AllezUnion.com, Forum des supporters de l'Union Bordeaux Bègles - Rugby
Un forum est comme un vestiaire, quand on y rentre on dit bonjour. Pensez donc à vous connecter, ça vous assurera également une visibilité parfaite ;o)

Enregistrer et activer un compte prend 3 minutes. Seule une adresse email valide est nécessaire. Ne soyez pas timide, Allez y !

AllezUnion.com

Rejoignez le forum, c’est rapide et facile

AllezUnion.com, Forum des supporters de l'Union Bordeaux Bègles - Rugby
Un forum est comme un vestiaire, quand on y rentre on dit bonjour. Pensez donc à vous connecter, ça vous assurera également une visibilité parfaite ;o)

Enregistrer et activer un compte prend 3 minutes. Seule une adresse email valide est nécessaire. Ne soyez pas timide, Allez y !

AllezUnion.com
Derniers sujets
» Top 14 - 23ème journée : Bayonne / UBB
par Switch Aujourd'hui à 14:51

» Coupe d'Europe - 1/2 de finale : Toulouse / UBB
par Yatangaki Aujourd'hui à 14:35

» Que deviennent nos anciens joueurs ?
par marchal Aujourd'hui à 14:05

» Top 14 - 22ème journée : UBB / MHR
par Scalp Aujourd'hui à 14:04

» HAKA - Kapa o Pango
par Scalp Aujourd'hui à 13:53

» Sponsors de l'Union
par sudiste Aujourd'hui à 13:48

» Rugby et Coronavirus
par Scalp Aujourd'hui à 13:29

» XV de France féminin
par Scalp Aujourd'hui à 13:22

» Top 14 - 24ème journée : UBB / Castres
par Yatangaki Aujourd'hui à 12:41

» RUGBY JEU À XIII, BÈGLES pour S.O.
par Yatangaki Aujourd'hui à 12:28

» Musique !!!
par Scalp Aujourd'hui à 9:45

» espoirs 2020/2021
par Yatangaki Aujourd'hui à 9:28

» Top 14 - 25ème journée : Toulon / UBB
par Dr. Gregory Bouse Hier à 20:28

» Matthieu Jalibert
par Yatangaki Hier à 20:15

» France Bleu Gironde : La mêlée du lundi
par Yatangaki Hier à 19:17

» Top 14 - 21ème journée : AGEN / UBB
par Switch Hier à 16:21

» Jan André Marais
par Ribouldingue Hier à 14:43

» Ordre d'apparition des messages
par makno Hier à 13:50

» Crise des Girondins (2021)
par léopold Hier à 13:40

» C'est beau, c'est Bordeaux !
par léopold Hier à 8:53

» Prolongations, Signatures, Départs pour 2021/2022
par Dr. Gregory Bouse Mar 4 Mai 2021 - 17:48

» Top Rugby sur TV7
par Scalp Mar 4 Mai 2021 - 11:51

» Thierry Païva
par Scalp Mar 4 Mai 2021 - 11:50

» Le XV de France (partie en cours)
par tire-bouchon Mar 4 Mai 2021 - 11:16

» Yatangaki rapidement
par Yatangaki Lun 3 Mai 2021 - 20:38

» Infirmerie 2020-2021
par le radis Lun 3 Mai 2021 - 19:39

» L'UBB - 10 ans en Top 14
par Scalp Lun 3 Mai 2021 - 14:21

» Champions Cup
par tire-bouchon Lun 3 Mai 2021 - 14:02

» Vincent Etcheto vers les années bonheur
par léopold Lun 3 Mai 2021 - 12:49

» Top 14 - 21ème journée : SUA / UBB
par patrick Lun 3 Mai 2021 - 8:31

Le Deal du moment :
SEAGATE – Disque Dur Externe – Expansion ...
Voir le deal
79.99 €

Coupe du Monde 2019 au Japon

Page 31 sur 32 Précédent  1 ... 17 ... 30, 31, 32  Suivant

Aller en bas

Coupe du Monde 2019 au Japon - Page 31 Empty Re: Coupe du Monde 2019 au Japon

Message  Scalp Sam 2 Nov 2019 - 14:25

Vince33 a écrit:
krahknardz a écrit:
grospaquet31 a écrit:Pas vu la première mi-temps, juste la deuxième.
Cette penalite de Farrell loupée pour revenir à 12-15 est peut être le tournant.

Non le tournant est clairement l'énorme séquence des Anglais vers la 32ème, où ils alignent presqu'une vingtaine de phases, en arrivant à 3 reprises à moins d'un mètre de la ligne, pour se faire repousser à chaque fois par les Boks. Ils en sortiront avec une pénalité et 3 points, qui seront annulés quasiment sur la reprise avec une faute anglaise sur la réception, et Pollard qui aligne encore un coup de pied. Avec cette séquence défensive les Boks ont écoeuré mentalement les Anglais, qui n'y ont pas cru en deuxième mi-temps.
Ensuite ils se sont tellement fait marcher dessus sur les mauls et en mêlée, impossible d'arriver à quoi que ce soit. La finale s'est déroulé comme on pouvait le penser, les Anglais ont été pris à leur propre jeur par des Boks qui ont été meilleurs qu'eux sur tous les fondamentaux: discipline, réception des ballons hauts, jeu au pied d'occupation, mêlée, défense,...
Ça fait plaisir de voir le coq anglais se faire plumer! rire rire rire

Je suis d'accord avec vous deux  :chambreur: , donc il y a eu deux tournants à ce match ................et les anglais sont partis dans les décors.

La charnière sud af derrière un paquet dominateur  a parfaitement controlé le match.

de Allende a mis Tuilagi sous l'éteignoir ; Lawes avait le souffle court , Itoje , Youngs et la 3 ème ligne avaient craché leur venin en demi.
Daly a été maladroit comme rarement , bref rien n'allait comme anglais.

Quand les Anglais se font rentrer dedans, ils sont comme toutes les équipes...
le coq anglais qui se fait plumer, ça me plaît aussi Wink

Scalp
Centre de presse
Centre de presse

Nombre de messages : 10741
Date d'inscription : 11/09/2018

Revenir en haut Aller en bas

Coupe du Monde 2019 au Japon - Page 31 Empty Re: Coupe du Monde 2019 au Japon

Message  Scalp Sam 2 Nov 2019 - 14:29

https://www.lequipe.fr/Rugby/Article/Les-notes-de-la-finale-de-la-coupe-du-monde-entre-l-angleterre-et-l-afrique-du-sud/1075901

Les notes de la finale de la Coupe du monde entre l'Angleterre et l'Afrique du Sud

Les Springboks ont brillé lors de la finale de Coupe du monde remportée ce samedi face à l'Angleterre (32-12), dont la prestation d'ensemble a été quant à elle décevante.

la note moyenne

Angleterre

4,1

Favorite de cette finale, l'Angleterre s'est cassé les dents sur la puissance physique des Sud-Africains, ne parvenant jamais à trouver de l'avancée ballon en main.

Elliot Daly
3

Il s'était repris en demi-finale face aux All Blacks, pour de nouveau sombrer en finale. En grosse difficulté, notamment, dans le jeu aérien, il perdit deux duels (36e et 64e) face à Mapimpi. Il commit aussi un en-avant en voulant ramasser le ballon derrière un petit coup de pied par-dessus (40e) de Am. Il manqua un dégagement qui maintint son équipe sous pression. Impossible pour lui de se mettre en évidence en attaque tant la pression des Boks fut immense.

Anthony Watson
4

On aura vu que ses adversaires, lui dont les appuis et la faculté à remporter des duels avaient ébloui tout au long de la compétition. Il fut quasiment inexistant sur cette finale, le ballon ne s'acheminant que rarement vers son couloir. Il fut pénalisé (59e) pour avoir poussé sur son vis-à-vis qui montait au ballon sur une chandelle anglaise et rendit alors une munition précieuse à un moment où les Anglais n'étaient pas encore totalement décrochés (18-12).

Manu Tuilagi
5

Le surpuissant centre de la rose fut beaucoup moins en vue, forcément, que lors de la demi-finale, où sa densité physique fit fureur. Quelques grosses charges malgré tout sur la séquence entre la 30e et la 35e et en seconde période, quand il fallait jouer le tout pour le tout. Il fut pris par Am sur la percée qui amena la pénalité du 12-6 juste avant la mi-temps. Il récupéra néanmoins la pénalité du 18-12 (59e) après un gros plaquage sur Vermeulen.

Owen Farrell
4

Comme l'ensemble de son équipe, le capitaine a subi toute la soirée, dans l'incapacité de trouver la solution face à une défense si agressive et qui montait à toute allure. Il fut pénalisé (9e) pour avoir gardé le ballon au sol et abandonna une munition supplémentaire. Il manqua aussi 3 points dans ses cordes (55e) à 9-15 juste avant que les Boks passent à 18. Il passa à l'ouverture à la sortie de Ford (50e) sans parvenir à se montrer plus inspiré en chef d'attaque.

Jonny May
5

Dans un contexte parfaitement négatif pour un ailier, il s'en sortit plutôt très bien par rapport aux autres. À la 18e, il sauva une pénaltouche importante puis fit preuve de toute son agilité sous deux chandelles avec beaucoup de pression (19e et 47e). Il fut aussi le trois-quarts anglais qui gagna le plus de terrain (39 m). Malgré les maigres munitions qui lui échurent, il parvint à avancer et à gagner ses duels mais sans faire des véritables différences.

George Ford

4

Comme attendu, l'ouvreur anglais fut la cible de la cavalerie des buffles sud-africains. Il ne s'est pas sorti mais manqua tout de même deux plaquages. Sur les cinquante minutes passées sur la pelouse, il alterna le bon : une première chandelle (3e) récupérée bien haut et un super coup de pied de pression, mais tomba dans le plus brouillon, avec un duel aérien perdu face à Pollard (10e) et un coup de pied direct en touche (27e) alors que l'idée était la bonne. Slade (4) entra à sa place à la 50e pour apporter une certaine énergie, mais il égara un ballon précieux en route.

Ben Youngs

4

Il joua forcément dans des conditions de confort moins importantes derrière des avants secoués comme jamais sur cette Coupe du monde. Il ne fit pas nécessairement de mauvais choix, mais connu un déchet inhabituel en raison de l'énorme pression subie par les siens. Il envoya deux passes par terre (11e et 28e) qui rendirent le ballon aux Springboks. Son jeu au pied fut précis, comme cette superbe chandelle (60e) dans le couloir gauche, mais au final totalement anecdotique.

Billy Vunipola
4

L'un des rares dont la puissance gêna vraiment ses adversaires et à porter un peu de danger. De Jaeger perdit d'ailleurs une épaule sur l'une de ses percussions, il fallut plus de trois Boks pour l'arrêter et encore il parvenait à tenir debout et à faire jouer derrière lui. Côté déchet, il sortit le ballon d'une mêlée mal embarquée mais manqua totalement sa passe derrière (9e). Il concéda une pénalité, un ballon perdu et manqua deux plaquages.

Sam Underhill

6

Il a été au niveau d'intensité que l'on attendait de lui. On ne l'a jamais vu subir, notamment quand il porta le ballon. On le vit surtout administrer deux plaquages dont il a le secret dès la 6e minute sur Le Roux, qui avait vu un trou, puis un autre monstrueux sur l'homme du match Du Toit (28e), reprenant la ligne d'avantage après la touche directe de Ford. Au total, 7 plaquages et pas une faute dans une partie à ce point rugueuse. Il fut remplacé par Wilson (60e).

Tom Curry

5

Comme son partenaire de troisième ligne, il fut omniprésent notamment quand l'Angleterre parvint à tenir le ballon sur quelques séquences un peu longues (entre la 30e et la 35e). Il récupéra aussi une bonne pénalité au sol (53e) sur Pollard qui aurait pu ramener les siens à 3 points sans l'échec de Farrell. Il perdit aussi deux ballons au total : un sur une collision avec Du Toit (49e) et commit un en-avant (24e) sur ses propres 22 mètres derrière un renvoi manqué au départ par Itoje.

Courtney Lawes

3

Il est apparu sous un jour moins brillant que face aux All Blacks. Difficile de dominer les contacts de la même manière face à ces Sud-Africains. Le deuxième-ligne fut pénalisé dès la première minute pour ne pas être sorti après un plaquage, il fut contré par Etzebeth sur le premier lancer anglais. Il y aura bien eu quelques charges comme à la 20e, mais trop rares. À son bilan donc un ballon perdu, une pénalité concédée et un coaching précoce, à la pause, pour faire entrer Kruis (4) qui n'apporta pas beaucoup plus, sinon un peu plus de stabilité en mêlée.

Maro Itoje

6

Logiquement, il fut moins impérial que face aux All Blacks, mais reste à créditer d'une performance majeure. Il n'a jamais hésité à s'investir au coeur des rucks, là où cela tabassait fort et aurait mérité d'être récompensé (12e) sur un ballon qu'il avait coffré. Il réussit un énorme plaquage sur Etzebeth (36e) qui sonna une révolte trop éphémère, mais termina meilleur plaqueur côté anglais (16). Au rayon déficit, il manqua le renvoi (24e) derrière l'égalisation anglaise (3-3) mais fut très sûr (52e).

Kyle Sinckler
non noté

Cela ne pouvait pas plus mal commencer avec ce K.-O. du droitier (3e) sur le coude d'Itoje. Cole (2) est alors rentré avec la perspective de disputer 77 minutes face au plus puissant paquet d'avants au monde. Il souffrit énormément en mêlée et permit aux Sud-Africains de poser les fondations de leur finale parfaite. Quatre pénalités pour un seul joueur, c'est déjà plus que ce que devrait concéder une équipe entière pour être championne du monde.

Jamie George
3

Il est impossible de l'exempter de l'immense contre-performance en mêlée, ajoutez à cela une touche égarée (1re) et cette passe qui finit directement en touche côté droit sur une possession anglaise qui trouvait enfin un peu d'avancée en début de seconde période. Il n'apporta qu'à de trop rares moments son dynamisme en portant le ballon. Il fut remplacé par Cowan-Dickie (60e) qui n'enraya pas non plus la machine adverse.

Mako Vunipola

3

Il fut lui aussi coupable d'une piètre performance en mêlée. Il fut d'ailleurs pénalisé (45e) dans l'exercice. L'aîné des Vunipola est surtout intéressant quand il porte le ballon et se propose pour ébranler le mur adverse, mais il faut pour cela que son équipe le tienne beaucoup mieux. Il réussit un bon franchissement (22e) et un joli off-load qui créa une première brèche, mais sans succès. Un seul plaquage sur sa copie et une prestation finale loin de ses standards. Il fut remplacé tôt par Marler (4), qui redressa la barre en mêlée.


la note moyenne


Afrique du Sud

7,1

L'Afrique du Sud, dominatrice physiquement sur la ligne de front et en mêlée fermée, a peu à peu éteint l'Angleterre. Les avants Springboks ont fait très mal à leurs homologues anglais avant que les flèches sud-africaines ne parachèvent le travail.

Willem Le Roux
7

Peu à son aise depuis le début de la Coupe du monde, l'arrière s'est pleinement exprimé lors de cette finale. La volonté de déplacer le ballon des Boks lui a donné des opportunités de faire parler sa vitesse, et c'est lui qui a allumé la première étincelle en débordant Farrell. Il a su aussi participer à la stratégie d'occupation et de pression des Sud-Africains, en utilisant son pied gauche en position de premier attaquant. Sa défense aussi a été excellente, aussi bien sous les ballons aériens que dans ses montées dans les couloirs.

Cheslin Kolbe

6

Pendant 74 minutes, il n'a pas eu grand-chose à faire, et lorsqu'il en a eu l'occasion, il a été privé d'espace. Puis, sur un ballon de récupération justement amené jusqu'à lui, il a électrocuté Farrell et fait lever le stade en un éclair, signant l'essai de la gagne. Champion du monde après avoir été champion de France, il a une chance d'être élu meilleur joueur du monde dimanche.

Lukhanyo Am
7

Avec Mapimpi et Kolbe, il a apporté une touche de vitesse dans le jeu sud-africain. Après un en-avant coupable sur un coup gagnant dans le couloir, il a causé du dégât dans la défense anglaise (2 franchissements, 3 défenseurs battus). Point d'orgue de sa performance, son enchaînement récupération et passe immédiate sur l'essai de Mapimpi. À noter aussi la qualité de sa défense, notamment pour couper les extérieurs.

Damian De Allende

7

Comme prévu, il a servi de point d'ancrage au jeu sud-africain au centre du terrain. Et il a rempli cette mission avec succès. Qu'il ait visé Ford ou Farrell, il a systématiquement avancé. En défense, il a été mis en difficulté quand le duel n'a pas été frontal (2 plaquages ratés).

Makazole Mapimpi
8

Avec très peu de choses à faire, il a réalisé des merveilles. Il y a son essai, bien sûr, avec un petit coup de pied à suivre parfaitement donné. Mais avant, Mapimpi avait remporté tous ses duels aériens et réussi des montées défensives décisives, participant ainsi à tisser la toile des Boks.

Handré Pollard

6

Difficile de noter une prestation aussi contrastée. Dans son bilan, il y a les 22 points inscrits au pied, avec 80% de réussite, des rushes payants dans la défense anglaise, des chandelles précises, une adaptation efficace au rugby de déplacement des Springboks en début de match. Mais il a aussi commis énormément d'erreurs (3 ballons perdus), dont certaines qui auraient pu enrayer la domination de son équipe, comme une touche sur pénalité non trouvée, une relance gourmande qui aurait pu valoir aux Anglais de revenir à 15-12. Ce n'est pas le plus brillant des ouvreurs, mais le futur Montpelliérain a du cran et la stratégie bâtie par Erasmus lui convient.

Faf De Klerk

6

Il est aussi fascinant par sa présence et son énergie qu'agaçant par son côté brouillon et poulet sans tête. Sa volonté de mettre la pression en défense a gêné la volonté anglaise de viser les extérieurs, mais il a aussi coûté une pénalité qui a débouché sur un temps très fort des Anglais avant la pause. Comme prévu, il a beaucoup utilisé le jeu au pied, installant la stratégie des Boks, mais c'était souvent trop long, et parfois trop court. Reste donc cet enthousiasme, qui lui a fait rattraper des erreurs et créer des situations positives. Remplacé par Herschell (78e).

Duane Vermeulen
7

Les statistiques (10 ballons touchés, 49 mètres gagnés, 7 plaquages) ne disent pas tout de son immense apport. Précieux sous les ballons hauts, Vermeulen a réalisé plusieurs actions clés : un grattage sous les poteaux anglais pour le 3-0, une cartouche sur Billy Vunipola près de sa ligne dans un temps fort adverse, une percussion qui a secoué l'épaule de Curry. En un mot : impactant.

Pieter-Steph Du Toit

8

Il viendra sans doute, dans les mois ou les années à venir, hanter les nuits de George Ford. La pression qu'il a imposée à l'ouvreur britannique a été colossale et a contribué à empêcher le jeu anglais de se mettre en place. Mais Ford n'est pas le seul à avoir subi la présence physique du flanker sud-africain, qui a enchaîné montées rapides et plaquages rugueux (11 au total, pour 1 raté), dont l'un sur Curry a entraîné un changement de mains. Impressionnant.

Siya Kolisi

7

Le capitaine sud-africain est entré dans l'histoire par la grande porte, en signant lui aussi une grande performance. Sa vitesse de déplacement et ses soutiens au sol ont aidé à ce que les intentions offensives de son équipe portent leur fruit en début de match. Il a par ailleurs été excellent dans son rôle de harceleur défensif, au plaquage (12, aucun raté) ou dans les rucks. Remplacé par Louw (64e).

Lood De Jager

non noté

Après un gros début de match défensif, le deuxième ligne s'est abîmé l'épaule sur Billy Vunipola (23e) et a cédé sa place à Mostert (7) qui, avec un physique moins impressionnant, a imposé la même guerre physique que son prédécesseur. Que ce soit au plaquage (16 en 57 minutes aucun raté) ou dans les rucks, où ses soutiens ont fait trembler les carcasses anglaises.

Eben Etzebeth

8

Comme Le Roux, il n'avait pas réalisé un début de Coupe du monde très marquant. En finale, il a retrouvé la dimension qu'on lui a connue, celle d'un « animal » qui écrase ses proies (13 plaquages), propulse sa carcasse à des vitesses élevées, s'élève en l'air sur les touches en un rien de temps. Le futur Toulonnais s'est même offert le luxe d'une chistera le long de la touche. Remplacé par Snyman (60e), qui a très correctement fini le travail.

Frans Malherbe

7

S'il n'a joué que 44 minutes, le pilier droit a lui aussi marqué physiquement les Anglais. Costaud en mêlée, il a mis à mal la défense adverse sur son seul ballon touché et l'a poussé à la faute. Dans le jeu de destruction défensive, il a été très à son aise, avec 10 plaquages réussis. Remplacé à la 44e minute par Koch (7) qui a emporté Mako Vunipola dès sa première mêlée et lui aussi brillé par son activité (7 plaquages).

Bongi Mbonambi

non noté

La sortie sur KO de Mbonambi (22e) a conduit Marx (7) à jouer plus de temps que prévu. Mais ça n'a pas eu l'air de le déranger. Le talonneur a largement contribué à installer la domination physique de son équipe, en mêlée comme dans le jeu. En témoigne son plaquage destructeur sur Daly en fin de match, qui a amené à l'essai de Kolbe. Il a aussi coûté deux pénalités.

Tendai Mtawarira

8

Une performance en mêlée colossale, qui l'a vu martyriser son vis-à-vis Cole à chaque rendez-vous. En plus d'ébranler les Anglais, Mtawarira a amené 6 points à son équipe en mêlée. À cette oeuvre de destruction, il faut ajouter quelques coups d'épaule au coeur du terrain et 7 plaquages en 44 minutes de jeu. Kitshoff, entré à sa place, a été moins à l'aise en mêlée.


_________________
« Le rugby c'est ma vie et ma vie c'est le rugby »   Christophe Urios
Scalp
Scalp
Centre de presse
Centre de presse

Nombre de messages : 10741
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 53

Revenir en haut Aller en bas

Coupe du Monde 2019 au Japon - Page 31 Empty Re: Coupe du Monde 2019 au Japon

Message  sudiste Sam 2 Nov 2019 - 14:40

"...before Kyle Sinckler collided with the elbow of Mapimpi and was knocked cold". :siffle:

sudiste
sudiste
Unioniste de la première heure
Unioniste de la première heure

Nombre de messages : 12156
Localisation : partout et nulle part, Sudiste est un concept ...
Date d'inscription : 27/01/2008
Humeur : Comme le dit mon cochon : "dans le gascon tout est bon"

Revenir en haut Aller en bas

Coupe du Monde 2019 au Japon - Page 31 Empty Re: Coupe du Monde 2019 au Japon

Message  léopold Sam 2 Nov 2019 - 15:37

Voila une belle victoire logique qui me fait plaisir, nos voisins ont été dominé de la tête et des épaules par un quinze SAf très solide mais qui a démontré être capable de faire du beau jeu.A part Itoje,tout les blancs ont été en dessous de la prestation qu'il avait affiché pendant cette CDM.Un peu usé peut être et encore ils n'ont pas eu grâce au Cyclone à nous affronter rire rire rire rire
Peut être aussi ont ils été arbitrés comme il convient de le faire d'une équipe qui fait beaucoup de faute et qui pour moi triche en mêlée,c'est peut être là qu'ils ont pu le faire contre les NZ.
Après les Gallois punis à la hauteur de leur prétention, voilà un Rugby Européen remis à sa place et encore peut on parler d'Europe avec les Anglais et les Gallois:siffle: :siffle:

Pour nous petite CDM, aucun de nos joueurs ne méritent de figurer dans le XV type de la compétition, sauf Guirado peut être:rire: rire rire rire rire rire
Un chantier énorme nous attend si nous voulons un temps soit peut figurer honorablement dans 4 ans.
léopold
léopold
J'aime l'Union à la folie
J'aime l'Union à la folie

Nombre de messages : 8110
Localisation : A Musard derrière les espoirs
Date d'inscription : 29/01/2008

Revenir en haut Aller en bas

Coupe du Monde 2019 au Japon - Page 31 Empty Re: Coupe du Monde 2019 au Japon

Message  flavio33 Sam 2 Nov 2019 - 17:06

très heureux pour khistoff alias red bull

_________________
le drop c'est l' éjaculation précoce de l'attaque
flavio33
flavio33
Orga
Orga

Nombre de messages : 1672
Localisation : merignac
Date d'inscription : 26/10/2015
Age : 34

Revenir en haut Aller en bas

Coupe du Monde 2019 au Japon - Page 31 Empty Re: Coupe du Monde 2019 au Japon

Message  sudiste Sam 2 Nov 2019 - 17:36

Avant de se réjouir de la victoire des Boks beaucoup savourent la défaite des rosbeefs...mais attention il faudra faire les comptes au soir de notre match contre le XV de la rose lors du prochain Tournoi. Et là ce sera peut être plus compliqué à digérer :siffle:
sudiste
sudiste
Unioniste de la première heure
Unioniste de la première heure

Nombre de messages : 12156
Localisation : partout et nulle part, Sudiste est un concept ...
Date d'inscription : 27/01/2008
Humeur : Comme le dit mon cochon : "dans le gascon tout est bon"

Revenir en haut Aller en bas

Coupe du Monde 2019 au Japon - Page 31 Empty Re: Coupe du Monde 2019 au Japon

Message  léopold Sam 2 Nov 2019 - 18:21

oui bien sur mais à chaque jour suffit sa peine et d'ici là certains vont enfin s'arreter et d'autres apparaitre.
léopold
léopold
J'aime l'Union à la folie
J'aime l'Union à la folie

Nombre de messages : 8110
Localisation : A Musard derrière les espoirs
Date d'inscription : 29/01/2008

Revenir en haut Aller en bas

Coupe du Monde 2019 au Japon - Page 31 Empty Re: Coupe du Monde 2019 au Japon

Message  Scalp Sam 2 Nov 2019 - 18:49

sudiste a écrit:Avant de se réjouir de la victoire des Boks beaucoup savourent la défaite des rosbeefs...mais attention il faudra faire les comptes au soir de notre match contre le XV de la rose lors du prochain Tournoi. Et là ce sera peut être plus compliqué à digérer :siffle:

Oui j'avoue, c'est mon cas et en plus je n'ai pas vraiment un grand feeling pour Eddie jones...

_________________
« Le rugby c'est ma vie et ma vie c'est le rugby »   Christophe Urios
Scalp
Scalp
Centre de presse
Centre de presse

Nombre de messages : 10741
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 53

Revenir en haut Aller en bas

Coupe du Monde 2019 au Japon - Page 31 Empty Re: Coupe du Monde 2019 au Japon

Message  Scalp Sam 2 Nov 2019 - 18:56

https://www.sudouest.fr/2019/11/02/coupe-du-monde-de-rugby-gueule-de-bois-au-petit-matin-pour-les-supporters-anglais-6776700-5085.php

Coupe du Monde de rugby : gueule de bois au petit matin pour les supporters anglais

Coupe du Monde 2019 au Japon - Page 31 Captu263
Désillusion totale pour les supporters anglais BEN STANSALL AFP

Sale matinée pour les supporters anglais, dont l’équipe donnée favorite a été battue ce samedi matin par l’Afrique du Sud en finale de la Coupe du Monde de rugby

La douce euphorie des pintes et les espoirs de titre au coup d’envoi se sont transformés en sévère gueule de bois pour les supporters anglais, réunis ce samedi dans le centre de Londres pour suivre la défaite de l’Angleterre en finale de la Coupe du monde de rugby au Japon.

Après la démonstration face aux tout puissants All Blacks la semaine dernière (19–7) en demi-finale, tous les voyants semblaient au vert pour les fans qui s’étaient donné rendez-vous à 9h locale au Flying Horse, un pub du centre de la capitale anglaise.

« L’Angleterre va gagner, (c’est sûr) à 100% », assure au coup d’envoi Tom Jeffrey, 25 ans. « Je dirais 22–15 pour l’Angleterre ». Son ami Andrew Lavrentiev, 24 ans, ne le dément pas: « Ce sera serré, il n’y aura qu’un seul essai de marqué, mais je ne vais pas essayer de deviner le score ».

Coupe du Monde 2019 au Japon - Page 31 Captu264
Crédit photo : BEN STANSALL AFP

Le pub est l’un des rares îlots d’animation dans un quartier de la City encore ensommeillé et abandonné pour le week-end par ses employés. Alors que la température grimpe et que la buée cache le monde extérieur à la vue de tous, le premier moment d’émotion collective vient quand les hymnes sont entonnés.

Devant le grand écran, Wayne Ramsay, 33 ans, semble le seul supporter sud-africain à être venu assister à la déconvenue que tout le reste du pub lui promet.

« Je ne peux pas regarder ça »

La coup d’envoi donné, la tension monte rapidement avec une première pénalité ratée par les Boks et le KO du pilier anglais Kylle Sinckler sur une charge féroce d’un ailier adverse.

« Pénalité ! » crie Wayne Ramsay, dans un établissement de plus en plus silencieux et tendu, à chaque tentative de Handre Pollard qui permet à l’Afrique du Sud de virer en tête à la pause (12–6).

Coupe du Monde 2019 au Japon - Page 31 Captu265
Crédit photo : BEN STANSALL AFP

« Je suis très heureux, je pense qu’on a domine, à chaque mêlée on enfonce les Anglais » fanfaronne Ramsay à la pause, reconnaissant être surpris par la tournure du match.

« Quand on voit ce que l’Angleterre a fait à la Nouvelle-Zélande, la meilleure équipe du monde, mise en pièce, comment aurais-je pu être optimiste ? Alors que nous, on a battu le Pays de Galles de justesse », reconnaît-il.

Malgré un semblant de révolte anglaise lors de la seconde période, la résignation gagne lentement la foule, renforcée par le premier essai du match par Makazole Mapimpi à la 66e, qui tue tout suspense.

« Je ne peux pas regarder ça », disent quelques supporters déprimés en quittant les lieux avant même la fin du match, accueillie par des applaudissements fair-play à destination des vainqueurs par ceux qui sont restés et à qui l’heure du match laisse au moins le temps de noyer la défaite.

« Gagnant ou perdant, on finit toujours en buvant », plaisante Tom Jeffrey.

Coupe du Monde 2019 au Japon - Page 31 Captu266
Crédit photo : BEN STANSALL AFP

_________________
« Le rugby c'est ma vie et ma vie c'est le rugby »   Christophe Urios
Scalp
Scalp
Centre de presse
Centre de presse

Nombre de messages : 10741
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 53

Revenir en haut Aller en bas

Coupe du Monde 2019 au Japon - Page 31 Empty Re: Coupe du Monde 2019 au Japon

Message  Scalp Sam 2 Nov 2019 - 19:03


_________________
« Le rugby c'est ma vie et ma vie c'est le rugby »   Christophe Urios
Scalp
Scalp
Centre de presse
Centre de presse

Nombre de messages : 10741
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 53

Revenir en haut Aller en bas

Coupe du Monde 2019 au Japon - Page 31 Empty Re: Coupe du Monde 2019 au Japon

Message  Scalp Sam 2 Nov 2019 - 19:06

https://www.lequipe.fr/Rugby/Actualites/Coupe-du-monde-le-sacre-des-boks-en-finale-fait-chavirer-l-afrique-du-sud/1075985

_________________
« Le rugby c'est ma vie et ma vie c'est le rugby »   Christophe Urios
Scalp
Scalp
Centre de presse
Centre de presse

Nombre de messages : 10741
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 53

Revenir en haut Aller en bas

Coupe du Monde 2019 au Japon - Page 31 Empty Re: Coupe du Monde 2019 au Japon

Message  Scalp Sam 2 Nov 2019 - 19:11

https://www.lequipe.fr/Rugby/Actualites/Coupe-du-monde-on-a-suivi-le-sacre-des-springboks-dans-un-bar-sud-africain-a-paris/1075986

Coupe du monde : on a suivi le sacre des Springboks dans un bar sud-africain à Paris

Coupe du Monde 2019 au Japon - Page 31 Captu477
Les supporters sud-africains venus en nombre dans leur QG de La Pomme d'Eve, dans le cinquième arrondissement parisien. (S. Boué/L'Équipe)

Pas forcément favoris de la finale, les Springboks ont surclassé le quinze de la Rose (32-12) pour s'adjuger le troisième titre mondial de leur histoire. De quoi enflammer ce bar, niché dans le 5e arrondissement de Paris, point de rendez-vous des supporters sud-africains.

Adrien Corée

Dehors, le Panthéon se dresse sereinement dans le calme plat d'un matin gris. Il ignore qu'à ses pieds, dans la chaleur d'une cave moyenâgeuse, des dizaines de supporters sud-africains enquillent déjà les bières et s'échauffent la voix. « Come on Bokkie ! ». C'est là, à La Pomme d'Ève, qu'aiment se réunir les expatriés de la nation arc-en-ciel pour apprécier les petits moments de la vie. Mais ce samedi, c'est plutôt un instant d'éternité qu'ils sont venus partager.

Arrivés près d'une heure avant le coup d'envoi de la finale, les maillots Vert et Or occupent l'ensemble de l'espace. Aux quatre coins de la salle, les supporters se marrent, en anglais, en afrikaans et même en français. La plupart d'entre eux sont installés dans la capitale depuis longtemps, comme John, originaire de Bloemfontein, arrivé en 2004 : « Lors du Mondial 2007, on avait déjà fêté le titre dans le quartier. Aujourd'hui, on va le refaire mais on aura toute la journée, en plus de la nuit, pour en profiter ! »

Solidarité anti-anglaise


Le bar est rempli à ras bord. A 10 000 kilomètres de là, sur la pelouse de Yokohama, les Springboks entonnent leur hymne qui résonne jusque dans les entrailles des fidèles de La Pomme d'Eve. Un groupe de studieux Français a appris les paroles du « Nkosi Sikelel' iAfrika ». « On est à fond derrière l'Afrique du Sud... parce qu'il est hors de question que l'Angleterre gagne à nouveau la Coupe du monde ! Les ennemis de nos ennemis sont nos amis ! »

Au fond de la salle justement, un maillot blanc immaculé tranche avec le reste du décor. Chambré sur chaque mêlée anglaise emportée, le Britannique égaré conserve son flegme so british. Sur une rare phase de domination du quinze de la Rose, l'assemblée rugit de plaisir à chaque plaquage tranchant de Vermeulen, du Toit ou Etzebeth. L'Afrique du Sud concédera une pénalité sur l'action mais peu importe, l'en-but est préservé, la confiance regonflée.

À la pause, les supporters étouffés se déversent dans la rue, pour reprendre leur souffle autant que leurs esprits. Dans leur camion poubelle, les éboueurs, tout de vert vêtus, sont salués par une haie d'honneur, comme des Springboks du quotidien. La deuxième période reprend, les lève-tard se sont réveillés et s'ajoutent au maul à mille pattes que constitue désormais La Pomme d'Ève. Collés contre une des voûtes, ils penchent la tête et mettent leurs cervicales à rude épreuve pour apercevoir un bout d'écran. Un serveur, sosie officiel de Tendai Mtawarira (1,83 m, 115 kg), tente bien de se frayer un chemin, mais même Faf de Klerk (1,72 m, 80 kg) ou Cheslin Kolbe (1,70 m, 80 kg) n'auraient pas trouvé l'espace nécessaire pour percer ce mur compact.

« C'est aussi fort que la victoire en 1995 »
Matt, supporter sud-africain originaire de Port Elizabeth

Les essais de Mapimpi puis de Kolbe font exploser la salle. Les verres se vident sur les chaussures, les orteils sont martelés par les talons. Une percussion à l'épaule fait trébucher un inattentif, notre voisin de devant prend une douche de bière sur la tête. Ça n'a pas l'air de la faire rire, mais les facéties de « The Beast » à l'écran lui redonnent rapidement le sourire.

« On est les rois du monde ! », s'écrie un gamin peinturluré aux couleurs sud-africaines, un drapeau de la nation arc-en-ciel attaché façon cape de Superman autour des épaules. Pollard dégage le ballon en touche et le bar se sent enfin en droit d'exulter. « Il se passe des choses pas forcément drôles au pays, explique Emma, venue finir ses études à Paris. L'équipe nationale fait plaisir à voir, même pour ceux qui ne s'y connaissent pas vraiment en rugby. Ils dégagent quelque chose de positif avec des joueurs issus de différents milieux qui s'unissent pour atteindre un but commun. »

Juste à côté, Matt, un grand gaillard né à Port Elizabeth, passe par toutes les émotions. Il se marre en voyant la mine déconfite d'Owen Farrell, le capitaine anglais, au moment de récupérer sa médaille d'argent, puis se fait beaucoup plus sérieux : « Symboliquement, c'est aussi fort que la victoire en 1995. J'étais tout petit donc je ne m'en souviens pas vraiment, mais c'était un moment fort de l'histoire du pays. Aujourd'hui, avoir un capitaine noir (Siya Kolisi) qui soulève le trophée, c'est magnifique. »

Les fans des désormais triples champions du monde (1995, 2007, 2019) terminent leur bière alors que la sono crache l'hymne sud-africain une fois de plus. La nuit est encore loin mais la fête commence déjà. Et elle promet de s'éterniser.

_________________
« Le rugby c'est ma vie et ma vie c'est le rugby »   Christophe Urios
Scalp
Scalp
Centre de presse
Centre de presse

Nombre de messages : 10741
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 53

Revenir en haut Aller en bas

Coupe du Monde 2019 au Japon - Page 31 Empty Re: Coupe du Monde 2019 au Japon

Message  Scalp Sam 2 Nov 2019 - 19:16

https://www.sudouest.fr/2019/11/02/coupe-du-monde-de-rugby-l-arbitre-bearnais-jerome-garces-s-en-va-par-la-grande-porte-6776764-773.php

Coupe du monde de rugby : l’arbitre béarnais Jérôme Garcès s’en va par la grande porte

par SudOuest.fr.

Coupe du Monde 2019 au Japon - Page 31 Captu478
Jérôme Garcès n'a pas raté sa finale CHARLY TRIBALLEAU AFP

Excellent lors de la finale entre l’Afrique du Sud et l’Angleterre, Jérôme Garcès a vécu son dernier match en tant qu’arbitre professionnel

Personne ne peut contester la victoire de l’Afrique du Sud face à l’Angleterre en finale de la Coupe du monde de rugby 2019. Et personne ne peut oser affirmer que Jérôme Garcès y est pour quoique ce soit. Le Béarnais originaire d’Arudy, en vallée d’Ossau, a brillé par sa discrétion. Aucun coup de sifflet intempestif, aucune décision hasardeuse. En un mot, un arbitrage parfait.

Les Français n’oublieront jamais le laxisme de l’arbitre sud-africain Craig Joubert lors de la défaite rageante des Bleus face aux All Blacks en 2011. Jérôme Garcès, lui, a parachevé sa carrière d’un 56e match international sans tache. Idéal pour tirer sa révérence, à 46 ans, à l’issue d’une année 2019 en forme d’apothéose.

Jamais le rugby tricolore n’avait encore placé l’un des siens pour diriger une rencontre de ce niveau. L’homme qui a été préféré au Gallois Nigel Owens, star de l’arbitrage mondial n’a pas déçu, lui qui aura sifflé avec bonheur lors du match pour la première place du Tournoi des VI Nations, de finale de la Champions Cup et de la finale du Top 14.

Certes, quelques supporters anglais jureront avoir vu un en-avant sur le premier essai des Springboks, mais il faut être sacrément de mauvaise foi pour avoir la moindre certitude. Le doute devait donc profiter à l’attaquant, surtout après une action aussi jolie.

#RWC2019 Dans une finale alors fermée, Mapimpi a inscrit le premier essai du match à la 65e minute, permettant aux Springboks de mettre une première main sur le trophée

\ud83c\udfa5Revoir l’essai de Mapimpi : https://t.co/fI2yelLqs8 #ENGvRSA
— TF1 (@TF1) November 2, 2019

Sous les applaudissements de Yokohama

C’est tout sourire et sous les applaudissements du public de Yokohama que Jérôme Garcès et ses assistants (son compatriote Romain Poite et le Néo-Zélandais Ben O’Keeffe, ainsi qu’un autre Néo-Zélandais, Ben Skeen, à la vidéo) sont allés chercher une médaille en forme de consécration.

Voici les autres Champions du Monde !
Jérôme Garcès \ud83c\uddeb\ud83c\uddf7
Romain Poite \ud83c\uddeb\ud83c\uddf7
Ben O’Keeffe \ud83c\uddf3\ud83c\uddff
Ben Skeen \ud83c\uddf3\ud83c\uddff

Bravo aux officiels de match de la #RWCFinal et de la #RWC2019 pic.twitter.com/obgDX9mDFq
— Rugby World Cup (@RugbyWorldCupFR) November 2, 2019

Heureux, le Béarnais l’était encore plus, quelques instants plus tard, lorsqu’il est allé embrasser les siens, avec le concours efficace de ses adjoints qui lui ont fait la courte échelle.

Jérôme Garces porté par ses adjoints pour embrasser femme et enfant ! Superbe image \ud83d\udcf8 #RWCFinal pic.twitter.com/100aumlgbR
— Benjamin Ramaget (@BenjaminRamaget) November 2, 2019

Après avoir gravi un à un tous les échelons, depuis le rugby de séries jusqu’au plus haut niveau possible, Jérôme Garcès peut entamer une nouvelle vie, à 46 ans, l’esprit en paix.

Félicitations Mr Garces..il y a 17 ans ..\ud83d\ude32\ud83d\ude05\ud83d\ude05\ud83d\ude05 #saverdun pic.twitter.com/ICWPQdy5vy
— seb descons (@sebdescons) November 2, 2019

_________________
« Le rugby c'est ma vie et ma vie c'est le rugby »   Christophe Urios
Scalp
Scalp
Centre de presse
Centre de presse

Nombre de messages : 10741
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 53

Revenir en haut Aller en bas

Coupe du Monde 2019 au Japon - Page 31 Empty Re: Coupe du Monde 2019 au Japon

Message  jambe de grive Sam 2 Nov 2019 - 19:49

Scalp a écrit:
sudiste a écrit:Avant de se réjouir de la victoire des Boks beaucoup savourent la défaite des rosbeefs...mais attention il faudra faire les comptes au soir de notre match contre le XV de la rose lors du prochain Tournoi. Et là ce sera peut être plus compliqué à digérer :siffle:

Oui j'avoue, c'est mon cas et en plus je n'ai pas vraiment un grand feeling pour Eddie jones...

bien content de cette victoire sud af ...c'est même un peu la notre tellement la défaite des rosbeefs fait plaisir :clap:
jambe de grive
jambe de grive
J'aime l'Union passionnément
J'aime l'Union passionnément

Nombre de messages : 126
Localisation : toulon
Date d'inscription : 25/04/2017

Revenir en haut Aller en bas

Coupe du Monde 2019 au Japon - Page 31 Empty Re: Coupe du Monde 2019 au Japon

Message  Scalp Sam 2 Nov 2019 - 19:58

jambe de grive a écrit:
Scalp a écrit:
sudiste a écrit:Avant de se réjouir de la victoire des Boks beaucoup savourent la défaite des rosbeefs...mais attention il faudra faire les comptes au soir de notre match contre le XV de la rose lors du prochain Tournoi. Et là ce sera peut être plus compliqué à digérer :siffle:

Oui j'avoue, c'est mon cas et en plus je n'ai pas vraiment un grand feeling pour Eddie jones...

bien content de cette victoire sud af ...c'est même un peu la notre tellement la défaite des rosbeefs fait plaisir :clap:

Les Anglais ont cette grande qualité de fédérer rire

_________________
« Le rugby c'est ma vie et ma vie c'est le rugby »   Christophe Urios
Scalp
Scalp
Centre de presse
Centre de presse

Nombre de messages : 10741
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 53

Revenir en haut Aller en bas

Coupe du Monde 2019 au Japon - Page 31 Empty Re: Coupe du Monde 2019 au Japon

Message  Scalp Sam 2 Nov 2019 - 20:10

Coupe du Monde 2019 au Japon - Page 31 Captu480
Coupe du Monde 2019 au Japon - Page 31 Captu479
Coupe du Monde 2019 au Japon - Page 31 Captu267
Coupe du Monde 2019 au Japon - Page 31 Captu482
Coupe du Monde 2019 au Japon - Page 31 Captu481


Dernière édition par Scalp le Sam 2 Nov 2019 - 20:11, édité 1 fois

_________________
« Le rugby c'est ma vie et ma vie c'est le rugby »   Christophe Urios
Scalp
Scalp
Centre de presse
Centre de presse

Nombre de messages : 10741
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 53

Revenir en haut Aller en bas

Coupe du Monde 2019 au Japon - Page 31 Empty Re: Coupe du Monde 2019 au Japon

Message  Scalp Sam 2 Nov 2019 - 20:20

https://www.lequipe.fr/Rugby/Actualites/Coupe-du-monde-le-prince-harry-s-invite-dans-les-vestiaires-pour-feliciter-les-springboks/1075973

Coupe du monde : le prince Harry s'invite dans les vestiaires pour féliciter les Springboks

Coupe du Monde 2019 au Japon - Page 31 Captu483
Le Prince Harry s'adressant aux Springboks après leur titre de champions du monde (Capture d'écran Twitter/Twitter @rugbywolrdcup)

Après la victoire de l'Afrique du Sud face à l'Angleterre en finale de la coupe du monde (32-12), le prince Harry s'est adressé aux nouveaux champions du monde.


Après une victoire amplement méritée de l'Afrique du Sud face à l'Angleterre en finale de Coupe du monde (32-12), le Prince Harry, petit-fils de la reine du Royaume-Uni Élisabeth II, s'est rendu dans les vestiaires des Springboks. Bière à la main, offerte par François Steyn, le fils de Charles, prince de Galles, s'est adressé aux joueurs. « Je crois profondément que le rugby a la capacité d'unir chacun d'entre nous dans ce monde, » a-t-il lancé.

   COULISSES - lorsque le Prince Harry rend visite aux champions du monde @Springboks dans leur vestiaire... #RWC2019 pic.twitter.com/QVSc5OjwbI
   — Rugby World Cup (@RugbyWorldCupFR) November 2, 2019



https://twitter.com/RugbyWorldCupFR/status/1190624920117448704 Yesss

_________________
« Le rugby c'est ma vie et ma vie c'est le rugby »   Christophe Urios
Scalp
Scalp
Centre de presse
Centre de presse

Nombre de messages : 10741
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 53

Revenir en haut Aller en bas

Coupe du Monde 2019 au Japon - Page 31 Empty Re: Coupe du Monde 2019 au Japon

Message  jambe de grive Sam 2 Nov 2019 - 21:19

Coupe du Monde 2019 au Japon - Page 31 548764 Coupe du Monde 2019 au Japon - Page 31 548764 Coupe du Monde 2019 au Japon - Page 31 548764


Dernière édition par jambe de grive le Sam 2 Nov 2019 - 21:21, édité 1 fois
jambe de grive
jambe de grive
J'aime l'Union passionnément
J'aime l'Union passionnément

Nombre de messages : 126
Localisation : toulon
Date d'inscription : 25/04/2017

Revenir en haut Aller en bas

Coupe du Monde 2019 au Japon - Page 31 Empty Re: Coupe du Monde 2019 au Japon

Message  jambe de grive Sam 2 Nov 2019 - 21:20

Scalp a écrit:
jambe de grive a écrit:
Scalp a écrit:
sudiste a écrit:Avant de se réjouir de la victoire des Boks beaucoup savourent la défaite des rosbeefs...mais attention il faudra faire les comptes au soir de notre match contre le XV de la rose lors du prochain Tournoi. Et là ce sera peut être plus compliqué à digérer :siffle:

Oui j'avoue, c'est mon cas et en plus je n'ai pas vraiment un grand feeling pour Eddie jones...

bien content de cette victoire sud af ...c'est même un peu la notre tellement la défaite des rosbeefs fait plaisir :clap:

Les Anglais ont cette grande qualité de fédérer rire  

t'as un peu la même chose en top 14 …
quand toulon perd toute la France est contente rire
jambe de grive
jambe de grive
J'aime l'Union passionnément
J'aime l'Union passionnément

Nombre de messages : 126
Localisation : toulon
Date d'inscription : 25/04/2017

Revenir en haut Aller en bas

Coupe du Monde 2019 au Japon - Page 31 Empty Re: Coupe du Monde 2019 au Japon

Message  Scalp Dim 3 Nov 2019 - 0:06

jambe de grive a écrit:
Scalp a écrit:
jambe de grive a écrit:
Scalp a écrit:
sudiste a écrit:Avant de se réjouir de la victoire des Boks beaucoup savourent la défaite des rosbeefs...mais attention il faudra faire les comptes au soir de notre match contre le XV de la rose lors du prochain Tournoi. Et là ce sera peut être plus compliqué à digérer :siffle:

Oui j'avoue, c'est mon cas et en plus je n'ai pas vraiment un grand feeling pour Eddie jones...

bien content de cette victoire sud af ...c'est même un peu la notre tellement la défaite des rosbeefs fait plaisir :clap:

Les Anglais ont cette grande qualité de fédérer rire  

t'as un peu la même chose en top 14 …
quand toulon perd toute la France est contente rire

Moi c'est plutôt quand c'est le MHR :chambreur:

_________________
« Le rugby c'est ma vie et ma vie c'est le rugby »   Christophe Urios
Scalp
Scalp
Centre de presse
Centre de presse

Nombre de messages : 10741
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 53

Revenir en haut Aller en bas

Coupe du Monde 2019 au Japon - Page 31 Empty Re: Coupe du Monde 2019 au Japon

Message  Scalp Dim 3 Nov 2019 - 0:10

https://www.lequipe.fr/Rugby/Article/Coupe-du-monde-le-titre-de-l-afrique-du-sud-comme-le-triomphe-des-mal-aimes/1076112

Coupe du monde : le titre de l'Afrique du Sud, comme le triomphe des mal-aimés

Surpuissants et réalistes, les Springboks se sont également montré inspirés en égayant cette finale de deux essais limpides. Et pourtant, ils déplaisent.

Coupe du Monde 2019 au Japon - Page 31 Captu484
À l'image de Sam Underhill stoppé par Malcolm Marx et Duane Vermeulen, les Anglais ont été muselés par les Springboks. (P. Lahalle/L'Equipe)

Pierre Michel Bonnot, à Yokohama

On se doute qu'il faudra davantage qu'un nouveau titre de champions du monde pour que les Springboks rejoignent dans le coeur des foules les All Blacks, parés de toutes les vertus du jeu et du cortège de valeurs fantômes qui les accompagnent.

Et pourtant, accoudez-vous au comptoir d'un pub d'Auckland, mettez votre tournée de Steinlager et demandez à tous les spécialistes du cru quel est le seul adversaire digne de lutter sérieusement avec les All Blacks. C'est à l'Afrique du Sud qu'iront tous les suffrages. Parce qu'ils ont été les seuls à rivaliser physiquement avec les rudes fermiers néo-zélandais, qu'ils ont remporté trois tests de plus que les Lions britanniques eux-mêmes en Nouvelle-Zélande (10 contre 7) et que, à chacune de leurs rencontres se joue un peu de la suprématie sur l'empire du Sud.

On pourra se demander légitimement si la face du monde aurait été changée si, d'un coup de coude fatal, mais parfaitement involontaire celui-là, Maro Itoje n'avait expédié Kyle Sinckler au tapis dès la troisième minute et plongé la mêlée anglaise dans un brouillard fatal. Ou faire la fine bouche sur cette finale, sauvage et belle, et réduire le triomphe springbok à une sinistre entreprise de découpe du rosbif en tranches fines entrelardées de concassées de rucks à la sauce chandelles. On pourra.

Reste que l'Afrique du Sud a été la seule à contre-attaquer franchement de son camp, qu'elle a franchi cinq fois de plus que son adversaire, qu'elle fut la seule à offrir à ses deux ailiers l'occasion de franchir la ligne d'en-but adverse et que sa finale fut plutôt ambitieuse.

Mais s'ils ont désormais dépassé les All Blacks à l'indice de performance, avec trois titres pour deux participations de moins, du temps du boycott anti- apartheid (1987 et 1991) ; si leur capitaine, symbole d'une mixité achevée, dégage un charme fou ; si Cheslin Kolbe est leur atout joie de jouer, on ne peut pas dire qu'ils séduisent. Parce que leur rugby a toujours été direct, brutal, dominateur jusqu'au mépris, et qu'ils sont formidablement armés pour le jouer ? Sans doute.

La force de Rassie Erasmus aura été de faire adhérer un groupe multi-ethnique à des valeurs de jeu si typiquement boers


Ça n'a jamais fait plaisir de se faire marcher sur le ventre. Surtout par des types suffisamment sûrs d'eux pour vous laisser le ballon afin de mieux vous châtier.

Au bout de vingt-cinq minutes, deux K.-O. de Sinckler et Mbonambi et une épaule démise de De Jager, la pelouse ressemblait plus à une scène de guerre qu'à une partie de cache-tampon au jardin d'enfants, et on n'est pas certain que cette finale extrême ait beaucoup fait pour la promotion du rugby auprès des ménagères de tous âges.

Jusqu'au Mondial 1995 et l'avènement du concept fugace de nation arc-en-ciel, ce rugby-là a été haï de la terre entière parce qu'il symbolisait la politique de l'apartheid et la volonté des Blancs d'étaler leur puissance physique à la face de la majorité noire. La force de Rassie Erasmus aura été de faire adhérer un groupe multi- ethnique à des valeurs de jeu si typiquement boers et, pour ce faire, de lui donner le premier capitaine noir de l'histoire pour guide. La démarche n'est pas si différente de celle d'Eddie Jones ramenant les Anglais vers leur naturel dominateur et un rien arrogant.

Mais si elle passe moins bien, c'est aussi que planent au-dessus du rugby sud-africain des soupçons de dopage vieux comme la déroute de la France en 1997 (52-10), au Parc des Princes, face à une équipe aux deux tiers asthmatique et soignée à la ventoline, au sein de laquelle évoluait Erasmus. La diffusion début septembre d'un impressionnant portrait de groupe en salle de musculation n'a fait que réveiller la rumeur.

Pour avoir fréquenté régulièrement l'Afrique du Sud depuis la tournée victorieuse de la France en 1993, on peut témoigner que les Boers sont, des plus jeunes aux plus anciens, d'une constitution hors du commun. On ajoutera que, dans l'état actuel des contrôles antidopages, ils ne sont ni plus ni moins suspects que les autres. Et qu'à l'heure de réceptionner le trophée Webb-Ellis, véhiculé dans un traîne-bûche incongru d'où émergeait Richie McCaw, ils méritaient surtout le respect pour avoir suivi leur étouffant plan de jeu sans la moindre saute de concentration et su, comme l'expliquait Kolisi, « placer les Springboks au-dessus de tout ». Si les jeunes Tricolores voient ce dont on veut parler...

_________________
« Le rugby c'est ma vie et ma vie c'est le rugby »   Christophe Urios
Scalp
Scalp
Centre de presse
Centre de presse

Nombre de messages : 10741
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 53

Revenir en haut Aller en bas

Coupe du Monde 2019 au Japon - Page 31 Empty Re: Coupe du Monde 2019 au Japon

Message  léopold Dim 3 Nov 2019 - 8:47

Parler de dopage à cette occasion me semble malvenu,pour avoir vu ce match il me semble qu'il ni avait pas photo ce jour là entre les deux équipes, quand tu joues mal, que tu rate des plaquages, que ton jeu aux pieds est approximatif que ta mêlée est légitimement sanctionnée, tu ne peux pas gagner.
léopold
léopold
J'aime l'Union à la folie
J'aime l'Union à la folie

Nombre de messages : 8110
Localisation : A Musard derrière les espoirs
Date d'inscription : 29/01/2008

Revenir en haut Aller en bas

Coupe du Monde 2019 au Japon - Page 31 Empty Re: Coupe du Monde 2019 au Japon

Message  patrick Dim 3 Nov 2019 - 11:20

léopold a écrit:Parler de dopage à cette occasion me semble malvenu,pour avoir vu ce match il me semble qu'il ni avait pas photo ce jour là entre les deux équipes, quand tu joues mal, que tu rate des plaquages, que ton jeu aux pieds est approximatif que ta mêlée est légitimement sanctionnée, tu ne peux pas gagner.

Oui les Sud-Af ont dominé les anglais ... et par commencer physiquement et ont mérité la victoire. Par contre, les fautes viennent rarement toutes seules. Une équipe sure d'elle face à son adversaire réussit souvent ce qu'elle tente. Là, les anglais ont pris la pression quasiment lors des 80 minutes et ont quasiment tout raté. Malheureusement, et ça ne date pas d'aujourd'hui, dans le sport de haut-niveau et après de longues périodes de préparation, quand un joueur ou une équipe a un ascendant fort sur son adversaire, l'histoire nous montre qu'on peut légitimement se poser des questions sur ce qui le lui a permis de faire la différence. Seulement l'entrainement, la psychologie et la tactique ou aussi une aide médicale optimisée qui va un peu (beaucoup) au delà du rééquilibrage biologique. L'épidémie Sud Africaine qui touche les vainqueurs de 95 fait planer quelques doutes que seule l'habitude des braais et du biltong a du mal à expliquer. Peut-être le pinotage :chambreur:

_________________
Tombé tout jaune dans le rugby.
Clear eyes, full hearts, can't lose!
Allez UBB
patrick
patrick
Admin
Admin

Nombre de messages : 20733
Localisation : Gradignan, Talence, Lescure, Musard ... ça dépend.
Date d'inscription : 25/01/2008
Humeur : On verra après les 4 prochains matchs ... :)
Age : 55

https://www.allezunion.com

Revenir en haut Aller en bas

Coupe du Monde 2019 au Japon - Page 31 Empty Re: Coupe du Monde 2019 au Japon

Message  Scalp Dim 3 Nov 2019 - 12:54

https://www.lequipe.fr/Rugby/Article/Coupe-du-monde-l-afrique-du-sud-a-brise-le-reve-de-victoire-des-anglais/1076174

Coupe du monde : l'Afrique du Sud a brisé le rêve de victoire des Anglais

Depuis quatre ans, les Anglais ne construisaient que pour le titre mondial. Samedi, ils ne pouvaient que contempler les ruines de leur rêve brisé.

Dominique Issartel

Sur le podium, les Anglais défilent un par un, abasourdis, groggy, dépités, pour recevoir leur médaille d'argent des mains de Bill Beaumont, le président anglais de World Rugby.

Sans se concerter, ils ont tous le même réflexe et l'enlèvent, à peine enfilée, comme si elle leur brûlait la poitrine, concentré insupportable de toute leur tristesse. Dan Cole, lui, n'a même pas voulu qu'on la lui passe autour du cou et la glisse dans son short. Se dit-il qu'il ne la mérite pas, lui qui a coûté douze points, se faisant pénaliser trois fois en mêlée et une fois pour avoir écroulé un maul ? Le pilier droit restera invisible après la défaite.

Johnny May, les yeux rougis au sortir du vestiaire, parlera à sa place, à la place de chacun de ses coéquipiers : «Nous allons garder ces médailles, et je suis sûr qu'une fois qu'on aura un peu de recul et qu'on aura réintégré nos corps et nos âmes déchirés, on réalisera que c'était quelque chose d'avoir participé à ça. Il y a eu des moments formidables... Je ne pouvais pas faire plus, l'équipe ne pouvait pas faire plus. C'est fini, on n'y peut plus rien.»

À 32 ans, après avoir bossé comme un fou pour récupérer sa place dans le groupe des 31 joueurs retenus par Eddie Jones, Dan Cole a dû remplacer Kyle Sinckler, K.O. dès la 3e minute, et subir les assauts sud-africains pendant trop longtemps. «Avant qu'il n'entre sur le terrain, raconte Joe Marler, son vieux pote, sorti de sa retraite pour vivre la Coupe du monde, je ne lui ai rien dit de spécial. Je lui ai demandé s'il voulait que je l'échauffe et, comme il ne voulait pas, je l'ai fait quand même.»

En première mi-temps, les Anglais vont se faire humilier à quatre reprises lors de mêlées fermées où l'arbitre français, Jérôme Garcès, estime qu'ils ne poussent pas droit. «Jérôme avait décidé qu'il mettrait son grain de sel en mêlée, estime, lui, Marler. Grand bien lui fasse. Ça a été très compliqué de le faire changer de perception.»

L'entrée du pilier gauche, à la 46e minute, à la place de Mako Vunipola, coïncidera avec le seul vrai temps fort de la partie pour les Anglais. Une poussée enfin rectiligne et le capitaine Owen Farrell ramènera les siens à six points (9-15, 50e), avant de rater quasiment le même but quatre minutes plus tard. Eddie Jones : «On a été pris dans certains secteurs d'entrée de match et on n'a pas pu s'en sortir. La mêlée a tout de suite souffert et ça a affecté le reste de l'équipe, on n'a pas pu jouer en avançant. Quand tu ne joues pas en avançant, tu as l'air d'une équipe qui manque d'idées, d'une équipe qui manque d'énergie, qui a l'air fatiguée. Imperceptiblement, quelque chose se passait mal et on n'a pas trouvé la solution.»

«Les trucs comme aujourd'hui nous rappellent combien on a peu de contrôle sur les événements» - Tom Curry, flanker anglais

Tour à tour, ceux qui s'expriment, désespérés, essaient de se raccrocher aux branches. Ils disent et redisent le bonheur d'avoir été ensemble pendant ces dix dernières semaines, d'avoir été unis. Maro Itoje raconte que «le vestiaire ne ressemble pas exactement à une boîte de nuit. Mais on parle, on est solidaires, on se console. Vous imaginez bien que c'est très difficile... C'est le truc le plus douloureux que j'aie vécu, pas seulement en rugby... On voulait être champions du monde, c'est raté».

Du haut de ses 23 ans, le troisième-ligne Sam Underhill, un des deux «Kamikaze Kids» de l'équipe, avec Tom Curry, lâche : «Les trucs comme aujourd'hui nous rappellent combien on a peu de contrôle sur les événements. Tu peux faire de ton mieux, travailler comme un malade mais voilà... N'importe quelle équipe aurait pu prédire comment les Sud-Africains allaient jouer, cette puissance physique qui emporte tout. Mais les arrêter, c'est autre chose.»

Ils ne savent pas ce qui a cloché. Eddie Jones s'agace un peu : «Ce qui est sûr, c'est que je n'ai pas été capable de les aider à trouver une solution.» Trop de confiance après l'impressionnante victoire contre les All Blacks en demi-finales (19-7) ? «Notre match de la semaine passée ne nous donnait pas le titre, réplique le demi de mêlée Ben Youngs, un des seuls à essayer d'analyser le match. Ce soir (samedi soir), nous n'avons pas été assez bons. Nous n'avons jamais mis l'Afrique du Sud dans la situation de nous chasser. Et plus les minutes passent, plus vous sentez que ça devient dur. Le "momentum'' n'a jamais basculé en notre faveur. Mais est-ce qu'on pouvait s'entraîner plus dur ? Non. Et est-ce qu'on pouvait mieux s'entraîner ? Non.»

Sur le terrain, juste à la fin du match, le buste droit au milieu du cercle formé par ses coéquipiers, le capitaine Owen Farrell leur a dit : «Nous devons être fiers de notre parcours, nous formons une équipe unique et le rugby que nous avons parfois réussi à produire ici a été plus grand que tout ce que j'avais connu. Rappelons-nous cela et restons ensemble.»

Sûrement que, pour échapper à leur insupportable douleur, ils s'imaginent déjà repartir pour une nouvelle campagne. Pour fuir ce présent terrible, ils n'ont que deux solutions : plonger dans les souvenirs heureux ou échafauder un futur radieux, ensemble. Seul Eddie Jones, toujours cash et sans compromis, a compris : «Je sais ce qui arrive aux équipes : elles évoluent. Certains perdent l'envie, certains perdent la forme, d'autres se blessent, et des jeunes arrivent. Alors cette équipe-là, je sais déjà qu'elle est finie.» C'est vrai. C'est un peu triste.

Réaction d'Owen Farrell, capitaine de @EnglandRugby après sa défaite en #RWCFinal : "Notre première période était décevante..."#RWC2019 #ENGvRSA pic.twitter.com/XZqNareABv
— Rugby World Cup (@RugbyWorldCupFR) November 2, 2019

_________________
« Le rugby c'est ma vie et ma vie c'est le rugby »   Christophe Urios
Scalp
Scalp
Centre de presse
Centre de presse

Nombre de messages : 10741
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 53

Revenir en haut Aller en bas

Coupe du Monde 2019 au Japon - Page 31 Empty Re: Coupe du Monde 2019 au Japon

Message  Scalp Dim 3 Nov 2019 - 12:57

https://www.lequipe.fr/Rugby/Article/Coupe-du-monde-comment-l-afrique-du-sud-a-elabore-un-plan-pour-etouffer-l-angleterre/1076119

Coupe du monde : Comment l'Afrique du Sud a élaboré un plan pour étouffer l'Angleterre

Les Sud-Africains ont étouffé leurs adversaires lors de cette finale. Le fruit d'un travail précis établi par le sélectionneur Rassie Erasmus.

Alexandre Bardot et Renaud Bourel, à Yokohama

Depuis sa prise de fonctions en mars 2018, le sélectionneur sud-africain Rassie Erasmus a su bâtir son équipe, avec des joueurs hors norme, autour de plusieurs axes, que l'on a retrouvés lors de cette finale.

Des montées étouffantes


C'est probablement l'aspect le plus spectaculaire de la stratégie du boa sud-africain : la vitesse de ses montées défensives, à tous les endroits du terrain. Ça commence autour des rucks, souvent avec Du Toit, et ça se finit au large avec Mapimpi and Co. Avec cette rush defence, accentuée par la dureté des plaquages, les Boks empêchent la prise de la ligne d'avantage (seulement 1,6 mètre concédé par ballon porté en finale) et brisent les schémas offensifs adverses. Ils laissent aussi des espaces immenses au large, mais ce n'est pas un hasard si personne, pas même les All Blacks, n'a réussi à les exploiter durablement dans cette Coupe du monde.

Des rucks toujours contestés


Quasiment pas un ruck des adversaires des Boks ne se déroule dans la tranquillité. D'abord, il faut digérer le plaquage, souvent percutant. Ensuite, il y a toujours un Etzebeth ou un Mostert pour mettre un coup d'épaule, et même des Pollard et Mapimpi pour y aller gaiement quand la prudence la plus élémentaire voudrait qu'ils aillent se replacer sur la largeur. En contestant tous les rucks, l'Afrique du Sud ralentit les sorties de balle, ou les empêche, et contraint l'attaque adverse à y impliquer plus de soutiens.

Une attaque de défis


Les Springboks ont surpris en début de finale en écartant quelques ballons au-delà du premier centre. Mais leur naturel, basique et basé sur le défi, est vite revenu : jeu à une passe autour de De Allende ou des avants, coups de pied dans la boîte de De Klerk ou chandelles de Pollard sous lesquels Mapimpi et les autres se ruent allégrement, pour récupérer le ballon ou enfermer l'adversaire. Pragmatique quand on dispose de joueurs avec ces qualités (et ces défauts techniques), et efficace.

Une conquête assommante


Ce fut sans doute l'une des surprises de cette finale : le massacre de la mêlée anglaise, au moins une grosse mi-temps, par sa rivale sud-africaine. On ne saura jamais si l'histoire aurait été différente avec un Sinckler aux idées claires au moins cinquante minutes. Toujours est-il qu'après l'entrée de Dan Cole (3e), la suite ressembla à une longue séance de torture pour l'édifice britannique, emporté quatre fois d'affilée et concédant neuf points de pénalité sur ce seul exercice.

Déjà face au Japon en quarts (26-3), les Springboks avaient insisté sur ce secteur. En touche, Etzebeth ne déroba qu'une munition à l'alignement anglais, mais les sauteurs springboks marquèrent tout au long de la rencontre les sauteurs anglais afin de gêner leurs lancements de jeu avec une réelle efficacité.

Un banc de poids lourds


Rassie Erasmus nourrira peut-être un seul regret sur cette Coupe du monde : celui d'avoir choisi, lors du match inaugural perdu face aux All Blacks (23-13), un banc classique à cinq avants et trois trois-quarts. Dès la phase finale, le sélectionneur sud-africain réajusta sa stratégie en inscrivant six avants remplaçants, avec notamment les deux deuxième-ligne Mostert et Snyman, avec un seul mantra à l'attention des titulaires : donnez tout ce que vous avez pendant cinquante minutes, vos copains s'occuperont du reste. Là encore, face au quinze de la Rose, la recette fut payante. Malgré la blessure à l'épaule de De Jager (22e), Mostert, entré pour le suppléer, a terminé meilleur plaqueur de la rencontre (16). Même efficacité pour Marx, remplaçant de Mbonambi commotionné dans la même minute (22e) et crédité de 11 plaquages plus d'un sans-faute en touche. Une stratégie qui permit aux Boks de maintenir une pression physique intense et régulière sur leurs adversaires.

_________________
« Le rugby c'est ma vie et ma vie c'est le rugby »   Christophe Urios
Scalp
Scalp
Centre de presse
Centre de presse

Nombre de messages : 10741
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 53

Revenir en haut Aller en bas

Coupe du Monde 2019 au Japon - Page 31 Empty Re: Coupe du Monde 2019 au Japon

Message  Scalp Dim 3 Nov 2019 - 13:05

https://www.lequipe.fr/Rugby/Article/Pizzas-yakitoris-et-bieres-les-sud-africains-ont-bien-fete-leur-victoire-aux-vestiaires/1076113

Pizzas, yakitoris et bières, les Sud-Africains ont bien fêté leur victoire aux vestiaires

Spontanés et festifs, les nouveaux champions du monde ont régalé avec leur sens de la communion.

Karim Ben-Ismail, à Yokohama

Voilà, et de loin, le meilleur des écrins pour le trophée Webb-Ellis. La Coupe du monde de rugby, édition 2019, trône au milieu des pizzas pepperoni et des quatre-fromages au coeur du vestiaire des Springboks. Le trophée goûte à la joie, à la spontanéité et à la fête. Entouré d'un bel alignement de yakitori aussi, ces brochettes japonaises qui rappellent aux Sud-Africains leur «braii», barbecue traditionnel, élément de socialisation majeur, comme le rappelait avec à propos Rassie Erasmus, le coach des nouveaux champions du monde : «L'espoir, c'est quand vous jouez et que les gens regardent le match autour d'un bon braai en faisant abstraction pendant quatre-vingts minutes des clivages politique ou religieux, qu'ils se réunissent au lieu de se déchirer.»

Avant d'aller délivrer ce message, le coach a gobé une part de pizza roulée comme une fajita. Affamé, comme ses joueurs, qui ont su refermer les mâchoires de leur implacable défense sur les Anglais impuissants. Forcément, ils avaient soif aussi. Alors, le trophée Webb-Ellis a fait office de bock, de pinte, de formidable dans lequel chacun est venu s'abreuver. Entre deux danses traditionnelles. Puis le demi de mêlée Faf De Klerk, en slip aux couleurs du drapeau national, médaille d'or au cou, l'a porté à sa bouche comme un saint Graal. Après lui, les Sud-Africains ont fait tourner le divin récipient. Déshydratés après quatre-vingts minutes de combat total.

«Les capsules de caféine qu'on prend avant le match nous filent la pêche» - Steven Kitshoff


On a demandé au pilier Steven Kitshoff si ça faisait mal, une telle finale. On a eu l'impression que non : «L'adrénaline prend le dessus. Et puis les capsules de caféine qu'on prend avant le match nous filent la pêche. Des gars ont dit qu'ils étaient nazes, moi je pourrais repartir pour une centaine de minutes.»

Quand le prince Harry est entré dans leur vestiaire, le très spontané François Steyn lui a proposé une bière en l'invitant à un «cul sec». Il y est allé du bout des lèvres. Désignant la caméra présente, inquisitrice. Un rappel à l'ordre du protocole royal. «Je crois profondément que le rugby a la capacité de nous unir dans ce monde et je ne crois pas qu'un pays en ait plus besoin que le vôtre aujourd'hui.»

Avec cette victoire, c'est surtout l'Afrique du Sud, lointaine cousine du Commonwealth, qui se rappelle au bon souvenir de la Couronne à l'heure du Brexit. Avec les atouts de son enthousiasme, son sens du collectif, et ses si multiples différences aussi.

Il fallait les voir, ces Boks, au coup de sifflet final, s'enlacer avec une émotion que la vieille et frigide Angleterre semble refuser. Duane Vermeulen chialer dans les bras de l'entraîneur adjoint Matt Proudfoot. Tendai Mtawarira piquer un sprint vers l'entrée du tunnel pour recueillir ses trois enfants, sa fille aînée disposée à lui chiper sa médaille comme un ballon dans un ruck. Rassie Erasmus poursuivre ses joueurs avec un jéroboam de bière pour les asperger. L'immense Eben Etzebeth marcher, rasséréné, entre son épouse et leur fille. Tendresse qui succède aux impacts.

11


En 2019, l'Afrique du Sud compte 11 joueurs de couleur dans son effectif. Lors des précédents titres, les Sud-Africains en comptaient seulement 5 en 2007 et un seul en 1995.

Le terrain a pris des allures de garden-party, enfants et épouses s'invitant pour rejoindre leurs champions. «Ils ne sont pas 31 mais bien plus, pointe Thierry Dusautoir, l'ancien capitaine des Bleus. C'est une famille ! Ça m'avait marqué, déjà, de voir ça en demi-finales.» Une belle et grande famille emmenée par Siya Kolisi que le coach Erasmus et Faf De Klerk devront pousser pour qu'il accepte de soulever, seul, cette Coupe du monde.

_________________
« Le rugby c'est ma vie et ma vie c'est le rugby »   Christophe Urios
Scalp
Scalp
Centre de presse
Centre de presse

Nombre de messages : 10741
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 53

Revenir en haut Aller en bas

Coupe du Monde 2019 au Japon - Page 31 Empty Re: Coupe du Monde 2019 au Japon

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 31 sur 32 Précédent  1 ... 17 ... 30, 31, 32  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum