AllezUnion.com, Forum des supporters de l'Union Bordeaux Bègles - Rugby
Un forum est comme un vestiaire, quand on y rentre on dit bonjour. Pensez donc à vous connecter, ça vous assurera également une visibilité parfaite ;o)

Enregistrer et activer un compte prend 3 minutes. Seule une adresse email valide est nécessaire. Ne soyez pas timide, Allez y !

AllezUnion.com

Rejoignez le forum, c’est rapide et facile

AllezUnion.com, Forum des supporters de l'Union Bordeaux Bègles - Rugby
Un forum est comme un vestiaire, quand on y rentre on dit bonjour. Pensez donc à vous connecter, ça vous assurera également une visibilité parfaite ;o)

Enregistrer et activer un compte prend 3 minutes. Seule une adresse email valide est nécessaire. Ne soyez pas timide, Allez y !

AllezUnion.com
Derniers sujets
» COVID19 et finances du rugby pro
par le radis Aujourd'hui à 8:21

» Que deviennent nos anciens joueurs ?
par Roberto Miopalmo Aujourd'hui à 6:58

» Top 14 - 18ème journée : UBB / Pau
par krahknardz Aujourd'hui à 3:39

» Prolongations, Signatures, Départs pour 2021/2022
par patrick Hier à 23:57

» Top14 : autres matchs
par Scalp Hier à 23:33

» Le XV de France
par tire-bouchon Hier à 22:16

» espoirs 2020/2021
par sudiste Hier à 18:23

» Lionnes 2020-2021
par sudiste Hier à 18:21

» Musique !!!
par Scalp Sam 27 Fév - 16:06

» Super Rugby
par krahknardz Sam 27 Fév - 14:28

» Coupe du Monde 2023 en France
par sudiste Ven 26 Fév - 21:13

» France Bleu Gironde : La mêlée du lundi
par Scalp Ven 26 Fév - 18:17

» La Coupe du Monde 2023 du XV de France
par patrick Ven 26 Fév - 12:41

» Rugby et Coronavirus
par Scalp Jeu 25 Fév - 10:12

» Top 14 - 17ème journée : Brive / UBB
par Scalp Jeu 25 Fév - 9:47

» Vous avez dit JIFF?
par Kerquillas Mer 24 Fév - 23:43

» Les règles du Ruby
par sudiste Mer 24 Fév - 23:30

» Coupe d'Europe 2020-2021
par Switch Mer 24 Fév - 18:01

» Infirmerie 2020-2021
par sudiste Mer 24 Fév - 15:20

» Ah c'est beau le foot !
par MrScots Mer 24 Fév - 12:22

» Nathanaël Hulleu
par MrScots Mar 23 Fév - 23:41

» Top Rugby sur TV7
par Scalp Mar 23 Fév - 9:53

» Le XV de France
par marchal Lun 22 Fév - 15:09

» Jefferson Poirot
par Scalp Sam 20 Fév - 12:02

» Prolongations, Signatures, Départs pour 2021/2022
par Big'Ben Sam 20 Fév - 11:43

» Top14 - 15ème journée : Clermont / UBB
par marchal Ven 19 Fév - 15:28

» Cyril Cazeaux
par Scalp Ven 19 Fév - 14:31

» Matthieu Jalibert
par tire-bouchon Ven 19 Fév - 11:21

» Pro D2 : Autres matchs
par le radis Jeu 18 Fév - 19:13

» Ian Kitwanga
par le radis Jeu 18 Fév - 18:23


Rugby et Coronavirus

Page 5 sur 38 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 21 ... 38  Suivant

Aller en bas

Rugby et Coronavirus - Page 5 Empty Re: Rugby et Coronavirus

Message  Scalp Mar 22 Déc - 11:27

Switch a écrit:
krahknardz a écrit:
Switch a écrit:Pour moi c'est clair, c'est un complot judéo-maçonnique à la solde d'une nomenklatura bolchévique pédo-sataniste issue des Illuminati et des Reptiliens ! :chambreur:

Jeanne, AU S'COURS ! rire

Hm, tu me branches sur ton fournisseur? Je parie que Radis sera partant aussi, ça le changera de la mescaline!🤣🤣🤣

En ce moment mon fournisseur n°1 ce sont les Halles Paul Bocuse de Lyon (quenelles, jésus, saucisson brioché, pâté en croûte, andouillette à la fraise de veau, gnafron, tarte pralinée...) :chambreur:
Je crains même d'avoir commis le pêché de délaisser le Bordeaux pour des Côtes Rôties, des Crozes-Hermitage ou des St Joseph (de manière ponctuelle, heureusement) ! Désolé si je déçois rire

Switch tu as juste bon goût vin , j'ai bossé en stage chez un vigneron à Tain l'hermitage, et j'ai passé plusieurs mois dans la région, le temps de tomber amoureux de leurs vins, de leur magnifique Syrah. En plus des appellations que tu cites, j'ai un petit faible pour les Cornas, je suis juste moins fan de leurs blancs. En plus d'avoir de bons vins, cette région est magnifique, la vallée du Rhône vu (entre autres) des hauteurs de Tain-l'hermitage ou de Tournon, ça vaut le voyage.

Scalp
Centre de presse
Centre de presse

Nombre de messages : 8754
Date d'inscription : 11/09/2018

Revenir en haut Aller en bas

Rugby et Coronavirus - Page 5 Empty Re: Rugby et Coronavirus

Message  Switch Mar 22 Déc - 11:07

krahknardz a écrit:
Switch a écrit:Pour moi c'est clair, c'est un complot judéo-maçonnique à la solde d'une nomenklatura bolchévique pédo-sataniste issue des Illuminati et des Reptiliens ! :chambreur:

Jeanne, AU S'COURS ! rire

Hm, tu me branches sur ton fournisseur? Je parie que Radis sera partant aussi, ça le changera de la mescaline!🤣🤣🤣

En ce moment mon fournisseur n°1 ce sont les Halles Paul Bocuse de Lyon (quenelles, jésus, saucisson brioché, pâté en croûte, andouillette à la fraise de veau, gnafron, tarte pralinée...) :chambreur:
Je crains même d'avoir commis le pêché de délaisser le Bordeaux pour des Côtes Rôties, des Crozes-Hermitage ou des St Joseph (de manière ponctuelle, heureusement) ! Désolé si je déçois rire

_________________
Le rugby c'est comme la dinde : sans les marrons, c'est vulgaire.
Switch
Switch
Centre de presse
Centre de presse

Nombre de messages : 5928
Localisation : Lyon / Edinburgh
Date d'inscription : 30/04/2011
Humeur : Fonction de l'UBB
Age : 30

Revenir en haut Aller en bas

Rugby et Coronavirus - Page 5 Empty Re: Rugby et Coronavirus

Message  krahknardz Mar 22 Déc - 10:59

Switch a écrit:Pour moi c'est clair, c'est un complot judéo-maçonnique à la solde d'une nomenklatura bolchévique pédo-sataniste issue des Illuminati et des Reptiliens ! :chambreur:

Jeanne, AU S'COURS ! rire

Hm, tu me branches sur ton fournisseur? Je parie que Radis sera partant aussi, ça le changera de la mescaline!🤣🤣🤣
krahknardz
krahknardz
Team
Team

Nombre de messages : 4833
Localisation : Bègles
Date d'inscription : 07/07/2013
Humeur : Un essai de l'UBB et c'est toute la semaine qui prend des couleurs....
Age : 47

Revenir en haut Aller en bas

Rugby et Coronavirus - Page 5 Empty Re: Rugby et Coronavirus

Message  Scalp Mar 22 Déc - 10:33

Switch a écrit:Pour moi c'est clair, c'est un complot judéo-maçonnique à la solde d'une nomenklatura bolchévique pédo-sataniste issue des Illuminati et des Reptiliens ! :chambreur:

Jeanne, AU S'COURS ! rire

On se pose la question, c'est pourquoi je poste cet enquête du monde rire

_________________
« Le rugby c'est ma vie et ma vie c'est le rugby »   Christophe Urios
Scalp
Scalp
Centre de presse
Centre de presse

Nombre de messages : 8754
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 53

Revenir en haut Aller en bas

Rugby et Coronavirus - Page 5 Empty Re: Rugby et Coronavirus

Message  Switch Mar 22 Déc - 10:28

Pour moi c'est clair, c'est un complot judéo-maçonnique à la solde d'une nomenklatura bolchévique pédo-sataniste issue des Illuminati et des Reptiliens ! :chambreur:

Jeanne, AU S'COURS ! rire

_________________
Le rugby c'est comme la dinde : sans les marrons, c'est vulgaire.
Switch
Switch
Centre de presse
Centre de presse

Nombre de messages : 5928
Localisation : Lyon / Edinburgh
Date d'inscription : 30/04/2011
Humeur : Fonction de l'UBB
Age : 30

Revenir en haut Aller en bas

Rugby et Coronavirus - Page 5 Empty Re: Rugby et Coronavirus

Message  Scalp Mar 22 Déc - 9:57

https://www.lemonde.fr/sciences/article/2020/12/22/a-l-origine-de-la-pandemie-de-covid-19-un-virus-sars-cov-2-aux-sources-toujours-enigmatiques_6064168_1650684.html

A l’origine de la pandémie de Covid-19, un virus SARS-CoV-2 aux sources toujours énigmatiques

Par Stéphane Foucart

Enquête / Du pangolin à la chauve-souris, en passant par des expériences de laboratoire controversées, « Le Monde » a tenté de remonter jusqu’aux origines de l’épidémie, responsable de plus d’un million et demi de morts dans le monde.

Des animaux exotiques en cage, des « marchés humides » chinois : début 2020, des images frappantes font le tour du monde et gravent dans les esprits le scénario probable de l’émergence du Covid-19. Un pangolin malade, une chauve-souris passant par là, une recombinaison de deux coronavirus et un marché très fréquenté, où humains et animaux se côtoient dans la promiscuité : à Wuhan, de ce cocktail détonant serait sorti un virus redoutable et remarquablement bien adapté à l’espèce humaine, le SARS-CoV-2, responsable de plus d’un million et demi de morts et de la plus grave crise sanitaire mondiale depuis plus d’un siècle. Mais près d’un an plus tard, ce scénario apparaît de plus en plus fragile, voire caduc.

A mesure que les explications avancées dès le mois de février sont ébranlées par de nouvelles données, les autorités chinoises mettent en avant des hypothèses jugées très improbables par les experts. En particulier, l’idée d’une contamination importée de l’étranger en Chine par le biais de produits surgelés est suggérée, voire promue depuis l’automne par des médias d’Etat. De même qu’une arrivée possible de la maladie en Chine par le biais des Jeux militaires mondiaux, organisés en octobre 2019 à Wuhan.

Des médias officiels chinois ont même diffusé sur les réseaux sociaux, début septembre, une vidéo évoquant « 200 mystérieux laboratoires de biosécurité mis en place par l’armée américaine tout autour du monde », susceptibles d’avoir laissé s’échapper le nouveau coronavirus. Des manœuvres qui répondent aux provocations de Donald Trump, ce dernier ayant lui-même assuré à plusieurs reprises, sans les détailler, avoir des preuves de l’implication d’un laboratoire chinois dans la propagation de la maladie.

Que sait-on avec certitude ? « Actuellement, les travaux de phylogénétique, conduits sur l’histoire évolutive du SARS-CoV-2 dans le cadre du projet collaboratif Nextstrain, indiquent que le virus qui circule aujourd’hui sur tous les continents est originaire d’une souche apparue en Asie, très probablement dans la région de Wuhan, sans doute en novembre 2019 », dit la généticienne Virginie Courtier (CNRS), chercheuse à l’Institut Jacques-Monod.

A ce jour, il semble acquis que le réservoir naturel du nouveau coronavirus est une espèce de chauve-souris dont l’aire de répartition recouvre le sud de la Chine ou l’Inde. Mais l’hôte intermédiaire éventuel – l’animal censé avoir joué le rôle de « tremplin » biologique vers l’humain – demeure introuvable. Rien, aujourd’hui, n’incrimine le pangolin ou une autre espèce… Quant au marché de Wuhan, s’il a pu jouer un rôle dans la propagation du virus, il n’est plus a priori considéré comme le point de départ de l’épidémie.

Des experts internationaux cooptés par Pékin


La question du passage du SARS-CoV-2 à l’humain demeure ainsi ouverte. « A ce jour, toutes les hypothèses sont recevables pour expliquer l’émergence du nouveau coronavirus, dit le virologue belge Etienne Decroly (CNRS). Que ce soit celle d’une transmission à l’homme par des mécanismes de transfert et d’adaptation naturels, ou d’un accident de laboratoire. Il faut absolument réussir à se défaire du complotisme ambiant pour que chacune puisse être examinée scientifiquement, sans préjugés. »

Un examen qui revient à l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Début décembre, l’institution onusienne a annoncé la constitution d’un groupe d’une dizaine d’experts internationaux chargés d’enquêter sur l’émergence de la maladie. Composé de spécialistes de santé publique, de virologues, d’épidémiologistes et de zoologues, le groupe doit partir pour la Chine incessamment, pour travailler sur le terrain. Mais plus le temps passe, plus la probabilité de trouver s’amenuise. « Arriver sur place presque un an après le départ de l’épidémie réduit considérablement les chances de trouver des réponses, explique un ancien cadre de l’OMS. D’autant plus qu’il est illusoire de chercher le patient zéro d’une maladie dont une bonne part des cas sont contagieux tout en étant asymptomatiques. »

Ce ne sera pas le seul obstacle. Selon des informations du New York Times, les autorités chinoises ont négocié pied à pied les termes de l’enquête avec l’organisation onusienne, au détriment de l’indépendance de l’expertise. Non seulement les experts – bien que réputés – ont été cooptés par Pékin mais, selon les documents cités par le quotidien américain et que Le Monde a pu consulter, leur travail « s’appuiera (…) sur les informations existantes et viendra compléter, plutôt que dupliquer, les efforts en cours ou existants ». Ils ne seront donc pas fondés à reproduire les analyses de certaines données, mais devront parfois se contenter de travaux déjà conduits sous l’égide de Pékin.

Ce n’est pas la première fois que l’OMS avale une couleuvre. Mi-février, la première mission internationale envoyée par l’organisation onusienne, composée à parité d’experts chinois et étrangers, n’était au départ même pas autorisée à se rendre dans le Hubei. Seuls trois membres occidentaux de la mission avaient finalement pu passer quelques heures dans la région, en périphérie de Wuhan, sans pouvoir réellement enquêter.

Le marché, probable amplificateur


Très rapidement après le début de l’épidémie, des données épidémiologiques sont publiées dans la littérature scientifique internationale par des chercheurs chinois. Un tour de force. Dès le 29 janvier, l’équipe de George Gao, scientifique de réputation mondiale et patron du Centre de contrôle et de prévention des maladies (CDC) chinois, publie, dans le New England Journal of Medicine, une première étude d’ampleur, rassemblant les 426 premiers cas humains de la nouvelle pneumonie atypique.

Sur ces quelque quatre cents patients, plus de la moitié avaient un lien avec le marché. Des chiffres qui semblent plaider pour un rôle majeur de ce dernier mais, comme l’ont vite remarqué nombre d’observateurs, quatre des cinq premiers cas enregistrés, antérieurs à la mi-décembre, ne fréquentaient pas le fameux marché. Et aujourd’hui, dans ses rares prises de parole publiques, George Gao relativise le rôle du marché dans l’épidémie, qui pourrait avoir été un amplificateur de la nouvelle maladie plutôt que son point de départ.

Quant aux analyses conduites sur des échantillons prélevés sur les étals, elles n’ont toujours pas fait l’objet de publications dans la littérature scientifique. Le 22 janvier, les premières informations divulguées par le CDC chinois faisaient état de ce que, « malgré une campagne de tests intensive, aucun animal du marché n’a été jusqu’à présent identifié comme source possible d’infection ». Le CDC précisait aussi que « quinze échantillons environnementaux collectés dans l’aile ouest du marché ont été contrôlés positifs [au SARS-CoV-2] par des tests RT-PCR et des analyses de séquences génétiques ». Aucun détail sur la nature de ces échantillons n’a d’abord été apporté.

Des données plus précises sur le marché de Wuhan – un vaste espace de plus de 650 étals et près de 1200 salariés – n’ont été fournies à l’OMS que plusieurs semaines plus tard par les autorités chinoises. Une dizaine de vendeurs d’animaux sauvages vivants étaient présents fin décembre sur le marché, lit-on dans un mémo de l’organisation onusienne daté de juillet. Ces derniers « commerçaient notamment des écureuils, des renards, des ratons laveurs, des sangliers, des salamandres géantes, des hérissons et des cerfs sika ».

Des animaux d’élevage, sauvages et domestiques, étaient également échangés sur le marché, « en particulier des serpents, des grenouilles, des cailles, des rats de bambou, des lapins, des crocodiles et des blaireaux ». Nulle mention de chauve-souris ou de pangolins. Et sur plus de 330 échantillons collectés sur différents animaux du marché, aucun ne s’est révélé positif au SARS-CoV-2.

Le même mémo assure que, sur près de 850 échantillons collectés dans des évacuations d’eaux usées, une soixantaine se sont révélés positifs. Sans qu’il soit possible de savoir avec certitude si ces effluents provenaient d’humains ou d’animaux… Rien, en tout cas, qui permette, jusqu’à présent, d’identifier une espèce animale présente sur le marché qui aurait pu contaminer les chalands ou les employés.

Cette absence fait figure de casse-tête. Lors de l’épidémie due au SARS-CoV-1, en 2002, l’espèce suspectée d’avoir servi d’intermédiaire entre les chauves-souris et les humains – la civette palmiste – a été identifiée en quelques mois. De même, des traces du MERS-CoV (le coronavirus à l’origine de plusieurs centaines de cas de pneumonie sévère dans la péninsule Arabique) ont été détectées sur le dromadaire dès le printemps 2013, alors que le premier cas humain ne datait que de l’automne précédent.

En l’occurrence, impossible de détecter le SARS-CoV-2 chez le moindre animal. Or, selon la théorie dominante (et contestée par quelques-uns) du « débordement zoonotique » (zoonotic spillover), c’est l’installation d’une maladie virale dans une population d’animaux partageant certaines caractéristiques avec les humains et vivant à leur contact qui favorise le franchissement de la barrière d’espèces et la transmissibilité interhumaine. Ici, aucune intense circulation du nouveau coronavirus dans la faune ou des élevages n’a pu être mise en évidence jusqu’à présent – à l’exception de ceux contaminés par des humains, comme les visons d’élevage en Europe.

Le pangolin, coupable idéal


Ce vide ne demandait qu’à être rempli. « Quand tout le monde s’attend à ce qu’il y ait un hôte intermédiaire, le moindre petit indice, même très fragile, qu’on l’a enfin trouvé est susceptible de provoquer l’emballement, dit Roger Frutos, chercheur (Cirad) et spécialiste d’écologie des virus. C’est exactement ce qui s’est passé avec cette histoire de pangolins : ça a fait boule de neige. Tout le monde s’est mis à répéter qu’on avait enfin trouvé cet hôte intermédiaire, et quelque chose de probablement faux est devenu une évidence. »

Le 7 février, avant toute publication scientifique en bonne et due forme, l’université d’agronomie de Chine du Sud à Guangzhou annonce dans une conférence de presse avoir trouvé sur des pangolins des séquences génétiques de coronavirus semblables à 99 % à celles du SARS-CoV-2. On tient enfin l’hôte intermédiaire, celui qui arrange tout le monde : la découverte d’une civette infectée pourrait plonger Pékin dans l’embarras, les autorités chinoises s’étant engagées, après l’épidémie due au SARS-CoV-1, à lutter contre les élevages de ces petits carnivores prompts à transférer des virus aux humains. L’annonce est relayée – sur un mode interrogatif – par la revue Nature.

Quelques jours plus tard, trois équipes chinoises postent sur le site de prépublication bioRxiv et soumettent à de prestigieuses revues – Current Biology, PLOS Pathogens, Nature – des analyses de séquences génétiques prélevées sur des pangolins malades : des coronavirus partageant des similarités avec le SARS-CoV-2 y ont été détectés. En particulier, la protéine Spike (ou spicule) des coronavirus détectés sur ces étranges animaux ressemble fort à celle du nouveau coronavirus humain. Bien vite, l’écho donné à ces découvertes dépasse de loin leur portée réelle.

Alors que les articles de recherche finalement publiés quelques semaines plus tard sont très prudents sur l’interprétation de ces résultats et ne prétendent pas avoir découvert le coupable, l’idée que l’on pourrait enfin tenir l’hôte intermédiaire s’est déjà propagée à grande vitesse. Dans les médias, mais aussi dans la littérature scientifique.

Portées par le prestige des revues qui les publient, les trois études-clés sur le sujet sont mentionnées au total plus de 400 fois dans les semaines suivant leur publication. Un taux de citation considérable. Dans la quête du tremplin biologique grâce auquel le SARS-CoV-2 aurait pu transiter de la chauve-souris à l’être humain, le pangolin est désormais le coupable idéal.

« Ces spéculations reposent sur des analyses bio-informatiques, en particulier à partir de séquences génétiques déjà présentes dans les bases de données, proteste Roger Frutos. La manière dont ces études ont été communiquées a laissé entendre qu’on venait de découvrir des éléments nouveaux. La réalité est que ces analyses ont été faites sur des pangolins en provenance de Malaisie, saisis il y a longtemps par les douanes, à près de 1 000 kilomètres de Wuhan ! Ces pangolins ne sont jamais entrés en Chine. »

En outre, ces trois études-clés sont toutes fondées sur les mêmes prélèvements, opérés sur le même lot de pangolins saisis entre mars et juillet 2019 par les douaniers du Guangdong. Et ce, sans que la provenance des données utilisées soit toujours clairement précisée par les chercheurs, comme l’ont noté deux biologistes, Alina Chan (Broad Institute, MIT) et Shing Hei Zhan (université de la Colombie-Britannique) dans une prépublication. Et sans que les données brutes aient été rendues publiques. Interrogées, les revues Nature et PLOS Pathogens disent réexaminer les études qu’elles ont publiées sur le sujet, pour répondre aux questions soulevées.

Une erreur d’aiguillage


Le débat est vif. Le virologue Edward Holmes (université de Sydney), auteur d’une quatrième étude publiée en mars, également dans Nature, estime que « le soupçon que les séquences soient fausses est à la fois stupide et insultant ». Pour le biologiste australien, la quasi-identité de certaines séquences du coronavirus de pangolin avec celles du SARS-CoV-2 fait du petit mammifère un candidat pour le rôle d’intermédiaire. D’autant plus que d’autres de ces pangolins, saisis par les douanes du Guangxi, semblent également avoir été contaminés. De plus, rappelle-t-il, la première publication sur ce coronavirus de pangolin « date d’avant la pandémie ».

« Aujourd’hui, assure néanmoins Etienne Decroly, la majorité des spécialistes estiment que le pangolin n’est probablement pas l’hôte intermédiaire » du SARS-CoV-2. « La situation la plus à même de favoriser le passage d’un virus de chauve-souris à l’homme, c’est lorsqu’on a une circulation prolongée et pérenne du pathogène chez un hôte intermédiaire, explique le virologue français Meriadeg Le Gouil (université de Caen), spécialiste des pathogènes de chiroptères et de leur circulation. Typiquement, c’est ce qu’on a pu voir avec le virus Nipah en Malaisie, dans les années 1990. Des élevages de cochons étaient installés sur des plantations de manguiers fréquentées par des chauves-souris porteuses du virus. Les cochons ont été exposés de manière chronique aux excréments des chauves-souris, des cas de Nipah sont apparus après quelques années chez l’homme. »

Difficile d’envisager une telle configuration s’agissant du petit mammifère à écailles et de la chauve-souris incriminée, ajoute Roger Frutos. « L’espèce de pangolin incriminée vit dans les forêts de l’Asie du Sud-Est et son aire de répartition géographique ne recouvre même pas celle de l’espèce de chauve-souris qui porte le plus proche cousin du SARS-CoV-2 », explique le chercheur français. Des vétérinaires malaisiens ont voulu en avoir le cœur net : ils ont examiné des échantillons prélevés sur 334 pangolins saisis par leurs douanes entre août 2009 et mars 2019, et n’ont trouvé aucune trace du moindre coronavirus. Leurs travaux, publiés en novembre dans la revue EcoHealth, suggèrent que les pangolins sont sans doute contaminés de manière sporadique, peut-être par des humains, pendant leur transport en captivité.

Aujourd’hui, le SARS-CoV-2 demeure donc introuvable dans la nature. Mais absence de preuve n’est pas preuve d’absence : identifier formellement les hôtes naturels d’un virus peut s’avérer bien plus compliqué que chercher une aiguille dans une botte de foin.

L’histoire oubliée des mineurs de Mojiang

Avant de poursuivre, un retour en arrière s’impose. Le 25 avril 2012, un homme de 42 ans est admis à l’hôpital de Kunming, la grande ville de la province du Yunnan, à quelque 1 500 km au sud-ouest de Wuhan. Il est sujet à une toux persistante depuis deux semaines, souffre d’une forte fièvre et surtout d’une détresse respiratoire qui s’aggrave. Le lendemain, trois autres patients, âgés de 32 à 63 ans, frappés de symptômes semblables, sont admis dans le même établissement. Le surlendemain, un homme de 45 ans y est à son tour hospitalisé. Un sixième, 30 ans, les rejoint une semaine plus tard.

Tous partagent plus ou moins les mêmes symptômes de pneumonie sévère. Leurs scanners thoraciques indiquent une atteinte bilatérale des poumons, avec des opacités en verre dépoli, qui sont aujourd’hui reconnues comme relativement caractéristiques du Covid-19, bien que non spécifiques. Trois d’entre eux présentent des signes de thrombose, une obstruction des vaisseaux là encore assez typique des complications du Covid-19.

Tous ont en commun d’avoir travaillé dans une mine désaffectée à Tongguan, dans le canton de Mojiang. Une mine peuplée de plusieurs colonies de rhinolophes – dites « chauves-souris fer à cheval » – où les six hommes ont passé jusqu’à deux semaines à cureter les galeries du guano des mammifères volants. Trois d’entre eux meurent à l’hôpital, après respectivement douze, quarante-huit et cent neuf jours d’hospitalisation. Les deux plus jeunes en réchappent après un séjour de moins d’une semaine, tandis qu’un autre, âgé de 46 ans, ne sortira de l’hôpital de Kunming que quatre mois après son admission.

Au printemps 2020, l’histoire oubliée des mineurs de Mojiang refait surface sur les réseaux sociaux. Sur Twitter, un compte anonyme déniche un mémoire de master, mis en ligne sur la plate-forme officielle chinoise de publication des mémoires universitaires – thèses et masters. Le texte, rédigé en chinois par un certain Li Xu, donne un luxe de détails sur la maladie des six hommes. Celle-ci était connue et avait été brièvement rapportée par la presse scientifique : fin mars 2014, la revue Science avait relaté l’histoire, mentionnant la découverte, sur des rats vivant dans la même mine, d’un nouveau paramyxovirus (MojV), un virus d’une famille différente des coronavirus.

Mais aucune description précise des six cas cliniques n’avait jusqu’alors été publiée dans la littérature scientifique internationale. Et au printemps 2020, lorsque le mémoire de Li Xu est mis en circulation sur les réseaux sociaux, la ressemblance entre les symptômes des six mineurs de Mojiang et ceux du Covid-19 intéresse au plus haut point certains scientifiques. En particulier, deux microbiologistes indiens, Monali Rahalkar (Agharkar Research Institute) et Rahul Bahulikar (BAIF Research Foundation), feront une analyse du mémoire qui sera publiée en octobre dans la revue Frontiers in Public Health. La maladie des mineurs de Mojiang, assurent-ils, pourrait donner des « indices importants sur les origines du SARS-CoV-2 ».

Quel lien peut-il y avoir entre la maladie des mineurs de Mojiang de 2012 et le Covid-19 ? En quoi un saut dans le temps de près d’une décennie, assorti d’un détour de 1 500 km, permettrait-il d’y voir plus clair sur les origines du nouveau coronavirus ? L’histoire est digne d’un polar.

Un nouveau virus… et son jumeau


Le 23 janvier, les chercheurs du Wuhan Institute of Virology (WIV) postent sur un site de prépublication un article intitulé « Découverte d’un nouveau coronavirus associé à la récente épidémie de pneumonie chez l’homme et son origine potentielle chez la chauve-souris ». Ils y présentent le virus génétiquement le plus proche du SARS-CoV-2, qu’ils baptisent « RaTG13 », et publient le génome du nouveau venu, identique à 96,2 % au virus responsable du Covid-19. Seule information sur la provenance de RaTG13 : il a été détecté dans la province du Yunnan, sur une chauve-souris fer à cheval de l’espèce Rhinolophus affinis.

La proximité génétique entre les deux virus indique que le SARS-CoV-2 dérive bien d’un coronavirus de rhinolophe. Mais où RaTG13 a-t-il précisément été prélevé ? Dans quel contexte ? Les chercheurs du WIV ne le précisent pas. « Nous avons été un certain nombre à être surpris du peu d’informations donné par les auteurs, sur un virus dont la provenance est si capitale pour comprendre l’origine de l’épidémie ! », dit Etienne Decroly. Moyennant quelques amendements, l’étude est cependant acceptée par la revue Nature, qui la publie le 3 février. Sans plus de détails sur les circonstances de la découverte de ce nouveau coronavirus.

   « Le mémoire de Li Xu conclut que la pneumonie des mineurs était due à un virus de chauve-souris de type SARS-CoV », écrivent Monali Rahalkar et Rahul Bahulikar


Six semaines après la publication des chercheurs du WIV, Rossana Segreto, une biologiste de l’université d’Innsbruck (Autriche), cherche des correspondances entre le génome du nouveau venu et d’autres séquences génétiques publiées sur GenBank, la principale base de données publique de séquences génétiques. Surprise : elle découvre que RaTG13 a un jumeau.

Le 16 mars, la biologiste autrichienne poste un bref commentaire sur un forum de virologie, expliquant qu’un petit morceau de génome, présent de longue date dans la base de données, correspond exactement à une partie de RaTG13. Le jumeau, à l’époque baptisé « RaBtCoV/4991 », avait été publié par les chercheurs du WIV dans la revue Virologica Sinica, en 2016. Soit quatre années avant qu’il ne soit présenté au monde sous un autre nom. La publication indique qu’il provenait d’une campagne d’échantillonnage menée en 2013 dans une mine désaffectée du canton de Mojiang. Là où, en 2012, les six mineurs étaient tombés malades.

Toutefois, rappelle un chercheur français qui a travaillé avec les virologues de Wuhan, l’équipe du WIV n’est pas la seule, en Chine, à s’être intéressée à la mine de Mojiang : un laboratoire de Pékin y a également envoyé ses chasseurs de virus pour prélever et rapporter des échantillons.

En juillet, dans un entretien à la revue Science, la virologue Shi Zhengli, patronne du laboratoire P4 de haute sécurité du WIV, met fin aux interrogations. Elle confirme que RaTG13 n’est autre que RaBtCoV/4991, bel et bien prélevé sur une chauve-souris fer à cheval, dans la mine désaffectée du Yunnan. Mais le trouble n’est pas entièrement dissipé pour autant.

Dans un autre entretien à Scientific American, la virologue de Wuhan assure en effet que la pneumonie des mineurs de Mojiang était due à une infection fongique. Cette explication ne convainc guère Monali Rahalkar et Rahul Bahulikar : « Le mémoire de Li Xu conclut que la pneumonie des mineurs était due à un virus de chauve-souris de type SARS-CoV », écrivent-ils.

Une conclusion d’autant plus crédible à leurs yeux que le travail de l’étudiant précise que le diagnostic avait été posé par l’un des pneumologues chinois parmi les plus réputés, Zhong Nanshan, consulté pour l’occasion par les médecins du Yunnan et appelé aujourd’hui à assister les autorités de Pékin dans la gestion du Covid-19. Surtout, une thèse de doctorat citée par les deux chercheurs indiens – menée sous la direction de George Gao et soutenue en 2016 – revient brièvement sur l’histoire des mineurs de Mojiang, assurant que quatre d’entre eux présentaient des anticorps neutralisants (IgG) contre les coronavirus de type SARS.

Neuf coronavirus de type SARS

Pour autant, il est aujourd’hui impossible de déterminer avec certitude les causes de la maladie de Mojiang. « Contracter un coronavirus de chauve-souris dans de telles conditions n’est peut-être pas impossible, mais cela me semble peu probable, estime ainsi de son côté Meriadeg Le Gouil. Ce sont des virus fragiles, qui ne persistent que très peu de temps dans le guano. » Le doute persiste. « La coïncidence entre la maladie de 2012 chez les mineurs de Mojiang, les campagnes d’échantillonnage ultérieures et la découverte du plus proche virus du SARS-CoV-2 dans cette même mine justifient une enquête plus approfondie, écrivent les deux chercheurs indiens. Obtenir les données, ainsi que l’historique complet de cet incident, serait inestimable dans le contexte de la pandémie actuelle. »

Pressés de questions, les chercheurs du WIV ont commencé à répondre. A la demande de la revue Nature, ils ont publié le 17 novembre, plus de neuf mois après la publication princeps, une précision sur les conditions dans lesquelles RaTG13 a été collecté. Après l’incident des mineurs de Mojiang, écrivent-ils, « nous suspections une infection virale ». « Entre 2012 et 2015, notre groupe a échantillonné des chauves-souris une à deux fois par an dans cette grotte et collecté un total de 1 322 échantillons, poursuivent-ils. Dans ces échantillons, nous avons détecté 293 coronavirus très divers, dont 284 ont été classés comme alphacoronavirus et 9 comme betacoronavirus (…), ces derniers étant tous apparentés à des coronavirus de type SARS. » C’est l’un de ces neuf virus, ajoutent les chercheurs du WIV, qui a été renommé RaTG13 pour refléter l’espèce sur laquelle il a été prélevé (Rhinolophus affinis), la ville de prélèvement (Tongguan) et l’année de la collecte, 2013. Les chercheurs précisent que RaTG13 aurait été intégralement séquencé en 2018.

Quant aux mineurs, le laboratoire de Wuhan aurait reçu 13 échantillons sanguins de quatre d’entre eux, entre juillet et octobre 2012. Nulle trace de SARS n’y a selon eux été détectée – une affirmation qui contredit le mémoire de thèse de 2016 encadré par George Gao, que Le Monde a pu consulter. Les chercheurs de Wuhan précisent en outre avoir réitéré leurs analyses en 2020, sur les échantillons conservés depuis l’incident, avec le même résultat : pas d’infection virale de type SARS.

Reste que la précision publiée par les chercheurs du WIV suscite la surprise de certains de leurs pairs. « Il y a donc dans ce laboratoire de virologie huit autres coronavirus non publiés de type SARS, collectés dans cette mine, s’exclame Etienne Decroly. Sauf erreur, personne ne le savait ! »

Voilà qui ouvre une nouvelle question, que se posent plusieurs scientifiques interrogés par Le Monde : où se trouvent les séquences virales non publiées détenues par le WIV ? « Au cours de la dernière décennie, des centaines, voire des milliers de séquences d’agents pathogènes de la faune ont été collectées mais pas nécessairement publiées, dit la biologiste moléculaire Alina Chan (Broad Institute, MIT). Par exemple, nous avons appris que RaTG13 avait été séquencé en 2017 et 2018 mais que ces séquences n’ont été publiées qu’en 2020. Où ces séquences ont-elles été stockées ces dernières années ? Etait-ce seulement sur une base de données privée du WIV ? »

Une base de données disparue


En mai, un compte Twitter, anonyme et depuis supprimé, apporte peut-être un élément de réponse. Cet inconnu éphémère poste un lien vers une page Web archivée décrivant une base de données constituée en 2019 par les chercheurs du WIV. La page en question est un bref article signé des virologues de Wuhan, initialement publié sur le site de la revue China Science Data (Csdata.org), et dont il semble avoir été supprimé. Les virologues de Wuhan y expliquent que leur base comprend « des échantillons et des données sur les agents pathogènes viraux accumulés par [leur] groupe de recherche depuis longtemps » ajoutés « aux données publiées par des autorités internationales ».

   « L’idée que la pandémie puisse être le fait d’un accident de laboratoire ne peut être évacuée et il faut la considérer sérieusement », dit Etienne Decroly


Au total, peut-on lire, 22 257 échantillons y sont répertoriés. L’authenticité du bref article ne fait guère de doute : ce dernier est identifié par un DOI (digital object identifier), identifiant unique associé à chaque texte publié dans une revue savante. Les DOI sont délivrés par une organisation internationale, l’International DOI Foundation (IDF), qui maintient l’annuaire de référence associant chacun de ces identifiants avec l’emplacement sur le Web de l’article correspondant.

La consultation de cet annuaire indique que l’identifiant de l’article (10.11922/csdata.2019.0018.zh) a bel et bien été enregistré et qu’il pointe vers une page du site de China Science Data désormais introuvable. Non seulement l’article en question a disparu, mais les deux URL sur lesquelles est censée se trouver la base de données, sont vides. Contacté, le président du comité éditorial de la revue n’a pas répondu à nos sollicitations, pas plus que les chercheurs du WIV.

Les non-dits de l’institut de Wuhan sur l’épisode de Mojiang, la mise hors ligne de sa base de données sans explications, le refus de communiquer les carnets de laboratoire de ses chercheurs et les analyses contradictoires sur la maladie des mineurs : tout cela nourrit les interrogations de certains scientifiques.

Parmi les nombreux chercheurs interrogés par Le Monde sur leur conviction quant à l’origine du SARS-CoV-2, une majorité estime toutefois qu’un « événement zoonotique » demeure l’hypothèse la plus probable. « Il est par exemple possible que le virus ait été transmis à l’homme bien avant novembre 2019, et qu’il ait circulé à bas bruit dans la population sans être remarqué, explique la généticienne Virginie Courtier. Il aurait ainsi pu s’adapter à l’homme et devenir plus virulent après une mutation naturelle survenue à Wuhan en novembre 2019. En tout cas, il semble improbable qu’il ait été synthétisé au laboratoire car on ne retrouve pas ses séquences génétiques dans les bases de données disponibles. » Difficile, en somme, de construire un jeu de Lego si l’on ne dispose pas des pièces…

Un intrigant passe-partout

De nombreuses théories fantaisistes et affirmations invérifiables sur une supposée construction du virus ont été propagées depuis le début de la pandémie. En France, le Prix Nobel de médecine Luc Montagnier a même affirmé, sur la foi d’une prépublication rétractée depuis, que le SARS-CoV-2 portait des séquences du VIH intentionnellement insérées.

Aux Etats-Unis, une chercheuse chinoise originaire de Hongkong, Li-Meng Yan, a également multiplié spéculations et interventions médiatiques, avec le soutien de proches de Donald Trump, assurant par exemple que le nouveau coronavirus avait été synthétisé à dessein pour être une arme biologique.

Pour autant, dit Etienne Decroly, « bien que des études phylogénétiques excluent l’insertion de fragments du VIH dans le SARS-CoV-2, l’idée que la pandémie puisse être le fait d’un accident de laboratoire ne peut être évacuée et il faut la considérer sérieusement ». A mots couverts, Marion Koopman (université Erasmus, à Rotterdam), membre du groupe d’experts-enquêteurs de l’OMS, ne dit pas autre chose : « Tout est sur la table », a-t-elle déclaré fin novembre à la revue Nature.

Pourquoi le nouveau coronavirus fait-il flamber toutes sortes de théories ? En partie parce qu’il se distingue par une caractéristique qui intéresse au plus haut point les scientifiques et dont la réalité fait consensus. L’une des protéines de l’enveloppe du virus, dite « Spike » (ou spicule), présente une affinité remarquable avec le récepteur ACE2, à la surface des cellules humaines. Elle s’y colle volontiers. « Il faut se représenter cette protéine comme une clé et le récepteur cellulaire comme une serrure », illustre Bruno Canard, chercheur (CNRS) à l’université d’Aix-Marseille et spécialiste des coronavirus.

Dans le cas du SARS-CoV-2, la clé virale s’insère parfaitement dans la serrure cellulaire humaine. Mais elle est pourvue d’une sorte de cran de sécurité qui l’empêche de tourner, et donc de déverrouiller la porte d’entrée dans la cellule. « Chez ce virus, le cran de sécurité peut être cassé par une protéine humaine, appelée “furine”. Nous appelons cette caractéristique un “site de clivage par la furine”, explique le virologue. La furine fait sauter le cran de sécurité et ainsi, la clé peut tourner dans la serrure. »

L’infectivité du virus, sa capacité à attaquer différents organes et à infecter une variété d’espèces, lui est notamment conférée par ce fameux site de clivage par la furine (SCF), qu’Etienne Decroly et les chercheurs de l’équipe « Réplicases virales : structure, mécanisme et drug-design », à Aix-Marseille Université, ont été les premiers à détailler. Ce SCF est une singularité : aucun autre virus connu de type SARS n’en est pourvu.

De nombreux scientifiques ne voient dans cette singularité qu’un effet de l’évolution : hors la famille des types SARS, d’autres virus disposent de ce genre de passe-partout. D’autres chercheurs, minoritaires, n’hésitent pas à proposer des hypothèses alternatives, certaines publiées dans des revues scientifiques, suggérant que les caractéristiques du SARS-CoV-2 et son adaptation à l’homme puissent être le résultat d’expériences dites de « gain de fonction » et d’un accident de laboratoire.

Publié fin août par la revue BioEssays, un article de deux biologistes américains, Karl et Dan Sirotkin, argumentant en ce sens, est depuis quelques semaines le papier le plus consulté sur le site de la revue. « Cet article des Sirotkin est une hypothèse, prévient toutefois le microbiologiste et immunologiste Arturo Casadevall, professeur à l’université Johns-Hopkins. Je n’ai pas de problème avec la publication d’hypothèses scientifiques, mais je ne suis pas convaincu par leurs arguments. »

Des scénarios de science-fiction… bien réels


Ces expériences de « gain de fonction » consistent à forcer l’évolution d’un virus en répétant des infections sur des animaux de laboratoire, ou des cultures cellulaires. De telles expériences ont notamment été conduites avec la collaboration du WIV et publiées, comme par exemple en novembre 2015 dans la revue Nature Medicine. Leur objectif est de mieux comprendre la nature des modifications moléculaires qui augmentent la transmissibilité, la pathogénicité des virus, voire leur faculté à franchir la barrière d’espèces.

L’intérêt est réel, mais les risques aussi. De tels travaux ont été au centre d’un intense débat au sein de la communauté scientifique au début des années 2010 ; ils ont fait l’objet d’un moratoire entre 2014 et 2017, après la publication de travaux controversés sur des virus grippaux à potentiel pandémique, qualifiés dans la presse de « Frankenvirus ». Parmi les expériences semblables auxquelles le WIV a participé, certaines ont bénéficié de financements des National Institutes of Health (NIH) américains. Le Monde a requis des NIH l’accès à leur documentation sur le sujet, en vertu de la loi sur l’accès aux documents administratifs. Les NIH ont opposé une fin de non-recevoir, arguant du fait qu’une enquête était en cours.

L’erreur de manipulation et la sortie d’un agent pathogène de l’enceinte du labo ne sont pas seulement des scénarios de science-fiction, rappelle Etienne Decroly. « Dans les mois et les années qui ont suivi l’épidémie due au SARS-CoV, le virus est sorti à quatre reprises de différents laboratoires où il était étudié, explique le chercheur. A chaque fois, la chaîne de contamination a pu être interrompue, mais ce virus était plus aisément contrôlable. »

Le fait est en outre peu connu du public, mais des précédents existent. En particulier, la pandémie de grippe A (H1N1) de 1977 a été causée par une erreur de manipulation humaine, comme s’accorde à le penser l’ensemble de la communauté scientifique compétente. Un débat subsiste sur la nature de l’erreur en question (fuite accidentelle d’un laboratoire, essai vaccinal raté…) mais le génome du virus de type H1N1 qui circulait cette année-là, identique à celui qui circulait des décennies auparavant, ne laisse aucun doute sur le fait qu’il avait passé un long moment dans le congélateur d’un laboratoire – seul mécanisme susceptible d’avoir interrompu le rythme des mutations génétiques.

Le génome du SARS-CoV-2 recèle-t-il suffisamment d’informations pour que la question soit un jour tranchée ? « Le virus est vraisemblablement une mosaïque de plusieurs morceaux génétiques ayant des origines différentes, à l’instar de nos génomes, qui sont une mosaïque de nos deux parents : cet aspect démultiplie évidemment l’enquête sur ses origines, explique le biologiste Guillaume Achaz, professeur à l’université de Paris et spécialiste de dynamique des génomes et d’évolution moléculaire. Il existe des moyens d’analyser les taux de différents types de mutations qui sont intervenues sur une région du génome, et on pourrait ainsi voir si la partie du génome du SARS-CoV-2 qui a permis la transmission à l’homme a subi une pression de sélection plus forte qu’escompté. Avec un petit groupe d’autres scientifiques, nous allons tenter de trouver les moyens matériels et humains de travailler sérieusement sur la question. »

Selon M. Achaz, un an de travail permettrait d’aboutir à de premières indications. « Nous ne pourrons jamais parvenir à une preuve définitive, mais nous aurons au moins une sorte d’indice d’étrangeté », dit-il.

Un expert désigné par l’OMS en conflit d’intérêts

En attendant, malgré l’absence d’éléments probants, le débat est de plus en plus vif dans la communauté académique. « Je suis stupéfait des positions d’autorité qui sont prises par certains collègues, tranchant cette controverse dans un sens ou dans l’autre, dit Bruno Canard. Je vois parfois des collègues de très haut niveau, pour qui j’ai beaucoup d’estime, forger leurs opinions sans s’être vraiment penché sur les questions posées, sans avoir pris le temps de lire la littérature. »

Parmi les premières prises de position tranchées qui ont contribué à orienter les opinions scientifiques dès le début de la crise figure une tribune publiée le 19 février par la prestigieuse revue The Lancet. Vingt-sept scientifiques éminents y prennent fait et cause contre le complotisme ambiant autour des origines possibles du SARS-CoV-2. « Nous sommes déterminés à condamner fermement les théories du complot qui suggèrent que le Covid-19 n’a pas une origine naturelle, écrivent-ils. Des scientifiques de plusieurs pays ont publié et analysé les génomes de l’agent causal, le SARS-CoV-2, et ils concluent à une écrasante majorité que ce coronavirus est originaire de la faune sauvage comme tant d’autres pathogènes émergents. »

Le chercheur désigné comme premier auteur et « auteur correspondant » (corresponding author, en anglais) – censé avoir rédigé la première version du texte, selon les règles de l’édition scientifique – est le microbiologiste Charles Calisher, professeur émérite à l’université d’Etat du Colorado. Mais, selon des correspondances obtenues par l’ONG US Right to Know (USRTK), en vertu de la loi américaine sur l’accès aux données, le texte en question a en réalité été rédigé par le zoologue Peter Daszak, qui n’apparaît que plus loin dans l’ordre des auteurs (les Anglo-Saxons parlent d’authorship). « Peter Daszak a rédigé le premier jet du texte et l’a amené jusqu’à la publication, confirme M. Calisher, dans un courriel au Monde. Les auteurs ont été listés de manière alphabétique. Peter, et non moi, est l’“auteur correspondant”. »

Or, M. Daszak présente un conflit d’intérêts : président de l’ONG EcoHealth Alliance, il est aussi un proche collaborateur des scientifiques du WIV, avec lesquels il a publié une vingtaine d’études au cours des quinze dernières années. L’ONG qu’il préside bénéficie en outre de bourses des National Institutes of Health (NIH) américains, qui lui permettent de financer les travaux de laboratoires à l’étranger et en particulier ceux du WIV, sur les coronavirus de chauves-souris. En dépit de ses liens étroits avec l’institut de Wuhan, M. Daszak – qui n’a pas répondu à nos sollicitations – est membre du groupe d’experts de l’OMS chargé d’enquêter sur l’origine du SARS-CoV-2, ainsi que de la commission constituée par The Lancet pour travailler sur cette question. Une situation qui irrite certains scientifiques.

Et ce d’autant plus que les liens de M. Daszak avec le WIV ne sont pas toujours déclarés. La tribune publiée le 19 février par The Lancet mentionnait ainsi que les vingt-sept signataires n’avaient aucun conflit d’intérêts. Comme la plupart d’entre eux, M. Calisher, désigné à tort comme auteur principal du texte, n’en avait effectivement aucun. Mais a-t-il compris le texte comme la majorité de ses lecteurs ? Lorsqu’on lui demande s’il signerait aujourd’hui la même déclaration, il répond de manière assez surprenante : « Oui, je la signerais. Je n’ai vu aucune preuve qui confirme définitivement l’origine du virus, ni dans un sens, ni dans l’autre. »

Stéphane Foucart avec Chloé Hecketsweiler

_________________
« Le rugby c'est ma vie et ma vie c'est le rugby »   Christophe Urios
Scalp
Scalp
Centre de presse
Centre de presse

Nombre de messages : 8754
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 53

Revenir en haut Aller en bas

Rugby et Coronavirus - Page 5 Empty Re: Rugby et Coronavirus

Message  Scalp Lun 21 Déc - 10:30

grospaquet31 a écrit:
Scalp a écrit:Quid des coupes d'Europe et d'une possible annulation des compétitions, ainsi que du retour des supporters dans les stades qui sera surement décalé, vivement la saison prochaine et un probable retour à la normale...

Si les clubs existent toujours..

On va esperer que la vaccination fera son oeuvre

Quand tu vois les recrutements de certains club Rolling Eyes, la crise n'est pas la même pour tout le monde, mais tu as raison, il y aura sûrement de la casse pour certains, et au mieux, un accroissement des inégalités budgétaires entre les clubs.

_________________
« Le rugby c'est ma vie et ma vie c'est le rugby »   Christophe Urios
Scalp
Scalp
Centre de presse
Centre de presse

Nombre de messages : 8754
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 53

Revenir en haut Aller en bas

Rugby et Coronavirus - Page 5 Empty Re: Rugby et Coronavirus

Message  grospaquet31 Lun 21 Déc - 10:20

Scalp a écrit:Quid des coupes d'Europe et d'une possible annulation des compétitions, ainsi que du retour des supporters dans les stades qui sera surement décalé, vivement la saison prochaine et un probable retour à la normale...

Si les clubs existent toujours..

On va esperer que la vaccination fera son oeuvre
grospaquet31
grospaquet31
J'aime l'Union à la folie
J'aime l'Union à la folie

Nombre de messages : 4712
Localisation : toulouse
Date d'inscription : 31/08/2015
Age : 47

Revenir en haut Aller en bas

Rugby et Coronavirus - Page 5 Empty Re: Rugby et Coronavirus

Message  Scalp Lun 21 Déc - 10:16

Quid des coupes d'Europe et d'une possible annulation des compétitions, ainsi que du retour des supporters dans les stades qui sera surement décalé, vivement la saison prochaine et un probable retour à la normale...

_________________
« Le rugby c'est ma vie et ma vie c'est le rugby »   Christophe Urios
Scalp
Scalp
Centre de presse
Centre de presse

Nombre de messages : 8754
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 53

Revenir en haut Aller en bas

Rugby et Coronavirus - Page 5 Empty Re: Rugby et Coronavirus

Message  Scalp Lun 21 Déc - 10:12

https://www.courrierinternational.com/revue-de-presse/covid-19-la-nouvelle-variante-du-coronavirus-seme-la-panique-en-europe

Covid-19.La nouvelle variante du coronavirus sème la panique en Europe

L’apparition au Royaume-Uni d’une nouvelle souche du coronavirus beaucoup plus contagieuse que les autres inquiète les épidémiologistes. Elle a dans l’immédiat, amené plusieurs pays européens à suspendre les liasons en provenance du territoire britannique dimanche.

Depuis l’apparition au Royaume-Uni d’une nouvelle souche du coronavirus beaucoup plus contagieuse que les autres, c’est le branle-bas de combat en Europe. Plusieurs pays dont l’Allemagne, la Belgique, la France, l’Italie et l’Irlande, ont annoncé dimanche la suspension de tous les déplacements de personnes, y compris liés aux transports de marchandises, par voie routière, aérienne, maritime ou ferroviaire en provenance du Royaume-Uni. “Plus que jamais, l’Angleterre est une île”, note le Soir.

Londres redoute maintenant “une crise du fret”, souligne The Independent. Selon le quotidien britannique, “certaines entreprises craignent que les conducteurs ne soient bloqués en Grande-Bretagne et que les marchandises ne puissent ni entrer ni sortir, ce qui entraînerait des pénuries alimentaires et les forcerait potentiellement à cesser leurs activités”.

En cette pré-période de fêtes, quelque 10 000 camions effectuent chaque jour la liaison entre Douvres et Calais, rappelle la BBC. Downing Street a annoncé dimanche soir que le Premier ministre britannique Boris Johnson allait présider lundi une réunion de crise consacrée aux approvisionnements du Royaume-Uni. La fermeture des liaisons avec l’Europe tombe particulièrement mal alors que les ports anglais connaissent actuellement un trafic massif, causant parfois des retards et des bouchons sur les routes y menant, car nombre d’entreprises stockent pour se préparer à la sortie du Royaume-Uni du marché unique européen le soir du 31 décembre.

“Ce virus doit être étroitement surveillé”


Face aux inquiétudes que suscite ce virus mutant, Emmanuel Macron, lui-même à l’isolement après avoir été testé positif au Covid-19, a présidé dimanche un Conseil de défense sanitaire extraordinaire, convoqué à la dernière minute. “Il y a quelques jours, cette découverte” avait pourtant “laissé de nombreux scientifiques indifférents”, remarque la Süddeutsche Zeitung. “Après tout, les virus sont en constante mutation – et cela peut même les rendre plus inoffensifs. Mais le développement actuel de ce pathogène en Angleterre sort clairement du cadre habituel”, car il est notamment 70 % plus contagieux que la forme précédente. “On ne sait pas encore si ce nouveau virus est également particulièrement dangereux, mais il doit être étroitement surveillé”, note le quotidien allemand.

Par ailleurs, s’il a la capacité de se transmettre plus facilement d’un individu à un autre, “cela pourrait forcer potentiellement le gouvernement [irlandais] à revoir sa stratégie de contrôle du virus”, a expliqué le professeur de médecine dublinois Paddy Mallon, au quotidien The Irish Times. “Étant donné qu’un plus grand nombre d’infections signifierait que davantage de personnes tomberaient gravement malades à cause du Covid-19, ce qui entraînerait une pression accrue sur les hôpitaux”, l’Irlande, comme d’autres pays, “pourrait être contrainte d’appliquer des restrictions sévères plus longtemps et d’abandonner l’idée de restrictions progressives et d’assouplissement des mesures”.

Noémie Taylor-Rosner

_________________
« Le rugby c'est ma vie et ma vie c'est le rugby »   Christophe Urios
Scalp
Scalp
Centre de presse
Centre de presse

Nombre de messages : 8754
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 53

Revenir en haut Aller en bas

Rugby et Coronavirus - Page 5 Empty Re: Rugby et Coronavirus

Message  Scalp Lun 21 Déc - 10:09

https://www.lemonde.fr/politique/article/2020/12/21/covid-19-sous-pression-l-executif-exclut-de-changer-de-cap-pour-noel_6064061_823448.html

Covid-19 : sous pression, l’exécutif exclut de changer de cap pour Noël

A l’issue d’un conseil de défense convoqué en urgence, le gouvernement a suspendu les déplacements depuis le Royaume-Uni après la découverte d’une nouvelle souche virale. Mais Paris n’entend pas pour l’heure imiter ses voisins européens en matière de reconfinement.

Par Julie Carriat

A quatre jours de Noël, certains en France se pressent dans les magasins, d’autres ont déjà rejoint leur famille élargie. Ailleurs, les Britanniques, les Italiens, les Allemands et bientôt les Autrichiens se reconfinent et les bulletins d’alerte se multiplient, avec la découverte d’une nouvelle souche du virus « ultracontagieuse » en Angleterre. Pour l’exécutif, qui a promis depuis de longues semaines un répit le temps des fêtes, la pression monte.

Dimanche 20 décembre, depuis la résidence de la Lanterne (Yvelines), où il est à l’isolement depuis l’annonce de sa contamination au Covid-19, Emmanuel Macron a convoqué en urgence un conseil de défense, essentiellement consacré à la question de la frontière britannique, après l’émergence de cette mutation virale. Mais la réunion a aussi relancé les questionnements sur les choix de l’exécutif, tant ils contrastent avec ceux des gouvernements voisins. L’Allemagne s’est reconfinée mercredi, l’Autriche le fera à partir du 26 décembre, la Pologne le 28, alors que l’Italie s’apprête à limiter les déplacements entre régions.

La deuxième vague ne décroît plus

Au sommet de l’Etat, si l’on redoute l’effet des retrouvailles de Noël sur l’épidémie, il n’est pas question de virer de bord pour le moment. On avance même l’idée que, une fois n’est pas coutume, la France aurait un peu d’avance dans la gestion de la pandémie. « Nos voisins sont en train de faire des choix que nous avons faits il y a plusieurs semaines », a ainsi déclaré à l’issue du conseil de défense, sur France 3, le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, avant d’affirmer : « Le virus continue à circuler en France mais beaucoup moins vite que dans certains pays. »

Pourtant, la perspective d’une troisième vague n’est plus à exclure au retour des fêtes de fin d’année. Et les appréhensions quant à la nécessité d’un troisième confinement émergent à nouveau, tout comme les doutes sur les réouvertures envisagées au 7 janvier 2021 dans l’enseignement supérieur, les établissements culturels et tous ceux recevant du public, ainsi que l’éventualité d’un assouplissement du télétravail. Avec quelque 15 000 nouveaux cas détectés chaque jour, la France est loin du seuil de 5 000 fixé par Emmanuel Macron pour un desserrement des restrictions, et une tendance certaine s’est installée : la deuxième vague ne décroît plus.

Quant à parler de troisième vague, comme le font des scientifiques, l’entourage d’Emmanuel Macron estime qu’aujourd’hui « rien n’indique que de telles hypothèses soient des réalités », en évoquant notamment l’idée d’une continuité de la deuxième vague plutôt qu’un nouveau pic. Mais, ajoute-t-on, face à la « force et l’imprévisibilité » de ce virus, « il faut savoir anticiper et être prêt à tout ». Mot d’ordre : « Etre le plus agile possible. »

« Bâtir une réponse européenne »


Dimanche 20 décembre, il s’est d’abord agi pour le gouvernement de parer au plus pressé : l’apparition à Londres et dans le sud-est de l’Angleterre d’une nouvelle souche du coronavirus SARS-CoV-2, jusqu’à 70 % plus contagieuse que les autres. Après que l’Irlande, l’Allemagne, la Belgique, les Pays-Bas, l’Italie ont annoncé la suspension des vols et des trains avec le Royaume-Uni, Paris leur a emboîté le pas.

A l’issue du conseil de défense convoqué en visioconférence par le chef de l’Etat, le premier ministre, Jean Castex, l’a annoncé dans un communiqué : tous les déplacements de personnes en provenance du Royaume-Uni, « y compris liés aux transports de marchandises, par voie routière, aérienne, maritime ou ferroviaire », ont été suspendus à partir de dimanche, minuit, pour quarante-huit heures.

Deux jours, « le temps de bâtir une réponse européenne », a précisé le ministre des transports, Jean-Baptiste Djebbari, sur LCI, évoquant l’élaboration d’un système de contrôle incluant la présentation d’un test RT-PCR négatif. Les Français du Royaume-Uni souhaitant revenir pour les vacances sont invités par Matignon à se faire tester au plus vite « pour toute entrée sur le territoire français à partir du Royaume-Uni, à l’issue du délai de précaution de quarante-huit heures ». Lundi matin, Olivier Véran, ministre de la santé, a admis sur Europe 1 qu’il « est tout à fait possible que le virus [mutant] circule en France ».

« Éviter un troisième confinement »

Sur le front intérieur, la situation n’est guère plus simple. Les scientifiques ont multiplié les alertes, ces derniers jours, à l’instar du président du conseil scientifique, Jean-François Delfraissy, qui a prévenu, mercredi dans Le Parisien, que le risque d’une troisième vague n’était « pas négligeable », et ce dès la mi-janvier 2021.

Au sein du gouvernement, on se défend de toute imprévoyance, sans pouvoir exclure que le pire soit à venir. « Nous ne savons pas s’il y aura un troisième confinement, a reconnu, samedi sur Europe 1, le ministre des comptes publics, Olivier Dussopt. Toutes les mesures qui sont prises ont un objectif : éviter d’avoir à connaître un troisième confinement, éviter un scénario italien ou un scénario allemand. »

Dans l’entourage du premier ministre, on reconnaît qu’avec le Covid-19 « il peut y avoir des reprises très brutales ». « Mais pour l’instant, on n’en est pas là, assure-t-on. On reste privilégié en France par rapport à nos voisins, on est plutôt sur : “Est-ce qu’on tient nos séquences de desserrement ?”, on n’envisage pas à ce stade d’avoir des mesures de durcissement dans les prochains jours. »

Noël « de tous les dangers »

Sur ce sujet explosif, qui touche au fragile équilibre de l’acceptabilité des restrictions, les oppositions s’abstiennent pour l’heure de rejeter la faute sur le gouvernement. Après avoir déploré des semaines durant la fermeture des petits commerces, difficile, en effet, de défendre un reconfinement au moment de Noël. Tout au plus a-t-on pu entendre, dimanche, le président de Debout la France, Nicolas Dupont-Aignan, plaider pour exiger « obligatoirement un test négatif » au Covid-19 pour entrer en France.

La ministre du travail, Elisabeth Borne, l’a relevé, dimanche dans l’émission « Le Grand Rendez-vous » (Europe 1, CNews, Les Echos) : « On a été critiqués au prétexte qu’on aurait des règles plus strictes que les autres, maintenant on ne peut pas nous reprocher d’avoir entendu les attentes sur la réouverture des commerces. » Et de justifier : « Il y a beaucoup de fatigue, de lassitude, c’était important de permettre aux Français de se retrouver pour ces fêtes. »

A l’heure des grands départs en vacances, le gouvernement craint certes l’emballement. « Ces moments de retrouvailles nous font craindre une reprise en janvier [2021] », concède-t-on dans l’entourage du premier ministre. Mais l’exécutif s’en remet aux bonnes volontés. Selon M. Attal, « ce Noël, qui est vu comme celui de tous les dangers, doit être celui de toutes les précautions ».

_________________
« Le rugby c'est ma vie et ma vie c'est le rugby »   Christophe Urios
Scalp
Scalp
Centre de presse
Centre de presse

Nombre de messages : 8754
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 53

Revenir en haut Aller en bas

Rugby et Coronavirus - Page 5 Empty Re: Rugby et Coronavirus

Message  Scalp Lun 21 Déc - 10:02

https://www.lemonde.fr/planete/article/2020/12/21/coronavirus-la-france-devrait-elle-prendre-des-mesures-de-reconfinement-plus-drastiques_6064062_3244.html

Coronavirus : la France devrait-elle prendre des mesures de confinement plus drastiques ?

Même si le nombre d’hospitalisations pour Covid-19 diminue, les cas positifs connaissent eux une tendance à la hausse. Pour les épidémiologistes, « l’équilibre actuel est extrêmement fragile ».


Par Camille Stromboni

Nouveau confinement le lendemain de Noël, incitations à réduire davantage le nombre de personnes participant aux dîners de fêtes, interdiction des déplacements… Les annonces de mesures plus drastiques s’enchaînent ces derniers jours dans de nombreux pays européens qui voient l’épidémie de Covid-19 rebondir sur leur sol. Alors que la situation sanitaire se dégrade aussi en France, l’exécutif semble exclure pour le moment une stratégie plus coercitive que celle du couvre-feu, en vigueur depuis le 15 décembre (de 20 heures à 6 heures du matin), à l’exception du 24 décembre.

L’énoncé des différents indicateurs matérialisant la dynamique de l’épidémie est pourtant préoccupant. « L’équilibre actuel est extrêmement fragile, on sait qu’on joue avec le feu avec la période des fêtes qui s’ouvre, alors qu’on est déjà à un niveau élevé où tout peut basculer très vite », estime Mahmoud Zureik, professeur en épidémiologie à l’université Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines.

Le taux d’incidence, en progression depuis début décembre, s’élevait au 20 décembre à 134,6 cas pour 100 000 habitants (sur les sept derniers jours). Le nombre de cas positifs par jour est en hausse : « Nous sommes passés de 10 000 cas il y a trois semaines à 11 500 cas il y a dix jours, et désormais à une moyenne de 14 000 cas sur la semaine du 14 au 20 décembre », poursuit Mahmoud Zureik. Soit un chiffre plus élevé que le seuil de 5 000 cas fixé initialement par le gouvernement pour déclencher le déconfinement à partir du 15 décembre.

Surtout, le R, le taux de reproduction du virus, apparaît lui aussi en progression : de 0,83, selon le point épidémiologique de Santé publique France du 10 décembre, il est remonté à 1,03 au 17 décembre. Soit un seuil supérieur à 1, synonyme d’une « tendance à l’augmentation du nombre de cas », rappelle l’institution sanitaire.

Les hospitalisations, seul indicateur qui ne soit pas au rouge


Seul voyant à ne pas virer au rouge, comme à la veille des précédents confinements, celui des patients atteints du Covid-19 à l’hôpital – même si d’aucuns rappellent qu’il n’est touché que dans un second temps. Situé sur un plateau élevé – près de 25 000 malades contaminés par le SARS-CoV-2 hospitalisés, ainsi que 2 745 en réanimation au 20 décembre –, cet indicateur évolue encore à la baisse. « Nous restons aujourd’hui globalement dans une décroissance, rapporte le professeur François René-Pruvot, à la tête de la conférence des présidents de commission médicale d’établissement de CHU. Même si la pente s’est infléchie et que la situation est hétérogène selon les régions. » Après plusieurs semaines de baisse depuis le pic de la mi-novembre, une très légère remontée a eu lieu le 20 décembre, d’après les chiffres de Santé publique France, avec 142 patients hospitalisés supplémentaires et 27 patients de plus en réanimation par rapport à la veille.

La situation sanitaire est-elle dès lors aussi dégradée qu’à la veille du deuxième confinement, décrété le 31 octobre ? « Les indicateurs sont encore en dessous de ceux qui ont précédé le deuxième confinement, analyse l’infectiologue Christian Rabaud. Nous avions alors atteint plus de 50 000 cas par jour, au moins. » Pour le professeur au CHRU de Nancy, la période ressemble plutôt à la première quinzaine d’octobre en termes d’indicateurs nationaux. « Mais il y a un côté inéluctable : si on ne change rien dans l’équation, avec ce R supérieur à 1, les choses vont s’aggraver sans aucun doute ; nous sommes déjà sur une pente ascendante. » Ce sont 500 lits de réanimation de plus qui pourraient être occupés d’ici au 1er janvier 2021 par des patients Covid-19, d’après l’hypothèse qu’il juge la plus probable dans le modèle de projection réalisé par son établissement, promettant « de fortes tensions » à l’hôpital en cette période de vacances. Si rien ne vient freiner la progression de l’épidémie avant janvier, 5 000 lits de réanimation seraient occupés au 22 janvier.

« Au plan strictement médical et sanitaire, il faudrait faire comme nos voisins, prendre des mesures plus strictes, comme reconfiner au 26 décembre. » Djillali Annane, patron du service de réanimation de l’hôpital Raymond-Poincaré, à Garches


La situation sanitaire justifie donc bien de « poser la question » de restrictions plus fortes, estime le médecin, qui rappelle, comme nombre de ses confrères, que plus tôt on arrête la montée en puissance du virus par un confinement, plus le confinement est court et efficace. « Mais il faut peser le pour et le contre, l’impact psychologique sur la population, la faisabilité et l’acceptabilité sont cruciales pour l’efficacité d’une mesure », souligne-t-il.

« Sur le plan strictement médical et sanitaire, il faudrait faire comme nos voisins, prendre des mesures plus strictes, comme reconfiner au 26 décembre, estime Djillali Annane, patron du service de réanimation de l’hôpital Raymond-Poincaré, à Garches (Hauts-de-Seine), qui assiste ces derniers jours à une progression du rythme des entrées de nouveaux patients atteints du Covid-19. Mais sur le plan de la santé mentale, de la capacité de cohésion de notre société, il est fondamental que Noël puisse se dérouler, que les familles puissent passer des fêtes heureuses. » Pour le réanimateur, « il faut juste être conscient qu’il va y avoir un prix à cela, avec de grandes chances d’un reconfinement dès janvier ».

Annoncer la couleur dès aujourd’hui


Si urgence il y a, c’est bien celle d’annoncer la couleur dès aujourd’hui, entend-on dans la communauté scientifique. « Une stratégie de santé publique a plus ou moins d’efficacité selon l’adhésion de la population, pointe Mircea Sofonea, maître de conférences en épidémiologie à l’université de Montpellier. S’il n’y a pas d’urgence absolue à reconfiner tout le pays, il faut commencer à envisager les restrictions à venir. »

La « cohérence » s’impose plus que jamais, pointe sa collègue Hélène Rossinot, médecin de santé publique. « Même si on resserrait dès maintenant les restrictions, cela ne serait pas forcément suivi car de nombreuses incohérences demeurent, estime-t-elle. Comment peut-on dire aux gens de s’autoconfiner, comme le conseillent, à raison, le conseil scientifique ou le gouvernement, tout en laissant les grands magasins bondés ? » Des « messages contradictoires » se font déjà entendre pour les premières semaines de 2021, juge-t-elle : « La ministre du travail évoque un relâchement sur le télétravail en entreprise envisagé au 7 janvier… Ça n’a pas de sens. »

Dans les régions où l’épidémie a déjà repris une forte progression, comme le Grand-Est, la question de mesures localisées se pose néanmoins plus fortement dès aujourd’hui. « Il faut des arguments très solides pour justifier d’un reconfinement national, ce n’est pas le cas aujourd’hui, estime le professeur Olivier Claris, aux Hospices civils de Lyon. Mais dans certaines régions concernées par de fortes remontées, cela peut se justifier. »

A Nancy, la métropole présentant le taux d’incidence le plus élevé du pays ces derniers jours – supérieur à 200 – le maire socialiste Mathieu Klein n’élude pas la question. « Au vu de la dégradation de nos indicateurs, à l’hôpital également, des mesures plus fortes s’imposent dès maintenant, il doit y avoir une vraie adaptation territoriale, estime-t-il. Nous sommes prêts à réfléchir et à assumer des mesures impopulaires mais nécessaires à la protection de la population. »

« Possibilité de miser sur l’effet du couvre-feu »

La situation de la France, au regard de celle de ses voisins européens, explique peut-être le choix des pouvoirs publics de ne pas durcir davantage les mesures pour endiguer l’épidémie. A écouter les scientifiques, la France serait, pour le moment, en meilleure posture. « La circulation du virus s’accélère chez eux comme chez nous, mais nous avons mis un coup de frein avec le confinement de novembre », rappelle l’épidémiologiste Christian Rabaud.

« Nous ne sommes pas à des niveaux aussi élevés sur plusieurs marqueurs, comme l’incidence, les contaminations, la mortalité… », ajoute Gilles Pialoux, chef du service de maladies infectieuses à l’hôpital Tenon, à Paris. Si la France paraît assez proche de la situation italienne, d’autres pays, comme la Suisse ou le Royaume-Uni, sont bien plus touchés à ce jour : « Le Royaume-Uni, avec 36 000 cas, a reperdu le contrôle de l’épidémie, d’après le responsable du conseil scientifique anglais », rapporte Gilles Pialoux.

Le professeur insiste aussi sur une inconnue de taille pour la France : « Il y a une possibilité de miser sur l’effet du couvre-feu en France, une mesure qui a eu de l’effet en octobre, et qui pourrait être un élément de freinage de l’accélération de l’épidémie chez nous. » Sans oublier le début des vacances de Noël. « Il y a une mesure forte que la France vient de prendre sans peut-être s’en rendre compte, c’est la fermeture des écoles pour quinze jours », rappelle le professeur Antoine Flahault, directeur de l’Institut de santé globale de l’université de Genève.

« Si la situation, extrêmement tendue en Europe en cette deuxième quinzaine de décembre, ne s’aggrave pas trop rapidement en France ces prochains jours, peut-être tiendra-t-elle avec l’appui de la fermeture des bars et restaurants, relève l’épidémiologiste. Les vacances des adultes en cette période de fêtes vont aussi exercer un frein supplémentaire sur l’épidémie (moins de restauration d’entreprise, moindre usage des transports publics urbains). » D’après les projections de son institut sur le nombre de cas moyen dans les sept prochains jours, « les prévisions sont proches pour la France, l’Italie et la Belgique, et meilleures que celles de l’Allemagne, du Royaume-Uni, des Pays-Bas ou encore de la Suisse. »

_________________
« Le rugby c'est ma vie et ma vie c'est le rugby »   Christophe Urios
Scalp
Scalp
Centre de presse
Centre de presse

Nombre de messages : 8754
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 53

Revenir en haut Aller en bas

Rugby et Coronavirus - Page 5 Empty Re: Rugby et Coronavirus

Message  Switch Ven 18 Déc - 10:54

Je crains qu'il ne faille s'habituer à ce yoyo perpétuel tant que l'immunité de groupe n'aura pas été atteinte et/ou que la majorité de la population n'aura pas été vaccinée, ce qui n'est pas prévu avant l'été prochain, voire plus.

Chacun aura son avis, et le mien est qu'on a trop été, et ce depuis le tout début de l'épidémie, dans les demi-mesures et les hésitations. Trop dans le "en même temps" et le "oui, mais" qui, en toute impartialité, caractérise ce gouvernement. Et cela nous coûte aujourd'hui ces rebonds, notamment.

_________________
Le rugby c'est comme la dinde : sans les marrons, c'est vulgaire.
Switch
Switch
Centre de presse
Centre de presse

Nombre de messages : 5928
Localisation : Lyon / Edinburgh
Date d'inscription : 30/04/2011
Humeur : Fonction de l'UBB
Age : 30

Revenir en haut Aller en bas

Rugby et Coronavirus - Page 5 Empty Re: Rugby et Coronavirus

Message  Scalp Ven 18 Déc - 10:31

https://www.lemonde.fr/planete/article/2020/12/18/covid-19-le-rebond-epidemique-fait-craindre-une-periode-a-haut-risque_6063819_3244.html

Covid-19 : le rebond épidémique fait craindre « une période à haut risque »

Les vacances de fin d’année démarrent alors que la circulation du SARS-CoV-2 s’accélère dans de nombreuses régions.


Par Delphine Roucaute et Camille Stromboni

Doit-on parler de rebond épidémique ou de début de troisième vague ? Ce débat de spécialistes symbolise la situation épidémiologique dégradée dans laquelle s’engage la France, à la veille des vacances de fin d’année. Alors que l’on observait une décrue très forte, fin novembre, du nombre de personnes hospitalisées et du nombre de nouveaux malades du Covid-19, l’évolution de l’épidémie est aujourd’hui « préoccupante, avec une tendance à l’augmentation de la circulation du virus à partir d’un plateau haut », a confirmé le directeur général de la santé, Jérôme Salomon, jeudi 17 décembre.

Quand le président Emmanuel Macron conditionnait le déconfinement à un seuil de 5 000 nouveaux cas par jour, on en détectait environ 11 400 la semaine du 7 au 13 décembre, soit une augmentation de 10 % en sept jours. Jeudi, on comptait 18 254 nouveaux cas en une journée. Des chiffres qui s’expliquent par une augmentation du taux de dépistage dans toutes les classes d’âge, sauf pour les plus de 75 ans pour lesquels les chiffres sont stables, ainsi que par la nouvelle prise en compte des tests antigéniques dans la base de données Sidep (système d’information de dépistage du Covid-19), mais pas seulement. La positivité reste stable, à 6,1 % et surtout, le taux de reproduction continue sa hausse et dépasse le seuil critique de 1 pour atteindre 1,03. Cela signifie que le virus infecte plus d’une personne en moyenne par cas, augmentant ainsi la vitesse de sa diffusion dans la population.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

« Le confinement n’a pas empêché les gens de sortir et de se croiser, mais a seulement fermé le nombre de destinations possibles », notamment en fermant les bars, restaurants, commerces non essentiels et lieux de culture, analyse Yves Buisson, président de la cellule Covid de l’Académie nationale de médecine, pour qui « le recours au couvre-feu a sûrement plus d’efficacité que le semi-confinement peu contraignant qu’on a vécu ». Le pic de la deuxième vague a en effet été franchi après les premières mesures de couvre-feu, avec un décalage habituel de deux semaines entre les restrictions et la situation hospitalière. « Ce deuxième confinement a été différent du premier, pour des raisons sociales, culturelles [liées à l’école] et économiques. Nous sommes constamment dans une balance bénéfice/risque, avec une réévaluation des actions à partir des nouvelles informations dont on dispose », nuance Simone Mathoulin-Pelissier, directrice de l’Institut de santé publique, d’épidémiologie et de développement de l’université de Bordeaux.

Favorisé par la saison hivernale


Les conditions météorologiques jouent également un rôle important dans cette reprise épidémique. Il est admis que les coronavirus sont favorisés par la saison hivernale en raison d’une meilleure survie des virus respiratoires par des niveaux plus faibles de température, rayonnement ultraviolet, humidité, précipitations et vent. Par ailleurs, le froid fragilise les muqueuses par lesquelles le virus pénètre l’organisme. Enfin, on observe une modification du comportement des individus, avec des activités et interactions sociales en intérieur plus favorables aux transmissions.

Selon le ministère de la santé, ces facteurs expliquent en partie la forte incidence observée actuellement dans les régions Grand Est et Bourgogne-Franche-Comté, ainsi que dans les vallées rhônalpines, marquées par un climat semi-continental comportant des hivers plus froids. Les trois métropoles enregistrant les plus forts taux d’incidence sont Nancy (Meurthe-et-Moselle) avec 222 nouveaux cas par semaine pour 100 000 habitants, Dijon (Côte-d’Or, 222) et Grenoble (Isère, 192).

« On est clairement de nouveau dans une phase ascendante », confirme Christian Rabaud, infectiologue et président de la commission médicale d’établissement du CHRU de Nancy. Depuis la fin novembre, la courbe des lits dédiés aux malades atteints du Covid-19 est repartie à la hausse dans l’hôpital : les patients en réanimation qui n’étaient plus « que » 33 sont désormais 40. Peu de doute pour lui, le rebond devrait se poursuivre ces prochaines semaines, alors que les vacances arrivent pour les personnels, « qui ont tous besoin de souffler », laissant présager une tension grandissante sur les ressources humaines. « Je ne vois pas par quel miracle la pente ne continuerait pas dans le même sens, dit l’infectiologue. Ça monte moins vite qu’en première vague, certes, mais on sait que chaque jour va être un peu plus lourd que la veille. »

Les conséquences de Thanksgiving


Dans ce contexte, le conseil scientifique a émis des recommandations pour « accompagner une fin d’année pas comme les autres », incitant les Français à privilégier l’autoconfinement une semaine avant de retrouver sa famille et surtout des personnes âgées, à se faire tester dès l’apparition du moindre symptôme (mal de tête, fièvre, nez qui coule) et en cas de situation à risque (repas, réunion sans masque, etc.). « Ces propositions sont bonnes mais c’est dommage qu’elles arrivent si tard, surtout d’un point de vue organisationnel », regrette Mahmoud Zureik, professeur d’épidémiologie et de santé publique à l’université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines. Si les vacances de Noël représentent un risque sanitaire, il fallait bien prendre en compte les risques psychosociaux qu’il y aurait eu à empêcher les retrouvailles des fêtes. « Il y a un message simple à intégrer : on peut être négatif le matin et positif le soir. Il faut donc être prudent et vigilant sur le risque qu’on peut apporter aux autres », insiste Simone Mathoulin-Pelissier. Une vigilance qui passe par le maintien des gestes barrières comme le port du masque, l’aération régulière des pièces et l’hygiène des mains.

Les conséquences qu’ont eues les retrouvailles de Thanksgiving, au Canada comme aux Etats-Unis, laissent craindre le pire en Europe, faisant dire à Jérôme Salomon qu’« il y a une période à haut risque de quinze jours devant nous ». Mais « le vrai bilan des fêtes pourra se faire aux alentours du 10 janvier », anticipe Mahmoud Zureik. Quant au début de la campagne vaccinale annoncée pour la toute fin décembre, il n’aura pas d’impact sur la diffusion du virus avant au moins trois mois, selon l’épidémiologiste. « La stratégie vaccinale présentée par le gouvernement va consister à viser d’abord les personnes âgées en Ehpad, donc cela va avoir un impact sur les formes graves du Covid-19 et donc sur la saturation des services hospitaliers, mais pas sur la circulation du virus. »

Pour autant, les premiers mois de l’année 2021 vont être déterminants car, « sur le long terme, la seule manière de retrouver une vie normale, c’est qu’on réussisse notre stratégie vaccinale », augure Yves Buisson. Un défi logistique et organisationnel qui va nécessiter la mobilisation de tous, notamment des médecins traitants, et un effort accru de transparence de la part des autorités. « Le facteur clé reste l’acceptation de la population », rappelle Simone Mathoulin-Pelissier, dans un pays où, selon un sondage de l’agence sanitaire Santé publique France, seule la moitié (53 %) des personnes interrogées en novembre veut se faire vacciner. Pour obtenir une immunité collective, il faudrait que 50 à 70 % de la population soit immunisée, soit par le vaccin, soit naturellement. Pour Mahmoud Zureik, « on peut espérer que ce seuil soit atteint en septembre ».

_________________
« Le rugby c'est ma vie et ma vie c'est le rugby »   Christophe Urios
Scalp
Scalp
Centre de presse
Centre de presse

Nombre de messages : 8754
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 53

Revenir en haut Aller en bas

Rugby et Coronavirus - Page 5 Empty Re: Rugby et Coronavirus

Message  sudiste Ven 11 Déc - 10:57

De notre côté, les skills de "levée de coude" ne pouvant être travaillées et avec les risques de déshydratation que cela comporte :chambreur: ...à nos âges...nous avons remisé les crampons jusqu'à nouvel ordre. D'autant que nos entrainement commencent à 19h30.
Bref pour passer le temps nous vendons du vin afin de nous assurer que personne ne perde les acquis sur ce terrain là :clap:

Tout cela commence à vraiment me faire chier car la vie sans rugby c'est à la fois une vie sans sport et sans CULTURE !!!! mad2
sudiste
sudiste
Unioniste de la première heure
Unioniste de la première heure

Nombre de messages : 11831
Localisation : partout et nulle part, Sudiste est un concept ...
Date d'inscription : 27/01/2008
Humeur : Comme le dit mon cochon : "dans le gascon tout est bon"

Revenir en haut Aller en bas

Rugby et Coronavirus - Page 5 Empty Re: Rugby et Coronavirus

Message  Switch Ven 11 Déc - 9:41

grospaquet31 a écrit:
Switch a écrit:Je n'ai pas pu entendre la fin du discours car je partais...à l'entraînement, mais qu'en est-il du sport amateur en extérieur (comme le rugby) qui était de nouveau autorisé ? J'ai repris l'entraînement cette semaine mais je crains qu'avec le couvre-feu à 20h, on ne puisse plus l'assurer... Sachant qu'entre le covid, la météo et les différents taf, on est déjà plus que 15 ou 20 aux entraînements sur 50 licenciés séniors :chambreur:

salut,
je ne sais pas comment ca se passe vos entrainements mais les entrainement de foot de ma fille ont repris également et ils font des ateliers par groupe comme d'habitude, par contre ils ne terminent plus la séance avec un petit match entre eux à cause du covid Allo quoi

Pour la reprise, et après réunion entre nos dirigeants et la Ligue AURA, on peut faire des entraînements en groupe complet (contrairement à Juin où c'était par 10 : 9 joueurs + 1 coach) mais comme en Juin/Juillet nous n'avons pas le droit au contact. Donc pas d'opposition plaquée (seulement touchée), pas d'exercice de plaquage, de ruck...etc. Donc c'est 15/20 min de physique puis 1h de skills. On a aussi raccourci les entraînements suite au dernier couvre-feu à 21h. On est passé de 19h30-21h00 à 19h00-20h15.

_________________
Le rugby c'est comme la dinde : sans les marrons, c'est vulgaire.
Switch
Switch
Centre de presse
Centre de presse

Nombre de messages : 5928
Localisation : Lyon / Edinburgh
Date d'inscription : 30/04/2011
Humeur : Fonction de l'UBB
Age : 30

Revenir en haut Aller en bas

Rugby et Coronavirus - Page 5 Empty Re: Rugby et Coronavirus

Message  grospaquet31 Ven 11 Déc - 9:23

Switch a écrit:Je n'ai pas pu entendre la fin du discours car je partais...à l'entraînement, mais qu'en est-il du sport amateur en extérieur (comme le rugby) qui était de nouveau autorisé ? J'ai repris l'entraînement cette semaine mais je crains qu'avec le couvre-feu à 20h, on ne puisse plus l'assurer... Sachant qu'entre le covid, la météo et les différents taf, on est déjà plus que 15 ou 20 aux entraînements sur 50 licenciés séniors :chambreur:

salut,
je ne sais pas comment ca se passe vos entrainements mais les entrainement de foot de ma fille ont repris également et ils font des ateliers par groupe comme d'habitude, par contre ils ne terminent plus la séance avec un petit match entre eux à cause du covid Allo quoi
grospaquet31
grospaquet31
J'aime l'Union à la folie
J'aime l'Union à la folie

Nombre de messages : 4712
Localisation : toulouse
Date d'inscription : 31/08/2015
Age : 47

Revenir en haut Aller en bas

Rugby et Coronavirus - Page 5 Empty Re: Rugby et Coronavirus

Message  Switch Ven 11 Déc - 9:00

Je n'ai pas pu entendre la fin du discours car je partais...à l'entraînement, mais qu'en est-il du sport amateur en extérieur (comme le rugby) qui était de nouveau autorisé ? J'ai repris l'entraînement cette semaine mais je crains qu'avec le couvre-feu à 20h, on ne puisse plus l'assurer... Sachant qu'entre le covid, la météo et les différents taf, on est déjà plus que 15 ou 20 aux entraînements sur 50 licenciés séniors :chambreur:

_________________
Le rugby c'est comme la dinde : sans les marrons, c'est vulgaire.
Switch
Switch
Centre de presse
Centre de presse

Nombre de messages : 5928
Localisation : Lyon / Edinburgh
Date d'inscription : 30/04/2011
Humeur : Fonction de l'UBB
Age : 30

Revenir en haut Aller en bas

Rugby et Coronavirus - Page 5 Empty Re: Rugby et Coronavirus

Message  Scalp Jeu 10 Déc - 21:29

https://www.sudouest.fr/2020/12/10/sport-professionnel-les-stades-toujours-a-huis-clos-jusqu-au-7-janvier-au-moins-8175463-766.php

Sport professionnel : les stades toujours à huis clos, jusqu’au 7 janvier au moins

Les stades vont rester vides pour encore plusieurs semaines minimum

Comme les cinémas et les théâtres, les tribunes des stades resteront fermées et le sport professionnel continuera de jouer à huis-clos au moins jusqu’au 7 janvier, a indiqué le Premier ministre Jean Castex jeudi.

"Je sais aussi que les supporters sportifs rêvaient de retourner au stade voir leurs équipes préférées", a admis le Premier ministre, en égrenant la liste des établissements recevant du public qui resteraient fermés. Il y a une semaine, il avait indiqué que les spectateurs ne seraient pas de retour dans les stades "avant le 15 décembre".

Le sport professionnel se dispute à huis clos depuis deux mois et l’exécutif a dégagé une aide de près de 110 millions pour aider ceux qui sont les plus touchés par les pertes de recettes de billetterie.

S’agissant de la pratique sportive des mineurs, autorisée à l’extérieur depuis fin novembre, le ministère des Sports n’était pas en mesure de dire jeudi soir si les gymnases seront ou non fermés aux mineurs pratiquant en club en décembre.

Cette possibilité d’une reprise du sport en salles en décembre avait été évoquée le 17 novembre par Emmanuel Macron, sous réserve des conditions sanitaires

_________________
« Le rugby c'est ma vie et ma vie c'est le rugby »   Christophe Urios
Scalp
Scalp
Centre de presse
Centre de presse

Nombre de messages : 8754
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 53

Revenir en haut Aller en bas

Rugby et Coronavirus - Page 5 Empty Re: Rugby et Coronavirus

Message  densnewzealand Jeu 10 Déc - 18:33

Huis clos maintenu jusqu'au 7 Janvier minimum, sans commentaires. Continuons à travailler, envahir les centre commerciaux, remplir les gares ras la gueule pour les fêtes, mais surtout ne laissons pas rentrer 4/5000 pers dans un stade de 35000 places, messieurs les incapables je ne vous salue pas. mad2 mad2 mad2
densnewzealand
densnewzealand
J'aime l'Union à la folie
J'aime l'Union à la folie

Nombre de messages : 944
Localisation : sud langonnais
Date d'inscription : 14/01/2017
Humeur : variable
Age : 57

Revenir en haut Aller en bas

Rugby et Coronavirus - Page 5 Empty Re: Rugby et Coronavirus

Message  Switch Mar 8 Déc - 18:06

sudiste a écrit:Pour conclure je pense que Maracineanu ferait bien de fermer sa gu....
Comme beaucoup d'autres dans ce gouvernement on se demande quelle est son utilité think

Ca s'appelle la politique, et c'est valable pour beaucoup de ses collègues :chambreur:

_________________
Le rugby c'est comme la dinde : sans les marrons, c'est vulgaire.
Switch
Switch
Centre de presse
Centre de presse

Nombre de messages : 5928
Localisation : Lyon / Edinburgh
Date d'inscription : 30/04/2011
Humeur : Fonction de l'UBB
Age : 30

Revenir en haut Aller en bas

Rugby et Coronavirus - Page 5 Empty Re: Rugby et Coronavirus

Message  sudiste Mar 8 Déc - 17:56

Pour conclure je pense que Maracineanu ferait bien de fermer sa gu....
Comme beaucoup d'autres dans ce gouvernement on se demande quelle est son utilité think
sudiste
sudiste
Unioniste de la première heure
Unioniste de la première heure

Nombre de messages : 11831
Localisation : partout et nulle part, Sudiste est un concept ...
Date d'inscription : 27/01/2008
Humeur : Comme le dit mon cochon : "dans le gascon tout est bon"

Revenir en haut Aller en bas

Rugby et Coronavirus - Page 5 Empty Re: Rugby et Coronavirus

Message  sudiste Mar 8 Déc - 17:46

Switch a écrit:. Avant de préciser que le gouvernement travaille sur des jauges proportionnées aux capacités d'accueil des enceintes. « La date exacte se confirmera en fonction de l'évolution épidémique. Quand cela aura lieu, cela se fera dans une perspective proportionnelle. Pas un chiffre en valeur absolue, comme par le passé, avec par exemple 5000 personnes. Plutôt un chiffre proportionné à la taille de l'endroit. Cela peut être 25 % de la capacité du stade, 1 siège sur 4, ou 1 siège sur 2. Tout cela se pilotera en fonction de l'évolution épidémique. »[/color]

T'appeles ça "travailler" toi pour une option présentée il y a plusieurs semaines déjà et que le petit peuple inculte et illettré te souffle depuis le début.

Quand en plus le type rajoute que tout cela se "pilotera" t'es content que ce soit géré depuis le plancher des vaches pale
sudiste
sudiste
Unioniste de la première heure
Unioniste de la première heure

Nombre de messages : 11831
Localisation : partout et nulle part, Sudiste est un concept ...
Date d'inscription : 27/01/2008
Humeur : Comme le dit mon cochon : "dans le gascon tout est bon"

Revenir en haut Aller en bas

Rugby et Coronavirus - Page 5 Empty Re: Rugby et Coronavirus

Message  sudiste Mar 8 Déc - 17:41

flavio33 a écrit:mon cadeaux pour noel;
ouverture des stades sil vous plait Rugby et Coronavirus - Page 5 548764 Rugby et Coronavirus - Page 5 548764 Rugby et Coronavirus - Page 5 548764

Si t'avais été un peu plus sage on n'en serait pas là !!!! :grrr: rire
sudiste
sudiste
Unioniste de la première heure
Unioniste de la première heure

Nombre de messages : 11831
Localisation : partout et nulle part, Sudiste est un concept ...
Date d'inscription : 27/01/2008
Humeur : Comme le dit mon cochon : "dans le gascon tout est bon"

Revenir en haut Aller en bas

Rugby et Coronavirus - Page 5 Empty Re: Rugby et Coronavirus

Message  Scalp Mar 8 Déc - 15:31

Bordeaux-Bègles: "Je m’y attendais", avoue Marti après le retour retardé du public dans les stades

https://rmcsport.bfmtv.com/rugby/bordeaux-begles-je-m-y-attendais-avoue-marti-apres-le-retour-retarde-du-public-dans-les-stades-2015598.html

_________________
« Le rugby c'est ma vie et ma vie c'est le rugby »   Christophe Urios
Scalp
Scalp
Centre de presse
Centre de presse

Nombre de messages : 8754
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 53

Revenir en haut Aller en bas

Rugby et Coronavirus - Page 5 Empty Re: Rugby et Coronavirus

Message  Switch Mar 8 Déc - 9:57

https://www.rugbyrama.fr/rugby/top-14/2020-2021/pas-de-retour-du-public-dans-les-stades-avant-janvier_sto8023891/story.shtml

Pas de retour du public dans les stades avant janvier

Alors que les clubs de rugby professionnels envisageaient un retour du public dans les stades annoncé pour le 15 décembre, en même temps qu'un éventuel déconfinement et la réouverture espérée des salles de spectacle, il n'en sera rien. il faudra attendre, au minimum, le mois de janvier.

C'est Jean-Michel Blanquer, le ministre de l'éducation nationale, de la jeunesse et des sports, qui l'a annoncé ce mardi matin sur l'antenne de BFM TV : les stades resteront vides de leur public « jusqu'à janvier, au minimum ». Avant de préciser que le gouvernement travaille sur des jauges proportionnées aux capacités d'accueil des enceintes. « La date exacte se confirmera en fonction de l'évolution épidémique. Quand cela aura lieu, cela se fera dans une perspective proportionnelle. Pas un chiffre en valeur absolue, comme par le passé, avec par exemple 5000 personnes. Plutôt un chiffre proportionné à la taille de l'endroit. Cela peut être 25 % de la capacité du stade, 1 siège sur 4, ou 1 siège sur 2. Tout cela se pilotera en fonction de l'évolution épidémique. »


Et voilà... Fait chi** !!! mad2

_________________
Le rugby c'est comme la dinde : sans les marrons, c'est vulgaire.
Switch
Switch
Centre de presse
Centre de presse

Nombre de messages : 5928
Localisation : Lyon / Edinburgh
Date d'inscription : 30/04/2011
Humeur : Fonction de l'UBB
Age : 30

Revenir en haut Aller en bas

Rugby et Coronavirus - Page 5 Empty Re: Rugby et Coronavirus

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 5 sur 38 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 21 ... 38  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum