AllezUnion.com, Forum des supporters de l'Union Bordeaux Bègles - Rugby
Un forum est comme un vestiaire, quand on y rentre on dit bonjour. Pensez donc à vous connecter, ça vous assurera également une visibilité parfaite ;o)

Enregistrer et activer un compte prend 3 minutes. Seule une adresse email valide est nécessaire. Ne soyez pas timide, Allez y !

AllezUnion.com

Rejoignez le forum, c’est rapide et facile

AllezUnion.com, Forum des supporters de l'Union Bordeaux Bègles - Rugby
Un forum est comme un vestiaire, quand on y rentre on dit bonjour. Pensez donc à vous connecter, ça vous assurera également une visibilité parfaite ;o)

Enregistrer et activer un compte prend 3 minutes. Seule une adresse email valide est nécessaire. Ne soyez pas timide, Allez y !

AllezUnion.com
Derniers sujets
» 11ᵉ journée : Perpignan / UBB
par marchal Aujourd'hui à 15:56

» UBB : Prolongations, Signatures, Départs pour 2023/2024
par Yatangaki Aujourd'hui à 15:04

» 12ᵉ journée : UBB / CA Brive
par Big'Ben Aujourd'hui à 14:52

» Musique !!!
par Scalp Aujourd'hui à 11:26

» Yoram Moefana
par Scalp Aujourd'hui à 10:46

» XV de France (partie en cours)
par Scalp Aujourd'hui à 2:04

» Matthieu Jalibert
par Scalp Hier à 14:17

» France Bleu Gironde : La mêlée du lundi
par Scalp Hier à 10:31

» Equipe de France à 7 (hommes)
par Big'Ben Ven 25 Nov 2022 - 21:29

» Transferts (Autres clubs)
par Scalp Ven 25 Nov 2022 - 17:36

» ARL - Top UBB
par Scalp Ven 25 Nov 2022 - 16:45

» Cameron Woki
par Scalp Ven 25 Nov 2022 - 14:42

» Rugby et démence sénile
par Scalp Ven 25 Nov 2022 - 9:21

» Récapitulatif des arrivées/Départs/Prolongations/Sous contrat pour 2023-2024
par Roberto Miopalmo Ven 25 Nov 2022 - 7:30

» Christophe Urios
par guillaume ubb Jeu 24 Nov 2022 - 21:36

» Pro D2 : Autres matchs
par Scalp Jeu 24 Nov 2022 - 19:55

» Que deviennent nos anciens joueurs ?
par marchal Jeu 24 Nov 2022 - 19:36

» Cyril Cazeaux
par Scalp Jeu 24 Nov 2022 - 19:27

» Coupe du Monde 2023 en France
par Scalp Jeu 24 Nov 2022 - 15:19

» Autres nations du Rugby
par Scalp Jeu 24 Nov 2022 - 14:36

» Beka Gorgadze
par Scalp Jeu 24 Nov 2022 - 14:03

» UBB : Prolongations, Signatures, Départs pour 2022/2023
par grospaquet31 Jeu 24 Nov 2022 - 13:14

» Autres joueurs
par Camiste Jeu 24 Nov 2022 - 11:57

» Souvenirs et nécrologie
par Scalp Jeu 24 Nov 2022 - 11:02

» Champion Cup : UBB / Sharks
par Switch Mer 23 Nov 2022 - 19:35

» Autres Clubs
par Switch Mer 23 Nov 2022 - 19:28

» Ben Tameifuna
par Scalp Mer 23 Nov 2022 - 16:28

» Ah c'est beau le foot !
par Scalp Mer 23 Nov 2022 - 16:16

» Béret brodé avec logo UBB Fanes
par patrick Mer 23 Nov 2022 - 14:08

» Sweatshirt brodé UBB Fanes
par Big'Ben Mar 22 Nov 2022 - 19:58

-20%
Le deal à ne pas rater :
PC Portable Gamer 15,6″ ASUS TUF Gaming A15
599.99 € 749.99 €
Voir le deal

SALARY CAP - Plafond salarial

+2
le radis
Scalp
6 participants

Aller en bas

SALARY CAP - Plafond salarial Empty SALARY CAP - Plafond salarial

Message  Scalp Mer 19 Oct 2022 - 18:16

https://www.sudouest.fr/sport/rugby/rugby-la-baisse-du-salary-cap-questionnee-par-des-clubs-de-top-14-12619767.php

Rugby. La baisse du salary cap questionnée par des clubs de Top 14

Par Denys Kappès-Grangé.

Alors qu’il doit être ramené à 10 millions à l’horizon 2024-2025, des gros clubs demandent que le processus soit figé au seuil actuel

La feuille de route a été tracée de longue date. Posée à l’été 2020 par la Ligue, elle avait été entérinée par le vote des clubs de Top 14 et de Pro D2 en décembre 2020 lors de l’assemblée générale de la LNR. Alors que la barre du salary cap s’élevait à 11,3 millions d’euros avant le début de la crise liée à la pandémie de Covid, il a été progressivement ramené à la baisse. 11 M€ en 2021-2022, 10,7 M€ en 2022-2023, 10,4 M€ en 2023-2024 pour arriver à une limitation de la masse salariale des clubs à 10 M€ pour la saison 2024-2025.

Connu de tous, ce processus est pourtant aujourd’hui remis en cause par certains dirigeants des plus gros clubs de Top 14. Des hommes forts tels que Jacky Lorenzetti, président du Racing, ou encore Bernard Lemaître, son homologue à la tête du RC Toulon. Leurs justifications à une telle position ? S’ils estiment légitimes les efforts déployés jusqu’à présent, puisqu’ils ont notamment freiné la dangereuse course à l’armement tout en stimulant l’émergence des jeunes joueurs français, ils jugent qu’une fois ces objectifs atteints, les sécurités se transforment en entraves. Ils plaident donc pour que le salary cap soit maintenu à son seuil actuel.

Un credo qui s’explique par la situation de la majorité des clubs de Top 14 : dix d’entre eux exploitent entre 90 et 100 % de la masse salariale autorisée, un se situe à 82 % et les trois autres naviguent entre 70 et 80 %.

Le crédit « Bleu » relevé ?

Mais cette position est loin de faire l’unanimité. Pourtant ambitieux, les dirigeants du Stade Rochelais ne la partagent pas. Et ils ne sont pas les seuls. « On ne peut pas être tous d’accord un jour et ne plus l’être le lendemain, s’agace Bernard Pontneau, président de la Section Paloise. On a mis en place cette mesure pour être plus équitable sportivement et économiquement. C’est réussi. » Le recensement de sept champions différents au cours des dix dernières années offre effectivement un argument au partisan du maintien de la dynamique baissière du salary cap. « C’est acté et voté », insiste Alain Carré, président de Colomiers (Pro D2) et de l’Union des clubs professionnels de rugby.

Alors qu’ils en ont besoin pour espérer une quelconque révision sur ce dossier, les présidents des gros clubs auront probablement du mal à rallier à leur combat leurs homologues de Pro D2, peu concernés par cette problématique. Mais une piste pourrait être explorée pour contenter le plus grand nombre : la réévaluation du crédit de 200 000 euros par international français dont disposent les clubs. Une solution que Didier Lacroix, président du Stade Toulousain, verrait notamment d’un bon œil…

_________________
« Le rugby c'est ma vie et ma vie c'est le rugby »   Christophe Urios
Scalp
Scalp
Team modo
Team modo

Nombre de messages : 26811
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 55

Revenir en haut Aller en bas

SALARY CAP - Plafond salarial Empty Re: SALARY CAP - Plafond salarial

Message  Scalp Mer 19 Oct 2022 - 18:25

https://www.lequipe.fr/Rugby/Article/La-baisse-constante-du-salary-cap-dans-le-top-14-fait-debat/1360168

La baisse constante du salary cap dans le Top 14 fait débat

Actée il y a deux ans, la baisse du salary cap - plafond de la masse salariale d'un club -, jusqu'aux 10 millions d'euros à l'horizon 2024, suscite des crispations, notamment dans la gestion des effectifs et leur construction pour la saison suivante. Les arbitrages sont de plus en plus compliqués pour ceux qui flirtent avec la limite.

R. Bergogne (avec M. R., Y. S. et G. Du.)

Si la décision de baisser progressivement le salary cap dans les clubs pouvait se justifier par le désir d'enrayer la course aux budgets inflationnistes, sa mise en place a suscité quelques tensions. Bilan.

Saine gestion et équité sportive

La baisse du salary cap (plafond salarial) a été votée à l'été 2020. À l'unanimité des présidents moins Bernard Lemaître, celui de Toulon. De 11,3 millions d'euros en 2020-2021, le plafond est amené graduellement aux 10 millions pour la saison 2024-2025.

Impossible d'occulter dans cette décision le contexte anxiogène de la crise Covid, alors que la saison 2019-2020 n'était pas allée à son terme et que de longs mois de huis clos à venir mettaient en péril la santé financière des clubs.

Laurent Marti, le président de l'UBB, ajoute à ce contexte exceptionnel une tendance de fond vers cette baisse du salary cap, évoquant une « déconnexion économique : on avait plus de charges que de produits (d'exploitation), ce qui peut mener à ce qui se passe actuellement en Angleterre (1) ».

La piste du fair-play financier, qui supposerait que les dépenses n'excèdent pas les recettes, dans un Top 14 où de nombreux présidents-actionnaires-mécènes bouchent encore les trous, avait été écartée bien avant la pandémie.

Un salary cap en baisse

11,3 M€ en 2020-2021.
11 M€ en 2021-2022.
10,7 M€ en 2022-2023.
10,4 M€ en 2023-2024.
10 M€ en 2024-2025.

La régulation des dépenses s'est donc centrée sur les masses salariales, en renforçant ce salary cap mis en place en 2010 par la Ligue nationale (LNR), à hauteur de 8,1 M€ à l'époque, sous la présidence de Pierre-Yves Revol.

« Il n'y a plus ces deux ou trois équipes qui trustaient le Championnat, assure ce dernier, président de Castres. Aujourd'hui, il y a une grosse concurrence entre de nombreux clubs qui ont pu se structurer financièrement. »

Consultés, (presque tous) les présidents et managers de Top 14 ne remettent pas en cause le salary cap. C'est surtout sa baisse qui pose problème.

La crainte d'effectifs de plus en plus restreints

Après le match contre Pau fin septembre (4e j., 43-17), le coach de Montpellier, Philippe Saint-André, évoquait les rotations dans son équipe, avec un message à faire passer : « On a un Top 14 de plus en plus intense, beaucoup de blessés et moins de joueurs avec la baisse du salary cap. » Sept arrivées, dix départs, cinq prêts... « On a huit joueurs en moins dans notre effectif, calcule « PSA ». Si ça continue, on aura de plus en plus d'impasses, ce qui n'est pas une bonne chose pour le spectacle du Top 14 ni pour Canal +. »

Cette saison, le salary cap est à 10,7 M€, contre 11 M€ il y a un an. Les 300 000 euros d'écart en vigueur chaque saison jusqu'en 2024-2025 poussent certains clubs à réduire leurs effectifs professionnels. « On a perdu deux contrats pro. On suit la tendance », confirme le président du LOU Yann Roubert, partisan, lui, de la baisse du salary cap.

Des chiffres dévoilés par la LNR la semaine dernière disent pourtant le contraire. La moyenne de contrat pro par club est à 37,6 fin août 2022, contre 35,8 un an plus tôt. Étonnant quand la grande majorité des clubs a enregistré plus de départs que d'arrivées à l'intersaison. Pas vraiment si on se fie à un autre chiffre de la Ligue et la signature de 53 premiers contrats professionnels cette saison, contre 48 la saison dernière. Comprendre : les recrues en moins sont compensées en partie par des signatures internes.

« À 10 millions de salary cap, j'ai peur qu'on fasse comme les clubs anglais (contraints cette saison par un salary cap à... 5 M de livres) avec 25-26 bons joueurs bien payés et des gamins du centre de formation », ajoute Saint-André. « Cela permet de lancer des joueurs formés au club, répond Pierre-Yves Revol. Qu'on le veuille ou non, avec les Jiff (2), cela aide l'équipe de France... »

Baisse du salaire... médian

10 des 14 clubs sont quasiment au taquet du salary cap, le nombre de contrats pro est en hausse, donc la baisse des salaires est mathématique. Mais « il n'y a pas d'inquiétude dans l'ensemble, selon Mathieu Giudicelli, directeur général de Provale, le syndicat des joueurs. On se fie plutôt à l'évolution du salaire moyen qui est en constante progression depuis dix ans. » Il est estimé, en brut, à 23 000 euros environ aujourd'hui.

Selon plusieurs témoignages de dirigeants, c'est le salaire médian qui baisse. « Nos bons joueurs, on continue à bien les payer. Chez nous, ce sont les petits salaires qui trinquent, explique Philippe Saint-André. Le troisième choix dans votre hiérarchie, à 10 000 euros par mois, on va lui proposer 5 000 pour prolonger. Ça crée des tensions et s'il part, vous faites monter un Espoir ou un joueur de Pro D2 qui entre dans votre grille... »

Réduire les « petits » salaires et miser gros sur quelques joueurs ? Harmoniser les salaires quitte à laisser partir certains joueurs ? Les arbitrages sont compliqués, surtout après une forme d'âge d'or salarial auquel les joueurs s'étaient (trop ?) vite habitués.

« On fait en sorte de garder une certaine justice entre joueurs d'une même génération qui ont la même compétence rugbystique, expliquait Laurent Travers, le manager du Racing 92, dans notre podcast Crunch. « Donc l'an dernier, on doit laisser partir Tanga et Colombe vis-à-vis des Diallo, Kolingar, etc. ajoutait son président Jacky Lorenzetti. Et parce qu'on ne pouvait pas s'aligner avec La Rochelle. Sinon on cassait cette justice salariale. »

Il y a les clubs qui râlent, ceux qui s'adaptent et ceux qui voient cette baisse comme une opportunité. Demandez au président de Bayonne Philippe Tayeb : « On a un plan pour une masse salariale à 10 millions en 2025 (contre 7,8 M€ aujourd'hui), et on sera alors au salary cap. Tout en développant nos infrastructures, on aura donc les atouts pour faire revenir au Pays basque des joueurs qu'on ne peut pas faire venir aujourd'hui. »

Le danger de financements extérieurs


Bernard Lemaître, le président du RCT, promet « des discussions » au comité directeur de la Ligue, dont il fait partie. Arrêter la baisse ? Certains de ses homologues sont pour. « 10,7 millions, ça pourrait être le bon compromis », affirme le président de l'UBB Laurent Marti, favorable à la baisse il y a deux ans. Depuis, les recettes jour de match sont reparties de plus belle et les droits télé augmentent.

Pour la Ligue, encore soutenue par la majorité des clubs, dont ceux de Pro D2, il n'est pas question de revenir sur cette baisse. « J'ai mis les mains dans le cambouis pendant deux ans pour régulariser mes salaires et il faudrait revenir en arrière parce que d'autres commencent à s'étrangler ? », s'interroge un dirigeant. « Les indicateurs économiques sont plutôt favorables mais des clubs sont encore fragilisés par la crise sanitaire », ajoute le directeur général de la LNR Emmanuel Eschalier.

Les grosses écuries évoquent la fin des stars internationales grassement payées et donc un Championnat moins « bankable ». « Il ne me semble pas que les clubs français soient en difficulté vis-à-vis de la concurrence extérieure, répond Eschalier. Le salary cap n'empêche pas d'avoir des titulaires à part entière de sélections étrangères dans notre Championnat ni l'ensemble des internationaux français. »

Le vieux serpent de mer du « marquee player » - joueur dont le salaire ne compterait pas dans le salary cap - est très majoritairement repoussé par les dirigeants que nous avons consultés.

Une autre suggestion recueille un partage des voix plus équitable, celle de sortir du salary cap la masse salariale des Espoirs, qui est par exemple de 700 000 euros au Racing 92. « On limite cette enveloppe entre 800 000 et 1 million d'euros, propose Philippe Saint-André. Ce qui incite le club à former, l'aide à rester dans les clous des Jiff, tout en ayant un salary cap des pros décent. »

« Il faudrait que les joueurs formés au club soient exclus totalement ou partiellement du salary cap, soit sur le premier contrat pro, soit sur une durée limitée », nous a glissé un autre manager. « Si on sort les contrats Espoirs du salary cap, il va encore y avoir des combines », en sourit un autre, sur un sujet où la suspicion a toujours régné.

Et ce n'est pas la baisse du salary cap qui va l'atténuer... Les contrats d'images individuels seraient la nouvelle combine, qu'on murmure en pointant du doigt un autre. « Ces contrats sont inclus dans le salary cap s'ils sont conclus avec un partenaire du club », explique Eschalier.

La faille pourrait-elle alors venir de contrats signés avec des partenaires externes au club ? « On ne peut absolument pas avoir la certitude que personne ne triche. Mais nous avons considérablement renforcé nos dispositifs de contrôle et donné au salary cap manager (Samuel Gauthier) les moyens de travailler efficacement. »

Ce dernier fait en ce moment le tour des clubs. Et un président d'en rigoler : « Quand on le voit bosser, pointilleux comme il est, ça limite tout de suite les fantasmes... »

(1) Worcester et les Wasps ont récemment été placés en liquidation judiciaire à la suite de graves problèmes financiers.

(2) Joueurs issus des filières de formation (française). Les clubs de Top 14 doivent respecter une moyenne de 16 Jiff par feuille de match sur la saison 2022-2023.

Bernard Lemaître, président de Toulon : « Un égalitarisme anti-sportif »

« Je n'étais pas favorable à cette baisse et j'ai une opinion négative sur le salary cap. Cet égalitarisme, c'est le caractère très socialisant et dogmatique de la Ligue, que je trouve anti-sportif. Les meilleurs, ce ne sont pas seulement ceux qui sont favorisés par une règle de la Ligue mais ceux qui savent s'organiser pour être les meilleurs. Je suis pour un système qui soit adapté aux ressources internes des clubs. Regardez l'exemple du PSG en foot et l'impact de son recrutement sur ses audiences et sa notoriété. Évidemment, je ne suis pas favorable à un recrutement outrancier à ce point, en particulier dans le rugby où la cohésion collective passe avant l'empilement de stars, mais la qualité des joueurs a un pouvoir attractif. Quand Cheslin Kolbe joue, on a plus de monde au stade et Canal + s'en réjouit. Chaque club doit pouvoir avoir une masse salariale adaptée à ses propres ressources. De façon à ce qu'il y ait une méritocratie naturelle. »

Bernard Pontneau, président de Pau :« Le droit à la différence existe »

« Le salary cap a donné un Championnat homogène et donc compétitif. Mais ça n'empêche pas le leadership de certains car on est sur une échelle de salary cap haute, le tout sur des budgets qui ne sont pas les mêmes pour tous. Si certains sont limités en masse salariale, ils peuvent développer leurs ressources sur leurs infrastructures et leur outil de travail, ce qui rend leur club tout aussi attractif. Le droit à la différence existe. Quand on a une économie globale qui perd de 20 à 30 millions d'euros par an, et ce, déjà avant la crise sanitaire, restons raisonnables ! Moins de stars internationales ? Je n'y crois pas du tout dans le sens où les sportifs de haut niveau sont friands des meilleurs Championnats. Si, après à 32-33 ans, ces stars en fin de carrière veulent aller au Japon faire des ronds, qu'elles y aillent... Restons des développements raisonnables dans une économie encore fragile. On n'est pas passé du tout noir au tout blanc en deux ans. Que le rugby soit d'abord vertueux et ne perde pas d'argent, et après on pourra rediscuter des modalités du salary cap. »

_________________
« Le rugby c'est ma vie et ma vie c'est le rugby »   Christophe Urios
Scalp
Scalp
Team modo
Team modo

Nombre de messages : 26811
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 55

Revenir en haut Aller en bas

SALARY CAP - Plafond salarial Empty Re: SALARY CAP - Plafond salarial

Message  Scalp Mer 19 Oct 2022 - 18:49

Lemaître comme tous ses semblables me font marrer, qu'il dise sans complexes ce qu'il pense vraiment, qu'il est meilleur que les autres parce qu'il a plus de pognon. Quand on emploie le mot égalitarisme au lieu d'égalité, on a déjà tout compris...

C'est simplement une question d'équité sportive, lui qui pense qu'il fait partie des meilleurs, des gagnants, je ne comprends pas pourquoi dans la situation ou il en compétition avec les mêmes contraintes que les autres, il trouve ça injuste  :chambreur: , c'est pourtant exactement le contraire. Alors maintenant, qu'il nous prouve ce qu'il vaut en tant que dirigeant d'un club de Rugby..., il va réellement falloir être meilleur que les autres, et sans tricher, ce serait mieux. Mais c'est sûrement une considération socialisante et dogmatique...

_________________
« Le rugby c'est ma vie et ma vie c'est le rugby »   Christophe Urios
Scalp
Scalp
Team modo
Team modo

Nombre de messages : 26811
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 55

Revenir en haut Aller en bas

SALARY CAP - Plafond salarial Empty Re: SALARY CAP - Plafond salarial

Message  Scalp Mer 19 Oct 2022 - 18:56

https://www.sudouest.fr/sport/rugby/rugby-la-ligue-veut-mettre-un-coup-de-frein-sur-les-mutations-anticipees-12618681.php

Rugby. La Ligue veut mettre un coup de frein sur les mutations anticipées ?

Par Denys Kappès-Grangé - d.kappes-grange@sudouest.fr

La Ligue entend intégrer les indemnités de rupture de contrat anticipée au salary cap, une démarche qui limiterait un phénomène qui se développe. Mais la mesure suscite des oppositions parmi les clubs de Top 14

La conjonction des calendriers offre parfois des éclairages singuliers sur les tractations qui agitent le rugby français. Samedi, Matthieu Jalibert a ainsi croisé la route du Racing 92 à Chaban-Delmas, un club qui s’était montré intéressé par le profil de l’ouvreur international lorsque ce dernier a exprimé, cet été auprès de son entourage, ses velléités de départ alors qu’il est sous contrat en Gironde jusqu’en 2025.

Si aucune des parties prenantes ne s’est finalement manifestée pour l’heure, un tel dossier n’aurait pas pu être finalisé sans le versement d’une substantielle indemnité de transfert versée par les dirigeants franciliens à leurs homologues bordelais. Une transaction à l’image de celles qui ont accompagné par le passé les changements de couleurs du Toulousain Cheslin Kolbe vers Toulon à l’été 2021, pour un montant estimé entre 1 et 1,5 M€, ou de Cameron Woki vers le Racing 92, pour près de 600 000 euros, lors de la dernière intersaison.

Une liste non exhaustive dessinant l’émergence d’une sorte de marché de transferts officieux alors que l’économie du rugby n’est pas structurée pour en permettre un…

Or par un curieux hasard d’agenda, il se trouve que la question de l’intégration de ces fameuses indemnités de transferts au salary cap a justement fait l’objet de discussions animées lors du comité directeur de la Ligue nationale de rugby mardi dernier. Un sujet qui avait été inscrit à l’ordre du jour mais qui n’a finalement pas donné lieu à un vote en raison des divergences de vues séparant les présidents. « La Ligue a botté en touche », explique un président de club : « Ça fera l’objet d’autres discussions. » Probablement lors du prochain bureau, dans quelques semaines…

« Quand on signe un contrat, il faut le respecter. Sinon, ça finira comme au football »


Pourquoi corréler ces négociations de palais et le sort d’un joueur tel que Matthieu Jalibert direz-vous ? Parce que si les indemnités de rupture anticipée de contrat versées entre deux clubs devaient intégrer le salary cap d’une manière brute et basique, cela porterait un coup d’arrêt au phénomène amorcé ces dernières saisons par le biais de ces pratiques. Conséquence parmi d’autres, ça contraindrait sans doute aussi l’ouvreur à aller au terme de son contrat…

Dérives


La raison de cette déduction ? Les dix plus gros clubs du Top 14 ayant déjà exploité plus de 90 % des latitudes offertes par le salary cap (10,7 millions d’euros cette saison), ils ne seraient plus en position de digérer des sommes qui s’élèvent à plusieurs centaines de milliers d’euros sans se mettre en infraction avec une législation contrôlée par le salary cap manager de la LNR…

« C’est le but », confirme un agent sportif bien implanté dans le paysage français : « La Ligue veut faire en sorte que certains ne puissent plus faire ce qu’ils veulent. Quand on signe un contrat, il faut le respecter. Sinon, ça finira comme au football avec des joueurs qui voudront partir à tout moment ou qui feront la grève de l’entraînement. Certains se comportent parfois comme des enfants gâtés… »

La Ligue a d’ores et déjà exploré des pistes pour contrôler cette dérive. Dans une volonté de compromis, l’une d’elles consisterait à reverser dans les limites du salary cap la part de l’indemnité supérieure aux sommes brutes qu’aurait dû percevoir le joueur s’il était allé au bout de son contrat. Une autre impliquerait de ne reverser dans la zone sous contrôle uniquement les sommes qu’aurait perçues un joueur sous contrat pendant plusieurs saisons que lors de la première année.

Divergences


Une telle option n’a cependant pas permis de susciter l’unanimité. Lors du dernier comité directeur, le président de Toulon Bernard Lemaître est ainsi monté au créneau pour clamer son opposition à une telle mesure, allant même jusqu’à agiter le spectre de démarches en justice si la Ligue devait pousser plus en avant ce projet.

« Je pense avoir été assez convaincant pour avoir été rejoint par d’autres présidents », a-t-il réagi en fin de semaine. Si les dirigeants du Stade Rochelais se montrent bien plus mesurés, son homologue du Racing Jacky Lorenzetti partage une position qui ne laisserait pas non plus insensible l’influent toulousain Didier Lacroix. Mais aussi emblématiques soient-ils, les contours des visages de ces présidents ne dessinent pas une majorité sur un sujet qui sera voté par le Top 14 et la Pro D2.

« Il y a quand même quelques transferts intempestifs de joueurs que certains ont fait bouger », constate ainsi Bernard Pontneau, président d’une Section Paloise qui a par exemple laissé filer Baptiste Pesenti, au Racing à l’été 2021, contre une indemnité dans une allusion au rôle de certains agents : « Est-ce qu’on laisse faire ça ou est-ce qu’on réagit ? Mais la question est plus complexe que cela. Plus globalement, est-ce qu’un joueur doit remonter dans les actifs d’un club et être valorisé à ce titre ? Moi, je ne pense pas. »

_________________
« Le rugby c'est ma vie et ma vie c'est le rugby »   Christophe Urios
Scalp
Scalp
Team modo
Team modo

Nombre de messages : 26811
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 55

Revenir en haut Aller en bas

SALARY CAP - Plafond salarial Empty Re: SALARY CAP - Plafond salarial

Message  le radis Mer 19 Oct 2022 - 19:13

Bon article ! Me tarde d'avoir la suite de ces nouvelles aventures administrativo-rugbystiques. :chambreur: rire
le radis
le radis
Team modo
Team modo

Nombre de messages : 10622
Localisation : talence
Date d'inscription : 12/10/2012
Humeur : le radis noir ou blanc est d'or

Revenir en haut Aller en bas

SALARY CAP - Plafond salarial Empty Re: SALARY CAP - Plafond salarial

Message  tire-bouchon Jeu 20 Oct 2022 - 10:39

Scalp a écrit:Lemaître comme tous ses semblables me font marrer, qu'il dise sans complexes ce qu'il pense vraiment, qu'il est meilleur que les autres parce qu'il a plus de pognon. Quand on emploie le mot égalitarisme au lieu d'égalité, on a déjà tout compris...

C'est simplement une question d'équité sportive, lui qui pense qu'il fait partie des meilleurs, des gagnants, je ne comprends pas pourquoi dans la situation ou il en compétition avec les mêmes contraintes que les autres, il trouve ça injuste  :chambreur: , c'est pourtant exactement le contraire. Alors maintenant, qu'il nous prouve ce qu'il vaut en tant que dirigeant d'un club de Rugby..., il va réellement falloir être meilleur que les autres, et sans tricher, ce serait mieux. Mais c'est sûrement une considération socialisante et dogmatique...

Entièrement d' accord.
Masquer son incompétence rugbistique derrière un rideau de fric, c' est d' une médiocre facilité.
Y a plus qu' à faire un appel du pied aux monarchies pétrolifères pour couronner le tout.
tire-bouchon
tire-bouchon
J'aime l'Union à la folie
J'aime l'Union à la folie

Nombre de messages : 1098
Localisation : Ehpad St-Emilion
Date d'inscription : 06/06/2011
Humeur : végétative
Age : 71

Revenir en haut Aller en bas

SALARY CAP - Plafond salarial Empty Re: SALARY CAP - Plafond salarial

Message  Roberto Miopalmo Jeu 20 Oct 2022 - 11:04

tire-bouchon a écrit:
Scalp a écrit:Lemaître comme tous ses semblables me font marrer, qu'il dise sans complexes ce qu'il pense vraiment, qu'il est meilleur que les autres parce qu'il a plus de pognon. Quand on emploie le mot égalitarisme au lieu d'égalité, on a déjà tout compris...

C'est simplement une question d'équité sportive, lui qui pense qu'il fait partie des meilleurs, des gagnants, je ne comprends pas pourquoi dans la situation ou il en compétition avec les mêmes contraintes que les autres, il trouve ça injuste  :chambreur: , c'est pourtant exactement le contraire. Alors maintenant, qu'il nous prouve ce qu'il vaut en tant que dirigeant d'un club de Rugby..., il va réellement falloir être meilleur que les autres, et sans tricher, ce serait mieux. Mais c'est sûrement une considération socialisante et dogmatique...

Entièrement d' accord.
Masquer son incompétence rugbistique derrière un rideau de fric, c' est d' une médiocre facilité.
Y a plus qu' à faire un appel du pied aux monarchies pétrolifères pour couronner le tout.

surtout que les 3-4 grosses fortunes (Lorenzetti, le Dr du SF, Altrad et Lemaître) c'est sur leurs fonds perso qu'ils financeraient d'éventuels dépassement de plafonds ou des indemnités de transferts, en aucun cas sur les résultats financiers de la SASP. Hormis Toulon qui remplit son stade (pas bien grand) quand ça marche et qui doit faire un peu de thune avec le merchandising, les autres sont riches "artificiellement". C'est la fortune de leur propriétaire, déconnectée du rugby, qui finance le train de vie de leur club.

Alors peut être que la baisse constante du salary cap est un peu étonnante, mais le principe du salary cap ne doit pas être remis en cause.

Si des clubs avaient les coudées franches pour payer comme ils veulent les joueurs, les déséquilibres des effectifs seraient tels que ça serait la mort de l'intérêt du rugby pro.
Car si le foot voit parfois le petit croquer le gros (Lille être champion devant le PSG), le rugby par sa dimension de sport de combat ne le permettrait pas. On assisterait à des boucheries tous les WE... à part flatter l'égo de ces propriétaires un brin mégalo (qui ont tous pour point commun de n'avoir jamais joué au rugby et de n'y être arrivé que pour se créer une notoriété plus grande que celle du petit monde des affaires) tout le monde serait perdant!!!
Roberto Miopalmo
Roberto Miopalmo
J'aime l'Union à la folie
J'aime l'Union à la folie

Nombre de messages : 1939
Localisation : sur la table de massage
Date d'inscription : 25/10/2017

Revenir en haut Aller en bas

SALARY CAP - Plafond salarial Empty Re: SALARY CAP - Plafond salarial

Message  grospaquet31 Jeu 20 Oct 2022 - 11:49

Roberto Miopalmo a écrit:
tire-bouchon a écrit:
Scalp a écrit:Lemaître comme tous ses semblables me font marrer, qu'il dise sans complexes ce qu'il pense vraiment, qu'il est meilleur que les autres parce qu'il a plus de pognon. Quand on emploie le mot égalitarisme au lieu d'égalité, on a déjà tout compris...

C'est simplement une question d'équité sportive, lui qui pense qu'il fait partie des meilleurs, des gagnants, je ne comprends pas pourquoi dans la situation ou il en compétition avec les mêmes contraintes que les autres, il trouve ça injuste  :chambreur: , c'est pourtant exactement le contraire. Alors maintenant, qu'il nous prouve ce qu'il vaut en tant que dirigeant d'un club de Rugby..., il va réellement falloir être meilleur que les autres, et sans tricher, ce serait mieux. Mais c'est sûrement une considération socialisante et dogmatique...

Entièrement d' accord.
Masquer son incompétence rugbistique derrière un rideau de fric, c' est d' une médiocre facilité.
Y a plus qu' à faire un appel du pied aux monarchies pétrolifères pour couronner le tout.

surtout que les 3-4 grosses fortunes (Lorenzetti, le Dr du SF, Altrad et Lemaître) c'est sur leurs fonds perso qu'ils financeraient d'éventuels dépassement de plafonds ou des indemnités de transferts, en aucun cas sur les résultats financiers de la SASP. Hormis Toulon qui remplit son stade (pas bien grand) quand ça marche et qui doit faire un peu de thune avec le merchandising, les autres sont riches "artificiellement". C'est la fortune de leur propriétaire, déconnectée du rugby, qui finance le train de vie de leur club.

Alors peut être que la baisse constante du salary cap est un peu étonnante, mais le principe du salary cap ne doit pas être remis en cause.

Si des clubs avaient les coudées franches pour payer comme ils veulent les joueurs, les déséquilibres des effectifs seraient tels que ça serait la mort de l'intérêt du rugby pro.
Car si le foot voit parfois le petit croquer le gros (Lille être champion devant le PSG), le rugby par sa dimension de sport de combat ne le permettrait pas. On assisterait à des boucheries tous les WE... à part flatter l'égo de ces propriétaires un brin mégalo (qui ont tous pour point commun de n'avoir jamais joué au rugby et de n'y être arrivé que pour se créer une notoriété plus grande que celle du petit monde des affaires) tout le monde serait perdant!!!

RCT 2014: Sheridan, Hayman, Ali Williams, Botha, Rossouw, masoe, smith, Wilkinson, michalak, bastareaud, Giteau, Habana, Mitchell, armitage...
grospaquet31
grospaquet31
J'aime l'Union à la folie
J'aime l'Union à la folie

Nombre de messages : 8257
Localisation : toulouse
Date d'inscription : 31/08/2015
Age : 49

Revenir en haut Aller en bas

SALARY CAP - Plafond salarial Empty Re: SALARY CAP - Plafond salarial

Message  Roberto Miopalmo Jeu 20 Oct 2022 - 11:55

grospaquet31 a écrit:
Roberto Miopalmo a écrit:
tire-bouchon a écrit:
Scalp a écrit:Lemaître comme tous ses semblables me font marrer, qu'il dise sans complexes ce qu'il pense vraiment, qu'il est meilleur que les autres parce qu'il a plus de pognon. Quand on emploie le mot égalitarisme au lieu d'égalité, on a déjà tout compris...

C'est simplement une question d'équité sportive, lui qui pense qu'il fait partie des meilleurs, des gagnants, je ne comprends pas pourquoi dans la situation ou il en compétition avec les mêmes contraintes que les autres, il trouve ça injuste  :chambreur: , c'est pourtant exactement le contraire. Alors maintenant, qu'il nous prouve ce qu'il vaut en tant que dirigeant d'un club de Rugby..., il va réellement falloir être meilleur que les autres, et sans tricher, ce serait mieux. Mais c'est sûrement une considération socialisante et dogmatique...

Entièrement d' accord.
Masquer son incompétence rugbistique derrière un rideau de fric, c' est d' une médiocre facilité.
Y a plus qu' à faire un appel du pied aux monarchies pétrolifères pour couronner le tout.

surtout que les 3-4 grosses fortunes (Lorenzetti, le Dr du SF, Altrad et Lemaître) c'est sur leurs fonds perso qu'ils financeraient d'éventuels dépassement de plafonds ou des indemnités de transferts, en aucun cas sur les résultats financiers de la SASP. Hormis Toulon qui remplit son stade (pas bien grand) quand ça marche et qui doit faire un peu de thune avec le merchandising, les autres sont riches "artificiellement". C'est la fortune de leur propriétaire, déconnectée du rugby, qui finance le train de vie de leur club.

Alors peut être que la baisse constante du salary cap est un peu étonnante, mais le principe du salary cap ne doit pas être remis en cause.

Si des clubs avaient les coudées franches pour payer comme ils veulent les joueurs, les déséquilibres des effectifs seraient tels que ça serait la mort de l'intérêt du rugby pro.
Car si le foot voit parfois le petit croquer le gros (Lille être champion devant le PSG), le rugby par sa dimension de sport de combat ne le permettrait pas. On assisterait à des boucheries tous les WE... à part flatter l'égo de ces propriétaires un brin mégalo (qui ont tous pour point commun de n'avoir jamais joué au rugby et de n'y être arrivé que pour se créer une notoriété plus grande que celle du petit monde des affaires) tout le monde serait perdant!!!

RCT 2014: Sheridan, Hayman, Ali Williams, Botha, Rossouw, masoe, smith, Wilkinson, michalak, bastareaud, Giteau, Habana, Mitchell, armitage...

Et encore, heureusement qu'ils n'étaient plus d'une prime jeunesse, sinon c'est pas 3H cup de suite qu'ils auraient fait!
Roberto Miopalmo
Roberto Miopalmo
J'aime l'Union à la folie
J'aime l'Union à la folie

Nombre de messages : 1939
Localisation : sur la table de massage
Date d'inscription : 25/10/2017

Revenir en haut Aller en bas

SALARY CAP - Plafond salarial Empty Re: SALARY CAP - Plafond salarial

Message  grospaquet31 Jeu 20 Oct 2022 - 11:56

Roberto Miopalmo a écrit:
grospaquet31 a écrit:
Roberto Miopalmo a écrit:
tire-bouchon a écrit:
Scalp a écrit:Lemaître comme tous ses semblables me font marrer, qu'il dise sans complexes ce qu'il pense vraiment, qu'il est meilleur que les autres parce qu'il a plus de pognon. Quand on emploie le mot égalitarisme au lieu d'égalité, on a déjà tout compris...

C'est simplement une question d'équité sportive, lui qui pense qu'il fait partie des meilleurs, des gagnants, je ne comprends pas pourquoi dans la situation ou il en compétition avec les mêmes contraintes que les autres, il trouve ça injuste  :chambreur: , c'est pourtant exactement le contraire. Alors maintenant, qu'il nous prouve ce qu'il vaut en tant que dirigeant d'un club de Rugby..., il va réellement falloir être meilleur que les autres, et sans tricher, ce serait mieux. Mais c'est sûrement une considération socialisante et dogmatique...

Entièrement d' accord.
Masquer son incompétence rugbistique derrière un rideau de fric, c' est d' une médiocre facilité.
Y a plus qu' à faire un appel du pied aux monarchies pétrolifères pour couronner le tout.

surtout que les 3-4 grosses fortunes (Lorenzetti, le Dr du SF, Altrad et Lemaître) c'est sur leurs fonds perso qu'ils financeraient d'éventuels dépassement de plafonds ou des indemnités de transferts, en aucun cas sur les résultats financiers de la SASP. Hormis Toulon qui remplit son stade (pas bien grand) quand ça marche et qui doit faire un peu de thune avec le merchandising, les autres sont riches "artificiellement". C'est la fortune de leur propriétaire, déconnectée du rugby, qui finance le train de vie de leur club.

Alors peut être que la baisse constante du salary cap est un peu étonnante, mais le principe du salary cap ne doit pas être remis en cause.

Si des clubs avaient les coudées franches pour payer comme ils veulent les joueurs, les déséquilibres des effectifs seraient tels que ça serait la mort de l'intérêt du rugby pro.
Car si le foot voit parfois le petit croquer le gros (Lille être champion devant le PSG), le rugby par sa dimension de sport de combat ne le permettrait pas. On assisterait à des boucheries tous les WE... à part flatter l'égo de ces propriétaires un brin mégalo (qui ont tous pour point commun de n'avoir jamais joué au rugby et de n'y être arrivé que pour se créer une notoriété plus grande que celle du petit monde des affaires) tout le monde serait perdant!!!

RCT 2014: Sheridan, Hayman, Ali Williams, Botha, Rossouw, masoe, smith, Wilkinson, michalak, bastareaud, Giteau, Habana, Mitchell, armitage...

Et encore, heureusement qu'ils n'étaient plus d'une prime jeunesse, sinon c'est pas 3H cup de suite qu'ils auraient fait!
certes, mais tous aureolés de titres de champion du monde...en terme de salaire ca a du couter bien plus qu'à leur debuts à mon avis
grospaquet31
grospaquet31
J'aime l'Union à la folie
J'aime l'Union à la folie

Nombre de messages : 8257
Localisation : toulouse
Date d'inscription : 31/08/2015
Age : 49

Revenir en haut Aller en bas

SALARY CAP - Plafond salarial Empty Re: SALARY CAP - Plafond salarial

Message  Scalp Jeu 20 Oct 2022 - 12:16

Roberto Miopalmo a écrit:
tire-bouchon a écrit:
Scalp a écrit:Lemaître comme tous ses semblables me font marrer, qu'il dise sans complexes ce qu'il pense vraiment, qu'il est meilleur que les autres parce qu'il a plus de pognon. Quand on emploie le mot égalitarisme au lieu d'égalité, on a déjà tout compris...

C'est simplement une question d'équité sportive, lui qui pense qu'il fait partie des meilleurs, des gagnants, je ne comprends pas pourquoi dans la situation ou il en compétition avec les mêmes contraintes que les autres, il trouve ça injuste  :chambreur: , c'est pourtant exactement le contraire. Alors maintenant, qu'il nous prouve ce qu'il vaut en tant que dirigeant d'un club de Rugby..., il va réellement falloir être meilleur que les autres, et sans tricher, ce serait mieux. Mais c'est sûrement une considération socialisante et dogmatique...

Entièrement d' accord.
Masquer son incompétence rugbistique derrière un rideau de fric, c' est d' une médiocre facilité.
Y a plus qu' à faire un appel du pied aux monarchies pétrolifères pour couronner le tout.

surtout que les 3-4 grosses fortunes (Lorenzetti, le Dr du SF, Altrad et Lemaître) c'est sur leurs fonds perso qu'ils financeraient d'éventuels dépassement de plafonds ou des indemnités de transferts, en aucun cas sur les résultats financiers de la SASP. Hormis Toulon qui remplit son stade (pas bien grand) quand ça marche et qui doit faire un peu de thune avec le merchandising, les autres sont riches "artificiellement". C'est la fortune de leur propriétaire, déconnectée du rugby, qui finance le train de vie de leur club.

Alors peut être que la baisse constante du salary cap est un peu étonnante, mais le principe du salary cap ne doit pas être remis en cause.

Si des clubs avaient les coudées franches pour payer comme ils veulent les joueurs, les déséquilibres des effectifs seraient tels que ça serait la mort de l'intérêt du rugby pro.
Car si le foot voit parfois le petit croquer le gros (Lille être champion devant le PSG), le rugby par sa dimension de sport de combat ne le permettrait pas. On assisterait à des boucheries tous les WE... à part flatter l'égo de ces propriétaires un brin mégalo (qui ont tous pour point commun de n'avoir jamais joué au rugby et de n'y être arrivé que pour se créer une notoriété plus grande que celle du petit monde des affaires) tout le monde serait perdant!!!

Complètement d'accord avec ton analyse et ta conclusion, il faut se battre pour préserver l'intérêt général, parce que n'en doutons pas, il va encore y avoir des attaques contre le salary cap...

_________________
« Le rugby c'est ma vie et ma vie c'est le rugby »   Christophe Urios
Scalp
Scalp
Team modo
Team modo

Nombre de messages : 26811
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 55

Revenir en haut Aller en bas

SALARY CAP - Plafond salarial Empty Re: SALARY CAP - Plafond salarial

Message  Roberto Miopalmo Jeu 20 Oct 2022 - 13:19

grospaquet31 a écrit:
Roberto Miopalmo a écrit:
grospaquet31 a écrit:
Roberto Miopalmo a écrit:
tire-bouchon a écrit:
Scalp a écrit:Lemaître comme tous ses semblables me font marrer, qu'il dise sans complexes ce qu'il pense vraiment, qu'il est meilleur que les autres parce qu'il a plus de pognon. Quand on emploie le mot égalitarisme au lieu d'égalité, on a déjà tout compris...

C'est simplement une question d'équité sportive, lui qui pense qu'il fait partie des meilleurs, des gagnants, je ne comprends pas pourquoi dans la situation ou il en compétition avec les mêmes contraintes que les autres, il trouve ça injuste  :chambreur: , c'est pourtant exactement le contraire. Alors maintenant, qu'il nous prouve ce qu'il vaut en tant que dirigeant d'un club de Rugby..., il va réellement falloir être meilleur que les autres, et sans tricher, ce serait mieux. Mais c'est sûrement une considération socialisante et dogmatique...

Entièrement d' accord.
Masquer son incompétence rugbistique derrière un rideau de fric, c' est d' une médiocre facilité.
Y a plus qu' à faire un appel du pied aux monarchies pétrolifères pour couronner le tout.

surtout que les 3-4 grosses fortunes (Lorenzetti, le Dr du SF, Altrad et Lemaître) c'est sur leurs fonds perso qu'ils financeraient d'éventuels dépassement de plafonds ou des indemnités de transferts, en aucun cas sur les résultats financiers de la SASP. Hormis Toulon qui remplit son stade (pas bien grand) quand ça marche et qui doit faire un peu de thune avec le merchandising, les autres sont riches "artificiellement". C'est la fortune de leur propriétaire, déconnectée du rugby, qui finance le train de vie de leur club.

Alors peut être que la baisse constante du salary cap est un peu étonnante, mais le principe du salary cap ne doit pas être remis en cause.

Si des clubs avaient les coudées franches pour payer comme ils veulent les joueurs, les déséquilibres des effectifs seraient tels que ça serait la mort de l'intérêt du rugby pro.
Car si le foot voit parfois le petit croquer le gros (Lille être champion devant le PSG), le rugby par sa dimension de sport de combat ne le permettrait pas. On assisterait à des boucheries tous les WE... à part flatter l'égo de ces propriétaires un brin mégalo (qui ont tous pour point commun de n'avoir jamais joué au rugby et de n'y être arrivé que pour se créer une notoriété plus grande que celle du petit monde des affaires) tout le monde serait perdant!!!

RCT 2014: Sheridan, Hayman, Ali Williams, Botha, Rossouw, masoe, smith, Wilkinson, michalak, bastareaud, Giteau, Habana, Mitchell, armitage...

Et encore, heureusement qu'ils n'étaient plus d'une prime jeunesse, sinon c'est pas 3H cup de suite qu'ils auraient fait!
certes, mais tous aureolés de titres de champion du monde...en terme de salaire ca a du couter bien plus qu'à leur debuts à mon avis

Clairement que ça a dû couter plus cher. Ma remarque allait plutôt dans le sens que heureusement ils n'étaient plus tout jeunes car ils auraient encore plus dominé les compétitions.
Si demain, c'est "open bar" et que des clubs français peuvent donner ce qu'ils veulent, ils débaucheront des internationaux dans la force de l'âge. Les mecs pour 1M, 1,5M ou 2M€ /an feront une croix (peut-être pas tous) sur leur carrière internationale.
Roberto Miopalmo
Roberto Miopalmo
J'aime l'Union à la folie
J'aime l'Union à la folie

Nombre de messages : 1939
Localisation : sur la table de massage
Date d'inscription : 25/10/2017

Revenir en haut Aller en bas

SALARY CAP - Plafond salarial Empty Re: SALARY CAP - Plafond salarial

Message  marchal Jeu 20 Oct 2022 - 14:38

Tout à fait d'accord avec vous.
Pareil pour la limitation des mutations anticipées.
Ça devient je pense problématique. Pour moi, un contrat est un contrat on doit aller jusqu'à la fin. Je n'ai vraiment pas envie que l'on fasse comme le foot et qu'on soiit régi par certains agents qui ne pensent qu'à gagner du fric sur le dos des joueurs.
Je pense que ça devient urgent de se pencher dessus.
marchal
marchal
Centre de presse
Centre de presse

Nombre de messages : 3528
Localisation : bordeaux
Date d'inscription : 12/06/2013

Revenir en haut Aller en bas

SALARY CAP - Plafond salarial Empty Re: SALARY CAP - Plafond salarial

Message  grospaquet31 Jeu 20 Oct 2022 - 14:48

marchal a écrit:Tout à fait d'accord avec vous.
Pareil pour la limitation des mutations anticipées.
Ça devient je pense problématique. Pour moi, un contrat est un contrat on doit aller jusqu'à la fin. Je n'ai vraiment pas envie que l'on fasse comme le foot  et qu'on soiit régi par certains agents qui ne pensent qu'à gagner du fric sur le dos des joueurs.
Je pense que ça devient urgent de se pencher dessus.

Depuis le temps que je parlais d'inclure ces indemnités dans le SC. L'exemple de Kolbe est une aberration, surpayer l'indemnité de Kolbe pour que le ST prenne en charge son salaire dans son SC, celui du RCT etant au taquet. pfff
Apres tu as les exemples de Jolmes, Picamoles et d'autres...quand toutes les parties sont d'accord, alors je trouve normal qu'on puisse liberer un joueur sous contrat.
grospaquet31
grospaquet31
J'aime l'Union à la folie
J'aime l'Union à la folie

Nombre de messages : 8257
Localisation : toulouse
Date d'inscription : 31/08/2015
Age : 49

Revenir en haut Aller en bas

SALARY CAP - Plafond salarial Empty Re: SALARY CAP - Plafond salarial

Message  tire-bouchon Jeu 20 Oct 2022 - 14:51

grospaquet31 a écrit:
marchal a écrit:Tout à fait d'accord avec vous.
Pareil pour la limitation des mutations anticipées.
Ça devient je pense problématique. Pour moi, un contrat est un contrat on doit aller jusqu'à la fin. Je n'ai vraiment pas envie que l'on fasse comme le foot  et qu'on soiit régi par certains agents qui ne pensent qu'à gagner du fric sur le dos des joueurs.
Je pense que ça devient urgent de se pencher dessus.

Depuis le temps que je parlais d'inclure ces indemnités dans le SC. L'exemple de Kolbe est une aberration, surpayer l'indemnité de Kolbe pour que le ST prenne en charge son salaire dans son SC, celui du RCT etant au taquet. pfff
Apres tu as les exemples de Jolmes, Picamoles et d'autres...quand toutes les parties sont d'accord, alors je trouve normal qu'on puisse liberer un joueur sous contrat.

Sauf qu' avec un peu de tunes, tout le monde peut être d' accord. :chambreur:
tire-bouchon
tire-bouchon
J'aime l'Union à la folie
J'aime l'Union à la folie

Nombre de messages : 1098
Localisation : Ehpad St-Emilion
Date d'inscription : 06/06/2011
Humeur : végétative
Age : 71

Revenir en haut Aller en bas

SALARY CAP - Plafond salarial Empty Re: SALARY CAP - Plafond salarial

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum