AllezUnion.com, Forum des supporters de l'Union Bordeaux Bègles - Rugby
Un forum est comme un vestiaire, quand on y rentre on dit bonjour. Pensez donc à vous connecter, ça vous assurera également une visibilité parfaite ;o)

Enregistrer et activer un compte prend 3 minutes. Seule une adresse email valide est nécessaire. Ne soyez pas timide, Allez y !

AllezUnion.com

Rejoignez le forum, c’est rapide et facile

AllezUnion.com, Forum des supporters de l'Union Bordeaux Bègles - Rugby
Un forum est comme un vestiaire, quand on y rentre on dit bonjour. Pensez donc à vous connecter, ça vous assurera également une visibilité parfaite ;o)

Enregistrer et activer un compte prend 3 minutes. Seule une adresse email valide est nécessaire. Ne soyez pas timide, Allez y !

AllezUnion.com
Derniers sujets
» Champions Cup
par Switch Aujourd'hui à 19:55

» Champions Cup - 1/4 de finale UBB/Harlequins
par nadoloubb Aujourd'hui à 19:52

» UBB : Prolongations, Signatures, Départs pour 2024/2025
par LaRuine33 Aujourd'hui à 19:20

» TOP 14 ubb clermont 21journée
par Vince33 Aujourd'hui à 15:20

» Bourse des places des matchs de l'UBB
par Bouhaben Aujourd'hui à 9:36

» Espoirs 2023-2024
par sudiste Hier à 19:49

» Challenge Cup autres clubs
par Big'Ben Hier à 16:13

» Infirmerie 2023-2024
par Yatangaki Ven 12 Avr 2024 - 16:01

» Champions Cup - 8ᵉ de finale UBB/SARACENS
par marchal Ven 12 Avr 2024 - 12:57

» Equipes de France Jeunes
par marchal Ven 12 Avr 2024 - 12:56

» Matthieu Jalibert
par Scalp Ven 12 Avr 2024 - 11:11

» Romain Buros
par Scalp Ven 12 Avr 2024 - 9:59

» Aménagement de Chaban-Delmas, stade de l'UBB
par guillaume ubb Jeu 11 Avr 2024 - 22:18

» Nicolas Depoortere
par Scalp Jeu 11 Avr 2024 - 19:28

» Louis Bielle-Biarrey
par Scalp Jeu 11 Avr 2024 - 19:27

» Musique !!!
par Scalp Jeu 11 Avr 2024 - 13:43

» Autres joueurs
par Switch Jeu 11 Avr 2024 - 13:37

» C'est beau, c'est Bordeaux !
par Scalp Jeu 11 Avr 2024 - 0:02

» Transferts (Autres clubs)
par le radis Mer 10 Avr 2024 - 19:42

» Que deviennent nos anciens joueurs ?
par coach2rugby Mer 10 Avr 2024 - 19:31

» Yannick Bru
par marchal Mer 10 Avr 2024 - 14:00

» Coupe du monde des clubs 2028
par léopold Mer 10 Avr 2024 - 13:11

» Autres Clubs
par Bordelais exilé ds le 31 Mer 10 Avr 2024 - 11:14

» Mateo GARCIA
par Scalp Mar 9 Avr 2024 - 19:25

» Maxime Lamothe
par Scalp Mar 9 Avr 2024 - 13:47

» Yann Lesgourgues
par Scalp Mar 9 Avr 2024 - 13:37

» Le rugby et son évolution
par léopold Mar 9 Avr 2024 - 9:50

» Demandes de billets, déplacements
par krahknardz Lun 8 Avr 2024 - 20:57

» Bayonne/UBB
par patrick Lun 8 Avr 2024 - 14:09

» Carlü Sadie
par nadoloubb Lun 8 Avr 2024 - 14:03

-50%
Le deal à ne pas rater :
-50% sur les sacs à dos pour ordinateur portable Urban Factory ...
19.99 € 39.99 €
Voir le deal

Rugby et démence

+9
biscouette
marchal
Scalp
léopold
patrick
Roberto Miopalmo
Big'Ben
Switch
krahknardz
13 participants

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Aller en bas

Rugby et démence - Page 3 Empty Re: Rugby et démence

Message  Scalp Mar 24 Oct 2023 - 14:43

Chaque année supplémentaire passée à jouer au rugby augmente le risque de lésions au cerveau

https://www.lequipe.fr/Rugby/Actualites/Chaque-annee-supplementaire-passee-a-jouer-au-rugby-augmente-le-risque-de-lesions-au-cerveau/1427242

Scalp
Team modo
Team modo

Nombre de messages : 42289
Date d'inscription : 11/09/2018

Revenir en haut Aller en bas

Rugby et démence - Page 3 Empty Re: Rugby et démence

Message  marchal Mar 7 Nov 2023 - 12:58

https://actu.fr/sports/rugby/pro/rugby-commotions-protege-dents-connectes-que-revelent-les-donnees-des-premiers-matchs_60298700.html
marchal
marchal
Centre de presse
Centre de presse

Nombre de messages : 5551
Localisation : bordeaux
Date d'inscription : 12/06/2013

Revenir en haut Aller en bas

Rugby et démence - Page 3 Empty Re: Rugby et démence

Message  marchal Mar 28 Nov 2023 - 16:58

https://www.lequipe.fr/Rugby/Actualites/Commotions-cerebrales/1433878#xtor=RSS-1

https://www.lefigaro.fr/sports/rugby/commotion-dans-le-sport-les-requetes-de-475-anciens-sportifs-entendues-vendredi-devant-la-haute-cour-de-londres-20231128
marchal
marchal
Centre de presse
Centre de presse

Nombre de messages : 5551
Localisation : bordeaux
Date d'inscription : 12/06/2013

Revenir en haut Aller en bas

Rugby et démence - Page 3 Empty Re: Rugby et démence

Message  Scalp Dim 3 Déc 2023 - 15:27

Commotionnés, plus de 200 joueurs ont porté plainte contre World Rugby et leurs sélections

https://www.lerugbynistere.fr/news/commotionnes-plus-de-200-joueurs-ont-porte-plainte-contre-world-rugby-et-leurs-selections-0312231454.php

_________________
« L'avenir, tu n'as pas à le prévoir, mais à le permettre »   Saint-Exupéry
Scalp
Scalp
Team modo
Team modo

Nombre de messages : 42289
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 56

Revenir en haut Aller en bas

Rugby et démence - Page 3 Empty Re: Rugby et démence

Message  marchal Mer 6 Déc 2023 - 17:53

https://rmcsport.bfmtv.com/rugby/des-effets-des-la-premiere-seance-la-lumiere-infrarouge-solution-miracle-contre-les-commotions_AV-202312060670.html
marchal
marchal
Centre de presse
Centre de presse

Nombre de messages : 5551
Localisation : bordeaux
Date d'inscription : 12/06/2013

Revenir en haut Aller en bas

Rugby et démence - Page 3 Empty Re: Rugby et démence

Message  Scalp Jeu 11 Jan 2024 - 9:48

https://www.lequipe.fr/Rugby/Article/Le-silence-de-la-france-du-rugby-face-aux-commotions-cerebrales/1441454

Le silence de la France du rugby face aux commotions cérébrales

Alors qu'au Royaume-Uni, près de 300 joueurs de rugby, sans compter les treizistes, sont mobilisés pour demander des comptes aux fédérations sur la gestion des commotions, la plainte déposée en France il y a un an peine à rassembler.


Dominique Issartel

Au Royaume-Uni, la plainte collective déposée en 2020 contre les principales instances du rugby par une soixantaine de joueurs souffrant des séquelles de commotions cérébrales rassemble désormais près de 300 rugbymen amateurs et professionnels.

Une action similaire initiée en France en novembre 2022 - un recours en justice contre la Fédération française de rugby et la Ligue pour « manquement à leurs obligations de sécurité et d'information » - peine à regrouper vingt joueurs un an plus tard, dont seulement deux Français, Quentin Garcia et Sarah Chlagou.

« Il existe de fortes craintes, constatent Nino Arnaud et Foucauld Prache, les avocats à l'origine de ce recours, et des joueurs renoncent à agir par peur des conséquences en termes d'image ou de carrière. »

Car le discours insidieusement véhiculé en France, c'est que parler des commotions, ces blessures invisibles du cerveau qui peuvent devenir dramatiques si elles sont répétées, c'est « être un adversaire de ce sport, poursuivent les avocats. Alors que ceux qui se mobilisent oeuvrent à long terme pour la préservation du rugby et l'intégrité de ses pratiquants. »

Pourtant, plusieurs anciens internationaux (on estime qu'un joueur de rugby de haut niveau sur deux a subi au moins une commotion dans sa carrière), même s'ils disent en privé être inquiets des conséquences des chocs répétés sur leur santé, continuent d'assurer : « On savait ce qu'on faisait ; personne ne nous a forcés. »

Alors, les victimes de ces chocs à répétition se taisent, obligées d'arrêter leur carrière du jour au lendemain, souffrant parfois de séquelles lourdes (maux de tête permanents, pertes de mémoire, irritabilité), livrées à elles-mêmes pour se soigner.

Les rares à s'exprimer sont accusées de cracher dans la soupe ; pire, on met souvent ce qu'elles vivent - violences, dépressions - sur le compte d'une addiction à l'alcool sans jamais prendre le problème par l'autre bout.

« Ceux qui disent que (Jamie) Cudmore ou (Carl) Hayman sont dans cet état parce qu'ils boivent se trompent complètement. Ils boivent (ou ont bu) parce qu'ils sont dans cet état »

Sarah Chlagou, ex-joueuse de Rennes

Sarah Chlagou, joueuse à Rennes jusqu'en 2021, arrêtée à la suite de deux grosses commotions, évoque « une forme d'omerta », elle qui a perdu une opportunité d'emploi à cause de sa participation à la plainte collective.

À 26 ans, elle assure que la démarche d'aller devant les tribunaux est constructive. « Aucun d'entre nous ne nie avoir voulu jouer, être sur le terrain à tout prix. Moi-même, j'ai forcé pour ça, je n'ai pas pris le temps qu'il fallait pour récupérer, j'ai falsifié certains protocoles... Mais à aucun moment je n'ai réalisé ce que cela allait engendrer, je ne savais pas ce que j'allais endurer car si je l'avais su, jamais je n'aurais fait tout ça. Ceux qui disent que (Jamie) Cudmore ou (Carl) Hayman sont dans cet état parce qu'ils boivent se trompent complètement. Ils boivent (ou ont bu) parce qu'ils sont dans cet état. Cela crée des pulsions addictives terribles, on a l'impression que ça va calmer les douleurs insoutenables que l'on ressent. »

Ben Pegna, ancien joueur anglais de rugby à 7 et des Saracens, fait partie des nombreux joueurs britanniques qui demandent des comptes à World Rugby et aux Fédérations anglaise et galloise.

Aujourd'hui entraîneur à 47 ans, il estime qu'en France, où il va souvent pour se former, « la puissance économique du Top 14 est un des facteurs qui incite les joueurs à ne pas parler. Dans une petite ville comme Brive par exemple, où les acteurs locaux sont souvent des sponsors du club, c'est dur de parler quand on croise les gens tous les jours. Chez nous, le rugby est en souffrance, des clubs ferment, les structures ne sont pas les mêmes. »

Selon Benoît Guyot, ancien joueur de Biarritz et de La Rochelle, docteur en gestion et un temps auteur de chroniques pour Midi Olympique, les clubs anglais sont « sur le modèle de ceux de la Rugby League (le rugby à XIII), beaucoup plus pointilleux en droit et sur l'accompagnement du joueur. Là-bas, le rugby est vraiment considéré comme une activité professionnelle alors que chez nous, c'est plutôt : "On a la chance de faire ce qu'on fait alors on la ferme". La parole est de plus en plus contrôlée, le sportif n'est pas là pour prendre position. D'ailleurs, aucun joueur français de premier rang ne s'exprime sur le sujet, il n'y a pas de leader comme Steve Thompson, Alix Popham ou Carl Hayman. »

Le cas d'Alexandre Lapandry, ancien international qui s'est retourné contre son club (Clermont), tend à confirmer cela : une fois son cas réglé, il n'a pas souhaité se joindre à la plainte collective ou s'engager avec l'association Alerte Commotions, qui ne compte que quelques dizaines d'adhérents quand, en Angleterre, Head4Change et Progressive Rugby ont des centaines de membres et multiplient les actions pour lever des fonds et aider les victimes de blessures à la tête.

« En France, poursuit Guyot, on baigne encore dans cet environnement viril où celui qui s'oppose au groupe pour des raisons qu'on ne pense pas réelles (les commotions sont invisibles) est rejeté. Sans vrai leader, c'est une position très difficile à tenir. »

« On est seulement au début du problème ; cela va exploser, de plus en plus de joueurs comprennent »

Quentin Garcia, ancien talonneur de Chambéry

Quentin Garcia, ancien talonneur de Chambéry (Fédérale 1) et international espagnol, est un de ces rabat-joie. En 2020, il a été le premier joueur de nationalité française à se retourner contre son club pour « blessures involontaires ».

« En France, c'est la loi du silence, le sujet des commotions n'est pas véritablement abordé - dans le sens : que met-on en place pour que les mentalités changent, pour que les joueurs soient protégés en amont ? - alors que c'est censé être le Championnat le plus professionnel. Pourtant, on est seulement au début du problème ; cela va exploser, de plus en plus de joueurs comprennent. »

Membre actif d'Alerte Commotions, il est inquiet pour les amateurs, qui ne bénéficient pas du même suivi que les pros, pour les jeunes qui retournent sur le terrain, poussés par leurs entraîneurs.

Garcia a écrit à Florian Grill, le nouveau président de la Fédération, sans réponse. « C'est triste que ce soit une association qui, comme elle peut, supplée les manques de la FFR. Au lieu de prendre soin des joueurs inaptes, on leur retire leur licence par voie de mail... »

Il raconte ces amateurs qui viennent demander de l'aide, le nom des spécialistes, ou simplement comprendre. « Je les vois vivre ce que j'ai vécu, ce que Sarah a vécu. Ils racontent, on explique et, d'un coup, ils réalisent : "Mais alors, je ne suis pas fou !" À force d'être isolé, on doute. Moi, avant d'être suivi psychologiquement, j'en étais venu à me demander si j'avais vraiment demandé à quitter le terrain, ce jour de 2019 où je n'aurais jamais dû faire partie de l'équipe. »

Décidé à se battre et à faire changer la façon dont sont considérées les commotions, Garcia s'insurge contre ceux qui disent qu'il veut faire du mal au rugby : « Moi ? Alors que pendant la Coupe du monde les gens du rugby se sont demandé si un mec avec une fracture de la mâchoire allait bientôt pouvoir rejouer ? Ou si tel joueur méritait bien un carton rouge ou un jaune sans jamais se soucier de celui qui avait reçu le coup ? Selon moi, le rugby se fait mal tout seul en ne changeant pas. »

PRÈS DE 300 JOUEURS MOBILISÉS AU ROYAUME-UNI


Initiée en décembre 2020 par une soixantaine de joueurs anglo-saxons, dont le champion du monde anglais Steve Thompson, les internationaux Ryan Jones et Alix Popham (Galles), Carl Hayman (Nouvelle-Zélande) ou Jamie Cudmore (Canada), tous victimes de commotions à répétition, la plainte contre plusieurs instances du rugby - World Rugby, Rugby Football Union (RFU) et Welsh Rugby Union (WRU) - rassemble aujourd'hui 295 joueurs (450 avec les treizistes) britanniques, irlandais, néo-zélandais ou sud-africains qui, en décembre dernier, certains de façon anonyme, ont demandé à la Haute Cour de Londres la jonction de toutes leurs actions, étape qui permettra de déboucher sur un procès en 2024 ou 2025.

Les plaignants, représentés par le cabinet anglais Rylands Garth, estiment que les dirigeants du rugby n'ont pas mis en place des mesures raisonnables pour protéger leur santé et leur sécurité ; une de leurs avocates, Susan Rodway, déclarant que les accusés « auraient dû être au courant de la probabilité de complications neurologiques à long terme dues à des coups répétés ou sub-commotionnels à la tête ».

Une action qui pourrait coûter cher aux instances

Les manquements présumés des instances auraient provoqué des troubles tels que la maladie du motoneurone, la démence précoce, l'épilepsie ou la maladie de Parkinson, ce qu'ont révélé les tests neurologiques que la majorité des plaignants ont passé auprès des experts de King's College University à Londres.

En décembre dernier, juste avant la requête devant le tribunal, World Rugby, la RFU et la WRU avaient déclaré qu'elles ne pouvaient pas commenter l'affaire ni contacter les joueurs car elles n'avaient pas reçu tous les détails, ajoutant que cette action en justice les empêchait « de tendre la main pour soutenir les acteurs impliqués. Nous voulons qu'ils sachent que nous nous soucions profondément de leurs luttes ». Si des noms comme Gavin Henson, Colin Charvis ou Sean Lamont ont en effet été découverts récemment, beaucoup d'autres étaient connus depuis longtemps.

Les acteurs impliqués dans cette action - qui pourrait coûter cher aux instances, à l'instar de celle intentée par les footballeurs américains en 2012 - souhaitent avant tout des changements plus rapides en matière de sécurité. « Pas un de mes clients ne veut détruire son sport, estime Richard Boardman, avocat à l'origine de la plainte. Mais tant que le rugby se disputera onze mois par an, en particulier pour les joueurs d'élite, les gars vont cumuler tant de chocs à la tête qu'ils risquent de souffrir de déficiences neurologiques. »

_________________
« L'avenir, tu n'as pas à le prévoir, mais à le permettre »   Saint-Exupéry
Scalp
Scalp
Team modo
Team modo

Nombre de messages : 42289
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 56

Revenir en haut Aller en bas

Rugby et démence - Page 3 Empty Re: Rugby et démence

Message  Scalp Jeu 11 Jan 2024 - 9:56

Cudmore et le silence concernant les commotions : « Les joueurs ont peur

https://www.lequipe.fr/Rugby/Actualites/Cudmore-et-le-silence-concernant-les-commotions-les-joueurs-ont-peur/1441451

_________________
« L'avenir, tu n'as pas à le prévoir, mais à le permettre »   Saint-Exupéry
Scalp
Scalp
Team modo
Team modo

Nombre de messages : 42289
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 56

Revenir en haut Aller en bas

Rugby et démence - Page 3 Empty Re: Rugby et démence

Message  tonysoprano Jeu 11 Jan 2024 - 12:32

Le titre du topic est mal choisi : les démences séniles (avec principalement des troubles cognitifs) sont des pathologies dégénératives relativement fréquentes avec l'avancée en âge.
Chez les rugbymen l'origine des démences n'est pas dégénérative, mais traumatique (commotions répétées) et frappe des sujets beaucoup plus jeunes.
Je suggère : Rugby et démence (tout court).
tonysoprano
tonysoprano
J'aime l'Union beaucoup
J'aime l'Union beaucoup

Nombre de messages : 99
Localisation : complètement à l'ouest
Date d'inscription : 01/04/2014
Humeur : variable mais belles éclaircies dominantes

Revenir en haut Aller en bas

Rugby et démence - Page 3 Empty Re: Rugby et démence

Message  Scalp Jeu 11 Jan 2024 - 12:37

tonysoprano a écrit:Le titre du topic est mal choisi : les démences séniles (avec principalement des troubles cognitifs) sont des pathologies dégénératives relativement fréquentes avec l'avancée en âge.
Chez les rugbymen l'origine des démences n'est pas dégénérative, mais traumatique (commotions répétées) et frappe des sujets beaucoup plus jeunes.
Je suggère : Rugby et démence (tout court).

Ça fait un moment qu'on regroupe le sujet commotion dans ce topic, mais tu as raison…, Patrick, si tu passes pas là, merci Wink

_________________
« L'avenir, tu n'as pas à le prévoir, mais à le permettre »   Saint-Exupéry
Scalp
Scalp
Team modo
Team modo

Nombre de messages : 42289
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 56

Revenir en haut Aller en bas

Rugby et démence - Page 3 Empty Re: Rugby et démence

Message  Dr. Gregory Bouse Jeu 11 Jan 2024 - 12:48

tonysoprano a écrit:Le titre du topic est mal choisi : les démences séniles (avec principalement des troubles cognitifs) sont des pathologies dégénératives relativement fréquentes avec l'avancée en âge.
Chez les rugbymen l'origine des démences n'est pas dégénérative, mais traumatique (commotions répétées) et frappe des sujets beaucoup plus jeunes.
Je suggère : Rugby et démence (tout court).

Tu maîtrises trop le sujet ! Yesss
Sors de ce corps, Johnny Sexton ! :chambreur: Wink
Dr. Gregory Bouse
Dr. Gregory Bouse
J'aime l'Union à la folie
J'aime l'Union à la folie

Nombre de messages : 5789
Localisation : à l'arrière des taxis...
Date d'inscription : 17/02/2019

Revenir en haut Aller en bas

Rugby et démence - Page 3 Empty Rugby et démence

Message  krahknardz Jeu 11 Jan 2024 - 19:20

C'est couillon, mais il n'y a pas d'outil pour simplement renommer un fil de discussion... scratch scratch

Mais bon, en créant un nouveau fil et en fusionnant les 2 ça marche. :chambreur:
krahknardz
krahknardz
Team modo
Team modo

Nombre de messages : 6888
Localisation : Bègles
Date d'inscription : 07/07/2013
Humeur : Un essai de l'UBB et c'est toute la semaine qui prend des couleurs....
Age : 50

Revenir en haut Aller en bas

Rugby et démence - Page 3 Empty Re: Rugby et démence

Message  Scalp Jeu 11 Jan 2024 - 21:34

krahknardz a écrit:C'est couillon, mais il n'y a pas d'outil pour simplement renommer un fil de discussion... scratch scratch

Mais bon, en créant un nouveau fil et en fusionnant les 2 ça marche. :chambreur:

Yesss

_________________
« L'avenir, tu n'as pas à le prévoir, mais à le permettre »   Saint-Exupéry
Scalp
Scalp
Team modo
Team modo

Nombre de messages : 42289
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 56

Revenir en haut Aller en bas

Rugby et démence - Page 3 Empty Re: Rugby et démence

Message  Scalp Jeu 29 Fév 2024 - 18:59

Santé : la stimulation lumineuse, solution miracle contre les commotions ?

https://www.sudouest.fr/sport/rugby/la-stimulation-lumineuse-solution-miracle-contre-les-commotions-18772103.php

_________________
« L'avenir, tu n'as pas à le prévoir, mais à le permettre »   Saint-Exupéry
Scalp
Scalp
Team modo
Team modo

Nombre de messages : 42289
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 56

Revenir en haut Aller en bas

Rugby et démence - Page 3 Empty Re: Rugby et démence

Message  marchal Ven 29 Mar 2024 - 17:36


nicematin.com
Rugby et commotions: l'encéphalopathie traumatique chronique, fléau mal connu
La rédaction avec AFP
5–7 minutes
"Pas de raison que ça n'existe pas dans le rugby": l'encéphalopathie traumatique chronique (ETC), maladie neurologique liée aux commotions et dont souffrait le demi de mêlée néo-zélandais Billy Guyton avant sa mort, pourrait toucher de nombreux rugbymen.

Publié le 28/03/2024 à 13:30, mis à jour le 28/03/2024 à 13:30
Une étude du cerveau du joueur a permis d'établir avec certitude que Billy Guyton souffrait d'une ETC, de niveau deux sur quatre, faisant de Guyton le premier rugbyman professionnel en Nouvelle-Zélande chez qui cette maladie a été attestée. Photo DR

Maux de tête, incapacité à se concentrer, hypersensibilité aux sons, nausées, vertiges: en mai 2018, la liste des maux dont souffrait Billy Guyton expliquait sans mal sa retraite prématurée, à l'âge de 28 ans, après avoir subi plusieurs commotions dans sa carrière.

Le demi de mêlée néo-zélandais, qui a principalement évolué dans le championnat national mais a aussi joué en Super Rugby, notamment sous le maillot des Auckland Blues aux côtés des All Blacks Charlie Faumuina ou Jerome Kaino, décide alors de jeter l'éponge, après une nouvelle alerte en raison d'un choc à l'entraînement.

"C'est la meilleure chose pour ma santé et ma famille", explique-t-il à l'époque au Nelson Weekly, l'hebdomadaire local de la baie de Tasman, dans l'île du Sud de la Nouvelle-Zélande, où évoluait le joueur sous le maillot des Tasman Mako.

Sa mort dramatique à 33 ans en mai 2023, d'un suicide d'après la presse néo-zélandaise, n'a pourtant pas relancé le débat sur les commotions cérébrales dans le rugby, mais plutôt sur la difficile reconversion des sportifs et le tabou de la santé mentale.
L'ETC, une maladie mal diagnostiquée

Il aura fallu un communiqué de la Brain Bank néo-zélandaise, la semaine dernière, pour rouvrir le débat.

Une étude du cerveau du joueur a permis d'établir avec certitude que Billy Guyton souffrait d'une ETC, de niveau deux sur quatre, faisant de Guyton le premier rugbyman professionnel en Nouvelle-Zélande chez qui cette maladie a été attestée.

"L'ETC est une maladie neurodégénérative qui pourrait résulter d'impacts répétés à la tête, avec pour corollaire des troubles du caractère et de l'humeur, ainsi que des troubles de la mémoire", explique à l'AFP le docteur Jean-François Chermann, neurologue et spécialiste des commotions.

"Le début est insidieux avec des maux de tête persistants, une impulsivité, qui peuvent commencer parfois avant la fin de la carrière du joueur", ajoute-t-il.

La maladie "évolue in fine vers une démence et une perte totale de l'autonomie", décrit à l'AFP le professeur en neurologie Jacques Touchon.

"Le pauvre homme passait des heures dans un petit placard sombre parce qu'il ne supportait pas d'être à la lumière", expliquait à Radio New Zealand John Guyton à propos de son fils Billy, déplorant qu'il n'ait pas été diagnostiqué plus tôt.

"C'est l'examen au microscope du cerveau qui permet de poser le diagnostic avec certitude. C'est donc un examen qui est fait après le décès et non du vivant du sportif", détaille le docteur Chermann.

"Mais si ça existe dans les autres sports, il n'y pas de raison que ça n'existe pas dans le rugby", assure-t-il, citant comme exemple le football américain ou la boxe, où de nombreux cas sont avérés.
Le risque des "subcommotions"

D'anciens joueurs de rugby sont probablement atteints d'ETC, comme l'ex-international gallois Alix Popham, qui a rendu public en 2020 ce diagnostic, annonçant souffrir de démence précoce.

L'ancien troisième ligne fait partie des centaines d'anciens rugbymen engagés dans une procédure judiciaire collective contre World Rugby, et les fédérations anglaise et galloise, en raison de maladies neurologiques attribuées à des commotions.

Parmi les plaignants se trouvent également l'ancien capitaine du pays de Galles Ryan Jones, ou le talonneur anglais Steve Thompson, vainqueur du Mondial-2003.

"Il faut faire en sorte d'identifier les joueurs qui pourraient être à risque de développer une ETC", détaille le Dr Chermann, qui pense qu'à partir de cinq commotions, les joueurs devraient bénéficier d'un protocole avec un panel d'examens.

Avec une difficulté supplémentaire: outre les commotions, les rugbymen subissent également de nombreux chocs de moindre importance lors des plaquages, des grattages... Ces "subcommotions" accumulées pourraient également expliquer l'apparition de l'ETC.

Une solution possible: "jusqu'à l'âge de 15 ans, limiter les contacts, et privilégier l'évitement", prône Jean-François Chermann. Une nécessité d'autant plus forte que "le sport amateur n'a pas l'infrastructure médicale du sport professionnel", souligne Jacques Touchon, qui rajoute que "le cerveau de l'adolescent et du jeune adulte est plus sensible aux chocs que celui de l'adulte".

Mais cette révolution est loin d'être garantie dans un sport aussi admiratif du contact que le rugby.
marchal
marchal
Centre de presse
Centre de presse

Nombre de messages : 5551
Localisation : bordeaux
Date d'inscription : 12/06/2013

Revenir en haut Aller en bas

Rugby et démence - Page 3 Empty Re: Rugby et démence

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum