AllezUnion.com, Forum des supporters de l'Union Bordeaux Bègles - Rugby
Un forum est comme un vestiaire, quand on y rentre on dit bonjour. Pensez donc à vous connecter, ça vous assurera également une visibilité parfaite ;o)

Enregistrer et activer un compte prend 3 minutes. Seule une adresse email valide est nécessaire. Ne soyez pas timide, Allez y !

AllezUnion.com

Rejoignez le forum, c’est rapide et facile

AllezUnion.com, Forum des supporters de l'Union Bordeaux Bègles - Rugby
Un forum est comme un vestiaire, quand on y rentre on dit bonjour. Pensez donc à vous connecter, ça vous assurera également une visibilité parfaite ;o)

Enregistrer et activer un compte prend 3 minutes. Seule une adresse email valide est nécessaire. Ne soyez pas timide, Allez y !

AllezUnion.com
Derniers sujets
» Barrage : RCT / LR
par Switch Hier à 23:27

» Jean-Baptiste Dubié
par Bilou33 Hier à 22:28

» UBB : Prolongations, Signatures, Départs pour 2024/2025
par Ubb332006 Hier à 22:14

» Barrage : UBB / Racing
par Scalp Hier à 19:16

» Autres Clubs
par Yatangaki Hier à 18:41

» Dress-code à Chaban
par patrick Hier à 17:20

» Transferts (Autres clubs)
par Big'Ben Hier à 17:13

» Bourse des places des matchs de l'UBB
par patrick Hier à 17:01

» Musique !!!
par Scalp Hier à 15:22

» Abonnement UBB et/ou adhésion UBB Fanes 2024-2025
par krahknardz Jeu 13 Juin 2024 - 22:30

» XV de France (partie en cours)
par Scalp Jeu 13 Juin 2024 - 19:43

» ils font briller la prod2
par biscouette Jeu 13 Juin 2024 - 19:36

» Matthieu Jalibert
par biscouette Jeu 13 Juin 2024 - 18:52

» Autres joueurs
par Scalp Jeu 13 Juin 2024 - 16:18

» Bastien Vergnes-Taillefer
par Scalp Jeu 13 Juin 2024 - 15:06

» Champions Cup
par marchal Mer 12 Juin 2024 - 13:26

» Le rugby et son évolution
par marchal Mer 12 Juin 2024 - 13:25

» Cinéma, séries et littérature
par S.K.I.T.O Mer 12 Juin 2024 - 13:20

» 26e journée : UBB / Oyonnax
par marchal Mer 12 Juin 2024 - 12:57

» Lionnes 2023-2024
par Scalp Mer 12 Juin 2024 - 9:14

» Ligue Nationale de Rugby
par Scalp Mar 11 Juin 2024 - 17:09

» Clément Maynadier
par Scalp Mar 11 Juin 2024 - 15:38

» Espoirs 2023-2024
par marchal Lun 10 Juin 2024 - 14:30

» Top14 : autres matchs
par marchal Lun 10 Juin 2024 - 12:52

» Phases finales ProD2 2023/2024
par Thony Lun 10 Juin 2024 - 10:57

» Kane Douglas
par Scalp Lun 10 Juin 2024 - 10:55

» Madosh Tambwe
par biscouette Dim 9 Juin 2024 - 1:38

» Ovalie régionale
par Scalp Dim 9 Juin 2024 - 0:32

» Que deviennent nos anciens joueurs ?
par marchal Ven 7 Juin 2024 - 18:18

» Sponsors de l'Union
par Scalp Ven 7 Juin 2024 - 17:09

Le Deal du moment :
ETB Pokémon Fable Nébuleuse : où ...
Voir le deal

Coupe du Monde 2023 en France

+30
Phil33bx
FrenchKick
Charles_ubb
Jean-Michel
Yatangaki
Ubb91
Titou
biscouette
le radis
Roberto Miopalmo
Dauby
zizou46
Dr. Gregory Bouse
marchal
latine
Bordelais exilé ds le 31
sudiste
coach2rugby
tire-bouchon
Switch
nadoloubb
krahknardz
densnewzealand
léopold
Big'Ben
tonysoprano
igziabeher
S.K.I.T.O
SEB34
Scalp
34 participants

Page 6 sur 40 Précédent  1 ... 5, 6, 7 ... 23 ... 40  Suivant

Aller en bas

Coupe du Monde 2023 en France - Page 6 Empty Re: Coupe du Monde 2023 en France

Message  Scalp Mer 4 Oct 2023 - 14:47


https://x.com/RugbyWorldCupFR/status/1709533705209847889?s=20

Scalp
Team modo
Team modo

Nombre de messages : 44096
Date d'inscription : 11/09/2018

Revenir en haut Aller en bas

Coupe du Monde 2023 en France - Page 6 Empty Re: Coupe du Monde 2023 en France

Message  léopold Mer 4 Oct 2023 - 15:36

Il aura fallu un grand concours de circonstances pour que nos deux compères se retrouvent aux commandes du camion bleu,le malheur des uns fait le bonheur des autres, maintenant à eux de bien jouer, pour moi ils peuvent aller jusqu'au bout, NTN est hors jeu et je ne voit pas notre petit prodige revenir à la manoeuvre,il y a le physique et puis le mental, comment reprendre la route plein gaz.
A nos deux gars à jouer ils ont leur avenir entre leurs mains.
Aux deux ailes Penaud et le petit drôle, pour ce dernier voila encore un coup du sort.
léopold
léopold
J'aime l'Union à la folie
J'aime l'Union à la folie

Nombre de messages : 9844
Localisation : A Musard derrière les espoirs
Date d'inscription : 29/01/2008

Revenir en haut Aller en bas

Coupe du Monde 2023 en France - Page 6 Empty Re: Coupe du Monde 2023 en France

Message  Switch Mer 4 Oct 2023 - 18:16

Ce que je trouve le plus dingue, c'est que jusqu'au bout, tant pour Matthieu que Maxime, on aura remis leurs compétences et leur statut en question. Jusqu'au bout ils ont été critiqués, comparés, décortiqués, nuancés... On a l'impression qu'ils ne sont là que par défaut, pire, qu'ils risquent de diminuer les performances de l'équipe.

Allez les gars, faites nous mentir tous ces haters qui sont juste frustrés de ne pas voir leurs petits chéris sur le devant de la scène, à prendre toute la lumière plutôt que la partager ! Twisted Evil

_________________
Le rugby c'est comme la dinde : sans les marrons, c'est vulgaire.
Switch
Switch
Centre de presse
Centre de presse

Nombre de messages : 10904
Localisation : Savoie / Edinburgh
Date d'inscription : 30/04/2011
Humeur : Fonction de l'UBB
Age : 33

Revenir en haut Aller en bas

Coupe du Monde 2023 en France - Page 6 Empty Re: Coupe du Monde 2023 en France

Message  SEB34 Mer 4 Oct 2023 - 18:44

Switch a écrit:Ce que je trouve le plus dingue, c'est que jusqu'au bout, tant pour Matthieu que Maxime, on aura remis leurs compétences et leur statut en question. Jusqu'au bout ils ont été critiqués, comparés, décortiqués, nuancés... On a l'impression qu'ils ne sont là que par défaut, pire, qu'ils risquent de diminuer les performances de l'équipe.

Allez les gars, faites nous mentir tous ces haters qui sont juste frustrés de ne pas voir leurs petits chéris sur le devant de la scène, à prendre toute la lumière plutôt que la partager ! Twisted Evil

Ok avec toi.

Les finishers sont devenus les starters. on se croirait au resto.

De la sémantique galthousiennne qui a habitué les commentateurs sur l'incompétence des finisseurs à pouvoir assumer le statut de titulaire. Pour moi c'est le gros problème de la méthode adoptée.

Au fait, c'est qui les finishers maintenant ?
SEB34
SEB34
J'aime l'Union à la folie
J'aime l'Union à la folie

Nombre de messages : 368
Localisation : 34
Date d'inscription : 17/08/2023

Revenir en haut Aller en bas

Coupe du Monde 2023 en France - Page 6 Empty Re: Coupe du Monde 2023 en France

Message  Switch Mer 4 Oct 2023 - 18:52

SEB34 a écrit:
Switch a écrit:Ce que je trouve le plus dingue, c'est que jusqu'au bout, tant pour Matthieu que Maxime, on aura remis leurs compétences et leur statut en question. Jusqu'au bout ils ont été critiqués, comparés, décortiqués, nuancés... On a l'impression qu'ils ne sont là que par défaut, pire, qu'ils risquent de diminuer les performances de l'équipe.

Allez les gars, faites nous mentir tous ces haters qui sont juste frustrés de ne pas voir leurs petits chéris sur le devant de la scène, à prendre toute la lumière plutôt que la partager ! Twisted Evil

Ok avec toi.

Les finishers sont devenus les starters. on se croirait au resto.

De la sémantique galthousiennne qui a habitué les commentateurs sur l'incompétence des finisseurs à pouvoir assumer le statut de titulaire. Pour moi c'est le gros problème de la méthode adoptée.

Au fait, c'est qui les finishers maintenant ?

Si on suit la logique de Galthié et des "spécialistes", sûrement des incapables qui n'auraient même pas mérités d'être sélectionnés :chambreur: Sauf s'ils sont en concurrence avec un bordelais, auquel cas ils sont certainement le meilleur choix rire

_________________
Le rugby c'est comme la dinde : sans les marrons, c'est vulgaire.
Switch
Switch
Centre de presse
Centre de presse

Nombre de messages : 10904
Localisation : Savoie / Edinburgh
Date d'inscription : 30/04/2011
Humeur : Fonction de l'UBB
Age : 33

Revenir en haut Aller en bas

Coupe du Monde 2023 en France - Page 6 Empty Re: Coupe du Monde 2023 en France

Message  SEB34 Mer 4 Oct 2023 - 19:01

Switch a écrit:
SEB34 a écrit:
Switch a écrit:Ce que je trouve le plus dingue, c'est que jusqu'au bout, tant pour Matthieu que Maxime, on aura remis leurs compétences et leur statut en question. Jusqu'au bout ils ont été critiqués, comparés, décortiqués, nuancés... On a l'impression qu'ils ne sont là que par défaut, pire, qu'ils risquent de diminuer les performances de l'équipe.

Allez les gars, faites nous mentir tous ces haters qui sont juste frustrés de ne pas voir leurs petits chéris sur le devant de la scène, à prendre toute la lumière plutôt que la partager ! Twisted Evil

Ok avec toi.

Les finishers sont devenus les starters. on se croirait au resto.

De la sémantique galthousiennne qui a habitué les commentateurs sur l'incompétence des finisseurs à pouvoir assumer le statut de titulaire. Pour moi c'est le gros problème de la méthode adoptée.

Au fait, c'est qui les finishers maintenant ?

Si on suit la logique de Galthié et des "spécialistes", sûrement des incapables qui n'auraient même pas mérités d'être sélectionnés :chambreur: Sauf s'ils sont en concurrence avec un bordelais, auquel cas ils sont certainement le meilleur choix rire


ouais c'est peut être bien le problème de ce qu'est devenu l'équipe de France B à force de pousser le fameux ranking à la galthié. un autre terme d'une stupidité incroyable qui déresponsabilise les joueurs sois disant de rang inférieur...

pardonnez moi mes rancoeurs persistantes.
SEB34
SEB34
J'aime l'Union à la folie
J'aime l'Union à la folie

Nombre de messages : 368
Localisation : 34
Date d'inscription : 17/08/2023

Revenir en haut Aller en bas

Coupe du Monde 2023 en France - Page 6 Empty Re: Coupe du Monde 2023 en France

Message  SEB34 Mer 4 Oct 2023 - 19:05

mais faut pas s'inquiéter on a un head coach PREMIUM
SEB34
SEB34
J'aime l'Union à la folie
J'aime l'Union à la folie

Nombre de messages : 368
Localisation : 34
Date d'inscription : 17/08/2023

Revenir en haut Aller en bas

Coupe du Monde 2023 en France - Page 6 Empty Re: Coupe du Monde 2023 en France

Message  SEB34 Mer 4 Oct 2023 - 19:35

https://www.rugbyrama.fr/2023/10/04/coupe-du-monde-de-rugby-2023-lukhanyo-am-en-supplement-pour-lafrique-du-sud-11496812.php





SEB34
SEB34
J'aime l'Union à la folie
J'aime l'Union à la folie

Nombre de messages : 368
Localisation : 34
Date d'inscription : 17/08/2023

Revenir en haut Aller en bas

Coupe du Monde 2023 en France - Page 6 Empty Re: Coupe du Monde 2023 en France

Message  latine Mer 4 Oct 2023 - 23:20

Scalp a écrit:Coupe du monde de rugby 2023 - Podcast. Le Chant du coq (04/10) : France - Italie : la composition probable des Bleus, les pronostics des journalistes italiens

https://www.rugbyrama.fr/2023/10/04/coupe-du-monde-de-rugby-2023-podcast-le-chant-du-coq-0410-france-italie-la-composition-probable-des-bleus-les-pronostics-des-journalistes-italiens-11495985.php

Le sourire de Matthieu quand il parle de Max, de ses qualités et de leurs automatismes, tu sens tellement de sincérité !
Ça fait hyper plaisir de les voir là tous les deux !
latine
latine
J'aime l'Union à la folie
J'aime l'Union à la folie

Nombre de messages : 2747
Localisation : A proximité de Chaban !
Date d'inscription : 24/03/2014

Revenir en haut Aller en bas

Coupe du Monde 2023 en France - Page 6 Empty Re: Coupe du Monde 2023 en France

Message  Scalp Jeu 5 Oct 2023 - 5:47

Vidéo. Coupe du monde de rugby 2023 - "Après vingt minutes, les Français vont dérouler", juge Maxime Médard au sujet de France - Italie

https://www.rugbyrama.fr/2023/10/04/video-coupe-du-monde-de-rugby-2023-apres-vingt-minutes-les-francais-vont-derouler-juge-maxime-medard-au-sujet-de-france-italie-11497312.php

_________________
« L'avenir, tu n'as pas à le prévoir, mais à le permettre »   Saint-Exupéry
Scalp
Scalp
Team modo
Team modo

Nombre de messages : 44096
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 56

Revenir en haut Aller en bas

Coupe du Monde 2023 en France - Page 6 Empty Re: Coupe du Monde 2023 en France

Message  Scalp Jeu 5 Oct 2023 - 5:48

Maxime Lucu, avant France-Italie : « Je n'ai pas les mêmes qualités qu'Antoine Dupont »

https://www.lequipe.fr/Rugby/Actualites/Maxime-lucu-avant-france-italie-je-n-ai-pas-les-memes-qualites-qu-antoine-dupont/1423497

_________________
« L'avenir, tu n'as pas à le prévoir, mais à le permettre »   Saint-Exupéry
Scalp
Scalp
Team modo
Team modo

Nombre de messages : 44096
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 56

Revenir en haut Aller en bas

Coupe du Monde 2023 en France - Page 6 Empty Re: Coupe du Monde 2023 en France

Message  Scalp Jeu 5 Oct 2023 - 5:52

https://www.lequipe.fr/Rugby/Article/-c-est-rassurant-quand-on-est-ensemble-ollivon-et-lucu-amis-d-enfance-et-titulaires-en-equipe-de-france/1423472

« C'est rassurant quand on est ensemble » : Ollivon et Lucu, amis d'enfance et titulaires en équipe de France

Amis depuis l'enfance, les Basques Charles Ollivon et Maxime Lucu savourent leur bonheur de vivre une Coupe du monde ensemble. Ils seront tous les deux titulaires vendredi soir contre l'Italie.


Jean-François Paturaud, à Capbreton

Le rugby est une affaire de famille chez les Ollivon-Lucu. Comme leurs pères et leurs frères, Charles et Maxime ont d'abord joué ensemble à Saint-Pée-sur-Nivelle (Pyrénées-Atlantiques). C'est dans ce joli village basque qu'ils ont pris très jeunes leurs premières licences. Et c'est là aussi que les deux internationaux ont construit une solide amitié, sur le terrain et en dehors. Vingt-cinq ans plus tard, le troisième-ligne du RCT, promu capitaine contre l'Italie vendredi soir (21 heures) à Lyon, et le demi de mêlée de l'UBB disputent aujourd'hui une Coupe du monde en France sous le maillot tricolore. Réunis en août dernier en marge du stage de préparation des Bleus à Capbreton, les deux comparses avaient accepté de revenir longuement sur leurs souvenirs communs et leur bonheur de partager ces moments tous les deux.

« Avez-vous des souvenirs précis de vos premières rencontres ?


Maxime Lucu : Non, pas spécialement, mais son frère et le mien jouaient ensemble à l'école de rugby. Même si on n'avait pas l'âge de jouer, on venait quand même le samedi matin. Son père était éducateur, et moi je venais avec mon frère et mon père. On a alors commencé à se côtoyer. On était les deux de 1993. Et quand on a eu 5 ans, on a signé notre licence.

Charles Ollivon : Le dimanche, on allait voir l'équipe première. Le stade n'était pas comme aujourd'hui. Il y avait de vieux vestiaires pourris et un bac à sable au bout. Après on allait à la Nivelle (le cours d'eau) qui passe derrière le stade. À chaque fois, on revenait tout pourris parce qu'on allait dans le ruisseau.

M.L. : Et si tu ramassais les poteaux à la fin, tu avais un sandwich à la ventrèche !

À quoi aspiriez-vous alors ?

M.L. : Le rêve pour nous à ce moment, c'était de jouer là, d'avoir le maillot de Saint-Pée. Jamais de la vie on ne s'était dit qu'on allait jouer un jour en équipe de France.

C.O. : Max a vu son frère grandir et voulait faire pareil. La même chose pour moi. Tu veux suivre. Après on a grandi et on a vécu plein de trucs. Je me souviens de notre première bagarre ! (Rire) On a vraiment grandi ensemble.

Vous êtes aussi allés ensemble au catéchisme. Qui était le plus assidu ?

M.L. (il explose de rire) : Au "cathé", on grugeait un peu, même s'il ne faut pas trop le dire. On restait cachés.

C.O. : On a fait tellement de bêtises ensemble au rugby et en dehors ! J'espère que les gamins s'amusent autant qu'on s'est amusés.

M.L. : Au début, Charles vivait à Ustaritz. On n'était pas encore à l'école ensemble. Mais après c'était tout le temps, le week-end, la semaine, le catéchisme. Avec notre groupe de copains, on se voyait quasiment du lundi au dimanche.

Certains affirment que Charles est le plus déconneur des deux...

C.O. : Non, ce n'est pas vrai ! (Il se marre.)

M.L. : Il me fait rire et il le sait. Je suis très bon public.

C.O. : En cinquième, tu te rappelles quand on est allés aux casiers ? On se mettait des bouchons ! (Il explose de rire.) On avait des casiers tout au fond de la classe. Dès qu'un cours était terminé, on fonçait à une dizaine et on se jetait dans les cartables. On prenait cinq mètres d'élan, on se rentrait dedans et on tombait sur tous les sacs. Lui (Maxime), il a ramassé !

M.L. : Tu vois la scène, tu te dis "c'est des débiles" ! Moi, j'étais toujours en bas, pareil dans les bagarres. C'est l'histoire de ma vie (rire). Je ne pouvais pas me venger car ils étaient plus costauds. Pour la confirmation et la classe de cinquième, on a atteint le summum ! C'était connerie sur connerie. On commençait un peu à aller aux fêtes de villages, aux autos tamponneuses. De septembre à juin, c'était n'importe quoi. Les soirées à Irun (Espagne), c'est arrivé un peu plus tard, vers 17-18 ans. Avant, on n'avait pas trop le droit de sortir. On s'est bien rattrapés depuis. Pour ça, on a de l'imagination.

« Quand je le regardais dans les vestiaires, j'avais un peu de mal à réaliser. On est forcément fier et on pense à beaucoup de choses, aux gens du village. »
Maxime Lucu, évoquant sa première titularisation en Bleu avec Charles Ollivon

Partager cette carrière internationale après tout ce que vous avez vécu n'est pas anodin...

C.O. : Ah non, ça c'est sûr ! On a beaucoup de chance.

M.L. : C'est fort de se retrouver là. Quand j'ai fait mes premiers pas en équipe de France, Charles était blessé (Lucu a fait ses débuts internationaux en novembre 2021 alors qu'Ollivon était touché à un genou). Mais après j'ai vécu des moments forts lorsque l'on a fait la tournée ensemble au Japon (été 2022). On se dit : "Putain, mais y a vingt-cinq ans, on était ensemble". Parfois, tu ne réalises pas forcément, mais quand tu prends du recul, c'est génial pour nous mais aussi pour les gens autour de nous qui sont forcément fiers.

Cette première titularisation commune, le 2 juillet 2022 au Japon, a forcément été un moment à part...

C.O. : Oui, ce sont des choses qui restent. Pour la Marseillaise, on était ensemble. C'était fort sur le moment et peut-être encore plus après. Ça a forcément fait remonter des souvenirs d'enfant. On est chanceux de pouvoir le vivre. À ce moment-là, tu penses à faire ton match mais tu te dis aussi : "Putain, ce n'est pas pareil aujourd'hui, il y a un truc en plus difficile à décrire." C'était un vrai moment marquant.

M.L. : C'est sûr que c'est un bon souvenir. Déjà, c'était ma première titularisation (victoire 43-22 des Bleus). Quand je le regardais dans les vestiaires, j'avais un peu de mal à réaliser. On est forcément fier et on pense à beaucoup de choses, aux gens du village. Il y a aussi cette histoire de destin. Ce jour-là, c'était les fêtes de Saint-Pée. Je recevais des messages avant le match de copains qui disaient : "On va essayer de tenir, c'est énorme." (En raison du décalage horaire).

Quelques mois plus tard, toujours face au Japon (35-17) mais à Toulouse, Maxime, vous servez Charles qui va marquer un essai...

M.L. : Charles sent souvent ces coups-là. Et face aux Japonais, quand je fais le crochet et que j'entends sa voix, je savais qu'il était là. Je savais que j'avais juste à lui donner le ballon. Mais c'est vrai qu'à ce moment, il n'y avait pas plus grande fierté que de pouvoir donner ce ballon à Charles pour qu'il aille marquer. C'était symbolique. Dans l'autre sens, ça arrivera rarement parce que je ne marque pas beaucoup d'essais.

La présence de l'autre est-elle rassurante en équipe de France ?

M.L. : C'est sûr que tu débarques en équipe de France, tu prends appui sur des mecs comme lui. Et pas uniquement parce que c'est Charles. Il était capitaine de l'équipe de France quand je suis arrivé. Tu te réfères un peu à lui, c'est humain. Ça me rassurait aussi qu'il soit là, de par son poste mais aussi parce que c'est lui.

C.O. : C'est rassurant quand on est ensemble. Tu es tranquille sans le dire. Tu as toujours un petit truc quand tu vas en équipe de France, parce que c'est le plus haut niveau, avec une forme de pression. Et quand on y est tous les deux, il y a cette forme de tranquillité, parce qu'il est là, parce que je suis là.

« Pour moi, Max, ce n'est pas un mec de mon équipe, c'est un copain du village »
Charles Ollivon

En sélection, vous vous êtes finalement redécouvert...


C.O. : On s'est suivis, on a tout fait ensemble. Puis la vie a fait qu'on a pris des chemins différents. Moi, je suis parti à Bayonne (2009-2015). Lui à Biarritz (2011-2019 en seniors). Et après je suis allé jouer à Toulon, de l'autre côté de la France. Mais ça ne change rien. Et dans dix ans, ce sera pareil. Pour moi, Max, ce n'est pas un mec de mon équipe, c'est un copain du village.

M.L. : Même s'il est parti à Toulon, on essaie toujours d'avoir un week-end ou une soirée en commun pour se retrouver avec les mecs du village. On a essayé de garder ce lien même si c'est difficile de se voir avec la distance.

Vous ne vous fatiguez jamais dans la chambre que vous partagez régulièrement en sélection ?

C.O. : Non, franchement, il est facile. Il me casserait les pieds s'il laissait la télé allumée jusqu'à trois heures du matin. Mais on est pareils, c'est vrai non ?

M.L. : C'est vrai, oui, on est pareils. En plus, il ne ronfle pas, alors que moi je parle la nuit et je le réveille (rire). On n'a pas des caractères à traîner toute la nuit. On discute, on rigole des conneries, mais c'est tout. On a aussi des affinités avec d'autres joueurs du groupe. On n'est pas non plus tous les deux main dans la main. »

_________________
« L'avenir, tu n'as pas à le prévoir, mais à le permettre »   Saint-Exupéry
Scalp
Scalp
Team modo
Team modo

Nombre de messages : 44096
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 56

Revenir en haut Aller en bas

Coupe du Monde 2023 en France - Page 6 Empty Re: Coupe du Monde 2023 en France

Message  Scalp Jeu 5 Oct 2023 - 5:56

XV de France. Flashé à 30km/h, Greg Alldritt est-il dans la forme de sa vie pour affronter l’Italie ?

https://www.lerugbynistere.fr/news/xv-de-france-flashe-a-30kmh-greg-alldritt-est-il-dans-la-forme-de-sa-vie-pour-affronter-litalie-0410231732.php

_________________
« L'avenir, tu n'as pas à le prévoir, mais à le permettre »   Saint-Exupéry
Scalp
Scalp
Team modo
Team modo

Nombre de messages : 44096
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 56

Revenir en haut Aller en bas

Coupe du Monde 2023 en France - Page 6 Empty Re: Coupe du Monde 2023 en France

Message  Scalp Jeu 5 Oct 2023 - 6:54

Du mythe à la réalité, que mangent vraiment les rugbymen?

https://rmcsport.bfmtv.com/rugby/coupe-du-monde/du-mythe-a-la-realite-que-mangent-vraiment-les-rugbymen_GN-202310050034.html

Une réaction Biscouette…, si tu passes par là Wink

_________________
« L'avenir, tu n'as pas à le prévoir, mais à le permettre »   Saint-Exupéry
Scalp
Scalp
Team modo
Team modo

Nombre de messages : 44096
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 56

Revenir en haut Aller en bas

Coupe du Monde 2023 en France - Page 6 Empty Re: Coupe du Monde 2023 en France

Message  Scalp Jeu 5 Oct 2023 - 6:55

« Si Ange Capuozzo était si bon, il aurait été pris par la France » : le sélectionneur italien taquine son arrière

https://www.ledauphine.com/sport/2023/10/05/si-ange-capuozzo-etait-si-bon-il-aurait-ete-pris-par-la-france-quand-le-selectionneur-italien-taquine-son-arriere

_________________
« L'avenir, tu n'as pas à le prévoir, mais à le permettre »   Saint-Exupéry
Scalp
Scalp
Team modo
Team modo

Nombre de messages : 44096
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 56

Revenir en haut Aller en bas

Coupe du Monde 2023 en France - Page 6 Empty Re: Coupe du Monde 2023 en France

Message  léopold Jeu 5 Oct 2023 - 7:39

Brunel dans un ITW regrette d'avoir quitté Bordeaux pour EDF, ce type est un comique,rien ne l'obligeait à y aller en nous laissant dans la merde et puis les résultats de ses passages en en EDI,EDF,UBB on peut s'estimer heureux qu'il soit parti de même d'ailleurs que RI qui a trouvé en EDF une bonne planque à la Maso.
léopold
léopold
J'aime l'Union à la folie
J'aime l'Union à la folie

Nombre de messages : 9844
Localisation : A Musard derrière les espoirs
Date d'inscription : 29/01/2008

Revenir en haut Aller en bas

Coupe du Monde 2023 en France - Page 6 Empty Re: Coupe du Monde 2023 en France

Message  Scalp Jeu 5 Oct 2023 - 7:43

Coupe du monde 2023. Déjà 7 rouges et 39 jaunes : vers un record de cartons lors d'un Mondial ?

https://actu.fr/sports/rugby/pro/coupe-du-monde-2023-deja-7-rouges-et-39-jaunes-vers-un-record-de-cartons-lors-d-un-mondial_60164845.html

_________________
« L'avenir, tu n'as pas à le prévoir, mais à le permettre »   Saint-Exupéry
Scalp
Scalp
Team modo
Team modo

Nombre de messages : 44096
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 56

Revenir en haut Aller en bas

Coupe du Monde 2023 en France - Page 6 Empty Re: Coupe du Monde 2023 en France

Message  SEB34 Jeu 5 Oct 2023 - 9:29

Scalp a écrit:XV de France. Flashé à 30km/h, Greg Alldritt est-il dans la forme de sa vie pour affronter l’Italie ?

https://www.lerugbynistere.fr/news/xv-de-france-flashe-a-30kmh-greg-alldritt-est-il-dans-la-forme-de-sa-vie-pour-affronter-litalie-0410231732.php

J'espère qu'il ne va pas se prendre un PV rouge en centre ville... Croisons les doigts.
SEB34
SEB34
J'aime l'Union à la folie
J'aime l'Union à la folie

Nombre de messages : 368
Localisation : 34
Date d'inscription : 17/08/2023

Revenir en haut Aller en bas

Coupe du Monde 2023 en France - Page 6 Empty Re: Coupe du Monde 2023 en France

Message  Scalp Jeu 5 Oct 2023 - 11:48

COUPE DU MONDE. Pas d'hymne ni de drapeau pour l'Afrique du Sud face au XV de France ?

https://www.lerugbynistere.fr/news/coupe-du-monde-pas-dhymne-ni-de-drapeau-pour-lafrique-du-sud-face-au-xv-de-france-0510231049.php

_________________
« L'avenir, tu n'as pas à le prévoir, mais à le permettre »   Saint-Exupéry
Scalp
Scalp
Team modo
Team modo

Nombre de messages : 44096
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 56

Revenir en haut Aller en bas

Coupe du Monde 2023 en France - Page 6 Empty Re: Coupe du Monde 2023 en France

Message  Scalp Jeu 5 Oct 2023 - 11:52

Cette histoire de dopage me rappelle une autre histoire de dopage et plus encore... :siffle:

Coupe du monde 1995 : les dessous de la victoire sud-africaine

https://www.nouvelobs.com/rue89/rue89-raffut89/20140324.RUE9854/coupe-du-monde-1995-les-dessous-de-la-victoire-sud-africaine.html

_________________
« L'avenir, tu n'as pas à le prévoir, mais à le permettre »   Saint-Exupéry
Scalp
Scalp
Team modo
Team modo

Nombre de messages : 44096
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 56

Revenir en haut Aller en bas

Coupe du Monde 2023 en France - Page 6 Empty Re: Coupe du Monde 2023 en France

Message  Scalp Jeu 5 Oct 2023 - 12:12


_________________
« L'avenir, tu n'as pas à le prévoir, mais à le permettre »   Saint-Exupéry
Scalp
Scalp
Team modo
Team modo

Nombre de messages : 44096
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 56

Revenir en haut Aller en bas

Coupe du Monde 2023 en France - Page 6 Empty Re: Coupe du Monde 2023 en France

Message  Scalp Jeu 5 Oct 2023 - 12:23

Coupe du monde 2023. Personne n'en parle, mais l'Irlande est sur une série énorme de victoires

https://actu.fr/sports/rugby/pro/coupe-du-monde-2023-personne-n-en-parle-mais-l-irlande-est-sur-une-serie-enorme-de-victoires_60167474.html

_________________
« L'avenir, tu n'as pas à le prévoir, mais à le permettre »   Saint-Exupéry
Scalp
Scalp
Team modo
Team modo

Nombre de messages : 44096
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 56

Revenir en haut Aller en bas

Coupe du Monde 2023 en France - Page 6 Empty Re: Coupe du Monde 2023 en France

Message  Scalp Jeu 5 Oct 2023 - 15:18

RUGBY. Coupe du monde. ''Embarrassant'', ''manque d'humilité'', Sergio Parisse égratigne l'Italie

https://www.lerugbynistere.fr/news/rugby-coupe-du-monde-embarrassant-manque-dhumilite-sergio-parisse-egratigne-litalie-0510231455.php

_________________
« L'avenir, tu n'as pas à le prévoir, mais à le permettre »   Saint-Exupéry
Scalp
Scalp
Team modo
Team modo

Nombre de messages : 44096
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 56

Revenir en haut Aller en bas

Coupe du Monde 2023 en France - Page 6 Empty Re: Coupe du Monde 2023 en France

Message  Scalp Jeu 5 Oct 2023 - 15:22

Tous en mêlée : « Doit- on avoir peur des Italiens ? »

https://www.lequipe.fr/Rugby/Actualites/Tous-en-melee-suivez-l-emission-en-direct/1420526

_________________
« L'avenir, tu n'as pas à le prévoir, mais à le permettre »   Saint-Exupéry
Scalp
Scalp
Team modo
Team modo

Nombre de messages : 44096
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 56

Revenir en haut Aller en bas

Coupe du Monde 2023 en France - Page 6 Empty Re: Coupe du Monde 2023 en France

Message  Scalp Jeu 5 Oct 2023 - 15:32

https://www.rugbyrama.fr/2023/10/04/coupe-du-monde-de-rugby-2023-exclusif-martin-castrogiovanni-jai-vu-nick-mallett-pleurer-apres-la-victoire-contre-la-france-11497299.php

Coupe du monde de rugby 2023 - Exclusif. Martin Castrogiovanni : "Les Français ? Il faut les prendre à la gorge"

Par Clément Labonne

À quelques heures de France - Italie, Martin Castrogiovanni s’est longuement confié sur le rugby transalpin, l’évolution du sport et ses chambrages d’antan. L’ancien pilier international italien (119 sélections) estime que les Italiens devront être habités pour battre le XV de France.

Sept ans après votre retraite, de quoi votre vie est faite ?

Plein de choses ! Je participe actuellement à l’équivalent de l’émission "La France a un incroyable talent" en Italie, je suis juré. Je fais également du coaching en entreprises avec l’axe du rugby. J’interviens auprès des chefs d’entreprise et des managers pour parler des liens entre l’entreprenariat et le rugby. Et je suis à la tête d’une académie de rugby pour les jeunes qui se tient tous les étés sur les hauteurs du Piémont. Vous savez qu’il fait très chaud en Italie et cela permet à ces jeunes de sept à dix-sept ans de s’entraîner dans de bonnes conditions.

Vous gardez donc un fort lien avec le rugby…

Aujourd’hui oui mais cela n’a pas toujours été le cas. Quelques semaines après avoir pris ma retraite j’ai ressenti la même chose que lorsqu’une fille vous quitte (rires). J’étais triste, frustré et je n’avais rien envie de faire. C’était trop. Je me sentais blessé. Mais ensuite, je me suis relevé doucement. J’ai recommencé à regarder des matchs à la télévision, avec la Coupe du monde 2019 notamment, et aujourd’hui je suis devant ma télévision devant chaque grande rencontre. J’ai même regardé le match dantesque entre la France et l’Afrique du Sud en novembre 2022. Aujourd’hui je regarde beaucoup les Fidji, ils sont ma deuxième équipe préférée (rires) ! J’avais besoin de cette longue pause pour me ressourcer, avant de replonger dedans. Mais ma guérison n’est pas encore terminée !

Qu’est-ce qui vous attire chez les Fidji ?


J’ai plusieurs amis qui jouent ou qui ont joué là-bas, donc je les suis. Et puis ils se sont grandement améliorés. Avant, les Fidji étaient souvent mis en difficulté sur la conquête et la défense. Aujourd’hui, ils ont de nouvelles forces, leur jeu est structuré, ils ont certainement les joueurs les plus athlétiques du monde, ils vont si vite… Ils ont travaillé très dur pour être là où ils en sont et j’aime cela.

Quel est votre regard sur la Coupe du monde 2023 après quatre semaines de compétition ?

C’est incroyable à quel point le rugby a changé ! À l’inverse des précédentes éditions, il y a quatre ou cinq équipes capables de gagner le Mondial. Je n’ai jamais vu cela. Quand j’étais joueur, il y avait un favori clair, voire deux mais c’était tout. Il y a aussi des nations avec peu de joueurs professionnels qui produisent un jeu incroyable, avec une passion et un cœur à tout craindre. Pour l’instant c’est une très belle Coupe du monde !

L’Italie a malgré tout subi la foudre face à la Nouvelle-Zélande. Comment avez-vous réagi ?

(Il souffle) Je ne m’attendais évidemment pas à ce qu’ils encaissent 96 points. Cette équipe est différente par rapport aux autres qui ont disputé la Coupe du monde. Mais les All Blacks ont juste montré qui ils étaient. Ils ne disent rien depuis le début du Mondial et ils nous ont mis la tête sur le sol. C’est toujours comme ça avec eux (rires) ! Quand ils sont un peu en difficulté, ils vous attaquent de partout avec une pression infernale. Cette Italie-là est bonne mais on s’est fait détruire. Ce match ne reflète pas le niveau de la Nazionale, nous n’aurions pas dû prendre 96 points mais cela reste le score final (rires). J’ai de la peine pour les joueurs, ils ne méritent pas cela. Je n’ai jamais vu une équipe italienne si forte. Nous avons des avants puissants et des facteurs X derrière qui peuvent changer le rythme d’un match à tout moment. Mais le point positif est que jamais dans son histoire l’Italie n’a eu deux occasions de se qualifier en quart d’un Mondial.

Si vous aviez joué cette rencontre face aux All Blacks, quelle aurait été votre réaction dans les vestiaires ?


Je ne sais pas. Mais je suis aussi passé par là ! J’ai connu plusieurs défaites à soixante-dix ou quatre vingts points. Le mieux à faire est d’aller au lit ou de boire quelques verres avec les coéquipiers. Et le lendemain, il faut revoir le match pour comprendre ce qu’il s’est passé. Ensuite, il ne faut rien dire et travailler le plus durement possible pour se relever.

Malgré cette défaite, l’Italie peut encore se qualifier. Quels conseils pourriez-vous donner aux Italiens ?


Vous jouez pour votre pays. Vous jouez une Coupe du monde que certains ne verront jamais et vous avez l’opportunité de marquer l’histoire du rugby italien. Il faut qu’ils soient dans cette mentalité. Le match de la Nouvelle-Zélande doit être effacé des mémoires sinon on subira une nouvelle grosse défaite contre la France. Les Bleus jouent un beau rugby mais chaque équipe peut être stoppée, et l’adversaire prend l’avantage. La Géorgie l’a très bien fait face aux Fidji. Personne n’est insubmersible à la pression. Mais les Italiens devront réaliser le meilleur match de notre histoire pour s’imposer et tenir quatre vingts minutes face aux Français.

Vous rappelez-vous de votre première victoire contre la France, le 12 mars 2011 ?

Comment pourrais-je l’oublier ? ! À l’époque on ne gagnait pas beaucoup de matchs, c’était dur. Et je me souviens que nous avions terriblement souffert sur ce match. La victoire n’en fut que plus belle ! Trois minutes avant la fin du match, je me rappelle que nous avions une mêlée à cinq mètres et j’étais littéralement en train de mourir ! Je ne respirais plus, je ne sentais plus mes bras et mes jambes… Mais il fallait tenir ! Je crois qu’on a eu une pénalité et on a finalement gagné. Nick Mallett, le sélectionneur, a même pleuré dans les vestiaires. C’était unique, irréel. Nous avons fait une troisième et une quatrième mi-temps pour fêter cela ! Et aujourd’hui je peux même dire que je les ai battus deux fois (3 février 2013, à Rome) !

Y avait-il une motivation supplémentaire à jouer contre la France ?

Bien sûr. C’est comme Angleterre - Écosse. Je ne sais pas ce que ressentent les Français, mais en tant que Latins cela nous faisait toujours quelque chose. On voulait les battre ! Et c’est comme cela dans tous les sports, il y a cette rivalité. Aujourd’hui il doit y en avoir encore plus ! Le XV de France est une équipe à battre et l’Italie s’est améliorée. Le niveau a monté et les joueurs sont plus forts qu’à mon époque.

Quelles sont les faiblesses actuelles du XV de France ?

Ils n’en ont pas, il faut les prendre à la gorge comme l’a très bien fait l’Uruguay. Ce n’était évidemment pas la meilleure équipe de France mais ils ont été mis en danger parce que les Uruguayens étaient affamés. Les Bleus sont quasiment qualifiés, et si j’étais le sélectionneur, je n’aurais de toute façon pas aligné Antoine Dupont, même en pleine forme. Non pas par manque de respect pour l’Italie, mais parce que le quart est bien plus important.

Le rugby italien s’est grandement développé ces dernières décennies. Que lui manque-t-il pour encore progresser ?

L’équipe nationale fonctionne bien, certes, mais nous ne sommes que le vingtième sport le plus pratiqué en Italie, en termes de licenciés. C’est encore trop loin. Nous devons travailler sur un championnat italien en renforçant les équipes actuelles. Les moins de 20 ans ont eu de très bons résultats grâce au travail académique et fédéral. Beaucoup de jeunes espoirs arrivent et il sera intéressant de voir comment on va réussir à les garder. Mais je pense que nous serons prêts pour le Mondial 2027. Certains jeunes joueurs auront pris quatre ans d’expérience et nous allons gagner en maturité et en niveau. Cette Coupe du monde 2027 doit vraiment être un objectif pour l’Italie.

Quand vous étiez joueur, vous aviez l’habitude de parler et de chambrer vos adversaires…

(Il coupe) J’étais connu et reconnu pour cela ! Mais aujourd’hui je ne pourrais pas le faire. On ne peut plus chambrer autant que je le faisais avant. Il y a peut-être Joe Marler qui le fait encore. Mais quand je jouais contre lui, il était tout jeune… Il a appris des meilleurs finalement ! Pour être joueur de rugby aujourd’hui, il faut être plus intelligent que la moyenne et je ne pourrais pas jouer parce que je ne réfléchis pas autant (rires).

Regrettez-vous le fait que les joueurs ne peuvent plus autant chambrer qu’avant ?


Il faut le faire différemment ! Plus sérieusement, c’est une bonne chose pour le rugby. Notre sport évolue et les temps changent, il faut s’adapter. Mais je me suis éclaté à piailler, chambrer et parler autant.

Quel est votre regard sur les mêlées modernes et le bunker introduit pour ce Mondial ?

Les mêlées étaient un bordel avant, elles le sont toujours aujourd’hui (rires). Je ne crois d’ailleurs pas que les arbitres y comprennent davantage ! Ils ont changé les annonces pour la sécurité des joueurs mais à part des amateurs, je ne connais aucun international qui soit en chaise roulante à cause des mêlées d’avant. Les instances l’ont certainement fait après avoir commandé des études scientifiques. Je n’aime pas les mêlées d’aujourd’hui, mais c’est peut-être une bonne chose. Pareil pour les protocoles commotion. Je déteste cela ! Mais j’espère qu’ils le font pour le bien du rugby, comme le bunker. Quand vous voyez une action au ralenti, elle paraît toujours plus impressionnante. Les arbitres doivent donc faire la balance entre la vitesse réelle et le «slow-motion».

Et sur les piliers modernes ?


Ma génération a été le point de bascule entre les «gros» qui n’étaient bons qu’en mêlée et les athlètes d’aujourd’hui. Ils sont bâtis comme des deuxième et troisième ligne mais ils doivent obéir aux mêmes standards qu’avant : être performant en mêlée, dans les rucks, au plaquage etc.

À votre meilleur niveau, pensez-vous que vous auriez votre place dans l’équipe actuelle d’Italie ?

J’espère ! Il faut demander au sélectionneur mais oui, au moins remplaçant !

Vous a-t-on déjà contacté pour intervenir auprès d’un club ou d’une sélection, en tant que consultant de la mêlée ou entraîneur ?

Non. J’aurais adoré mais personne ne m’a contacté. J’aimerais bien apporter sur l’aspect mental et psychologique d’une équipe, plutôt que d’intervenir sur la mêlée. Quand j’étais joueur, j’étais très bon pour embarquer les joueurs avec moi. Les gens pensent que pour qu’une équipe marche bien il faut instaurer des règles, un objectif, que chacun sache son rôle etc. Mais avant cela, il faut que les joueurs se connaissent et sachent ce que l’autre pense. Cela implique de passer du temps ensemble, parler de ses problèmes, de ce qu’il ne va pas…

Votre dernier match s’est déroulé lors d’un tournoi de rugby à 7 réservé aux plus de 100kg en Argentine. Pouvez-vous nous raconter cette expérience improbable ?

Le rugby m’a appris quelque chose : avoir des valeurs. Aujourd’hui, ces valeurs se perdent dans le monde, pas seulement dans le rugby. Revenir jouer mon dernier match avec mes amis dans ma ville de naissance et le club qui m’a fait grandir, cela n’a pas de prix. Cela ne veut pas dire que je n’aime pas l’Italie, je remercie simplement ce club et la ville de Paraná. Sans cela je n’aurais jamais pu jouer pour l’Italie. Qui revient dans son club formateur aujourd’hui ? Personne. Certains oublient d’où ils viennent, et c’était important pour moi de rendre hommage à mon ancien club.

Quel est votre pronostic pour la rencontre France - Italie ?

Je ne me risquerai pas à cela (rires). Cela va être très dur pour l’Italie, mais ce match sera l’occasion de tout jeter sur le terrain. Chacun joue pour ce qu’il veut : l’honneur, la fierté du drapeau etc. Le seul message que je peux adresser est qu’ils croient en eux et qu’ils profitent. On m’a répété cela quand j’étais jeune et je pensais que c’était un discours d’ancien et je m’en fichais. Aujourd’hui c’est mon cas, donc allez-y !

_________________
« L'avenir, tu n'as pas à le prévoir, mais à le permettre »   Saint-Exupéry
Scalp
Scalp
Team modo
Team modo

Nombre de messages : 44096
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 56

Revenir en haut Aller en bas

Coupe du Monde 2023 en France - Page 6 Empty Re: Coupe du Monde 2023 en France

Message  Scalp Jeu 5 Oct 2023 - 15:38

https://www.lequipe.fr/Rugby/Article/Xv-de-france-couilloud-comme-chez-lui-a-lyon/1423614

XV de France : Baptiste Couilloud comme chez lui à Lyon

Né à Lyon, qu'il n'a jamais quitté et où il fait carrière, Baptiste Couilloud, remplaçant face à l'Italie vendredi soir, va forcément vivre un moment particulier, à domicile ou presque.

mis à jour le 5 octobre 2023

Les maillots modernes sont suffisamment compliqués à enfiler pour ne plus y glisser un autre, à valeur sentimentale, en dessous. Sinon, Baptiste Couilloud aurait pu être tenté de le faire vendredi soir à Décines, lui qui portait une tunique de l'OL sous celle du LOU la première fois que ce dernier a joué à Gerland, le 21 janvier 2017. « Pour lui, jouer dans ce stade mythique de Lyon où il a tant de souvenirs, c'était quelque chose d'exceptionnel », se rappelle Hervé, le papa.

De l'enceinte du sud de Lyon et sa Plaine des Jeux attenante, témoin de ses premiers entraînements de rugby à six ans, au quartier Montchat dans le 3e arrondissement où il a grandi et réside encore aujourd'hui, à côté de chez ses parents, en passant par l'hôpital Édouard Herriot où il est né et la place Monplaisir dans le 8e arrondissement et ses terrasses de café qu'il fréquente encore, l'histoire de Baptiste Couilloud s'écrit à Lyon.

« C'est un Lyonnais pur et dur, très très attaché à la ville. Lyon, c'est tout pour lui, témoigne Julien Ariza, pote de l'époque du Lycée La Martinière Monplaisir, toujours dans le 8e. Quand il a hésité à partir du LOU l'année dernière, son attachement à la ville a énormément compté dans sa décision de prolonger. Il n'avait pas forcément peur de quitter Lyon mais on est tellement bien à la maison (rires). » Courtisé par le Stade Français, le demi de mêlée international avait finalement prolongé son contrat jusqu'en 2025.

« Je l'ai toujours éduqué dans cette notion d'attachement fort à la ville »

Le père de Baptiste Couilloud

« Souvent, quand des nouveaux arrivent, on parle de nos premiers clubs, nos premiers terrains et les mecs sont souvent surpris quand je leur dis que j'ai commencé à 6 ans là où on s'entraîne aujourd'hui (à la Plaine des Jeux de Gerland), en souriait Baptiste Couilloud quand on avait évoqué le sujet avec lui en octobre 2021. C'est la maison quoi ! »

« Il connaît toutes les bonnes adresses de la ville, les restaurants, les recoins sympas, les bars insolites, les endroits où il y a une belle vue, poursuit Julien Ariza. Même moi qui suis Lyonnais, il m'a fait découvrir des endroits incroyables dont je n'avais jamais entendu parler. Comme il est branché bâtiments, il connaît aussi l'histoire des lieux, des entrepreneurs, des architectes. Gerland, par exemple, c'est Tony Garnier. Et Tony Garnier, il est Lyonnais... »

« Je l'ai toujours éduqué dans cette notion d'attachement fort à la ville, témoigne son père. L'amour du maillot, suivre des clubs de la ville, l'OL en foot, le LOU en rugby et même l'ASVEL en basket... Je trouve que c'est important de s'identifier à son entourage, à sa ville. Ta ville fait ce que tu es, il ne faut pas l'oublier. »

L'ancrage local s'est matérialisé en grande partie dans le sport, avec une fidélité jusque-là sans faille au LOU mais la belle histoire avec le rugby a commencé sur un quiproquo. Car le petit Baptiste s'imaginait plus jouer au foot, dans la lignée d'un papa qui a évolué jusqu'à l'équivalent de la 3e division nationale avec Saint-Priest dans les années 1990. « Je gagnais un peu d'argent au foot mais j'ai toujours adoré l'esprit rugby, se rappelle Hervé, qui travaille aujourd'hui dans l'immobilier. Baptiste voulait faire du foot mais je lui disais qu'il en ferait tout le temps avec ses copains, à l'école. Il y avait des cours multisports à Lyon, je me renseigne sur le rugby et Baptiste fait un essai. En rentrant, il court dans la chambre de son frère (Barnabé, de deux ans son cadet, également formé au LOU et aujourd'hui demi de mêlée de Grenoble, en Pro D2) et semblait tout content de lui raconter son premier entraînement de rugby. En fait, il le raconte des années plus tard dans une interview, mais il a couru dans la chambre limite pour pleurer car il était dégoûté de pas être inscrit au foot. Et nous avec sa mère, naïvement, on croyait qu'il était content ! »

Car le foot occupe alors une sacrée place à Lyon. L'OL enquille sept titres de champion de France (de 2002 à 2008) et des soirées de Ligue des champions mémorables encore gravées dans l'esprit des frères Couilloud. « Vuillermet (le stade du LOU rugby jusqu'en 2011 et la première accession du club en Top 14), il y avait 2000 personnes, se rappelle Baptiste. Je regardais à peine les matches et filais direct jouer au foot derrière ou à Gerland. C'était la folie à l'époque, dans l'ADN de la ville donc forcément dans le mien. Avec mon père et mon frère, on allait virage nord supérieur, au-dessus des Bad Gones. » Une idole ? « Forcément Juninho mais moi j'adorais Kim Kallstrom ! »

« J'ai mis une bonne année avant d'accrocher »
Baptiste Couilloud sur le rugby

« Une fois, j'étais parmi les enfants qui accompagnent les joueurs pour rentrer sur le terrain, se rappelle Barnabé Couilloud. Baptiste était trop grand et avait raté le coche quand il aurait pu le faire. Et là, c'est Kallstrom qui me tend la main et je rentre avec lui sur le terrain pour un OL-PSG. Baptiste était un peu jaloux, mais ça reste des souvenirs de fous. »

Avec ses potes ''lyonnais'' du rugby, Thibaut Regard, Félix Lambey et Dylan Cretin, il reste un fidèle de l'OL, suivant même son équipe de coeur sur certains déplacements dont des derbies à Saint-Etienne, en stand-by depuis la relégation des Verts en 2022. « On cachait le maillot sous la veste », se marre le demi de mêlée.

Voilà pourquoi le Gone a été chamboulé par l'installation du LOU à Gerland lors de la saison 2016/2017, lui qui n'arrive toujours pas à banaliser un match dans ce stade. Mordu de foot, il s'est pourtant rapidement épanoui au rugby : « J'ai mis une bonne année avant d'accrocher, puis ça a bien matché. Tu te fais vite des copains, tu découvres l'esprit d'équipe. J'adorais le sport en général, donc je me suis pris au jeu mais sans non plus m'imaginer jouer en pro. » Bac S en poche (en 2015), il se lance à 18 ans dans un DUT génie civil à La Doua, un campus au nord de Lyon, qu'il validera en quatre ans au lieu de deux. Car le rugby a finalement pris toute la place, bien aidé par un passage de l'ouverture à la mêlée en Crabos.

Plus performant à ce poste, appelé en équipe de France des moins de 18 ans « à six mois du bac », le Lyonnais se rapproche de l'équipe première quand Pierre Mignoni reprend le club en 2015. Et c'est la bascule vers le professionnalisme. Au printemps 2016, il joue ses premiers matches en pro alors que le LOU écrase la Pro D2, découvre le Top 14 la saison suivante puis Gerland comme joueur de rugby quelques mois plus tard.

Il décroche une première sélection en Bleus dans le Tournoi 2018, face à l'Italie à Marseille. « Le Vélodrome, c'était bien, mais Gerland, ça aurait été mieux, se marre le papa. On s'est rattrapé avec la demi-finale du Top 14 à Décines, le nouveau stade de l'OL. Ça s'était mal passé sur le terrain (Le LOU avait été balayé par Montpellier 40-14) mais il y avait beaucoup d'émotions pour la famille. » « Un de mes plus beaux matches émotionnellement, confirme Baptiste. Ce n'est pas souvent qu'on joue devant autant de monde dans sa ville. »

Ça va donc se reproduire très probablement vendredi soir contre l'Italie en Coupe du monde. Un match que le Gone va commencer sur le banc, avec la famille et de nombreux amis pas très loin en tribune pour savourer ce moment, à dix petits kilomètres à l'Est de Montchat, quatorze de Gerland.

_________________
« L'avenir, tu n'as pas à le prévoir, mais à le permettre »   Saint-Exupéry
Scalp
Scalp
Team modo
Team modo

Nombre de messages : 44096
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 11/09/2018
Humeur : Positif avant tout
Age : 56

Revenir en haut Aller en bas

Coupe du Monde 2023 en France - Page 6 Empty Re: Coupe du Monde 2023 en France

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 6 sur 40 Précédent  1 ... 5, 6, 7 ... 23 ... 40  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum