AllezUnion.com, Forum des supporters de l'Union Bordeaux Bègles - Rugby
Un forum est comme un vestiaire, quand on y rentre on dit bonjour. Pensez donc à vous connecter, ça vous assurera également une visibilité parfaite ;o)

Enregistrer et activer un compte prend 3 minutes. Seule une adresse email valide est nécessaire. Ne soyez pas timide, Allez y !

AllezUnion.com

Rejoignez le forum, c’est rapide et facile

AllezUnion.com, Forum des supporters de l'Union Bordeaux Bègles - Rugby
Un forum est comme un vestiaire, quand on y rentre on dit bonjour. Pensez donc à vous connecter, ça vous assurera également une visibilité parfaite ;o)

Enregistrer et activer un compte prend 3 minutes. Seule une adresse email valide est nécessaire. Ne soyez pas timide, Allez y !

AllezUnion.com
Derniers sujets
» Champions Cup
par Switch Aujourd'hui à 19:55

» Champions Cup - 1/4 de finale UBB/Harlequins
par nadoloubb Aujourd'hui à 19:52

» UBB : Prolongations, Signatures, Départs pour 2024/2025
par LaRuine33 Aujourd'hui à 19:20

» TOP 14 ubb clermont 21journée
par Vince33 Aujourd'hui à 15:20

» Bourse des places des matchs de l'UBB
par Bouhaben Aujourd'hui à 9:36

» Espoirs 2023-2024
par sudiste Hier à 19:49

» Challenge Cup autres clubs
par Big'Ben Hier à 16:13

» Infirmerie 2023-2024
par Yatangaki Ven 12 Avr 2024 - 16:01

» Champions Cup - 8ᵉ de finale UBB/SARACENS
par marchal Ven 12 Avr 2024 - 12:57

» Equipes de France Jeunes
par marchal Ven 12 Avr 2024 - 12:56

» Matthieu Jalibert
par Scalp Ven 12 Avr 2024 - 11:11

» Romain Buros
par Scalp Ven 12 Avr 2024 - 9:59

» Aménagement de Chaban-Delmas, stade de l'UBB
par guillaume ubb Jeu 11 Avr 2024 - 22:18

» Nicolas Depoortere
par Scalp Jeu 11 Avr 2024 - 19:28

» Louis Bielle-Biarrey
par Scalp Jeu 11 Avr 2024 - 19:27

» Musique !!!
par Scalp Jeu 11 Avr 2024 - 13:43

» Autres joueurs
par Switch Jeu 11 Avr 2024 - 13:37

» C'est beau, c'est Bordeaux !
par Scalp Jeu 11 Avr 2024 - 0:02

» Transferts (Autres clubs)
par le radis Mer 10 Avr 2024 - 19:42

» Que deviennent nos anciens joueurs ?
par coach2rugby Mer 10 Avr 2024 - 19:31

» Yannick Bru
par marchal Mer 10 Avr 2024 - 14:00

» Coupe du monde des clubs 2028
par léopold Mer 10 Avr 2024 - 13:11

» Autres Clubs
par Bordelais exilé ds le 31 Mer 10 Avr 2024 - 11:14

» Mateo GARCIA
par Scalp Mar 9 Avr 2024 - 19:25

» Maxime Lamothe
par Scalp Mar 9 Avr 2024 - 13:47

» Yann Lesgourgues
par Scalp Mar 9 Avr 2024 - 13:37

» Le rugby et son évolution
par léopold Mar 9 Avr 2024 - 9:50

» Demandes de billets, déplacements
par krahknardz Lun 8 Avr 2024 - 20:57

» Bayonne/UBB
par patrick Lun 8 Avr 2024 - 14:09

» Carlü Sadie
par nadoloubb Lun 8 Avr 2024 - 14:03

Le Deal du moment : -25%
Machine à café KRUPS Nescafé ...
Voir le deal
59.99 €

Louis Bielle-Biarrey

+24
Bordelais exilé ds le 31
Vince33
patrick
coach2rugby
biscouette
krahknardz
guillaume ubb
Tothor
LaRuine33
DODO974
Dr. Gregory Bouse
tire-bouchon
sudiste
Roberto Miopalmo
Switch
zizou46
densnewzealand
nadoloubb
léopold
marchal
Big'Ben
grospaquet31
Yatangaki
Scalp
28 participants

Page 11 sur 11 Précédent  1, 2, 3 ... 9, 10, 11

Aller en bas

 Louis Bielle-Biarrey - Page 11 Empty Re: Louis Bielle-Biarrey

Message  Scalp Jeu 14 Mar 2024 - 21:21

https://www.lequipe.fr/Rugby/Article/Des-espoirs-de-l-ubb-aux-bleus-bielle-biarrey-et-depoortere-inseparables-frangins-de-rugby/1454747

Des Espoirs de l'UBB aux Bleus : Bielle-Biarrey et Depoortere, inséparables frangins de rugby

Inséparables dans la vie, Louis Bielle-Biarrey et Nicolas Depoortere ont forgé une amitié solide ces dernières saisons à Bordeaux-Bègles et dans la sélection des moins de 20 ans. Titulaires avec les Bleus dimanche dernier à Cardiff, ils le seront également ce samedi (21 heures) contre l'Angleterre.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Jean-François Paturaud

Quatre cent quarante-trois jours séparent ces deux clichés. Le premier remonte au 23 décembre 2022. Ce soir-là, à La Rochelle, Nicolas Depoortere joue, durant les neuf dernières minutes, son premier match professionnel avec l'Union Bordeaux-Bègles (victoire 12-8 ). Sous les yeux de ses parents qui immortalisent l'événement, celui qui a encore - pour quelques minutes seulement avant d'être bizuté - de grands cheveux frisés prend la pose au coup de sifflet final avec Louis Bielle-Biarrey, titulaire à l'aile. Les deux gamins de 19 ans ont des étoiles plein les yeux.

Un peu plus d'un an et deux mois plus tard, la scène se répète à Cardiff en marge de la victoire au pays de Galles (24-45), dimanche dernier, lors du Tournoi des Six Nations. Le centre rayonne à nouveau en compagnie de « Loulou ». Il vient de vivre une Marseillaise forte en émotions
- « Extraordinaire, encore plus au côté de mon meilleur pote » - et de fêter sa première sélection.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Comme sur une autre photo identique datant de leur seule saison en partie partagée chez les Espoirs de l'UBB en 2021-2022, quand ils se sont rencontrés, le plus grand des deux ressemble à un pirate, avec un bandeau sur la tête, après l'abordage réussi du Principality Stadium. « Ils ont le même sourire au fil des années, note Joël Bielle-Biarrey, le père de Louis, en revoyant les images, le même plaisir de jouer ensemble ».

De tout partager surtout. Ces deux-là sont inséparables. Presque fusionnels. « Là où on s'est vraiment rapprochés, c'était aux Summer Series en 2022, en Italie, avec les moins de 20 ans, nous racontait Bielle-Biarrey récemment. On s'était mis en chambre ensemble et on avait énormément sympathisé. Depuis, on ne s'est pas trop lâché. » Le mot est faible tant ils ne se quittent plus d'une semelle.

« Si on ne sait pas où est Nico, on va chez Louis et il est là »

Pierre Bochaton, troisième-ligne de l'UBB

« Ils sont tout le temps collés à faire les cons, que ce soit au club ou chez Louis, s'amuse le troisième-ligne de l'UBB Pierre Bochaton. Et si on ne sait pas où est Nico, on va chez Louis et il est là. » Quasiment tout le temps d'ailleurs. « Techniquement, ils ne sont pas colocataires et ont chacun leur appartement, mais c'est vrai que Nicolas squatte très souvent chez Louis, confirme le paternel Alexandre Depoortere. C'est comme Tic et Tac (les deux tamias de fiction créés par Walt Disney en 1943). »

« La copine de Louis n'a pas trop le choix, se marre l'arrière Nans Ducuing. Je pense que c'est à prendre ou à laisser. Nico fait partie du package. Entre eux, c'est une espèce de "bromance", un coup de coeur amical. »
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Nicolas-le-Girondin et Louis-l'Isérois, que six mois seulement séparent (le premier est né en janvier 2003, le second en juin), vont faire les courses. Puis Bielle-Biarrey se charge de cuisiner, notamment des spécialités de La Réunion, d'où sa mère est originaire. Et plutôt bien d'ailleurs. « Il a deux ou trois plats sympas », reconnaît son ami. Le binôme passe des heures à discuter de tout et de rien, à jouer à la PlayStation mais aussi aux cartes.

Plus précisément à la coinche (une variante de la belote). Une passion qu'ils partagent régulièrement dans leur repaire du Carnaval Café de Bègles avec d'autres membres de la bande, dont le troisième-ligne Marko Gazzotti (19 ans) et le pilier Yahnis el-Maslouhi (21 ans). « Louis aime tout commenter, chaque carte qu'il pose, chaque action », balance Depoortere. « Ils ont un gros problème avec ça, prévient Ducuing. Nico joue mais ce n'est pas vraiment un génie des cartes. "Petit Louis" commence à être bon en revanche. Pour vous dire à quel point il est gaga, je l'ai déjà vu en soirée sur une banquette de discothèque en train de jouer aux cartes sur son portable. »

« Ils partagent les mêmes ambitions, la même vision et se trouvent facilement »
Nans Ducuing, arrière de l'UBB

Mais ce qu'adorent par-dessus tout les deux internationaux, c'est chambrer. « Ils le font tout le temps et tout le monde y passe », avoue Bochaton. Réponse honnête de Depoortere : « C'est vrai qu'on aime bien mettre des pièces... » Sans surprise, Ducuing (32 ans) n'est généralement pas très loin. « C'est toujours bon enfant, jamais vulgaire, dit-il. J'ai l'impression de me reconnaître quand j'étais jeune dans la connerie avec Jean-Baptiste Dubié (ex-centre de l'UBB). On a douze ans d'écart avec Nico et Petit Louis mais ce sont des jeunes fantastiques, des rayons de soleil. »

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Sébastien Calvet, sélectionneur des moins de 20 ans, lui, n'a rien oublié de leurs pitreries communes. Il en souriait encore cette semaine à Marcoussis. « Quand on a mis Nico à l'aile face aux Gallois sur le dernier match du Tournoi des Six Nations l'an dernier, les deux se sont branchés à merveille. C'était un régal à voir. Louis (aligné à l'arrière) lui disait "ce n'est pas fait pour toi, c'est pas ton truc, tu ne sais pas comment ça joue un ailier." L'autre lui répondait "c'est très facile, tu vas voir." De l'annonce de l'équipe jusqu'au match, ils nous ont animé la vie de groupe. » Accessoirement, ils avaient aussi grandement participé à la large victoire (67-17) avec deux essais chacun.

« Ce sont des frangins de rugby »
Joël Bielle-Biarrey, père de Louis

« Ils se tirent tout le temps la bourre, se souvient Frédéric Charrier, leur ancien entraîneur à l'UBB et désormais responsable des lignes arrière à Clermont. Lorsque Louis a commencé à jouer, Nico avait aussi envie de s'imposer en équipe première, ça le stimulait. Les deux voulaient se retrouver sur le terrain et faire avancer l'équipe, que ce soit avec les moins de 20 ans, les pros à l'UBB et maintenant l'équipe de France. »

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Bielle-Biarrey, déjà surclassé chez les jeunes, a été le premier à connaître ce bonheur l'été 2023 avec les Bleus (le 5 août, en Écosse). « Quand Louis a été appelé pour la Coupe du monde, Nico avait dans un coin de la tête de très vite le rejoindre, selon Ducuing. Ils s'appelaient tous les jours et se filaient des petits conseils. C'était mignon. Ils partagent les mêmes ambitions, la même vision et se trouvent facilement sans avoir à beaucoup parler. »

Joël Bielle-Biarrey va plus loin : « Ce sont des frangins de rugby. » Quasiment des membres d'une même famille. « Loulou, on l'a adopté, lance Alexandre Depoortere. Et avec ses parents, on a bien sympathisé. » Ils ont d'ailleurs prévu de se retrouver samedi à Lyon pour assister au match de leurs fistons contre l'Angleterre. Avant une nouvelle séance photo en cas de victoire.

Scalp
Team modo
Team modo

Nombre de messages : 42289
Date d'inscription : 11/09/2018

Revenir en haut Aller en bas

 Louis Bielle-Biarrey - Page 11 Empty Re: Louis Bielle-Biarrey

Message  Scalp Jeu 21 Mar 2024 - 17:42

Louis Bielle-Biarrey : "On est quasiment dans le sprint final”

https://www.ubbrugby.com/actualites/8943-louis-bielle-biarrey-on-est-quasiment-dans-le-sprint-final.html

_________________
« L'avenir, tu n'as pas à le prévoir, mais à le permettre »   Saint-Exupéry
Scalp
Scalp
Team modo
Team modo

Nombre de messages : 42289
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 56

Revenir en haut Aller en bas

 Louis Bielle-Biarrey - Page 11 Empty Re: Louis Bielle-Biarrey

Message  marchal Lun 1 Avr 2024 - 17:35

https://www.lequotidiendusport.fr/qui-est-vraiment-louis-bielle-biarrey-ubb-la-pepite-du-rugby-francais/
marchal
marchal
Centre de presse
Centre de presse

Nombre de messages : 5551
Localisation : bordeaux
Date d'inscription : 12/06/2013

Revenir en haut Aller en bas

 Louis Bielle-Biarrey - Page 11 Empty Re: Louis Bielle-Biarrey

Message  Scalp Jeu 11 Avr 2024 - 19:27

https://www.sudouest.fr/sport/rugby/bordeaux-begles/interview-croisee-depoortere-bielle-biarrey-ubb-etre-avec-quelqu-un-comme-ca-ca-tire-vers-le-haut-19283512.php

Interview croisée. Depoortere – Bielle-Biarrey (UBB) : « Être avec quelqu’un comme ça, ça tire vers le haut »

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Par Recueilli par Denys Kappès-Grangé et Yoan Leshauriès

Louis Bielle-Biarrey (20 ans, 11 sélections) et Nicolas Depoortere (21 ans, 2 sél.), respectivement ailier et centre de l’UBB, sont partenaires en club et en équipe de France désormais. Mais ils sont avant tout amis. Avant d’affronter les Harlequins en Champions Cup, ce samedi (16 heures) à Chaban-Delmas, ils se racontent

Vous avez tous les deux inscrit un doublé face aux Saracens. Qu’est-ce qui a dominé ? Le clin d’œil ou le regret de ne pas en avoir marqué un de plus pour pouvoir chambrer l’autre toute la semaine ?

Louis Bielle-Biarrey. Ce n’est pas que je m’en foute qu’il marque un doublé, mais j’étais d’abord content d’en mettre un moi-même. Franchement, c’est tout.

Nicolas Depoortere. On était plus content pour l’équipe qu’autre chose. Mais c’est sûr qu’on n’a pas pu se chambrer…

L. B.-B.. On ne se tire pas forcément la bourre sur ce genre de choses. En plus, même s’ils sont assez similaires, on ne joue pas aux mêmes postes. S’il était ailier, ce serait peut-être différent, mais ce n’est pas le cas.

Quand on parle de vous deux, les termes « bromance » ou frères de rugby surgissent vite. Vous vous retrouvez dans cette description ?

L. B.-B. C’est vrai qu’on passe beaucoup de temps ensemble. Que ce soit sur ou en dehors du terrain. On évolue aussi à deux postes très proches, ça aide. On se trouve bien sur le terrain comme dans la vie de tous les jours. C’est cool.

N. D. Je n’aurais pas dit mieux (sourire). Ça marche bien, j’espère que ça va continuer.

Être proche dans la vie de tous les jours, est-ce que ça aide sur le terrain ?

N. D. Je pense que ça joue sur le rugby, oui. On reconnaît plus rapidement les signaux envoyés par l’un ou l’autre.

   « Il avait pris la balle et avait traversé le terrain trois ou quatre fois. Je m’étais dit, mais qui c’est ce type ? »

Vous rappelez-vous de la première fois où vous vous êtes rencontrés et l’impression que vous vous êtes laissée ?

L. B.-B. Quand je suis arrivé à Bordeaux, je ne connaissais pas Nico et je pense que l’inverse est vrai.

N. D. Je l’avais quand même connu parce qu’il avait été surclassé. Au pays de Galles, je crois ? Mais je ne connaissais pas du tout ce « phénomène » (taquin).

L. B.-B. On avait passé la journée d’intégration ensemble, mais aussi avec d’autres joueurs. Ce dont je me souviens bien par contre, c’est d’un match en Espoirs à Narbonne je crois : il avait pris la balle et avait traversé le terrain trois ou quatre fois. Je m’étais dit : « Mais qui c’est ce type ? ». On a ensuite beaucoup joué ensemble en U20, Espoirs, pros et maintenant, avec le XV de France.

Ça a tout de suite fonctionné entre vous deux ?

L. B.-B. Quand je suis arrivé, je suis allé directement avec les pros. Nico, pas forcément à ce moment-là, mais on jouait ensemble en Espoirs. C’est à partir du Summer Series avec les U20, en 2022 en Italie, que ça a vraiment commencé : on était en chambre ensemble.

Qu’est-ce qui a fait que ça a matché tout de suite entre un Izonnais et un Isérois ?

N. D. On est pareil dans la vie ou sur le terrain. On est des bosseurs mais on ne se prend pas le chou. On s’est retrouvé dans ce style de vie. Le rythme de nos quotidiens correspond à peu près : on s’entraîne, on rentre, on dort, on fait les courses, on mange… Ça se répète de jour en jour, c’est cool à vivre.

L. B.-B. On a un peu les mêmes valeurs aussi. On partage pas mal de choses parce qu’on a une ascension commune relativement proche.

N. D. Et on aime jouer aux cartes. C’est notre passe-temps favori hors rugby. On joue à la coinche.

L. B.-B. On fait ça au Carnaval Café avec Marko Gazzotti et Pierre Bochaton qui prennent souvent des branlées.

N. D. Leur niveau n’est pas très élevé (sourire).

L. B.-B. Lors de la première année, on faisait aussi beaucoup de soirées. Les liens se créent aussi dans ces moments-là. Et lorsqu’on passe 7 jours sur 7 avec la même personne, on est forcément attaché à elle : tout glisse.

   « J’avais un appart, sauf que je me faisais chier, du coup j’allais chez lui. Je pense d’ailleurs que ça va se refaire »

Vos proches vous disent même « H24 » ensemble. À ce point ?

N. D. Presque ! Mais on n’est pas que tous les deux quand même : on rejoint d’autres potes. On n’aime pas être seul.

L. B.-B. C’est vrai que l’année dernière, tu vivais quasiment chez moi (il s’adresse à Nicolas).

N. D. J’avais un appart, sauf que je me faisais chier, du coup j’allais chez lui. Je pense d’ailleurs que ça va se refaire, parce que je vais acheter un bien prochainement. J’ai des travaux à faire, je ne sais pas où dormir, j’ai ma petite idée sur ce que je peux faire (sourire).

L. B.-B. Il est le bienvenu ! Il ne dort pas tous les jours chez moi, mais je pense qu’on mange ensemble 7 jours sur 7. Souvent, on me demande si ce n’est pas trop pénible de ne pas avoir des moments seul. Mais il peut nous arriver de passer trois heures à trois mètres l’un de l’autre sans parler. On est assez transparent l’un vis-à-vis de l’autre. On ne s’est jamais trop embrouillé d’ailleurs. Mais je pense que c’est parce qu’on a deux caractères assez calmes.

Quand vous êtes ensemble, vous parlez de rugby ?

N. D. De tout.

L. B.-B. De conneries aussi.

N. D. Je pense qu’on a été formé par Nans Ducuing. On est très troisième degré, du coup nos conversations ne ressemblent pas à grand-chose.

Lors de la séance photos avant cette interview, vous vous êtes fait charrier par Maxime Lucu. C’est de bonne guerre ?


L. B.-B. On aime beaucoup chambrer, à partir de ce moment-là, il faut accepter la même chose. Qui aime bien châtie bien. Ça fait partie aussi de notre tempérament.

Vous dites manger ensemble tous les jours. Est-ce toujours vous qui faites à manger Louis ?

N. D. Je dis oui direct ! Louis est un très bon cuisinier, je peux dire ça comme ça (il interroge Louis) ? Il vient de la Réunion, sa mère lui ramène parfois deux ou trois trucs qu’il prépare. J’apprécie bien.

L. B.-B. Je ne le faisais pas quand j’étais chez mes parents, mais j’aime beaucoup cuisiner, ça ne me dérange pas du tout. Tout le monde est gagnant.

Quel est votre plat signature ?

L. B.-B. Le porc au caramel. C’est pas toujours tip-top, mais au moins, c’est sain.

N. D. Si je devais m’en charger, ce serait plus basique : à base de steaks, pâtes (rire). Mais j’aide à la vaisselle.

Derrière votre amitié, peut-on voir aussi la recherche d’un point d’équilibre pour deux jeunes qui vivent tout en accéléré ?

L. B.-B. Parce qu’on vit les mêmes choses, on peut parler de tout. On est passé par les mêmes étapes, c’est facile de partager tous nos ressentis. Être avec quelqu’un comme ça, ça aide et ça tire vers le haut.

N. D. Louis a un an d’avance sur moi, sur toutes les étapes qu’on a passées. Quand j’ai fait mes premiers entraînements en pro, il était déjà là. En équipe de France U20, mon premier stage en équipe de France, pareil… Je me suis rassuré grâce à lui. Je pense que ça a été plus simple pour moi du coup.

L. B.-B. J’étais persuadé qu’il allait lui aussi aller en équipe de France. La question était de savoir au bout de combien de temps.

Nicolas, vous êtes un peu plus âgé que Louis (NDLR, il est du 13 janvier 2003, son cadet du 19 juin). Et pourtant, il a cette petite avance sur vous. Est-ce un sujet entre vous ?

L. B.-B. Il me dit souvent, tu verras quand tu auras mon âge : il a six mois d’avance (dubitatif)…

Nicolas, dans quelle mesure le fait que Louis ait disputé la Coupe du monde a contribué à vous booster cette saison au point de disputer le dernier Tournoi ?

N. D. Atteindre l’équipe de France, ça trotte dans la tête de tous les joueurs. C’est vrai que le fait que Louis soit dans le groupe me chauffait d’autant plus. J’avais envie qu’on porte le coq ensemble le plus vite possible.

Vous avez effectué plusieurs allers-retours en début de Tournoi avant d’avoir votre chance…

N. D. J’ai patienté. Je prenais tout ce que j’avais à prendre lors des entraînements de Gaël (Fickou), de Jo (Danty) ou des autres centres. Mon tour a fini par arriver, j’en suis très content.

Avez-vous parlé de ça tous les deux ?

L. B.-B. Oui, puisqu’on était en chambre ensemble. J’ai un peu connu ça aussi lors du précédent Six-Nations : tu viens trois jours pour faire les meilleurs entraînements possibles, mais tu ne joues pas parce qu’il n’y a pas forcément de raisons de changer. C’est parfois un peu dur, mais il y a pire tout de même que de faire des allers-retours en équipe de France.

En espoirs, en U20, en pro, vous avez vécu beaucoup de premières ensemble. Quelle place occupe votre première « Marseillaise », à Cardiff, avec le XV de France ?

N. D. Beaucoup d’émotions. On s’était mis côte à côte, c’était la toute première pour moi. Ça restera gravé pour toujours dans nos têtes.

   « Je suis personne pour lui dire quoique ce soit : je n’ai pas 90 sélections (rires) ! »


Avez-vous accompagné Nicolas vers ce moment, Louis ?

L. B.-B. Je suis personne pour lui dire quoi que ce soit : je n’ai pas 90 sélections (rires) ! Et comme il est de toute façon plus âgé que moi, je garde un peu de respect pour lui.

Vu votre jeune âge, avez-vous une « to do list » sur laquelle figurerait « demi-finale du Top 14 à Bordeaux », « Brennus » ou « Coupe du monde 2027 » ?

N. D. Non, on prend les choses comme elles viennent plutôt que de faire des « to do list ».

L. B.-B. On espère forcément ramener un titre. Si on peut être la première génération à ramener le Brennus ou une Champions Cup à Bordeaux, on ne se privera pas.

Nicolas, disputer la Coupe du monde 2027 avec Louis, ça relève du fantasme ou de l’objectif ?

N.D. 2027, c’est loin. Mais on fera tout pour y arriver.

L. B.-B. Si on est sur la même trajectoire jusque-là, ce sera déjà très bien.

_________________
« L'avenir, tu n'as pas à le prévoir, mais à le permettre »   Saint-Exupéry
Scalp
Scalp
Team modo
Team modo

Nombre de messages : 42289
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 56

Revenir en haut Aller en bas

 Louis Bielle-Biarrey - Page 11 Empty Re: Louis Bielle-Biarrey

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 11 sur 11 Précédent  1, 2, 3 ... 9, 10, 11

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum