AllezUnion.com, Forum des supporters de l'Union Bordeaux Bègles - Rugby
Un forum est comme un vestiaire, quand on y rentre on dit bonjour. Pensez donc à vous connecter, ça vous assurera également une visibilité parfaite ;o)

Enregistrer et activer un compte prend 3 minutes. Seule une adresse email valide est nécessaire. Ne soyez pas timide, Allez y !

AllezUnion.com

Rejoignez le forum, c’est rapide et facile

AllezUnion.com, Forum des supporters de l'Union Bordeaux Bègles - Rugby
Un forum est comme un vestiaire, quand on y rentre on dit bonjour. Pensez donc à vous connecter, ça vous assurera également une visibilité parfaite ;o)

Enregistrer et activer un compte prend 3 minutes. Seule une adresse email valide est nécessaire. Ne soyez pas timide, Allez y !

AllezUnion.com
Derniers sujets
» 17ième journée : Stade Français / UBB
par marchal Aujourd'hui à 1:35

» Christophe Urios
par patrick Aujourd'hui à 0:05

» UBB : Prolongations, Signatures, Départs pour 2023/2024
par Switch Hier à 23:42

» Tournoi des 6 Nations 2023
par Dr. Gregory Bouse Hier à 20:42

» Equipes de France Jeunes
par Scalp Hier à 18:52

» Infirmerie 2022-2023
par marchal Sam 4 Fév 2023 - 14:39

» France Bleu Gironde : La mêlée du lundi
par Scalp Sam 4 Fév 2023 - 11:12

» Lionnes 2022-2023
par léopold Sam 4 Fév 2023 - 9:26

» ARL - Top UBB
par grospaquet31 Ven 3 Fév 2023 - 14:32

» Le Pognon et le Rugby
par Scalp Ven 3 Fév 2023 - 10:50

» Transferts (Autres clubs)
par Switch Ven 3 Fév 2023 - 9:08

» Louis BIELLE-BIARREY
par Dr. Gregory Bouse Jeu 2 Fév 2023 - 12:27

» Autres Clubs
par Dr. Gregory Bouse Jeu 2 Fév 2023 - 11:03

» Vadim Cobilas
par marchal Mer 1 Fév 2023 - 19:33

» Espoirs 2022-2023
par sudiste Mer 1 Fév 2023 - 16:08

» Yoram Moefana
par marchal Mer 1 Fév 2023 - 14:41

» Maxime Lucu
par Scalp Mer 1 Fév 2023 - 9:48

» 18ᵉ journée : UBB / ASM Clermont
par marchal Mar 31 Jan 2023 - 17:04

» Que deviennent nos anciens joueurs ?
par léopold Mar 31 Jan 2023 - 16:09

» XV de France (partie en cours)
par Scalp Mar 31 Jan 2023 - 10:58

» Top Rugby sur TV7
par Scalp Mar 31 Jan 2023 - 9:35

» 16ᵉ journée : Castres / UBB
par Dr. Gregory Bouse Mar 31 Jan 2023 - 9:11

» UBB, où est ton jeu ?
par patrick Mar 31 Jan 2023 - 0:34

» ils font briller la prod2
par Dr. Gregory Bouse Lun 30 Jan 2023 - 17:24

» Top14 : autres matchs
par sudiste Dim 29 Jan 2023 - 23:34

» Pro D2 : Autres matchs
par nadoloubb Sam 28 Jan 2023 - 7:04

» Yann Lesgourgues
par biscouette Ven 27 Jan 2023 - 22:16

» Champions Cup
par grospaquet31 Ven 27 Jan 2023 - 14:58

» Romain Buros
par willoush Ven 27 Jan 2023 - 13:21

» Musique !!!
par Scalp Ven 27 Jan 2023 - 11:16

Le Deal du moment :
Figurines Funko Pop : 2 achetées = la ...
Voir le deal

Yannick Bru

+4
Scalp
Yatangaki
le radis
patrick
8 participants

Aller en bas

Yannick Bru Empty Yannick Bru

Message  patrick Jeu 15 Déc 2022 - 23:28

Puisque ce sujet commence d'ores et déjà à nous occuper, autant l'ouvrir Wink

_________________
Tombé tout jaune dans le rugby.
Clear eyes, full hearts, can't lose!
Allez UBB
patrick
patrick
Admin
Admin

Nombre de messages : 22317
Localisation : Gradignan, Talence, Lescure, Musard ... ça dépend.
Date d'inscription : 25/01/2008
Humeur : On verra après les 4 prochains matchs ... :)
Age : 57

https://www.allezunion.com

Revenir en haut Aller en bas

Yannick Bru Empty Re: Yannick Bru

Message  le radis Ven 16 Déc 2022 - 9:03

https://www.francebleu.fr/sports/rugby/champions-cup-il-faut-etre-fou-pour-ne-pas-etre-interesse-par-le-projet-de-l-ubb-avoue-yannick-bru-8557887

Je ne comprends rien à cet extrait .
le radis
le radis
Team modo
Team modo

Nombre de messages : 11186
Localisation : talence
Date d'inscription : 12/10/2012
Humeur : le radis noir ou blanc est d'or

Revenir en haut Aller en bas

Yannick Bru Empty Re: Yannick Bru

Message  Yatangaki Ven 16 Déc 2022 - 9:36

le radis a écrit:https://www.francebleu.fr/sports/rugby/champions-cup-il-faut-etre-fou-pour-ne-pas-etre-interesse-par-le-projet-de-l-ubb-avoue-yannick-bru-8557887

Je ne comprends rien à cet extrait .

Je trouve que c'est particulièrement ambiguë les propos au sujet de son arrivé à l'UBB.
C'est un peu du oui je viens on travaille sur le recrutement et le staff mais non il faut encore voir j'ai d'autres propositions scratch

Je sais pas si c'est ce que tu voulais dire Radis.
Yatangaki
Yatangaki
J'aime l'Union à la folie
J'aime l'Union à la folie

Nombre de messages : 3354
Localisation : Pyrénées entre Lourdes et Tarbes
Date d'inscription : 01/05/2021
Humeur : La victoire viendra de l'union et l'union fera notre force

Revenir en haut Aller en bas

Yannick Bru Empty Re: Yannick Bru

Message  Scalp Ven 16 Déc 2022 - 9:40

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
https://www.arlfm.com/news/top-ubb-du-jeudi-15-decembre-yannick-bru-je-suis-tres-concentre-sur-les-sharks-mais-il-faut-etre-fou-pour-ne-pas-etre-interesse-par-le-projet-de-l-ubb-28845

_________________
« Le rugby c'est ma vie et ma vie c'est le rugby »   Christophe Urios
Scalp
Scalp
Team modo
Team modo

Nombre de messages : 28899
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 55

Revenir en haut Aller en bas

Yannick Bru Empty Re: Yannick Bru

Message  Scalp Ven 16 Déc 2022 - 9:44

Bru confirme ses discussions avec l'UBB : "Le projet bordelais ne me laisse pas insensible"

https://www.rugbyrama.fr/rugby/transferts/2021/transferts-yannick-bru-confirme-ses-discussions-avec-l-ubb-le-projet-bordelais-ne-me-laisse-pas-inse_sto9275694/story.shtml

_________________
« Le rugby c'est ma vie et ma vie c'est le rugby »   Christophe Urios
Scalp
Scalp
Team modo
Team modo

Nombre de messages : 28899
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 55

Revenir en haut Aller en bas

Yannick Bru Empty Re: Yannick Bru

Message  Scalp Ven 16 Déc 2022 - 9:45

Yatangaki a écrit:
le radis a écrit:https://www.francebleu.fr/sports/rugby/champions-cup-il-faut-etre-fou-pour-ne-pas-etre-interesse-par-le-projet-de-l-ubb-avoue-yannick-bru-8557887

Je ne comprends rien à cet extrait .

Je trouve que c'est particulièrement ambiguë les propos au sujet de son arrivé à l'UBB.
C'est un peu du oui je viens on travaille sur le recrutement et le staff mais non il faut encore voir j'ai d'autres propositions scratch

Je sais pas si c'est ce que tu voulais dire Radis.

Ça n'a pas l'air d'être complètement ficelé cette affaire think

_________________
« Le rugby c'est ma vie et ma vie c'est le rugby »   Christophe Urios
Scalp
Scalp
Team modo
Team modo

Nombre de messages : 28899
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 55

Revenir en haut Aller en bas

Yannick Bru Empty Re: Yannick Bru

Message  Yatangaki Ven 16 Déc 2022 - 9:52

Scalp a écrit:
Yatangaki a écrit:
le radis a écrit:https://www.francebleu.fr/sports/rugby/champions-cup-il-faut-etre-fou-pour-ne-pas-etre-interesse-par-le-projet-de-l-ubb-avoue-yannick-bru-8557887

Je ne comprends rien à cet extrait .

Je trouve que c'est particulièrement ambiguë les propos au sujet de son arrivé à l'UBB.
C'est un peu du oui je viens on travaille sur le recrutement et le staff mais non il faut encore voir j'ai d'autres propositions scratch

Je sais pas si c'est ce que tu voulais dire Radis.

Ça n'a pas l'air d'être complètement ficelé cette affaire think

Oui c'est une éventualité mais d'après moi il attend de voir qui va accepter de le rejoindre (surtout staff) dans le projet de l'UBB.
Il y a encore des points d'interrogations sur le staff.
Yatangaki
Yatangaki
J'aime l'Union à la folie
J'aime l'Union à la folie

Nombre de messages : 3354
Localisation : Pyrénées entre Lourdes et Tarbes
Date d'inscription : 01/05/2021
Humeur : La victoire viendra de l'union et l'union fera notre force

Revenir en haut Aller en bas

Yannick Bru Empty Re: Yannick Bru

Message  Scalp Ven 16 Déc 2022 - 10:05

Yatangaki a écrit:
Scalp a écrit:
Yatangaki a écrit:
le radis a écrit:https://www.francebleu.fr/sports/rugby/champions-cup-il-faut-etre-fou-pour-ne-pas-etre-interesse-par-le-projet-de-l-ubb-avoue-yannick-bru-8557887

Je ne comprends rien à cet extrait .

Je trouve que c'est particulièrement ambiguë les propos au sujet de son arrivé à l'UBB.
C'est un peu du oui je viens on travaille sur le recrutement et le staff mais non il faut encore voir j'ai d'autres propositions scratch

Je sais pas si c'est ce que tu voulais dire Radis.

Ça n'a pas l'air d'être complètement ficelé cette affaire think

Oui c'est une éventualité mais d'après moi il attend de voir qui va accepter de le rejoindre (surtout staff) dans le projet de l'UBB.
Il y a encore des points d'interrogations sur le staff.

Ça négocie encore sûrement, c'est assez normal finalement...

_________________
« Le rugby c'est ma vie et ma vie c'est le rugby »   Christophe Urios
Scalp
Scalp
Team modo
Team modo

Nombre de messages : 28899
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 55

Revenir en haut Aller en bas

Yannick Bru Empty Re: Yannick Bru

Message  Scalp Ven 16 Déc 2022 - 10:12

https://www.lequipe.fr/Rugby/Article/Yannick-bru-une-parenthese-chez-les-sharks-sud-africains-avant-de-rebondir/1370313

Yannick Bru, une parenthèse chez les Sharks sud-africains avant de rebondir

Après quatre saisons à Bayonne, Yannick Bru a choisi de vivre une expérience chez les Sharks de Durban, qui affrontent l'UBB ce vendredi (21 heures). Un exil pour mieux s'imprégner du quotidien du rugby champion du monde, avant de revenir en Top 14 avec des idées fraîches.

Aurélien Bouisset à Durban (AFS)

C'est aussi pour ça qu'il est parti, faire le plein d'idées neuves à utiliser ensuite chez lui, mais il y a certaines compétences que Yannick Bru ne s'attendait pas à pouvoir ramener d'Afrique du Sud, le jour où il reviendrait en Top 14. Ce lundi matin-là, lorsque l'électricité a sauté dans les installations du Kings Park, le stade de Durban qui sert de centre d'entraînement aux Sharks, l'ancien manager de Bayonne en a souri. Ici, les pannes ou les coupures auxquelles on prépare psychologiquement les Français pour l'hiver, c'est le quotidien de tout un pays depuis près de quinze ans.

La litote bureaucratique locale les a nommées loadshedding, traduire : délestage, qui doit beaucoup à l'incurie et à la corruption de l'opérateur étatique, Eskom. Tous les jours, le courant s'interrompt, par tranches de plusieurs heures. Et tous les jours, les Sud-Africains en parlent, les maudissent et en plaisantent : s'il y a une expertise que leur pays pourrait tout à fait exporter en ce moment, disent-ils, c'est la planification de ces coupures.

« Tout à l'heure, dans mon bureau, j'ai lancé la musique de la Coupe des champions. Tout de suite, Yannick a rappliqué et j'ai pu voir des frissons sur ses avant-bras ! »

Neil Powell, coach principal des Sharks

Alors, en attendant de faire bénéficier son futur club de ce tout aussi neuf qu'inattendu bagage technique, Bru fait comme ses collègues du staff et leurs joueurs : il s'adapte. Une troupe d'une quarantaine de personnes délaisse sa salle de vie plongée dans l'obscurité pour dénicher une petite pièce trop exiguë mais équipée d'un générateur, qui alimente un écran plat sur lequel la présentation de la semaine va pouvoir débuter.

Ce jour-là, les Sharks découvrent un nouvel univers, la Coupe des champions, qui a ouvert ses portes aux franchises sud-africaines. Et, avant de recevoir les Anglais des Harlequins, le samedi (victoire 39-31), il s'agit de faire comprendre à tous, entraîneurs et joueurs, que cette ex-Coupe d'Europe est une compétition à part, sur le terrain comme dans son décorum.

Désigné coach principal la semaine précédente, Neil Powell convoque Bru à la barre. Il compte sur l'ex-Toulousain, qui a soulevé deux fois ce trophée en Rouge et Noir (2003, 2005), pour initier ses troupes. « Tout à l'heure, dans mon bureau, j'ai lancé la musique de la Coupe des champions. Tout de suite, Yannick a rappliqué et j'ai pu voir des frissons sur ses avant-bras ! », dit Powell, ancien architecte des Blitzboks, la sélection à 7, qu'il a menée au bronze olympique à Rio en 2016.

« Quand, à ta première réunion, tu as ces mecs champions du monde... Ça fait quelque chose ! J'avais envie de passer du temps avec eux, de voir comment ça fonctionne de l'intérieur. »

Yannick Bru, entraîneur adjoint des Sharks

Cette expérience fait partie des raisons pour lesquelles Eduard Coetzee, boss des Sharks, a voulu attirer Bru sur les bords de l'océan Indien. « Il peut expliquer ce que c'est aux coaches et joueurs sud-africains qui n'y ont jamais pris part », abonde, dans un français parfait, l'ancien pilier de Biarritz, en ajustant ses lunettes rondes. « Et ici, Yannick n'a pas de pression : quand tu vis dans le rugby comme il l'a fait pendant plusieurs années, ça use, poursuit celui qui est devenu l'un des dirigeants les plus en vue du rugby Sudaf. C'était bien pour lui de prendre l'air ».

Le soir même, à la table d'un resto italien de Light House Street où il a ses habitudes, le technicien confirme. « Immédiatement après ma carrière, j'ai fait onze ans comme entraîneur adjoint à Toulouse (2007-2012) puis en équipe de France (2012-2017). Après, j'ai pris un premier poste d'entraîneur principal à Bayonne (2018-2022), un club en plein développement. On est montés en Top 14. Trop vite. On est redescendus, il y a eu le Covid, on est remontés au prix d'une dépense d'énergie incroyable. À la fin, j'étais épuisé et j'avais envie d'un break. Le problème de notre métier, c'est que tu ne te formes plus. Tu as une performance à livrer tous les samedis, tu es pris par l'urgence, tu ne lèves plus les yeux, tu stagnes. La charge mentale est forte. »

Grâce aux liens noués avec Eduard Coetzee lors de la tournée du quinze de France en 2017, approfondis dans un partenariat entre l'Aviron et la franchise de Durban, les Sharks pouvaient lui offrir le cadre idéal pour se régénérer : un poste d'entraîneur adjoint, moins exposé, et un accueil pour sa famille, qui doit le rejoindre en ce mois de décembre. Sa fiche de poste fait de lui le spécialiste des phases de contact, en attaque comme en défense, le décrypteur du jeu adverse, surtout en Coupe des champions, et Bru doit aussi échanger avec les entraîneurs de l'Académie, dans un pays où les coaches n'ont pas de formation dédiée.

« C'est comme une année universitaire ! », jubile l'ancien adjoint de Guy Novès à Toulouse comme en Bleu. Et sur son campus, il est bien entouré. Ce matin-là, pour la séance de muscu des avants, programmée à 8 heures, Bru, ordinateur sous le bras, déambulait entre Bongi Mbonambi ou Ox Nché, deux Springboks titulaires contre la France en novembre (victoire des Bleus, 30-26). En fin de matinée, lors d'une réunion, c'est Eben Etzebeth qui faisait rejaillir son aura sur le groupe d'un court discours motivant. À midi, dans la cafétéria qui sert de cantine, Lukhanyo Am et Makazole Mapimpi, les complices du premier essai Bok en finale du Mondial 2019 (victoire contre l'Angleterre, 32-12) discutaient en grignotant à même le sol. Et Siya Kolisi, charismatique capitaine des champions du monde, n'était jamais loin.

Bru en lève un sourcil : « J'ai travaillé dans de très grands clubs... Mais là, quand, à ta première réunion, tu as ces mecs champions du monde... Ça fait quelque chose ! J'avais envie de passer du temps avec eux, de voir comment ça fonctionne de l'intérieur. Il m'intéresse, ce rugby champion du monde. » Et les découvertes n'ont pas manqué pour le technicien, qui multiplie les anecdotes sur ce botteur qui arrive à 6 heures du mat'pour bosser seul son jeu au pied, ou ces joueurs qui lui demandent de boire un café à une heure tout aussi matinale, sur un jour de repos, pour discuter d'un point tactique ou technique.

« Ce que j'ai appris ici, c'est l'intensité dans la préparation en début de semaine, rebondit-il. Le lundi, ils appellent ça "installation day", c'est une journée avec beaucoup de réunions où on dégrossit la façon dont on va jouer comme les enjeux de la semaine. Puis le mardi, c'est une journée à grosse intensité, où la charge va être importante. Le mot n'existe pas, mais ici, les joueurs sont d'une "entraînabilité"... Pour eux, le rugby est d'abord un boulot. » Où il faut être efficace et performant, avant de penser à prendre du plaisir.

Bordeaux dans le viseur ?


Bru, comme son ami et collègue Akvsenti Giorgadze, qui s'occupe ici de la touche depuis 2020, ont pu noter que certaines moeurs du Top 14 sont totalement absentes en Afrique du Sud. « Le contrôle de la charge d'entraînement et le bien-être du joueur, un sujet important chez nous, ils s'en foutent ici ! », sourit-il. Tout en essayant de sensibiliser ses collègues à ces problématiques, auxquelles les franchises sud-africaines vont être de plus en plus confrontées, elles qui disputent toujours plus de matches.

« Et ils nous écoutent !, apprécie-t-il. Ce sont des gens déterminés et jusqu'au-boutistes, mais pas des bourrins. Si tu leur expliques de manière rationnelle, ils y vont à fond. Ils sont ennemis des paillettes, simples et efficaces. S'il y a quelque chose que je ramènerai en France, c'est ça ! » De quoi faire redémarrer le courant dans sa future destination. Ironie de l'histoire, Yannick Bru pourrait d'ailleurs prendre la direction de Bordeaux, où il joue ce vendredi avec les Sharks.

_________________
« Le rugby c'est ma vie et ma vie c'est le rugby »   Christophe Urios
Scalp
Scalp
Team modo
Team modo

Nombre de messages : 28899
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 55

Revenir en haut Aller en bas

Yannick Bru Empty Re: Yannick Bru

Message  Scalp Ven 16 Déc 2022 - 10:17

Sud-Ouest : Ce n’est plus un mystère, suite au départ de Christophe Urios, Yannick Bru sera le manager de l’Union Bordeaux-Bègles en 2023-2024. Mais pour le moment, l’ancien technicien de Bayonne fait partie du staff des Sharks, la franchise sud-africaine qui vient défier le club girondin ce vendredi (21 heures), lors de cette 2e journée de Champions Cup.

L'avis de Sud-Ouest :chambreur: article à lire dans le topic UBB/Sharks

_________________
« Le rugby c'est ma vie et ma vie c'est le rugby »   Christophe Urios
Scalp
Scalp
Team modo
Team modo

Nombre de messages : 28899
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 55

Revenir en haut Aller en bas

Yannick Bru Empty Re: Yannick Bru

Message  nadoloubb Ven 16 Déc 2022 - 11:22

Scalp a écrit:Sud-Ouest : Ce n’est plus un mystère, suite au départ de Christophe Urios, Yannick Bru sera le manager de l’Union Bordeaux-Bègles en 2023-2024. Mais pour le moment, l’ancien technicien de Bayonne fait partie du staff des Sharks, la franchise sud-africaine qui vient défier le club girondin ce vendredi (21 heures), lors de cette 2e journée de Champions Cup.

L'avis de Sud-Ouest  :chambreur:  article à lire dans le topic UBB/Sharks


https://www.rugbyrama.fr/rugby/champions-cup/2020-2021/champions-cup-jean-baptiste-dubie-ubb-l-arrivee-de-bru-je-ne-me-concentre-pas-sur-ca_sto9275760/story.shtml

Oui meme les joueurs le disent, c'est diplomatique pour Bru, car meme si dubie dit "Ah bon ? C’est lui le futur manager. Ça a été acté ? Je n’en sais rien." il dit après "Je pense que ce sera peut-être bizarre pour lui et pour nous" :chambreur:  ca veut tout dire
nadoloubb
nadoloubb
J'aime l'Union à la folie
J'aime l'Union à la folie

Nombre de messages : 5180
Localisation : orléans
Date d'inscription : 13/04/2018

Revenir en haut Aller en bas

Yannick Bru Empty Re: Yannick Bru

Message  Scalp Ven 16 Déc 2022 - 11:32

nadoloubb a écrit:
Scalp a écrit:Sud-Ouest : Ce n’est plus un mystère, suite au départ de Christophe Urios, Yannick Bru sera le manager de l’Union Bordeaux-Bègles en 2023-2024. Mais pour le moment, l’ancien technicien de Bayonne fait partie du staff des Sharks, la franchise sud-africaine qui vient défier le club girondin ce vendredi (21 heures), lors de cette 2e journée de Champions Cup.

L'avis de Sud-Ouest  :chambreur:  article à lire dans le topic UBB/Sharks


https://www.rugbyrama.fr/rugby/champions-cup/2020-2021/champions-cup-jean-baptiste-dubie-ubb-l-arrivee-de-bru-je-ne-me-concentre-pas-sur-ca_sto9275760/story.shtml

Oui meme les joueurs le disent, c'est diplomatique pour Bru, car meme si dubie dit "Ah bon ? C’est lui le futur manager. Ça a été acté ? Je n’en sais rien." il dit après "Je pense que ce sera peut-être bizarre pour lui et pour nous" :chambreur:  ca veut tout dire

Ouep, manque peut-être la finalisation avant l'officialisation, mais ce serait ok sur le principe, enfin..., peut-être :chambreur:

_________________
« Le rugby c'est ma vie et ma vie c'est le rugby »   Christophe Urios
Scalp
Scalp
Team modo
Team modo

Nombre de messages : 28899
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 55

Revenir en haut Aller en bas

Yannick Bru Empty Re: Yannick Bru

Message  tire-bouchon Ven 16 Déc 2022 - 11:40

Scalp a écrit:
nadoloubb a écrit:
Scalp a écrit:Sud-Ouest : Ce n’est plus un mystère, suite au départ de Christophe Urios, Yannick Bru sera le manager de l’Union Bordeaux-Bègles en 2023-2024. Mais pour le moment, l’ancien technicien de Bayonne fait partie du staff des Sharks, la franchise sud-africaine qui vient défier le club girondin ce vendredi (21 heures), lors de cette 2e journée de Champions Cup.

L'avis de Sud-Ouest  :chambreur:  article à lire dans le topic UBB/Sharks


https://www.rugbyrama.fr/rugby/champions-cup/2020-2021/champions-cup-jean-baptiste-dubie-ubb-l-arrivee-de-bru-je-ne-me-concentre-pas-sur-ca_sto9275760/story.shtml

Oui meme les joueurs le disent, c'est diplomatique pour Bru, car meme si dubie dit "Ah bon ? C’est lui le futur manager. Ça a été acté ? Je n’en sais rien." il dit après "Je pense que ce sera peut-être bizarre pour lui et pour nous" :chambreur:  ca veut tout dire

Ouep, manque peut-être la finalisation avant l'officialisation, mais ce serait ok sur le principe, enfin..., peut-être :chambreur:

Bon, sportivement je ne sais pas si la mayonnaise prendra, par contre côté communication ça change d' Urios !
Bien que je l' avais trouvé bien silencieux quant aux raisons de son départ de Bayonne.
tire-bouchon
tire-bouchon
J'aime l'Union à la folie
J'aime l'Union à la folie

Nombre de messages : 1242
Localisation : Ehpad St-Emilion
Date d'inscription : 06/06/2011
Humeur : végétative
Age : 71

Revenir en haut Aller en bas

Yannick Bru Empty Re: Yannick Bru

Message  marchal Sam 17 Déc 2022 - 16:23

https://www.sudouest.fr/sport/rugby/champions-cup-ca-fait-plaisir-de-pouvoir-se-balader-dans-les-rues-de-bordeaux-dit-yannick-bru-13412106.php
marchal
marchal
Centre de presse
Centre de presse

Nombre de messages : 3892
Localisation : bordeaux
Date d'inscription : 12/06/2013

Revenir en haut Aller en bas

Yannick Bru Empty Re: Yannick Bru

Message  Scalp Mar 24 Jan 2023 - 9:20

https://www.sudouest.fr/sport/rugby/top14/rugby-yannick-bru-j-ai-une-vision-claire-du-potentiel-de-l-ubb-13787266.php

Rugby. Yannick Bru : « J’ai une vision claire du potentiel de l’UBB »

Par Recueilli par Arnaud David et Yoan Leshauriès - a.david@sudouest.fr

Yannick Bru sera le manager de l’Union Bordeaux-Bègles (Top 14) la saison prochaine. Il s’exprime pour la première fois depuis sa nomination dans une interview à « Sud Ouest »

Entre vos fonctions d’entraîneur chez les Sharks et le projet UBB, comment partagez-vous votre temps et vos neurones ?


Je suis bien occupé. J’étais venu chez les Sharks pour me régénérer, pour changer ma façon de réfléchir. Cette sollicitation de l’UBB est arrivée. Elle ne pouvait pas se refuser. On commence très tôt ici. Je passe donc mes matinées jusqu’au milieu de l’après-midi avec les Sharks. Cela se calme vers 16 heures. Et les fins d’après-midi, je les passe sur les sujets qu’il y a à traiter sur le projet UBB. Avec beaucoup de discussions et d’échanges avec Laurent Marti (le président) et la cellule de recrutement. Avec certaines personnes qui feront partie du staff à l’avenir aussi, et d’autres qui sont déjà dans l’existant. Tout s’anticipe. En janvier-février se règlent des choses qui détermineront la performance de septembre prochain.

Comment travaillez-vous sur le recrutement ?

Il y a une cellule qui fait un travail remarquable avec Christophe Laussucq, Nicolas Zenoni et Laurent Marti lui-même qui est très investi. On échange beaucoup aussi avec les personnes qui nous rejoindront. Recruter, c’est un risque, c’est un challenge. C’est un boulot intéressant mais il ne faut pas se rater. Je l’ai appris à mes dépens lors de mes quatre années à Bayonne. Chaque erreur de casting peut devenir une grosse problématique. Pour les postes ciblés, l’idée générale est d’amener du punch et de la puissance au niveau des avants et du leadership. Aujourd’hui, sur la photo de l’équipe, on a une moyenne d’âge élevée, très expérimentée. Et derrière, on cherche du leadership car on anticipe que beaucoup de joueurs vont être mobilisés par l’équipe de France. En période internationale, on anticipe que l’on peut manquer d’expérience dans la prise de décision.

« Je n’ai pas voulu brusquer les choses et mettre les gens mal à l’aise »


Avez-vous déjà discuté avec certains joueurs leaders de l’UBB ?

On était dans un scénario particulier avec cette double confrontation avec les Sharks. Cela me paraissait mal placé de rentrer en contact avec certains joueurs. Ils ont une actualité, un présent à gérer qui génère de la pression. Ils ont besoin d’être impliqués à fond. Si j’avais été en place, je n’aurais pas apprécié que ceux qui arrivent passent trop de temps à pomper de l’énergie aux joueurs. Je l’ai vécu l’an passé à Bayonne. J’étais celui qui partait. C’est rigolo, le rugby te fait souvent retomber dans des cycles que tu as vécus, dans des positions différentes. Donc je n’ai eu aucun joueur de l’UBB avant cette double confrontation. Mais la Champions Cup est terminée. Je pense que je vais être amené à discuter avec certains leaders de l’équipe mais je le ferai avec beaucoup de mesure par rapport aux échéances. Je n’ai pas voulu brusquer les choses et mettre les gens mal à l’aise.

Quelle est votre analyse des forces et des faiblesses de l’UBB ?


Cette double confrontation m’a servi. J’ai une vision assez claire du potentiel, de l’état d’esprit, de l’environnement. D’autant qu’une de mes missions chez les Sharks, c’est d’analyser le jeu de l’adversaire. Cela m’a permis de travailler en profondeur sur Bordeaux. Il y a des choses que l’UBB fait très bien. Elle a de grosses qualités dans les duels. Elle possède des individualités de premier plan. Elle a une énergie, un caractère remarquable dans certains moments. C’est un socle important. Il y a des choses que je ferai différemment sur un plan rugbystique. Cela fait partie de la subjectivité de tous les entraîneurs.

Sur cette double confrontation, avez-vous été à l’aise avec la situation ?

Pas trop… Je savais qu’on n’avait pas besoin d’avoir paraphé un contrat, la parole de Laurent Marti me suffisait. Mais vu que je n’avais pas encore officiellement signé, je n’étais pas trop à l’aise avec ça. Je suis content que ces deux matchs soient passés. À l’issue du dernier match, j’ai pu échanger avec certaines personnes du staff. Ça m’a fait du bien de leur parler car j’étais un peu gêné.

Au moment où vous avez été sollicité par l’UBB, avez-vous pensé à écourter votre aventure en Afrique du Sud ?

Je ne souhaitais pas arriver de suite, déjà par respect vis-à-vis du staff en place qui fait du très bon travail depuis plusieurs années. Je n’aurais pas aimé qu’on me le fasse. Et prendre à bras-le-corps un projet aussi important que celui de l’UBB, il faut le faire dans de bonnes conditions, avec des gens qu’on a choisis, proprement. Le patron de l’UBB, c’est Laurent Marti. S’il m’avait dit, « c’est à prendre maintenant ou à laisser », je pense que j’aurais eu mal à la tête.

Dans votre parcours personnel, comment envisagez-vous l’étape UBB ?

Quand je me retourne, j’ai l’impression que le temps est vite passé. Sans compter mon année de consultant chez les Sharks, j’ai fait 14 ans d’entraînement. J’ai fait 10 ans comme adjoint au Stade Toulousain et en équipe de France avec des fortunes diverses. Ensuite, j’ai basculé en tant qu’entraîneur principal à Bayonne, dans un club en plein développement, avec un projet axé sur la formation. J’y ai pris beaucoup de plaisir. On est monté peut-être trop vite en Top 14. On est redescendu de manière très douloureuse pour ne pas dire injuste. Et on est remonté. Cela a vraiment été très formateur. Et là, je recherchais un projet sportif avec une équipe possédant des moyens et des ambitions. De ce point de vue, le projet de Bordeaux cochait toutes les cases. J’ai été honoré et ravi qu’on me propose ce challenge.

Vous avez choisi Thibault Giroud, le directeur de la performance de l’équipe de France, pour bâtir votre projet. Pourquoi ?

Je connais Thibault depuis longtemps. Nous sommes en contact régulier depuis son passage à Glasgow. Moi, j’étais en équipe nationale. J’essayais de comprendre pourquoi on était en retard au niveau du paquet d’avants sur la contribution au jeu. On est devenu copains. Il a une expertise certaine sur la préparation athlétique et sur la gestion de la performance. C’est la bonne personne pour donner une dimension athlétique supplémentaire à notre équipe. Il sera directeur de la performance. C’est un projet large. Son expérience acquise au niveau international va être un atout précieux. Il s’entend très bien avec les joueurs. Il a aussi été moteur sur le recrutement de certains. L’UBB sera mieux armée avec lui.

Avez-vous finalisé votre staff ?


Il est finalisé à 80 %. Des personnes qui sont dans le projet actuel continueront. Des personnes de confiance et de compétence me rejoindront. Mais sur la partie sportive et le coaching, tout n’est pas encore bouclé. Il est prématuré de m’exprimer là-dessus.

« En France, on a aussi des forces, un ADN. Il ne faut pas faire l’erreur du copié-collé »


Que vous aura apporté cette saison chez les Sharks ?

Je suis venu pour comprendre comment ce rugby sud-africain gagne avec beaucoup de simplicité et d’efficacité, pour voir comment l’engagement des joueurs se traduit au quotidien. Ce rugby sud-africain regorge de potentiel mais souffre économiquement. Je suis impressionné de voir comment avec peu de moyens, ces équipes ont autant de rendement. Toutes les provinces sud-africaines sont qualifiées en Champions Cup, les Springboks sont allés battre l’Angleterre à Twickenham… C’est un rugby qui compte. J’ai vraiment appris des choses ici.

Cet état d’esprit est-il exportable ?

Non. On est un pays latin. Même si on se plaint beaucoup, les joueurs français souffrent beaucoup moins dans leur famille, au niveau politique et social, que les joueurs sud-africains. Ça développe des réactions différentes. Mais en France, on a aussi des forces, un ADN. Il ne faut pas faire l’erreur du copié-collé car ça ne marche jamais. Mais je m’estime chanceux d’avoir pu passer une saison en tant que consultant chez les Sharks.

_________________
« Le rugby c'est ma vie et ma vie c'est le rugby »   Christophe Urios
Scalp
Scalp
Team modo
Team modo

Nombre de messages : 28899
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 55

Revenir en haut Aller en bas

Yannick Bru Empty Re: Yannick Bru

Message  Roberto Miopalmo Mar 24 Jan 2023 - 9:36

Scalp a écrit:https://www.sudouest.fr/sport/rugby/top14/rugby-yannick-bru-j-ai-une-vision-claire-du-potentiel-de-l-ubb-13787266.php

Rugby. Yannick Bru : « J’ai une vision claire du potentiel de l’UBB »

Par Recueilli par Arnaud David et Yoan Leshauriès - a.david@sudouest.fr

Yannick Bru sera le manager de l’Union Bordeaux-Bègles (Top 14) la saison prochaine. Il s’exprime pour la première fois depuis sa nomination dans une interview à « Sud Ouest »

Entre vos fonctions d’entraîneur chez les Sharks et le projet UBB, comment partagez-vous votre temps et vos neurones ?


Je suis bien occupé. J’étais venu chez les Sharks pour me régénérer, pour changer ma façon de réfléchir. Cette sollicitation de l’UBB est arrivée. Elle ne pouvait pas se refuser. On commence très tôt ici. Je passe donc mes matinées jusqu’au milieu de l’après-midi avec les Sharks. Cela se calme vers 16 heures. Et les fins d’après-midi, je les passe sur les sujets qu’il y a à traiter sur le projet UBB. Avec beaucoup de discussions et d’échanges avec Laurent Marti (le président) et la cellule de recrutement. Avec certaines personnes qui feront partie du staff à l’avenir aussi, et d’autres qui sont déjà dans l’existant. Tout s’anticipe. En janvier-février se règlent des choses qui détermineront la performance de septembre prochain.

Comment travaillez-vous sur le recrutement ?

Il y a une cellule qui fait un travail remarquable avec Christophe Laussucq, Nicolas Zenoni et Laurent Marti lui-même qui est très investi. On échange beaucoup aussi avec les personnes qui nous rejoindront. Recruter, c’est un risque, c’est un challenge. C’est un boulot intéressant mais il ne faut pas se rater. Je l’ai appris à mes dépens lors de mes quatre années à Bayonne. Chaque erreur de casting peut devenir une grosse problématique. Pour les postes ciblés, l’idée générale est d’amener du punch et de la puissance au niveau des avants et du leadership. Aujourd’hui, sur la photo de l’équipe, on a une moyenne d’âge élevée, très expérimentée. Et derrière, on cherche du leadership car on anticipe que beaucoup de joueurs vont être mobilisés par l’équipe de France. En période internationale, on anticipe que l’on peut manquer d’expérience dans la prise de décision.

   « Je n’ai pas voulu brusquer les choses et mettre les gens mal à l’aise »


Avez-vous déjà discuté avec certains joueurs leaders de l’UBB ?

On était dans un scénario particulier avec cette double confrontation avec les Sharks. Cela me paraissait mal placé de rentrer en contact avec certains joueurs. Ils ont une actualité, un présent à gérer qui génère de la pression. Ils ont besoin d’être impliqués à fond. Si j’avais été en place, je n’aurais pas apprécié que ceux qui arrivent passent trop de temps à pomper de l’énergie aux joueurs. Je l’ai vécu l’an passé à Bayonne. J’étais celui qui partait. C’est rigolo, le rugby te fait souvent retomber dans des cycles que tu as vécus, dans des positions différentes. Donc je n’ai eu aucun joueur de l’UBB avant cette double confrontation. Mais la Champions Cup est terminée. Je pense que je vais être amené à discuter avec certains leaders de l’équipe mais je le ferai avec beaucoup de mesure par rapport aux échéances. Je n’ai pas voulu brusquer les choses et mettre les gens mal à l’aise.

Quelle est votre analyse des forces et des faiblesses de l’UBB ?


Cette double confrontation m’a servi. J’ai une vision assez claire du potentiel, de l’état d’esprit, de l’environnement. D’autant qu’une de mes missions chez les Sharks, c’est d’analyser le jeu de l’adversaire. Cela m’a permis de travailler en profondeur sur Bordeaux. Il y a des choses que l’UBB fait très bien. Elle a de grosses qualités dans les duels. Elle possède des individualités de premier plan. Elle a une énergie, un caractère remarquable dans certains moments. C’est un socle important. Il y a des choses que je ferai différemment sur un plan rugbystique. Cela fait partie de la subjectivité de tous les entraîneurs.

Sur cette double confrontation, avez-vous été à l’aise avec la situation ?

Pas trop… Je savais qu’on n’avait pas besoin d’avoir paraphé un contrat, la parole de Laurent Marti me suffisait. Mais vu que je n’avais pas encore officiellement signé, je n’étais pas trop à l’aise avec ça. Je suis content que ces deux matchs soient passés. À l’issue du dernier match, j’ai pu échanger avec certaines personnes du staff. Ça m’a fait du bien de leur parler car j’étais un peu gêné.

Au moment où vous avez été sollicité par l’UBB, avez-vous pensé à écourter votre aventure en Afrique du Sud ?

Je ne souhaitais pas arriver de suite, déjà par respect vis-à-vis du staff en place qui fait du très bon travail depuis plusieurs années. Je n’aurais pas aimé qu’on me le fasse. Et prendre à bras-le-corps un projet aussi important que celui de l’UBB, il faut le faire dans de bonnes conditions, avec des gens qu’on a choisis, proprement. Le patron de l’UBB, c’est Laurent Marti. S’il m’avait dit, « c’est à prendre maintenant ou à laisser », je pense que j’aurais eu mal à la tête.

Dans votre parcours personnel, comment envisagez-vous l’étape UBB ?

Quand je me retourne, j’ai l’impression que le temps est vite passé. Sans compter mon année de consultant chez les Sharks, j’ai fait 14 ans d’entraînement. J’ai fait 10 ans comme adjoint au Stade Toulousain et en équipe de France avec des fortunes diverses. Ensuite, j’ai basculé en tant qu’entraîneur principal à Bayonne, dans un club en plein développement, avec un projet axé sur la formation. J’y ai pris beaucoup de plaisir. On est monté peut-être trop vite en Top 14. On est redescendu de manière très douloureuse pour ne pas dire injuste. Et on est remonté. Cela a vraiment été très formateur. Et là, je recherchais un projet sportif avec une équipe possédant des moyens et des ambitions. De ce point de vue, le projet de Bordeaux cochait toutes les cases. J’ai été honoré et ravi qu’on me propose ce challenge.

Vous avez choisi Thibault Giroud, le directeur de la performance de l’équipe de France, pour bâtir votre projet. Pourquoi ?

Je connais Thibault depuis longtemps. Nous sommes en contact régulier depuis son passage à Glasgow. Moi, j’étais en équipe nationale. J’essayais de comprendre pourquoi on était en retard au niveau du paquet d’avants sur la contribution au jeu. On est devenu copains. Il a une expertise certaine sur la préparation athlétique et sur la gestion de la performance. C’est la bonne personne pour donner une dimension athlétique supplémentaire à notre équipe. Il sera directeur de la performance. C’est un projet large. Son expérience acquise au niveau international va être un atout précieux. Il s’entend très bien avec les joueurs. Il a aussi été moteur sur le recrutement de certains. L’UBB sera mieux armée avec lui.

Avez-vous finalisé votre staff ?


Il est finalisé à 80 %. Des personnes qui sont dans le projet actuel continueront. Des personnes de confiance et de compétence me rejoindront. Mais sur la partie sportive et le coaching, tout n’est pas encore bouclé. Il est prématuré de m’exprimer là-dessus.

   « En France, on a aussi des forces, un ADN. Il ne faut pas faire l’erreur du copié-collé »


Que vous aura apporté cette saison chez les Sharks ?

Je suis venu pour comprendre comment ce rugby sud-africain gagne avec beaucoup de simplicité et d’efficacité, pour voir comment l’engagement des joueurs se traduit au quotidien. Ce rugby sud-africain regorge de potentiel mais souffre économiquement. Je suis impressionné de voir comment avec peu de moyens, ces équipes ont autant de rendement. Toutes les provinces sud-africaines sont qualifiées en Champions Cup, les Springboks sont allés battre l’Angleterre à Twickenham… C’est un rugby qui compte. J’ai vraiment appris des choses ici.

Cet état d’esprit est-il exportable ?

Non. On est un pays latin. Même si on se plaint beaucoup, les joueurs français souffrent beaucoup moins dans leur famille, au niveau politique et social, que les joueurs sud-africains. Ça développe des réactions différentes. Mais en France, on a aussi des forces, un ADN. Il ne faut pas faire l’erreur du copié-collé car ça ne marche jamais. Mais je m’estime chanceux d’avoir pu passer une saison en tant que consultant chez les Sharks.

Merci Scalp!!
Roberto Miopalmo
Roberto Miopalmo
J'aime l'Union à la folie
J'aime l'Union à la folie

Nombre de messages : 2223
Localisation : sur la table de massage
Date d'inscription : 25/10/2017

Revenir en haut Aller en bas

Yannick Bru Empty Re: Yannick Bru

Message  Yatangaki Mar 24 Jan 2023 - 9:52

Yep merci Scalp pour l'article :chambreur:

_________________
"Si vous pouvez être des coéquipiers exceptionnels, vous avez une chance de devenir une équipe exceptionnelle"
Yatangaki
Yatangaki
J'aime l'Union à la folie
J'aime l'Union à la folie

Nombre de messages : 3354
Localisation : Pyrénées entre Lourdes et Tarbes
Date d'inscription : 01/05/2021
Humeur : La victoire viendra de l'union et l'union fera notre force

Revenir en haut Aller en bas

Yannick Bru Empty Re: Yannick Bru

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum