AllezUnion.com, Forum des supporters de l'Union Bordeaux Bègles - Rugby
Un forum est comme un vestiaire, quand on y rentre on dit bonjour. Pensez donc à vous connecter, ça vous assurera également une visibilité parfaite ;o)

Enregistrer et activer un compte prend 3 minutes. Seule une adresse email valide est nécessaire. Ne soyez pas timide, Allez y !

AllezUnion.com

Rejoignez le forum, c’est rapide et facile

AllezUnion.com, Forum des supporters de l'Union Bordeaux Bègles - Rugby
Un forum est comme un vestiaire, quand on y rentre on dit bonjour. Pensez donc à vous connecter, ça vous assurera également une visibilité parfaite ;o)

Enregistrer et activer un compte prend 3 minutes. Seule une adresse email valide est nécessaire. Ne soyez pas timide, Allez y !

AllezUnion.com
Derniers sujets
» Pro D2 : Autres matchs
par Dr. Gregory Bouse Hier à 22:42

» 21e journée : UBB / Clermont
par Scalp Hier à 21:53

» Espoirs 2023-2024
par patrick Hier à 20:12

» UBB : Prolongations, Signatures, Départs pour 2024/2025
par Scalp Hier à 12:08

» Champions Cup - 1/4 de finale UBB/Harlequins
par Scalp Hier à 11:03

» Lionnes 2023-2024
par Scalp Hier à 10:59

» LA FORMATION
par Scalp Hier à 10:30

» Champions Cup
par Tothor Mer 17 Avr 2024 - 15:17

» Pierre BOCHATON
par Scalp Mer 17 Avr 2024 - 10:55

» C'est beau, c'est Bordeaux !
par Scalp Mer 17 Avr 2024 - 10:51

» Jonny Gray
par Bordelais exilé ds le 31 Mer 17 Avr 2024 - 10:47

» Tani Vili
par Roberto Miopalmo Mer 17 Avr 2024 - 10:42

» Ligue Nationale de Rugby
par Scalp Mer 17 Avr 2024 - 9:33

» Transferts (Autres clubs)
par le radis Mar 16 Avr 2024 - 15:10

» Romain Latterrade
par Scalp Mar 16 Avr 2024 - 13:01

» Rugby et démence
par Scalp Mar 16 Avr 2024 - 11:12

» Equipes de France Jeunes
par Dr. Gregory Bouse Lun 15 Avr 2024 - 17:15

» Que deviennent nos anciens joueurs ?
par Vévé64 Lun 15 Avr 2024 - 7:43

» Bourse des places des matchs de l'UBB
par Bouhaben Dim 14 Avr 2024 - 9:36

» Challenge Cup autres clubs
par Big'Ben Sam 13 Avr 2024 - 16:13

» Infirmerie 2023-2024
par Yatangaki Ven 12 Avr 2024 - 16:01

» Champions Cup - 8ᵉ de finale UBB/SARACENS
par marchal Ven 12 Avr 2024 - 12:57

» Matthieu Jalibert
par Scalp Ven 12 Avr 2024 - 11:11

» Romain Buros
par Scalp Ven 12 Avr 2024 - 9:59

» Aménagement de Chaban-Delmas, stade de l'UBB
par guillaume ubb Jeu 11 Avr 2024 - 22:18

» Nicolas Depoortere
par Scalp Jeu 11 Avr 2024 - 19:28

» Louis Bielle-Biarrey
par Scalp Jeu 11 Avr 2024 - 19:27

» Musique !!!
par Scalp Jeu 11 Avr 2024 - 13:43

» Autres joueurs
par Switch Jeu 11 Avr 2024 - 13:37

» Yannick Bru
par marchal Mer 10 Avr 2024 - 14:00

Le Deal du moment : -40%
Tefal Ingenio Emotion – Batterie de cuisine 10 ...
Voir le deal
59.99 €

Fédération Française de Rugby

+2
léopold
Scalp
6 participants

Aller en bas

Fédération Française de Rugby Empty Fédération Française de Rugby

Message  Scalp Mer 5 Juil 2023 - 10:53


_________________
« L'avenir, tu n'as pas à le prévoir, mais à le permettre »   Saint-Exupéry
Scalp
Scalp
Team modo
Team modo

Nombre de messages : 42357
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 56

Revenir en haut Aller en bas

Fédération Française de Rugby Empty Re: Fédération Française de Rugby

Message  Scalp Ven 7 Juil 2023 - 17:05

https://www.lequipe.fr/Rugby/Article/En-restructurant-son-arbitrage-le-rugby-francais-veut-susciter-des-vocations/1407105

En restructurant son arbitrage, le rugby français veut « susciter des vocations »

La LNR et la FFR, qui vont chacune investir un million d'euros, ont adopté un plan commun de relance de l'arbitrage pour mieux le structurer et le professionnaliser. C'était une priorité pour les présidents René Bouscatel et Florian Grill.


Jean-François Paturaud,

Pour bien saisir l'enjeu d'un sujet, il suffit parfois de compter le nombre d'interlocuteurs qui sont assis en face de vous. Pour annoncer et détailler en avant-première à L'Équipe« le plan de performance de l'arbitrage du secteur professionnel français », adopté par les deux institutions, ce n'est pas un, ni deux, ni même trois mais bien quatre dirigeants de la Ligue Nationale et de la Fédération française qui se sont déplacés sur la terrasse d'un hôtel de Toulon jeudi soir. D'un côté, l'homme fort de la Ligue René Bouscatel, accompagné de son directeur général Emmanuel Eschalier. Sur le banc voisin, Florian Grill, le nouveau président de la FFR, et à sa droite Jean-Marc Lhermet, son responsable du haut niveau et des officiels de match.

Car si le Top 14 et le quinze de France brillent aujourd'hui au niveau international, les arbitres français sont davantage à la peine. Seuls deux d'entre eux - Mathieu Raynal au centre et Pierre Brousset comme assistant - ont ainsi été retenus pour officier lors la Coupe du monde à la maison cet automne (8 septembre-28 octobre). Et ces dernières années, plusieurs figures reconnues ont préféré prendre leur retraite et poursuivre une nouvelle carrière au sein de staffs de clubs plutôt qu'avec un sifflet dans la bouche. Il fallait - enfin - réagir.

« Il était nécessaire et urgent de rentrer dans une discussion avec la fédération et la DTNA pour améliorer l'arbitrage et surtout le professionnaliser »
René Bouscatel, patron de la Ligue Nationale de Rugby

« Pour la LNR et surtout les présidents de clubs, il était nécessaire et urgent de rentrer dans une discussion avec la fédération et la DTNA (la Direction technique nationale de l'arbitrage) pour améliorer l'arbitrage et surtout le professionnaliser, explique d'entrée René Bouscatel. C'est un facteur extrêmement important dans le spectacle rugby et dans notre environnement. Il y a eu une professionnalisation des joueurs et il fallait que ça soit aussi le cas pour les arbitres. Nous en avons parlé avec la fédération. Et immédiatement, nous avons pu mettre en place un plan de performance. »

Il est axé sur quatre points clairement identifiés : d'abord structurer l'encadrement des arbitres (un maximum de 32 éléments) pour bénéficier d'une meilleure préparation, mieux les accompagner financièrement avec une revalorisation de leur rémunération, renforcer les échanges avec les clubs et par ailleurs mettre en place une gouvernance partagée FFR-LNR à travers un comité de pilotage. Du gagnant-gagnant pour tout le monde.

Ce projet coûtera 2 millions d'euros, répartis à parité entre la FFR et la LNR

« Ce plan était une priorité sur le haut niveau mais aussi à la base, complète Grill. Il faut travailler les deux conjointement. Avec la Ligue, on travaille la partie haut niveau pour justement que la France soit représentée comme elle l'a déjà été à l'international. Mais pour la faire émerger, il faut une base en nombre suffisant et qui soit formée. On élargit le sujet à l'ensemble des officiels des matches, y compris les représentants fédéraux. C'est un joli chantier, il est en tout cas majeur, de notre début de mandat. On l'a pris en cours de route et on a adhéré sur la partie qui concerne l'élite puisque ça nous apparaissait une évidence. »

Qui a forcément un prix. La saison prochaine, le financement de ce new-deal de l'arbitrage coûtera au total deux millions d'euros répartis à parité entre les deux entités. Et vu le contexte actuel, notamment les treize millions de déficit d'exploitation côté fédéral, ce n'est évidemment pas anodin. « On n'a pas tremblé sur ce dossier car c'est un sujet important et il faut le faire, souligne Grill. C'est un beau signe du travail en commun de la FFR et la LNR qu'il faut étendre sur plein d'autres domaines. »

L'idée est, comme pour le quinze de France, d'avancer sur les quatre années à venir. « Nous allons l'annoncer sur la première saison et nous verrons ensuite comment évoluer, souligne Bouscatel. C'était le moment. Nous avons eu les uns et les autres la volonté d'un plan progressif. Il faut susciter des vocations et que l'arbitrage français rayonne. Il manque actuellement un peu de vocations. »

« Je rêve qu'un jour une arbitre féminine soit en Top 14. Ça fait aussi partie des objectifs »
Florian Grill, président de la FFR

(Re) donner davantage envie de devenir arbitre (puis de le rester) via une communication positive, voilà en grande partie l'ambition de ce plan ambitieux sur le papier. « Jusqu'à présent ce n'était pas un métier, selon le patron de la Ligue. Nous avions malgré tout de bons arbitres, mais il faut améliorer leur nombre et la qualité par la préparation physique, le suivi et davantage de temps de préparation. Et j'espère qu'avec ce plan, nous verrons émerger de nouveaux arbitres à l'échelon amateur qui monteront ensuite au niveau professionnel. »

« À la fédé, on a 2 700 arbitres aujourd'hui, répond Grill. Si on voulait être serein, il faudrait en avoir 3 300 pour couvrir toutes les rencontres. Le fait de travailler le haut doit permettre de développer le bas. On a besoin d'avoir des têtes de gondole. » Aussi bien des hommes que des femmes. Grill toujours : « Je rêve qu'un jour une arbitre féminine soit en Top 14. Ça fait aussi partie des objectifs. Et je rêve aussi qu'on entende pas parler des arbitres, c'est le meilleur signal des matches réussis et ça voudrait dire que ce plan fonctionne. »

_________________
« L'avenir, tu n'as pas à le prévoir, mais à le permettre »   Saint-Exupéry
Scalp
Scalp
Team modo
Team modo

Nombre de messages : 42357
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 56

Revenir en haut Aller en bas

Fédération Française de Rugby Empty Re: Fédération Française de Rugby

Message  Scalp Dim 9 Juil 2023 - 9:56

Rugby - Florian Grill : "Je veux donner les moyens aux ligues et aux comités"

https://www.laprovence.com/article/region/5901177658635715/florian-grill-je-veux-donner-les-moyens-aux-ligues-et-aux-comites

_________________
« L'avenir, tu n'as pas à le prévoir, mais à le permettre »   Saint-Exupéry
Scalp
Scalp
Team modo
Team modo

Nombre de messages : 42357
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 56

Revenir en haut Aller en bas

Fédération Française de Rugby Empty Re: Fédération Française de Rugby

Message  Scalp Mar 5 Sep 2023 - 9:47

https://www.lequipe.fr/Rugby/Article/Florian-grill-president-de-la-ffr-je-pense-qu-il-faut-savoir-tendre-la-main/1417958

Florian Grill, président de la FFR : « Je pense qu'il faut savoir tendre la main »

Président de la FFR depuis juin, Florian Grill se dit fier d'avoir pacifié une Fédération dont il a découvert l'état de délabrement financier. Il souhaite désormais profiter de la Coupe du monde pour valoriser le rôle sociétal du rugby.


Frédéric Bernès, Renaud Bourel

Elu président de la FFR le 14 juin dernier, Florian Grill jongle depuis avec un emploi du temps infernal. Deux jours à gérer sa boîte (CoSpirit) , les trois suivant à Marcoussis, au siège de la fédé, et les week-ends sur les terrains. Nous sommes à onze jours du Coup d'envoi de la Coupe du monde et l'ancien deuxième-ligne du PUC nous reçoit dans ses bureaux du centre de Paris. Pendant près de deux heures, il a évoqué tous les sujets chauds depuis sa prise de fonction : la Coupe du monde, bien sûr, l'état dans lequel il a récupéré la Fédération et sa relation au quinze de France et à Fabien Galthié.

La Coupe du monde, parenthèse enchantée


Dans trois jours (vendredi, 21h15), c'est France - Nouvelle-Zélande et le début de la Coupe du monde. Comment pressentez-vous l'événement qui approche ?

« Je suis incroyablement enthousiaste. On sent la pression monter. J'ai encore dans les yeux le tifo dans le Stade de France contre l'Australie (27 août, 41-17). La Marseillaise a cappella, les poils qui se dressent. Jacques Rivoal, le patron de la Coupe du monde, me disait qu'il y avait deux heures de queue à l'ouverture de la boutique officielle place de la Concorde. On sent que les gens attendent cet événement, qu'ils ont envie de partager et de sourire. On sent que ça prend. On sent que ça vibre.

C'est à la fois un levier formidable pour la FFR et le rugby français mais ce n'est aussi qu'une parenthèse...

Bien sûr. Toute la stratégie de nos équipes, c'est d'utiliser la lumière médiatique pour montrer tout ce que nos clubs font au jour le jour. Et l'amplifier. Le rôle au quotidien d'un club dépasse la dimension sportive. Il y a la dimension éducative, et il n'est pas besoin d'ouvrir deux fois les yeux pour comprendre à quels points certaines valeurs ont besoin d'être inculquées aux gamins. Le rugby peut le faire. Il y a aussi la dimension sociétale. J'aimerais que tout le monde voie la somme d'actions incroyables menées par les clubs qui passent en dessous des radars et faire comprendre à l'État, aux régions, aux départements et à toutes les mairies le rôle sociétal du rugby.

Avec les sections de rugby adapté, le rugby santé... On a déjà 270 clubs qui mènent des actions dans les quartiers prioritaires (QPV), avec des moyens dérisoires. Il faut monter à 400. Si l'État et les collectivités nous font confiance et si, en plus, on a des mécènes qui viennent donner plus de moyens, on aura la capacité de faire nation sur la durée. On est là, on peut le faire.

Comment souhaiteriez-vous impliquer davantage le privé ?


Tous ces partenaires qui aujourd'hui viennent chercher de la visibilité, j'ai envie de leur dire : OK, ça c'est fait ; maintenant, comment faire pour donner du sens ? La Fédération leur propose de s'engager avec elle sur des missions citoyennes. On est un pays où le sport n'est pas considéré. J'aimerais aider à faire évoluer ça. Un exemple : on parle, concernant l'obésité, d'un coût de 10,7 milliards pour la collectivité. Le rugby est un sport où justement ces personnes sont accueillies à bras ouverts. On travaille sur ce sujet avec le ministère de la Santé. Moi je ne veux pas uniquement parler avec la ministre des Sports, mais avec les ministères de la Santé, de l'Éducation, de la Ville, du Travail... Je veux leur parler de toutes ces filles dans les quartiers que le rugby peut toucher, de lutte contre le racisme, l'homophobie ou la transphobie, parler d'emploi... On est en train de créer un fonds de dotation en ce sens.

« Le rugby a beaucoup disparu du monde scolaire ; or on a un outil phénoménal pour revenir dans les écoles, c'est le rugby à cinq, sans choc, sans plaquage. Un sport mixte par excellence »

Vous dites souvent que le rugby est le deuxième sport médiatique en France mais seulement le dixième en termes de pratique. La Coupe du monde peut changer cela ?

Non. Pour réduire cet écart, il faut donner plus de moyens aux Ligues régionales et aux départements. Malgré l'équation budgétaire complexe, on a décidé d'augmenter de 50 % (injecter 3 M€ de plus) les budgets dévolus aux Ligues et départements. Le rugby a beaucoup disparu du monde scolaire ; or on a un outil phénoménal pour revenir dans les écoles, c'est le rugby à cinq, sans choc, sans plaquage. Un sport mixte par excellence.

Il y a des STAPS où il n'y a plus d'option rugby, or ce sont les futurs profs d'EPS. Un chiffre hyper-intéressant : plus de 50 % de nos actuels joueurs de l'équipe de France viennent de villes de moins de 20 000 habitants. Certains viennent de zone rurale, cinq de Wallis et Futuna ou de Nouvelle-Calédonie. Il faut juste se rendre compte. En se financiarisant, ce qui était le sens de l'histoire, le rugby s'est concentré sur les grosses agglos. Si on n'y prend pas garde, le nombre de clubs va se réduire. C'est le process en cours aujourd'hui, avec des fusions à six, sept ou huit pour faire des cadets et des juniors. La proximité, c'est le premier critère de la pratique. Pour jouer, grosso modo, il faut être à moins de 10 kilomètres. L'enjeu, c'est de maintenir, voire rajouter des clubs.

Vous tablez sur quel afflux de licenciés grâce à l'effet Coupe du monde ?

Le budget de la gouvernance précédente tablait sur 30 % de croissance. Ça me paraît beaucoup au regard de ce qu'on a observé en 2007. Moi, je m'attends à 20 %, ce qui est déjà très bien. Mais le sujet, c'est de les fidéliser. Qu'est-ce qui fidélise les licenciés ? La qualité de l'encadrement, donc il faut des éducateurs diplômés ; la qualité des dirigeants et la qualité des installations. Par exemple, la féminisation des vestiaires. Parce que vous imaginez bien que la question de la proximité est encore plus prononcée pour les féminines.

Une fédération apaisée mais des comptes « affreux »

Pouvez-vous expliquer comment le déficit d'exploitation de la FFR est passé de 9 M€ à 13 puis à 20 ? Et plus généralement dans quel état vous avez trouvé la Fédération ?

Il y a des choses très positives et je ne veux pas les passer sous silence. S'il y a une fierté, c'est l'apaisement. C'est d'avoir constitué ce bureau fédéral (avec des anciens laportistes). Cet apaisement, on le devait bien au rugby. On aurait été ridicules. Les "anciens" découvrent des trucs qu'ils ne savaient pas. D'autant que Serge Simon leur avait interdit de nous parler. Au dernier comité directeur, il y a eu six abstentions ou votes contre (sur 40 membres). Il y a de bonnes équipes à Marcoussis, et il y a aussi ce gouffre budgétaire. Le lendemain de l'élection, c'était moins 9 millions d'euros. Puis moins 13, car ils avaient anticipé des revenus "hospitalités" irrationnels.

« Alexandre Martinez était président par intérim, mais il n'avait pas les leviers de la décision. Et quand il était trésorier, il ne les avait pas non plus. Quelqu'un comme Serge Simon faisait ce qu'il voulait »

On arrive à moins 20 une fois effectuée la correction sur les nouveaux partenariats maillots qu'ils avaient inscrits au prix tarif ; or il y a eu des négociations et on a abouti à 2,5 M€ de moins. Même chose pour les revenus des Six Nations. Ils avaient tablé sur l'hypothèse haute. Idem pour le GIE et les hospitalités. J'essaie d'expliquer tout dans le détail. Il y avait à la FFR des commissions qui rassemblaient 450 personnes, sur le rugby à cinq, à sept, sur le handicap... On a 20 millions de déficit, donc on n'a gardé que celles qu'on a estimées indispensables. On a remplacé des commissions de dix par deux ou trois chargés de mission bénévoles. On a ramené l'ensemble à une centaine de personnes. Ça fait partie des économies qu'on peut faire.

Vous avez décidé de conserver dans le bureau fédéral Alexandre Martinez, trésorier de l'ancienne gouvernance, qui a toujours assumé cette politique budgétaire. Pourquoi ?

Parce que trois jours après mon élection (14 juin), je fais une matinée de transition avec Alexandre Martinez. Ce matin-là, il m'a tout dit. Il a attiré mon attention sur le problème des primes joueurs qui explosaient le budget, sur les retards de règlement du Coq sportif... Il était président par intérim, mais il n'avait pas les leviers de la décision. Et quand il était trésorier, il ne les avait pas non plus. Quelqu'un comme Serge Simon faisait ce qu'il voulait. Certes, Alexandre Martinez a validé des choses que je n'aurais jamais validées, à commencer par les frais d'avocats. Mais, globalement, il a limité la casse. Je pense qu'il faut savoir tendre la main. Je suis là pour que le rugby avance, pas pour juger les erreurs des uns et des autres.

Vous venez d'annoncer la prolongation jusqu'en 2027 du contrat maillot avec Altrad...

Elle a été décidée par la précédente gouvernance, je l'ai signée. Il y aura trois partenaires textiles : la face avant avec Altrad (10 M€ par saison sur quatre saisons), la Société générale sur le dos (7 millions la saison) et Renault sur le short (5 millions la saison).

En décembre, le tribunal correctionnel de Paris a condamné Altrad et Laporte et jugé que le partenariat maillot était fondé sur un pacte de corruption. Que se passe-t-il si la cour d'appel entérine cette condamnation ?

L'appel d'offres en cours a respecté les règles d'usage. Ainsi que la présomption d'innocence en attendant le second procès.

Les primes des Bleus pour le Mondial, sa relation avec Galthié


Quel était le problème avec les primes des joueurs pour la Coupe du monde ?


Elles n'avaient pas été budgétées. Serge Simon avait topé dans la main des joueurs, mais si les choses avaient perduré, on aurait explosé le budget de l'ordre de 3 M€. Quand je dîne avec Fabien Galthié la première fois, je lui demande s'il était invité dans ces réunions au sujet des primes. Réponse : non. Raphaël Ibañez non plus. Simon passait en direct avec les joueurs. Avec Jean-Marc Lhermet (vice-président en charge des équipes de France), on a demandé si Fabien souhaitait être impliqué. Il le souhaitait, donc on a fait une réunion avec Fabien, Raphaël, Mathieu Brauge (team manager) et les représentants des joueurs (Dupont, Fickou, Marchand, Ollivon, Alldritt).

On leur a dit qu'on était désolé de venir parler de ça à deux mois de la Coupe du monde, pendant le stage à Monaco. On leur a dit que les comptes de la Fédé étaient affreux. Que ce qu'on pouvait faire, c'est leur donner l'équivalent de cent pour cent des primes partenaires versées à la FFR si on est champion ou vice-champion. Si on donnait plus, on bouffait sur le rugby amateurs. Ils ont été nickel (chaque joueur touchera environ 200 000 € en cas de sacre). Et Fabien a été aidant. Les joueurs nous ont juste demandé un truc que j'ai immédiatement accepté : ils avaient droit dans le cadre prévu par Serge Simon à quatre invitations pour leur match et quatre places payantes. C'est rien. Quand tu es l'acteur principal, c'est un non-sens. On est passé à six invitations et dix places payantes.

Est-il vrai que dans l'enveloppe des primes rien n'était prévu pour le staff ?

Oui, c'est vrai. Ça aussi on l'a changé, et le premier cercle du staff a décidé que tous les membres seraient concernés par ces primes.

Appréhendiez-vous votre relation avec Galthié étant donné ses prises de position pendant l'élection de 2020 ?

On m'avait dit que ça allait être le chaos. Pas du tout. Je ne m'inquiétais pas. Mon message a été simple : "Je comprends et je respecte ton amitié avec Bernard Laporte. Considère nous comme une ressource, pas question qu'on s'impose à vous". »

_________________
« L'avenir, tu n'as pas à le prévoir, mais à le permettre »   Saint-Exupéry
Scalp
Scalp
Team modo
Team modo

Nombre de messages : 42357
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 56

Revenir en haut Aller en bas

Fédération Française de Rugby Empty Re: Fédération Française de Rugby

Message  Scalp Mar 17 Oct 2023 - 15:15

https://www.lequipe.fr/Rugby/Article/Florian-grill-president-de-la-ffr-veut-que-le-rugby-francais-soit-plus-influent-dans-les-instances/1425835

Florian Grill, président de la FFR, veut que le rugby français soit plus influent dans les instances

Florian Grill a regretté le manque de poids de la France auprès de World Rugby, estimant que la LNR et surtout la FFR devaient bien davantage peser dans les instances internationales.


J.-F. P.

C'est une petite musique vieille comme le rugby. Les Anglo-Saxons, bien heureux dans l'entre-soi, se feraient un malin plaisir de savonner la planche des Français, pour ne pas dire pire, et éviter toute hégémonie latine sur un sport qu'ils ont tout de même inventé. Ce grenouillage politique dans lequel les officiels tricolores seraient mauvais, voire carrément absents, aurait des répercussions sur la position, le poids du pays sur l'échiquier ovale jusque dans les décisions arbitrales rendues en compétition.

La partition de Ben O'Keeffe lors du quart de finale entre la France et l'Afrique du Sud (28-29), dimanche, qui n'a pas manqué de faire parler, serait l'une de ses conséquences, comme le laissait entendre Florian Grill sur X (ex-Twitter) à un utilisateur du réseau social qui l'interpellait et énumérait les erreurs supposées.



Lundi, lors de l'entretien croisé qu'il nous a accordé en compagnie de René Bouscatel, le président de la FFR a précisé sa pensée, éraflant au passage la gouvernance précédente, et prenant position à l'heure où se joue le sujet capital des calendriers internationaux, dans lequel la France entend donner de la voix : « On n'a aucun élu au Board de World Rugby, un seul arbitre dans cette Coupe du monde, on est pratiquement absents de toutes les commissions et les groupes de travail, parce que ce qui compte n'est pas ce qui brille, mais là où ça bosse. Je suis très admiratif du travail de Fabien (Galthié), je pense que c'est la bonne personne au bon endroit, mais la Fédé n'est pas du tout au niveau de professionnalisation qu'il faudrait concernant sa relation avec World Rugby, on ne travaille pas assez, on ne rentre pas assez dans le détail. »

« Il faut qu'on soit très forts, la FFR et la LNR, pour peser sur les instances de World Rugby, ce n'est pas le cas aujourd'hui »
Florian Grill

« Depuis trois mois, enchaîne Florian Grill, on a essayé de remonter cette pente-là, mais en réalité on n'est pas entendus. Et ce n'est pas en étant vice-président de World Rugby (fonction qu'occupait Bernard Laporte) que ça change la donne, c'est en bossant dans les commissions et les groupes de travail. On n'y est pas du tout. On a constitué à la va-vite un groupe d'une quinzaine de personne qui s'investit sur l'international, là où avant il y en avait deux qui ont été sorties de World Rugby pour les raisons que l'on sait et dont je ne reparlerai pas parce que je ne veux pas polémiquer. Mais ça ne suffisait pas. Il ne faut pas être naïfs.

Gagner à très haut niveau nécessite de bosser partout et ce n'est pas que l'équipe de France, il faut que la FFR soit politique. On ne peut pas être apolitique à côté d'une équipe de France forte. Il y a des sujets sur le match qui seront traités par Fabien et Jean-Marc (Lhermet) et qui relèvent du sportif, mais il y a des vrais points politiques. Je suis déterminé, il faut qu'on soit très forts, la FFR et la LNR, pour peser sur les instances de World Rugby, ce n'est pas le cas aujourd'hui, on n'est pas invités, tout le travail vise à remonter la pente, mais il faut le faire plus fort et plus vite. On a un vrai chantier du développement du rugby en France, on a un vrai chantier de l'influence de la France dans le monde international. »

_________________
« L'avenir, tu n'as pas à le prévoir, mais à le permettre »   Saint-Exupéry
Scalp
Scalp
Team modo
Team modo

Nombre de messages : 42357
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 56

Revenir en haut Aller en bas

Fédération Française de Rugby Empty Re: Fédération Française de Rugby

Message  léopold Mar 17 Oct 2023 - 17:23

Sur qu'il va faire le poids avec Bénazi et consort les anglos saxons en tremble rire rire rire rire rire
léopold
léopold
J'aime l'Union à la folie
J'aime l'Union à la folie

Nombre de messages : 9734
Localisation : A Musard derrière les espoirs
Date d'inscription : 29/01/2008

Revenir en haut Aller en bas

Fédération Française de Rugby Empty Re: Fédération Française de Rugby

Message  Scalp Jeu 26 Oct 2023 - 14:00

https://www.lequipe.fr/Rugby/Article/La-france-a-pese-de-tout-son-poids/1427670

La France a pesé de tout son poids

La Fédération française de rugby et la Ligue nationale de rugby ont parlé d'une seule voix cette semaine pour imposer leurs revendications à World Rugby.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Emmanuel Eschalier, directeur général de la LNR, Florian Grill, président de la FFR, René Bouscatel, président de la LNR et Jean-Marc Lhermet, vice-président de la FFR (Sy. Thomas/L'Équipe)

Jean-François Paturaud

Les négociations ont été très serrées. Tard lundi soir, les représentants de la ­Fédération française de rugby et de la ­Ligue nationale de rugby ont, ensemble, mis la pression sur World Rugby. « Vers 23 heures, on a envoyé un avis pour dire qu'on ne voterait pas en l'état en faveur du nouveau calendrier », avoue un participant. Le lendemain matin, les discussions, toujours aussi vives, ont repris dès 8 heures, peu avant l'assemblée générale de la Fédération internationale organisée à Montparnasse (XIVe arrondissement de Paris).

« Bill Beaumont et Alan Gilpin (président et directeur général de World Rugby) avaient besoin de la France pour que leur projet passe et ça nous a permis de rappeler les points sur lesquels on ne voulait pas transiger », explique une autre source proche du dossier. Au coeur des revendications françaises figurait le resserrement du Tournoi des Six Nations de sept à six ­semaines dès 2026 pour contrebalancer la date supplémentaire de la Coupe des ­nations en novembre.

« C'était une condition sine qua non pas forcément partagée par tous (l'Irlande, par exemple), rappelle Jean-Marc Lhermet, vice-président de la FFR en charge du haut niveau. Nous, on voulait que notre modèle équilibré soit le moins perturbé possible. Ç'aurait été compliqué d'expliquer à la Ligue qu'on allait ajouter un doublon. »

Plus de flexibilité pour les semaines de repos des internationaux


Organisée tous les deux ans, la nouvelle compétition ne chamboulera pas le calendrier du Top 14 ni les accords adoptés dans le cadre du « Player Welfare », destinés à protéger la santé des joueurs. Ce qui a déjà entériné sur le sol français, via la FFR, la LNR et Provale, le syndicat des joueurs, restera en vigueur.

« On a fait valoir que ce type de sujet s'appréhende de manière beaucoup plus pragmatique et précise au plan national, selon Emmanuel Eschalier, directeur général de la LNR. Il fallait que les accords nationaux continuent à prévaloir, et si ça n'avait pas été le cas, ça aurait eu des impacts très importants sur l'organisation des saisons. »

La France a, par exemple, négocié plus de flexibilité pour les semaines de repos des internationaux après les échéances internationales. Elles ne seront pas obligatoires dès le retour en club pour mieux coller au temps de jeu des joueurs, mais aussi aux besoins de leur employeur. Avec l'instauration d'un match supplémentaire, des ajustements financiers sont par ailleurs à prévoir concernant la mise à disposition des internationaux. La question des indemnités journalières va forcément se poser. Provale suit d'ailleurs le dossier de très près pour ne pas que les joueurs se retrouvent lésés.

En coulisses, on préfère pour le moment savourer cet accord historique qui tombe à point nommé alors que le rugby français entend davantage peser à l'international. Florian Grill, le président de la FFR, jubile : « Tout le monde a compris que la France voulait maintenant être assise sur un fauteuil et non plus un strapontin. »

_________________
« L'avenir, tu n'as pas à le prévoir, mais à le permettre »   Saint-Exupéry
Scalp
Scalp
Team modo
Team modo

Nombre de messages : 42357
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 56

Revenir en haut Aller en bas

Fédération Française de Rugby Empty Re: Fédération Française de Rugby

Message  Dr. Gregory Bouse Ven 27 Oct 2023 - 17:48

Scalp a écrit:https://www.lequipe.fr/Rugby/Article/La-france-a-pese-de-tout-son-poids/1427670

La France a pesé de tout son poids

La Fédération française de rugby et la Ligue nationale de rugby ont parlé d'une seule voix cette semaine pour imposer leurs revendications à World Rugby.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Emmanuel Eschalier, directeur général de la LNR, Florian Grill, président de la FFR, René Bouscatel, président de la LNR et Jean-Marc Lhermet, vice-président de la FFR (Sy. Thomas/L'Équipe)

Jean-François Paturaud

Les négociations ont été très serrées. Tard lundi soir, les représentants de la ­Fédération française de rugby et de la ­Ligue nationale de rugby ont, ensemble, mis la pression sur World Rugby. « Vers 23 heures, on a envoyé un avis pour dire qu'on ne voterait pas en l'état en faveur du nouveau calendrier », avoue un participant. Le lendemain matin, les discussions, toujours aussi vives, ont repris dès 8 heures, peu avant l'assemblée générale de la Fédération internationale organisée à Montparnasse (XIVe arrondissement de Paris).

« Bill Beaumont et Alan Gilpin (président et directeur général de World Rugby) avaient besoin de la France pour que leur projet passe et ça nous a permis de rappeler les points sur lesquels on ne voulait pas transiger », explique une autre source proche du dossier. Au coeur des revendications françaises figurait le resserrement du Tournoi des Six Nations de sept à six ­semaines dès 2026 pour contrebalancer la date supplémentaire de la Coupe des ­nations en novembre.

« C'était une condition sine qua non pas forcément partagée par tous (l'Irlande, par exemple), rappelle Jean-Marc Lhermet, vice-président de la FFR en charge du haut niveau. Nous, on voulait que notre modèle équilibré soit le moins perturbé possible. Ç'aurait été compliqué d'expliquer à la Ligue qu'on allait ajouter un doublon. »

Plus de flexibilité pour les semaines de repos des internationaux


Organisée tous les deux ans, la nouvelle compétition ne chamboulera pas le calendrier du Top 14 ni les accords adoptés dans le cadre du « Player Welfare », destinés à protéger la santé des joueurs. Ce qui a déjà entériné sur le sol français, via la FFR, la LNR et Provale, le syndicat des joueurs, restera en vigueur.

« On a fait valoir que ce type de sujet s'appréhende de manière beaucoup plus pragmatique et précise au plan national, selon Emmanuel Eschalier, directeur général de la LNR. Il fallait que les accords nationaux continuent à prévaloir, et si ça n'avait pas été le cas, ça aurait eu des impacts très importants sur l'organisation des saisons. »

La France a, par exemple, négocié plus de flexibilité pour les semaines de repos des internationaux après les échéances internationales. Elles ne seront pas obligatoires dès le retour en club pour mieux coller au temps de jeu des joueurs, mais aussi aux besoins de leur employeur. Avec l'instauration d'un match supplémentaire, des ajustements financiers sont par ailleurs à prévoir concernant la mise à disposition des internationaux. La question des indemnités journalières va forcément se poser. Provale suit d'ailleurs le dossier de très près pour ne pas que les joueurs se retrouvent lésés.

En coulisses, on préfère pour le moment savourer cet accord historique qui tombe à point nommé alors que le rugby français entend davantage peser à l'international. Florian Grill, le président de la FFR, jubile : « Tout le monde a compris que la France voulait maintenant être assise sur un fauteuil et non plus un strapontin. »

Tellement pesé, qu'elle a suivi les reco de World Rugby... :siffle:
Dr. Gregory Bouse
Dr. Gregory Bouse
J'aime l'Union à la folie
J'aime l'Union à la folie

Nombre de messages : 5799
Localisation : à l'arrière des taxis...
Date d'inscription : 17/02/2019

Revenir en haut Aller en bas

Fédération Française de Rugby Empty Re: Fédération Française de Rugby

Message  marchal Ven 8 Déc 2023 - 14:15

https://www.sudouest.fr/sport/rugby/xv-de-france/xv-de-france-un-acces-aux-joueurs-revu-a-la-baisse-17741203.php
marchal
marchal
Centre de presse
Centre de presse

Nombre de messages : 5551
Localisation : bordeaux
Date d'inscription : 12/06/2013

Revenir en haut Aller en bas

Fédération Française de Rugby Empty Re: Fédération Française de Rugby

Message  Scalp Dim 17 Déc 2023 - 8:47

https://www.lequipe.fr/Rugby/Article/Stade-de-france-coupe-du-monde-les-finances-de-la-ffr-dans-le-rouge/1437508

Stade de France, Coupe du monde, les finances de la FFR dans le rouge

L'Assemblée Générale de la Fédération Française de rugby a confirmé samedi un déficit structurel d'exploitation particulièrement conséquent. D'où la nécessité de trouver de nouvelles ressources alors que l'avenir est incertain.

Jean-François Paturaud

L'auditorium de Marcoussis affichait quasiment complet samedi matin, sur les coups de 9 h 30, pour les 162e assemblée générale extraordinaire et 163e assemblée générale financière de la Fédération Française de Rugby. Il faut dire que le moment était très attendu puisque les comptes de la FFR étaient officiellement présentés aux dirigeants des clubs amateurs.

Et sans surprise, ils sont très inquiétants avec un déficit d'exploitation d'environ 40 millions d'euros sur deux ans (16 pour la saison 2022-2023, 24 pour la suivante). « Quand vous prenez un héritage, vous prenez le positif et le négatif, mais c'est vrai que dans notre cas, le négatif est très lourd à porter », a d'abord lancé le président Florian Grill six mois quasiment jour pour jour après avoir pris les rênes de l'institution.

Le Stade de France, un gros manque à gagner


En raison des travaux liés aux Jeux Olympiques et Paralympiques, le Stade de France ne sera pas disponible dans les mois à venir et obligera les Bleus à s'exiler en province lors du Tournoi des Six Nations dans des enceintes aux capacités plus réduites (à Marseille, Lille et Lyon), soit quatre millions de recettes en moins sans la moindre compensation. « Je regrette, et je le dis avec beaucoup d'amertume, que la précédente gouvernance ait signé une convention qui prévoit qu'il n'y aurait pas d'indemnités », explique Grill.

L'enjeu est d'autant plus vital dans le contexte actuel de cession ou du renouvellement de la concession du Stade de France qui pourrait là aussi engendrer une nouvelle (longue) indisponibilité post-2025. « Certains candidats l'entendent, d'autres non et nous parlent plutôt d'augmenter leurs loyers à venir, avoue pour sa part le trésorier général Claude Hélias. Ce sont des négociations très difficiles. »

La Coupe du monde va laisser des traces


Si sportivement l'élimination prématurée du quinze de France en quarts de finale ne devrait finalement pas trop plomber les comptes (environ un million d'euros selon Grill), la Coupe du monde n'a pas vraiment apporté les résultats financiers espérés. Au contraire même à cause des hospitalités comme évoqué le 1erseptembre dans nos colonnes. « Le GIE hospitalités va perdre au minimum 13 millions d'euros, et peut-être onze millions de plus si une agence de voyages agréée était défaillante, détaille Grill. Or, la fédé est actionnaire aujourd'hui à 55 % du GIE. C'est une très, très mauvaise nouvelle. Le paradoxe, c'est que tout le monde a un impact positif après la Coupe du monde, que ce soit l'État, les villes hôtes et World Rugby, alors que la Fédération pourrait aller jusqu'à perdre de l'argent. »

Deux ans pour redresser la barre

Alors qu'elle se serait bien passé aussi de l'investissement de 35 millions d'euros dans la construction du complexe Raoul Montbrand, à Pantin (*), la nouvelle gouvernance tente malgré tout d'aller de l'avant.
(*) En pensant vendre Marcoussis, la FFR a investi à Raoul-Montrand où elle comptait installer notamment son département administratif. Mais la vente de Marcoussis ne s'est pas faite.
« On va peut-être y mettre la Ligue Île-de-France, le Comité départemental du 93 et l'Académie du 93. Et on va faire un centre d'innovation sociétale. On veut aussi rentabiliser le projet avec des actions événementielles d'hospitalités en lien avec le Stade de France les jours de match », dit aujourd'hui Florian Grill.

« L'enjeu est de remettre la FFR à flot sur les deux années à venir, c'est-à-dire d'ici la fin des versements de CVC, annonce le président de la fédération. On veut trouver cinq millions d'euros de partenariat et trois de plus avec des mécènes qui accepteront de soutenir notre fédération à mission, tout en réalisant sept à dix millions d'économies. C'est important car on a des investissements à réaliser et aujourd'hui on ne peut pas le faire. Face à ce gouffre financier, il y a vrai travail de fond et de nettoyage à faire. On vit au-dessus de nos moyens et on dépense l'argent que l'on n'a pas. »

Le message de gravité a été entendu par les clubs qui ont très largement approuvé samedi les comptes de l'exercice 2022-2023 (à 99,05 %) ainsi que le budget révisé pour 2023-2024 (à 88,55 %). Et Grill d'ajouter : « Cette fédération s'était égarée et on doit commencer l'entreprise de redressement. »

_________________
« L'avenir, tu n'as pas à le prévoir, mais à le permettre »   Saint-Exupéry
Scalp
Scalp
Team modo
Team modo

Nombre de messages : 42357
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 56

Revenir en haut Aller en bas

Fédération Française de Rugby Empty Re: Fédération Française de Rugby

Message  krahknardz Dim 17 Déc 2023 - 12:10

Et Bernie qui s'offusquait de ne pas avoir été invité aux matchs de la Couoe du Monde ....
krahknardz
krahknardz
Team modo
Team modo

Nombre de messages : 6888
Localisation : Bègles
Date d'inscription : 07/07/2013
Humeur : Un essai de l'UBB et c'est toute la semaine qui prend des couleurs....
Age : 50

Revenir en haut Aller en bas

Fédération Française de Rugby Empty Re: Fédération Française de Rugby

Message  léopold Dim 17 Déc 2023 - 13:22

Comment est ce possible de perdre autant d'argent, même Skrela s'est affranchi de ce groupe de dirigeants qui ne sont pas capables de faire rentrer de l'argent après une coupe du monde qui a rempli les stades.
Bernie est bien sur accusé de tout, y compris peut être d'avoir obtenu cette compétition qui nous a toujours échappé.
léopold
léopold
J'aime l'Union à la folie
J'aime l'Union à la folie

Nombre de messages : 9734
Localisation : A Musard derrière les espoirs
Date d'inscription : 29/01/2008

Revenir en haut Aller en bas

Fédération Française de Rugby Empty Re: Fédération Française de Rugby

Message  Scalp Lun 18 Déc 2023 - 11:45

léopold a écrit:Comment est ce possible de perdre autant d'argent, même Skrela s'est affranchi de ce groupe de dirigeants qui ne sont pas capables de faire rentrer de l'argent après une coupe du monde qui a rempli les stades.
Bernie est bien sur accusé de tout, y compris peut être d'avoir obtenu cette compétition qui nous a toujours échappé.

Qui a géré le FFR ces dernières années d'après toi Rolling Eyes et évidement, on a perdu la coupe du monde parce qu'on a viré Nanard :chambreur:

_________________
« L'avenir, tu n'as pas à le prévoir, mais à le permettre »   Saint-Exupéry
Scalp
Scalp
Team modo
Team modo

Nombre de messages : 42357
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 56

Revenir en haut Aller en bas

Fédération Française de Rugby Empty Re: Fédération Française de Rugby

Message  tire-bouchon Lun 18 Déc 2023 - 11:49

léopold a écrit:Comment est ce possible de perdre autant d'argent, même Skrela s'est affranchi de ce groupe de dirigeants qui ne sont pas capables de faire rentrer de l'argent après une coupe du monde qui a rempli les stades.
Bernie est bien sur accusé de tout, y compris peut être d'avoir obtenu cette compétition qui nous a toujours échappé.

Demande aux SudAfs, ils vont t' expliquer le pourquoi du comment
tire-bouchon
tire-bouchon
J'aime l'Union à la folie
J'aime l'Union à la folie

Nombre de messages : 1615
Localisation : Ehpad St-Emilion
Date d'inscription : 06/06/2011
Humeur : végétative
Age : 73

Revenir en haut Aller en bas

Fédération Française de Rugby Empty Re: Fédération Française de Rugby

Message  Scalp Sam 13 Jan 2024 - 10:28

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
https://www.francebleu.fr/emissions/la-melee-du-lundi/gironde

_________________
« L'avenir, tu n'as pas à le prévoir, mais à le permettre »   Saint-Exupéry
Scalp
Scalp
Team modo
Team modo

Nombre de messages : 42357
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 56

Revenir en haut Aller en bas

Fédération Française de Rugby Empty Re: Fédération Française de Rugby

Message  Scalp Mar 16 Jan 2024 - 12:28

Rugby: la FFR pourrait finalement perdre de l'argent avec la Coupe du Monde

https://rmcsport.bfmtv.com/rugby/coupe-du-monde/rugby-la-ffr-pourrait-finalement-perdre-de-l-argent-avec-la-coupe-du-monde_AV-202401160429.html

_________________
« L'avenir, tu n'as pas à le prévoir, mais à le permettre »   Saint-Exupéry
Scalp
Scalp
Team modo
Team modo

Nombre de messages : 42357
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 56

Revenir en haut Aller en bas

Fédération Française de Rugby Empty Re: Fédération Française de Rugby

Message  Scalp Mer 31 Jan 2024 - 9:49

https://www.lequipe.fr/Rugby/Article/Comment-la-ffr-veut-s-y-prendre-pour-redresser-des-comptes-dans-le-rouge-vif/1445745

Comment la FFR veut s'y prendre pour redresser des comptes dans le rouge vif

En proie à de graves difficultés financières, la Fédération française de rugby doit absolument faire des économies et trouver de nouvelles recettes pour équilibrer les comptes. Le président Florian Grill et son équipe pointent l'héritage de l'ancienne gouvernance.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Jean-François Paturaud

La vie à Marcoussis, c'est comme une boîte de chocolats cachée dans un placard poussiéreux. On ne sait jamais sur quoi on va tomber. La plupart du temps, les surprises sont difficiles à digérer pour la nouvelle gouvernance de la Fédération française de rugby. Du manque à gagner lié aux matches délocalisés en province durant le Tournoi des Six Nations 2024, sans compensation financière, alors que le Stade de France fait l'objet de travaux en prévision des Jeux Olympiques et Paralympiques, à l'augmentation exponentielle des charges, en passant par les pertes considérables du Groupement d'intérêt économique (GIE) de la Coupe du monde 2023 ou encore le retrait prochain de la GMF, tout y est passé ou presque.

« Certains disaient que ça vole en escadrille », constate le président Florian Grill, élu le 14 juin dernier, selon une formule empruntée à Jacques Chirac. « L'héritage est lourd à porter », avoue l'actuel trésorier général de la FFR, Claude Helias.

Le budget de la saison 2022-2023 était pourtant excédentaire, comme nous le rappelait récemment un membre de l'opposition. Personne ne le conteste. Le résultat net positif s'élevait à 3,678 millions d'euros, contre 6,613 M€ pour l'exercice précédent. Pourquoi s'inquiéter alors ? D'abord parce que la réalité est autrement plus complexe. Nettement moins rose aussi. Creusé ces deux dernières années, le déficit d'exploitation avoisine dangereusement les 40 M€ (16 M€ pour 2022-2023, puis 24 M€ sur 2023-2024).

« La réalité finit toujours par rattraper la fiction »
Florian Grill, président de la FFR

Sans les rentrées exceptionnelles versées par le fonds d'investissement CVC (13 M€ encore cette année), et une subvention (de 5,5 M€) pour le projet Raoul-Montbrand, le centre d'innovation des rugbys, en construction à Pantin, la situation serait dramatique. « Si on était resté comme ça, en continuant à faire croire que l'exceptionnel couvrait l'exploitation et qu'il n'y avait pas de problème, on était en cessation de paiements dans deux ans, certifie Grill. C'est comme si vous me disiez : "j'ai fait une super année, mais en vendant ma maison". C'est bien, mais vous n'avez plus de maison. »

Avec l'arrivée, en 2021, de CVC dans le capital du Tournoi des Six Nations, puis la perspective de la Coupe du monde 2023 à domicile, la FFR devait passer dans une autre dimension. Celle de l'opulence. Force est de constater que le rêve s'est évanoui. « La réalité finit toujours par rattraper la fiction », insiste Grill. Certains n'ont pas oublié les mots de Claude Atcher dans le Figaro du 10 février 2017. Le patron du dossier de candidature misait sur « au minimum 200 millions de bénéfices » pour le Mondial.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Six ans plus tard, changement d'ambiance. Le GIP (groupement d'intérêt public) a certes gagné de l'argent, environ 47 M€, mais, parallèlement, les pertes du GIE (en charge entre autres des hospitalités), supportées à 55 % par la FFR, pourraient s'élever à 25 M€ en raison de la signature d'un contrat « risqué » et du dépôt de bilan de l'agence agréée Daimani. « On ne comprendrait pas que la Fédé soit in fine la seule perdante potentielle dans la Coupe du monde, martèle Grill. Nous sommes en discussion avec France 2023 et l'État, et j'espère que nous allons réussir à convaincre qu'il faut rééquilibrer la répartition. »

Arrivée de CVC dans le Tournoi, les délocalisations forcées, le match France-Australie...


Pour le Six Nations, la logique est différente. C'est l'accord avec CVC, tombé à point nommé durant la crise sanitaire, qui interroge. « À l'époque, Claude Atcher nous avait présenté une courbe où les arbres montaient jusqu'au ciel, dit Grill, alors membre du comité directeur. Il affirmait que les droits des Six Nations, marketing et télé, allaient augmenter dans des proportions complètement dingues. Le gâteau n'est pourtant pas en train de gonfler et le Tournoi est devenu une forme de Tournoi des Sept Nations, avec CVC qui en détient 14 %. » Si les versements de CVC s'arrêteront dans deux ans, beaucoup espèrent qu'ils seront au moins compensés par la Nations Cup, lancée en 2026 et qui réunira les meilleures sélections des deux hémisphères.

Jouer ses matches à domicile du Tournoi 2024 dans des enceintes aux capacités d'accueil plus réduites que le Stade de France (Marseille, Lille et Lyon) fait logiquement perdre de l'argent à la Fédération. Mais, là aussi, l'ancienne équipe dirigeante est pointée du doigt. « Dans la convention qui a été signée, la FFR a renoncé auprès du consortium à toute indemnisation, rappelle Claude Helias. Avec les travaux des Jeux Olympiques, on nous a dit d'aller jouer en province. Ça représente entre 1,5 et 2 M€ de manque à gagner par match. On nous renvoie vers des contrats qui ont été signés auparavant. »

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Ou parfois simplement à des paroles données, sans aucun écrit, comme lorsque, selon les dirigeants australiens, l'ancien président Bernard Laporte leur avait promis 1 million d'euros pour le match de préparation au Mondial entre les Bleus et les Wallabies le 27 août (47-17). « Hallucinant » et « aberrant » selon les membres actuels de la Fédération, qui ont inscrit la somme de 195 000 € dans le résultat comptable 2023-2024 pour un « arrangement convenable » avec la Fédération aussie. Parfois, ce sont des investissements immobiliers aussi massifs qu'étonnants qui plombent les comptes. « Le complexe Raoul-Montbrand en fait partie, bien sûr, reconnaît le trésorier général. Ils ont éliminé le grand stade et ils ont fait le petit stade, qui sera un centre de coût et non de profit, avec un investissement de 33 M€. »

« Pour les équipes de France, on veut réduire les catégories d'hôtel et privilégier les rassemblements à Marcoussis »

Claude Helias, trésorier général de la FFR

Claude Helias est catégorique : « La Fédération a vécu bien au-delà de ses moyens. » Les sept déficits d'exploitation consécutifs le confirment. Et certaines pratiques du passé étonnent. « Avant, le président de la FFR avait le droit à 25 invitations par match du quinze de France à domicile, note Grill. Désormais, c'est quatre pour tous les membres du bureau fédéral, dont le président, et deux pour ceux du comité directeur. » Contacté lundi à ce sujet, Bernard Laporte n'a pas souhaité réagir. Toujours selon la gouvernance actuelle, Serge Simon, ancien vice-président, recevait 22 places gratuites. Pour Christian Dullin et Alexandre Martinez, respectivement ex-secrétaire général et trésorier, c'était douze chacun. Des avantages qui n'expliquent pas à eux seuls le déficit de la Fédération.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Le plan global d'économies est estimé à 10 M€ annuels sur deux ou trois saisons. « Avant, il y avait 450 personnes dans les commissions et les groupes de travail, maintenant il n'y a plus que 100 chargés de mission bénévoles pour générer moins de frais », rappelle le patron de la Fédé. Helias, qui avait opéré la même « chasse au gaspi » au Stade Toulousain en tant que président du conseil de surveillance, de 1995 à 2011, veille au grain. « Pour les équipes de France, on veut réduire les catégories d'hôtel et privilégier les rassemblements à Marcoussis », explique-t-il.

Dans les bureaux, certains salariés sont-ils en danger ? Vont-ils aussi faire les frais de ce plan d'économie ? Réponse très ferme du président : « Ce n'est pas du tout à l'ordre du jour. » « On ne touche pas au nombre de salariés, mais il faut leur dire la vérité », affirme Helias. Une réorganisation n'est en revanche pas exclue, avec déjà l'arrivée au 1er avril d'un nouveau directeur général, Jérémie Lecha, et la promotion de Florent Lajat comme directeur général adjoint.

L'avenir du Stade de France crucial pour la FFR


« Il a voulu la bicyclette, il n'a qu'à pédaler maintenant. » Voilà ce que nous disait récemment l'ancien talonneur Guilhem Guirado, membre de l'opposition, au sujet de Grill. Sa réponse : « Bien sûr que nous avons la responsabilité de relancer la FFR. » Beaucoup de ses proches ne s'attendaient cependant pas à une telle réalité, devenue plus concrète pour le rugby amateur après la révision du budget 2023-2024. Présenté par l'ancienne gouvernance l'été dernier à Lille, il affichait un très léger excédent de 370 000 €.

Après toutes les déconvenues des derniers mois, il a été très largement revu à la baisse le 16 décembre, avec un déficit de 10,1 M€ (152 millions de charges et 142 millions de produits). « La trésorerie n'est pas abondante, précisait par ailleurs le procès-verbal de l'assemblée générale. En effet, 40 millions d'euros correspondent au fonds d'assurance pour les grands blessés. » Le temps presse et, pour combler un déficit structurel d'environ 15 millions, la Fédé doit rapidement trouver des nouvelles recettes nettes, à hauteur de 5 millions annuels, là aussi étalées sur deux ou trois saisons, via le mécénat dans le cadre de la « Fédération à missions » et des partenariats (TotalÉnergies est évoqué). Notamment pour combler le retrait à venir de la GMF, partenaire historique de la FFR.

Enfin, l'avenir du Stade de France, en quête d'un nouveau concessionnaire, sera un enjeu essentiel pour la FFR à moyen et long terme. Avec, là aussi, une certaine inquiétude, surtout en cas d'augmentation des loyers. « L'autre raison stratégique qui nécessite un rétablissement rapide des comptes est la nécessité de ne pas rater l'opportunité historique d'avoir un pied dans l'un des trois scénarios de reprise de la concession du Stade de France, prévient Grill. C'est stratégique pour le rugby français, car nous sommes la seule grande nation à ne pas avoir la main, même partielle, sur notre outil de production qu'est le stade. Aujourd'hui, investir est illusoire. Si nous redressions vite les comptes, nous aurions un levier pour le faire. » Mais quand ?

_________________
« L'avenir, tu n'as pas à le prévoir, mais à le permettre »   Saint-Exupéry
Scalp
Scalp
Team modo
Team modo

Nombre de messages : 42357
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 56

Revenir en haut Aller en bas

Fédération Française de Rugby Empty Re: Fédération Française de Rugby

Message  Scalp Lun 12 Fév 2024 - 9:40

Rugby: Florian Grill dézingue Laporte, Guirado et Boudjellal dans une lettre ouverte

https://rmcsport.bfmtv.com/rugby/rugby-florian-grill-dezingue-laporte-guirado-et-boudjellal-dans-une-lettre-ouverte_AV-202402120251.html


_________________
« L'avenir, tu n'as pas à le prévoir, mais à le permettre »   Saint-Exupéry
Scalp
Scalp
Team modo
Team modo

Nombre de messages : 42357
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 56

Revenir en haut Aller en bas

Fédération Française de Rugby Empty Re: Fédération Française de Rugby

Message  marchal Mar 13 Fév 2024 - 14:30

https://www.midilibre.fr/2024/02/13/lettre-de-florian-grill-jai-ressenti-le-besoin-de-dire-les-choses-le-president-de-la-federation-francaise-de-rugby-sexplique-11762342.php
marchal
marchal
Centre de presse
Centre de presse

Nombre de messages : 5551
Localisation : bordeaux
Date d'inscription : 12/06/2013

Revenir en haut Aller en bas

Fédération Française de Rugby Empty Re: Fédération Française de Rugby

Message  Scalp Jeu 15 Fév 2024 - 10:24

https://www.lequipe.fr/Rugby/Article/Quand-l-avocat-de-serge-simon-siegeait-a-la-commission-d-appel-de-la-ffr/1448819

Quand l'avocat de Serge Simon siégeait à la commission d'appel de la FFR

INFO L'ÉQUIPE. Alors que la FFR était engluée dans une affaire de trafic d'influence à la suite de l'intervention de Bernard Laporte auprès de l'ancien président de la commission d'appel afin de rendre service au club de Mohed Altrad, l'avocat personnel de Serge Simon dans cette procédure a été nommé dans cette même commission, de 2018 à aujourd'hui.

Frédéric Bernès

Entrée par une oreille, vite ressortie par l'autre. En décembre 2017, en plein coeur de ce qui allait devenir l'affaire Laporte-Altrad, la gouvernance Laporte-Simon avait snobé les préconisations que venaient de lui transmettre le ministère des Sports et son Inspection générale. L'une d'elles appelait la FFR à « procéder au renouvellement intégral de la commission d'appel ».

L'injonction n'empêcha pas Jean-Daniel Simonet de siéger, comme L'Équipe l'avait révélé en mai 2018. Simonet était pourtant concerné au premier chef : président de la commission, c'est à lui que Bernard Laporte téléphona six fois en juin 2017 pour abaisser les sanctions frappant Montpellier, le club de Mohed Altrad. En 2022, le tribunal de Paris l'a jugé ainsi, MM. Laporte et Altrad ont été condamnés et ont depuis fait appel.

Trois ans plus tard, Simonet a fini par disparaître de cet organigramme. Le 1er juillet 2021, quand le secrétaire général Christian Dullin soumet à l'ensemble des élus du comité directeur de la fédération la composition de chacune des commissions régaliennes, aucun loup, aucune objection n'est soulevée. Le procès-verbal du relevé de décisions n'en mentionne pas. Tout juste indique-t-il que vingt-cinq ont voté pour et sept se sont abstenus, sans doute les membres de l'opposition de l'époque. Avec le temps, les souvenirs sont flous.

« Comment je suis arrivé dans cette commission ? Je n'en sais rien. J'avais un copain qui y siégeait. Est-ce que c'est Serge qui me l'a demandé ? Je ne crois pas mais je n'en suis pas sûr »
Me Blazy

C'est donc comme une lettre à la poste que Pierre Blazy est nommé vice-président de la commission d'appel-formation régulation, ayant à connaître les dossiers juridiques et financiers les plus sensibles (salary cap, contrôle de gestion, transferts...). Le même jour, la nomination d'un autre avocat, Sylvain Galinat, est approuvée. Il siègera dans la commission DNACG de régulation des championnats fédéraux. Or, messieurs Blazy et Galinat ont un client commun : le vice-président de la FFR Serge Simon.« Depuis quand je suis dans cette commission ?, se demande Me Blazy. Je n'en sais rien mais ça remonte à loin. »

Entré en 2018, reconduit trois ans plus tard

Pas si loin. D'après nos informations, Pierre Blazy figure au sein de la commission d'appel depuis 2018. Il y est justement entré parce qu'il a bien fallu remplacer les sept démissionnaires ayant quitté le navire en raison de l'affaire Laporte-Altrad. « Oui, c'est vrai, c'est ça, nous confirme-t-il. Comment je suis arrivé dans cette commission ? Je n'en sais rien. J'avais un copain qui y siégeait. Est-ce que c'est Serge qui me l'a demandé ? Je ne crois pas mais je n'en suis pas sûr. »

Lorsqu'il est reconduit en plein été 2021, plus personne ne peut ignorer qu'il est le défenseur personnel de Simon, surtout pas à la FFR. Me Blazy s'est exprimé publiquement en septembre 2020, dans Le Monde, le Parisien, l'AFP, L'Équipe..., au moment de la garde à vue de son client, mis en cause par le Parquet national financier dans l'affaire Laporte-Altrad (*). Son maintien dans la commission d'appel est cependant approuvé le 1er juillet 2021, une réunion à laquelle assistaient MM. Laporte, Simon, Gabbanini et Dullin.
(*) Renvoyé devant le tribunal correctionnel, il a été relaxé en décembre 2022 mais le PNF a fait appel de ce jugement. Contacté, Serge Simon a demandé à recevoir nos questions par écrit mais n'y a pas répondu.

La situation de Me Galinat diffère. « Votre questionnement est logique mais je suis arrivé tardivement dans l'équipe de défense de Serge Simon, explique-t-il. Dès que j'ai su que j'irais jusqu'au procès, j'ai écrit au président de ma commission pour me mettre en retrait. »

« Je n'ai pas vu cette difficulté dans ma double position. Maintenant que vous le soulevez... Écoutez, si ça peut vous faire plaisir, je peux démissionner »
Me Blazy

Me Blazy, lui, porte toujours les deux casquettes lorsque le 9 septembre 2022, alors que le procès Laporte-Altrad a commencé depuis deux jours, le bureau fédéral annonce qu'il a négocié les honoraires des avocats de Laporte et Simon, pris en charge par la FFR (environ 120 000 € pour les conseils de M. Simon). Cela n'a l'air d'interpeller personne. « Pas de commentaires, nous a répondu Christian Dullin, secrétaire général à l'époque et donc censé être le destinataire des candidatures. Voyez avec Florent Lajat qui était directeur du service juridique. » Désormais directeur général adjoint de la FFR, Lajat n'a jamais répondu à nos sollicitations.

En janvier 2023, lorsque Pierre Blazy se met médiatiquement en rogne contre le comité d'éthique de la FFR qui vient de recommander de ne pas proposer la candidature de Serge Simon à la présidence-déléguée de la fédération (« Je suis surpris par l'avis du comité d'éthique, qui viole les principes classiques du droit, dont le principe de la présomption d'innocence »), qui parle au Monde ? L'avocat outré de Simon ou le membre de la commission d'appel de la FFR ? Les deux peut-être

Nous avons joint des membres (ou anciens membres) de comités d'éthique et de commissions régaliennes, dans le rugby et dans d'autres sports : tous ont tiqué et relevé un « évident problème d'étanchéité entre une commission dont les arbitres doivent rendre des décisions libres de toute influence, et le pouvoir politique en place. Cette situation paraît incompatible avec la mission de juger des clubs ou des dirigeants de clubs pouvant être en désaccord avec un haut-dirigeant de la FFR ou avec sa ligne politique. »

Dans le foot français, la doctrine est celle-ci : absence totale de lien d'intérêt, direct, personnel ou économique, avec les membres du conseil d'administration qui désigne les arbitres. Les liens entre un avocat et son client tombent sous le coup de la communauté d'intérêts. « Je n'ai jamais considéré que Serge Simon était coupable dans l'affaire Laporte-Altrad, précise Blazy. Dans les dossiers que j'ai jugés au sein de la commission, il n'y en avait aucun en rapport avec cette affaire. » Certes, mais beaucoup émanent de la Ligue, ennemie politique déclarée de Laporte et Simon en ce temps-là. Nous avons cherché à connaître quels dossiers avaient traité Me Blazy. Là encore, pas de retour. « Je n'ai pas vu cette difficulté dans ma double position, dit Blazy. Maintenant que vous le soulevez... Écoutez, si ça peut vous faire plaisir, je peux démissionner. »

Un filtrage des membres de la commission de la FFR depuis 2022

La FFR est aujourd'hui la seule fédération sportive en France qui a instauré un filtrage des membres de ses commissions, émanation de la loi de mars 2022 sur la démocratisation du sport. Les arbitres, comme les dirigeants, doivent compléter une déclaration d'intérêts, qui est ensuite traitée par une moulinette informatique. En janvier dernier, onze personnes ont été signalées en situation d'incompatibilité (alerte rouge), et donc obligés de choisir une des deux fonctions, ou en situation de conflit d'intérêts (alerte orange), ce qui nécessite un déport sur un sujet spécifique. Aujourd'hui, si on la passait à ce crible, la situation de Me Blazy entre 2020 et juin 2023 (démission de Simon) déclencherait selon le comité d'éthique le niveau 1. Celui de l'incompatibilité.

_________________
« L'avenir, tu n'as pas à le prévoir, mais à le permettre »   Saint-Exupéry
Scalp
Scalp
Team modo
Team modo

Nombre de messages : 42357
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 56

Revenir en haut Aller en bas

Fédération Française de Rugby Empty Re: Fédération Française de Rugby

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum