AllezUnion.com, Forum des supporters de l'Union Bordeaux Bègles - Rugby
Un forum est comme un vestiaire, quand on y rentre on dit bonjour. Pensez donc à vous connecter, ça vous assurera également une visibilité parfaite ;o)

Enregistrer et activer un compte prend 3 minutes. Seule une adresse email valide est nécessaire. Ne soyez pas timide, Allez y !

AllezUnion.com

Rejoignez le forum, c’est rapide et facile

AllezUnion.com, Forum des supporters de l'Union Bordeaux Bègles - Rugby
Un forum est comme un vestiaire, quand on y rentre on dit bonjour. Pensez donc à vous connecter, ça vous assurera également une visibilité parfaite ;o)

Enregistrer et activer un compte prend 3 minutes. Seule une adresse email valide est nécessaire. Ne soyez pas timide, Allez y !

AllezUnion.com
Derniers sujets
» Champions Cup 2021-2022
par tire-bouchon Aujourd'hui à 14:40

» Cameron Woki
par LaRuine33 Aujourd'hui à 13:37

» espoirs 2021-2022
par grospaquet31 Aujourd'hui à 12:56

» Prolongations, Signatures, Départs pour 2022/2023
par willoush Aujourd'hui à 12:06

» Le Pognon et le Rugby
par Switch Aujourd'hui à 11:24

» Chanpions Cup - 8ᵉ de finale: UBB/LR
par Scalp Aujourd'hui à 9:39

» Chanpions Cup - J4: Leicester Tigers/UBB
par Scalp Aujourd'hui à 9:27

» Ben Tameifuna
par Scalp Aujourd'hui à 9:21

» Que deviennent nos anciens joueurs ?
par Scalp Aujourd'hui à 9:14

» Yoram Moefana
par Scalp Aujourd'hui à 9:13

» Matthieu Jalibert
par Scalp Aujourd'hui à 9:12

» Tournoi des 6 Nations 2022
par Scalp Aujourd'hui à 9:10

» Le Béret, le retour !?
par patrick Hier à 22:48

» Evolution du Top14 (format, règles...)
par grospaquet31 Sam 22 Jan 2022 - 20:13

» C'est beau, c'est Bordeaux !
par patrick Sam 22 Jan 2022 - 17:14

» Bastien Vergnes-Taillefer
par Scalp Sam 22 Jan 2022 - 10:11

» Top 14 - 16eme journée : UBB / Castres
par Scalp Ven 21 Jan 2022 - 23:02

» France Bleu Gironde : La mêlée du lundi
par Scalp Ven 21 Jan 2022 - 19:22

» Rugby et Coronavirus
par Scalp Ven 21 Jan 2022 - 12:35

» ARL - Top UBB
par Scalp Ven 21 Jan 2022 - 8:42

» Chanpions Cup - J3: UBB/Llanelli Scarlets
par krahknardz Jeu 20 Jan 2022 - 18:50

» Thomas Jolmès
par marchal Jeu 20 Jan 2022 - 16:09

» Progamme TV
par Scalp Jeu 20 Jan 2022 - 13:55

» Le rugby et son évolution
par Scalp Jeu 20 Jan 2022 - 11:19

» Louis BIELLE-BIARREY
par Scalp Jeu 20 Jan 2022 - 10:50

» Romain Buros
par Scalp Mer 19 Jan 2022 - 9:23

» Musique !!!
par Scalp Mer 19 Jan 2022 - 8:33

» Santiago Cordero
par Scalp Mar 18 Jan 2022 - 14:25

» Ah c'est beau le foot !
par Yatangaki Mar 18 Jan 2022 - 8:44

» Top Rugby sur TV7
par le radis Lun 17 Jan 2022 - 19:03

Le Deal du moment : -40%
-40% GARNIER Ma routine ultra doux avocat karité
Voir le deal
8.99 €

Le rugby et son évolution

+19
Big'Ben
Gman
krahknardz
Scalp
marchal
latine
Gahet
hurluberlu
sudiste
léopold
le radis
Force483
jaja69
patrick
Solegrad
doubleD
biscouette
kaze33
cyberquicky
23 participants

Page 4 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4

Aller en bas

Le rugby et son évolution - Page 4 Empty Re: Le rugby et son évolution

Message  Scalp Dim 26 Déc 2021 - 12:51

RUGBY. Un arbitre se confie après avoir été menacé de mort suite à un match de la France

https://www.lerugbynistere.fr/news/rugby-un-arbitre-se-confie-apres-avoir-ete-menace-de-mort-suite-a-un-match-de-la-france-2412211747.php


Scalp
Centre de presse
Centre de presse

Nombre de messages : 17148
Date d'inscription : 11/09/2018

Revenir en haut Aller en bas

Le rugby et son évolution - Page 4 Empty Re: Le rugby et son évolution

Message  krahknardz Dim 26 Déc 2021 - 15:14

Scalp a écrit:RUGBY. Un arbitre se confie après avoir été menacé de mort suite à un match de la France

https://www.lerugbynistere.fr/news/rugby-un-arbitre-se-confie-apres-avoir-ete-menace-de-mort-suite-a-un-match-de-la-france-2412211747.php


Brace est loin d'être un arbitre irréprochable,  mais rien n'excuse un tel comportement de la part de pseudo-supporters
krahknardz
krahknardz
Team
Team

Nombre de messages : 5669
Localisation : Bègles
Date d'inscription : 06/07/2013
Humeur : Un essai de l'UBB et c'est toute la semaine qui prend des couleurs....
Age : 48

Revenir en haut Aller en bas

Le rugby et son évolution - Page 4 Empty Re: Le rugby et son évolution

Message  patrick Dim 26 Déc 2021 - 15:26

Le harcèlement direct n'est pas acceptable mais l'expression publique des supporters n'est elle pas au niveau des décisions prises par un arbitre qui met ensuite 3 mois pour avouer qu'il s'est planté (ou plutôt que ses collègues ne l'ont pas assez aidé) et concède qu'il n'est dorénavant plus capable d'assumer ses choix lorsqu'il est sur le terrain. Pour le bien du rugby et le sien, ne faudrait il pas qu'il parte vite en thérapie et ne reprenne le sifflet que lorsqu'il sera guéri ?

_________________
Tombé tout jaune dans le rugby.
Clear eyes, full hearts, can't lose!
Allez UBB
patrick
patrick
Admin
Admin

Nombre de messages : 21521
Localisation : Gradignan, Talence, Lescure, Musard ... ça dépend.
Date d'inscription : 25/01/2008
Humeur : On verra après les 4 prochains matchs ... :)
Age : 56

https://www.allezunion.com

Revenir en haut Aller en bas

Le rugby et son évolution - Page 4 Empty Re: Le rugby et son évolution

Message  grospaquet31 Dim 26 Déc 2021 - 16:34

patrick a écrit:Le harcèlement direct n'est pas acceptable mais l'expression publique des supporters n'est elle pas au niveau des décisions prises par un arbitre qui met ensuite 3 mois pour avouer qu'il s'est planté (ou plutôt que ses collègues ne l'ont pas assez aidé) et concède qu'il n'est dorénavant plus capable d'assumer ses choix lorsqu'il est sur le terrain. Pour le bien du rugby et le sien, ne faudrait il pas qu'il parte vite en thérapie et ne reprenne le sifflet que lorsqu'il sera guéri ?  

Le probleme c’est que perso je ne le trouve pas plus mauvais que les Pearce, carley, Lacey ou pire Angus Gardner. On peut en citer d’autres.
grospaquet31
grospaquet31
J'aime l'Union à la folie
J'aime l'Union à la folie

Nombre de messages : 6493
Localisation : toulouse
Date d'inscription : 31/08/2015
Age : 48

Revenir en haut Aller en bas

Le rugby et son évolution - Page 4 Empty Re: Le rugby et son évolution

Message  tire-bouchon Dim 26 Déc 2021 - 16:50

patrick a écrit:Le harcèlement direct n'est pas acceptable mais l'expression publique des supporters n'est elle pas au niveau des décisions prises par un arbitre qui met ensuite 3 mois pour avouer qu'il s'est planté (ou plutôt que ses collègues ne l'ont pas assez aidé) et concède qu'il n'est dorénavant plus capable d'assumer ses choix lorsqu'il est sur le terrain. Pour le bien du rugby et le sien, ne faudrait il pas qu'il parte vite en thérapie et ne reprenne le sifflet que lorsqu'il sera guéri ?  

C' est beaucoup mieux comme ça ! Evil or Very Mad
tire-bouchon
tire-bouchon
J'aime l'Union à la folie
J'aime l'Union à la folie

Nombre de messages : 770
Localisation : Ehpad St-Emilion
Date d'inscription : 06/06/2011
Humeur : végétative
Age : 70

Revenir en haut Aller en bas

Le rugby et son évolution - Page 4 Empty Re: Le rugby et son évolution

Message  Dr. Gregory Bouse Dim 26 Déc 2021 - 18:02

grospaquet31 a écrit:
patrick a écrit:Le harcèlement direct n'est pas acceptable mais l'expression publique des supporters n'est elle pas au niveau des décisions prises par un arbitre qui met ensuite 3 mois pour avouer qu'il s'est planté (ou plutôt que ses collègues ne l'ont pas assez aidé) et concède qu'il n'est dorénavant plus capable d'assumer ses choix lorsqu'il est sur le terrain. Pour le bien du rugby et le sien, ne faudrait il pas qu'il parte vite en thérapie et ne reprenne le sifflet que lorsqu'il sera guéri ?  

Le probleme c’est que perso je ne le trouve pas plus mauvais que les Pearce, carley, Lacey ou pire Angus Gardner. On peut en citer d’autres.

Peut-être pas plus mauvais mais sur la finale Angleterre-France, il avait été mauvais et partial.
Cependant, comme l'a noté Khrak, rien ne justifie de tels comportements intolérables et surtout répréhensibles.
Dr. Gregory Bouse
Dr. Gregory Bouse
J'aime l'Union à la folie
J'aime l'Union à la folie

Nombre de messages : 1642
Localisation : à l'arrière des taxis...
Date d'inscription : 17/02/2019

Revenir en haut Aller en bas

Le rugby et son évolution - Page 4 Empty Re: Le rugby et son évolution

Message  tire-bouchon Dim 26 Déc 2021 - 20:07

Vu l' arbitrage à Perpignan aujourd'hui.
Poite est dans le groupe largement.
tire-bouchon
tire-bouchon
J'aime l'Union à la folie
J'aime l'Union à la folie

Nombre de messages : 770
Localisation : Ehpad St-Emilion
Date d'inscription : 06/06/2011
Humeur : végétative
Age : 70

Revenir en haut Aller en bas

Le rugby et son évolution - Page 4 Empty Re: Le rugby et son évolution

Message  Scalp Mer 29 Déc 2021 - 10:15

https://www.lequipe.fr/Rugby/Article/Comment-la-periode-d-echauffement-a-t-elle-ete-revolutionnee/1307475

Comment la période d'échauffement a-t-elle été révolutionnée ?

Moins long, plus individualisé, mieux construit, l'avant-match est passé en vingt ans d'un rite mystico-folklorique à un script où tout est minuté.


Frédéric Bernès (avec Maxime Raulin)

« C'était un match de Coupe d'Europe avec la Section, à Llanelli, raconte Thierry Mentières, deuxième-ligne de Pau entre 1988 et 2000. On s'échauffe et d'un coup, je vois Pierre Triep-Capdeville et Joël Rey choper sérieusement la mascotte galloise. Bagarre générale. S'ensuit un match hyper tendu qu'on perd en prenant deux rouges et deux jaunes. Pierre et Joël ne comprenaient pas ce que venait foutre cette mascotte au milieu de notre échauffement. On est en 1996 et en ce temps-là, l'échauffement, c'était déjà le match. Alors qu'aujourd'hui, c'est une préparation au match. »

On a écrit des pages et des pages sur la disparition des troisièmes mi-temps. On pourrait en noircir d'aussi fêlées, d'aussi drôles, d'aussi extrêmes sur ce qui se passait jadis dans l'avant-match, et qui a cessé d'être. « Tu voyais chaque week-end ton coach se transformer en gourou, poursuit Mentières. C'était beaucoup de Dolpic (un baume musculaire chauffant), beaucoup d'élasto, et du Synthol quand ça n'allait pas (rire). À l'époque, tous les vestiaires étaient trop petits. Mettre autant de blockhaus de 120 kg dans 10 m², avec dans les oreilles la sauce marabout d'entraîneurs comme le père (Pierre-Henry) Broncan ou Gilbert Doucet qui pouvaient te faire monter aux arbres n'importe qui, vous imaginez la cocotte-minute. Pour les matches exceptionnels, on ne sortait pas du tout du vestiaire avant le match. Quand on sortait, l'échauffement consistait à faire des tours de terrain. Petit à petit, les préparateurs physiques, souvent issus de l'athlé, arrivent et l'entraîneur va disparaître de l'échauffement. »

Si vous aussi, vous faites partie de ceux qui aiment ne pas arriver trop tard au stade pour observer l'échauffement, regarder qui fait quoi et comment, examiner la routine des buteurs, les attitudes, il ne vous aura pas échappé que l'avant-match a connu sa petite révolution, comme chaque composante du rugby. Avant, on ne révisait que deux lancers en touche, vite fait. C'est devenu une étape plus élaborée. Avant, on ne répétait pas de vraies mêlées avec de vrais impacts. Avant, le remplaçant appelé à entrer descendait de la tribune, faisait deux percus et quelques moulinets avec les bras et hop, il entrait.

« Avant que les staffs passent de trois personnes à quinze, le joueur avait peu d'informations, sur l'adversaire mais aussi sur lui-même, explique Mentières. Comme tu manquais de repères, pour te rassurer, tu te sentais un peu obligé de forcer à l'échauffement. Aujourd'hui, un préparateur physique arrêtera le joueur qui en fait trop. C'est d'ailleurs marrant parce qu'au début où j'entraînais, ça m'est arrivé d'aller voir les prépas physiques et de leur dire pendant un échauffement : "Oh, vous allez vraiment me les préparer pour le match ou quoi ?" Pour moi, c'était mou, pas assez. Joueur, ça m'est arrivé un paquet de fois de commencer un match en étant déjà un peu cramé, physiquement et dans la tronche. »

"J'avais chronométré l'échauffement des All Blacks. C'était dix-sept minutes. Nous, on était plutôt autour de vingt et une minute. Ça m'avait questionné

Laurent Travers, manager du Racing 92

Cela fait maintenant une bonne quinzaine d'années que l'échauffement a commencé à se rationaliser. Mais le défaut d'en faire trop persistait encore récemment, et survit sûrement ici ou là. Quand il rejoint l'encadrement de l'équipe de France en 2019, Thibault Giroud diagnostique ce déséquilibre chez les Bleus qui explique les fins de match difficiles. En France, la vieille croyance prétendant que « s'échauffer, c'est courir » a résisté au temps plus qu'ailleurs. Tours de terrain, talons-fesses, fractionné... À l'heure actuelle, on considère que les joueurs courent entre 5 et 7 kilomètres en moyenne dans un match de très haut niveau.

Puisque nous sommes à l'époque où toutes les variables physiques sont monitorées en temps réel, il est devenu logique d'équiper les joueurs de GPS pour surveiller qu'ils ne brûlent pas trop de leur crédit énergétique dans l'avant-match. « Chez nous, en général, un trois-quarts il court, il court et il court, raconte Sébastien Piqueronies, manager de Pau et ancien entraîneur de l'équipe de France des moins de 20 ans, double championne du monde. Pour faire trois passes, il va courir cinquante mètres. Depuis qu'on a les GPS, on a tous pu voir cette réalité. Avec les moins de 20 ans, il y a quatre ou cinq ans, on arrivait, sans trop caricaturer, à faire trois mi-temps. En dépense énergétique, l'échauffement valait l'équivalent d'une mi-temps. Aujourd'hui, on privilégie les exercices par élastique, à volumétrie zéro ou en demi-squat. En courant 1,2 kilomètre, tu peux te préparer aussi bien. »

Manager du Racing, Laurent Travers a eu une révélation en juin 2018. Cet été-là, la FFR lui avait demandé, avec Laurent Labit, d'accompagner le quinze de France de Jacques Brunel dans sa tournée en Nouvelle-Zélande. « J'avais chronométré l'échauffement des All Blacks, se rappelle-t-il. C'était dix-sept minutes. Nous, au Racing, on était plutôt autour de vingt et une minutes. Ça m'avait questionné. En fait, on courait trop. Il y a des joueurs qui couraient à l'échauffement autant qu'en une mi-temps. On a donc diminué la durée. Je crois qu'entre quinze et dix-sept minutes, c'est suffisant, pour peu que ce soit bien rythmé. Aujourd'hui, au Racing, on termine par une séquence qui doit nous faire monter en volume et atteindre une certaine intensité. Mais il ne faut pas qu'elle dépasse trois minutes. On contrôle les mètres parcourus. L'échauffement est minuté. Les joueurs savent comment il est construit. »

"Le joueur de rugby, c'est devenu Lewis Hamilton qui reçoit les infos de Toto Wolff et de son équipe d'ingénieurs

Thierry Mentières, ancien entraîneur

Il y a trois ans, le centre Arthur Vincent a couru 3,2 kilomètres pendant un échauffement avec les moins de 20 ans. Si on rapporte cette distance à celle courue en moyenne dans un match international, évoquée plus haut, cela a de quoi interpeller. « Arthur a une telle caisse que cela n'a pas joué sur la durée de sa batterie, précise Piqueronies. Mais peut-être que s'il s'était davantage économisé, à la dix-huitième accélération du match, au lieu d'être flashé à 32 km/h, il aurait été flashé à 33 et n'aurait pas été repris à un mètre de la ligne d'essai. »

Cet exemple nous emmène vers une autre tendance qui se généralise dans les échauffements modernes : l'individualisation. « Le joueur de rugby, c'est devenu Lewis Hamilton qui reçoit les infos de Toto Wolff et de son équipe d'ingénieurs, image Thierry Mentières. Il connaît son corps, son état de fatigue au moment M, ses besoins. Tous les contenus sont devenus hyper précis et l'échauffement a suivi cette évolution. »

L'idée n'est plus de s'échauffer comme si on jouait déjà. Mais le rugby restant un sport de combat à plusieurs, il y aura toujours une place pour fusionner collectivement, toujours une place pour les entraîneurs qui refont l'ambiance sonore du vestiaire à chaque match. « C'est pour ça qu'il faut trouver le bon équilibre lors de l'échauffement collectif qui arrive en phase terminale de l'avant-match, explique Christophe Urios, le manager de l'UBB. J'aime bien terminer avec les contacts et les boucliers sur la phase défensive. Ça donne le baromètre de l'état d'esprit des mecs. »

À Bordeaux, l'échauffement dure vingt-cinq minutes. « Dedans, on intègre le couloir de Chaban qui prend trois minutes, indique Urios. Tout est calculé à la seconde. Mais à l'intérieur de tout ça, il y a des spécificités. À Oyonnax, ils aimaient bien faire un pré-échauffement dans un gymnase à côté. À Castres, pas du tout. Un mec comme (Rémi) Lamerat a besoin d'une heure de routine perso quand d'autres enfilent les crampons et c'est parti. Les Latins ont besoin de collectif. Pour eux, le groupe est important, j'ai mis du temps à le comprendre. Les Argentins, les mecs de l'Est aussi, ont besoin de se sentir. Ils aiment se serrer. Les Anglo-Saxons, ça les fait chier. » Avec tout ça, si ce n'est pas devenu moins risqué d'être mascotte à Llanelli, c'est à désespérer du progrès.

« On peut réduire encore »

Thibault Giroud, directeur de la performance du quinze de France, détaille comment les Bleus ont révolutionné leur échauffement.

Le principe : « Un trop-plein de volume déployé »

« Après le Tournoi des Six nations 2020, on s'est rendu compte que nos joueurs avaient des échauffements collectifs et individuels très longs, notamment en comparaison des autres nations. Ils couvraient trop de distance (jusqu'à 3000 m) à des vitesses non pertinentes (moins de 15 km/h). C'était l'héritage de la culture française de l'aérobie où s'échauffer était courir. On a mis tous les facteurs de performance à plat pour mieux finir les matches. Entre l'hiver 2020 et les derniers tests d'automne, nous sommes parvenus à réduire le volume de distance parcourue de 53 %. Le rugby est un sport explosif, basé sur l'accélération et les changements de rythme. C'est ce trop-plein de volume déployé qui leur manquait au niveau neuromusculaire dans les fins de match. On a réduit le volume de l'échauffement collectif et réadapté l'individuel, on peut d'ailleurs les réduire encore pour que les joueurs finissent mieux leurs rencontres. On l'a couplé avec l'aspect nutritionnel à la mi-temps. Les joueurs, culturellement, s'alimentaient quand ils rentraient au vestiaire. On a aussi retardé ce moment à la sortie pour la seconde période, pour que le taux de glycémie reste haut, surtout dans les 20 dernières minutes. »

Individuel en salle : « Échauffer sans course »


« On arrive au stade 1h30 avant le coup d'envoi. La démarche individuelle en salle d'échauffement est prépondérante. Elle doit éviter de passer par la case footing dans l'en-but. Quand les joueurs sortent, ils doivent avoir atteint une température physiologique importante. Ils utilisent donc des outils connus (élastiques, rouleaux, balles, travail au sol...) pour échauffer la chaîne postérieure, les tendons, les muscles profonds mais sans course. Une fois que tu arrives sur le terrain pour l'échauffement individuel en extérieur (30 minutes avant le collectif), tu es déjà capable de taper dans des valeurs d'intensité spécifiques au poste. »

Individuel extérieur : « C'est à la carte »

« Certains ont besoin de 10 minutes, d'autres 20. C'est à la carte. Cela dépend des individus et des profils. Les joueurs à dominante vitesse vont sortir les premiers pour atteindre les très hautes accélérations avant le collectif. Les troisième-lignes sortiront avant le cinq de devant parce qu'ils ont besoin d'un volume de déplacement supérieur. »

Transition intense : « Monter très vite et très haut »

« La recherche du deuxième souffle avant de passer à l'entraînement collectif. Avec les avants, il est basé sur l'énergétique. On va monter très vite et très haut en intensité sur des courses courtes basées sur de la puissance-endurance. Pour les trois-quarts, on est sur du travail neuromusculaire, on va donc aller chercher des vitesses max sur 30-40 mètres et des accélérations max (+ de 3 mètres/sec). Ce primer dure 2 minutes. Après cette séquence, physiologiquement, l'équipe serait prête à donner le coup d'envoi. »

Collectif : « Un rappel des systèmes et des repères »


« C'est intense et court : travail en séparé, puis collectif attaque, vitesse de ligne défense et contacts. Les repos sont courts avec hydratation. Cette séquence n'est pas un échauffement à proprement parler. Les joueurs sont déjà à température. C'est plus un rappel des systèmes et des repères collectifs avec maniement du ballon. »

Avant le coup d'envoi : « Faire remonter la température »


« En raison d'une pause importante due au protocole international (contrairement au Top 14), les joueurs vont devoir faire remonter leur température par des exercices explosifs pendant 90 secondes, juste après les hymnes, afin d'être prêts aux intensités très élevées dès l'entame. »

_________________
« Le rugby c'est ma vie et ma vie c'est le rugby »   Christophe Urios
Scalp
Scalp
Centre de presse
Centre de presse

Nombre de messages : 17148
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 54

Revenir en haut Aller en bas

Le rugby et son évolution - Page 4 Empty Re: Le rugby et son évolution

Message  Scalp Lun 3 Jan 2022 - 20:40

https://www.sudouest.fr/sport/rugby/top14/top-14-et-si-c-etait-le-printemps-du-rugby-offensif-7516479.php

Top 14 : et si c’était le printemps du rugby offensif ?

Par Arnaud David - a.david@sudouest.fr

La 14e journée du championnat de France a été marquée par un festival d’essais et de rugby offensif. Est-ce ponctuel ou le signe d’un changement d’état d’esprit ?

Qui a dit que le Top 14 était soporifique, défensif, monocorde dès qu’arrivaient les premiers frimas ? On a marqué 32 essais ce week-end et quatre des six rencontres ont basculé dans le dernier tiers des matches, avec à Castres, ou à Lyon, des renversements de situation assez sidérants.

Ce rugby de fêtes n’était-il qu’un épiphénomène ou le signe d’un changement de tendance plus profond ? Avec 32 inscrits en six matches, cette 14e journée amputée du choc Montpellier – Toulon s’inscrit dans une fourchette haute. Cette saison, seule la 8e journée avec 38 essais (en 7 matches) a été plus prolifique.

« Là, je me suis régalé. Il y a eu de l’émotion, du suspense », se réjouit Xavier Garbajosa, commentateur pour Canal +. « Les conditions de jeu s’y prêtaient. Il faisait beau et comme certaines équipes n’avaient pas joué la semaine précédente, elles avaient de la fraîcheur. »

Mais l’ancien entraîneur de La Rochelle et Montpellier demeure néanmoins prudent sur les conclusions à tirer de ce festival d’essais. « Le Top 14 reste un championnat où l’enjeu prime et pèse, où l’on voit des matches heurtés, où les équipes en manque de confiance ne vont pas au bout des choses, où les joueurs parfois hésitent à faire la dernière passe. »

Le poids du stress


Ce constat est irréfutable et l’on pourrait exhumer sans peine les matches fermés à triple tour, les « purges » qui jalonnent l’ordinaire d’une saison de Top 14. Mais on peut aussi s’attarder sur quelques chiffres qui témoignent d’une inflexion dans la définition des priorités, d’une évolution vers un rugby plus spectaculaire. Il y a dix ans, la moyenne des essais marqués en Top 14 était de 3,7 essais par match. Elle se situe depuis trois saisons autour de 5,2.

« Le rugby de merde peut être contagieux mais le rugby de qualité aussi ».

C’est en deçà de ce que propose le championnat d’Angleterre (6,1 essais par match) mais ainsi que le rappelait, Austin Healey, l’ancien demi de mêlée anglais dans les colonnes du Daily Telegraph, les 13 clubs de la Gallagher Premiership sont débarrassés pour trois saisons du spectre de la relégation et n’hésitent plus à se lancer dans un rugby audacieux.

Ce n’est pas le cas en France. Mais en dépit du poids que fait peser le stress de la lutte pour le maintien ou de la course à la qualification, on voit des équipes s’exposer et accepter la prise de risque qu’impose un jeu tourné vers l’offensive.

« Le rugby de merde peut être contagieux mais le rugby de qualité aussi surtout quand il permet de gagner des matches », estime Vincent Etcheto, l’ancien entraîneur de l’UBB et l’Aviron Bayonnais. « L’influence vient du très haut niveau. On est passé depuis quelques années d’un rugby d’endurance, où l’on se rentrait dedans, à un rugby basé sur la vitesse et la recherche d’espace. Ce jeu n’exclut pas un engagement féroce. Mais on n’hésite plus à contre-attaquer, à chercher les couloirs. Et les formes de travail, au niveau de la préparation physique, ont évolué dans ce sens. On recherche en permanence le changement de rythme. »

Cette saison, la règle des 50/22 a également influé sur la manière de conduire le jeu. « Elle oblige l’équipe qui défend à parfois décrocher un joueur supplémentaire dans le troisième rideau pour couvrir le jeu au pied », explique Xavier Garbajosa. « Elle ouvre donc des espaces à celle qui attaque. Elle encourage à garder la possession pour bouger les défenses et travailler ballon en main. »

Cette tendance sera-t-elle pérenne ? Les modes, en rugby, ont une durée de vie limitée et s’étirent rarement au-delà de deux hivers.

_________________
« Le rugby c'est ma vie et ma vie c'est le rugby »   Christophe Urios
Scalp
Scalp
Centre de presse
Centre de presse

Nombre de messages : 17148
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 54

Revenir en haut Aller en bas

Le rugby et son évolution - Page 4 Empty Re: Le rugby et son évolution

Message  Scalp Jeu 20 Jan 2022 - 11:19

RUGBY. Faut-il être ''costaud'' pour s'installer en 10 au niveau international aujourd'hui ?

https://www.lerugbynistere.fr/news/rugby-faut-il-etre-costaud-pour-sinstaller-en-10-au-niveau-international-aujourdhui-2001221208.php

_________________
« Le rugby c'est ma vie et ma vie c'est le rugby »   Christophe Urios
Scalp
Scalp
Centre de presse
Centre de presse

Nombre de messages : 17148
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 54

Revenir en haut Aller en bas

Le rugby et son évolution - Page 4 Empty Re: Le rugby et son évolution

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 4 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum