l'ovalie pour voir quoi, une coupe Mickey.
léopold
léopold
J'aime l'Union à la folie
J'aime l'Union à la folie

Nombre de messages : 8019
Localisation : A Musard derrière les espoirs
Date d'inscription : 29/01/2008

Revenir en haut Aller en bas

Le XV de France (partie 1) - Page 6 Empty Re: Le XV de France (partie 1)

Message  Scalp Jeu 30 Juil 2020 - 9:35

Marti : "Je comprends Galthié"

Par Jérôme Prevot

XV DE FRANCE - Cinq ou six matchs pour les Bleus à l'automne ? Le président de l'UBB a réagi aux propos du sélectionneur dans « Sud Ouest » en élargissant le débat.

Dans les colonnes de Sud Ouest Fabien Galthié a expliqué qu'il ne comprenait pas pourquoi « mettre en difficulté l'équipe de France ? » Il a remis en cause l'idée d'un turn over au nom de la valeur d'une cape internationale. « On ne la donne pas à celui qui est numéro 3, numéro 4 au poste parce qu’il faut faire tourner. Quand on prend un joueur, il est numéro 1 au poste à l’instant T. » Ceci qui va potentiellement à l'encontre de l'idée de Bernard Laporte de limiter chaque joueur à cinq apparitions pour les test-matchs de cet automne et malgré la programmation envisagée de six matchs.

C'était une façon pour la FFR de faire passer aux clubs la « pilule » du total de six matchs internationaux.

Laurent Marti, président de l'UBB a réagi à ces déclarations : « Je comprends Galthié : son boulot, c'est d'avoir la meilleure équipe de France possible. Mais je trouve que nous, les présidents, nous avons fait beaucoup d'efforts. Accepter cinq matchs internationaux à l'automne, c'est un énorme pas. Et je rappelle que nous sommes tous attachés à l'idée d'avoir une équipe de France performante. »

Apparemment, le président de l'UBB n'en veut pas au sélectionneur de jouer son jeu au maximum. Il ne peut s'empêcher de faire quelques observations plus générales. « Sincèrement, sportivement, cinq ou six matchs à trois ans de la Coupe du Monde, ça ne va pas changer grand-chose. Après, le nombre de matchs a aussi et surtout une importance économique. Je ferais remarquer que multiplier des matchs contre l’Écosse ou l'Italie, ça les banalise quand-même un peu. Et je ne suis pas sûr que ces affiches feront le plein dans les gradins. J'ai envie de dire à la FFR que nous comprenons ses difficultés économiques. Nous aussi nous avons souffert. Comment avons-nous fait ? Nous avons fait des économies au niveau de nos charges . Peut-être pourrait-elle faire de même dans les mois qui viennent. » A priori, les négociations vont continuer entre les clubs et la FFR pour la mise à disposition des joueurs cet automne. Les clubs pourraient n'envoyer que 31 joueurs en début de stage au lieu des 42 voulus par Galthié (liste réduite à 28 après le jeudi).

_________________
« Le rugby c'est ma vie et ma vie c'est le rugby »   Christophe Urios
Scalp
Scalp
Centre de presse
Centre de presse

Nombre de messages : 10118
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 53

Revenir en haut Aller en bas

Le XV de France (partie 1) - Page 6 Empty Re: Le XV de France (partie 1)

Message  Scalp Jeu 30 Juil 2020 - 9:34

https://www.sudouest.fr/2020/07/28/fabien-galthie-pourquoi-prendre-le-risque-de-mettre-en-difficulte-l-equipe-de-france-7699231-773.php

Fabien Galthié : "Pourquoi prendre le risque de mettre en difficulté l’Equipe de France ?"

Par Recueilli par Arnaud David

Alors que la Ligue et la Fédération s’opposent sur le programme de l’automne, l’entraîneur des Bleus réaffirme dans une interview à Sud Ouest son ambition de ramener vite le Quinze de France en haut de la hiérarchie mondiale

« Sud Ouest » La Ligue et les clubs sont opposés à la tenue de six matches pour l’équipe de France cet automne. Quels arguments pouvez-vous avancer pour plaider votre cause ?

Fabien Galthié. D’abord c’est un calendrier qui est construit par World Rugby pour faire face à un enjeu majeur du point de vue économique. Il n’y a pas eu les tournées d’été. Il n’y aura pas de Four Nations classique ni de tournées d’automne. Depuis le mois de mai, World Rugby travaille sur les projections les plus cohérentes en fonction de l’évolution de la pandémie. C’est donc un réaménagement du calendrier international destiné à faire face aux besoins des fédérations.

En tant qu’ancien entraîneur de club, pouvez-vous comprendre leurs réticences ?

Je comprends les contraintes de World Rugby liées à l’enjeu économique et je comprends aussi la problématique nationale, et notamment ce que la ligue doit gérer par rapport au Top 14 et à la mise à disposition des joueurs internationaux.

Avez-vous peur que le XV de France soit pris en otage ?


Il faut se positionner au dessus. Avec le staff, notre rôle est de construire l’équipe de France la plus compétitive possible en prenant en compte les variations de l’écosystème. On a arrêté le tournoi des Six Nations après quatre journées. On n’a pas fait de tournée en Argentine, c’est-à-dire trois semaines d’entraînement et deux tests. On ne fera pas de rassemblement au mois d’août alors que c’était prévu dans la convention. World Rugby nous propose six matches à jouer. Cela nous amènerait à un total de dix matches. C’est ce qui était prévu sur la feuille de route de l’équipe de France.

S’il n’y a pas de compromis trouvé, les clubs risquent de revenir sur les conditions de mise à disposition des joueurs. Vous n’en auriez plus 42 mais 31…

Pourquoi changer une méthode qui nous a permis de gagner ? Ce rythme d’avoir 42 joueurs jusqu’au jeudi puis 28, est essentiel. Cela permet aussi de laisser trois joueurs de plus le week-end à la disposition des clubs. Pourquoi prendre le risque de mettre en difficulté l’équipe de France alors qu’elle n’a pas encore stabilisé son niveau de compétitivité?
Cet hiver, on a sélectionné 29 joueurs. On a vu 26 autres joueurs aux rassemblements. Parmi ceux-là, on a identifié 10 gros potentiels durant les entraînements. On les a aujourd’hui dans notre réservoir, prêts à rentrer de manière cohérente. Les dix joueurs dont je vous parle, ce sont des joueurs qui ont travaillé pendant sept semaines avec nous, qui connaissent l’organisation, les niveaux d’intensité requis, la dimension psychologique. Ils ne seront pas surpris.

Seriez-vous prêt à faire tourner votre effectif pour que les joueurs disputent un maximum de 5 matches comme le demandent les clubs ?

Comme je l’ai dit lors de ma prise de fonction, moins l’équipe de France procédera à des turn-overs plus l’équipe de France sera performante. On a « capé » 29 joueurs sur quatre matches. Le mot « tourner » ne convient pas à l’équipe nationale. Elle ne joue que dix matches par an. Au début du tournoi, l’équipe de France avait 24 ans et huit sélections de moyenne. Quand on s’est projeté sur notre feuille de route, on devrait avoir une équipe à 28 ans et 40 sélections de moyenne lors de la Coupe du monde 2023. Donc, les joueurs auront joué 30 matches ensemble. Plus tu joues ensemble, plus tu progresses. C’est une conviction que je ne veux pas remettre en question. Avoir de l’émulation à l’entraînement, pouvoir développer deux ou trois profils sur le même poste c’est très important mais la sélection, elle a une valeur. On ne la donne pas à celui qui est numéro 3, numéro 4 au poste parce qu’il faut faire tourner. Quand on prend un joueur, il est numéro 1 au poste à l’instant T.

Six matches, c’est une mini Coupe du monde qui vous attend… Comment vous êtes vous projeté sur ce rendez-vous ?


On n’a pas cessé de travailler. On a accumulé beaucoup de données durant le tournoi. On a pu se projeter sur des évolutions de notre organisation offensive et défensive. Sur des évolutions de notre méthodologie d’entraînement pour aller plus loin. On a planifié. Des membres du staff ont déjà fait leur retour dans les clubs. On a déjà une programmation de visite sur différents sujets. On aura une remise en route avec les académies à Sabres du 24 au 26 août, où on va s’entraîner à entraîner.

Le rendez-vous le plus important de l’automne, c’est celui contre l’Irlande qui peut vous permettre de gagner le tournoi ?

Il est clair que le rendez-vous contre l’Irlande est identifié comme un temps de passage très important pour notre saison 1. Il y aura une attente forte. On aurait dû accueillir l’Afrique du Sud et challenger le champion du monde. Là, l’objectif sera de battre l’Irlande pour gagner le tournoi sachant que les Anglais iront en Italie.

Ensuite, vous affronterez l’Ecosse, le Japon, l’Italie. C’est la poule la moins relevée de cette mini-compétition…

Effectivement. Notre poule est moins difficile que l’autre avec l’Angleterre, le Pays de Galles, l’Irlande et les Fidji. Mais on garde du Japon l’impression laissée pendant la Coupe du monde. En Ecosse, cela fait deux fois qu’on s’y déplace et qu’on perd. L’Italie, c’est vrai, est l’équipe la plus faible.

Remporter cette compétition ou au moins disputer la finale permettrait de prolonger la dynamique impulsée cet hiver?

Clairement. Il n’y a pas de raison qu’on ne s’améliore pas, il n’y a pas de raison qu’on ne soit pas encore plus performant. Les joueurs sont là, la méthode aussi. Nous sommes prêts.

La LNR dit toujours « non »


Ce mardi soir, les représentants de la ligue et des clubs de Top 14 qui participaient à unHier soir, les représentants de la ligue et des clubs de Top 14 qui participaient à une réunion téléphonique avec ceux de la fédération mais aussi avec les entraîneurs des clubs qui fournissent les internationaux – ceux de Toulon, Toulouse, La Rochelle et du Racing 92 étaient présents – ont maintenu leur position. Ils ne veulent pas d’un sixième match de l’équipe de France cet automne. Ils s’opposent notamment à la tenue d’une rencontre contre le Pays de Galles le 24 octobre qui servirait de préparation aux Bleus avant leur match contre l’Irlande le 31 octobre.

Cette position sera exposée ce jeudi soir à l’ensemble des clubs lors d’une nouvelle réunion. La Ligue attend l’officialisation du calendrier de l’automne qui doit être voté jeudi par World Rugby pour reprendre ses négociations avec la fédération.



Dernière édition par Scalp le Jeu 30 Juil 2020 - 9:51, édité 1 fois

_________________
« Le rugby c'est ma vie et ma vie c'est le rugby »   Christophe Urios
Scalp
Scalp
Centre de presse
Centre de presse

Nombre de messages : 10118
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 53

Revenir en haut Aller en bas

Le XV de France (partie 1) - Page 6 Empty Re: Le XV de France (partie 1)

Message  nadoloubb Jeu 12 Mar 2020 - 8:11


"Après, on a souvent pensé à la possibilité de faire jouer Romain (Ntamack) en 12 en plus des options Arthur, Virimi et Gaël au centre. N'importe où, n'importe quand, n'importe qui ! C'est notre dicton. On doit être capable de dézoner plus facilement."

Bon faut que matthieu face un entrainement intensif avec Connor pour apprendre à plaquer au jambe. Et ensuite on devrait avoir en argentine le 10 12 (jalibert ntamack) que je souhaitais depuis pas mal de temps
nadoloubb
nadoloubb
J'aime l'Union à la folie
J'aime l'Union à la folie

Nombre de messages : 801
Localisation : orléans
Date d'inscription : 13/04/2018

Revenir en haut Aller en bas

Le XV de France (partie 1) - Page 6 Empty Re: Le XV de France (partie 1)

Message  Scalp Jeu 12 Mar 2020 - 0:12

https://www.lequipe.fr/Rugby/Article/Fabien-galthie-selectionneur-du-xv-de-france-j-ai-dit-aux-joueurs-n-oubliez-pas/1118827

Fabien Galthié, sélectionneur du XV de France : « J'ai dit aux joueurs : "N'oubliez pas..." »

Après sept semaines qui l'ont enchanté, le sélectionneur des Bleus a demandé à ses joueurs de garder en tête tout le vécu du Tournoi, pour franchir encore un cap.


Alexandre Bardot et Renaud Bourel mis à jour le 11 mars 2020 à 23h54

Mercredi matin, Fabien Galthié a dit au revoir à son staff et au groupe France. On l'a retrouvé en début d'après-midi, dans une brasserie proche du Parc des Princes, pour une heure et demie de débriefing d'un Tournoi commencé dans l'allégresse (victoires face à l'Angleterre, l'Italie et au pays de Galles) et terminé dans la frustration (défaite en Écosse et report du match contre l'Irlande).

Vous aviez beaucoup préparé ces semaines de rassemblement, ont-elles correspondu à ce que vous espériez ?

Ah oui, totalement. On est même au-delà de ce qu'on avait imaginé. Durant la Coupe du monde, j'avais vraiment été surpris par la relation des joueurs avec l'équipe de France, et avec le staff de l'équipe de France. Par les habitudes prises, le style de vie, les postures... Cette atmosphère, ça ne me convenait pas. Durant ce Tournoi, il y a eu de l'enchantement. Et c'est ce que doit être l'équipe de France pour tout le monde, joueurs, staff, supporters. Quand on s'est quittés, Shaun Edwards m'a dit : « Incroyable. Très bon état d'esprit. » C'est bien parce qu'il a quand même douze ans d'expérience avec le pays de Galles. Les mecs y croient.

Pensez-vous qu'un début de culture s'est installé ?

Dès le premier match, on a touché à un truc de dingues. La victoire face aux Anglais, avec l'intensité qu'on a été capables de mettre. Ça, quand tu l'as touché, il ne faut pas le perdre de vue, et y devenir addicts. Globalement, j'espère qu'ils sont addicts à toutes ces sensations vécues pendant sept semaines. L'intensité de l'entraînement. Les moments du quotidien. Les petits meetings. La remise du prix de meilleur homme du match... Ce matin quand on s'est quittés, c'était comme la fin d'une colonie, quand tu promets de t'écrire (sourire). J'espère qu'ils étaient tristes.

Comment faire pour que ce début de culture perdure malgré l'éloignement, le retour en clubs ?

Ça dépendra de beaucoup de choses, mais le plus important, c'est l'envie. J'ai dit aux joueurs en conclusion de la journée de travail de mardi : "N'oubliez pas tout ce que vous avez vécu. N'oubliez pas les accélérations à 2,5 m/s. Ne perdez pas les documents que l'on vous a envoyés : la photo de l'assiette de nutrition, comment on gère la glycémie à la mi-temps..." Ils doivent se développer autour de ça. De toute façon, on va les laisser un mois tranquilles, puis on va retourner les voir dans les clubs pour faire des piqûres de rappel. Il faut qu'ils sachent que quand on va se retrouver pour partir en Argentine, ils doivent être prêts à redémarrer, en ne partant pas de zéro, comme si on était dans la suite de nos sept premières semaines communes.

« Dès le premier match, on a touché à un truc de dingues. La victoire face aux Anglais, avec l'intensité qu'on a été capables de mettre. Ça, quand tu l'as touché, il ne faut pas le perdre de vue, et y devenir addicts »


Même positif, ce rassemblement s'est conclu par une défaite en Écosse...

Vous avez parlé d'acte fondateur après le pays de Galles. Mais je me demande si ce n'est pas l'Écosse, l'acte fondateur. Les victoires valident beaucoup de choses, mais la défaite... Mardi, on a travaillé sur le pourquoi de ce scénario de l'Écosse. Pourquoi on a passé notre temps à parler à l'arbitre. Pourquoi sur le premier ruck, on ne fait pas un contre-ruck alors qu'il y a la possibilité.

Et alors ?


On a trouvé quelques réponses. Déjà, il y a le retard. On devait être au stade une heure vingt avant le match, on est arrivés une heure dix avant. Ç'a beaucoup fait paniquer les joueurs. Ensuite, il y a eu la folie autour de l'équipe. On a réussi à tout anticiper, le Stade de France, Cardiff... Mais Édimbourg, le bus pendant un quart d'heure au milieu de la foule en délire, avec les cornemuses, ça non, on ne leur a pas bien expliqué.

La possibilité du Grand Chelem a-t-elle également pesé ?

Ça fait partie du mélange. On a souvent été des chasseurs, on adorait cette position. Mais de statut, on n'en avait quasiment pas. Sauf que plus on se rapprochait de Murrayfield, plus on avait un statut. Et on voit bien que c'est quelque chose dans lequel on s'est empêtrés. Ça nous a alourdis. On avait parlé de ça, des louanges, des attentes. On voulait tout ça, embarquer les gens derrière nous. Ce souffle nous donnait beaucoup de forces...

« Cette folie (avant le match à Édimbourg, sur la route d'un Grand Chelem rêvé), c'était trop pour qu'on arrive à le gérer »


Mais il a fini par vous faire vaciller. Avez-vous senti à quel moment ?

Quand on est descendus du bus. Shaun Edwards m'a dit : "Je n'ai jamais vécu ça. Il faut vite reparler de la tactique (aux joueurs)." J'ai posé la question à plein de joueurs, ils me disaient : "On est prêts, c'est top !" Finalement, non. Cette folie, ce n'était pas trop, mais c'était trop pour qu'on arrive à le gérer.

Il va falloir l'apprendre ?

On a beau travailler, il faut vivre ces choses. Par rapport à notre objectif de devenir une nation majeure, de gagner des matches et des titres, il va falloir assumer un statut. Il va falloir aussi se protéger de la grosse tête, qui va être un danger. Il faut trouver la bonne posture, et la seule, c'est d'être obsédés par notre flèche du temps : regarder où on va et pourquoi on y va.

Les séances à haute intensité ont généré d'immenses progrès dans le déplacement. L'aviez-vous scientifiquement programmé, ou avez-vous été surpris ?

Les deux. On avait déjà vu de gros progrès pendant la Coupe du monde, mais des joueurs ne voulaient pas travailler comme ça. Là, on a pris que des joueurs qui étaient d'accord. On a pu monter encore les intensités, et on s'est rendu compte au fil des semaines qu'on baissait la volumétrie, de 16 à 13 km parcourus par exemple, mais qu'on augmentait tous les indices majeurs de l'intensité de 100 %. C'est remarquable. Mais c'est vers là qu'on veut aller, et on veut même aller plus loin. Je l'ai dit aux joueurs : ce n'est qu'une base.

Tous les progrès entrevus auraient-ils été possibles sans la présence de 42 joueurs ?

Non. À 42 joueurs, on sent la densité, les joueurs retenus dans le groupe de 28 puis de 23 ne sont pas dans une tour d'ivoire. Et ça nous a permis de nous entraîner comme on voulait. Des joueurs qui étaient dans les 42 sont rentrés dans les 15 : "Momo" Haouas, Arthur Vincent et Anthony Bouthier étaient plutôt en position de numéro 3 à leur poste que de numéro 1. Nos entraînements, qui sont de véritables révélateurs de niveau des joueurs, nous ont amenés à les titulariser.

Quand, avant l'Angleterre, vous avez lancé Haouas et Bouthier, ou même Willemse, aviez-vous la sensation de faire un pari ?

À ce niveau-là, tu n'as pas de certitudes, mais c'était cohérent. Et ils ont réalisé cet exploit. Un joueur à 60 sélections n'est pas sûr de faire un grand match et un joueur à 2 sélections peut faire un grand match. Ça, c'est génial.

Vous ne pouvez pas savoir si un joueur va réussir son match, mais avez-vous la conviction qu'ils ont le potentiel de devenir un joueur international sur la durée ?

Ils ont les bases. Tous. Ensuite, notre conviction est d'avoir retenu les meilleurs du moment avec le potentiel pour se développer sur les quatre années à venir. Là, nous avons convoqué 55 joueurs, et capé 29. J'imagine, même si on souhaite rester cohérent et se tromper le moins possible, que nous allons sélectionner 75 joueurs sur nos quatre ans, soit une baisse importante de 30 % par rapport à nos prédécesseurs. Il nous reste donc 46 joueurs à caper et on en découvrira d'autres.

Vous avez dit que des joueurs qui n'ont pas joué vous ont impressionné à l'entraînement. Vous n'avez donc pas de doutes sur le réservoir ?

Non. Je peux vous en citer : Clément Castets, Teddy Baubigny, Anthony Etrillard, Dorian Aldegheri, Cyril Cazeaux, Kylian Geraci, Selevasio Tolofua, Baptiste Couilloud, Gabriel Ngandebe, jamais sur la feuille de match mais qui nous a fait des entraînements XXL. Et il y en a d'autres à des degrés moindres. Mais eux sont prêts. Ils m'ont fait la même impression qu'Arthur Vincent quand il a commencé à s'entraîner avec nous.

Après ce Tournoi, certains joueurs français semblent avoir le potentiel pour appartenir à un "quinze mondial", ce qui n'était plus arrivé depuis longtemps. Partagez-vous ce sentiment ?

Pour qu'on les affiche parmi les joueurs de classe mondiale, il faut que l'équipe ait ce standing. Quand elle rentrera parmi les 3 ou 4 meilleures nations, alors on pourra dire qu'il y a des joueurs de classe mondiale. C'est lié. Aujourd'hui, on a fait des exploits, des choses qui n'étaient pas envisageables, et on est la 5e nation mondiale, mais rien que pour passer 4e, il faudrait que l'on gagne quasiment tous nos matches jusqu'à la fin de l'année.

Antoine Dupont est l'un des joueurs marquants du Tournoi. Lui avez-vous donné les clés de l'équipe ?

Non. Il est un élément très important de la première passe, la deuxième et la transformation du jeu comme tous les demis de mêlée. Il s'avère qu'il a la possibilité, de par ses qualités naturelles, de finir ou de commencer les coups. Il a l'importance naturelle d'un 9 dans une équipe. En Écosse, il a été en difficulté, l'équipe l'a été aussi. Ça fait partie du vécu.

Vous échangez beaucoup avec lui ?

On échange beaucoup avec tout le monde et notamment les meneurs de jeu. Et en même temps on leur laisse beaucoup de liberté. On veut qu'ils soient des maîtres. On a un rapport basé sur la confiance. On échange aussi beaucoup avec ceux qui ne jouent pas parce qu'ils contribuent beaucoup à l'analyse.

« Teddy (Thomas) est un joueur d'espace et notre défense est une défense de face... Mais c'est l'un des rares joueurs qui va à plus de 37 km/h »

Concernant les joueurs, vous avez pris deux décisions marquantes. La première : écarter Jefferson Poirot pour le pays de Galles. Quelle est l'explication ?

On a choisi de ne pas évoquer ces choses de l'ordre de l'intime concernant les joueurs, mais dans ce cas, on est sur un sujet totalement rugbystique. Comment gère-t-on ces situations ? Par des discussions sincères et des analyses transparentes. Le joueur le sait très tôt. Ç'a toujours été le cas pour tous.

Autre choix fort : sortir Teddy Thomas pour le déplacement en Écosse. Le concernant, après ces trois titularisations, la question est de savoir s'il pourra s'adapter à votre type de défense ?

Je le souhaite fortement. D'ailleurs, je lui souhaite le meilleur ainsi qu'à Jeff. C'est dur pour eux. Teddy, lui, ne s'est jamais réellement imposé, mais il est depuis un moment l'un des meilleurs ailiers français. Et je veux vraiment qu'on l'aide à trouver le déclic.

Comment ?

C'est un joueur d'espace, sauf qu'au niveau international, il n'y en a pas. En attaque, il y a des hommes en face. Et notre défense est une défense de face (où il faut monter sur l'adversaire) et non d'espace. Et puis il faut aussi voir le positif : c'est l'un des rares joueurs qui va à plus de 37 km/h, il commence à dézoner. Au pays de Galles, il est allé gagner en l'air pour l'essai d'Anthony Bouthier, il a intercepté un ballon en défense. Damian (Penaud) sait très bien défendre désormais et j'espère que Teddy va suivre ce chemin. C'est un peu long et difficile pour lui, mais je souhaite qu'il y arrive. Et il fait partie du groupe France. Comme Jeff, pour lequel il n'y a aucun doute qu'il va y arriver, en travaillant notamment avec William (Servat). En tout cas, c'est un excellent joueur de rugby.

Le paradoxe de votre défense est qu'elle vous a beaucoup nourris, mais vous avez concédé beaucoup. À quoi l'attribuez-vous ?

Si on prend les deux essais encaissés en Êcosse, c'est une série d'erreurs individuelles où les gars sont sortis du système de manière inconsciente, dans des très hautes intensités émotionnelles. Là, il n'y a pas d'autre secret que de répéter ce type d'expérience. C'est pour ça que je pense que ce match-là sera davantage fondateur que notre victoire à Cardiff.

Vos ailiers, notamment, ont été en difficulté. Cela vous fait-il hésiter sur votre système ?

Non (catégorique) ! Ce type de défense a quand même le mérite de nous faire avancer tout le temps. À Édimbourg, jusqu'à la 34e minute, on ne fait pas un grand match, mais on mène 7-6 et les Écossais sont venus une fois dans nos 40 mètres pour inscrire deux pénalités. Ensuite, il y a deux moments de contagion individuelle et collective en défense, avec des Écossais qui ont su trouver l'opportunité. Mais ça se gomme.

« Si vous venez voir nos entraînements, vous voyez toujours du rugby, avec un ballon toujours en vie, mais souvent dans un jeu de transition, de déstructuration. »


On sent poindre une frustration par rapport au jeu offensif français : pas assez de volume, trop de pieds. Que répondez-vous ?

Je l'entends, mais le rugby international, ce n'est pas que des données, c'est aussi ce que l'on ressent. Maintenant, les données existent. L'Écosse a tapé plus que nous et a moins possédé le ballon. Pourtant, elle a marqué trois essais (rires). Nous, on a beaucoup produit mais on n'a pas été toujours lucides. Au pays de Galles, nous avons eu 31 jeux de transition et 4 lancements. Ce week-end, nous avons eu 20 jeux de transition et 10 lancements. On a eu beaucoup plus la possession. Mais tenir le ballon ne veut rien dire. Il faut taper avant d'y être contraint. C'est terrible ce que je dis parce que je suis un enfant de la balle, de Colomiers, du mouvement général. Et si vous venez voir nos entraînements, vous voyez toujours du rugby, avec un ballon toujours en vie, mais souvent dans un jeu de transition (passage de la défense à l'attaque), de déstructuration. C'est ça le rugby international.

Avez-vous conçu ce jeu pour gagner très vite, comme vous le répétez depuis le début de votre mandat, et ensuite y ajouter des pièces pour le rendre plus élaboré ?

Ce jeu va nous permettre de développer des compétences. Aujourd'hui, il est globalement en place et les joueurs, à l'intérieur, vont manipuler encore mieux leurs options. Sachant que dans ce rugby, il y a aussi le jeu sans ballon et notre défense avec ses jeux de transition. On a aussi désigné des petits circuits dans lesquels les avants doivent prendre plus de profondeur, jouer à deux ou à trois. Maintenant, il faut que l'on élève encore nos compétences physiologiques, techniques et collectives.

Ne manque-t-il pas dans votre arsenal des joueurs fluides prêts à faire les passes supplémentaires ?

L'analyse du match contre l'Écosse montre que nous n'avons pas choisi les bonnes options, plusieurs fois avec du jeu direct, alors que si nous étions passés dans le dos, ce que nous travaillons à l'entraînement, on aurait trouvé des solutions plus faciles. Mais c'est surtout l'expérience qui va nous amener à maîtriser ces options. Les joueurs que l'on a peuvent assurer et assumer les deux formes de jeu. Après, on a souvent pensé à la possibilité de faire jouer Romain (Ntamack) en 12 en plus des options Arthur, Virimi et Gaël au centre. N'importe où, n'importe quand, n'importe qui ! C'est notre dicton. On doit être capable de dézoner plus facilement.

_________________
« Le rugby c'est ma vie et ma vie c'est le rugby »   Christophe Urios
Scalp
Scalp
Centre de presse
Centre de presse

Nombre de messages : 10118
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 53

Revenir en haut Aller en bas

Le XV de France (partie 1) - Page 6 Empty Re: Le XV de France (partie 1)

Message  Scalp Mar 10 Mar 2020 - 20:27

XV de France : Fabien Galthié et Raphaël Ibanez font le bilan

Le XV de France (partie 1) - Page 6 Capt1012
https://www.rugby365.fr/xv-de-france-fabien-galthie-raphael-ibanez-bilan-9712958.html

_________________
« Le rugby c'est ma vie et ma vie c'est le rugby »   Christophe Urios
Scalp
Scalp
Centre de presse
Centre de presse

Nombre de messages : 10118
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 53

Revenir en haut Aller en bas

Le XV de France (partie 1) - Page 6 Empty Re: Le XV de France (partie 1)

Message  Scalp Mar 10 Mar 2020 - 18:46

La conférence de presse du quinze de France avec Fabien Galthié et Raphaël Ibanez en direct vidéo


https://www.lequipe.fr/Rugby/Actualites/La-conf-du-xv-de-france-avec-fabien-galthie-et-raphael-ibanez-en-direct-video/1118362

_________________
« Le rugby c'est ma vie et ma vie c'est le rugby »   Christophe Urios
Scalp
Scalp
Centre de presse
Centre de presse

Nombre de messages : 10118
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 53

Revenir en haut Aller en bas

Le XV de France (partie 1) - Page 6 Empty Re: Le XV de France (partie 1)

Message  Scalp Ven 6 Mar 2020 - 11:39

6 Nations - Le regard avisé de Guy Novès sur les performances du XV de France

Le XV de France (partie 1) - Page 6 Captu993
https://www.lerugbynistere.fr/news/6-nations-le-regard-avise-de-guy-noves-sur-les-performances-du-xv-de-france-0603201046.php

_________________
« Le rugby c'est ma vie et ma vie c'est le rugby »   Christophe Urios
Scalp
Scalp
Centre de presse
Centre de presse

Nombre de messages : 10118
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 53

Revenir en haut Aller en bas

Le XV de France (partie 1) - Page 6 Empty Re: Le XV de France (partie 1)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 6 sur 40 Précédent  1 ... 5, 6, 7 ... 23 ... 40  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum