AllezUnion.com, Forum des supporters de l'Union Bordeaux Bègles - Rugby
Un forum est comme un vestiaire, quand on y rentre on dit bonjour. Pensez donc à vous connecter, ça vous assurera également une visibilité parfaite ;o)

Enregistrer et activer un compte prend 3 minutes. Seule une adresse email valide est nécessaire. Ne soyez pas timide, Allez y !

AllezUnion.com

Rejoignez le forum, c’est rapide et facile

AllezUnion.com, Forum des supporters de l'Union Bordeaux Bègles - Rugby
Un forum est comme un vestiaire, quand on y rentre on dit bonjour. Pensez donc à vous connecter, ça vous assurera également une visibilité parfaite ;o)

Enregistrer et activer un compte prend 3 minutes. Seule une adresse email valide est nécessaire. Ne soyez pas timide, Allez y !

AllezUnion.com
Derniers sujets
» Barrage : UBB / Racing
par biscouette Aujourd'hui à 13:48

» UBB : Prolongations, Signatures, Départs pour 2024/2025
par Txalaparte Aujourd'hui à 13:48

» Madosh Tambwe
par Yatangaki Aujourd'hui à 13:47

» Autres Clubs
par Scalp Aujourd'hui à 13:45

» Bourse des places des matchs de l'UBB
par rdbordon Aujourd'hui à 13:44

» Musique !!!
par Scalp Aujourd'hui à 12:15

» Tevita Tatafu
par Scalp Aujourd'hui à 11:36

» 1/2 finale : UBB / Stade Français
par sudiste Aujourd'hui à 9:42

» Transferts (Autres clubs)
par Dr. Gregory Bouse Hier à 21:09

» LA FORMATION
par sudiste Hier à 18:24

» 1/2 finale : ST / LR
par Scalp Hier à 17:58

» Ben Tameifuna
par Thony Hier à 16:52

» Abonnement UBB et/ou adhésion UBB Fanes 2024-2025
par patrick Hier à 14:33

» Phases finales ProD2 2023/2024
par Scalp Hier à 14:20

» Matis Perchaud
par Scalp Hier à 12:51

» XV de France (partie en cours)
par Scalp Hier à 12:32

» Matthieu Jalibert
par Scalp Hier à 1:49

» Barrage : RCT / LR
par Dr. Gregory Bouse Dim 16 Juin 2024 - 18:11

» Dress-code à Chaban
par krahknardz Sam 15 Juin 2024 - 20:40

» Espoirs 2023-2024
par Yatangaki Sam 15 Juin 2024 - 20:18

» United Rugby Championship
par tire-bouchon Sam 15 Juin 2024 - 18:22

» Jean-Baptiste Dubié
par Scalp Sam 15 Juin 2024 - 16:12

» ils font briller la prod2
par biscouette Jeu 13 Juin 2024 - 19:36

» Autres joueurs
par Scalp Jeu 13 Juin 2024 - 16:18

» Bastien Vergnes-Taillefer
par Scalp Jeu 13 Juin 2024 - 15:06

» Champions Cup
par marchal Mer 12 Juin 2024 - 13:26

» Le rugby et son évolution
par marchal Mer 12 Juin 2024 - 13:25

» Cinéma, séries et littérature
par S.K.I.T.O Mer 12 Juin 2024 - 13:20

» 26e journée : UBB / Oyonnax
par marchal Mer 12 Juin 2024 - 12:57

» Lionnes 2023-2024
par Scalp Mer 12 Juin 2024 - 9:14

Le deal à ne pas rater :
Boîte Avant-Première Star Wars Unlimited – Ombres de la Galaxie : ...
Voir le deal

Tournoi des 6 Nations 2022

+26
Kerquillas
Vévé64
FrenchKick
Ante33
krahknardz
bleu et blanc
le radis
Tuhrah
DODO974
willoush
Vince33
Dr. Gregory Bouse
nadoloubb
Roberto Miopalmo
Big'Ben
patrick
Yatangaki
sudiste
SympathyForTheDevil
grospaquet31
marchal
léopold
densnewzealand
Switch
tire-bouchon
Scalp
30 participants

Page 35 sur 37 Précédent  1 ... 19 ... 34, 35, 36, 37  Suivant

Aller en bas

Tournoi des 6 Nations 2022 - Page 35 Empty Re: Tournoi des 6 Nations 2022

Message  Scalp Lun 21 Mar 2022 - 7:50

Tournoi des 6 Nations 2022 - Page 35 Capt3978
https://twitter.com/CapuozzoAnge/status/1505597382230216705

Scalp
Team modo
Team modo

Nombre de messages : 44280
Date d'inscription : 11/09/2018

Revenir en haut Aller en bas

Tournoi des 6 Nations 2022 - Page 35 Empty Re: Tournoi des 6 Nations 2022

Message  Scalp Lun 21 Mar 2022 - 7:57

Tournoi des 6 Nations 2022 - Page 35 Capt3980

_________________
« L'avenir, tu n'as pas à le prévoir, mais à le permettre »   Saint-Exupéry
Scalp
Scalp
Team modo
Team modo

Nombre de messages : 44280
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 56

Revenir en haut Aller en bas

Tournoi des 6 Nations 2022 - Page 35 Empty Re: Tournoi des 6 Nations 2022

Message  Scalp Lun 21 Mar 2022 - 12:28

6 Nations 2022 - XV de France. Cros fait fort, Woki confirme : le bilan des avants

https://actu.fr/sports/rugby/pro/6-nations-2022-xv-de-france-cros-fait-fort-woki-confirme-le-bilan-des-avants_49562773.html

_________________
« L'avenir, tu n'as pas à le prévoir, mais à le permettre »   Saint-Exupéry
Scalp
Scalp
Team modo
Team modo

Nombre de messages : 44280
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 56

Revenir en haut Aller en bas

Tournoi des 6 Nations 2022 - Page 35 Empty Re: Tournoi des 6 Nations 2022

Message  Scalp Lun 21 Mar 2022 - 12:28

XV de France: le jackpot pour les Bleus après le Grand Chelem

https://rmcsport.bfmtv.com/rugby/xv-de-france/xv-de-france-le-jackpot-pour-les-bleus-apres-le-grand-chelem_AV-202203210272.html

_________________
« L'avenir, tu n'as pas à le prévoir, mais à le permettre »   Saint-Exupéry
Scalp
Scalp
Team modo
Team modo

Nombre de messages : 44280
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 56

Revenir en haut Aller en bas

Tournoi des 6 Nations 2022 - Page 35 Empty Re: Tournoi des 6 Nations 2022

Message  Scalp Lun 21 Mar 2022 - 12:31

https://www.lequipe.fr/Rugby/Article/Bleus-comment-la-lnr-et-la-ffr-ont-travaille-ensemble-pour-le-grand-chelem/1323495

Bleus : comment la LNR et la FFR ont travaillé ensemble pour le Grand Chelem

Le Grand Chelem réussi par le quinze de France est aussi le résultat de l'effort des clubs professionnels et de la LNR, qui ont été associés à ce succès tant attendu.

Adrien Corée

Aux alentours de 11 heures ce dimanche, alors que de nombreux oiseaux de nuit se remettaient difficilement de leur mémorable soirée post-Grand Chelem, la Ligue Nationale de rugby et la Fédération française se sont fendues d'un communiqué commun pour saluer le succès du quinze de France qui « confirme la belle santé du rugby français ».

Une concorde pas si anodine que cela quand on se souvient de l'état déplorable des liens entre les deux institutions il y a quelques années, alors que la sélection vivait la pire crise de résultats de son histoire. Le conflit était larvé entre les clubs professionnels, employeurs des joueurs internationaux, et les bureaux de Marcoussis.

L'image du président de la LNR René Bouscatel, présent à la remise du trophée du Tournoi samedi soir aux côtés du patron de la FFR Bernard Laporte, illustre bien le réchauffement des relations. « Je tiens à remercier le président de la Fédération, Bernard (Laporte), d'avoir associé ostensiblement et publiquement la Ligue et les clubs professionnels à cette remise du trophée, salue Bouscatel. Ça ressemblait véritablement à une fête du rugby français. »

Les clubs du Top 14 ont fourni des efforts déterminants pour offrir aux quinze de France des conditions de préparation inédites : 42 joueurs ont ainsi été mis chaque semaine à disposition du sélectionneur Fabien Galthié lors du Tournoi. La politique des JIFF (quota pour les joueurs issus des filières de formation) mise en place il y a plusieurs saisons porte également ses fruits puisque les leaders actuels du quinze de France ont profité d'un temps de jeu plus conséquent pour s'affirmer au plus haut niveau.

« Nous avons installé entre les clubs pro et les équipes de France une dynamique de succès qui sert tout le rugby français »

Yann Roubert, président du LOU

Mais ces efforts ont un prix, et les doublons ont été nombreux en Championnat à cause de ce calendrier surchargé. Le Stade Toulousain, principal pourvoyeur de Bleus cet hiver (10 éléments), en a particulièrement souffert. « Les doublons sont bien sûr un gros handicap, insiste Bouscatel. Si je compte bien, à la fin de la saison, les clubs qui fournissent des internationaux auront joué 11 matches sur 26 journées sans ces joueurs. C'est énorme. Nous espérons que la phase régulière va se terminer de la meilleure façon et qu'elle n'aura pas trop pénalisé ces équipes. »

Si les clubs sont prêts aujourd'hui à réaliser ce sacrifice, c'est qu'ils savent que les excellents résultats des Bleus leur sont aussi bénéfiques. « Les victoires attirent les victoires et les talents d'aujourd'hui inspirent les talents de demain. Nous avons installé entre les clubs professionnels et les équipes de France une dynamique de succès qui sert tout le rugby français », a déclaré Yann Roubert, le président du LOU, dans le communiqué de dimanche.

Cette Union sacrée tiendrait-elle encore si les résultats du quinze de France venaient à se détériorer ? L'horizon de la Coupe du monde 2023 en France semble protéger la sélection des soubresauts institutionnels. « Il y a un but affiché et accepté par tous, c'est que nous aidions la Fédération et l'équipe de France pour aller le plus loin en Coupe du monde, affirme Bouscatel. Ce serait important pour le rugby français en général que les Bleus soient champions du monde à domicile en 2023. C'est le but commun. »

_________________
« L'avenir, tu n'as pas à le prévoir, mais à le permettre »   Saint-Exupéry
Scalp
Scalp
Team modo
Team modo

Nombre de messages : 44280
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 56

Revenir en haut Aller en bas

Tournoi des 6 Nations 2022 - Page 35 Empty Re: Tournoi des 6 Nations 2022

Message  Scalp Lun 21 Mar 2022 - 12:34

https://www.lequipe.fr/Rugby/Article/Bleus-le-grand-chelem-marque-le-debut-du-regne-sur-le-rugby-mondial/1323510

Le Grand Chelem marque le début du règne des Bleus sur le rugby mondial

Le talent et la jeunesse de l'équipe de France, ses nombreuses armes dans le jeu, l'esprit de recherche et la curiosité du staff : tout porte à croire que les Bleus sont promis à d'autres succès.

Frédéric Bernès et Renaud Bourel

En quittant le Stade de France samedi soir, un confrère anglais du Mail on Sunday a tapé sur notre épaule : « Bon, eh bien vous en avez pour dix ans ». S'adressant à un ressortissant d'un pays qui venait tout juste de sortir d'un tunnel sombre de douze ans, la prémonition fut accueillie avec une sorte de sourire diplomatique. Personne ne signe jamais aucun CDI avec la victoire.

Pour autant, la maturité dégagée par cette équipe, la façon dont elle a contrôlé ce Tournoi, l'engouement populaire qui la porte, la richesse de ses ressources (staff et réservoir de joueurs), sa moyenne d'âge et tant d'autres arguments créent chez de nombreux suiveurs l'impression que cette machine de France n'est pas près de dérailler. Qu'elle est même partie pour dominer, et dominer longtemps.

« Bien sûr il y a la Coupe du monde en France en 2023, mais cette génération doit tout autant viser la victoire en 2027 », soulignait récemment un membre du staff. Ce titre tant attendu ne peut qu'élargir la bulle d'apaisement qui entoure ces Bleus. « Les négociations pour la mise à disposition des internationaux la saison prochaine vont bientôt commencer et la dynamique des Bleus va évidemment aider », indique le président du Racing 92 Jacky Lorenzetti.

« Aucune raison pour que l'équipe ne continue pas à progresser »

Fabien Galthié, sélectionneur des Bleus

En gagnant enfin à la fin, l'équipe de France s'est retirée un gros caillou de la chaussette qui aurait pu devenir pesant à mesure qu'on s'approchait du Mondial. La voilà aujourd'hui gorgée de confiance, bien assise sur ses certitudes, au clair avec une stratégie de dépossession et de contre-attaque qui a fait ses preuves, effrayante dans le jeu au sol, endurante comme jamais.

Mais comme aime le dire Fabien Galthié, le sélectionneur, « le haut niveau, c'est vivre le chaos », c'est l'irrationnel qui vous guette au coin de la rue. Personne ne peut deviner à coup sûr les effets produits par la victoire contre les All Blacks (40-25) suivie de ce Grand Chelem dans la psychologie de cette équipe. Le temps du renouveau, de l'innocence et du plan de relance laissera demain la place à une tout autre forme d'attente, celle qui poursuit les équipes admirées partout, favorites tout le temps.

Dans ses causeries, Galthié a beaucoup utilisé le vieux ressort de la dépréciation, individuelle ou collective, ressentie ou fantasmée. Il a dit à Antoine Dupont avant le France - Nouvelle-Zélande de novembre que les All Blacks ne comprenaient pas qu'il ait pu être élu meilleur joueur du monde ; il a ensuite dit à tout son groupe, juste avant le dernier France-Irlande (victoire 30-24), à quel point tout le monde trouvait les Irlandais plus beaux et plus forts.

Pour peu qu'il ait vraiment fonctionné, ce levier de management n'a plus lieu d'exister désormais. « Quand on est dans une dynamique comme ça, on ne veut pas que ça s'arrête, disait Dupont samedi. Ça motive à continuer de travailler. »« On est à 26 ans de moyenne d'âge et moins de 20 sélections de moyenne, situait Galthié. On est sur le bon chemin, il n'y a aucune raison pour que l'équipe ne continue pas à progresser. »

Galthié jusqu'en 2027


Mi-janvier, avant même le début du Tournoi des Six Nations, nous vous révélions que des discussions avaient déjà débuté autour d'une prolongation du contrat de Fabien Galthié à la tête de l'équipe de France au-delà de la Coupe du monde 2023 en France. Les choses se sont accélérées dernièrement. Le sélectionneur du quinze de France, auréolé du premier Grand Chelem depuis 2010 et d'un ratio de 76 % de victoires depuis sa prise de fonctions, va prolonger son bail de quatre ans pour guider les Bleus jusqu'au Mondial 2027.
Bernard Laporte, le président de la Fédération, l'a annoncé en interne à la veille du match contre les Anglais. Restent plusieurs questions : comment son futur staff sera-t-il constitué ? Ses adjoints actuels resteront-ils en place également ? Quid de l'élection à la présidence de la FFR en 2024 alors que l'opposition à Bernard Laporte annonce la volonté de l'actuel président de la FFR de briguer un troisième mandat ? En 2020, pendant la campagne, Galthié avait laissé entendre qu'il aurait pu renoncer à son poste si Laporte avait été battu par Florian Grill...

Joueurs - Jeunes et sans complexe


La génération de joueurs qui vient de porter l'équipe de France vers le dixième Grand Chelem de son histoire remue depuis un moment déjà ce souvenir de 2007. Alors sélectionneur, Bernard Laporte avait piqué une des colères dont il a le secret, lors de la tournée de juin, en Nouvelle-Zélande. À l'époque, il avait été contraint de partir au bout du monde sans les demi-finalistes du Top 14.

Sur place, la presse néo-zélandaise, l'âme peu charitable, rivalisait d'ironie à propos de ce quinze tricolore « au rabais » tout juste bon à servir de sparring-partner aux grands All Blacks. Même le maître d'école Graham Henry y allait de ses petites pincées de sel sur la plaie. Agacé, l'actuel patron de la FFR avait lâché, lors d'un point presse aux aurores : « Je voulais lui dire à Graham Henry qu'on l'entendait moins quand il entraînait les Gallois et qu'il a la chance de faire sa carrière en même temps que McCaw, Carter et Rokocoko... »

Après 2023, le Mondial 2027 dans le viseur

La Nouvelle-Zélande avait infligé deux fessées à ses visiteurs avant d'être rattrapée par le karma et les Bleus de Laporte, quatre mois plus tard, en quarts de finale du Mondial (20-18). Pourquoi ce parallèle ? Parce que cette équipe de France, qui n'a pour l'heure affiché aucun travers d'arrogance, est, elle aussi, bâtie sur un groupe d'hommes d'une valeur sportive exceptionnelle. Il est sans doute encore un peu tôt pour installer leurs statues, mais Monsieur ou Madame Grévin peuvent commencer à passer des commandes, au moins pour Romain Ntamack, Antoine Dupont et Gabin Villière, pas les plus chers en matières premières. Avec seulement 26 ans de moyenne d'âge et 27 sélections de moyenne pour l'équipe qui a débuté face à l'Angleterre, samedi soir, elle a bien entendu le potentiel pour remporter la Coupe du monde qui se jouera chez elle, en 2023, quand sa jeunesse peut lui faire viser 2027 sans problème, sachant qu'émergeront forcément d'autres joueurs d'ici là.

Il s'agit, bien sûr, de l'une des raisons majeures de la volonté du sélectionneur de poursuivre sur un second mandat. Sur les neuf semaines écoulées, les rares et plus ou moins courtes blessures ou indisponibilités pour Covid auraient pu venir contrarier son sacre (Villière, Danty, Moefana, Taofifenua, Penaud, Jalibert, Ollivon). Elles n'ont finalement eu aucune incidence sur le niveau de performance.

Sa colonne vertébrale (2-8-9-10-15) apparaît désormais sans équivalent quand son quinze de départ ne laisse plus planer beaucoup d'interrogations. La seule question, aujourd'hui, est de savoir comment s'insérera un Charles Ollivon en pleine possession de ses moyens au milieu d'une troisième ligne aussi flamboyante. Un problème de riche parmi tant d'autres.

Adversaires - Qui trouvera l'antidote ? Et quand ?

Aujourd'hui, tous les sélectionneurs du monde et leurs analystes s'épuisent les yeux à dépiauter les matches des Bleus à la recherche d'un antidote. « Il n'y a pas une seule équipe dans l'histoire de ce jeu qui n'avait pas de faille dans son armure », insistait Eddie Jones avant de constater qu'il n'avait pas trouvé celle dans la cotte de mailles française.

Samedi soir, dans la bouche de nombreux anciens internationaux, revenait souvent le mot « injouables » pour qualifier ces Bleus. Même si ce vocabulaire peut sembler excessif, il suggère bien des choses : le caractère complet de cette équipe, avec ou sans le ballon, sa faculté à s'adapter à différents scénarios, sa robustesse physique et ses fulgurances offensives...

En trois ans, l'équipe de Galthié a donc battu trois fois sur trois l'Irlande, gagné deux fois à Cardiff et une fois en Australie, fait valser les All Blacks et jaillir un Grand Chelem. Avant la prochaine Coupe du Monde, il ne lui reste plus qu'à passer le test ultime contre les champions du monde sud-africains, en novembre prochain.

Un test qui s'annonce dantesque et instructif parce que les Bleus vont se confronter à une équipe elle aussi surarmée dans les rucks, elle aussi spécialiste de la dépossession et du jeu au pied à outrance, pas vraiment dépourvue de puissance physique non plus mais qui ne possède pas les fulgurances françaises dans les transitions.

Non seulement ce match permettra d'en apprendre davantage sur le quinze de France face à l'équipe la plus intense et la plus dense du circuit mais il pourra aussi servir pour plus tard, une collision avec les Springboks dès les quarts de finale du Mondial 2023 restant une hypothèse crédible.

Staff - Pointu d'abord, pléthorique ensuite

On ne peut pas dire que le staff manque de bras. Une vraie PME. Pourtant ce qui aurait pu passer pour une lubie de mégalo au départ, découlait en réalité de la conviction très claire de comment se structure un staff pour la très haute performance. La puissance de cette somme de compétences repose sur de multiples facteurs techniques et intellectuels. Il y a d'abord l'hyper spécificité des missions. Chaque entraîneur maîtrise son secteur sur le bout des ongles. Il est en recherche permanente de progrès, bien entendu, mais davantage encore d'évolution.

Créer son propre modèle

La façon dont ce Tournoi 2022 a été préparé pour aboutir au triomphe de samedi soir, ne préfigure en rien de la manière dont sera organisée la montée en puissance vers la Coupe du monde 2023. C'est un mouvement perpétuel qui a démarré en 2019, lors des stages précédents le Mondial au Japon.

Il a fallu combler le retard en se comparant aux meilleurs, puis innover, tout le temps, créer son propre modèle d'entraînement en fonction du matériel à disposition, en l'occurrence 42 joueurs et leurs qualités propres. Dans la foulée, le système a évolué sans cesse, sur la forme, le fond, par petites touches, en amenant de nouveaux protocoles de nutritions, entre autres et juste pour l'exemple.

L'autre conviction qui anime cet encadrement est que les certitudes rassurent, mais qu'elles empêchent d'avancer. Celui-ci se met donc en danger, tente des paris, comme ces deux semaines vacantes, avant et après le match n° 3 contre l'Écosse, où les joueurs se sont pris en charge à domicile, avec un programme personnel à accomplir avant de revenir à Marcoussis.

Enfin, il y a l'osmose professionnelle entre les personnalités, souvent très fortes, qui composent ce staff. Chacun comprend le rôle de l'autre et ce qu'il doit faire, s'intéresse à son secteur, l'envisage avec bienveillance, y contribue à l'occasion. Il n'y a pas de jalousie ni de pré carré, mais une réflexion commune et constante pour fonctionner ensemble. Une forme d'ingénierie version rugby, aujourd'hui sur le toit de l'Europe.

_________________
« L'avenir, tu n'as pas à le prévoir, mais à le permettre »   Saint-Exupéry
Scalp
Scalp
Team modo
Team modo

Nombre de messages : 44280
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 56

Revenir en haut Aller en bas

Tournoi des 6 Nations 2022 - Page 35 Empty Re: Tournoi des 6 Nations 2022

Message  Scalp Lun 21 Mar 2022 - 12:37

https://www.lequipe.fr/Rugby/Article/Gael-fickou-le-grand-chelem-n-est-qu-une-etape/1323516

Gaël Fickou : « Le Grand Chelem n'est qu'une étape »

Le centre du quinze de France, qui a connu les années de vache maigre, savoure son premier titre en bleu. Mais il se projette déjà sur le Mondial 2023.


Maxime Raulin

Gaël Fickou, qui fêtera ses 28 ans samedi, a reçu un beau cadeau avec une semaine d'avance avec le Grand Chelem. Le centre des Bleus (71 sélections) décroche ainsi son premier titre. Dimanche, en toute fin d'après-midi, il s'est posé quelques minutes pour évoquer « le meilleur moment de sa carrière ». La voix légèrement cassée, mais les idées toujours aussi claires, comme sur le terrain, Gaël Fickou explique comment le quinze de France a enfin soulevé un trophée après douze ans de disette. Mais le Racingman voit plus loin avec bien sûr la Coupe du monde 2023 dans le viseur.

« Vous venez de gagner le Grand Chelem avec l'équipe de France. Qu'est-ce que ça représente ?

C'est magique ! (il souffle) C'est magique par le résultat, mais au-delà du résultat, ce sont les émotions que nous avons ressenties avant, pendant et après le match. Il y avait une telle ambiance au Stade de France, une telle osmose avec nos supporters. Tout ça réunit, c'est juste incroyable !

Vous n'aviez jamais vécu de telles émotions ?


(il rigole) Non, je n'avais jamais vécu ce genre de chose car je n'avais jamais gagné de titre ! C'est la première fois depuis que je joue au rugby que je ressens une telle atmosphère. On s'est senti soutenu de bout en bout. On a le sentiment du devoir accompli car on a su rendre fier notre public. Pour moi, c'est la plus grande satisfaction. Gagner, c'est dingue, mais voir le regard des gens, des gamins, voir ce bonheur dans leurs yeux, c'est tellement fort. On joue pour eux. Nous, les joueurs, nous ne sommes rien. Cette communion est extraordinaire.

Arrivez-vous à ressentir ces vibrations, ce soutien, même pendant le match, dans le feu de l'action ?

On le ressent ! On se sent pousser, c'est hallucinant. C'était encore plus fort que face à la Nouvelle-Zélande en novembre (40-25). Il y avait un titre en jeu et nos supporters, comme nous, avaient envie d'en découdre.

On a le sentiment qu'il ne pouvait rien vous arriver face à l'Angleterre ?

Non. Tout peut arriver dans un match de rugby. Même si on était confiant, on n'est jamais serein à 100 %. On l'a maîtrisé et on l'a gagné.

Quand vous marquez le premier essai de la partie, qui lance les Bleus, vous vous dites quoi ?

J'étais très content. Mais je me dis surtout qu'il reste 70 minutes et que ça va être la guerre jusqu'au bout.

Au coup de sifflet final, qu'est-ce qui prédomine ? La délivrance ? La joie ? La fierté ?

Franchement, je ne pourrais pas le dire. J'avais l'impression de ne pas être dans la réalité. Je n'y croyais pas. Il y avait comme quelque chose d'irréel. Avec un peu de recul, c'est un mélange de plusieurs émotions : de la joie, de la fierté. J'ai aussi repensé à tous les moments de galère vécus avec cette équipe de France. Beaucoup de choses se sont bousculées dans ma tête.

Vous parlez de moments de galère. Depuis vos débuts en 2013, vous en avez connu un paquet. Est-ce qu'à un moment, vous vous êtes dit que ça ne changerait jamais ?


Je l'avoue, un moment, c'est ce que je me disais. Que ça ne s'arrêterait jamais. Mais quand Fabien Galthié et son staff sont arrivés, j'ai eu l'espoir que ça change. J'ai vu l'ambition de ce staff et du groupe, j'ai vu les nombreuses améliorations mises en place. De jeunes joueurs ont débarqué avec beaucoup de talent, même s'il y a toujours eu beaucoup de joueurs de talent en France. Mais la grande différence, c'est que ce staff nous a donné les clés et les armes pour rivaliser avec les meilleures nations.

Qu'est-ce qui a vraiment changé entre ces années...

(il coupe) Le staff ! La compétence du staff a été déterminante. Je ne dénigre pas du tout ce qui a été fait avant. Mais, aujourd'hui, il y a un staff très complet avec de la compétence dans chaque secteur de jeu.

Le groupe semble quand même composé de nombreux cracks...

(il coupe encore) J'ai joué avec des Picamoles, Maestri, Dusautoir, Michalak et je pourrais encore en citer. Du talent, je le répète, l'équipe de France en a toujours eu. Mais aujourd'hui, notre préparation a été poussée à l'extrême. La préparation physique, le médical, tout a évolué. Avec de la compétence, tu obtiens forcément de la régularité dans les performances et donc de la régularité dans les résultats. Sans oublier la confiance. Le travail entrepris depuis deux ans est enfin récompensé. Il y a eu des désillusions. On a appris, on va encore apprendre. Mais ce Grand Chelem n'est pas une fin en soi. Il reste encore un an et demi pour atteindre le sommet. Mais il est encore loin ce sommet. Il faudra rester humbles et continuer à travailler comme on le fait.

L'objectif suprême reste la Coupe du monde...

Évidemment ! Le Grand Chelem n'est qu'une étape. Une grande étape. Ce n'est pas rien. Mais il faudra encore gravir des échelons. On va être encore plus attendus. C'est plaisant.

La réception de l'Afrique du Sud en novembre, championne du monde en titre, que vous n'avez pas encore affrontée depuis l'arrivée de Fabien Galthié, est-ce le test ultime ?

Oui, exactement. Ce sera encore un énorme test, un énorme défi.

Vous avez fêté votre 71e sélection, vous vous rapprochez du Top 10 des joueurs les plus capés de l'histoire des Bleus.

Mon but n'est pas d'avoir le record de sélections, mais de gagner des titres. J'ai gagné mon premier titre samedi soir, j'en suis fier. Mais ça m'a donné encore plus d'appétit.

Beaucoup pensaient que vous étiez une sorte de chat noir qui ne gagne jamais rien...

(il se marre) Même moi, je me suis posé la question. Je me disais : "ce n'est pas possible de passer à côté !" Maintenant, on ne pourra plus le dire !

Est-ce le plus beau moment de votre carrière ?

Oui ! Mais j'espère qu'il y en aura d'autres. »

_________________
« L'avenir, tu n'as pas à le prévoir, mais à le permettre »   Saint-Exupéry
Scalp
Scalp
Team modo
Team modo

Nombre de messages : 44280
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 56

Revenir en haut Aller en bas

Tournoi des 6 Nations 2022 - Page 35 Empty Re: Tournoi des 6 Nations 2022

Message  grospaquet31 Lun 21 Mar 2022 - 13:03

Comment on se la pete..
grospaquet31
grospaquet31
J'aime l'Union à la folie
J'aime l'Union à la folie

Nombre de messages : 11121
Localisation : toulouse
Date d'inscription : 31/08/2015
Age : 50

Revenir en haut Aller en bas

Tournoi des 6 Nations 2022 - Page 35 Empty Re: Tournoi des 6 Nations 2022

Message  tire-bouchon Lun 21 Mar 2022 - 13:05

grospaquet31 a écrit:Comment on se la pete..

Surtout autour du terrain.
Et encore les élections ne sont pas encore à l' horizon.
le meilleur est à venir.
tire-bouchon
tire-bouchon
J'aime l'Union à la folie
J'aime l'Union à la folie

Nombre de messages : 1630
Localisation : Ehpad St-Emilion
Date d'inscription : 06/06/2011
Humeur : végétative
Age : 73

Revenir en haut Aller en bas

Tournoi des 6 Nations 2022 - Page 35 Empty Re: Tournoi des 6 Nations 2022

Message  Scalp Lun 21 Mar 2022 - 20:19

George : "Eddie Jones a la soutien total du groupe"

https://www.rugbyrama.fr/rugby/6-nations-2022-jamie-george-eddie-jones-a-la-soutien-total-du-groupe_sto8855764/story.shtml

Ça, c'est généralement le genre de mots qu'on entend avant un avis de décès, RIP Eddie :chambreur:

_________________
« L'avenir, tu n'as pas à le prévoir, mais à le permettre »   Saint-Exupéry
Scalp
Scalp
Team modo
Team modo

Nombre de messages : 44280
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 56

Revenir en haut Aller en bas

Tournoi des 6 Nations 2022 - Page 35 Empty Re: Tournoi des 6 Nations 2022

Message  Scalp Lun 21 Mar 2022 - 20:21

Tournoi des 6 Nations 2022 - Page 35 Capt3981
https://twitter.com/ArnaudCoudry/status/1505962019136196613

_________________
« L'avenir, tu n'as pas à le prévoir, mais à le permettre »   Saint-Exupéry
Scalp
Scalp
Team modo
Team modo

Nombre de messages : 44280
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 56

Revenir en haut Aller en bas

Tournoi des 6 Nations 2022 - Page 35 Empty Re: Tournoi des 6 Nations 2022

Message  Scalp Mar 22 Mar 2022 - 9:02

Tournoi : le Grand Chelem des Bleus vu par les photographes de « L'Équipe »

Tournoi des 6 Nations 2022 - Page 35 Capt1893
https://www.lequipe.fr/Rugby/Actualites/Tournoi-le-grand-chelem-des-bleus-vu-par-les-photographes-de-l-equipe/1323692

_________________
« L'avenir, tu n'as pas à le prévoir, mais à le permettre »   Saint-Exupéry
Scalp
Scalp
Team modo
Team modo

Nombre de messages : 44280
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 56

Revenir en haut Aller en bas

Tournoi des 6 Nations 2022 - Page 35 Empty Re: Tournoi des 6 Nations 2022

Message  Scalp Mar 22 Mar 2022 - 9:13

Crunch, le podcast rugby de L'Équipe : « Maintenant, les autres nations ne vont pas nous lâcher », décrypte Thibault Giroud

https://www.lequipe.fr/Rugby/Actualites/Crunch-le-podcast-rugby-de-l-equipe-maintenant-les-autres-nations-ne-vont-pas-nous-lacher-decrypte-thibault-giroud/1323674

_________________
« L'avenir, tu n'as pas à le prévoir, mais à le permettre »   Saint-Exupéry
Scalp
Scalp
Team modo
Team modo

Nombre de messages : 44280
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 56

Revenir en haut Aller en bas

Tournoi des 6 Nations 2022 - Page 35 Empty Re: Tournoi des 6 Nations 2022

Message  Scalp Mar 22 Mar 2022 - 15:13

https://www.lequipe.fr/Rugby/Article/Ce-que-les-stats-disent-du-grand-chelem-de-l-equipe-de-france/1323711

Ce que les stats disent du Grand Chelem de l'équipe de France

Les datas à l'issue du Tournoi illustrent une stratégie très claire des Bleus, entre économie offensive, prise de risques choisie et surinvestissement dans les rucks, le tout servi par un niveau physique exceptionnel.

Alex Bardot

Une équipe qui ne cède plus

Dans ce Tournoi, vingt et un essais ont été encaissés au-delà du cinquième temps de jeu. Aucun par l'équipe de France. Cette donnée raconte comment sa défense étouffe, provoque des turnovers ou coupe même l'idée de l'attaquer sur la longueur. Elle dit aussi la consistance physique des joueurs. Avant 2020, et même lors des deux derniers Tournoi (15 essais encaissés au-delà de cinq temps de jeu), ils finissaient toujours par céder, c'était su de tous ses adversaires, dont le grand jeu était de multiplier les phases ou d'accélérer les remises en jeu pour l'asphyxier.

En 2022, les Bleus ne craquent plus. Autre preuve : la gestion des fins de match. Pour la première fois dans le Tournoi depuis 2020, la France a un bilan positif (+ 19 points) sur la période des vingt dernières minutes (voir le graphique), Un élément qui est aussi en lien avec la nouvelle stratégie de coaching avec six avants sur le banc.

Des fins de matches enfin positives


Tournoi des 6 Nations 2022 - Page 35 Capt3986

La folie des grattages

Cet hiver, un adversaire de la France avait 7 % de chances de perdre le ballon quand il provoquait un ruck. C'est dire la pression colossale imposée dans ce secteur. Elle était déjà intense en 2020 (14 grattages) et 2021 (16), elle a quasiment doublé dans ce Tournoi (27 sur 386 rucks défensifs). Le mantra de Shaun Edwards (« pas un ruck facile ») est un peu excessif sur la forme, mais il amène les joueurs à se sublimer.

Grégory Alldritt est le numéro 1 du Tournoi dans l'exercice du grattage (6). La manière dont le numéro 8, joueur le plus sollicité offensivement (il a effectué à lui seul 14 % des collisions tricolores ballon en mains), s'implique aussi dans les rucks défensifs (52 disputés) est tout simplement phénoménale. Comme la réussite de Gaël Fickou et Gabin Villière dans l'exercice du grattage : chacun a piqué 4 ballons en seulement 20 rucks disputés.

92,3

Le pourcentage de ballons conservés par le pack tricolore dans les phases de conquête, touche et mêlée confondues. Seule l'Irlande a fait mieux. En touche, la présence d'un seul pur sauteur -Cameron Woki, visé par un peu plus d'un tiers des lancers (34,3 %)- n'a pas été préjudiciable offensivement, mais le XV de France a été en retrait sur les touches défensives (5 ballons piqués, contre 10 pour l'Irlande). En mêlée, il a été le moins sifflé (4 fois) et a poussé 9 fois l'adversaire à la faute.

Contre-attaque et offload, le made in France


Econome et aventureuse : c'est dans cette identité paradoxale que l'attaque de l'équipe de France se réalise. Concrètement, elle est celle du Tournoi 2022 qui a le moins baladé le ballon (496 courses et 577 passes). Son audace, elle se lit dans son goût pour les passes au contact, geste risqué mais formidable accélérateur de jeu. Selon les stats d'Opta mises à jour, les Bleus en ont effectué 50 (sur 459 collisions enregistrées, soit 10,9 % de percussions ponctuées par une passe). Le fait qu'on trouve trace d'un offload dans huit essais tricolores, et qu'à quatre reprises ces offloads ont été la dernière passe, montre que Baille et compagnie savent les utiliser à bon escient.

L'audace de la France, c'est aussi son goût pour la contre-attaque. Il n'est pas simple de remonter des ballons rendus au pied par ses adversaires mais, dans une réminiscence culturelle que l'on avait déjà aperçu ces deux dernières, les Bleus se sont jetés à corps perdu dans cet exercice. Si on ajoute, aux huit essais inscrits sur contre-attaque, celui marqué sur ballon récupéré, cela fait plus de 50 % des réalisations parties d'une situation où les Français n'avaient pas le ballon dans les mains au départ de l'action.

De plus en plus efficace en contre


Tournoi des 6 Nations 2022 - Page 35 Capt3987


0


La France est, avec l'Irlande, la seule nation à avoir bouclé le Tournoi sans écoper du moindre carton. En 2020, elle avait été sanctionnée de quatre « jaunes » et d'un « rouge ». En 2021, de trois expulsions temporaires et d'une exclusion définitive.

Le bonheur est dans le long pied

Un kilomètre à pied, ça use. Les souliers peut-être, mais surtout les adversaires des Bleus. Contrairement à la majorité des autres nations du Tournoi, qui opte pour la récupération, la France s'appuie sur une stratégie d'occupation dans son jeu au pied. Selon Opta, avec 5 424 m de longueur accumulés, elle a gagné 1 kilomètre de terrain de plus que l'Italie, l'Écosse et le pays de Galles, et même 2 de plus que l'Irlande, grâce notamment à la puissance des frappes de Jaminet et Dupont (voir le graphique). Les Bleus, qui manquent de chasseurs sous les ballons hauts, se sont adaptés. Eux renvoient l'adversaire loin dans son camp, et s'organisent pour l'étouffer s'il remonte le ballon, ou pour contre-attaquer s'il tape. Le bilan français en défense et sur les relances montre que la stratégie fonctionne.

Jaminet le plus puissant


Tournoi des 6 Nations 2022 - Page 35 Capt3988


_________________
« L'avenir, tu n'as pas à le prévoir, mais à le permettre »   Saint-Exupéry
Scalp
Scalp
Team modo
Team modo

Nombre de messages : 44280
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 56

Revenir en haut Aller en bas

Tournoi des 6 Nations 2022 - Page 35 Empty Re: Tournoi des 6 Nations 2022

Message  Scalp Mer 23 Mar 2022 - 7:41

https://www.lequipe.fr/Rugby/Article/Romain-ntamack-une-generation-habitee-par-la-gagne/1323823

« Une génération habitée par la gagne », les confidences de Romain Ntamack après le Grand Chelem

Après le Grand Chelem dans le Tournoi, l'ouvreur des Bleus et du Stade Toulousain a levé presque tous les trophées. Il ne lui manque que la Coupe du monde. Le rendez-vous est pris pour 2023.


Maxime Raulin

Mardi, quarante-huit heures seulement après la victoire face à l'Angleterre (25-13), synonyme de Grand Chelem pour l'équipe de France, Romain Ntamack était déjà de retour à l'entraînement avec le Stade Toulousain. En fin d'après-midi, dans les travées du stade Ernest-Wallon, balayé par de fortes rafales de vent, l'ouvreur des Bleus est revenu pour L'Équipe sur ce Tournoi 2022 qu'il a disputé dans son intégralité.

Souriant et toujours aussi clairvoyant dans ses réponses, « NTK » s'est remémoré sa joie et les fortes émotions ressenties au coup de sifflet final. Le Toulousain, qui a soif de titres, a déjà donné rendez-vous en 2023 avec comme objectif suprême de soulever la Coupe du monde. Avant de rentrer chez lui, Romain Ntamack, sa médaille autour du cou et son maillot tricolore sur les épaules, s'est prêté avec patience et élégance à l'exercice de la séance photos. Un champion, un vrai.

« Vous sortez de l'entraînement, vous n'auriez pas préféré vous reposer sur un transat, sous un palmier, à boire quelques cocktails ?


(Il souffle.) Si, forcément, on aurait aimé se reposer un peu. Le Tournoi a été très intense. Mais le club a besoin de nous. C'est donc important de se remettre dans le bain au plus vite et de remettre le bleu de chauffe avec le Stade Toulousain. Il reste quelques étoiles dans les yeux et on va se servir de cette expérience positive avec le quinze de France pour les prochaines échéances en club.

Romain Ntamack
22 ans.
1,86 m ; 86 kg.
Club : Stade Toulousain.
28 sélections (depuis 2019).

Sur l'échelle du kif, à combien étiez-vous au moment du coup de sifflet final de la victoire face à l'Angleterre (25-13) ?

Dix ! Même au-dessus ! C'est tellement difficile d'arriver au bout de cette compétition. Déjà gagner le Tournoi, c'est beau, alors le Grand Chelem... C'est si rare. Au coup de sifflet final, la pression est redescendue, c'est une énorme libération. Du soulagement aussi. On ne devait pas se rater. On était à la maison, face à l'Angleterre et il ne restait que ce match à gagner. On était sans doute un peu plus stressé que d'habitude, même si on ne l'a pas montré.

Vous laissez entendre qu'il y avait plus de pression, comment s'est-elle matérialisée ?

La semaine s'est déroulée normalement. C'est lors de l'arrivée au Stade de France. On a ressenti plus de tension. Ce n'était pas forcément négatif. Mais on s'est rendus compte que les supporters étaient au rendez-vous.

Le coup de sifflet final, est-ce le moment le plus fort ?


Personnellement, oui. C'est le moment où tu exploses ! L'après-match a été intense, mais quand l'arbitre siffle la fin du match, les émotions se bousculent. C'est de la joie, de la fierté, des frissons, tu sautes, tu regardes partout, c'est difficile à décrire. C'est une libération aussi. On se lâche. Tout le monde dit qu'on ne ressent pas la pression, mais c'est faux. Il y a du stress, de l'appréhension, c'est normal. Mais bizarrement, j'ai plus profité de l'instant à trois minutes de la fin. Les mêlées se succèdent, tu as douze points d'avance et tu sais que c'est gagné. Là, tu savoures. Avec Damian (Penaud), on a harangué la foule. Ce sont de bons moments. Même si on ne réalise pas forcément.

Votre coéquipier Antoine Dupont a versé quelques larmes. Et vous ?


(Il sourit.) Non. Mais ça prouve encore une fois tout l'enjeu et la pression autour de ce match. Et le bonheur que représente de gagner un titre avec son pays. On est tous attaché à cette équipe de France.

Avant cette 77e minute face à l'Angleterre, jamais vous ne vous êtes dit : "C'est notre année !"


Si, après le pays de Galles (victoire 9-13), on ne voyait pas comment on pouvait échouer si près du but, au Stade de France, face à l'Angleterre. C'était inimaginable. On n'allait pas lâcher maintenant.

Ça veut dire que le déplacement à Cardiff, c'était le match le plus compliqué du Tournoi ?

C'est surtout celui pendant lequel on a trouvé le moins de solutions offensives et celui avec le plus d'erreurs tactiques. Heureusement, c'est le plus abouti défensivement et au niveau de la discipline. On a pris conscience qu'on était capables de gagner sans trop jouer.

Et à l'inverse, vous êtes-vous vus perdre ce Tournoi ?


Non. Il n'y a jamais eu de doute. Même au pays de Galles, même si ça n'allait pas comme on voulait, on ne s'est pas affolés. On savait qu'on finirait par gagner et qu'on aurait notre destin entre les mains sur le dernier match. C'était ça l'objectif.

Pourquoi après deux échecs et deux deuxièmes places, cette année est enfin la bonne ?

On a beaucoup appris de nos échecs. Le staff a beaucoup travaillé. Le Tournoi a été dans la continuité de la tournée de novembre. On a gagné en régularité.

Après deux revers face à l'Écosse, ce succès à Murrayfield (17-36) a-t-il été la bascule vers le Grand Chelem ?


C'est vrai que mentalement, gagner en Écosse nous a fait beaucoup de bien. C'est notre match le plus abouti. Le staff a aussi bien géré le groupe et la récupération. Avant et après l'Écosse, nous avons bénéficié d'une semaine de repos contre deux-trois jours auparavant. Mentalement, ça a fait la différence. Ces deux coupures ont amené de la fraîcheur, décisive pour la fin de la compétition.

La France semble injouable...


Ça n'existe pas ! On essaie surtout de donner peu de solutions à nos adversaires. Ça passe par de nombreuses analyses stratégiques. On tente d'entrer dans la tête de nos adversaires. On devient difficile à battre. Après quelques années compliquées, la France était sans doute prise de haut par pas mal d'équipes. Ce n'est plus le cas. On est respectés. On est craints. On fait peur aussi. La France est de retour à sa place.

Quel est le risque aujourd'hui ? Un relâchement ?

Avec les mecs qu'il y a dans cette équipe, je n'y crois pas trop. Ce quinze de France va encore monter en puissance jusqu'à la Coupe du monde.

Vous évoquez vous-même la Coupe du monde. Ce Grand Chelem n'est donc qu'une étape vers le Mondial...

Exactement ! À chaque compétition, on veut cocher des cases jusqu'à la finale de la Coupe du monde. On en revient à la fameuse flèche du temps de Fabien Galthié (il sourit). C'est l'objectif. Mais il y en a d'autres avant de débuter cette compétition.

Le test ultime, est-ce l'Afrique du Sud en novembre prochain, les champions du monde que vous n'avez encore jamais affrontés ?

Je ne vois pas les choses comme ça. Désormais, nous sommes l'équipe à battre. N'oublions pas déjà la tournée au Japon cet été (2 et 9 juillet). C'est une équipe redoutable. Il faudra confirmer. Viendra ensuite la tournée de novembre. Mais oui, battre l'Afrique du Sud sera un objectif.

Ce Grand Chelem est-il finalement ce brin de confiance supplémentaire qui manquait à cette équipe ?

Oui, quand tu gagnes, tu engranges de la confiance, tu crois en ce que tu fais. Mais malgré nos deux deuxièmes places, les deux précédents Tournois nous ont servis pour monter le niveau de l'équipe.

Les Bleus n'ont plus de complexe ?

Quels complexes ? On n'a jamais fait de complexe !

L'équipe de France a connu quelques périodes compliquées..
.
À part Gaël (Fickou), peu de joueurs ont connu l'équipe de France en difficulté. La majorité des mecs ont gagné avec les moins de 20 ans, ça joue aussi sur nos bons résultats. Nous sommes une génération habitée par la gagne. On s'en nourrit. Ça transpire en nous. On a envie de gagner tout le temps, même au ping-pong ou aux cartes !

La France restait quand même sur douze ans de disette (Grand Chelem 2010). Ce titre peut-il servir de déclic ?


On espère. On a gagné une fois, on ne veut pas s'arrêter là.

En 2018, vous êtes champion du monde des moins de 20 ans, en 2019, vous êtes champion de France, en 2021, vous êtes champion de France et d'Europe, en 2022 vous gagnez le Grand Chelem, et en 2023...

C'est la Coupe du monde ! On se l'est dit avec Matthis (Lebel). Chaque année, on gagne un titre ! On espère qu'en 2023 ce sera la Coupe du monde. C'est l'objectif suprême.

C'est dans toutes les têtes ?


Oui, on y pense de plus en plus. Ça nous aurait vraiment embêté de ne pas faire le Grand Chelem. C'est un poids en moins. On l'a fait ! Il reste le Mondial.

En 2023, vous n'aurez que 24 ans. Si vous êtes champion du monde...

(Il coupe.) J'arrête ! (Il se marre.) En rigolant, on se pose la question avec mes partenaires du Stade Toulousain. J'ai dit à Cyril Baille que s'il arrête après le Mondial, je le suis ! Mais on n'a pas le même âge (Baille aura 30 ans en 2023). Non, j'en plaisante, mais je le répète, on a tous la Coupe du monde en tête !

Sauf que vous êtes un homme de record et que si vous soulevez la Coupe du monde en 2023, vous n'aurez qu'une idée en tête : faire le doubler en 2027 !


C'est ce qui m'anime, gagner, toujours gagner ! C'est bien beau de gagner un match de Top 14, mais un titre, c'est d'une autre saveur. Tu es gravé à vie. Tu veux revivre ces émotions chaque année. Donc oui, si on gagne la Coupe du monde 2023, on voudra encore gagner la suivante.

À seulement 22 ans et 28 sélections, vous avez déjà un énorme palmarès. Certains ont plus de 30 ans, plus de 50 sélections et n'ont jamais rien gagné. Est-ce que vous mesurez ?

J'en discutais avec ma maman à la fin du match contre l'Angleterre. C'est difficile de s'en rendre compte. Et pourtant, il y a cinq ans, j'étais simplement en tribunes. Depuis, j'ai beaucoup gagné. C'est juste incroyable. Bon ! J'espère simplement que je ne gagne pas tout au début pour ne plus rien gagner ensuite (il sourit). Mais plus j'y pense, plus je me dis que c'est fou ! Tous les ans, je gagne quelque chose. Je suis drogué à ça !

Vous avez disputé les cinq matches du Tournoi dans leur intégralité avec à chaque fois Antoine Dupont à vos côtés. Quelque chose se créé ?

L'ossature de l'équipe a été peu modifiée durant ce Tournoi. On a trouvé un bon équilibre, une bonne osmose. Il y a des automatismes. Les équipes qui gagnent sont les équipes qui tournent peu.

Avez-vous le sentiment d'avoir pris une option sur le numéro 10 ?

J'ai toujours dit que je voulais jouer 10. En novembre, il y a eu des expérimentations (il a joué au centre avec Jalibert à l'ouverture). On en a déjà parlé et ça pourra se refaire si besoin. Mais c'est à l'ouverture que je me sens le mieux. J'ai la sensation d'avoir fait un bon Tournoi. J'ai surtout le sentiment d'avoir trouvé ma place dans cette équipe.

On a pourtant le sentiment que vous touchez moins de ballons...

C'est vrai. C'est notre stratégie qui veut ça. Je ne ressens aucune frustration. Je m'éclate dans cette équipe. Mon rôle est de bien guider l'équipe, à faire jouer ou à prendre les initiatives quand elles se présentent. Et tant que ça gagne, ça me va.

La conséquence semble être que vous avez gagné en justesse...

Ce n'est pas faux. Quand tu touches moins de ballons, tu as moins le droit à l'erreur (il sourit). Mais je suis totalement épanoui.

Ce Grand Chelem, est-ce le moment le plus fort de votre carrière ?

Il fait partie des plus forts. Mais je ne peux pas dissocier ceux gagnés avec le Stade Toulousain. Même si les émotions sont différentes, je les mets au même niveau. C'est impossible de les classer. »

_________________
« L'avenir, tu n'as pas à le prévoir, mais à le permettre »   Saint-Exupéry
Scalp
Scalp
Team modo
Team modo

Nombre de messages : 44280
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 56

Revenir en haut Aller en bas

Tournoi des 6 Nations 2022 - Page 35 Empty Re: Tournoi des 6 Nations 2022

Message  densnewzealand Mer 23 Mar 2022 - 8:44

Bon tout le monde de est content. Moi aussi, bien sur. Mais les Suez derniers matchs on laisse le ballon, on fait dégage dans le fond de la cancha , et basta. On le voit dans les stats. Qui aurait pu croire un jour qu’on dominerait les anglo-saxons en terme de mètres gagnés au pied . Ça plus La Défense réglée aux petits oignons de Edward. Mais sans ça on ne sera pas champions du monde. Je suis admiratif de cette mécanique froide de précision défensive, mais on a un peu perdu notre âme. Je ne doutes pas qu’on voit des variations de jeu, mais ce n’est pas un club. J’ai bien vu quelques combines mais à cause de mains elles ne sont pas allées au bout.
densnewzealand
densnewzealand
J'aime l'Union à la folie
J'aime l'Union à la folie

Nombre de messages : 4126
Localisation : sud langonnais
Date d'inscription : 14/01/2017
Humeur : variable
Age : 61

Revenir en haut Aller en bas

Tournoi des 6 Nations 2022 - Page 35 Empty Re: Tournoi des 6 Nations 2022

Message  Scalp Mer 23 Mar 2022 - 8:44

Top 5 des plus beaux essais des Bleus durant le Tournoi

https://www.rugbyrama.fr/rugby/6-nations/2021/tournoi-des-6-nations-top-5-des-plus-beaux-essais-des-bleus-durant-le-tournoi_sto8856278/story.shtml

_________________
« L'avenir, tu n'as pas à le prévoir, mais à le permettre »   Saint-Exupéry
Scalp
Scalp
Team modo
Team modo

Nombre de messages : 44280
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 56

Revenir en haut Aller en bas

Tournoi des 6 Nations 2022 - Page 35 Empty Re: Tournoi des 6 Nations 2022

Message  densnewzealand Mer 23 Mar 2022 - 9:00

densnewzealand a écrit:Bon tout le monde de est content. Moi aussi, bien sur. Mais les Suez derniers matchs on laisse le ballon, on fait dégage dans le fond de la cancha , et basta. On le voit dans les stats. Qui aurait pu croire un jour qu’on dominerait les anglo-saxons en terme de mètres gagnés au pied . Ça plus La Défense réglée aux petits oignons de Edward. Mais sans ça on ne sera pas champions du monde. Je suis admiratif de cette mécanique froide de précision défensive, mais on a un peu perdu notre âme. Je ne doutes pas qu’on voit des variations de jeu, mais ce n’est pas un club. J’ai bien vu quelques combines mais à cause de mains elles ne sont pas allées au bout.
Désolé pour les fautes de frappes…
densnewzealand
densnewzealand
J'aime l'Union à la folie
J'aime l'Union à la folie

Nombre de messages : 4126
Localisation : sud langonnais
Date d'inscription : 14/01/2017
Humeur : variable
Age : 61

Revenir en haut Aller en bas

Tournoi des 6 Nations 2022 - Page 35 Empty Re: Tournoi des 6 Nations 2022

Message  Roberto Miopalmo Mer 23 Mar 2022 - 9:17

L’interview N’tamack sur son rôle laisse à penser que Matthieu n’aurait guère plus eu le ballon que le toulousain. Avec Dupont, on revient à la vieille tradition française, à savoir que c’est le 9 qui conduit le jeu, alors que chez les Anglo-Saxons c’est le 10 le véritable animateur.
Roberto Miopalmo
Roberto Miopalmo
J'aime l'Union à la folie
J'aime l'Union à la folie

Nombre de messages : 3609
Localisation : sur la table de massage
Date d'inscription : 25/10/2017

Revenir en haut Aller en bas

Tournoi des 6 Nations 2022 - Page 35 Empty Re: Tournoi des 6 Nations 2022

Message  Big'Ben Mer 23 Mar 2022 - 9:22

Roberto Miopalmo a écrit:L’interview N’tamack sur son rôle laisse à penser que Matthieu n’aurait guère plus eu le ballon que le toulousain. Avec Dupont, on revient à la vieille tradition française, à savoir que c’est le 9 qui conduit le jeu, alors que chez les Anglo-Saxons c’est le 10 le véritable animateur.

Ça s'est vu avec leur jeune numéro 10, je pense qu'il va sûrement devenir l'un des meilleurs 10 au monde à son poste s'il continue à progresser comme ça. Il est dangereux pour les lignes arrières, sont jeu au pied n'est pas encore parfaitement réglé mais ça viendra avec l'expérience... Si une équipe est construite autour de lui, ça fera des ravages.
Big'Ben
Big'Ben
J'aime l'Union à la folie
J'aime l'Union à la folie

Nombre de messages : 5346
Localisation : Angoulême
Date d'inscription : 21/11/2018
Humeur : Merde
Age : 32

Revenir en haut Aller en bas

Tournoi des 6 Nations 2022 - Page 35 Empty Re: Tournoi des 6 Nations 2022

Message  Scalp Mer 23 Mar 2022 - 9:24

densnewzealand a écrit:
densnewzealand a écrit:Bon tout le monde de est content. Moi aussi, bien sur. Mais les Suez derniers matchs on laisse le ballon, on fait dégage dans le fond de la cancha , et basta. On le voit dans les stats. Qui aurait pu croire un jour qu’on dominerait les anglo-saxons en terme de mètres gagnés au pied . Ça plus La Défense réglée aux petits oignons de Edward. Mais sans ça on ne sera pas champions du monde. Je suis admiratif de cette mécanique froide de précision défensive, mais on a un peu perdu notre âme. Je ne doutes pas qu’on voit des variations de jeu, mais ce n’est pas un club. J’ai bien vu quelques combines mais à cause de mains elles ne sont pas allées au bout.
Désolé pour les fautes de frappes…

Tu peux toujours les corriger Dens Wink

Pour rebondir sur ton propos, je vois l'EDF comme une équipe en construction, il fallait d'abord gagner des matchs, on est maintenant passé à l'étape où l'on gagne un titre, pour se faire on a construit sur des bases solides, défensives et plutôt restrictives, bien qu'on ait pu entrevoir le potentiel offensif de l'EDF sur des phases construites, souvent proche des lignes adverses, mais la plupart du temps il s'est exprimé dans les phases de récupération ou de désordre.

Réduire la prise de risque, gagner avant tout, gagner moche comme contre le PDG, ça nous a permis de gagner un titre, d'emmagasiner de la confiance, ça va nous permettre de passer à la phase suivante où l'on va pouvoir développer un jeu plus offensif pour élargir notre palette, c'est du moins ce qui me parait logique, tellement nous avons du potentiel à ce niveau. Évidement dans ce scenario, Jalibert aurait un rôle à jouer, de même que Moefana au centre, de là à dire que je prends mes désirs pour des réalités, il n'y a qu'un pas :chambreur: Galthié pourrait rester dans la continuité de ce qui a fait ses preuves et qui a donné des résultats et que nos adversaires ont déjà décryptés...

_________________
« L'avenir, tu n'as pas à le prévoir, mais à le permettre »   Saint-Exupéry
Scalp
Scalp
Team modo
Team modo

Nombre de messages : 44280
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 56

Revenir en haut Aller en bas

Tournoi des 6 Nations 2022 - Page 35 Empty Re: Tournoi des 6 Nations 2022

Message  Scalp Mer 23 Mar 2022 - 9:31

Big'Ben a écrit:
Roberto Miopalmo a écrit:L’interview N’tamack sur son rôle laisse à penser que Matthieu n’aurait guère plus eu le ballon que le toulousain. Avec Dupont, on revient à la vieille tradition française, à savoir que c’est le 9 qui conduit le jeu, alors que chez les Anglo-Saxons c’est le 10 le véritable animateur.

Ça s'est vu avec leur jeune numéro 10, je pense qu'il va sûrement devenir l'un des meilleurs 10 au monde à son poste s'il continue à progresser comme ça. Il est dangereux pour les lignes arrières, sont jeu au pied n'est pas encore parfaitement réglé mais ça viendra avec l'expérience... Si une équipe est construite autour de lui, ça fera des ravages.

Oui, c'est exactement ça, la tradition Française du 9 meneurs de jeu, Galthié en parlait dans un article que je n'ai jamais arrivé à retrouver sur le net, il parlait cette vision Française du rôle du 9, son rôle premier sur les actions et qui touche le plus grand nombre de ballons, réduit à un éjecteur de balle par les Anglo-Saxons.

_________________
« L'avenir, tu n'as pas à le prévoir, mais à le permettre »   Saint-Exupéry
Scalp
Scalp
Team modo
Team modo

Nombre de messages : 44280
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 56

Revenir en haut Aller en bas

Tournoi des 6 Nations 2022 - Page 35 Empty Re: Tournoi des 6 Nations 2022

Message  Roberto Miopalmo Mer 23 Mar 2022 - 9:49

Scalp a écrit:
Big'Ben a écrit:
Roberto Miopalmo a écrit:L’interview N’tamack sur son rôle laisse à penser que Matthieu n’aurait guère plus eu le ballon que le toulousain. Avec Dupont, on revient à la vieille tradition française, à savoir que c’est le 9 qui conduit le jeu, alors que chez les Anglo-Saxons c’est le 10 le véritable animateur.

Ça s'est vu avec leur jeune numéro 10, je pense qu'il va sûrement devenir l'un des meilleurs 10 au monde à son poste s'il continue à progresser comme ça. Il est dangereux pour les lignes arrières, sont jeu au pied n'est pas encore parfaitement réglé mais ça viendra avec l'expérience... Si une équipe est construite autour de lui, ça fera des ravages.

Oui, c'est exactement ça, la tradition Française du 9 meneurs de jeu, Galthié en parlait dans un article que je n'ai jamais arrivé à retrouver sur le net, il parlait cette vision Française du rôle du 9, son rôle premier sur les actions et qui touche le plus grand nombre de ballons, réduit à un éjecteur de balle par les Anglo-Saxons.
Je me demande à quoi est dû cette différence culturelle. Est ce vraiment un choix tactique institutionnalisé ou bien, notamment en France, c’est parce qu’on a souvent eu des 9 de très haut niveau et des 10 très corrects mais pas aussi flamboyant que leurs partenaires de charnière.
Roberto Miopalmo
Roberto Miopalmo
J'aime l'Union à la folie
J'aime l'Union à la folie

Nombre de messages : 3609
Localisation : sur la table de massage
Date d'inscription : 25/10/2017

Revenir en haut Aller en bas

Tournoi des 6 Nations 2022 - Page 35 Empty Re: Tournoi des 6 Nations 2022

Message  Scalp Mer 23 Mar 2022 - 9:57

Roberto Miopalmo a écrit:
Scalp a écrit:
Big'Ben a écrit:
Roberto Miopalmo a écrit:L’interview N’tamack sur son rôle laisse à penser que Matthieu n’aurait guère plus eu le ballon que le toulousain. Avec Dupont, on revient à la vieille tradition française, à savoir que c’est le 9 qui conduit le jeu, alors que chez les Anglo-Saxons c’est le 10 le véritable animateur.

Ça s'est vu avec leur jeune numéro 10, je pense qu'il va sûrement devenir l'un des meilleurs 10 au monde à son poste s'il continue à progresser comme ça. Il est dangereux pour les lignes arrières, sont jeu au pied n'est pas encore parfaitement réglé mais ça viendra avec l'expérience... Si une équipe est construite autour de lui, ça fera des ravages.

Oui, c'est exactement ça, la tradition Française du 9 meneurs de jeu, Galthié en parlait dans un article que je n'ai jamais arrivé à retrouver sur le net, il parlait cette vision Française du rôle du 9, son rôle premier sur les actions et qui touche le plus grand nombre de ballons, réduit à un éjecteur de balle par les Anglo-Saxons.
Je me demande à quoi est dû cette différence culturelle. Est ce vraiment un choix tactique institutionnalisé ou bien, notamment en France, c’est parce qu’on a souvent eu des 9 de très haut niveau et des 10 très corrects mais pas aussi flamboyant que leurs partenaires de charnière.
Peut-être, ou alors c'est le côté primesautier du 9, qui est le premier sur le ballon et qui peut tout de suite impulser une direction au jeu, c'est assez raccord avec le jeu à la Française, alors que côté Anglo-Saxon, le 10 a plus de recul sur l'action, le jeu est plus posé, plus structuré...

_________________
« L'avenir, tu n'as pas à le prévoir, mais à le permettre »   Saint-Exupéry
Scalp
Scalp
Team modo
Team modo

Nombre de messages : 44280
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 56

Revenir en haut Aller en bas

Tournoi des 6 Nations 2022 - Page 35 Empty Re: Tournoi des 6 Nations 2022

Message  tire-bouchon Mer 23 Mar 2022 - 10:32

Big'Ben a écrit:
Roberto Miopalmo a écrit:L’interview N’tamack sur son rôle laisse à penser que Matthieu n’aurait guère plus eu le ballon que le toulousain. Avec Dupont, on revient à la vieille tradition française, à savoir que c’est le 9 qui conduit le jeu, alors que chez les Anglo-Saxons c’est le 10 le véritable animateur.

Ça s'est vu avec leur jeune numéro 10, je pense qu'il va sûrement devenir l'un des meilleurs 10 au monde à son poste s'il continue à progresser comme ça. Il est dangereux pour les lignes arrières, sont jeu au pied n'est pas encore parfaitement réglé mais ça viendra avec l'expérience... Si une équipe est construite autour de lui, ça fera des ravages.

Son gros problème à Smith, c' est sa défense élastique, pour ne pas dire défaillante.
Et ça, c' est extrêmement problématique, car si ça se travaille, une défense, c' est surtout dans la tête avant tout.
Tous les grands demi-d'ouverture étaient ou sont des grands défenseurs.
tire-bouchon
tire-bouchon
J'aime l'Union à la folie
J'aime l'Union à la folie

Nombre de messages : 1630
Localisation : Ehpad St-Emilion
Date d'inscription : 06/06/2011
Humeur : végétative
Age : 73

Revenir en haut Aller en bas

Tournoi des 6 Nations 2022 - Page 35 Empty Re: Tournoi des 6 Nations 2022

Message  Dr. Gregory Bouse Mer 23 Mar 2022 - 10:42

Le problème se posera lors de l'absence de Dupont: les rôles concernant les choix de la stratégie des différentes formes de jeu, seront beaucoup plus partagés entre 9 et 10, ce qui sous-entend que le demi d'ouverture devra alors prendre plus de décisions et peser énormément sur l'animation offensive.
A ce jour, l'extravagante sobriété de RNT n'est pas faite pour me rassurer pour le cas où il devrait assumer la conduite collective du jeu...

Quand Dupont tousse, c'est RNT qui expectore... :chambreur:
Dr. Gregory Bouse
Dr. Gregory Bouse
J'aime l'Union à la folie
J'aime l'Union à la folie

Nombre de messages : 6006
Localisation : à l'arrière des taxis...
Date d'inscription : 17/02/2019

Revenir en haut Aller en bas

Tournoi des 6 Nations 2022 - Page 35 Empty Re: Tournoi des 6 Nations 2022

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 35 sur 37 Précédent  1 ... 19 ... 34, 35, 36, 37  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum